Navigation – Plan du site
Nouvelles de...

Une expérience d’ethnographie avec des enfants

Les anciennes tuileries dans la région de Gençay
Christiane Donzaud
p. 91-94

Texte intégral

Démarche pédagogique

1L'Assemblée générale du Centre culturel La Marchoise1 avait décidé en janvier 1981 de recenser, à l'aide de prises de vue, les fours à chaux très nombreux dans la région de Gençay mais tous menacés d'effondrement.

2Un petit groupe d'adultes s'était alors constitué pour effectuer ce travail. Rapidement, les participants prirent conscience qu'il serait intéressant de connaître l'activité qui régnait autour de ces fours autrefois, l'époque de leur construction, de leur extinction et d'en rechercher les causes. Le groupe établit un questionnaire dans le but de répertorier tous les vestiges des fours à chaux dans un rayon de 15 km environ et de trouver d'éventuels informateurs. Le questionnaire fut distribué aux élèves du collège de Gençay où j'enseigne. Le dépouillement de l'enquête révéla trente-cinq fours à chaux plus ou moins démolis mais pas d'informateur. Un artisan local communiqua le nom d'une personne âgée susceptible d'apporter des témoignages. Celle-ci parla de son travail de goujat en 1905 – il avait alors dix ans – et indiqua aussi le nom de quelques chaufourniers. Ainsi se multiplièrent les pistes de recherche. Dès la deuxième enquête, on apprit qu'il avait existé deux types de fours à chaux dans la région :

  • ceux où l'on fabriquait exclusivement de la chaux dont il reste de nombreux vestiges (ils ont fonctionné jusqu'aux alentours de 1940) ;

  • ceux où l'on fabriquait de la chaux mais aussi et surtout des briques, des tuiles, des carreaux, des «  briquots  »... que les informateurs appelaient «  tuileries  ». Leur extinction remonte au début du siècle. A ces unités artisanales ont succédé plusieurs entreprises industrielles qui ont été regroupées vers 1963 en une seule usine spécialisée dans les «  briques plâtrières  ». Celle-ci a employé jusqu'à quatre-vingts ouvriers mais connaît actuellement des difficultés dues à l'évolution des techniques de construction de l'habitat.

3Ce sont ces anciennes «  tuileries  » qui ont retenu l'attention du groupe parce que, d'une part, les derniers informateurs étaient très rares et que, d'autre part, le travail nécessitait un plus grand savoir-faire  :

  • il exigeait la connaissance de deux types de roches du sous-sol  : la pierre à chaux (extraite de certaines roches calcaires) et la terre à tuiles (extraite de certaines roches argileuses) ;

  • il supposait une technique d'extraction de ces roches, une technique de fabrication des tuiles et des briques, une technique de cuisson...

Le projet éducatif

4La connaissance des roches relevant du domaine de la géologie, je décidai d'entreprendre cette étude en classe de 4e dont une partie du programme est consacrée à la géologie locale. Une demande de projet d'action éducative fut déposée auprès du rectorat de Poitiers, et, dans ce cadre, débuta le travail de recherche – entièrement mené en dehors des heures de cours – qui fut concrétisé en mai 1983 par une brochure de quatre-vingt-quinze pages, manuscrite et intitulée « Anciennes tuileries dans la région de Gençay2 ».

L'enquête avec les élèves

5Le mercredi après-midi est consacré au travail sur le terrain

6Le recensement des fours cités par les enfants a été complété par les indications relevées dans le dictionnaire topographique de la Vienne de Redet (Édition 1881).

7Chaque mercredi, une équipe – constituée d'enfants volontaires et de quelques membres du Centre culturel La Marchoise – travaille à la mairie de la commune où a été signalée une tuilerie. Les registres cadastraux, les matrices cadastrales les plus anciennes, sont consultés afin de retrouver la mention «  tuilier  » ou «  tuilerie  ». Quand celle-ci figure, l'élève recherche l'emplacement exact sur les cadastres (ancien et nouveau) et décalque la zone concernée. C'est sur les lieux mêmes de la tuilerie que s'effectue la suite du travail en présence de l'informateur. Tout le matériel apporté enthousiasme les enfants  : appareils photographiques, magnétophone, piquets, marteaux, chaînes d'arpenteur... D'après le récit de l'ancien tuilier, il est alors possible de localiser l'emplacement des installations disparues, puis un travail de mesures, de piquetage est effectué pour élaborer un plan de masse de chaque tuilerie étudiée.

8Lors des enquêtes, quelques bandes magnétiques relatant les conditions de travail dans une tuilerie au début du siècle ont été enregistrées, dépouillées puis déposées à la Phonothèque nationale.

9Pour mieux comprendre cette activité disparue, une visite à une tuilerie artisanale qui fonctionne encore aujourd'hui à Sanxay (Vienne) a été organisée. La fabrication des tuiles y est mécanisée mais le séchage est assuré comme autrefois. La Société archéologique de Chauvigny (Vienne) a présenté au collège son exposition sur « les industries disparues en pays chauvinois ». Ces divers apports ont permis de confirmer ou de corriger certaines informations parfois difficiles à comprendre.

10Des archives familiales de 1841 ont révélé l'existence d'une tuilerie aujourd'hui totalement disparue. Des recherches dans les archives notariales, aux archives départementales sont restées sans succès. Des documents (rôles de taille de 1743, vente aux enchères d'une tuilerie en 1699, aveux de Bernay depuis 1400...) trouvés par Daniel Bourdu3, ont prouvé qu'il s'agissait là d'une activité implantée dans la région depuis très longtemps.

11Au collège, la brochure a été composée et écrite par des élèves de 4e qui y ont consacré une heure et demie d'étude par semaine pendant toute l'année. Il a fallu réécouter les bandes, recouper les informations avec les notes prises sur le terrain pour avoir une bonne vision globale du travail de l'artisan.

12A partir de là, chaque sujet traité a fait l'objet d'une mise en forme organisée selon le plan du déroulement de l'activité du tuilier. La réalisation de ce fascicule est donc le fruit du travail d'un petit groupe d'élèves appliqués, désireux de faire connaître aux autres ce savoir disparu. Il leur a fallu beaucoup de persévérance pour surmonter les difficultés rencontrées – difficultés à comprendre le langage des informateurs, difficultés de transcription, sans oublier les contraintes dues à la mise en pages, au collationnement des feuilles des trois cents exemplaires imprimés... Rien de comparable en effet avec les moments passés dans les mairies où le premier contact avec les archives et les cadastres a fait connaître aux enfants un monde nouveau particulièrement passionnant. Rien de comparable non plus avec les moments passés sur le terrain en compagnie des informateurs âgés (77 à 93 ans) qui les surprenaient toujours par la sûreté de leur mémoire et la précision des détails. Ces contacts avec de vieilles personnes – qu'ils ont le plus souvent l'habitude d'ignorer – leur ont fait prendre conscience que celles-ci détenaient tout un savoir qui allait disparaître et leur ont permis désormais d'avoir un autre regard sur leur environnement quotidien : un vieux puits rouillé, un hangar banal aux pans de toiture plus ou moins tronqués... symbolisant pour eux toute une activité jusque-là insoupçonnée.

13Cette démarche a été guidée par les animateurs de l'U.P.C.P.4, Centre culturel La Marchoise qui nous ont initié à la technique de l'enquête, à la transcription des bandes afin de restituer le plus fidèlement, possible la langue de nos informateurs – la plupart parlant le poitevin –. Ils ont apporté leur aide dans la mise en pages, dans le développement des photos et la duplication de la brochure.

14Une exposition sur les tuileries est en cours de préparation dans le cadre des activités saisonnières du Centre et constitue un prolongement tout à fait naturel à ce travail d'élèves.

Un premier résultat : description du travail dans une tuilerie au début du siècle

15Le mot «  tuilerie  » ne doit pas suggérer une grande usine de fabrication mais une toute petite entreprise.

16Chaque commune avait sa tuilerie (parfois plusieurs) toujours installée près d'une ferme, le propriétaire étant le plus souvent cultivateur auquel le négoce de la tuile apportait un complément de ressources.

17Le travail saisonnier s'étalait d'avril à novembre. Selon un de nos informateurs : «  Il fallait attendre que les dernières gelées de printemps soient terminées pour commencer la fabrication  ». En effet, il fallait éviter à tout prix l'éclatement des briques non cuites sous l'effet du gel, «  nos terres étant gélives  », selon les propres termes d'un chef d'entreprise qui, ayant commencé à la tuilerie artisanale familiale, est devenu technicien et a su adapter la production à la qualité des roches de la région.

18Vers les années 1900 qui ont vu péricliter ces activités, le travail était assuré dans chaque entreprise par une équipe de quatre ou cinq personnes  : le tuilier, le goujat et deux ou trois tâcherons... sans oublier les bûcherons qui, tout l'hiver, préparaient dans les bois les fagots d'épines ou de brande nécessaires à la chauffe du four.

19Les tâcherons étaient des journaliers. Ils devaient extraire la pierre «  une bonne pierre sans chailles5 », extraire la terre, «  une bonne terre bien grasse, pas caillouteuse  », «  rouler les fagots  » jusqu'à la tuilerie et livrer la marchandise chez les clients dans un rayon de 15 km environ. Tous les transports s'effectuaient à l'aide de tombereaux et charrettes tirés par des chevaux.

20Le goujat était un enfant de dix à douze ans. Il transportait en courant, une à une, jusqu'au séchoir, chaque pièce qui venait d'être moulée. Quand on sait qu'un bon tuilier fabriquait deux mille tuiles par jour, on peut imaginer la distance parcourue par l'enfant en une journée. Aussi un vieil informateur, employé comme goujat dès l'âge de dix ans, répète-t-il très souvent, quatre-vingts ans après :

21«  Allez p'tit attrape

22Allez p'tit cours, cours...  »

23Le tuilier était le responsable de l'équipe. On l'appelait encore le mouleur. Il jouissait d'une autorité certaine et on reconnaissait la valeur de son travail. «  Un bon mouleur, c'est un gars qui s'payait cent francs par mois... pendant que l'instituteur du pays, lui, ne gagnait que trente-cinq francs !  »

24Les tuiliers étaient loués à la foire de Lubersac en Corrèze le 7 janvier où les patrons allaient les chercher pour une durée de sept à huit mois. «  C'étaient des Limousins... des gens plus rustiques », dira volontiers un de ces patrons. Ils n'avaient aucune qualification au départ, la formation se faisant «  sur le tas  » auprès des anciens.

25C'était le tuilier qui fabriquait la «  marchandise  » : tuiles, briques, briquots, carreaux de four, carreaux de dallage. Sachant apprécier le moment où la terre mise à tremper dans le «  noc6  » avait atteint sa bonne plasticité, il étendait rapidement la pâte dans un moule très rudimentaire, la décollait des bords de ce moule à l'aide d'une «  broche piquée dans du bouleau7  », la faisait glisser sur la table préalablement «  farinée  » de sable ou de cendre, au bord de laquelle l'attendait le goujat, la forme8  » à la main. Celui-ci transportait la marchandise sous le hangar ouvert ou la déposait à l'extérieur, sur le sol, si l'on était assuré d'un beau temps.

26Quand une fournée était sèche (environ quinze mille tuiles et trois mille briques), le tuilier préparait le four. C'était là un travail de connaisseur. Pour chaque cuisson, il fallait préparer, sur toute la longueur du four, un tunnel, une «  voûte  » en pierres calcaires destinée à supporter toute la marchandise et à créer, par en dessous, un appel d'air assurant une bonne répartition de la flamme pendant toute la cuisson. Malheur au tuilier qui ne savait pas poser LA pierre taillée en pointe et mise «  en force  » servant de clef de voûte, assurant ainsi la rigidité de l'ensemble. Malheur à celui qui choisissait des pierres trop plates pour «  monter  » la voûte : plus faciles à poser, elles ne laissaient pas suffisamment de place au passage de la flamme !

27Une fois la voûte terminée, le four était chargé de deux ou trois couches de pierres calcaires destinées à devenir de la chaux. Au-dessus, on empilait plusieurs couches de tuiles, puis de briques verticales pour que les flammes glissent entre elles.

28La cuisson durait trois ou quatre jours sans interruption et nécessitait trois ou quatre mille fagots. Elle était conduite de manière experte par le tuilier devenu pour la circonstance chaufournier. Pas question de laisser éteindre le feu, pas question de provoquer un «  coup de feu  » qui élèverait brusquement la température et provoquerait la fusion de la marchandise, collant plusieurs pièces entre elles. La durée de la cuisson variait avec le volume et la nature des matériaux à cuire, la couleur des flammèches en haut du four indiquant au tuilier s'il devait poursuivre ou non sa chauffe.

29Au dire de nos informateurs, le métier de tuilier était «  un beau métier  ». Quant à nos élèves, ils ont ainsi pu comprendre qu'en associant l'eau, la terre et le feu et en s'efforçant de les maîtriser grâce à une connaissance toute intuitive et une appréciation souvent sensuelle, l'homme parvenait à créer un produit fini dont il pouvait être fier.

30Cette étude d'une activité en milieu rural au début du siècle aurait peu de sens si elle était isolée. En réalité, elle s'inscrit dans un contexte beaucoup plus vaste où tente de se définir l'identité culturelle des habitants du Haut-Poitou. L'esprit dans lequel a été conduite cette recherche est celui que l'on retrouve dans tous les travaux menés au sein de l'U.P.C.P. En effet, l'enquête est un moment privilégié où l'on peut faire prendre conscience aux gens du pays de l'intérêt de leurs savoirs. Ainsi, expositions, publications, montages et spectacles sont autant d'agents de transfert du patrimoine commun.

31Cette recherche menée avec les enfants pendant toute une année, même si elle s'est concrétisée par un fascicule, ne doit pas être considérée comme achevée. Si elle a permis aux enfants de prendre conscience d'une petite partie de leur environnement, d'approcher une nouvelle discipline, l'ethnographie, elle n'a pas été exploitée dans sa totalité. Par exemple, pour de multiples raisons, il n'a pas été possible de réaliser le relevé des installations disparues en faisant appel aux techniques utilisées en archéologie moderne. De même, les renseignements trouvés dans les archives locales n'ont été que partiellement exploités  ; beaucoup témoignent de la coexistence dans la région de la poterie et de la tuilerie, et l'on aurait pu chercher à connaître les rapports entre ces deux branches d'activité.

32Une étude économique approfondie aurait permis de mieux comprendre la relation entre la disparition de toutes les unités artisanales et l'implantation de LA briqueterie industrielle.

33Il serait intéressant d'analyser, d'un point de vue social, la situation de ces migrants corréziens  : comment se sont-ils intégrés dans le pays, comment se sont-ils formés, comment se sont-ils reconvertis quand, progressivement, leur savoir-faire est devenu inutile ?

34Autant de réponses que nos élèves ne pouvaient apporter... mais on se plait à rêver d'un cadre pédagogique élargi où l'approche ethnologique pourrait trouver normalement sa place.

Haut de page

Notes

1Centre culturel La Marchoise, 16, route de Civray, 86160 Gençay. tél. (49) 49.32.68.
2En vente à l'adresse ci-dessus ou Foyer socio-éducatif, Collège Jean-Jaurès, 86160 Gençay.
3Collègue chargé par le rectorat de Poitiers d'une action culturelle en direction du milieu rural à partir des collections publiques régionales. Travaux menés au sein de l'U.P.C.P.
4Union Poitou-Charentes pour la Culture populaire, Maison des Ruralies, Vouille, 79230 Prahecq, tél. (49) 75.67.71.
5Chailles : silex (en Poitou).
6Trou ou bassin plein d'eau où l'on mettait la terre à tremper.
7Aiguille à tricoter enfoncée dans un morceau de bouleau.
8Planchette cintrée en forme de tuile et munie d'un manche.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Donzaud C., 1984, « Une expérience d’ethnographie avec des enfants », Terrain, n° 2, pp. 91-94.

Référence électronique

Christiane Donzaud, « Une expérience d’ethnographie avec des enfants », Terrain [En ligne], 2 | mars 1984, mis en ligne le 23 juillet 2007, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2804 ; DOI : 10.4000/terrain.2804

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals