Navigation – Plan du site
Ethnologie urbaine

L'ethnologie urbaine : ses tendances actuelles

Gérard Althabe
p. 3-4

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Les questions que pose la recherche ethnologique en milieu urbain s'inscrivent dans une des perspectives du Conseil du Patrimoine ethnologique, celle d'explorer des champs relativement nouveaux, ces terrains que sont notamment la ville contemporaine, les espaces d'exercice du travail salarié. On présentera les quelques points essentiels autour desquels s'est développée la réflexion collective à Royaumont1.

2La notion d'identité sociale, sous sa forme ethnique, professionnelle, locale a été au centre des débats. Un abandon quasi général d'une conception que l'on peut appeler « substantiviste » de l'identité sociale, s'est manifesté au profit d'une conception qui tient l'identité sociale pour le produit du développement des rapports sociaux ; cette notion débouche sur des applications différentes, relatives aux diverses situations : celle d'un groupe, d'une génération, pris dans un moment donné, dans des processus de décomposition et recomposition. Une réflexion intéressante s'est instaurée plus précisément autour de la notion d'identité locale, principalement autour de trois villes : Annonay, Givors, Port-de-Bouc. Le débat a fait ressortir la richesse, mais aussi l'extrême complexité du phénomène : celui-ci est appréhendé, en particulier à travers l'articulation du professionnel et du résidentiel, dans la production de l'identité locale (Annonay, Port-de-Bouc), et à travers les pratiques emblématiques (les joutes à Givors ; ou plus modestement, dans le quartier Sevrin d'Amiens, le football) qui mettent en scène et reproduisent l'identité locale. Il apparaît que l'identité sociale est portée par certains groupes qui cherchent à l'imposer ; elle est un enjeu dans le pouvoir local et des fractions de la population de la ville lui restent étrangères.

3Parmi les multiples thèmes traités qu'on ne peut développer ici, on en abordera deux :

  • l'articulation du travail et du résidentiel-familial au sein d'une population donnée (les salariés industriels d'une usine d'Amiens ; les employés de sièges parisiens de compagnies d'assurances informatisées). Ces salariés établissent une séparation stricte entre le travail et le hors-travail. Le problème se pose de savoir si la recherche doit reproduire cette séparation ou au contraire l'interroger et en faire un de ses objets d'investigation ?

  • La sociabilité dans un lieu donné (dans les cafés de Montceau-les-Mines et du Creusot ; les adolescents dans un bloc d'immeubles HLM d'Ivry-sur-Seine) ; on attirera l'attention sur le fait que ces recherches ne peuvent rester enfermées dans le terrain choisi, car celui-ci doit être inscrit dans un ensemble qui donne leur signification aux pratiques dont ces lieux sont le théâtre.

4A l'occasion de chaque recherche présentée, une réflexion s'est développée autour de la situation d'enquête et de ses effets sur la production des informations et de l'analyse ; deux directions de travail peuvent être rappelées : le rapport du chercheur et de ses interlocuteurs : prenons pour exemple l'étude concernant les membres de la grande bourgeoisie parisienne. Ces derniers entretiennent avec le chercheur une relation dans laquelle ils s'efforcent de donner une représentation de leur classe sociale à quelqu'un qui n'en fait pas partie. Autre exemple : des chercheurs installés dans les cafés éprouvent des difficultés à établir des relations avec les habitués, dans la mesure où ces derniers ont intériorisé le stigmate qui leur est attaché et ne comprennent pas qu'ils puissent être un objet de recherche « sérieux ». C'est pourquoi une analyse permanente du rapport du chercheur et des sujets est nécessaire. La connaissance de ce rapport est indispensable au traitement des informations ; elle est en elle-même un instrument d'analyse de l'objet.

5La place du chercheur et de la recherche dans la configuration du champ du pouvoir local doit être également mieux définie. Une question centrale a été directement posée : comment le chercheur peut-il construire l'autonomie de sa démarche tout en restant dans la perspective d'une réponse aux demandes sociales ?

6L'ethnologie urbaine s'articule donc aujourd'hui pour une large part autour du concept d'identité locale et la dimension historique prend une importance considérable dans cette orientation. On insistera sur l'idée que l'identité locale doit être saisie à travers ses différents modes de production et de reproduction et qu'elle ne signifie pas unification ; liée au travail, elle apparaît comme le creuset de l'intégration des vagues de migrants. La notion d'identité locale a la faveur des ethnologues, il y a en elle un parfum de totalité. Dans la perspective d'une appréhension ethnologique du présent de la ville, ce présent que rencontre l'enquête participante : qu'en est-il de cette notion ? Qui participe à cette identité ? Et quelle place y prend la décomposition des situations de conjonction entre travail et résidence dans la ville minière, sidérurgique par exemple ?

7Les principaux courants de l'ethnologie en milieu urbain peuvent être ainsi présentés :

  • l'ethnologie urbaine devient une ethnologie dans la ville lorsque l'investigation porte sur l'espace de cohabitation. Elle pose la question des rapports sociaux qui s'y développent et de l'articulation avec le travail et la famille.

  • Une autre orientation s'affirme, au contraire, comme une ethnologie de la ville ; en continuité avec l'École de Chicago, elle reste soumise au dispositif conceptuel dicté par L. Wirth : la sociabilité urbaine est édifiée en contraste avec celle des sociétés rurales ou traditionnelles ; la sociabilité « contient » en elle, du fait de la pluralité des situations, la liberté de l'individu qui se met à distance, en réserve des autres et qui non engagé négocie (cf. G. Simmel et M. Weber et le courant de réflexion sur la modernité dont la ville est l'illustration). La sociabilité urbaine s'impose aux individus (les formes de Simmel, les domaines de Hannerz), et en même temps la diversité assure leur autonomie ; ils évoluent en liberté dans un contexte préétabli.

  • Une troisième orientation s'intéresse à l'imaginaire de la ville ; elle part de la critique de la liaison directe entre l'espace urbain, ses formes matérielles, telles qu'elles sont conçues par l'architecte, vues par l'observateur, le décideur... et les pratiques des habitants. Dans cette optique, on refuse de considérer les pratiques comme produites par des espaces. Les auteurs introduisent à leur manière une rupture décisive ; ils passent de l'autre côté, ils franchissent la ligne invisible qui les sépare des sujets et se donnent les moyens d'enquête (« la parole habitante », « le mythe ») de ce franchissement ; leur objectif est d'appréhender le travail de l'imaginaire (recomposition de la ville, notion d'appropriation, d'usage) produisant la ville pour ceux qui l'habitent. Ce travail de l'imaginaire appréhendé dans les paroles des habitants est une voie pour les atteindre comme acteurs de pratiques, et comprendre la cohérence de leur position.

8En dernier lieu aujourd'hui, une des formes de la reconstitution muséographique, à partir de pratiques d'animation impliquant les habitants (voir l'exemple de l'exposition du Musée dauphinois « Le roman des Grenoblois ») utilise l'identité locale en regard du présent de la ville. C'est là une tentative de retour de la recherche à la population.

Haut de page

Notes

1Ce séminaire a réuni avec l'aide de la mission du Patrimoine ethnologique, les équipes engagées dans des recherches d'ethnologie urbaine dont on trouvera l'exposé des travaux dans les numéros 2 et 3 de « Terrain ».
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Althabe G., 1984, « L’ethnologie urbaine : ses tendances actuelles », Terrain, n° 3, pp. 3-4.

Référence électronique

Gérard Althabe, « L'ethnologie urbaine : ses tendances actuelles », Terrain [En ligne], 3 | octobre 1984, mis en ligne le 23 juillet 2007, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2806 ; DOI : 10.4000/terrain.2806

Haut de page

Auteur

Gérard Althabe

directeur d'études à l'EHESS

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals