Navigation – Plan du site
Nouvelles de...

Le musée du château des Ducs de Bretagne

Daniel Samson
p. 95-97

Entrées d’index

Thème :

muséographie

Lieu d'étude :

Pays de la Loire
Haut de page

Texte intégral

1Cette ancienne résidence des Ducs de Bretagne, monument historique classé, fut consacrée en 1924 à un musée des arts décoratifs créé par Stany Gauthier (*) alors conservateur du château. Composée en majorité de dépôts de l'Etat et d'autres musées, cette section d'arts décoratifs régionaux a rapidement donné naissance à un musée plus important : le musée d'art populaire régional orienté essentiellement sur la Bretagne.

2Les collections de deux autres musées mis en place à Nantes par Stany Gauthier (« musée d'art religieux » à l’Absalète, « Nantes par l'image » à La Pointe Saint-Pierre) et fermés vers la fin des années 1960, furent rapatriées au château : ce qui porta à quatre le nombre des musées présents en ce lieu.

3Par ailleurs la famille Amieux, propriétaire de conserveries nantaises, avait installé vers 1927, dans une ancienne usine, une très importante collection privée concernant l'histoire économique et gastronomique de Nantes de la fin du XVIIe siècle à la fin du XIXe. Ce « musée des Salorges » donné à la ville de Nantes en 1933, fut malheureusement détruit aux deux tiers en 1943 par un bombardement.

4En 1954 les collections subsistantes furent transférées, elles occupent actuellement 600 m2 de salles en exposition permanente. Dans les trois années à venir le doublement de sa surface est programmé.

5Sur ces cinq musées actuellement abrités au château des Ducs de Bretagne deux concernent donc spécifiquement l'ethnographie : « le musée d'art populaire régional » et « le musée des Salorges ».

6Etant donné l'importance des collections ethnographiques rassemblées au château des Ducs de Bretagne qui se compose de cinq musées (cf. supra), la municipalité a souhaité que soient privilégiés les axes historiques et ethnographiques. Un historien ethnologue, Daniel Samson a donc été recruté dès 1977. Les deux premières années, il a fait porter son travail sur l'ethnographie régionale. Un deuxième conservateur, Jean-Paul Le Maguet, ethnologue de formation, a été nommé en 1981. Aujourd'hui leur travail porte essentiellement sur l'histoire et l'ethnographie de Nantes. Daniel Samson est aussi conservateur du château, classé monument historique, et a la charge d'un important programme de restauration. Tous deux animent une équipe de 25 personnes (secrétariat, documentaliste, photographes, techniciens, gardiens).

7Terrain : Comment un conservateur de musée ethnographique concilie-t-il son rôle de conservateur avec celui de chercheur ?

8D. Samson : C'est difficile. Je n'enquête plus que pendant les vacances, dans un domaine où j'ai déjà beaucoup travaillé : les pratiques religieuses en Bretagne. Par intérêt personnel bien sûr, mais aussi dans le but de réaliser un montage audiovisuel pour une exposition réalisée en commun par tous les conservateurs de Bretagne. Les recherches effectuées ont, en effet, souvent un but pratique et immédiat : la réalisation d'une exposition.

9Les tâches administratives se sont alourdies, notamment avec l'accroissement de l'équipe. La venue de Jean-Paul m'a soulagé et je retrouve du temps pour faire des acquisitions et travailler à fond les inventaires.

10J.-P. Le Maguet : En fait, on ne peut pas se consacrer totalement à l'exposition que l'on prépare. On est obligé de découper son temps, pour un tas de choses. Au musée national des Arts et Traditions populaires où j'ai fait un stage, on avait un fonctionnement de recherche, on pouvait s'appuyer sur une importante infrastructure. On ne s'occupait pas d'administration qui était le fait du seul chef de service.

11T. : Quand ce deuxième poste de conservateur a été créé, quelles étaient vos attentes à l'un et à l'autre ? Aviez-vous tous les deux la même conception de sa fonction ?

12D.S. : Peut-être pas... Certes le but était de créer une dimension recherche. Mais quelles sont les grandes fonctions d'un musée ? La conservation, l'animation et la recherche... La conservation est à peaufiner, à améliorer et elle doit incomber à l'ensemble du personnel. L'animation, l'ouverture vers l'extérieur prend beaucoup de temps. Nous avons eu en 1982, 180 000 visiteurs. J'ai essayé de plus de réouvrir le château aux troupes de théâtre. Il y a aussi un auditorium avec 10 000 spectateurs par an. Cela devient un outil de plus en plus lourd à administrer, qui nécessite une grande énergie dépensée au détriment de celle que le conservateur pourrait orienter vers la création et la recherche.

13Cela a été mon problème depuis 4 ans. D'autant que le programme de restauration du château prend 20 % de mon temps. Jean-Paul est donc venu prendre le relais pour organiser des expositions avec une part de recherche importante comme « Nantes au fil de l'eau ». Mais cela m'est difficile à vivre étant donné mon passé de chercheur. Aussi pour moi le temps de réflexion se situe-t-il entre 17 h et 18 h, jusqu'à 20 h certains jours.

14Heureusement la mise en place de relais dans la transmission des décisions et la gestion du personnel nous permettent de gagner du temps.

15T. : En quoi consiste précisément la recherche dans un musée ?

16J.-P. L. M. : La recherche doit se faire sur les collections, sur les objets. Ici il y a des dizaines de milliers d'objets, il y en a encore beaucoup à identifier et souvent à restaurer. Il faut ensuite les présenter au public. Et puis il faut mettre en relation les objets entre eux selon une problématique définie.

17D.S : Notre problème à ce sujet est que nous connaissons encore mal nos propres objets. Certes l'inventaire est fait dans sa grande majorité mais la difficulté tient à ce qu'il n'y a pas de lien établi entre les objets, qu'il n'y a pas de synthèse. Ainsi le tableau qui se trouve sur ce mur, on le trouvera dans le fichier peinture, au nom de l'auteur, alors qu'il faudrait une entrée bateau-lavoir, une entrée poissonnerie, une entrée Loire, ce qui n'a pas été fait. Pour les objets qui rentrent désormais, nous effectuons un inventaire très poussé, ce qui nous permettra sur un thème donné de retrouver tous les objets ou documents muséographiques s'y rapportant. Il y a un potentiel de collections dans ce musée qui est exceptionnel, beaucoup de séries et d'objets pour l'histoire desquels on dispose de nombreuses informations.

18Autre aspect du travail de recherche : découvrir des objets en vue de l'acquisition. Là encore le temps nous manque et nous sommes conduits à travailler sur informations en faisant savoir ce qui nous intéresse. Les gens, presque des rabatteurs, progressivement apportent des objets. Ces dons sont d'autant plus intéressants que les objets peuvent être alors resitués dans leur contexte. Une vieille dame vient ainsi de nous donner la boîte à peinture qui était son Noël de 1915.

19T. : A la limite vous n'auriez pas besoin de sortir du musée... ?

20D.S. : Moi, je ne peux pas. Sinon pendant le week-end... Il y a tellement de travail encore à faire sur les collections et notamment sur les ponts à créer entre les objets  !... Lorsque nous sommes sollicités pour une exposition, il nous faut pouvoir sortir jusqu'à 200 objets. Récemment nous avons fourni 30 objets à l'office du Tourisme qui a réalisé une exposition sur le chemin de fer.

21J.-P.L.M. : Pour « Nantes au fil de l'eau », je suis tout de même allé voir des dockers et j'ai aussi commencé un travail sur les tanneurs.

22T. : Votre point de départ reste l'objet. Ne pouvez-vous partir d'autre chose, de lieux, de thèmes, d'actions... ?

23J.-P.L.M. : C'est vrai que pour nous, c'est plus l'objet, autour duquel nous nous efforçons de restituer l'environnement historique, social et pour cela il nous faut interroger les gens. Mais on ne peut véritablement pas faire d'enquête ethnographique. C'est pourquoi nous avons trouvé tout à fait intéressant l'appel d'offres du patrimoine ethnologique parce que cela nous donnait l'occasion de travailler avec d'autres personnes. Sinon nous n'arrivons pas à sortir du musée. C'est la réalité.

24D.S. : Nous n'entendons cependant pas nous borner à cela. Et les recherches que nous avons lancées sur l'alimentation ou sur la traite des Noirs le prouvent. Mais il faut reconnaître que pour l'instant cette conception plus large de la recherche n'a guère été appliquée.

25Si on veut que la recherche reste confinée à l'intérieur du musée, il faut trouver des relais extérieurs sur le thème de l'alimentaire. Nous avons fait appel à des chercheurs : un ethnologue, une historienne, pour travailler à mi-temps. Mais cela n'a pas été simple. A la suite de retards provoqués par la difficulté à réunir l'ensemble des fonds nécessaires auprès de tous les partenaires, les personnes pressenties ont entre-temps trouvé un autre emploi.

26Nous avons alors contacté les universitaires de Nantes pour qu'ils nous adressent des doctorants.

27T. : Devant tant de difficultés et de démarches administratives et autres, n'êtes-vous pas tentés de... ne rien faire ?

28J.-P.L.M. : Non. Parce que c'est un va-et-vient avec l'extérieur et c'est important pour nous. La mise en œuvre du projet sur l'alimentaire nous a conduit en effet à faire l'inventaire de toutes les sources documentaires. Il n'y avait rien. Cela a été l'occasion d'étendre nos relations avec l'Université, les archives départementales, l'inventaire général qui a des centaines de photos sur la firme Lefebvre Utile (Lu), la Chambre de Commerce et d'Industrie qui possède un important centre de documentation, l'école d'ingénieurs de l'agroalimentaire (Initia) qui a aussi une documentation.

29D.S. : C'est fondamental si on veut que le musée conserve une fonction recherche. Le musée doit être créateur de recherche, à partir de lui-même et avec des collaborations extérieures. Et je m'efforce d'en convaincre les élus municipaux appelés à soutenir financièrement la recherche.

30T. : La collaboration avec l'Université va-t-elle plus loin ? Pouvez-vous suggérer que des étudiants consacrent des mémoires de maîtrise à des sujets qui vous intéressent et vous aident ainsi à les débroussailler ?

31J.-P.L.M. : Pour l'alimentaire cela n'a pas été le cas. Mais nous avons tout de même repéré cinq à six doctorants qui travaillent sur des sujets voisins.

32D.S. : En revanche pour « Nantes 1985. Du code noir à l'abolition de l'esclavage » (titre de l'opération consacrée à la traite des Noirs, à son abolition et aux relations de Nantes avec l'Amérique et l'Afrique), s'il y avait des choses de faites, l'exposition prévue en 1985 et le colloque international sur ce thème ont entraîné les juristes de l'Université à mener de nouvelles recherches, les historiens et les littéraires à développer leurs travaux.

33Si le rôle du Musée est aussi important c'est que nous sommes la seule structure à se préoccuper d'ethnologie, l'Université n'ayant qu'un département de sociologie. C'est la raison pour laquelle notre centre de documentation est conçu pour être complémentaire des autres sources documentaires, et que nous avons donc amplifié et diversifié la documentation ethnographique jusqu'à l'étendre, sur certains thèmes, à l'ensemble du territoire national. Nous sommes les seuls à Nantes à le faire.

34Nous avons maintenant sur Nantes une bonne connaissance des autres institutions, des projets, des associations  ; nous sommes bien implantés mais les relations ne sont pas structurées. Cela se fait de manière personnalisée. Par exemple, hier, un chef de service de la mairie, parce qu'il me connaît, m'a signalé un fichier intéressant sur les besoins alimentaires de la population pendant l'Occupation qui risquait d'être détruit. J'en ai fait informer les archives municipales. Celles-ci de leur côté nous prêtent souvent des documents, des cartes, des plans pour les expositions.

35T. : Et quelles sont vos relations avec les associations culturelles ?

36D.S. : Je suis en relation avec les associations possédant des potentiels de collection. Ces gens se méfiaient des musées qu'ils croyaient méprisants ou mus par le seul souci de leur prendre des objets. Il y a maintenant une collaboration dans un climat de sympathie. On les aide et les conseille en les poussant à prendre des clauses d'inaliénabilité et de dévolution et en leur montrant comment effectuer des inventaires et comment traiter les objets. Cette mise en relation a des retombées positives. On leur prête des objets et ils nous informent des ventes ici ou là. On peut travailler par exemple avec le Centre national de culture celtique qui regroupe 30 à 40 associations bretonnantes et celtisantes. Ils ont des locaux et du matériel audiovisuel et ils s'intéressent au patrimoine ethnologique. Il y a parmi eux des gens intéressants qui connaissent pas mal de choses sur ce plan et qui ont des éléments.

37T. : Qu'est-ce que la municipalité, votre tutelle, attend de vous ?

38D.S. : Le musée jouit d'une image de marque positive. Et la nouvelle municipalité a apporté son soutien moral et financier à l'opération « code noir ». Il faut le souligner. Si elle est très sensible au côté patrimoine du château, elle souhaite néanmoins que ça bouge et que nous organisions des expositions. Et l'élu aux finances est sensible au fait que le projet sur l'alimentaire rejoigne l'économique, puisque les entreprises étudiées sont actives sur le marché.

39J.-P.L.M. : La municipalité souhaite développer l'histoire de Nantes et une muséographie sur ce sujet. Elle doit être effectuée en relation avec les autres musées du château, notamment le musée des Salorges. Il y a des ponts à établir entre les différentes collections des musées, entre les différentes appellations qui relèvent de champs sémantiques différents. Les objets peuvent glisser d'une collection à l'autre. Il y a de toute façon une unité administrative, l'inventaire est global. Les objets ont en quelque sorte le même père. On ne pouvait prendre en compte tous les aspects de cette histoire, il nous a fallu déterminer une épine dorsale. A la suite du travail que j'avais effectué précédemment nous avons retenu pour thème principal : les relations de Nantes avec l'eau. Thème auquel on peut relier énormément de choses : c'est la mer à boire... !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samson D., 1984, « Le musée du Château des Ducs de Bretagne », Terrain, n° 2, pp. 95-97.

Référence électronique

Daniel Samson, « Le musée du château des Ducs de Bretagne », Terrain [En ligne], 2 | mars 1984, mis en ligne le 23 juillet 2007, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2805 ; DOI : 10.4000/terrain.2805

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals