Navigation – Plan du site
Ethnologie, techniques, industries : vers une anthropologie industrielle ?

Port-de-Bouc d'hier et d'aujourd'hui : une ville à renaître

(ou les forces et les faiblesses d'un patrimoine social déstabilisé)
Jean-Claude Garnier
p. 62-71

Texte intégral

11966 : les chantiers navals de Port-de-Bouc ferment1. Que devient une identité sociale « forte » alors même que les conditions qui ont contribué à sa constitution semblent éclater, que son support essentiel disparaît et que les conditions sociales des travailleurs de Port-de-Bouc se modifient radicalement2 ? Comment les générations suivantes, qui « naissent socialement » dans les nouvelles conditions intègrent-elles ou non l'acquis de leurs aînés ?

2Autant de questions qui restent ouvertes et qui mériteraient de nouveaux développements de recherches centrées spécialement sur ces problèmes, mais pour lesquelles nous tracerons ici quelques pistes exploratoires très sommaires. Car la question qui se pose est bien en effet la suivante « Que reste-t-il de tout cela ? » Lorsque l'on sait que la place occupée par les chantiers navals est restée pendant quinze ans un trou béant au milieu de la ville, que, petit à petit, la population ouvrière de Port-de-Bouc a éclaté, essaimé sur les différents lieux de travail du pourtour de l'étang de Berre et à Fos-sur-Mer... C'est cette question que formulait P. Fructus dans la partie finale de son spectacle Désert éclaté3 avec la force de l'émotion propre à l'expression artistique :

« Oh ! camarades, vous allez pas le laisser partir ce bateau. Mais qu'est-ce que vous avez à rester plantés comme des tacades ? !

« Vous avez envie d'y aller, vous, à La Ciotat ? Alors à cinquante ans, on prend la valise de nos grands-parents, on se remet sur les routes  ! Vous avez du travail, s'il vous plaît ?... Vous avez du travail ?

« Alors, tout ce qu'on a fait ensemble, c'est pour en arriver là...

« Mais qu'est-ce que vous avez à rester là ? Qu'est-ce que vous voulez ? Vous voulez vous laisser déboulonner comme les machines ? Qu'est-ce qu'il vous restera entre les mains après ?...

« Ou encore les enfants, les enfants une fois que ce bateau, la mer l'aura avalé, qu'est-ce qu'il leur restera ? Vous pouvez me le dire, ça ? qu'est-ce qu'il leur restera ? qu'est-ce qu'il restera à nos enfants ? »

3C'est cette question qui a été l'objet de débats passionnés au cours de « l'opération mémoire » manifestant par là son actualité sociale brûlante :

« J. – Alors moi, je voudrais savoir ce qui nous reste à nous en tant que jeunes, j'ai écouté ce qui s'est dit... Des gens qu'ils ont travaillé aux chantiers… Moi, personnellement, j'ai... des oncles, des... un grand-père... mon père y a travaillé..., j'en ai tiré beaucoup de leçons, de cette lutte qui a été menée... et je voudrais savoir ce qui nous reste à nous, en tant que jeunes... dans la région. Moi je voudrais savoir d'abord à quoi elle a servi cette lutte... des anciens de Port-de-Bouc, et je me pose pas mal de questions, j'aimerais qu'on y réponde. »

4C'est cette question que nous allons essayer d'éclaircir sommairement à partir des entretiens réalisés avec les Port-de-Boucains d'hier et les problèmes liés à leur reconversion, les Port-de-Boucains de demain et la manière dont ils préparent leur avenir.

Une « personnalité sociale » qui a « la peau dure »

5En premier lieu, il convient de remarquer à propos de la reconversion personnelle de beaucoup d'anciens travailleurs des chantiers navals de Port-de-Bouc que ce que l’on pourrait qualifier « d'idéal-type » du travailleur des chantiers, symbole de l'ouvrier de Port-de-Bouc4, « bâtisseur », homme de chantiers toujours recommencés, reconverti permanent et « chef de bande », continue à fonctionner après les chantiers et ailleurs.

6Les analyses effectuées, notamment à travers les biographies sont là pour confirmer le maintien des principales caractéristiques de cette « nouvelle race de travailleurs ». Habitués à la vente permanente de leur force de travail, ils vont continuer à circuler d'entreprise en entreprise dans des tâches et des postes parfois très divers, utilisant tout autant leurs qualités techniques de professionnels qualifiés aptes à la reconversion rapide que leurs qualités sociales de promptitude à l'intégration dans un collectif de travail et de prise de responsabilités pouvant aller jusqu'à la création de sa propre entreprise. Se satisfaisant rarement d'un emploi fixe répétitif ne faisant pas appel à leurs qualités d'initiative sociales et professionnelles, ils vont utiliser à fond les réseaux sociaux anciens (en particulier la « confrérie » des anciens des chantiers) ou nouveaux dans des positions de polyvalence professionnelle (par exemple dans des tâches « d'entretien ») très souvent gérées dans un cadre de « sous-traitance ». Est-ce à dire qu'il s'agit là d'une volonté délibérée de « nomadisation » de la part de ces travailleurs ? La question est plus complexe que cela car il faut bien voir aussi que le système industriel local depuis les années 60 est marqué par cet éphémère des structures d'emploi où la sous-traitance prend une place de plus en plus marquante avec l'utilisation intensive par les quelques grandes entreprises permanentes (type Solmer, ou Ugine-Aciers ou la pétrochimie) des agences de main-d'œuvre temporaire, en particulier pour leurs travaux non directement productifs4. Ce qui est clair, c'est que les travailleurs anciens des chantiers manifestent, dans un tel contexte, une adaptabilité beaucoup plus grande, nous semble-t-il, que d'autres ; adaptabilité qui n'est pas le fait du hasard, mais de la rencontre entre ces nouvelles nécessités et leur « entraînement » antérieur à évoluer dans un cadre de travail très semblable, sur beaucoup de points.

7Est-ce à dire également que tous les anciens des chantiers navals mettent en œuvre ce profil de « bâtisseur » que nous avons qualifié de « reconverti permanent » et de « chef de bande » ? A l'évidence non. Il est vraisemblable que seuls ceux qui avaient la capacité personnelle et sociale de fonctionner de cette manière continueront à le faire, et il ne s'agit sans doute pas de n'importe qui. Nous pensons, cependant, que le modèle social dominant de « constructeur » créé aux chantiers navals a continué à fonctionner, en tant que tel, pour tout le monde, même réalisé par une partie seulement de l'ancien collectif ouvrier ce qui était d'ailleurs déjà le cas, à notre avis, dans les chantiers navals eux-mêmes5.

8En second lieu, la force de ce « modèle social » de travailleur créé dans et à travers les chantiers et devenu symbole identitaire pour toute la communauté locale, va continuer à se manifester dans les itinéraires personnels des individus mais cette fois de la génération suivante, celle qui n'a pas ou peu connu les chantiers navals. Comment s'opère donc la transmission de cet héritage ? Nous avions déjà tenté de dégager quelques principes sur les modalités de cette « transmission » et d'actualisation de cet héritage par les jeunes actuels de Port-de-Bouc, grâce à des entretiens réalisés auprès de jeunes actifs de 20-22 ans6, que nous reprendrons ici en les systématisant.

9Tout d'abord, mais cela est-il étonnant après ce que nous venons de dire, on constate que tous les projets, ou les débuts de réalisation, professionnels de ces jeunes sont marqués, que ce soit en positif ou en négatif, par ce type social particulier de « producteur ouvrier » issu des chantiers navals. Que ce soit pour le reproduire ou le rejeter et tenter d'en prendre le contre-pied, tous les modèles mis en œuvre par ces jeunes se positionnent d'emblée par rapport à cet « idéal-type » défini plus haut. Ainsi, si l'on veut, à grands traits, schématiser ces deux attitudes inverses, on peut dire que cela se traduit par deux profils :

101. Celui des « reproducteurs » commence par la formation en école qui s'arrête généralement au CAP (obtenu ou non). L'arrêt de cette formation se fait pratiquement toujours sur initiative du jeune lui-même qui – appuyé ou non par son milieu familial – souhaite « rentrer au travail » contre l'avis souvent de ses professeurs. Cette entrée au travail n'est cependant pas couronnée de succès car, dans la plupart des cas, c'est de « l'entrée au chômage » dont il faudrait parler : pas d'emploi dans la spécialité, recherches infructueuses. Tout cela conduit généralement à l'intérim et à l'acceptation de n'importe quel travail souvent non qualifié (montage, manutention). C'est alors que le milieu d'origine (parents directs ou collatéraux issus des chantiers et continuant leur carrière dans l'optique « système chantier ») intervient et par le biais des réseaux caractéristiques de ce système permet l'obtention d'un emploi.

11La correspondance entre formation reçue à l'école et emploi trouvé par le réseau n'est pas du tout obligatoire et souvent plus fortuite que recherchée car cette entrée au travail par le réseau familial et social signifie généralement, pour le présent comme pour le futur de l'activité professionnelle, l'adoption par le jeune travailleur du fonctionnement du système chantier. Cela signifie que l'on va chercher le travail où il est, quel qu'il soit et on s'y adapte (y compris en refaisant une formation) sans tenir compte de la formation de base reçue (qui peut être considérée alors plus comme une base de niveau de savoir-faire que comme une qualification précise à laquelle l'emploi doit correspondre) et en jouant la carte des réseaux du milieu.

122. Le profil des « contestataires » commence, lui, par une formation en école, souvent poursuivie jusqu'au bac technique (obtenu ou non). Cette formation est, elle aussi, suivie du chômage.

13Mais, à la différence du cas des « reproducteurs », le niveau d'aspiration au travail est tel qu'il conduit dans certains cas à refuser de trouver n'importe quoi, à refuser les travaux non qualifiés que l'on peut obtenir par l'ANPE ou l'intérim. Ce refus de « faire n'importe quoi » s'assortit d'un rejet du milieu d'origine et du « système chantier » en tant qu'univers social et professionnel. « L'esclavage du travail industriel ouvrier » qui caractérise grosso modo l'image du monde parental que l'on rejette fait place à une double possibilité inverse que l'on peut schématiser de la manière suivante : – le travail comme « profession » avec ce que cela implique comme idées de qualification et niveau social élevés en même temps que de stabilité ; – ou bien l'activité sociale comme « qualité de la vie » avec les idées essentielles de « liberté d'action », de priorité à l'intérêt de l'activité quelle qu'elle soit.

14Dans le premier cas, on peut dire que ce qui est rejeté dans le système du milieu d'origine, c'est le travail à n'importe quel prix y compris celui de la non-qualification et de la pérégrination fréquente, alors que sont retenues – quoique transposées à un niveau supérieur – les valeurs de « réalisation par le travail » et de « réseaux socio-professionnels supports valorisants ».

15Dans le second cas, c'est l'inverse. Le travail en tant que tel est dévalorisé, de même que les réseaux en tant que milieu social, alors que sont conservées – et transposées dans ce nouvel univers – les conceptions « pérégrinantes » de l'activité : peu importe l'activité pourvu qu'elle soit gratifiante culturellement ou/et qu'elle permette d'obtenir les moyens de subsistance, le changement fréquent ou la polyactivité étant un des moyens de concilier ces deux exigences.

16Quels sont les facteurs de discrimination entre ces deux profils ? Qu'est-ce qui engage dans l'un plutôt que dans l'autre ? Le niveau de formation reçu ? Les structures du milieu de départ et en particulier le niveau de qualification du père ? La cohésion et l'activité toujours existante (ou l'inactivité) des réseaux, etc. ? Autant de questions qui restent à explorer.

17Peut-on dire par ailleurs que tous les jeunes actuels de Port-de-Bouc réalisent de cette manière aussi dichotomique l'héritage de leurs anciens ? Sûrement pas. Beaucoup de « reproducteurs » incluent également des éléments de contestation et ceux qui prétendent contester le modèle antérieur ne font que parfois le reproduire en l'inversant. Peut-on dire également qu'il y a là la manifestation d'un problème social typiquement « port-de-boucain » ? Sans doute pas. Nous verrons plus loin que cette crise des modèles parentaux du travail en milieu ouvrier est vraisemblablement liée à une déstructuration de la réalité même de ce travail productif caractéristique d'une époque historique relativement précise et que cette crise qui s'est manifestée à Port-de-Bouc est en fait un phénomène d'ensemble. Ce qui est sûr toutefois, c'est que cette problématique de l'héritage en termes d'identification/ruptures et de renversements/transposition marque bien en tout état de cause la force du modèle de départ dont les effets se font encore sentir à la fois sur les structures mentales et les pratiques des générations suivantes.

18Ce que nous venons de dire à propos de la permanence de l'acquis social en matière d'itinéraires professionnels des anciens ou des jeunes générations peut être également vérifié, sur un plan collectif, cette fois, et cela sur plusieurs niveaux.

19Concernant tout d'abord la permanence d'une communauté sociale forte, la fermeture des chantiers et ses conséquences a été un coup très dur mais n'a pas, pour autant, fait cesser du jour au lendemain ce qui était le ressort permanent à la fois collectif et individuel : cette vision d'une collectivité en lutte pour son existence : « Figurez-vous, quand on a perdu la bataille des chantiers, je vous ai dit tout à l'heure que nous avons pas abandonné ; il y en a qui ont été obligés de s'expatrier parce que quand il y a pas de travail, on meurt de faim, mais il y en a qui ont pu travailler aux environs. Ils ont continué à batailler pour que Port-de-Bouc existe, pour que leurs enfants vivent à Port-de-Bouc. Je sais pas, moi, c'est vrai qu'il y a des chômeurs : il y a 2 000 chômeurs à Port-de-Bouc, mais Port-de-Bouc s'est agrandi de 10 000 habitants, 50 % de population, 80 % de plus de population en trois, quatre ans. C'est vrai qu'il y a des chômeurs. On avait fait des projets sur Fos : après il y a eu 30 000 emplois, il n'y en a eu que 10 000 de créés, mais on se bat toujours pour qu'il y ait des emplois, qu'il y ait des usines de transformation. Alors ceux qui ne voient pas cette lutte-là à côté de celle des souvenirs – on a perdu une bataille mais, nous on veut vivre et les Port-de-Boucains qui sont ici, ils se battent pour vivre y compris les chômeurs, ils se battent pour vivre7. »

20Et s'il est évident qu'une telle volonté de perpétuation de la collectivité locale a été prise en charge en particulier par ceux qui en étaient les premiers responsables (c'est-à-dire les élus municipaux dont la plupart étaient issus de l'époque des chantiers), le soutien collectif n'a pas manqué à un tel projet et ne s'est pas démenti ni en force ni en orientation idéologique et politique. Ce qui est confirmé par l'analyse des résultats des scrutins politiques aux divers niveaux (depuis les municipales jusqu'aux présidentielles) depuis la fermeture des chantiers jusqu'à la période très récente où les pourcentages obtenus par l'équipe en place sont toujours équivalents à ceux qu'ils étaient autrefois (entre les deux tiers et les trois quarts des suffrages exprimés)8.

21Concernant par ailleurs la force du vécu du sentiment identitaire et d'attachement à la « mère patrie locale », là non plus le séisme de la fin des chantiers n'a pas entraîné de cassure à ce niveau, tout au moins en ce qui concerne la population ancienne de Port-de-Bouc (nous verrons plus loin que les nouveaux arrivés ne se situent généralement pas, eux, de la même manière). Comme en témoignent ces citations :

« Z. – Mes filles parlent l'espagnol. J'en ai une qui parle même le catalan. Elle travaille dans une faculté à Barcelone. Elle est professeur d'anglais, elle est française, elle professe l'anglais et elle parle catalan... Elle se sait française, elle se sait surtout port-de-boucaine. »

« P. – Alors justement, j'ai un fils qui a 22 ans et il voyage, et de partout où il passe, il dit : « Je suis de Port-de-Bouc », ça me fait beaucoup plaisir, et mon père travaillait, il était un ouvrier du chantier des ateliers de Provence. »

« Et maintenant, je crois qu'il y a des jeunes qui ont 17-18 ans, ils sont français alors de trois à quatre générations, on peut pas leur dire quand même : va à ton pays ! Parce que leur pays, c'est Port-de-Bouc. »

22On peut donc dire que « l'identité sociale forte » dont nous avons dégagé les processus de constitution à travers les chantiers navals et qui a permis de cimenter en une collectivité très soudée des populations apparemment très hétérogènes, continue de structurer les rapports sociaux tant à travers les pratiques concrètes des individus que les « superstructures » collectives manifestant ainsi sa « force de vie ». Est-ce à dire que rien n'a changé sous le beau ciel de Port-de-Bouc ?

Quels nouveaux supports pour une identité en crise ?

23Car effectivement, le soleil de Provence brille toujours sur la ville mais n'est-ce pas un « soleil amer9 » ? Comme le laisserait penser cette déclaration d'un jeune enseignant : « Moi, je ne suis pas originaire de Port-de-Bouc, j'y suis malgré moi et cette ville, je la hais ! Mais je vois à quel point on a rendu la vie inhumaine aux gens qui y habitent. Ce que le spectacle m'a permis de comprendre, ce n'était pas seulement que c'était une ville morte, mais que ça avait été une ville assassinée. »

24Car en dépit du maintien de structures sociales fortes, l'identité de la collectivité locale est en crise. Et la crise est profonde car elle affecte ce qui a été à la base de sa structuration, ses racines profondes. Elle affecte en premier lieu ce que nous avons pu qualifier de « condition déterminante10 » : les formes de vie sociale liées à l'activité productive en tant qu'éléments de structuration de l'homme social. Car l'arrêt des chantiers de Port-de-Bouc constitue, nous semble-t-il, beaucoup plus qu'une simple fermeture d'entreprise, fruit d'une évolution conjoncturelle dans un secteur donné.

25L'arrêt des chantiers navals en 1966, c'est l'expression dans une branche donnée, pour un lieu donné, d'une mutation d'ensemble de la structure industrielle française. Ce phénomène d'ensemble qui va s'opérer, dans les années 60, dans les diverses branches d'activité à des rythmes et sous des formes diverses, mais dont la généralité ne fait plus de doute, s'est traduit par ce que l'on a appelé le « redéploiement » des structures productives en fonction des nouvelles nécessités économiques et financières.

26Ce redéploiement opéré, à la recherche de nouvelles conditions de rentabilité du capital, va se traduire concrètement par des phénomènes de spécialisation d'activités, sur des « créneaux » ou dans des lieux particuliers considérés comme seuls capables d'assumer cette rentabilité nouvelle nécessaire. Et, a contrario, cela va impliquer des délocalisations, abandons, reconversions, opérées dans le tissu industriel ancien, réorganisations, dont on a pu analyser les mécanismes dans toutes les branches d'activités et quel que soit le niveau d'importance des unités ou des localités de production11.

27Et l'un des critères de base pris en compte pour la détermination du maintien ou non de l'activité a été la capacité ou non de la structure industrielle locale existante à intégrer, sans coût financier majeur, de nouvelles conditions de productivité du travail. C'est tout le sens du fameux Livre blanc sur la construction navale de 1960 qui a posé – pour la branche – les nouvelles « règles du jeu » par rapport auxquelles on allait devoir passer au crible le fonctionnement et les possibilités de chaque implantation industrielle ancienne.

28Et la fermeture des chantiers en 1966 correspond, nous semble-t-il, à la réponse négative qui a été donnée alors à cette question sur l'introduction possible à Port-de-Bouc de nouvelles formes sociales de l'activité productive dans ce secteur particulier. Réponse négative fondée vraisemblablement, entre autres facteurs12, sur le fait que l'introduction de cette organisation scientifique du travail impliquait fondamentalement une individualisation des tâches et leur définition et contrôle strict par la hiérarchie. Or, ce mode d'organisation du travail se présentait en fait comme complètement antagoniste avec celui en vigueur à Port-de-Bouc, où le collectif de travail ouvrier avait fait ses preuves de fonctionnement autonome (depuis l'équipe de travail jusqu'à l'ensemble de l'entreprise, notamment au moment de la période de la réquisition dans l'immédiat après-guerre).

29Il est vraisemblable que cette modification avait été tentée à l'intérieur même des structures existantes en s'appuyant sur les facteurs de fonctionnement interne comme, en particulier, la négociation permanente à l'œuvre dans le système des forfaits13, comme semble l'indiquer cet interviewé :

« Le capitalisme a voulu changer le système des forfaits pour avoir une meilleure productivité. Ils ont mis en compétition sur un même travail les différentes corporations pour accélérer le rythme. »

30Mais il est non moins vraisemblable, qu'étant donné la capacité de résistance montrée par le collectif ouvrier des chantiers, appuyé par toute la communauté sociale locale (en particulier à l'occasion de cette très dure partie de « bras de fer » de quatre mois du lock-out de 49), les chances d'obtenir cette transformation interne radicale de la production devenue urgente dans des conditions de délai, de coût financier ou social minimal, ont été jugées faibles, d'où la décision de fermeture des CAP. Cette décision pouvait par ailleurs présenter un autre « avantage », dans la mesure où en supprimant cette entreprise, on supprimait du même coup les fondements de cette collectivité sociale forte qui, après avoir été un atout industriel important, devenait un obstacle insurmontable. Et l'on donnait ainsi à terme la possibilité à de nouvelles structures de production de s'implanter localement. dégagées de cette « hypothèque » que constituait ce fonctionnement collectif local considéré comme dépassé.

31On redonnait ainsi son poids « normal » au fameux contrat synallagmatique (fondement du rapport de travail défini en économie capitaliste) entre le salarié et son patron ; on restaurait la relation de travail individuelle en supprimant cette « base arrière du pouvoir ouvrier organisé », on « libérait » le travailleur d'habitudes sociales collectives fortes devenues obstacles au remodelage d'un appareil de production « moderne ».

32Et c'est dans ces conditions que quelques années plus tard s'implante le nouveau complexe industriel « les pieds dans l'eau » de la façade méditerranéenne : « Nouveaux horizons, nouvelles "structures", nouvelle cuisine, nouveaux immigrés. » (cf. P. Fructus p. 15)

33Fos-sur-Mer où, effectivement, sont pris « à contre-pied » les fondements de l'identité sociale produite à Port-de-Bouc dans toutes ses dimensions essentielles. En premier lieu, dans le rapport au travail lui-même, où la dimension de créativité du « métier manuel » s'est diluée dans la nouvelle organisation technique du travail. En second lieu, dans le rapport au collectif de travail en tant que tel, où la division des tâches décompose maintenant des catégories de travailleurs qui n'ont plus grand-chose en commun : tâches cloisonnées, espaces et temps de travail séparés, patrons différents14.

34Toutes données qui modifient profondément, pour la génération nouvelle, l'image du travail15 et qui modifient également radicalement le système de transmission de l'expérience de travail des parents à leurs enfants comme l'indiquait justement un des participants au débat, organisé dans le cadre de « l'opération mémoire », sur la comparaison entre Port-de-Bouc et Fos-sur-Mer :

« ... Bon, et il y avait quelque chose qui se passait à l'époque, c'est que tous les... ouvriers pensaient bien que leurs fils allaient devenir ouvriers, donc, le petit était intéressé au travail de son père puisqu'il allait faire le même travail. Moi, je pensais devenir docker, même si j'allais au lycée et... j'ai d'ailleurs, j'ai failli le devenir... Je pensais le devenir. Or, qu'est-ce qui se passe actuellement ? C'est que la plupart de... de ceux qui sont ouvriers actuellement, envoient leurs petits à l'école, mais ils pensent bien qu'ils seront pas ouvriers, électroniciens ou autre chose… et le petit, il peut plus s'intéresser de la même façon au travail de son père... Je pense que c'est ça qui fait la différence, c'est pas autre chose, hé... C'est qu'on pense que nos enfants vont faire un travail différent de celui du père...

« Voilà une différence. Je trouve que l'époque a changé, et il faut bien le prendre en compte, ça, l'époque a changé, nos enfants ne vont pas devenir des ouvriers, on veut pas qu'ils deviennent des ouvriers... parce que... Je vous le dis, il y en a pas beaucoup qui voudront... »

 « Il y a beaucoup de métiers actuellement qui demandent une spécialisation qu'avant il y avait pas, parce que... il y a beaucoup de... d'ouvriers qui ont été remplacés par des machines, donc il y a peut-être moins de débouchés dans ces secteurs-là, par contre, il y a... On a besoin actuellement de beaucoup plus de spécialisations. Bien souvent, on a des ordinateurs, on a des conditions de travail qui ne sont pas les mêmes qu'auparavant, donc il est un peu normal aussi que... les rapports entre le père et l'enfant se soient modifiés, il est aussi normal que le père... qui a une conscience différente... du marché du travail, oriente son enfant différemment... »

35Mais ce qui change également radicalement, c'est la place du travail par rapport au reste des activités sociales, ce sont les conditions sociales de structuration de la vie collective dans laquelle le travail va s'insérer tout autrement qu'autrefois. En particulier avec ce phénomène nouveau que constitue cet « éclatement » du rapport classique de la famille ouvrière au travail, celui du chef de famille en particulier.

36Cet « éclatement » va compliquer singulièrement le caractère antérieur de « structure sociale support » que pouvait constituer la famille ouvrière par rapport à l'activité professionnelle de ses membres. Cette implication directe du milieu familial par rapport aux réalités du travail sur les lieux de production semble donc s'estomper. La famille n'apparaît plus comme le lieu essentiel de recomposition sociale par lequel se tissent les liens multiformes avec les différents aspects de la vie sociale où le travail jouerait une place centrale comme l'indiquait cette femme d'un travailleur d'Ugine-Aciers :

« Je voudrais simplement dire un mot. Justement, je crois que c'est intéressant la comparaison qui peut être faite entre... la lutte qui a été menée par les femmes des chantiers et... je dirais la petite participation, d'un groupe de femmes des travailleurs d'Ugine-Aciers, en 79. Moi je crois que c'est intéressant effectivement, parce que ça s'est passé dans des conditions différentes, avec, je dirais donc une réalité différente, et des difficultés certainement plus grandes, parce que je suppose que, au moment de la grève des chantiers, les femmes qu'on retrouvait, sur le pont, je dirais, c'étaient celles qui habitaient Port-de-Bouc, c'étaient celles qui étaient toujours ensemble, qui se connaissaient et qui par conséquent avaient déjà des choses en commun entre elles. Alors que nous, quand nous avons voulu essayer de faire quelque chose à Ugine-Aciers, je dirais, nous n'avons pas pu contacter.... par exemple, les femmes des travailleurs d'Ugine qui étaient... réunies au sein de l'UFF ou au sein, d'autres organisations quelconques. Euh, nous avons rencontré les... ces femmes individuellement, les unes, les autres. Il y a aussi un autre élément, c'est que, tout à l'heure, on parlait des enfants qui voyaient... qui étaient présents quand il y avait le lancement d'un bateau... Je crois que, aujourd'hui, effectivement, ce qui a été un peu dit aussi dans le débat, que ce soient les femmes ou les enfants, ce qui se passe à l'intérieur d'Ugine-Aciers ou de Solmer, on l'ignore complètement. On le sait un petit peu si on va visiter l'usine, si on discute beaucoup, on sait un peu, mais sinon on ignore totalement ce qui se passe. Et c'est vrai que l'usine, ça reste, c'est vrai, je dirais... quelque chose de tout à fait étranger à la famille, et la famille ne se sent pas... en dehors, je dirais... du salaire qui arrive, ne se sent pas partie prenante, ne se sent pas partie prenante dans la réalisation de quelque chose, dans la création de quelque chose et ça aussi, je crois que c'est important au niveau de la mobilisation qu'il peut y avoir... pour le maintien d'une usine, ou autre. »

37Par ailleurs, ce qui était production, dans le Port-de-Bouc antérieur, de maintien des spécificités en même temps que de brassage, de circulation interne à savoir les relations de proximité sociale (voisinage, vie de quartier, réseaux, etc.) semblent également s'effacer au profit d'un cloisonnement, d'une coupure de relations, facteur de ségrégation avec toutes les conséquences que cela entraîne (ghettos, racisme, etc.).

38Mais, plus profondément et plus généralement, il semble que l'on assiste à un éclatement des espaces sociaux, des sphères d'activités humaines, à une zonification des actes sociaux. Ce qui était autrefois superposé comme autant de strates reposant au contact les unes des autres et parfois se mélangeant est maintenant ségrégé dans des espaces disjoints :

« Alors bon..., ce qui me paraît important moi, c'est cette... décentralisation géographique qui ne permet plus comme par le passé une certaine rencontre des travailleurs. Alors c'est pas vrai qu'ils se rencontrent plus, ils se rencontrent encore, mais ils ne se rencontrent que dans un lieu bien précis, qui est l'entreprise. Ils se rencontrent entre eux, entre travailleurs, ils n'y associent pas du tout leur famille..., à leur vie de travailleurs, à leurs luttes, etc. »

39Enfin, le recouvrement de l'identification sociale collective au travail et dans la collectivité sociale de résidence ne s'opère plus du tout de la même manière en termes de superposition, d'aliment mutuel et peut aller jusqu'à la concurrence :

« Ce dont il faut se rendre compte aujourd'hui, c'est la situation géographique qui est très différente de ce qu'elle était à l'époque, et que pour faire un rassemblement de femmes devant l'entreprise, permanent, c'est-à-dire y compris aller chercher, peut-être le directeur à la maison et puis l'amener à l'usine, bon, ça veut dire des moyens considérables aujourd'hui, y compris sur le plan financier que nous n'avons pas... Je crois que là, euh, les gens qu'on a en face de nous, qu'on combat tous les jours, ils ont eu une réflexion, ils se sont, ils se sont eux aussi, ils ont tiré les enseignements de ce qui s'est passé, de ce qui s'est passé, de ce qui, enfin de ce qui est arrivé par le passé. Et ils ont créé, ils ont inventé des usines, ils les ont construites dans un désert... Et moi ça me paraît très difficile, lorsque je suis en lutte, lorsque je suis en grève, de mener la grève et la lutte dans mon quartier, aux Amarantes où j'habite. Bien, la lutte, je la mène à l'entreprise, je crois que... ma femme, elle est là pour le dire, ou d'autres personnes sont là pour le dire... je passe souvent 16 heures à l'usine quand je suis en lutte, quand je suis pas en lutte, je fais pas d'heures supplémentaires, jamais, bon. Eh bien... je crois que c'est ça qu'il faut tirer, un peu, comme enseignement. »

40Étant donné que les structures sociales, qu'elles soient familiales, ethniques, de voisinage, de quartier, de réseaux de relations, de communauté locale (qui constituaient autrefois à Port-de-Bouc, le lieu de « récupération sociale » de l'individu, l'endroit où celui-ci communiquait son expérience personnelle et la fondait dans la collectivité et en même temps recevait en retour la multiplicité des autres expériences), semblent maintenant se disjoindre les unes des autres, la question qui se pose est celle des lieux de maintien du lien social. Le seul point de jonction entre toutes ces sphères d'action éclatées est celui de l'individu ; un individu écartelé dont la seule nécessité d'appartenance à un collectif large, quoique dans des conditions nouvelles, est l'entreprise.

41Que représente alors pour ces travailleurs actuels, dans ces nouvelles conditions d'existence, la ville où ils habitent ? Peu de chose16. L'absence de signification sociale collective du lieu de résidence pour cette nouvelle génération de travailleurs implantés localement peut s'exprimer avec la force et la violence du manque ressenti comme l'indique P. Fructus dans un commentaire sur son second spectacle17 :

« Dans la pièce, je parle de Port-de-Bouc aujourd'hui ville morte ; j'estime que, c'est peut-être un peu orgueilleux, un peu présomptueux, mais j'estime que par les contacts que j’ai eus avec des familles de gens de Port-de-Bouc, qui posent le problème de leur relation de Port-de-Bouc, ville satellite de Fos, etc., j'ai le droit, peut-être on peut me le dénier, j'ai le droit de dire, de poser le problème : Port-de-Bouc ville morte, donc, ville à revivre ! C'est dans ce sens que je l'entends. »

42Parler ainsi de Port-de-Bouc ne peut pas ne pas être considéré comme scandaleux par un ancien travailleur des chantiers qui, comme nous l'avons vu, identifie toute sa vie, toute la richesse de son expérience personnelle et collective à cette image forte de la communauté sociale locale qu'ils ont eux-mêmes construite. Et la crise d'identité de la communauté locale se situe là, dans ce choc entre deux univers de référence que l'on pourrait caricaturer outrancièrement de la manière suivante : « Un passé apparemment plein de vie et un présent apparemment plein de vide. » C'est ce hiatus que répercutent aux adultes les enfants actuels de Port-de-Bouc :

« Disons que nous, on l'a vécu. le chantier et quand on en parle à nos filles, elles sont intéressées. Mais ce qu'il y a, c'est que ce soir, on lui a dit qu'on venait voir la pièce de Fructus. Elle l'a déjà vue, elle me dit : "De quoi vous allez parler ?" J'ai dit, encore du chantier, alors elle dit : "Oui, mais moi, ce que je voudrais, votre chantier vous m'en avez parlé, vous m'en mettez plein la gueule... Maintenant, je commence à en avoir marre. Ce que je voudrais, c'est que vous vous intéressiez à ce qu'on vit à Port-de-Bouc aujourd'hui." Elles ont beaucoup de copines qui disent Port-de-Bouc, c'est une ville morte. Alors nos filles commencent à réagir en disant : « Mais Port-de-Bouc c'est pas une ville morte puisqu'on y vit dedans. »

43Le problème est, aujourd'hui, dans la nécessité d'arriver à mélanger, cumuler deux expériences sociales apparemment contradictoires :

44Une expérience passée qui vit encore avec force dans les « superstructures » individuelles et collectives, et une expérience du présent dont les « infrastructures » sont en décalage très grand, voire en contradiction complète avec la réalité antérieure.

45Avancer, créer de nouveaux liens sociaux qui autrefois étaient supportés par et autour des chantiers, trouver de nouvelles activités, de nouveaux lieux supports capables de cristalliser ensemble ces deux types d'expériences collectives, d'emmagasiner les enseignements du passé pour les faire agir par les individus et les groupes du présent, concentrer sur un (ou des) lieu collectif les richesses contenues dans les actions des hommes par ailleurs séparées, cloisonnées pour les amalgamer dans une identité sociale nouvelle.

46Tel est bien, en effet, l'enjeu actuel du Port-de-Bouc d'aujourd'hui, enjeu qui ressemble par beaucoup d'aspects à celui vécu dans nombre d'anciennes villes ouvrières de cette région qui semblent toutes, plus ou moins (et quelle que soit leur taille), atteintes de « troubles de la personnalité » par « dislocation du moi » associée au « syndrôme de l'autoroute18 ». Peut-on envisager la construction d'une « personnalité sociale nouvelle » en s'appuyant sur les conditions de possibilité de celles du passé ? Dans quelle mesure ces conditions demeurent-elles d'actualité étant donné le bouleversement profond, voire le renversement complet des conditions sociales nouvelles ? Quels sont les nouveaux éléments de ce tissu social « en refonte » ? Par où peut s'opérer – et s'opère déjà – ce remodelage du lien social collectif correspondant aux nécessités actuelles ? Comment, en tirant les leçons du passé mais sans faire de passéisme, en prenant acte du présent tel qu'il est peut-on y faire germer toutes les potentialités d'avenir qu'il recèle ? Telles sont les questions qui se trouvent posées aux acteurs sociaux locaux actuels et en particulier celle-ci : quels sont les nouveaux lieux et les nouvelles formes d'agrégation sociale ? Sera-ce l'entreprise, comme l'indiquait un participant de « l'opération mémoire » ?

« Si on est éclatés comme ils disent là, je trouve qu'il y a une nouvelle façon de se regrouper, les ouvriers. Par exemple, dans notre usine, on constate... les commissions de trav... par l'intermédiaire du CE, il y a des commissions de sport qui sont en train de... se développer, et les gens, au lieu de se retrouver à la sortie de l'usine, ou même discuter à l'intérieur de l'usine, ils se retrouvent soit au tennis, soit euh... aux échecs, n'importe quoi... n'importe quel sport, et c'est là qu'ils discutent. On se retrouve d'une autre manière, alors, si je pense que ça a changé ce truc-là, c'est parce qu'on a changé de capitalisme, on n'est plus dans la même période, on est dans un capitalisme beaucoup plus éclaté, ben... on reprend d'autres méthodes, mais je pense que, dans l'avenir, ce qu'ont connu nos anciens..., nous on le connaîtra parce qu'on va, on va l'organiser... on va s'organiser seulement, on est dans une, dans un début d'un nouveau capitalisme pour moi, c'est tout. »

47Sera-ce par un centre-ville comme l'envisagent les responsables municipaux de Port-de-Bouc qui commencent à réaliser, sur l'ancien emplacement des chantiers navals, un lieu collectif qu'ils souhaitent carrefour producteur de vie sociale, tentant de répondre ainsi aux souhaits formulés par les habitants19 et aux problèmes posés ci-dessus ?

48Sera-ce par l'instauration de liens nouveaux entre ces deux lieux/centres d'activités sociales diverses comme sembleraient l'indiquer les tentatives actuelles, menées dans certaines communes du pourtour de l'étang de Berre, d'actions sociales, animations culturelles, associant comités d'entreprises et structures locales d'action culturelle ?

49La gestation d'un nouveau rapport social d'identification collectif, mêlant l'univers du travail et l'univers résidentiel, dans les conditions actuelles d'espaces apparemment éclatés, est, semble-t-il, en cours. Quelle forme revêtiront les liens sociaux du futur ? Quel espace social circonscriront-ils ? Quels nouveaux modes d'organisation et d'identification collectifs dans des organisations sociales localisées définiront-ils20 ? C'est cette question totalement ouverte, qui est entre les mains des acteurs sociaux du présent, que posait cet ancien travailleur des chantiers navals lorsqu'il disait :

50« Et justement, je pense à, à ton neveu, là, qui te demandait tout à l'heure, tu as dit : tu as tout l'avenir devant toi, il a dit : oui, mais quel avenir ? Et c'est là où je fais le rapport, que ce soit en 36, en 40, en 50, en 60, 70 ou même 80, l'avenir, c'est toi que tu le feras l'avenir c'est, c'est la lutte, il y a pas d'autre système !... Il y a qu'un moyen pour faire son avenir, c'est de lutter de nos jours. »

51S'il fallait tirer des leçons de portée plus générale de la recherche dont nous venons de rendre compte, nous pourrions dire :

  • en premier lieu que la production d'une communauté sociale à partir d'éléments de population divers ne semble pas être un problème majeur mais bien au contraire une richesse dont il peut être tiré des caractères sociaux originaux et novateurs pourvu que soient créées les conditions permettant à tous et à chacun de s'intégrer comme « producteur social » à part entière ;

  • en second lieu que c'est cette question des conditions de possibilités actuelles, dans les conditions du présent, de reconstruction d'identités sociales nouvelles fondées sur les nouveaux rapports sociaux en gestation, qui se pose de manière cruciale dans bon nombre de communautés locales écartelées entre un passé et un présent apparemment contradictoires ;

  • enfin qu'il semble urgent que les recherches en sciences sociales se saisissent, elles aussi, de manière concrète et sans tomber dans le travers de la philosophie sociale, de l'examen attentif des modes de germination de l'avenir à l'œuvre sous l'apparente « anomie » du présent.

Haut de page

Notes

1Le cœur d'une ville, U-matic, 3/4 de pouce, 57 mn, coproduction LEST-CNRS, CRDP Marseille, INA Provence-Côte d'Azur, réalisateurs : R. Cornu, J.-C. Garnier, janvier 1983.
2Pour l'analyse des conditions d'émergence et de structuration de cette « identité sociale forte », à travers la place centrale qu'ont occupée les chantiers navals dans la commune de Port-de-Bouc, on renverra au rapport de synthèse de la recherche et en particulier à notre texte intitulé : « De la tour de Babel à l'homme nouveau (ou comment s'opère l'intégration sociale d'immigrés dans la production d'une identité sociale et professionnelle originale) », novembre 83, texte dont cet article constitue la troisième partie.
3« Désert éclaté », texte de P. Fructus en coproduction avec l'office culturel municipal de Port-de-Bouc et le FIC, 1981. p. 14.
4Cf. la thèse de J. Broda, Problématique de la sous-traitance et du travail temporaire : analyse d'un cas. La zone de Fos et le système Solmer, Aix-Marseille, 1977.
5On renverra ici au texte de A. Degenne et J. Duplex qui met en lumière la place particulière tenue aux chantiers navals, par les OHQ.
6Ces biographies succinctes ont été présentées dans un texte intitulé : « Système chantiers, système vieille montagne et leur reproduction », par J.-C. Garnier, juillet 1981. Ce texte est inclus dans le rapport collectif dirigé par J.-P. de Gaudemar et réalisé en septembre 1981 pour la DGRST, sous le titre : « Réseaux de mobilisation et marché du travail en milieu urbain. »
7Cette citation, comme celles qui suivent, est tirée – sauf indication contraire – d'un entretien réalisé au cours de la recherche.
8Cf. les chiffres donnés par C. Crétinon dans son livre sur Port-de-Bouc pp. 150-154.
9Cf. titre de l'émission de France-Culture consacrée à Port-de-Bouc, les 2, 3 et 4 juin 1983.
10Cf. le rapport de recherche cité plus haut.
11Cf. à ce sujet, les analyses effectuées dans trente-trois villes moyennes de la région Rhône-Alpes au cours de l'étude menée pour l'OREAM R-A et Economie et Humanisme par B. Ganne, J.-C. Garnier et alii en 1973-1974, et les recherches récentes menées dans le cadre de l'OCS à Manosque et Martigues, cf. Cahiers de l'OCS, vol. IX, 1982.
12En l'absence de données précises sur cette question, qui ne faisait pas partie de notre recherche, nous nous contenterons ici de formuler une piste explicative fondée sur les analyses que nous avons développées précédemment, cf. supra.
13Cf. sur ce point le texte d'A. Degenne et J. Duplex.
14Cf. la thèse de Jacques Broda, op. cit.
15Cf. les profils des jeunes Port-de-Boucains.
16Cf. la note de P. Bouffartigue, « Quelques aspects du nouveau Port-de-Bouc. La faible insertion des salariés de Fos dans l'espace local », dans le rapport de synthèse de la recherche.
17Une ville à renaître, 1982.
18Cf. l'étude publiée en 1980 par P. Bouffartigue et A. Donzel sur Espace urbain, transports et mode de vie, CRET, université d'Aix-Marseille II.
19Souhaits exprimés dans une enquête d'opinion publique, réalisée et publiée par la Société provençale d'équipement pour le compte de la municipalité de Port-de-Bouc en juillet 1981.
20Depuis quelques années, des recherches sont menées localement et régionalement sur ces questions dont il faudra attendre les résultats prochains pour avoir un éclairage neuf sur ce sujet. Mais d'ores et déjà on peut signaler la thèse de Chantal Labruyère : Le syndicalisme à l'épreuve du site : analyse comparée du cas de Solmer/Fos et du CEN/Cadarache, université Aix-Marseille II, 1982. On peut mentionner également les recherches en cours menées par le GERM :

– Trajectoires sociales et cycles de vie dans le monde ouvrier ;

– Mutations technologiques, modes d'expression des travailleurs et nouveaux rôles des techniciens et agents de maîtrise ; et par le CACES sur les questions « d'identité sociale et groupes sociaux locaux ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Garnier J.-C., 1984, « Port-de-Bouc d’hier et d’aujourd’hui : une ville à renaître », Terrain, n° 2, pp. 62-71.

Référence électronique

Jean-Claude Garnier, « Port-de-Bouc d'hier et d'aujourd'hui : une ville à renaître », Terrain [En ligne], 2 | mars 1984, mis en ligne le 24 juillet 2007, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2802 ; DOI : 10.4000/terrain.2802

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Garnier

Ingénieur de recherche au CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals