Navigation – Plan du site
Ethnologie, techniques, industries : vers une anthropologie industrielle ?

Gens du cuir, gens du papier

Systèmes industriels et systèmes sociaux locaux. Le cas d'Annonay entre les deux guerres
Bernard Ganne
p. 5-17

Texte intégral

Pour une diversification des approches des systèmes industriels

1Mal aimées des Français et encore plus ignorées, les activités industrielles commencent seulement à être considérées comme partie intégrante du patrimoine national et vecteurs potentiels actifs de la transmission des savoir-faire. La situation est trop connue pour épiloguer longtemps sur le phénomène. On peut seulement se demander si, dans la hâte de rattraper le temps perdu, on ne se trouve pas amené parfois à privilégier l'analyse de systèmes par trop évidents, au risque de les transformer subrepticement en unique modèle de référence.

2Évidence de l'ampleur du phénomène ? Compensation face à une méconnaissance (encore tout récemment) de tout le patrimoine proprement technique et industriel ? Toujours est-il que l'attention semble surtout s'être polarisée pour l'instant sur des exemples d'industrialisation massive, aux implications sociales et politiques relativement lourdes et aux effets locaux directs. Point n'est évidemment dans notre propos de contester ce modèle et sa réalité : les Company Towns ont bel et bien existé, et l'exemple du Creusot – non unique en France mais sans doute le mieux étudié – a pleine valeur historique. Mais on peut cependant se demander si, à force de se focaliser sur des terrains particulièrement « typiques », aux activités très homogènes et souvent d'ailleurs mono-industrielles, l'on n'a pas peu à peu fait l'impasse sur l'étude de toutes ces autres branches, dont la structuration, pour être moins directement évidente, ne s'en révèle pas moins forte, avec peut-être même des systèmes d'articulation plus complexes déployés entre l'économique et le social.

3Mais sans doute n'était-ce point là ce qui se trouvait d'abord recherché ? On peut pourtant se demander si, dans la quête jusqu'alors privilégiée de modèles de correspondances directes entre ces niveaux, l'on ne s'est pas par trop polarisé sur les seuls problèmes d'identité de classe, au détriment peut-être de l'approche plus méthodique des systèmes de différenciation sociale et d'identité professionnelle qui caractérisent les diverses branches d'activité.

4L'écueil ne nous semble pas avoir toujours été évité, et l'inventaire de la diversité des structures de fonctionnement industriel ne paraît pour l'instant qu'amorcé. Sortant donc de ces zones privilégiées bien particulières, ordonnancées autour d'une implantation massive et souvent mono-industrielle, nous souhaiterions nous intéresser ici à des zones apparemment moins lourdement marquées industriellement, et en tout cas plus diversifiées, plus proches peut-être aussi de ce que purent être, à, la fin du XIXe et au début du XXe, nombre de centres urbains en activité.

5L'affaire mérite peut-être d'autant plus d'être contée qu'elle procédait en fait à son origine du même souci précédemment critiqué de manifester clairement, jusqu'au niveau des villes moyennes, les déterminants directs entre structures économiques et structures sociales.

Le cas d'Annonay : premières perplexités

6En nous intéressant en effet à la ville d'Annonay en Ardèche1, notre propos était double : prendre comme exemple, ainsi qu'il a été dit, un centre urbain de taille moyenne (l'agglomération regroupait 25 000 habitants en 1975) et de structure industrielle diversifiée ; essayer de comprendre, à partir de là, les liens entre structures des activités, organisation sociale et gestion politique de l'urbain. Avec dans tout cela une première intuition : celle du rôle important qu'avait dû jouer là l'établissement SAVIEM (regroupant plus de 40% des emplois industriels), dans les transformations récentes du système urbain.

7Marquée en effet de façon ancienne par la dominance de trois principales industries2, le cuir – implanté dès le XVe siècle et qui constituait au XIXe la première industrie de la place –, le papier – illustré dès le XVIIIe par les noms des Johannot et de Montgolfier – qui connaîtra un essor important début XIXe, le textile – se développant fin XIXe-début XXe –, la ville d'Annonay verra perdurer, jusqu'après la Seconde Guerre mondiale, cette structure d'entreprises moyennes à capitaux essentiellement locaux, sinon familiaux dans ces divers secteurs industriels.

8Cette organisation d'ensemble, marquée même par de véritables dynasties industrielles, connaîtra alors d'importants bouleversements (regroupements, restructurations, voire fermeture) tout juste compensés en termes d'emplois par le très fort développement d'un établissement de carrosseries de car intégré à la SAVIEM puis à RVI : l'établissement doublera ses effectifs en quinze ans, regroupant en 1975 3 000 salariés sur les 5 500 emplois industriels de l'agglomération3. Restructuration des entreprises familiales traditionnelles opposant dans un champ clos patronat local et couches ouvrières, développement sur place d'un établissement rattaché à un grand groupe industriel important de nouvelles couches salariées et imposant un autre modèle de fonctionnement social, la scène semblait prête, si l'on peut dire, pour l'interprétation du grand air du CME (capitalisme monopoliste d'État) et de son cortège de normalisations. Las, il fallut vite déchanter : non seulement le développement de la SAVIEM n'avait nullement provoqué des effets comparables à ceux résultant des implantations massives s'étant effectuées par exemple dans l'ouest de la France, mais encore, l'on pouvait considérer que la SAVIEM s'était beaucoup plus identifiée au modèle local qu'elle ne s'y était opposée ; et ce ne fut pas là notre moindre étonnement  : au fur et à mesure des analyses, l'on constatait que cette ville fortement et traditionnellement ouvrière se révélait loin d'être une ville « rouge ». Bien plus, n'avait-elle pas élu comme député en 1936 – et au premier tour – Xavier Vallat, leader d'extrême droite et futur commissaire aux Questions juives sous Vichy ?

9Très vite, il apparut que la dynamique sociale de la ville renvoyait moins aux clivages sociaux habituels type « patronat », « cadres », « ouvriers », transparaissant comme tels dans le politique, qu'à des clivages de type sectoriel, fondés entre autres sur les principales branches industrielles, et déterminants comme de véritables sous-systèmes locaux. En poussant plus avant les investigations historiques, nous découvrions un monde extraordinairement cloisonné, stratifié si l'on peut dire verticalement en particulier autour de ses deux systèmes industriels prédominants, développant localement des modèles économiques et sociaux totalement opposés.

10Contrairement donc à ce que nous attendions et qui pouvait d'ailleurs être observé dans les grands centres industriels constituant les grands référentiels habituels, structures industrielles, structures de classes et structures locales semblaient ici loin de coïncider, c'est le moins qu'on puisse dire. Simple décalage historique ? Impondérable culturel d'une situation locale venant en quelque sorte brouiller le jeu de la logique économique dominante ? Il importait en tout cas de reprendre plus systématiquement le travail en commençant, entre autres, de remonter le cours de l'histoire.

Annonay avant la Deuxième Guerre mondiale

11Une ville ouvrière qui diffère des zones de forte concentration industrielle

12Ville de tradition industrielle importante, ainsi qu'on l'a vu, Annonay présente des caractéristiques relativement spécifiques au milieu d'un environnement et d'un département essentiellement ruraux. Juste après la Première Guerre mondiale, alors que l'ensemble du département de l'Ardèche comptait à peine plus du quart de ses actifs dans l'industrie, le secteur industriel d'Annonay employait à lui seul presque 70% du total des actifs de la ville (4 420 ouvriers sur 6 358 actifs) et 80% si l'on compte les activités du bâtiment : le secteur tertiaire représentait alors moins de 20%.

13Dès les années 20, Annonay apparaissait ainsi comme possédant « une aristocratie capitaliste, avec de très grosses fortunes, héréditaires déjà et fort anciennes4 ». A côté de ces dynasties établies présidant aux destinées d'établissements industriels importants, se situe une frange beaucoup plus fluctuante de petits industriels ou artisans connaissant un enrichissement rapide suivi de chutes tout aussi brutales, entre autres dans le cuir et tout particulièrement dans la mégisserie. En lien avec ces industries, s'est instauré tout un secteur de grand négoce, concernant aussi bien l'approvisionnement en produits de base (tous les mégissiers n'achètent pas directement leurs peaux et doivent s'adresser à la douzaine de commissionnaires en peaux alors installés à Annonay ; la papeterie elle-même s'approvisionne en chiffons chez un gros négociant) que l'énergie (charbon) ou les transports (services de messagerie). C'est d'ailleurs à partir d'un négoce que se constituera sous Louis-Philippe la banque locale Béchetoille qui partagera pendant longtemps avec la Banque de France l'exclusivité des opérations bancaires locales : cette banque existe encore.

14La ville constitue aussi un petit centre de desserte commerciale pour tout l'environnement.

15Mais c'est surtout la population ouvrière qui est ici importante, puisqu'elle rassemble deux tiers des actifs : les trois secteurs dominants regroupent les quatre cinquièmes de cette population ouvrière (36 % dans le cuir, 30 % dans le papier-carton et 16% dans le textile).

16En dépit de sa forte spécification industrielle, Annonay ne doit pourtant pas être confondue avec d'autres types de concentration ouvrière telle que celle observée dans le Nord, au Creusot ou en Lorraine.

17Ville de petite taille, isolée dans un milieu rural. La taille de la ville (15 000 habitants) aussi bien que son relatif isolement donnent un surcroît d'importance à l'influence sociale du milieu rural environnant proche encore de toute une main-d'œuvre qualifiée maintenant établie en ville, et réservoir d'une main-d'œuvre moins qualifiée servant d'appoint pour certains types de travaux ou entrant dans le creuset de l'industrie. A tel point que A. Siegfried pouvait noter que sous la IIIe République « même à Annonay, ville manufacturière pourtant, le travailleur reste de type rural, possédant presque toujours quelque bien aux champs5 ».

18Une tranquille dominance de la droite

19Un fait est certain en tout cas  : le mouvement ouvrier ne paraît pas là particulièrement virulent, mais plutôt à la remorque de ce qui se discute et se réalise ailleurs : les institutions politiques restent l'apanage de la droite, le tout dans une sorte de connivence entre les couches ouvrières et le patronat. A tel point que dans L'Ardèche socialiste, en 1929, l'auteur d'un reportage sur « Annonay ville féodale », estime que nombre de prolétaires sont « les complices et les appuis » du patronat et qu'André Siegfried lui-même s'étonne de trouver une ville ouvrière aussi tranquillement conservatrice  :

20« Dans cette ville d'une quinzaine de mille habitants, dont les deux tiers sont des ouvriers, de grandes familles patronales catholiques – les Montgolfier, les Béchetoille, les Seguin, les Mignot, les Ribes, les Frachon – ou protestantes – les Chapuis, les Binet –, exercent sous la IIIe République comme sous les régimes précédents une domination ressemblant à un principat. Une seconde couche de patrons, self-made men, radicale d'origine, tend à son tour à devenir conservatrice, en cherchant à s'intégrer socialement dans la couche antérieure. L'ouvrier, de type rural, le plus souvent propriétaire, dépend des patrons qui tiennent du reste les mairies des communes voisines, et ne demande que la paix ; il y a des syndicats, mais ils demeurent généralement squelettiques6. »

21Faible impact du mouvement ouvrier

22Les seuls mouvements revendicatifs signalés sur la période 1920-1935 concernent essentiellement le secteur cuir, tanneries et mégisseries (cf. grève pour la réintégration de 3 camarades aux tanneries Franc en 1920, grève pour des questions de salaire chez Meyzonnier en 1923, grève des ouvriers mégissiers en 1929 à propos d'une, revendication de vacances payées, avec succès partiel...). La CGT reste très faible : elle ne comprend à Annonay que le syndicat des cuirs et peaux7 et il faudra attendre 1936 pour que l'union locale d'Annonay puisse valablement fonctionner, les syndiqués passèrent alors de 150 à plus de 3 000 (voir tableau ci-contre).

23Ce n'est pas non plus avant septembre 1936 qu'Annonay, alors seule ville importante de la Drôme et de l'Ardèche à ne posséder que quelques militants communistes, verra se constituer trois cellules suivies bientôt d'une quatrième à la tannerie Meyzonnier8. Il est à noter, en effet, que les militants socialistes d'Annonay comprenant entre autres un ouvrier mégissier et un instituteur, avaient refusé l'adhésion à la IIIe Internationale en 1920, et suscité le développement de la SFIO9 (cf. tableau ci-contre).

24L'influence de la droite royaliste et Action française

25Si 1936 produit d'importants changements dans l'organisation interne syndicale et politique, il n'en reste pas moins vrai que, lors des élections législatives, le député d'Action française Xavier Vallat sera élu au premier tour ainsi que nous l'avons vu, phénomène qui n'est pas seulement à imputer aux voix en provenance des communes rurales de la circonscription... Depuis 1871 d'ailleurs, sur 17 élections législatives, le canton d'Annonay a toujours voté à droite, hormis en 1877 et 1881, puis 43 ans après, au moment de la victoire du Cartel des gauches en 192410. Les observateurs notent qu'il s'agit là d'une droite encore plus « réactionnaire que conservatrice »11.

26Et pendant toute la IIIe République, cette droite n'hésitera pas à « voter pour le socialiste par haine de la République » dans la mesure « où elle considère plus important de barrer la route à un radical-protestant ou à un franc-maçon qu'à un socialiste révolutionnaire. Son véritable ennemi sous la IIIe République, c'est non pas le marxiste, mais le républicain laïque issu de 178912. »

27Bien que non ardéchois d'origine, mais en lien à Annonay avec des familles alliées d'ailleurs à la banque locale (ce sont les Béchetoille qui le recueilleront après son procès et sa condamnation à l'indignité nationale à la fin de la guerre de 1945) sans oublier le milieu des papetiers, Xavier Vallat sera dans l'entre-deux-guerres un des leaders particulièrement actif – et violent – de cette « droite pure13 ».

28Élu pour la première fois le 16 novembre 1919, battu lors de la victoire du Cartel des gauches en 1924, mais réélu en 1928, 1932 et 1936, il combat les ministères du Cartel, condamne l'impuissance du Parlement qu'il souhaite voir dépouillé de toute « initiative en matière de dépenses » au profit d'un renforcement de l'exécutif, veut « rendre responsable le capital en lui enlevant l'anonymat », prône le corporatisme ; il appelle enfin à réglementer la profession de banquier pour en écarter « tous les aigrefins que nous fournit la pègre internationale14 », appellation contrôlée d'antisémitisme. Lors de l'investiture de Léon Blum par la Chambre du Front populaire en 1936, c'est d'ailleurs lui qui se lèvera pour souligner « ce moment historique » où pour la première fois « ce vieux pays gallo-romain » va être gouverné par « un juif15 ». Grand mutilé de la Première Guerre mondiale, il deviendra « immédiatement ministre des Anciens Combattants sous Pétain » et premier chef de la Légion, puis commissaire aux Questions juives en mars 194116.

29S'il est évident que tout le patronat annonéen n'épousait pas forcément des positions aussi positivement extrémistes, il est néanmoins clair que le nationalisme virulent et le catholicisme moralisant de Xavier Vallat – voire son antisémitisme – ont trouvé localement plus que des connivences. On nous a d'ailleurs signalé l'existence à Annonay dans l'entre-deux-guerres de deux cercles fréquentés par les industriels : le premier, « cercle de l'industrie », à l'usage des petits industriels et commerçants ; le second, « cercle littéraire », beaucoup plus restreint et ne tolérant que des membres « justifiant d'un certain niveau de ressources et ne présentant aucun caractère de fonctionnarisme ou de religion juive » : il nous semble retrouver là le nationalisme anti-républicain et donc anti-fonctionnaire de l'Action française, ainsi que son antisémitisme anti-sociétés anonymes : seuls se révèlent « propres », les capitaux familiaux...

30Au niveau local

31C'est cependant une droite moins extrémiste qui gérait les institutions locales dirigées plutôt par des couches sociales de second rang, négociants, professions libérales, artisans et commerçants... Ce type de droite conservatrice occupera la mairie sans interruption jusqu'à la Deuxième Guerre mondiale.

32Un fait est frappant si l'on considère les listes en présence lors des différentes élections de la période  : l'affrontement droite-gauche ne révèle en effet pas tant une opposition de type « couches possédantes et patronales » contre « couches dominées salariées et ouvrières » qu'une opposition entre branches d'activité : le secteur cuir en particulier se révèle le noyau dominant des listes d'opposition regroupant tout aussi bien patrons du cuir et commissionnaires en peau qu'ouvriers qualifiés de la profession17 ; sans aller jusqu'à intégrer les patrons papetiers, les listes de droite rassemblent plus volontiers les différents métiers liés à cette activité (du négociant en chiffon à l'ouvrier papetier) et n'accueillent en tout cas personne du cuir.

33Ville industrielle et ouvrière, Annonay est donc loin d'apparaître, ainsi qu'on l'a dit, comme une « ville rouge », à la différence de ce qui peut être observé dans d'autres zones de forte concentration ouvrière. Fortement stratifiée socialement, la ville développe, il est vrai, un zoning social très particulier, très lié précisément aux activités : n'est-elle pas constituée d'un quartier marchand, le Champ, situé dans la presqu'île de confluence des deux rivières qui traversent la ville (la Cance et la Deûme) et de deux faubourgs industriels liés l'un au papier (sur la Deûme), l'autre au cuir (sur la Cance) ?

34Si l'adage populaire prévalant, semble-t-il, depuis le XIXe siècle a pu décrire Annonay comme « une ville de taudis entourée d'une couronne de châteaux  18», on doit noter aussi que le fond des vallées, où se trouvait rassemblé l'habitat ouvrier, donnait lieu à des quartiers fortement contrastés :

35– quartier des tanneurs à Cance s'échelonnant en hauteur le long des gorges, redouté plus encore que méprisé des quartiers résidentiels (n'est-il pas baptisé la « tartarie »...), on y compte en 1921 plus de 3 000 personnes vivant presque toutes de la tannerie ou de la mégisserie ;

36– ouvriers mégissiers et papetiers dans la dernière partie du cours de la Deûme (quartier des Cordeliers) où se mêlent mégisseries archaïques ou modernes et papeteries ;

37– habitat des seuls ouvriers du papier enfin, localisé depuis Faya et plus en amont de la Deûme jusqu'en dehors de la commune dans les villages papetiers situés à proximité des usines : cité ouvrière de Marmaty, logements autour de Grosberty et du Pont, et les trois éléments de Vidalon comprenant outre cette cité, le « Moulin » et le « Vallat » ; le tout fonctionnant selon des modèles sociaux très différenciés.

38Plus nous approfondissions les analyses, plus il nous apparaissait que l'Annonay d'avant-guerre fonctionnait en quelque sorte selon une série de systèmes plus « verticaux » qu'horizontaux, si l'on entend par là que la dynamique sociale de la ville et les clivages politiques locaux semblaient plus proches du mode d'organisation spécifique de chaque branche économique (dans le domaine de la production aussi bien que dans celui de la reproduction sociale) que des traditionnelles oppositions de classe relevées au niveau des structures globales.

39Il nous semblait donc ne pouvoir rien comprendre à toute la dynamique sociale locale se développant à Annonay entre les deux guerres sans appréhender le mode de fonctionnement très contrasté des deux types d'activités dominantes semblant alors fortement cliver la ville. Essayons de caractériser brièvement chacun des modèles ainsi déployés par le cuir et le papier.

Système papier et système cuir à Annonay dans l'entre-deux-guerres.

40Le système papier

41Une aristocratie industrielle. Regroupant le long d'une des deux rivières (la Deûme) les usines de ses cinq établissements, ses résidences et ses « villages papetiers », le secteur du papier fonctionnait en fait un peu à la manière d'une aristocratie industrielle (ou selon un mode « féodal » pour reprendre un terme de L'Ardèche socialiste de 1929) puisque ayant transposé là tout ce qui caractérisait l'ancienne noblesse terrienne : ici transmission héréditaire des privilèges et des domaines, là du savoir technique et des usines (n'était-on pas déjà ingénieur de père en fils depuis Pierre de Montgolfier ?). Même attitude patrimoniale vis-à-vis des classes assurant la production, entretenues non seulement économiquement (avec garantie plus ou moins tacite de l'emploi : plus tard pendant la guerre, on gardera les ouvriers alors même que manque le travail : n'a-t-on pas des obligations vis-à-vis des gens de sa maison ?) mais encore idéologiquement (participation au prestige de tel domaine ou « maison », à la production de tel article « noble »... ) dans tout un contexte social doté de structures urbaines spécifiques (le château, le domaine-usine, les villages, avec leurs écoles, leurs commerces, leur église, leurs fêtes, etc.), dépassant de beaucoup le paternalisme individuel ou occasionnel qui sera le fait d'un patronat plus bourgeois : même s'ils ont ensemble quelques points communs, les « villages papetiers » ne sont pas les « cités ouvrières ».

42Les villages papetiers. Construits aux XVIIIe et XIXe siècles, les villages papetiers appartiennent entièrement aux industriels du papier, aussi bien les habitations que les locaux de desserte (école, dispensaire) et même l'église. « Composés de logements de fonction (150 à Faya, 224 à Vidalon) que l'on cède gratuitement au personnel à compter de la 25e année de service dans l'entreprise ou aux retraités, ils abritent des populations extrêmement stables. Bien souvent les habitations – et les jardins ouvriers qui leur sont toujours liés – se transmettent dans une même famille d'une génération à l'autre.

43Les magasins d'approvisionnement, la cantine et les services propres assurent à ces cités centrées sur l'usine et non directement articulées sur la ville, une vie autonome, qui semble tout naturellement s'exprimer lors de la fête annuelle corporativo-religieuse de Notre-Dame-de-Vidalon ; célébrées à la gloire de Dieu, des papetiers et des Montgolfier, « ces réjouissances semi-religieuses... qui se clôturent par l'envol d'une montgolfière... se font dans un profond respect des traditions19 ».

44Un tel contexte ne permettait donc d'exister qu'intégré socialement à cet ensemble (en 1875 un mémoire traitait d'ailleurs des « bons rapports qui existent entre patrons et ouvriers dans la papeterie d'Annonay20 » et il est frappant de constater que le corporatisme qui s'affirme là porte moins sur le métier que sur la branche et sur la « Maison » (au sens déjà décrit plus haut : on est « Vidalon »). Le corporatisme des ouvriers du papier ne paraît en effet oser s'affirmer que comme intégré à un ensemble qu'il ne contrôle pas entièrement, partie prenante d'un processus et attestataire d'un ordre établi qui le dépasse et qu'il ne saurait envisager de contester sans craindre de disparaître lui-même.

45Une droite catholique. Catholiques affichés et souvent monarchistes, sans problèmes majeurs avec leurs ouvriers, les papetiers qui ne représentaient cependant que la deuxième branche économique d'Annonay par l'importance numérique des emplois – mais avec des établissements plutôt plus conséquents de par leur taille que dans les autres branches – constituaient sans conteste l'un des modèles de référence dominants dans l'organisation sociale de la ville  ; ils fournissaient la base même de l'Annonay catholique21 (voire nationaliste et Action française) garante de l'ordre moral, proliférante d'institutions de tous ordres à usage de tous les groupes sociaux, pour ne pas parler des écoles : A. Siegfried note qu'en 1932-34, 71% des filles du canton d'Annonay fréquentaient l'école libre22.

46Le système cuir

47Une industrie spéculative, mobile et fluctuante. Face à ce modèle aristocratique, le secteur du cuir, producteur de fortunes considérables, conservait un caractère quelque peu parvenu. Ce n'est d'ailleurs que vers la fin du XIXe siècle que sont apparus dans la tannerie des établissements de plus de 500 salariés. Face à la stabilité et à la continuité du secteur papier, le cuir représentait au contraire – en particulier dans la mégisserie, compatible encore avec de petits établissements –, un jeu où l'on peut gagner beaucoup, perdre tout, mais aussi recommencer. Là, point besoin dans un premier temps de lourds investissements ou de processus à réguler constamment en continu, même si le travail des peaux nécessite de multiples opérations  : les capitaux financent pour l'essentiel les stocks de peaux à traiter (on peut même spéculer avec l'argent des autres), le savoir-faire opère le reste  : tel salarié d'hier peut espérer devenir un jour le patron de demain, mais dans tous les cas, au contraire du papier dont le marché se révèle régulier, le résultat financier final n'est pas seulement fonction du travail fourni. Dans une monographie officielle de la profession publiée en 1942, on décrit ainsi la vie du « tanneur moyen » par un « vieux du métier » :

48« Cette vie quotidienne, il la commence avant 7 heures. Il est présent à la rentrée de son personnel. Successivement, il recevra son courrier, classera chacun de ses cuirs bruts, vérifiera toutes les marchandises qui entrent ou sortent du bain, aussi bien les bains eux-mêmes, il participera au refendage.

49« L'après-midi, il recevra ses clients, classera ses cuirs finis, surveillera personnellement les expéditions, fera ou dictera son courrier et sa journée se terminera à la nuit, après le départ des ouvriers, sa comptabilité étant le plus souvent faite par lui dans les soirées ou le dimanche.

50« Le classement des cuirs est, comme on le voit, une opération grave que le chef d'entreprise se réserve.

51« Il s'est fixé un genre de fabrication, il a procédé à l'achat de certains lots de cuirs verts en vue de cette fabrication. Lorsque ses peaux arrivent en tannerie, son premier soin est de les trier, pour les diriger vers les utilisations auxquelles elles apparaissent mieux assorties de par leurs caractéristiques.

52« Le tanneur en tirera ainsi un meilleur parti.

53« Il arrive d'ailleurs très souvent, qu'étant d'abord bon négociant, le tanneur ayant trié ses peaux. s'en remet pour le travail de tannerie à son chef de fabrication23. »

54Certes, dans les années 20-40, une distinction reste à opérer entre les tanneries occupant principalement le quartier de Cance dit « la tartarie », devenues pour la plupart des entreprises de moyenne ou grosse importance et amenées à s'assurer une stabilité de fonctionnement minimale, et les mégissiers, dont les effectifs et les établissements continuent de fluctuer au gré des crises : mais un fait reste certain, c'est en grande partie aux industriels du cuir qu'Annonay doit à cette époque sa réputation de richesse ostentatoire (somptueux châteaux des tanneurs, voitures de haut luxe, cabarets sélects, etc.). Là, point besoin comme dans le papier de s'embarrasser d'obligations (normes de travail, souci de logement). La politique de logement adoptée par les tanneurs ne constitue pas comme dans le papier un système autonome, mais vise tout au plus à s'assurer au coup par coup le concours individuel de tel ou tel ouvrier jugé indispensable (chef de fabrication par exemple).

55Savoir-faire et métier. Fonctionnant selon un modèle parfaitement libéral, le système cuir ne développera pas le modèle d'intégration déployé par l'industrie du papier. Rien ne vient tempérer comme dans le papier la loi de l'offre et de la demande qui prévaut aussi bien en ce qui concerne les produits que l'utilisation de la force de travail. Dans cette activité fortement fluctuante, ce n'est donc pas autour de l'ensemble du processus de production de la branche, encore moins autour d'une « maison » que se développera le corporatisme ouvrier : on ne magnifiera pas la branche, mais on affirmera son savoir-faire sectoriel, son métier.

56Le corporatisme des ouvriers du cuir et des palissonneurs24 en particulier apparaîtra ainsi comme un corporatisme de métier, manifestant le rôle clé assumé dans l'une des phases essentielles de la filière de production, rôle d'ailleurs doublé d'une instabilité de l'emploi beaucoup plus grande que dans le papier, qui ne préserve pas les plus qualifiés de ces ouvriers du chômage, alors même qu'ils se savent à l'origine de fortunes considérables  ; dans de telles conditions, où non seulement l'organisation sociale de la branche n'assure aucune sécurité comme dans le papier, mais où, de plus, l'organisation économique du secteur intègre parfaitement la mobilité et entretient même l'instabilité, le corporatisme de métier apparaît comme la seule structure stable, car il permet de verrouiller une des étapes fondamentales de la filière de production et de garantir aux compagnons ou syndiqués une sécurité et des retombées minimales. Alors que le corporatisme de branche (type papier) est intégré, respectueux de cette structure et comme tel conservateur, le corporatisme de métier des ouvriers qualifiés du cuir, conscient de ce qu'il vaut et de ce qu'il permet, se révèle et s'affirme plus clairement face au patronat, sans oublier pour autant de se défendre vis-à-vis des autres catégories ouvrières.

57Un fonctionnement local très éclaté

58Sans rentrer dans le fonctionnement des autres branches d'activité plus proches pour les unes (tel le textile) du système papier ou au contraire du cuir (comme la mécanique), on notera que le fonctionnement local était profondément marqué par les divers clivages économico-sociaux interbranches, dont on retrouvait trace jusque dans le mode d'inscription politique :

59– prédominance au plan patronal d'une droite catholique royaliste puis Action française côté aristocrates fabricants de papier, opposée à une gauche protestante radicale-socialiste côté bourgeoisie industrielle et commerciale du cuir ;

60– antagonisme marqué, au niveau de la main-d'œuvre ouvrière entre le corporatisme de branche des salariés du papier donnant lieu à une forte intégration idéologico-politique et le corporatisme de métier des ouvriers du cuir regroupés en syndicats structurés, puis berceau de la CGT et du PC, chaque ensemble s'étant doté d'institutions sociales spécifiques.

61L'identité professionnelle, liée à chacune des branches d'activité, semblait donc prédominer là de façon massive, sériant profondément toute l'organisation locale : ce sont ces implications sur l'ensemble de la vie sociale (mariage, habitat, vie associative, vie de quartier...) que nous tenions précisément de cerner dans le cadre des recherches pour le patrimoine ethnologique.

62S'il n'est pas dans notre propos de reprendre ici le détail de ces éléments, il importe cependant de noter que les diverses investigations effectuées manifestent en fait un ordre local encore beaucoup plus compartimenté qu'on ne pouvait initialement le penser. En approfondissant ainsi les types de fonctionnement de chacune des activités, on découvre par exemple tous les clivages qui, à l'intérieur même du secteur cuir, opposent tanneurs (plus proches de la manufacture) à mégissiers (plus proches de la petite industrie artisanale) : et il n'est pas jusqu'à la mégisserie elle-même qui ne voie s'opposer à l'intérieur d'elle-même ses deux types d'activité dominante : le travail de rivière (dépoilage et préparation des peaux) et le palissonnage (finissage) ; à tel point que l'on pouvait observer là deux syndicats fortement opposés et se défendant l'un de l'autre, le syndicat des mégissiers imposant par exemple aux fils de palissonneurs voulant travailler en rivière une cotisation dix fois plus élevée que la normale, la réciproque étant vraie. Et les exemples pourraient être multipliés dans de nombreux autres domaines.

63Nous sommes donc loin, ce faisant, d'un ordre local unifié où les rapports sociaux se manifesteraient dans leur claire structure d'opposition, ainsi qu'on pourrait peut-être penser l'observer dans de plus grands centres industriels, aux structures plus massives et sans doute plus homogènes, marqués plutôt par de gros établissements industriels. Il convient d'ailleurs de noter combien ce mode d'organisation, centré d'abord sur les activités et éclaté entre elles tel qu'il vient d'être observé à Annonay, se révèle en fait assez congruent avec tout un mode de fonctionnement profondément fragmenté.

64Si les principaux dirigeants industriels investissaient en effet la Chambre de commerce, ils semblaient par ailleurs peu soucieux de s'immiscer dans la vie municipale locale. Un examen attentif de leur politique montre même que les champs d'intervention des diverses institutions économiques et politiques locales se trouvent alors soigneusement délimités selon un paradigme où « privé » et « public » ne se confondent pas : c'est essentiellement à des interventions concernant les équipements (type de construction d'une poste, de bains-douches, etc.) qu'était vouée l'action municipale, ainsi qu'à un certain rôle de suppléance quant à l'action sociale ; pour le reste, les industriels restaient individuellement souverains, la Chambre de commerce leur servant plus d'instrument de concertation à usage interne que d'instance permettant d'impulser une politique commune affirmée par rapport au local.

65Le modèle d'organisation de l'Annonay d'alors nous semble ainsi caractérisé par une structure de fonctionnement très éclatée à peine unifiée à un niveau de toute façon surtout formel ou symbolique au travers de ce que l'on a appelé le « système notable25 ». Le notable n'avait-il pas, en effet, précisément pour fonction de garantir et cautionner au plan intérieur une diversité qu'il était par ailleurs chargé de couvrir vis-à-vis de l'extérieur ? Il y trouvait là sa force et sa faiblesse, ne détenant en fait son pouvoir que comme garant – et otage – des statu quo. On ne sera donc pas étonné de trouver cette fonction dévolue plutôt au niveau municipal, à des couches impliquées seulement à un rang second dans les clivages locaux et tenues de toute façon de se cantonner à un seul rôle de suppléance sociale face aux manques les plus évidents, sans avoir à s'occuper du reste : leur rôle se résumant alors pour l'essentiel à la fonction de représentation extérieure. On peut certes penser qu'à Annonay, ce type de fonctionnement très compartimenté du plan local se trouvait encore durci par l'opposition particulièrement contrastée observée entre les systèmes cuir et papier (industrie plus spéculative d'un côté et plus capitalistique de l'autre, fondamentalement mobile pour l'une et stable pour l'autre, marquée d'un côté par le « métier », de l'autre par la « Maison », etc.).

66Mais, sans ériger ce cas en unique modèle de fonctionnement communal ou comme seul exemple des rapports privé-public existant à cette époque (d'autres systèmes n'existaient-ils pas alors moins segmentés et plus « localistes » autour des Bourses du Travail26 développant un interventionnisme urbain plus massif comme dans le Nord27, etc.), il convient de reconnaître que le système local observé à Annonay se trouvait sans doute l'apanage de nombre de villes marquées par des structures économiques peut-être moins caractérisées par leur ampleur (type SA usinières) que par leur type « familial-local indépendant28 » et leur variété et organisées en tout cas prioritairement autour des branches d'activité : ces dernières ne fonctionnent pas selon un modèle social uniforme, mais développent ce que l'on pourrait appeler des modes propres de socialisation à inventorier comme tels. Un fait est certain en tout cas  : « l'incohérence » de départ du système local annonéen n'apparaissait telle que parce que l'on cherchait peut-être là un ordre local unifié qui n'existait pas, structuré directement autour d'un système d'identité de classe prévalant sur tout autre système identitaire professionnel et organisant clairement de la sorte les rapports sociaux locaux. Mais n'était-ce pas là extrapoler indûment le modèle de fonctionnement somme toute bien particulier de la grande entreprise ? Il n'est pas sûr, en effet, qu'identité de classe et identité professionnelle coïncident toujours apparemment aussi facilement, comme dans cette dernière. Sans vouloir être iconoclaste, on pourrait même se demander, au vu de ce que l'on a pu observer à Annonay, si l'on n'aurait pas intérêt parfois, à considérer plutôt l'identité de classe comme interne au système d'identité professionnelle et non l'inverse... Sans trancher cet épineux problème, retenons en tout cas combien, dans cette quête du patrimoine industriel, il importe d'élargir actuellement nos modèles référentiels et nos méthodes au-delà des exemples « typiques » habituellement mis en avant, très liés finalement à la grande entreprise et à son système de déterminants sociaux apparemment très directs, tout l'inventaire reste à faire : à l'anthropologie industrielle d'ouvrir peut-être maintenant ces autres terrains, qui dépassent bien évidemment les seuls secteurs du cuir et du papier d'Annonay.

Haut de page

Notes

1La commune d'Annonay fluctue depuis le XIXe siècle entre 15 000 et 20 000 habitants.
2En 1870, le cuir regroupait 50% des emplois industriels, le papier 25% et le textile 20%.
3En 1962, les emplois industriels de l'agglomération se répartissaient comme suit : mécanique : 26,7% ; textile-habillement : 27,3% ; cuir : 21,1% ; papier-carton : 12,6%. En 1975, la mécanique atteignait 47,4% (41,2% dans l'automobile contre seulement 22% en 1962). Le textile-habillement et surtout le cuir avaient chuté (respectivement 19,4 et 11,2%) tandis que le papier-carton se maintenait (12,5%).
4Siegfried A., Géographie électorale de l'Ardèche sous la IIIe République, 1945, A. Colin, p. 35.
5Cf. Siegfried A., op. cit., p. 33.
6Ibidem, p. 52.
7Cf. R. Pierre, La Drôme et l'Ardèche entre deux guerres 1920-1939, Ed. Notre temps, éd. Sociales, Paris, 1973, p. 39.
8Ibidem, p. 200.
9Ibidem, pp. 19 ss, 30 ss.
10A. Siegfried, op. cit., p. 108.
11Ibid., p. 135.
12Ibid., pp. 104-105.
13Ibid., p. 98.
14Toutes ces citations sont extraites du programme d'engagements électoraux de X. Vallat en 1936 ; in Recueil des textes authentiques des programmes et engagements électoraux des députés proclamés élus à la suite des élections générales de 1936, Paris, Imprimerie de la Chambre des Députés, 1939.
15Rappelé par Paxton R.-O., La France de Vichy, Seuil, 1973, p. 175.
16Dans cette fonction, Xavier Vallat sera à la base de la nouvelle législation sur les juifs, remplaçant les ordonnances du Reich ; le « numerus clausus » d'octobre 1940 sera encore aggravé, la liste des professions totalement interdites encore étendue, des quotas stricts établis, etc. Leader avec le général Curières de Castelnau et Le Cour Grandmaison de la Fédération nationale catholique, c'est ce nationalisme exacerbé qui devait le faire boycotter par les autorités d'occupation puis écarter de son poste (il sera remplacé en avril 1942 par Louis Darquier de Pellepoix).
17Citons à titre d'exemple la liste de « Concentration républicaine » présentée par la gauche en 1912 où nous trouvons sur 5 patrons présentés : 4 patrons tanneurs ou mégissiers, sur 4 commissionnaires : 3 commissionnaires en peau, sur 5 candidats ouvriers : 3 palissonneurs, soit un minimum de 10 représentants du secteur cuir, secteur totalement absent de la liste de droite.
18M. Banc, Annonay, le conflit du passé et du présent, mémoire de géographie, Lyon II, juin 1974, p. 29.
19Ibidem, p. 29.
20Michel J., Exposé des bons rapports..., Paris, 1875, in 8o, 20 p.
21L'iconographie religieuse locale célèbre même les mérites d'un Montgolfier dans l'ordre local des Basiliens (et d'une Béchetoille, de la famille de la banque locale, dans l'ordre de saint Joseph d'Aubenas).
22Siegfried A., op. cit., p. 112.
23Piersat J., Voyages au pays du cuir, éd. Lang, Blanchon et Cie, Paris, 1942, p. 61. C'est nous qui soulignons.
24Le « palissonnage » constitue l'opération clé de la mégisserie, qui donne à la peau son « fini » en l'étirant et l'assouplissant sur une lame dressée verticalement (un « fer »).
25Worms J.-P., « Le préfet et ses notables » in Sociologie du travail « L'administration face aux problèmes de changement », 3-66 juill. sept. p. 276 ss.
26Cf. Schottler Peter, « Un mouvement ouvrier localiste : les Bourses du Travail au tournant du siècle » in CFDT aujourd'hui, no 59, janvier 1983, p. 51 ss et sa thèse à paraître aux PUF, Naissance des bourses du travail.
27Cf. entre autres Mahieu C., « Formation et transformations d'une classe ouvrière locale : le cas lillois », EHESS, nov. 1982.
28Cf. nos divers travaux sur les villes moyennes entre autres rhône-alpines, B. Ganne, Etude villes moyennes Rhône-Alpes vol. XI, essai et synthèse, juillet 1976 ; B. Ganne, Concentration industrielle, mutation socio-politique et développement urbain, ATP CNRS « Croissance urbaine », février 1981.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ganne B., 1984, « Gens du cuir, gens du papier, systèmes industriels et systèmes sociaux locaux : le cas d’Annonay entre les deux guerres », Terrain, n° 2, pp. 5-17.

Référence électronique

Bernard Ganne, « Gens du cuir, gens du papier », Terrain [En ligne], 2 | mars 1984, mis en ligne le 24 juillet 2007, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2794 ; DOI : 10.4000/terrain.2794

Haut de page

Auteur

Bernard Ganne

Chargé de recherche CNRS GLYSI-ERA 633 Université Lyon II

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals