Navigation – Plan du site
Nouvelles de...

Une coopérative en anthropologie

Jean-Luc Lory
p. 80-83

Entrées d’index

Lieu d'étude :

France
Haut de page

Texte intégral

1Le Centre coopératif de recherche et de diffusion en anthropologie a été créé en janvier 1983 à l'initiative d'un groupe de neuf chercheurs travaillant au sein de la Fondation de la maison des Sciences de l'homme1. Il s'est fixé trois objectifs principaux :

  • utiliser les moyens mis à sa disposition pour favoriser le développement et la diffusion des connaissances anthropologiques au sein d'un public le plus diversifié possible ;

  • concourir à l'insertion d'anthropologues non professionnels dans la recherche active ;

    contribuer à l'accueil en France d'anthropologues étrangers qui ne peuvent être, ou très difficilement, accueillis par les institutions traditionnelles2.

La diffusion : la réalisation d'expositions itinérantes

2Depuis sa création, le centre privilégie l'exposition comme moyen de diffusion des disciplines anthropologiques vers le grand public. L'exposition dans la conception du CCRDA permet non seulement de mettre le visiteur en contact avec différents matériaux scientifiques (textes, photos, films, objets, maquettes) mais aussi de favoriser des rencontres grâce aux animations (conférences, tables rondes, etc.) effectuées par les chercheurs impliqués dans la réalisation des expositions. L'exposition est aussi le lieu où se nouent les rapports avec les enseignants dans le secteur associatif. Enfin elle permet, par les contacts qu'elle occasionne, d'engendrer une dynamique propre de la diffusion.

3Pour atteindre nos objectifs en matière d'expositions, il fallait réunir plusieurs conditions. Tout d'abord il était important que ce produit soit itinérant. Il devenait indispensable de toucher un public très diversifié afin d'évaluer plus précisément cette fameuse « demande du public », si souvent évoquée, mais si peu définie. Pour ce faire, nous avons tenté d'établir un réseau de diffusion d'expositions passant par l'intermédiaire des municipalités, qui les proposent dans le cadre de leurs activités culturelles. Les municipalités deviennent alors nos partenaires et grâce à ce rapport privilégié, il nous est possible de toucher plus facilement le public et surtout de personnaliser certains aspects des animations, comme les conférences-débats, sur des thèmes qui concernent ou qui sensibilisent les régions dans lesquelles sont proposées nos productions.

4Les moyens financiers et les infrastructures d'accueil des municipalités étant très différents, il importait de travailler sur des projets d'expositions modulaires mais aussi de proposer trois grands types de produits : des expositions lourdes, moyennes ou légères nécessitant des surfaces et des participations aux frais d'exposition proportionnelles à leur importance.

Trois expositions ont déjà été produites par le CCRDA :

  • Les Observateurs de l'homme, anthropologie sociale et culturelle : il s'agit d'une exposition lourde (400 à 500 m2) et didactique qui tente de faire une synthèse de l'histoire et des grands thèmes et méthodes de l'anthropologie, ainsi que de l'application de cette discipline à une société prise à titre d'exemple : les pygmées Aka.

  • Tuer le temps, les bergers sculpteurs de l'Alentejo (Portugal) : exposition moyenne (200 à 300 m2), elle présente un artisanat particulier lié à l'activité pastorale en Alentejo. Artisanat dans lequel le berger redéfinit l'espace et le temps et impose sa place dans la communauté. Autour de ce thème central sont présentés les aspects particuliers du latifundisme, de l'organisation du travail (ouvriers agricoles, bergers) et des phases importantes et récentes du changement économique et historique au Portugal.

  • Jivaro, mythe ou réalité : constituée de neuf panneaux, c'est une exposition légère destinée à des lieux de type bibliothèque municipale, salles de cours des lycées ou CES ou bien même halls d'immeubles. Les thèmes de ce type d'expositions sont choisis en fonction de la connaissance du public qui repose le plus souvent sur une information glanée dans des revues non spécialisées ou à travers les médias.

Certaines expositions ne sont que coproduites ou diffusées par le CCRDA :

  • La Grèce des images : les images sur les vases montrent quasi exclusivement des êtres anthropomorphes, hommes, héros ou dieux. L'exposition, traitant de cette iconographie, consiste à décrypter ces images et à tenter de découvrir les catégories dans lesquelles se pense l'imagerie grecque, support matériel d'un imaginaire social défini.

  • Les simples entre nature et société : à la suite d'une étude comparative sur les savoirs naturalistes, la connaissance et l'emploi de la flore dans les montagnes méditerranéennes, menée par l'EPI (Études populaires et initiatives), cette association a réalisé une exposition. Il s'agit d'un herbier présentant des données écologiques, botaniques mais aussi d'identification et de dénomination. Il est aussi traité de la place des plantes dans la société traditionnelle ainsi que dans la magie et le symbolisme.

  • Le sel et son histoire : réalisée à partir de l'ouvrage de P. Lemonnier (Les salines de l'Ouest. Éditions MSH), l'exposition présente les processus de production du sel, et la place de cette technique dans diverses sociétés. La technique y apparaît comme une médiation des possibilités du monde matériel et de certaines manifestations des organisations sociales.

  • Archéologie de la France rurale : cette exposition devrait permettre de privilégier les aspects souvent négligés en sciences humaines et sociales de la culture matérielle et de l'étude des techniques. Ce thème sera étudié à travers l'histoire, depuis le néolithique, où apparaissent les premières activités agricoles, jusqu'à nos jours.

Des expositions sont en cours de réalisation :

  • Banques et sociétés humaines, approche socioculturelle du monde bancaire : il s'agit également d'une exposition lourde. A l'heure actuelle, sa réalisation ne fait que commencer et le CCRDA travaille sur la maquette.

  • « Georges Bataille et les ethnologues » : son but est de faire un retour sur la période de formation de l'ethnologie à travers l'itinéraire propre à Georges Bataille et à ses amis et d'en faire percevoir les effets littéraires et artistiques.

  • « Chevaux de travail et société » : exposition réalisée à partir de l'ouvrage de B. Lizet Le cheval dans la vie quotidienne, éditions Berger-Levrault. Le cheval occupe encore une place importante que ce soit au niveau des savoir-faire, de l'histoire, de la culture artistique, du loisir, de l'imaginaire voire même du quotidien culinaire des Français.

  • Les hommes et leurs aliments : à partir du livre de J. Barrau, dont l'exposition reprend l'intitulé, il s'agira de faire apparaître le fait que l'alimentation des hommes, envisagée du double point de vue de l'écologie et de l'ethnologie, constitue un lieu privilégié des relations entre les hommes et le reste du monde vivant, végétal et animal, et aussi un lieu de la sociabilité humaine.

Les activités de soutien à des projets conduits par des anthropologues non professionnels.

5De nombreuses recherches restent chaque année, faute de financement, à l'état de projets. Cet obstacle qui se dresse devant beaucoup de chercheurs professionnels s'avère quasiment insurmontable lorsqu'il s'agit de chercheurs non professionnels. Ce sont essentiellement des chercheurs appartenant à une autre discipline scientifique (sciences « dures » par rapport aux sciences « molles » par exemple) qui, lorsqu'ils ont des projets concernant nos disciplines, font figures de non-professionnels et se voient refuser les moyens de mener à bien une recherche dont l'approche pluridisciplinaire serait, dans bien des cas, très enrichissante pour les disciplines concernées. Ce sont aussi des personnes étrangères aux corps des chercheurs, professionnellement établis (ou parfois à la retraite), qui, à un moment de leur expérience professionnelle, de leur curiosité ou tout simplement de leur vie sont confrontés à une réflexion, à un projet qui concerne nos disciplines.

6Pour ces catégories de chercheurs non professionnels, hâtivement décrites, les solutions financières sont le plus souvent l'autofinancement et l'endettement et ces conditions extrêmement contraignantes nous privent la plupart du temps d'expériences de qualité.

7Le CCRDA, dans la mesure de ses moyens et dans le cadre des disciplines qui le concernent, se propose de cofinancer ou de financer les chercheurs des catégories précédemment décrites. Les membres du CCRDA s'efforcent également, parallèlement à cette aide matérielle, d'apporter leur coopération scientifique par une collaboration étroite ou par l'insertion à leurs équipes de recherche des personnes aidées. Bien sûr, il met à disposition des animateurs des projets retenus, quand cela est utile, son infrastructure matérielle (locaux, reprographie, machines à écrire) et technique (appareillage audiovisuel et conseils pratiques).

8Dans la mesure du possible, le CCRDA tente de privilégier les recherches qui représentent une étape d'un projet plus vaste ou une contribution à l'insertion des disciplines anthropologiques dans les milieux où celles-ci ne sont pas ou peu diffusées alors qu'existe un intérêt, une demande, voire un besoin.

9Le CCRDA associe à chacun des chercheurs dont le projet est retenu, un de ses membres. Ce membre est choisi par affinité à l'aire géographique traitée, à la discipline et au thème du projet de recherche. Chaque responsable du CCRDA s'efforce de collaborer avec le chercheur dans des domaines aussi divers que la publication, la recherche bibliographique, les techniques d'enquêtes ou les simples entretiens. Il s'efforce aussi de mettre le chercheur en contact avec la communauté scientifique en l'introduisant dans des séminaires ou des laboratoires de recherche qui le concernent.

Invitations de chercheurs étrangers

10En matière d'invitation de chercheurs étrangers, le CCRDA cherche à faciliter la circulation et les échanges entre chercheurs. S'il est relativement aisé d'inviter des personnes renommées ou de haut rang, il est plus difficile d'aménager des rencontres, des échanges entre jeunes chercheurs ou encore de profiter de l'expérience de collègues étrangers, chercheurs professionnels ou non professionnels, en dehors de manifestations internationales (journée d'étude, table ronde, colloque) programmées et organisées.

Extension des activités du centre, création d'une unité de production vidéo.

11A travers l'expérience de diffusion du CCRDA depuis un an, la vidéo est apparue comme un support particulièrement propice à la communication avec le public : le CCRDA possède maintenant une unité expérimentale de production vidéo au service des sciences humaines3.

12Il est encore tôt pour savoir si la vidéo ouvre un nouveau domaine à la diffusion des travaux ethno-sociologiques et entre à part entière dans la palette de sa méthodologie. Les réticences des scientifiques face à l'image restent fortes : frivolité, perte de la dimension « discrète » de l'investigation, prégnance des problèmes techniques, etc. Pour notre part, la positivité de l'expérience tend pour le moment à occulter un peu les inconvénients suscités par le nouvel instrument. Au contraire, les perspectives nous semblent enthousiasmantes, si les buts recherchés sont la diversification des approches, une méthode plus riche de recueil des données et de traitement et enfin la possibilité d'un retour de l'information aux enquêtés et de débats publics.

Haut de page

Notes

1Le texte du projet de fondation du CCRDA a été publié dans MSH Informations du mois de décembre 1982, n° 42.
2Pour contacter le CCRDA, adresser le courrier au centre coopératif de recherche et de diffusion en anthropologie, 54, bd Raspail, 75006 Paris. Tél. : secrétariat 544 38 49, postes 211 et 283.
3Cf. « La vidéo, outil multiple pour les sciences humaines », MSH Informations n° 46, hiver 1984.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lory J.-L., 1984, « Une coopérative en anthropologie », Terrain, n° 3, pp. 80-83.

Référence électronique

Jean-Luc Lory, « Une coopérative en anthropologie », Terrain [En ligne], 3 | octobre 1984, mis en ligne le 23 juillet 2007, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2818 ; DOI : 10.4000/terrain.2818

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals