Navigation – Plan du site
Ethnologie, techniques, industries : vers une anthropologie industrielle ?

« Le cœur de la vallée, c'est son moulin... »*

Les moteurs hydrauliques et leurs applications industrielles en France (XVIIIe-XXe siècle)
Louis Bergeron
p. 18-22

Texte intégral

1Tel était le thème d'un programme de recherche confié au C.I.L.A.C.1 en 1981-1982 par la M.I.D.I.S.T.2 et par la mission du Patrimoine ethnologique, qui en assuraient le cofinancement, programme mis en oeuvre par un ensemble d'équipes de recherche parisiennes et régionales3 et de chercheurs individuels4 travaillant en étroite coopération.

2L'opération comprenait :

31. Un inventaire expérimental portant sur les sites et équipements hydrauliques repérables dans un certain nombre de vallées appartenant à la moitié nord-est de la France (Thérain, Esches, affluents de l'Oise ; petits affluents de la Seine dans la région rouennaise et dans la région mantoise ; Eure ; haut Doubs et Loue). En dehors de la constitution d'une importante documentation photographique et de dossiers alimentés par la recherche en archives, le travail collectif engagé par le C.I.L.A.C. et stimulé par l'exécution du contrat a abouti à l'élaboration d'une grille d'analyse technique des moteurs hydrauliques qui, après avoir été testée sur des sites appartenant à d'autres aires géographiques et culturelles, pourra devenir l'instrument d'un inventaire national des installations hydrauliques anciennes et des établissements industriels de toute nature qui leur ont été associés durant plusieurs siècles. Le développement de cette recherche est désormais assuré par son inscription au programme prioritaire de la Cellule de recherche sur le patrimoine industriel rattachée à l'inventaire général5. Par ailleurs, une partie des équipes du C.I.L.A.C. a rattaché certains aspects de sa recherche au programme « Sciences, techniques et sociétés » du C.N.R.S., dans le cadre d'un contrat qui s'attache à préciser les relations et les relais existant au XIXe siècle, en matière d'énergie hydraulique, entre science pure, applications techniques, activités des ingénieurs et des constructeurs et finalement perfectionnement et utilisation du moteur hydraulique au service du développement industriel.

42. Les chercheurs réunis autour du C.I.L.A.C. n'entendaient pas, sur les terrains définis plus haut, préparer seulement la voie à la mise en place d'un simple inventaire de gestion, d'un nouveau corpus documentaire – quelles que soient l'importance et la nouveauté des matériaux concernés. Ils souhaitaient dès l'origine utiliser le thème des roues hydrauliques comme le point de départ d'une exploration du patrimoine industriel dans toutes ses dimensions historiques et anthropologiques. C'est à cet effort que les a encouragés la mission du Patrimoine ethnologique, à partir des mêmes terrains sur lesquels portait simultanément l'inventaire expérimental. L'histoire des moulins hydrauliques engage les historiens sur la voie d'un réexamen de l'interprétation générale de l'industrialisation française des XVIIIe et XIXe siècles à la lumière des choix énergétiques effectués par les entrepreneurs. Du reste, le cas français pourra être rapproché de celui des États-Unis eux-mêmes, voire de celui de l'Angleterre des premières décennies d'une « Révolution industrielle » qui n'apparaîtra plus aussi indissociable qu'on a pu le croire de l'adoption de la machine à vapeur. La généralisation de l'usage de la vapeur a été retardée par la souplesse et l'éventail des possibilités qu'offrait, tard dans le XIXe siècle, l'usage de l'énergie hydraulique : multiplication des sites industriels accueillant des unités de production modestes mais adaptées à la mécanisation ; association de la chute d'eau à l'utilisation d'énergies complémentaires ; faiblesse du coût d'installation par cheval-vapeur  ; facilité sur un même site à diversifier les fabrications ou à décomposer les opérations ; puissance et rendement accrus par d'incessants perfectionnements des roues verticales puis des turbines... Cette problématique rencontre celle, déjà bien connue mais toujours susceptible d'être affinée et enrichie, de la proto-industrialisation et de ses formes tardives ou renaissantes – en articulation ou en recouvrement par rapport aux formes modernes de l'industrialisation. L'histoire industrielle de la France au XIXe siècle conserve un large champ ouvert à l'étude des particularités locales de l'organisation technique et sociale du travail, qui peut déboucher sur une ethnographie de l'industrialisation. L'ensemble des points de vue développés ici prend appui :

  • sur une recherche de caractère théorique et global concernant l'évolution technique du moteur hydraulique en France au XIXe siècle, et précisant sur le plan quantitatif et chronologique sa participation à l'équipement industriel ;

  • sur une série de recherches localisées concernant des vallées ou des établissements du Beauvaisis, de la haute Normandie, de la Franche-Comté, et qui offriront un panorama très nuancé des formes de la vie industrielle dans la France des XIXe et XXe siècles en relation avec l'utilisation de l'énergie hydraulique. D'autres recherches ou enquêtes, menées aux frontières de l'histoire, de l'anthropologie et de l'ethnologie, s'intéressent dans le même cadre géographique, technique et économique à la typologie et aux structures socio-culturelles d'un certain nombre de « populations ».

5L'anthropologie sociale s'intéresse encore trop peu aux patrons, aux entrepreneurs. Une recherche axée sur l'histoire des rapports entre hydraulique et industrie rencontre nécessairement sur son chemin l'étude du groupe des meuniers – ceux de la meunerie traditionnelle ou ceux de la minoterie moderne. Un groupe dont les origines et les destins se rattachent aussi bien aux plus vieux mécanismes d'ascension sociale à partir de la société paysanne qu'au schéma des grandes réussites industrielles.

6Le meunier reste souvent proche de la société rurale d'où il est issu – proximité géographique, explicable par le contact professionnel étroit avec les producteurs situés dans un rayon peu étendu ; proximité familiale, par la naissance ou le mariage dans des communes très souvent proches du lieu d'exercice de l'activité industrielle. Il est issu au XVIIIe siècle du milieu des laboureurs ou encore des petits commerçants locaux ; au XIXe et au XXe, de celui des gros fermiers dont les fils se muent souvent en petits et moyens entrepreneurs grâce à la disponibilité familiale en capitaux. Mais depuis le XIXe siècle le minotier vient aussi d'autres horizons, urbains ceux-là, et, bien entendu, la double révolution technique qu'a dû absorber l'industrie meunière en quelques dizaines d'années n'y est pas étrangère rééquipement « à l'anglaise » et reconstruction selon des normes nouvelles de puissance vers 1820-1870 ; passage à la minoterie à cylindres et nouvelle vague de créations de type franchement usinier à partir des années 1880. Ces transformations favorisent l'intervention des gros négociants des villes, bientôt d'ingénieurs des grandes écoles qui peuvent du reste être les fils des précédents. A partir de la fin du XIXe siècle s'opère une décantation entre la plèbe des derniers artisans de la meunerie – qui ne participent pas au progrès technique ni aux circuits du capitalisme industriel et marchand – et une élite de propriétaires exploitants dont les installations peuvent être de taille très variable, mais qui n'en constituent pas moins un milieu homogène, grâce à une organisation professionnelle et à des pratiques matrimoniales manifestant un grand souci de cohésion.

7Le minotier tel qu'il se définit depuis le milieu ou la fin du XIXe siècle reste un notable local influent, tout en participant à une très large économie de marché, nationale ou internationale, et en se comportant en industriel averti.

8Il reste aussi très proche de son entreprise et de son personnel, conserve le goût des questions techniques et d'organisation, le contact avec la nature physique et avec ses contraintes, l'habitude de la fréquentation personnelle des employés et de la clientèle. Un type d'entrepreneur attachant, et qui échappe aux classifications habituelles du patronat.

9L'enquête orale s'est, pour une part, orientée dans cette direction. En pays comtois, l'étude de la « ferme-atelier » fait apparaître la prolifération au XIXe siècle, et la survivance jusqu'à une date souvent récente, d'un type de petite entreprise d'une remarquable originalité : l'entreprise familiale polyvalente, associant à la petite exploitation agricole et forestière et à de petites activités de commerce ou de service, une activité industrielle liée à l'hydraulique. Type d'entreprise qui stabilise l'interpénétration séculaire des genres de vie, autour d'une utilisation de l'énergie hydraulique poussée jusqu'à ses dernières limites. Ailleurs – en Normandie, dans le Beauvaisis – se rencontrent des formes très diverses de l'industrialisation au fil de l'eau, et des populations ouvrières très inégalement intégrées à, ou dissociées de la société rurale traditionnelle. Du petit atelier travaillant dans la dépendance de la fabrique parisienne à l'usine, du travail dispersé à domicile – continuant à effectuer certaines opérations ou certaines fabrications – aux concentrations ouvrières organisées et stabilisées dans le cadre de politiques patronales aux nuances diverses, l'industrie au village, au bourg ou dans la petite ville déploie le long des vallées des formes très spécifiques d'insertion dans les campagnes.

10Quels que soient l'objet et le lieu, ces recherches en cours sont d'ores et déjà l'occasion d'une double expérience. D'une part, celle d'une convergence, sur un même domaine d'anthropologie industrielle, des curiosités et des méthodes de l'historien et de l'ethnologue, attestant la richesse de la moisson d'informations et d'interrogations qui peut être engrangée à la faveur de constants aller et retour, entre le « terrain » – vestiges physiques ou témoignages oraux – et les archives, en particulier celles qui restent peu exploitées – archives techniques, archives d'entreprises...

11A cet égard, on voudrait souligner que l'accent a été mis jusqu'à présent, dans l'étude des populations ouvrières, sur l'enquête orale comme moyen d'information sur l'histoire du travail (lieux, savoirs, qualifications), sur l'histoire de l'habitat, la vie quotidienne, les carrières individuelles et familiales, etc. On aborde beaucoup moins l'étude de la formation et de la reproduction de la force du travail : l'anthropologie redevient ici historique et doit recourir à de patientes reconstitutions à partir des actes de l'état-civil ; la méthode en a été éprouvée et indiquée ces dernières années par Serge Chassagne pour la période proto-industrielle6, par Yves Lequin pour des populations plus récentes. L'interrogation des actes permet d'apporter des réponses très sûres à bien des questions concernant les rapports entre la famille et l'industrialisation, les conditions et les effets de la mobilisation de populations transférées de l'organisation proto-industrielle du travail à la fabrique et au salariat. Par ailleurs, les archives judiciaires pourront éclairer les conditions de l'affermissement du nouveau pouvoir patronal, l'une des clés du succès de l'industrialisation. L'autre expérience, c'est que le rapprochement entre une recherche « de cabinet » et une recherche de terrain est aussi un rapprochement entre la recherche des « professionnels » (universitaires de tous les degrés, chercheurs confirmés et apprentis) et la recherche à laquelle s'essaient les associations à vocation culturelle, à juste titre soucieuses d'étayer sur de solides références scientifiques leurs actions d'animation destinées à un large public. Expérience nécessaire pour desserrer un contrôle trop soupçonneux et trop exclusiviste de la science officielle sur les initiatives spontanées d'individus ou de groupes dont le concours est de plus en plus indispensable pour assurer la communication entre spécialistes de la Culture (avec une majuscule) et clientèles locales, de plus en plus « éclairées » parce que de plus en plus passionnées 7.

12On en déduira naturellement le vœu final : que le patrimoine industriel, et les recherches qu'il suscite, ne devienne jamais l'enjeu de rivalités sectorielles, ni d'ambitions monopolistes. Mais qu'il se constitue, au contraire, en un champ scientifique complexe, ouvert aux interrogations de la société d'aujourd'hui.

Haut de page

Notes

* (152 proverbes remis au goût du jour, par Paul Eluard).
1Comité d'information et de liaison pour l'archéologie, l'étude et la mise en valeur du patrimoine industriel, 48, rue Saint-Lambert, 75015 Paris.
2Mission interministérielle pour le développement de l'information scientifique et technique, 280, boulevard Saint-Germain, 75007 Paris.
3Ecomusée du Beauvaisis ; Centre régional d'études historiques et documentaires de l'Ouest parisien ; Ecole normale de Chartres ; Institut universitaire des Arts et traditions populaires de l'université de Besançon ; Mission de la M.I.D.I.S.T. auprès de l'Inventaire général.
4Chercheurs en 3e cycle à l'Ecole des hautes études en sciences sociales.
5Cf. Allocution de monsieur Jack Lang, ministre de la Culture, prononcée à l'abbaye de l'Epau le 15 décembre 1983.
6Serge Chassagne, Familie und Industrialisierung im Spiegel der Standesamtregister, in Famille zwischen Tradition und Moderne, Göttingen, 1981, pp. 246-264 (résumé en français ; abondante bibliographie en notes)  ; – Les ouvriers en indiennes de l'agglomération rouennaise (1760-1860), à paraître dans les Mélanges offerts à Pierre Goubert (1984).
7Yves Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914), Lyon, 1977, 2 vol.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bergeron L., 1984, « "Le cœur de la vallée, c’est son moulin…" Les moteurs hydrauliques et leurs applications industrielles en France (XVIIIe-XXe siècle) », Terrain, n° 2, pp. 18-22.

Référence électronique

Louis Bergeron, « « Le cœur de la vallée, c'est son moulin... » », Terrain [En ligne], 2 | mars 1984, mis en ligne le 24 juillet 2007, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2796 ; DOI : 10.4000/terrain.2796

Haut de page

Auteur

Louis Bergeron

Directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales.

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals