Navigation – Plan du site
Nouvelles de...

Le musée d’ethnologie et le « champ urbain »

Jean-Pierre Laurent et Jean Guibal
p. 72-75

Entrées d’index

Thème :

muséographie

Lieu d'étude :

Rhône-Alpes
Haut de page

Texte intégral

1L'émergence de ce nouveau domaine de l'ethnologie que constitue le « champ urbain » interpelle à plus d'un titre le conservateur du musée d'ethnologie : comme ethnologue certes, appelé à reconsidérer son action en fonction de cet élargissement notable de l'objet et du terrain d'exercice de la discipline ; mais plus encore peut-être comme intervenant culturel dans la société, confronté à un mouvement (que l'on nommera demande sociale ou aspiration collective, c'est selon) au terme duquel semble s'établir un véritable transfert, vers le milieu urbain, des valeurs naguère attachées au milieu rural. Le muséologue est en effet particulièrement bien situé pour constater que la sensibilité et le goût du public pour le vieil objet, la photo jaunie et le souvenir des anciens, sont en voie de s'appliquer à la ville, à l'usine ou au bistrot, comme ils se sont très largement appliqués durant les dernières décennies au village, à la maison paysanne ou à l'atelier du forgeron.

2On ne peut reléguer ce mouvement culturel à la seule pathologie d'une société en crise, en quête de racines et d'identité sociale. Sous ces « rétromanies », sous cette nostalgie bien souvent idéalisante — et dont bénéficient sans conteste les musées d'ethnologie — se définit le patrimoine ethnographique, de façon tout aussi efficace, sinon aussi précise, que par la seule avancée de la recherche ethnologique. Quelles que soient par ailleurs les causes profondes de ce qui apparaît comme la plus récente dérive de la notion de patrimoine, force est de constater que les ethnologues, en France du moins, s'intéressent au milieu urbain et industriel au moment même, à peu de chose près, où le sens esthétique d'un public de plus en plus large est désormais en éveil devant des cheminées d'usine, où de jeunes citadins s'installent dans des « lofts », où les halles industrielles désaffectées sont convoitées par les organisateurs de spectacle, et où il se trouve des associations constituées pour recueillir la « mémoire » des faubourgs et consigner le savoir de l'ouvrier métallurgiste.

3Pour être caricatural et pour avoir été maintes fois dressé, ce constat n'en garde pas moins toute sa valeur et appelle des réponses de la part de ces institutions particulières que sont les musées d'ethnologie. L'expérience conduite au Musée dauphinois — et dont le premier aboutissement devait être marqué par une exposition intitulée « Le Roman des Grenoblois » — s'inscrit dans ce large contexte que composent cette interpellation extérieure et le développement de la recherche ethnologique.

4Les questions abordées au cours de la recherche préalable sont multiples et les solutions proposées, on s'en doute, sont incomplètes et ne peuvent en aucune manière prétendre à la valeur d'exemple. Dans un premier temps, ont été étudiés les principes pouvant guider une ethnologie « appliquée », c'est-à-dire une recherche conduite dans les deux axes de la perspective muséologique : la collecte et la conservation ; la mise en valeur et l'expression publique. Dans un second temps, furent examinées les questions relatives à la définition du patrimoine ethnographique considéré : ses limites, ses formes, et les conditions de son éventuelle entrée au musée. Enfin fut abordé le problème purement muséographique posé par la réalisation d'une exposition dont le programme consistait, pour l'essentiel, en une large sensibilisation à l'ethnologie urbaine et au patrimoine que cette branche de la discipline est censée étudier.

5On ne reprendra pas ici les réflexions, développées par ailleurs1, touchant à la méthode et aux principes retenus pour conduire cette expérience, ni celles relatives à la muséographie de l'exposition ; on s'attardera plutôt sur les difficultés de l'approche muséologique et plus généralement sur le rôle que pourrait tenir le musée d'ethnologie face à ce nouveau domaine.

6Sans doute eût-il été profitable, pour aborder ce domaine, de mettre au jour les problèmes qui se sont posés dans les premiers moments de la muséologie ethnographique de la France rurale ; mais, outre le fait que les informations en la matière sont fragmentaires et dispersées et que les expériences sont très diverses, il s'avère que la question d'une définition préalable du patrimoine considéré ne s'est pas posée, du moins pas dans les termes qui sont les nôtres aujourd'hui. Comme souvent dans l'histoire de la muséologie, les collectionneurs ont largement précédé les conservateurs et le patrimoine a été défini de fait, par un intérêt (un « goût ») dont les principes n'étaient pas discutés. Le critère de l'étrangeté ou, pour reprendre une expression en usage dans une acception similaire chez les ethnologues, la « distance dépaysante » était suffisante pour fonder et justifier à elle seule les choix de collecte du muséologue. On a maintes fois évoqué la grande distinction, voire l'opposition, qui séparait les cultures rurale et urbaine dans la France de la fin du XIXe siècle et des premières décennies du XXe. On ne peut que rappeler ce « décalage » culturel pour comprendre la démarche des premiers muséologues de la France rurale. Tous issus de la culture urbaine, et de surcroît savante — y compris ceux qui étaient particulièrement proches de leur terrain d'étude — ces précurseurs ont donc posé un regard « distant » sur les cultures à l'œuvre en milieu rural et paysan et, conjointement à leur observation, ont pu sélectionner avec une relative efficacité les objets méritant d'être conservés au titre de témoins matériels dans le musée.

7En milieu urbain, la démarche « conservatoire » se heurte à deux types d'écueils, auxquels ont été successivement confrontés les responsables de l'expérience grenobloise. En premier lieu, dans la ville plus qu'ailleurs sans doute, le patrimoine ethnographique de quelque ancienneté (ou plus exactement les biens mobiliers composant ce patrimoine) a disparu. Avant même que notre société soit dite « de consommation », le renouvellement des formes matérielles du cadre de vie urbain a atteint un degré tel que la destruction est devenue chose courante et nécessaire. Et il semble qu'aucun collectionneur n'ait précédé sur ce terrain le muséologue, pour mettre à l'abri de la destruction les objets les plus simples, ceux qui portent le meilleur témoignage sur un mode de vie ou une activité. Aussi, à de très rares exceptions près, doit-on reconnaître que les objets composant le mobilier d'un intérieur ouvrier, les éléments d'une échoppe d'épicier, le mobilier d'un bureau d'administration, pour les seules années 50 par exemple, ne peuvent être retrouvés, du moins dans une situation permettant une bonne collecte ethnographique.

8On pourrait être tenté de penser que cette absence physique doit être compensée par une surabondance de représentations graphiques : le développement de la photographie, du cinéma, l'importance des publications illustrées, de la télévision même, auraient pu permettre une bonne « couverture » de cette réalité particulière qu'affectionne l'ethnologue. S'il faut certes reconnaître toute sa valeur à cette source privilégiée d'informations que constitue l'image, s'il faut sans doute en développer encore la conservation et l'étude, on doit pourtant admettre qu'elle ne constitue qu'un palliatif, qu'elle est tout à la fois d'un intérêt inégal et d'une interprétation délicate : l'analyse à laquelle doit tendre l'ethnologue ne peut être par trop soumise au seul sens du cadrage des photographes. Il en est de même pour les sources écrites, infiniment plus abondantes pour décrire le milieu urbain des périodes récentes que pour le milieu rural des périodes traditionnelles. Mais la richesse documentaire ne remplacera pas le contact direct que recherche l'ethnologue dans ses enquêtes.

9Aussi doit-on conclure que le musée d'ethnologie, par son exclusive préoccupation pour un monde « traditionnel » considéré comme étant en voie de disparition depuis près d'un siècle, porte la lourde responsabilité d'avoir totalement ignoré une très longue période du développement de la ville et de la société urbaine et laissé s'enfuir toutes les possibilités de conservation d'un patrimoine ethnographique contemporain.

10Il est vrai que les explications ne manquent pas pour justifier l'attitude des conservateurs de musée en la matière. Il n'est pour cela qu'à considérer celle des initiateurs de l'expérience grenobloise lorsqu'ils se sont tournés, en second lieu, vers le patrimoine ethnographique actuel — si cette notion peut encore se prêter à un nouvel usage —, celui qui compose notre cadre de vie quotidien. Si, en effet, à travers quelques meubles d'un intérieur paysan, quelques outils et produits représentant les principales activités agricoles et artisanales, quelques objets relevant des pratiques religieuses, etc., peut être gardé le témoignage matériel efficace qui viendra compléter une bonne connaissance de la culture paysanne d'un petit « pays », quel inventaire doit-on dresser pour tenter une représentation muséale de la diversité urbaine ? La multiplicité des individus, des groupes et des communautés, des situations sociales, des modes de vie, des activités, etc., et sans doute cette propension à la « distinction » sociale qui caractérise la population urbaine, font de ce milieu un véritable complexe de situations dans lequel toute sélection devient vite aléatoire et s'apparente à un choix empreint de subjectivité. Quelle ville doit-on considérer et quelle image de la ville doit-on étudier et éventuellement s'efforcer à conserver ?

11Sans doute la vie sociale peut-elle être caractérisée, sous certains de ses aspects, par le café, qui tient une place particulière dans le cadre urbain. On peut dès lors s'interroger sur l'opportunité d'une conservation du mobilier de ce type d'établissement (le bar, les tables, etc.) et réserver le meilleur sort au flipper, ou au baby-foot, qui se sont imposés comme des objets caractéristiques entre tous. Si l'on considère les groupes de jeunes adolescents et leur importance dans l'animation de la ville, on pourra tenter de les distinguer par leur apparence vestimentaire (le blouson de cuir ou le jean). Peut-être doit-on dresser des relevés graphiques précis d'une cabine téléphonique, sous sa « patine » de graffiti et de déprédations diverses, pour évoquer ce que l'on nomme désormais le mobilier urbain. Mais ce choix, déjà délicat et hasardeux, se révèle plus difficile encore dès lors qu'il s'agit de retenir des objets censés circonscrire un domaine d'étude déterminé. Ainsi, par exemple, quels éléments sélectionner dans un appartement citadin pour conserver le meilleur témoignage d'un mode de vie particulier ? S'arrêtera-t-on au radio-réveil, à la friteuse électrique, au rasoir jetable ? Le jeu pourrait être sans fin — et mériterait d'être nommé le « jeu du conservateur » — et, outre son caractère dérisoire, ne reçoit jamais de réponse satisfaisante.

12Le paradoxe de la muséologie ethnographique est bien là, qui veut que le conservateur arrive toujours trop tard — pour recueillir les quelques pièces qui ont échappé à la destruction — et ne peut jamais arriver plus tôt. Plus encore pour le patrimoine ethnographique que pour tout autre patrimoine, la condition de la rareté et de la disparition imminente (qui le met « en péril », selon la formule consacrée) participe largement à sa définition. Douloureuse conclusion, qui rapproche le conservateur d'une conception plutôt « archéologique » de l'ethnologie, et qui rend compte sans doute des difficultés de la muséologie à s'adapter aux développements récents de la discipline.

13Une autre difficulté, et non des moindres, réside dans le mode d'appréhension des faits culturels pour une destination muséologique. Accoutumé à considérer des unités culturelles, fussent-elles toujours d'une définition imprécise, le muséologue consacre une large part de son activité à recenser et à s'attacher à conserver par le biais de témoins matériels, les caractères spécifiques à chaque unité. Ainsi est-il possible d'évoquer au Musée dauphinois, à travers quelques grands traits culturels, la richesse et la diversité des sociétés montagnardes des Alpes françaises, de dégager les similitudes et de montrer les différences perceptibles d'une vallée à l'autre, ou d'une communauté à l'autre. Ce principe qui relève de l'ethnologie comparative, largement utilisé dans les musées, devient d'une application difficile pour le domaine urbain, et plus encore semble-t-il pour les périodes récentes que pour les périodes plus anciennes. Il est vrai que la distinction est difficile à établir entre la culture locale observée à Grenoble et celle qui pourrait être observée à Lille ou à Montpellier ; les témoignages matériels susceptibles de rendre compte de ces cultures seront vraisemblablement les mêmes d'un lieu à l'autre. Sauf à privilégier, comme l'ont fait certains ethnologues, l'étude des groupes sociaux qui cultivent une certaine particularité culturelle (ces diverses minorités dont les particularités sont soit d'origine, soit construites), le risque est grand de n'évoquer que des traits généraux, des caractères tendant à une certaine universalité, et de ne pas saisir des particularités locales largement occultées par des comportements et des modes de vie similaires.

14Aussi est-ce peu dire que de reconnaître, après examen de ces difficultés qui sont apparues aux responsables de l'expérience grenobloise, une spécificité à la démarche muséologique appliquée à l'ethnologie du domaine urbain. Loin de se limiter à une simple mise à jour des méthodes utilisées classiquement pour le milieu rural, le muséologue est donc tenu de s'interroger plus généralement sur le rôle et la mission que peut et doit remplir le musée face à ce nouveau domaine.

15Si l'on considère enfin l'action publique du musée, sa fonction relative à la mise en valeur du patrimoine et à la « restitution » des résultats de la recherche, apparaissent encore des problèmes de même nature. La notion de « distance dépaysante », invoquée tout autant par l'ethnologue et le muséologue, paraît en effet devoir conserver toute sa valeur pour définir le rapport qu'entretiennent les différents publics avec les présentations du musée d'ethnologie. Dans cette définition sommaire du patrimoine ethnographique urbain déjà évoquée, dans cette quête de racines et d'identité sociale qui semble l'animer, transparaît un intérêt marqué pour une ethnologie historique (ou distante d'au moins deux générations — distance qui définissait naguère les temps dits traditionnels), au détriment de l'ethnologie des faits contemporains qui préoccupe les chercheurs en milieu urbain. Aussi est-on en droit de se demander quelle peut être l'attitude et la réaction des visiteurs du musée face à une présentation, même accompagnée d'analyses convaincantes, d'objets et de documents représentant le cadre urbain actuel, sa société et ses composantes culturelles.

16Il était bien évidemment hors du pouvoir des initiateurs de l'expérience grenobloise de résoudre ces questions inhérentes à la démarche muséologique et au patrimoine ethnographique urbain. C'est donc par une série de réponses biaisées, ou de détournements des fonctions classiques du musée (le recours à la fiction et à la simulation, l'utilisation des objets dans leur valeur symbolique et allégorique, etc.) qu'ont pu être proposées des solutions à ces problèmes, solutions dont on devra reconnaître le caractère partial et expérimental (cf. photos).

17Par delà cette tentative, dont l'objectif était de circonscrire un domaine et de sensibiliser le public à l'intérêt de son étude, il reste cette nécessité de poursuivre une réflexion devenue impérative sur la mission et le rôle du musée face à l'évolution de la notion même de patrimoine ethnographique.

Haut de page

Notes

1cf. Jean-Pierre Laurent, « Essai d'une muséologie de la ville, le Roman des Grenoblois au Musée dauphinois », in Musées et collections publiques de France, 1983, n° 3, pp. 75-77 ; Jean Guibal et Jean-Pierre Laurent, « L'ethnologie urbaine au musée : chronique d'une expérience », in Le Monde alpin et rhodanien, 1984, n° 3-4, à paraître ; et le catalogue de l'exposition : Le Roman des Grenoblois, Grenoble, Grenoble-Animation-Information, 1982, 117 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guibal J. & J.-P. Laurent, 1984, « Le musée d’ethnologie et le champ urbain », Terrain, n° 3, pp. 72- 75.

Référence électronique

Jean-Pierre Laurent et Jean Guibal, « Le musée d’ethnologie et le « champ urbain » », Terrain [En ligne], 3 | octobre 1984, mis en ligne le 23 juillet 2007, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2815 ; DOI : 10.4000/terrain.2815

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Laurent

conservateur, directeur du Musée dauphinois

Jean Guibal

conservateur au Musée dauphinois

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals