Navigation – Plan du site
Repères

De terre et de sang : la passion généalogique

Sylvie Sagnes
p. 125-146

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Languedoc-Roussillon
Haut de page

Texte intégral

1Lui se perd dans la contemplation d'une photographie où pose, hiératique, quelque aïeule au prénom désuet. Il consomme sans retenue des kilomètres d'archives sous l'œil agacé d'un conservateur inquiet. Au volant de sa R5, il promène son émotion sur les petites routes de la Montagne Noire avant de visiter un hameau déserté dont il se sait le touriste prédestiné. A l'heure de la veillée, résistant au chant des sirènes du petit écran, il s'installe à la table de la cuisine, et là, seul convive de ses trouvailles, il annote, découpe, colle, recopie, classe. Il songe, plein d'une satisfaction jubilatoire, aux commentaires que ne manqueront pas de faire ses amis devant les armoiries qu'il vient de commander. Au fait, où va-t-il les afficher ? Elles seraient sans aucun doute du plus bel effet sur le manteau de la cheminée. Elle, elle s'est manifestée un beau jour, il ne sait plus trop quand, ou plus exactement si... Quoi qu'il en soit, depuis, elle ne concède plus que de rares répits à l'exercice de sa curiosité. S'en plaint-il ? Il ne lui en vient pas l'idée. Lui, c'est le généalogiste ; elle, c'est sa passion.

2Une passion dont l'emprise se révèle si absolue et à la fois si commune de nos jours qu'elle inspire à ses praticiens eux-mêmes et à ceux, historiens, sociologues et ethnologues, qui la scrutent une description en termes pathologiques. « Fièvre », « virus », la généalogie présente en effet depuis l'aube des années 70 toutes les caractéristiques d'une « épidémie ». On a pu, ici ou là, rendre compte de l'« invasion certes pacifique mais parfois troublante1 » des services d'archives nationales et départementales, comme du nombre sans cesse croissant des adhérents de la Fédération française de généalogie2. Mais plus tangiblement que ne sauraient le faire ces tentatives chiffrées d'évaluation ou la mesure plus suggestive à laquelle nous renvoie un environnement traversé d'incitations multiples (revues spécialisées, manuels pratiques, logiciels, services Minitel, émissions télévisées ou radiophoniques, etc.), l'apparition et le développement de notre microbe métaphorique en milieu rural suggèrent au mieux l'importance du phénomène. Car, tout en se gardant ici de considérer les ruraux comme les ultimes remparts dressés contre toute innovation, on conviendra qu'il s'agit là d'une population que le sens commun n'associe pas spontanément à la catégorie des chasseurs d'ancêtres.

3Peu ou prou enracinés dans leur terroir et leur statut social, les généalogistes des champs incarnent en effet de manière à tout le moins inattendue la passion qui les anime. L'ethnologie elle-même, dans les rares analyses qu'elle consacre à la question, les a, sinon ignorés, du moins écartés de son chemin, pour leur préférer ces figures archétypales de la rupture que sont le Parisien des classes moyennes (Le Wita 1984), symbole par excellence de « l'habitant coupé de ses racines » (ibid. : 57), et l'adhérent du CGPTT (Cercle généalogique des PTT) (Ségalen et Michelat 1991), personnification d'une certaine « mobilité sociale et géographique » (ibid. : 206). Cependant, il semble que cette généalogie aux champs doive être appréhendée par l'ethnologue non pas comme une singularité irraisonnée et la preuve d'un engouement aujourd'hui illimité mais plutôt comme une invite à revoir la pratique contemporaine sous un angle autre ou plus ajusté que celui de la notion polysémique de rupture. Et c'est effectivement à une telle révision qu'incite le rural, où la vitalité de la pratique légitime, tout autant qu'à Paris ou au sein d'une grande administration d'Etat, l'enquête ethnographique. A ce titre, les villages viticoles du Minervois (nord-est du département de l'Aude) opposent un excellent contre-exemple, fournissant un bel échantillon de « mordus » de généalogie3.

4Etudiants, retraités ou actifs (secrétaire, assistante maternelle, viticulteur, cuisinier...), les généalogistes qui ont inspiré les lignes qui suivent forment depuis 1990 le noyau dur et le moteur d'une association locale dont le nombre d'adhérents (120 en 1994) et de sympathisants ne cesse de croître. Mais Histoire et Généalogie en Minervois (HGM) est, comme son nom l'indique, autre chose qu'un simple cercle généalogique. Ses créateurs, ou plus exactement ses créatrices, deux jeunes femmes alors lancées sur les traces de leurs ancêtres, bien conscientes qu'« une généalogie ennuie tout naturellement ceux qu'elle ne concerne pas » (Delay 1979 : 17), ont doté dès le départ cette structure d'une forme hybride. Faisant tout à la fois office de cercle généalogique et de société savante à caractère très étroitement historique, HGM intéresse tout aussi bien les généalogistes que les érudits et amateurs d'histoire locale. Moins opportuniste qu'il ne peut y paraître en termes de cotisations, cette alliance de part et d'autre librement consentie donne en fait aux généalogistes le loisir de satisfaire cet irrépressible penchant pour l'Histoire que suscite le périple généalogique à travers le temps, en même temps qu'elle offre aux « historiens » le lieu d'une expression et d'une audience supplémentaires. Notons au passage que, de ce mariage d'amour, l'association gagne en outre une spécificité et par là même une autorité qui lui permettent de s'imposer face à d'autres organisations vis-à-vis desquelles elle fait double emploi, telles que la section audoise du CGL (Cercle généalogique du Languedoc) ou la très historisante SESA (Société d'études scientifiques de l'Aude).

5Néanmoins, il serait injuste d'attribuer tout le succès d'HGM à la seule originalité de son double centre d'intérêt. Son cadre même, le Minervois, l'aire principale de recrutement de ses membres4, n'est pas sans entrer en ligne de compte. La modestie de cette assise géographique, loin d'être un handicap, séduit en effet d'autant plus efficacement tout adhérent potentiel qu'elle implique le plaisir de l'interconnaissance, l'efficacité d'un service de proximité, et enfin la mise à l'honneur d'un objet, le pays minervois, un sujet aussi digne d'attention que des plus familiers.

6Ainsi solidement et essentiellement intégrée dans le paysage associatif local, HGM cultive un entre-soi de sociabilité, d'échange et de curiosité qu'elle réalise à la faveur de manifestations et de productions diverses. Toujours empreintes d'une grande convivialité, les réunions, conférences, expositions, visites des sites se succèdent selon un calendrier ordonné par l'activité emblématique de l'association, à savoir la publication d'une revue trimestrielle relativement importante (44 pages) dont le tirage atteint les cinq cents exemplaires. Ces diverses éditions où se côtoient sous la plume des adhérents l'histoire locale et la généalogie (ascendance intégrale de membres, rubrique d'entraide « Questions-réponses ») s'adressent aux cotisants pour qui elles font office de bulletin de liaison, mais aussi à la foule plus ou moins anonyme des « sympathisants » qui se les procurent dans les librairies, dépôts de presse, syndicats d'initiative, bazars ou épiceries de la région. Comme autant de bouteilles jetées à la mer de la déferlante généalogique, cinquante exemplaires sont par ailleurs réservés pour être envoyés un peu partout en France à d'autres cercles qui, en retour, fournissent leurs propres publications, et de fait, la matière d'un fonds de bibliothèque à l'usage des seuls généalogistes. Les « historiens » ne vont pas sans remettre en cause, en toute occasion, le principe de cet échange qui, bien que contesté parce que onéreux, n'en est pas moins maintenu, révélant la part capitale que tiennent dans l'activité généalogique la communication et l'insertion dans un vaste réseau d'initiés.

7C'est donc dans le cadre de ce cercle un peu particulier, partagé entre histoire locale et généalogie familiale, entre confinement et ouverture, que nos informateurs ont été rencontrés avant d'être interrogés plus précisément sur leur pratique, et ce à leur domicile, où les réactions de l'entourage ont pu être également recueillies.

8Introduisant à une dimension autre de la généalogie, la parole des traqueurs d'ancêtres dessine, en contrepoint de l'aventure associative, les contours d'une pratique intime et solitaire. Dans le foisonnement de sa surprenante volubilité, elle se fait tout d'abord volontiers introspective pour mettre en lumière les symptômes d'une fatale prédisposition et les preuves d'une incursion aussi intempestive que définitive dans la vie et le cœur du généalogiste. Elle s'attarde encore sur les péripéties de la recherche, sur le passage parfois difficile par une mémoire familiale étonnamment courte, sur les heures longues et silencieuses passées dans les mairies et les dépôts d'archives, comme sur la fréquentation érudite des bibliothèques. Tandis qu'elle se complaît dans la description de cette quête patiente et rigoureuse, de cet itinéraire sans fin, le discours du généalogiste s'émaille de l'évocation d'indescriptibles émotions : le bonheur de savoir, la satisfaction d'une photocopie, la fierté de « remonter jusqu'en 1637 », le pincement au cœur que suscite une signature, les délires d'une imagination enflammée par la découverte d'un enfant naturel, la curiosité incontrôlable qu'éveille « un cousin au septième degré », le besoin impératif de « revenir » là où ont vécu les ancêtres, etc., soit une déclinaison de plaisirs inédits qui ouvre à l'ethnologue les portes d'un imaginaire sensible, tout entier à explorer. A vouloir visiter les moindres recoins de ce jardin secret, l'enquête ne doit pas hésiter à se faire lecture et à parcourir ces relais tangibles de l'évasion que sont l'« arbre », le « classeur » où s'organisent fiches et documents, la monographie familiale – du reste rarement menée à son terme – et enfin le « musée généalogique » installé dans le salon, le couloir ou la cage d'escalier de la maison.

9Plus digne d'investigations symboliques que ne le laisserait supposer l'élaboration apparente d'un savoir positif, l'expérience généalogique demande donc à l'ethnologue de prendre en compte les contrastes et les contradictions qui la traversent et que bien des a priori inciteraient à négliger. Ces disparités dont nous venons d'ébaucher quelques occurrences invitent de fait l'ethnographe à détourner son attention, jusqu'ici portée sur les acteurs et leur situation sociologique, pour centrer son analyse sur l'œuvre généalogique et la rhétorique de la parenté qu'elle met en scène dans son conformisme et/ou son inventivité par rapport à un modèle hérité des siècles et des classes supérieures. Ainsi chercherons-nous moins à expliquer de manière univoque l'engouement sans précédent que connaît l'exercice généalogique qu'à tenter de repérer les dynamiques qui, au sein de notre modernité et au-delà de la simple notion de rupture, peuvent justifier l'émergence d'une telle passion, tout en n'ayant de cesse de nous demander en quoi ces besoins ou ces désirs se voient précisément satisfaits dans l'élaboration d'un savoir de la parenté. C'est en ce sens que nous allons interroger le terrain minervois, où arbres généalogiques et ceps de vigne se côtoient avec bonheur, et que nous nous intéresserons à tout cet univers de discours et de relations auquel participent, plus ou moins, aux côtés du généalogiste ses parents, ses « cousins » et ses amis généalogistes.

La généalogie buissonnière

10Rien ne serait plus fallacieux que de prétendre décrire ici une pratique généalogique uniforme dans son déroulement, ses procédés, ses réalisations. Certes, tous les généalogistes recourent aux mêmes matériaux (mémoire orale, papiers de famille, registres paroissiaux et d'état civil), mais, derrière l'illusoire homogénéité que créent la similitude des buts et méthodes définis par les manuels pratiques et l'unicité du principe de la double ascendance directe prévalant dans la conception des arbres et diagrammes commercialisés, derrière l'image réductrice renvoyée par l'industrie généalogique se cache une réalité beaucoup plus nuancée. La généalogie, ce périple sans fin dans l'inconnu de la parenté, offre à ses adeptes autant de possibilités de s'échapper des sentiers battus que de chemins ouverts par la filiation, l'alliance et la collatéralité. L'infinitude de ce chantier autorise en conséquence des choix qui font qu'une généalogie a peu de chances de ressembler à une autre. Jacques a ainsi choisi de remonter son ascendance seulement en lignée masculine et de recenser tous les descendants du plus lointain ancêtre retrouvé, soit une « cousinade » forte de plus de huit cents « cousins » que notre généalogiste se fait un plaisir de réunir régulièrement. Quant à Geneviève, elle a entrepris, parallèlement à son « arbre » d'ascendance, de procéder, à la mairie de son domicile, au dépouillement systématique des actes de mariage, histoire de ne manquer aucune occasion de « cousiner » au village, tandis que Mireille articule sa recherche autour des liens de parenté qui existaient, et qui existent encore dans son cas, entre les divers propriétaires de la vaste demeure qu'elle vient d'acquérir.

11En dehors de ces orientations bien spécifiques qui peuvent impliquer des techniques et des moyens différents (recensements à partir des données du Minitel, courriers et appels téléphoniques en ce qui concerne les « cousinades », fiches Louis Henry indispensables aux relevés systématiques), la possibilité de choisir surdétermine le champ des recherches « classiques » en ascendance, qui, bien que l'on en ait exclu les collatéraux, ne s'élargit pas moins au rythme d'une suite géométrique d'ordre deux. Confronté à un nombre impressionnant de pistes qui ne cesse de doubler de génération en génération – on compte, à moins de mariages consanguins, mille vingt-quatre lignées différentes à la dixième génération–, le généalogiste se réserve le privilège d'étudier telle ascendance plutôt que telle autre.

12Enchaînement de sélections, la généalogie se veut ainsi source de liberté en contrepoint d'une parenté proche imposée. « On choisit pas ses parents, on choisit pas sa famille », chante un poète des temps modernes5. A cette fatalité, le libre jeu de la généalogie entend remédier, encouragé par le caractère indolore des coupes sombres ainsi pratiquées. Il est effectivement moins éprouvant de laisser dans l'ombre tel ancêtre que d'en arriver à ne plus « parler » à sa sœur. Insensible à l'indifférence, la parenté qu'intéresse la généalogie est donc une parenté à fréquenter sans heurt ni douleur. En cela, elle donne sens, aidée du besoin de justifier un parcours à contre-courant de l'oubli, à la loquacité de nos informateurs par ailleurs si peu enclins à s'épancher à propos de tout ce qui touche la parenté6.

13Mais si le désir d'émancipation des cadres rigides d'une parenté préétablie est à même de motiver la politique des choix en vigueur en généalogie, les raisons qui président à chaque choix en particulier restent encore obscures. Pourquoi accorder tant d'attention à tel ancêtre, dépenser son énergie pour telle lignée, chercher à vérifier un cousinage plutôt qu'un autre ? L'abondance des sources archivistiques ou de toute autre documentation n'est sans doute pas sans incidence, mais, de l'aveu même des généalogistes, interviennent d'autres critères, beaucoup plus subjectifs : « Il y a des branches qui m'attirent plus que d'autres, je ne sais pas pourquoi. » En fait, loin d'être inexplicables ou le fruit d'un arbitraire irraisonné, les options prises s'éclairent dès lors qu'on les met en phase avec le vécu quotidien, la destinée et les aspirations du généalogiste. Ainsi s'aperçoit-on que ce dernier se taille une parenté sur mesure, dévoyant, tout en s'en servant d'alibi, l'attitude de découverte censée procéder de la conscience héréditaire pour assujettir le mouvement de la recherche à un parcours familial et biographique préalable.

Le discours sur les origines

14C'est à l'expression d'une identité sociale que se prête tout d'abord la « dérive du genre » (Burguière 1992 : 30). Le plaisir de Geneviève à évoquer ses ancêtres tisserands, aubergistes, meuniers, propriétaires viticulteurs, et plus encore son insistance à signaler la présence parmi ses ascendants de « ce fameux Pierre Santoul qui est resté maire du village pendant quarante ans » ne constituent pas les moindres indices susceptibles de mettre l'observateur sur la voie d'une pareille inflexion. Seulement donné à voir ici ou là à travers les efforts manifestes pour ériger en figure de proue d'une parenté oubliée tel ancêtre ou cousin remarquable, pour relever au fil d'une lignée les moindres signes d'ascension sociale, ou encore pour fournir, à défaut d'utiles antécédents, les preuves d'une vertigineuse profondeur généalogique capable de masquer une ascendance modeste, le biais qu'inflige à la recherche une curiosité sociologique aussi sélective que récurrente n'est jamais expliqué, encore moins avoué. A la rigueur reconnaît-on sa réalité, mais toujours pour le stigmatiser et lui imputer l'intérêt ou le désintérêt de mauvais aloi porté par les autres à la généalogie. « Oh ! Il y en a qui font ça parce qu'ils espèrent se trouver des ancêtres nobles ou célèbres, mais moi, je n'en ai rien à faire. » Pascale illustre bien ce double jeu, se complaisant entre dénégation et prétention. Cependant qu'elle met sur le compte d'un vil et condamnable péché d'orgueil l'indifférence de sa sœur à l'égard de ses recherches – « Elle doit être complexée vis-à-vis de la branche, et si j'étais tombée sur des ancêtres plus huppés, peut-être que ça lui plairait davantage »–, elle ne peut s'empêcher de présenter à l'enquêteur ce « Maisonneuve, brigadier des Gabelles, en poste dans l'Ariège, fils d'un sieur Barthélemy Maisonneuve et d'une demoiselle de Gély originaire de Paris », toute aux délices de prononcer une particule et de reprendre des titres qu'elle pressent socialement significatifs. De même n'est-elle pas peu fière de soumettre à l'examen de qui pose un regard sur son travail la brève correspondance entretenue dans le dessein de « cousiner » avec un professeur d'université dont le patronyme est identique au sien.

15Riches en enseignements, ces manières calculées, indirectes et implicites de promotion sociale permettent de toucher du doigt non seulement les tiraillements auxquels est soumise notre société, prise entre un idéal d'égalité et des rêves autorisés de supériorité sociale, mais aussi l'ambiguïté d'une pratique qui, côté pile, se démarque sous le couvert d'aspirations plus louables (ouverture sur l'histoire, réponse au besoin d'évasion, sociabilité associative...) de cette image bien ancrée d'une généalogie à la solde exclusive de la légitimation de la réussite sociale, et qui, côté face, entérine le stéréotype en succombant à la séduction de son imparable finalité, à savoir la possibilité de se prévaloir d'origines sinon illustres du moins honorables. S'il paraît risqué d'attribuer ce cliché, auquel la pratique actuelle est indéniablement redevable d'une bonne part de son succès, à une conscience historique du phénomène plutôt qu'à un imaginaire culturel moins objectivement fondé, il n'en reste pas moins que l'asservissement à une rhétorique de la distinction qui lui est propre inscrit la recherche de nos contemporains dans une remarquable continuité avec la pratique passée. Pour intellectuellement rassurant que soit l'invariant qui se profile derrière elle, cette intemporalité des intentions et des modalités ne va pas sans poser problème. En dessinant entre le généalogiste du xxe siècle (employé de bureau, mère de famille, instituteur, viticulteur, retraité, étudiant...) et le seigneur en son fief (Duby 1986), ou plus près de notre époque le bourgeois gentilhomme (Bizzocchi 1991 ; Burguière 1991, 1992 ; Maurel 1991), une symétrie pour le moins inattendue au regard des décalages entre les sociétés d'autrefois et de maintenant, elle redouble nos interrogations quant à la raison d'être d'un tel usage de la généalogie.

16Pourquoi diable en effet, de nos jours comme par le passé, ressentir, alors que l'on appartient aux classes moyennes, ce besoin de se targuer d'une ascendance plus ou moins prestigieuse que n'encouragent aucune course au pouvoir ni une quelconque compétition sociale ? En deçà d'un possible enjeu d'envergure sociopolitique qu'il aurait été satisfaisant de déceler afin de pouvoir se conformer aux conclusions de l'Histoire, c'est au niveau du traitement symbolique que chacun réserve à sa propre situation sociale que l'expression de prétentions doit être ramenée, et avec elle le dévoiement de la généalogie qui lui est inhérent. A ce sujet, l'ethnologie a bien montré le rôle central tenu par la mémoire familiale dans l'affirmation d'une identité sociale7. Normative de comportements et porteuse de l'idéologie des groupes qui l'énoncent, elle fait varier son contenu, son amplitude et sa profondeur d'une classe sociale à l'autre.

17Or, en se rapportant à l'échelle des trajectoires familiales et individuelles, il apparaît clairement qu'inciter à une reconnaissance sociale par ancêtres ou « cousins » interposés correspond à la volonté d'asseoir une situation nouvelle, fruit d'une ascension qui elle, dégagée des formes (détention du pouvoir féodal, accès à la noblesse de robe...) et incidences (privilèges, hérédité du statut, etc.) propres à chaque contexte, peut être dite commune aux auteurs ou commanditaires de généalogie de tous les temps. Concernant le présent, c'est dans le sillage des transformations socioculturelles (accès aux études supérieures, départ du monde de la terre, indépendance financière...) qui caractérisent les trois dernières décennies que le recours généalogique s'impose comme le moyen du réajustement de l'équation sociomémorielle mise en péril par chaque progression sur l'échelle sociale. Au crédit de cette hypothèse, il n'est pas indifférent de noter le fait que les entreprises (PTT, IBM, Banque de France, etc.), structures éminemment liées à la définition sociale de ceux qu'elles emploient, servent de cadre privilégié au recrutement de la plupart des cercles généalogiques. Plus nettement encore, certaines figures de généalogistes, les étudiants et les retraités, valident cette corrélation entre mobilité sociale et généalogie. En se situant à l'orée d'un itinéraire socioprofessionnel, en gestation pour les uns, mené à son terme pour les autres, ces acteurs sociaux en situation de marge établissent une articulation évidente entre un état social en devenir ou advenu et une mémoire pressentie ou sentie trop exiguë pour abriter des prétentions nouvelles.

18Moins immédiatement saisissable dans la simple fonction de régulation identitaire que dans sa traditionnelle dimension militante, que d'ailleurs lui retient de revêtir une ascension somme toute dérisoire vue sous l'angle de sa généralisation, l'usage social de la généalogie nous incite à apporter un bémol aux analyses qui donnent la « mémoire cassée », « brisée » des classes moyennes (Segalen et Michelot 1991 : 196) pour responsable de l'engouement actuel dont fait l'objet la pratique généalogique. A la mise en cause d'une perte de mémoire, nous préférerons ici l'idée plus nuancée d'une mémoire pauvre dont la généalogie se charge, par des choix symptomatiques, de combler les vides pour l'adapter à l'expression d'une identité sociale mouvante.

19De même, la cohérence de cette dynamique sociomémorielle nous permet-elle de réfuter l'idée d'une démocratisation de la pratique sous l'effet d'un « irrésistible mimétisme » (Duby 1986 : 56). Certes, on ne peut nier que la passion de l'ancêtre commune aujourd'hui à l'aristocratie, à la bourgeoisie et aux classes moyennes tient de cet ascendant qu'exercent les élites traditionnelles sur le reste de la société. Pour autant, elle ne saurait se laisser réduire à la reproduction gratuite d'un modèle culturel. Bien plus subtilement que ne le suppose un regard superficiel posé sur la réalité, il apparaît que les généalogistes usent de cette fascination largement partagée pour ériger en argument très suggestif de leur propre distinction la qualité de critère d'excellence sociale que rend immanente à la généalogie la mémoire foisonnante des classes dominantes, une mémoire qui n'est autre qu'une des expressions, en l'occurrence la plus développée, de la norme sociomémorielle. De manière similaire, l'art héraldique, corollaire possible de la généalogie, se prête au détournement de sa forte connotation aristocratique, incitant moins à une mécanique imitation qu'à l'insertion de cette aura à la logique culturelle à l'œuvre.

20Mais au-delà de la prégnance de cette équivalence sociomémorielle qu'il nous montre en mouvement, le passage à la généalogie ne laisse de souligner la force du principe de parenté qui, ramené à la notion d'hérédité, alimente ces constructions identitaires que l'on oppose sans en avoir l'air à autrui, mais aussi que l'on cultive entre soi ou seulement pour soi.

Miroir, miroir, dis-moi...

21A cette identité qu'il recrée pour lui et pour les siens, le généalogiste ajoute une dimension physique et psychique. Dire que l'on ressemble à ses ancêtres, ce qui, en l'absence de photographies, portraits ou descriptions, s'apparente à une gageure, c'est, tout d'abord, se fonder sur ces traits que l'on se plaît à reconnaître identiques chez les « cousins ». Bien singuliers, il est vrai, sont ces « cousins » dont la position déborde très largement des limites des réseaux de parenté traditionnels (Jolas et al. 1970). S'il en est qui, en généalogie descendante, font du recensement systématique de ces cousins l'objet principal de leur recherche, la plupart se contentent de quelques cousinages établis « au hasard », à la faveur de rencontres aux archives ou lors des réunions de leur cercle avec des généalogistes dont ils comparent l'ascendance à la leur, ou bien à la suite du repérage dans leur généalogie d'un patronyme dont ils cherchent à vérifier le rapport avec une connaissance ou avec une personne célèbre du même nom.

22Ajoutons ici à ces deux façons de « cousiner » les possibilités considérables qu'offrent les revues des cercles et les mensuels spécialisés. Les généalogies intégrales qui y sont publiées fournissent au lecteur-généalogiste l'opportunité de découvrir l'existence de couples d'ancêtres communs, tout comme les différents services d'annonce proposés au titre de l'entraide (« Questions-Réponses », « Tous pour un », « S.O.S. »...) permettent de nombreuses prises de contact d'où peut résulter, là encore, le constat de liens de parenté. La perspective de ces cousinages apporte ainsi un éclairage bienvenu à la nécessité associative et à ces manières de déléguer, par l'intermédiaire des revues, un peu de cette recherche qui touche pourtant de si près le domaine de l'imaginaire et de l'affectif. Car ni la solidarité de fait qui naît entre personnes partageant le même violon d'Ingres, ni les vifs encouragements prodigués en ce sens par des archivistes submergés de demandes ne sauraient suffire à expliquer l'existence des cercles et cette cession par le généalogiste d'une part de son œuvre à de parfaits inconnus.

23Et, de fait, si le « cousin » mérite de la sorte le sacrifice du plaisir de la recherche, c'est bien parce qu'il offre un exutoire tangible aux fantasmes de l'hérédité. Perçu en fonction de l'ancêtre commun, il incarne celui-ci, comme l'incarne, mais autrement, le généalogiste lui-même. A travers lui, c'est donc l'ancêtre que l'on cherche à distinguer ; c'est aussi soi que l'on tente de reconnaître. Ainsi, en affirmant que « tous les Bordes sont bruns et de caractère plutôt jovial et sociable », Jacques, que l'on peut qualifier de spécialiste de ce type de relations, tend à dégager de ce portrait physique et psychique collectif l'image de ses plus anciens ancêtres, en même temps qu'il érige en autant de signes d'appartenance au « clan des Bordes » des traits qui sont avant tout les siens. Pascale, mue par la même curiosité, a, défiant les distances, échangé des photographies des membres de sa famille contre des photographies et un « plan de main » de l'abbé Maisonneuve et de sa sœur, se rangeant au terme de la transaction à la conclusion enthousiaste de l'abbé généalogiste et sans aucun doute « cousin » – bien que le lien ne soit pas rigoureusement prouvé par les actes : « Ce sont bien des têtes de Maisonneuve ! C'est fou de penser que des traits généraux comme ça se perpétuent depuis l'ancêtre du xvie siècle ! »

24Etablir des ressemblances avec ses ascendants, c'est aussi déduire celles-ci de clichés concernant la région d'origine. De fait, si la famille de Claire est si friande de moules, ses ancêtres belges y sont sans doute pour quelque chose. L'étymologie des patronymes comme les professions rencontrées participent également de cette recherche de correspondances entre ancêtres et descendants. Du traitement conjugué de ces deux types de données, Geneviève retient l'existence d'un maquignon et d'un bourrelier et deux patronymes qui l'un, le sien, signifierait « qui aime les chevaux de deux couleurs », et l'autre « qui fabrique des bâts », soit une somme d'informations grâce auxquelles elle légitime et donne sens à la passion qu'éprouve sa famille paternelle pour les chevaux. De même, tout généalogiste qui se respecte n'est pas long à douter de la coïncidence qu'il y a à s'appeler Sagnes (« qui saigne, boucher, charcutier ») et à s'intéresser à la parenté de sang et ce d'autant plus, hérédité oblige, que la généalogie permet avec le peu de moyens dont elle dispose de multiplier les manières de s'en revendiquer. Elle vise, on le voit, à expliquer, confirmer, amplifier les discours relatifs aux marques biologiques – ou pensées comme telles pour ce qui est des goûts et des caractères – donc perceptibles de l'hérédité et de l'appartenance familiale. Cependant, il ne s'agit pas là uniquement de l'affirmation d'une communauté de sang propice à la cohésion familiale. Le généalogiste trace aussi au cœur de sa recherche des lignes de force plus précisément parallèles aux contours de son propre profil, à l'instar de cette informatrice qui dans sa généalogie trouve un éclairage heureux à un aspect important de sa personnalité : « Moi, je me sens attirée par plusieurs trucs. Je serais plutôt "touche-à-tout", du genre à tout faire, quoi, à tout essayer. Est-ce que mon caractère un peu instable viendrait du mélange de mes origines ? Je sais pas. Mais rien que pour la cuisine, j'aime tout essayer et je crois pas que ça tienne de la mode. » Ces déductions formulées à la suite de va-et-vient comparatifs nombreux supposent donc entre le généalogiste et ses ancêtres une intimité propre dans laquelle la famille a peu à voir et où, en dehors du désir de souder celle-ci, se déchaînent de manière débridée les fantasmes de l'hérédité.

25On ne saurait s'attacher ici à résoudre toutes les questions concernant les représentations de la consanguinité. Cependant, il nous appartient de remarquer, dans le reflet qu'en renvoie la pratique de la généalogie, l'extraordinaire activation qui dans l'esprit et l'affect de certains généalogistes va jusqu'à prendre la forme mystique d'une croyance en une réincarnation empruntant de manière privilégiée les voies du sang. Ce « sentiment de chaîne », cette conscience d'être le « produit d'une filiation » (Zonabend 1987 : 640) sont d'ailleurs si forts qu'ils rendent inutiles, du moins en ce qui concerne nos informateurs, les efforts d'originalité fournis par les maisons d'édition. L'arbre généalogique, dont les « branches », « rameaux », « pousses » et « bourgeons » s'adaptent si parfaitement aux notions de lignée et de reproduction, éclipse de son ombre souveraine toutes les autres tentatives de représentation (fleurs aux multiples pétales, roues de fruits, roue du zodiaque). La vulgarisation des lois de la génétique, à l'école, chez son médecin ou par le biais de la presse, n'est pas étrangère à l'acuité de cette conscience héréditaire. De même y contribue la fortune actuelle que réserve l'édition à la psychogénéalogie8. Cette nouvelle spécialisation, en établissant le principe d'un inconscient généalogique à l'origine de la plupart de nos comportements, conforte d'un pendant psychique ce déterminisme de l'hérédité dont la biologie perce et révèle tous les jours davantage les secrets sur le plan physique. Il n'est d'ailleurs pas un congrès, pas un forum national ou international consacré à la généalogie qui ne prenne le soin de répondre à cette double curiosité du public en proposant quelques communications scientifiques sur le sujet.

26Mais outre l'exacerbation au cœur de notre époque du sentiment atavique, c'est bien plus essentiellement la place qu'occupe la « pensée sauvage » auprès de Mendel et de la science que nous révèle la généalogie. On peut en effet constater que les traits, goûts et caractères admettent d'autres origines, d'autres supports que les gènes, à savoir une profession exercée, un lieu habité, un nom porté. Penser que « le métier rentre » jusqu'à infiltrer la postérité ouvre une piste dont le défrichement revient aux spécialistes de l'hérédité. Nous examinerons plus loin ce qu'il en est du déterminisme du local. Quant au nom, il appelle plusieurs approches, fonction de ses signifiés qui en gros recouvrent des traits physiques ou psychiques et les deux catégories précédentes (professions, localités), fonction également de sa qualité de signe transmissible et enfin de la pensée substantialiste qui lui est propre (Vernier 1989). L'anthropologie de l'Europe a fort bien circonscrit ces deux dernières caractéristiques du nom et montré, concernant le prénom, comment elles s'articulent pour « refaire » un proche parent décédé, à Florence à l'aube de la Renaissance (Klapisch-Zuber 1980) ou en pays de Sault au début de ce siècle (Fine 1987).

27Aussi peut-on légitimement penser que le processus identificatoire déclenché par le généalogiste repose de la même manière sur le substantialisme du nom, du moins dans les cas d'homonymie, ce qui ne vaut que pour les ancêtres de la branche paternelle en ligne masculine. Est-il besoin de préciser qu'il s'agit là de la lignée que l'on recherche prioritairement, voire même exclusivement ? L'extrême sensibilité que manifestent nos informateurs à l'égard des variations orthographiques de leur patronyme conforte le bien-fondé de cette hypothèse : « J'ai trouvé de ces balivernes ! se scandalise Antoine. Sur des actes de naissance, il manque le s, il y en a d'autres où c'est marqué o-u ou u à la place du o. Comment ils s'y sont pris pour écrire ça ? Je n'en sais rien. » Etrange, ô combien déconcertante est cette chirurgie qu'inflige au nom une orthographe fluctuante, donnant à douter de l'authenticité de l'ancêtre ou, moins douloureusement, de la compétence du scripteur. De fait, la forme et la permanence du signifiant importent bien moins dans les cas d'hétéronymie. Le nom, alors moins symboliquement et personnellement investi, se trouve tout entier résumé à la valeur de son signifié, à une simple information qui, elle, nous ramène aux problèmes précédemment soulevés, notamment celui de la place accordée à un lieu habité dans toute définition identitaire.

Faire saigner ses racines

28Si Claire doit à la Belgique sa gourmandise immodérée de moules, les Maisonneuve à la Bretagne leurs yeux gris-bleu, si les lieux d'une parenté passée se manifestent ainsi à travers le corps et les manières d'être, les « connexions », les « impressions de déjà-vu » et autres sentiments d'attirance – « J'ai la sensation que ce village m'appelle » – dont le généalogiste fait l'expérience lors de ses pérégrinations donnent bien à sentir l'inscription de ces lieux quelque part au fond de soi. A cet égard, les façons de dire ces visites au village des origines sont pour le moins suggestives. Les verbes « revenir », « retrouver », « retourner » impliquent paradoxalement une idée de répétition pour ce qui n'est bien souvent qu'une première fois. En sens inverse de ce mouvement qui veut que les lieux nous habitent à la faveur de la médiation des ancêtres, on a déjà pu noter que les ancêtres, eux, nous sont rendus présents par l'entremise de ces mêmes lieux. Dans ce cas de figure encore, les manières de dire viennent relayer les récits d'expérience de nos informateurs. Chercher à savoir « d'où l'on sort » plutôt que de s'employer à découvrir « de qui on sort » est incontestablement une préoccupation très révélatrice, tout comme l'est la dimension pédologique du mot « racines », autre expression emblématique de l'obsession généalogique. Cette curieuse alchimie de la parenté et du local dont l'hérédité des lieux n'est, on le voit, qu'un des exutoires possibles semble trop fondue dans nos façons de dire et de faire pour ne pas relever d'une représentation plus largement partagée que par les seuls généalogistes. Mais laissons à ces fascinants prestidigitateurs de la parenté le soin de nous en apprendre davantage, en commençant par observer leurs tours de passe-passe onomastiques.

29Seuls résidus d'une longue période insaisissable, d'une préhistoire familiale qui prend fin avec les premiers registres paroissiaux, les patronymes sont les ultimes intermédiaires entre ego et une parenté perdue au fond des âges. Analysés sous toutes leurs coutures au-delà de leur seul signifié, les patronymes rencontrés au cours de la recherche – du moins les plus prometteurs de par leur rareté, leur sonorité, leur fréquence ou la qualité de leur porteur – sont tout particulièrement sommés de mettre en évidence une correspondance satisfaisante entre localité et parenté. C'est ainsi que tout d'abord le généalogiste procède, avec l'aide d'atlas ou d'annuaires téléphoniques, au recensement de tous les toponymes homonymes du patronyme radiographié. Cette recherche d'homonymies paraît trop systématique et « naturelle » pour ne pas relever d'une théorie « sauvage » de la formation et de l'attribution des noms dans laquelle les hommes et les lieux constituent l'un pour l'autre un référent originel. Du reste, les passages effectifs d'une catégorie à l'autre tels que les signalent linguistes et historiens à propos de l'origine des noms, ou les anthropologues s'intéressant à la formation des sobriquets, impliquent de la part de nos informateurs une conscience aiguë de cette réalité culturelle dont l'extrême « évidence » demande à être interrogée plus avant.

30Dans un second temps, le généalogiste tente de confirmer ces homonymies, ou, s'il est plus malchanceux, d'en pallier le défaut, en répertoriant tous les patronymes homonymes ou homophones suivant leur distribution géographique. Il établit alors une carte de France sur laquelle il reporte par département le nombre de porteurs du nom étudié dans l'espoir de mettre en évidence une « concentration », un « foyer », autrement dit une région d'émergence et de diffusion du nom. A côté de ces possibles tâtonnements, le généalogiste soumet encore le patronyme à l'épreuve de l'étymologie. Si cette autopsie du mot révèle un signifié qui n'est pas toujours un lieu, elle renvoie nécessairement à une région plus ou moins restreinte que suggère l'origine linguistique du nom. Latine, germanique, gauloise, occitane, provençale ou autre, la langue du nom définit un espace flou dont le degré de conjecture est paradoxalement aussi grand que l'attention que lui accorde le généalogiste. Jamais négligée, cette information apparemment de l'ordre de l'anecdote et de l'érudition figure en bonne place dans les opuscules familiaux et sur les blasons composés au terme de la recherche. Jacques a ainsi consacré un quart de ses armoiries à un coq blanc crêté de rouge pour seulement symboliser l'origine gauloise de son patronyme.

31Ces différentes manipulations que le nom se voit contraint de subir ont ceci de commun qu'elles permettent au généalogiste de faire apparaître un espace plus ou moins précis et de lui associer la naissance de la lignée étudiée9. Les contours de cette alliance primordiale de la parenté et du local ne sont d'ailleurs jamais mieux précisés que lorsqu'une homonymie consacre l'effectivité de cette union, l'identité sous-entendue donnant alors lieu à de véritables mythes de fondation. De cette manière, Pascale a très vite saisi la possibilité d'une relation entre les Chiffre qui peuplent sa généalogie et le petit hameau de Chiffre dans la Montagne Noire, tout proche de la paroisse où demeuraient ses ancêtres. D'abord persuadée que le lieu avait donné son nom à de très lointains ancêtres, les tout premiers occupants du site, elle a ensuite découvert que le petit hameau ne s'est appelé ainsi que bien tardivement, au xviiie siècle. Quelque peu déçue mais sans toutefois lâcher prise, elle inverse désormais les termes de l'emprunt pour arguer que les collatéraux de ses ascendants sont à l'origine de la métonomasie, indice de la refondation de ce hameau qu'elle suppose alors déserté. Illustrant les deux conclusions auxquelles peut aboutir toute homonymie, les issues de cette double déduction transportent, l'une après l'autre, Pascale dans une « famille-village », auprès d'un ménage que seule définit, en dehors de tout autre principe, la localité, projetant au passage une vision qui ne manque pas d'évoquer le discours maintes et maintes fois entendu par les ethnologues : « Au village, on est tous cousins », et de poser avec acuité le problème du rôle exact joué par la parenté dans la définition du lien social au sein des communautés villageoises.

32Quoi qu'il en soit de ce lien communautaire, à peu près vierge d'investigations, vu sous cet angle, cette « famille-village » des origines et avec elle les autres rapprochements moins spectaculaires auxquels le généalogiste aboutit donnent à voir, comme en gros plan, ce que la parenté doit à toute « implantation », c'est-à-dire une partition, un étiquetage obéissant à ce principe autre que la consanguinité et l'alliance qu'est la localité. Contenu dans les noms de la parenté avant que ceux-ci ne le trahissent entre les mains inquisitrices du généalogiste, le déterminisme du local se retrouve, constant et anodin au point de passer inaperçu, dans notre nomenclature de la parenté où il se laisse surprendre dans l'évocation de la « cousine de Caunes » plutôt que de la « cousine Gabrielle », comme dans l'elliptique énonciation « Caunes » désignant tous les apparentés qui résident au village.

33Tout un chacun, et le généalogiste en particulier, est identitairement tributaire de cette déclinaison au locatif de la parenté qui en retour implique une appartenance au local fondée sur la parenté. « On est d'ici » moins parce qu'on y habite que parce qu'on y a ou a eu des parents. C'est donc en partie la redéfinition de cette appartenance au local que le généalogiste entreprend en convoquant sa parenté passée au chevet d'une identité qui souffre de son effacement sous l'effet de l'oubli ou, plus « atrocement », de son inexistence, de cette absence de référence possible à un lieu qui fait, comme dans le cas de Catherine, que l'on ne peut dire d'où l'on est : « Avec mes parents, j'ai beaucoup déménagé, j'ai habité un peu partout en France, et donc par eux, je ne savais pas d'où je venais. Quand on me disait : "D'où tu es ?" c'était un vrai problème pour moi. Je pouvais toujours répondre la dernière ville où j'avais habité, mais ça n'avait pas de sens puisque je n'y ai aucune attache. Donc c'est un peu pour ça que j'ai cherché à savoir d'où est ma famille, d'où est-ce que je peux dire que je viens. »

34Mais la généalogie ne sert pas qu'à guérir, avec ou sans ce comprimé aux extraits de localité qu'est le nom, du « déracinement » chronique, comme on l'a dit souvent rapidement. Elle donne aussi la possibilité de mesurer, de révéler la profondeur d'une « implantation » et par là même de suggérer la légitimité de son ou ses identités locales. A cet égard, il convient de remarquer que les manipulations onomastiques auxquelles se livre le généalogiste ne sont véritablement autorisées à prendre forme que dans l'aire restreinte de la trame généalogique, elle-même resserrée par le désir de « sortir d'ici » plutôt que « de là ». Claire a lu dans un traité d'anthroponymie que son nom, vraisemblablement d'origine camarguaise, signifierait « terrain marécageux ». En dépit de cette double référence au local, elle préfère reléguer aux oubliettes cette interprétation pourtant parée de garanties scientifiques. Elle lui substitue sans hésiter l'existence de lieux-dits de la Montagne Noire, dont la dénomination est plus ou moins homophone de son nom et dont la localisation se révèle bien plus proche que ne l'est la lointaine Camargue de l'implantation minervoise de ses ascendants immédiats comme de celle, tarnaise, de ses ancêtres. Respectivement établies par le nom et la généalogie, l'ancienneté et la pérennité de l'inscription spatiale de la lignée solidifient l'appartenance d'ego à un lieu donné, obéissant ainsi à une dont il reste à découvrir la raison d'être. La mobilité géographique qui, sans être toujours vécue individuellement, marque immanquablement l'environnement social immédiat de chacun n'est pas étrangère à cette revendication. Mais pouvoir se dire originaire de telle région ou de telle localité, et ce de façon immémoriale, n'est-ce pas d'abord en soi une forme de promotion sociale ? « Bon, répond en ce sens Sonia, quand on s'appelle Dupont, Durand... Bon ! On se sent un peu bête ! Ce sont des noms tellement courants. Mais quand on sait d'où l'on sort et depuis quand, ça vous donne une certaine fierté, comme une noblesse que la naissance ne vous donne pas. » On retrouve en fait là, attachée à l'« enracinement », cette notion de critère d'excellence qui qualifie la mémoire généalogique et qui n'est, on l'a vu, que la résultante de notre idéologie de la parenté envisagée dans sa version la plus développée, celle que cultivent depuis des siècles, pour légitimer leur pouvoir politique, économique et social, les classes dominantes. De fiefs en châteaux en effet, le locatif est à ce point intégré aux façons de décliner la parenté, tellement vissé à l'idée de « race » chez nos élites traditionnelles que le nom renvoie le plus souvent dans ces milieux-là au lieu de cet « enracinement »10 et que, de manière plus flagrante encore, le « de » signifiant « être de quelque part » est devenu, en retour d'un usage quasi systématique, particule, signe tangible pour tout un chacun d'un état nobiliaire. En nous donnant ainsi à voir sous leur forme la plus exacerbée nos représentations de la parenté, la valeur sociale inhérente à l'« enracinement » dont usent les généalogistes ne fait que confirmer la prégnance du principe de localité, d'un principe trop important pour que l'œuvre maîtresse du généalogiste qu'est son « arbre » n'en rende pas compte.

35Cette métaphore graphique, préférée entre toutes, doit, on l'a dit, son succès à une symbolique particulièrement efficiente de la reproduction et de l'alliance. Mais le fait que peut lui être associé un sol figurant les lieux de la parenté n'est pas sans concourir à l'affirmation de cette prédilection qui met en échec les « roues de fruits » et autres « roues du zodiaque ». Le généalogiste ne manque pas de mettre à profit le dessin de cette terre en lui adjoignant les marques de son ou de ses identités locales réévaluées à la lumière de la généalogie. Des vues de village, des photographies ou des dessins de monuments caractéristiques de ces localités (généralement des églises), des reproductions d'extraits de cartes topographiques, des emblèmes régionaux (croix occitane...), des armoiries de communautés villageoises élisent ainsi domicile au pied de l'arbre.

36Certains arbres généalogiques édités invitent à cette personnalisation toute géographique : un horizon peut ainsi figurer sur le poster où se détachent plus ou moins distinctement la silhouette d'un village ou plus simplement celle d'un clocher. Du reste, parce qu'il permet une prise en compte de l'adhérence essentielle de la parenté au local, cet élément figuratif qu'est le sol est trop symboliquement connoté pour être seulement tributaire de la métaphore arboricole et ne pas avoir contribué à la mise en place de cette institution imagière que retrace Christiane Klapisch-Zuber (1993). Une petite digression historique nous en convaincra. Inspiré de l'arbre de Jessé qui apparaît dès le xiie siècle, l'arbre généalogique est dans un premier temps (au xive siècle), sous la plume des laïcs, inversé. Son enracinement dans le ciel situe alors l'ancêtre le plus lointain, celui dont le courage et la vertu coulent dans les veines des descendants, tout en haut de l'image, à la place la plus honorable, celle du Christ sur l'arbre de Jessé. Ce n'est qu'au cours du xvie siècle que l'arbre se renverse et s'appuie enfin sur le sol, conformément aux modèles végétal et religieux. Klapisch-Zuber attribue ce retournement énigmatique qui fonde l'imagerie généalogique que nous connaissons à une révolution de l'idéologie lignagère qui désormais prônerait une vision positive de l'héritier pourvu des mérites non plus avilis mais cumulés de ses ancêtres. Ce basculement se serait imposé progressivement sous le miroitement de la « visée messianique » (Klapisch-Zuber 1993 : 54) que suppose le modèle religieux, lors des luttes dynastiques dont l'Angleterre et l'Empire ont été le théâtre.

37André Burguière (1992), pour sa part, donne l'Eglise pour responsable du phénomène, chaque « arbre à l'endroit » symbolisant pour elle, à l'échelle familiale, la marche de l'humanité vers le salut. En fait, si l'on peut à la suite de cet historien remettre en cause l'hypothèse de l'émergence, en dehors des familles royales, d'une généalogie modelée par une sensibilité progressiste et individualiste – puisque l'effort généalogique au xvie siècle consiste précisément à masquer la part de l'ascension et de la réussite personnelle pour positionner la mémoire des nouvelles élites sur un plan d'égalité avec les traditions mémorielles de la noblesse d'épée–, on peut aussi trouver dans son propos une analyse qui, sans annuler la validité de la première, concerne de près nos soucis arboricoles. Il fait en effet remarquer la mise en valeur au xvie siècle d'une notion mémorielle jusque-là peu saillante parce que inhérente à l'état de noblesse, à savoir l'« enracinement » (Burguière 1992 : 36), l'établissement d'un ancêtre dans un lieu donné, et montre le rôle fondamental en ce qu'il est « primordial » (ibid.) de ce dernier dans la structuration du discours généalogique. Et de fait, cet « enracinement » jusque-là absent des représentations généalogiques, peut-être parce que symbolisé autrement (notamment par l'écriture du nom ou des titres), ce lieu qui nécessite dès lors une figuration adéquate, cet appel de la terre plus fort que le poids symbolique de l'ancêtre apparaissent bien les mieux à même de justifier l'apparition et l'adoption généralisée de l'arbre « à l'endroit » à ce moment précis de l'histoire de la généalogie. Depuis le xvie siècle, l'arbre est resté viscéralement fiché à ce sol qui le détermine plus qu'il n'est déterminé par lui. Néanmoins, son utilisation actuelle en généalogie ascendante pose le problème nouveau de l'inadéquation entre le sens qui lui est donné (de bas en haut : « racines » – ego – ancêtres) et sa symbolique. Amis et proches du généalogiste ne manquent pas d'en faire la remarque : « Il est à l'envers, ton arbre ! Tes ancêtres devraient prolonger tes racines. » En fait, derrière les aménagements de l'arbre auxquels se livrent aujourd'hui les généalogistes sans trop de scrupules, se cache la difficulté de dire ce que sont exactement les « racines ».

38Pétri de terre et de sang, ce mot, qui n'est jamais prononcé sans emphase ni émotion, atteint les sommets de la hiérarchie des valeurs en même temps qu'il dégringole dans l'échelle de la précision. De manière symptomatique, le choix de certains, et particulièrement des maisons d'édition, de ne pas les dessiner traduit le malaise symbolique. Les dictionnaires usuels eux-mêmes omettent d'en signaler l'acception métaphorique liée à la parenté. Que désignent-elles donc ? Ce mot est entouré de trop de brumes pour ne référer qu'à ce lien tout de parenté tissé qui détermine l'appartenance aux lieux. Certes, on peut aussi mettre sur le compte de cette métaphore l'hérédité des lieux, mais celle-ci n'est que la traduction « biologique » de ce marquage de la parenté par les lieux, le signe fait tangible d'une identité locale, porté sur soi ou en soi par-delà les ancêtres, donnant sens à la position incongrue d'ego entre les branches et les « racines » en généalogie ascendante. En fait, il semblerait que les « racines » recouvrent une réalité à la fois plus restreinte et plus large : plus restreinte dans la mesure où la métaphore rhizomique ne concerne que les liens créés par les ancêtres, excluant ceux forgés par une parenté présente – on peut « être de quelque part » sans obligatoirement y avoir des « racines » ; plus large parce qu'elle signifie bien plus qu'un argument identitaire que l'on oppose aux autres. Les « racines » ont effectivement ceci de troublant qu'elles impliquent le sentiment d'« être d'ici » dans le sens plein du terme, c'est-à-dire la certitude profonde d'avoir à voir avec ces lieux, ces gens qui les occupent et leur histoire, et ce y compris en ce qui concerne des sites jusqu'alors inconnus.

39Jacques n'avait jamais entendu parler de la Borderie avant d'entreprendre ses recherches, et pourtant « quand on arrive là-haut, on se croit chez nous. On dirait qu'on y vit. On a pris des photos devant les maisons, comme si c'était l'ancêtre qui avait habité là. On sait pas où ils ont habité mais ça fait rien ! C'est comme un retour au village, chez nous ! » Allant jusqu'à donner corps à ce droit de cité, Jacques s'est installé symboliquement à la Borderie et avec lui ses quelque huit cents « cousins ». Lors du second rassemblement des Bordes, en 1992, on a donc planté un chêne à la Borderie et cet arbre en trois dimensions exprime d'autant plus explicitement le compromis collectif dans le présent de cet ici qu'il donne à voir par la même occasion celui de chacun dans l'actualité d'un autre là-bas. Jacques avait en effet demandé à ses « cousins » « d'amener la valeur de deux poignées de terre du pays, de la région d'où ils sortent. Et on a planté cet arbre avec cette terre qui venait de quarante-six départements de France, et d'Andorre ». Au regard de la force de ce lien qui défie le temps, on en vient à se demander si l'appartenance à un lieu telle que l'induit la parenté ne repose pas avant tout sur les « racines ». C'est bien ce que les Bordes semblent suggérer et notamment « ceux de Carcassonne », citadins récents, qui ont préféré prélever leur part de terre « dans le jardin de Castelnau », devant la maison familiale plutôt qu'au pied de la Cité, donnant de la sorte beaucoup à penser quant à la prévalence de la parenté passée sur la parenté présente dans la définition de l'appartenance à un lieu.

40De fait, ce lien dont les généalogistes rendent compte en termes d'« amour », de « coup de foudre », de pèlerinages périodiques, voire d'achats immobiliers n'est jamais mieux établi qu'à partir de ce à quoi il s'oppose. Les généalogistes ne s'y trompent pas tandis qu'ils convertissent en épreuves et preuves de leur « retour aux racines » leur éloignement générationnel et un écart géographique que les plus fortunés d'entre eux élargissent temporairement en s'embarquant pour de vastes croisières initiatiques autour de la Méditerranée11 ou en franchissant l'Atlantique jusqu'à la bibliothèque généalogique des mormons à Salt Lake City. Mireille, la Parisienne qui a acheté en Minervois le « berceau de la famille », met précisément en scène dans l'histoire généalogique qu'elle retrace ce double éloignement dont elle est représentative. S'employant à montrer que sa maison « est passée de cousin en cousin », elle légitime sa propre « réimplantation » en l'inscrivant dans le droit-fil d'un amour séculaire et atavique des lieux régénéré dans l'ailleurs et la postérité. Pour en finir avec les « racines », notons qu'elles sont associées, par ceux qui choisissent de les dessiner sous leur arbre, aux générations les plus lointaines, celles au sujet desquelles le passé restera à tout jamais muet, comme si les lieux seuls étaient susceptibles d'en garder la mémoire, ce qu'ils sont d'ailleurs, à en croire nos généalogistes pour qui, en dehors de toute rationalité, ils rendent « palpables » l'ancêtre.

41En dépit de toutes les interrogations qu'elle suscite, cette présence sensible donne sens dans une certaine mesure au présent de l'implication pleine et entière du descendant-généalogiste vis-à-vis de cette terre. Et cette terre justement, graphique ou réelle, que l'on serait tenté d'assimiler à un corollaire stylistique de la métaphore rhizomique ou du rituel arboricole des Bordes si elle ne s'avérait à ce point indissociable de l'idée et de la représentation des « racines », ne serait-elle pas la clef permettant d'accéder au cœur de cette entité plurielle qui nous occupe ? A interroger le symbole, c'est à la ténuité de la ligne qui le sépare du symbolisé, ce lieu dont il figure ou est une part, que l'on est immédiatement confronté, et cela, on en conviendra, ne va pas sans poser la question de la matérialité même des « racines ». A quel objet concret renvoie donc la métaphore ? Quelle est cette substance que les Bordes emportent avec la terre « de chez eux » pour la mêler à celle des autres comme on mêle son sang à d'autres au cours des rituels de fraternité jurée ? Quelles sont les particules de parenté qui composent cette poussière compacte et brune que bien des artistes à la sensibilité aiguisée, tel Chopin, font suivre par poignées dans leurs tribulations d'exilés ? A ce jeu de cache-cache symbolique, ce sont les ancêtres enterrés là que l'on finit par trouver, guidé par les généalogistes eux-mêmes. Que l'on surprenne Geneviève « rôdant » autour du « carré des vieilles tombes » du cimetière de son village, que l'on écoute Catherine raconter la partie de puzzle nécrologique à laquelle elle s'est livrée pour reconstituer des pierres tombales cassées, ou que l'on observe, dans la presse locale12, la photographie de ce généalogiste américain pris dans une attitude de recueillement, les mains et la tête posées sur le caveau qui porte son nom, on ne peut que se convaincre de l'importance du rôle dont sont investis les morts dans la déclinaison au locatif de la parenté, d'un rôle dont le texte est encore tout entier à décrypter par l'anthropologie.

Les rêveries du promeneur... solitaire ?

42De choix en choix, l'aventure généalogique traverse, en les animant de la flamme de la passion, nos représentations de la parenté où se mêlent la terre et le sang. Empruntant les chemins jusque-là laissés impraticables par l'oubli, elle conduit le généalogiste au seuil d'un imaginaire familial où il n'a rendez-vous qu'avec lui-même. Somme de noms, de lieux, de destins plus ou moins bien restitués par le passé, histoire plurielle qui se coule dans le moule d'un être et d'un vécu actuels, la généalogie fraye au plus près avec l'autobiographie. Les généalogistes, ces autobiographes qui s'ignorent peut-être moins qu'ils ne veulent bien le laisser paraître, trahissent de manière flagrante leur obsession du je dans leurs blasons, ces compositions censées résumer en couleurs et symboles l'histoire de leur famille.

43On trouve en effet là, mêlées aux éléments représentant les professions et origines (sélectionnées) des ancêtres, des indications sur les goûts, passions et activités du généalogiste lui-même. Monsieur G. a ainsi ajouté sur ses armes une amphore, une ancre marine, une roue de moulin et enfin une médaille militaire qui respectivement évoquent ses passions de l'archéologie et de la marine, ses fonctions de représentant pour une minoterie et ses titres honorifiques. Parfois, il arrive que cette propension autobiographique portée par la démarche généalogique soit menée à son terme. C'est le cas avec René, le père de Pascale, qui, après avoir pris part à la recherche, après avoir dupliqué, organisé « à sa façon » dans deux nouveaux classeurs la documentation concernant sa branche, a rédigé l'Histoire de ma vie, de mes faits et méfaits, pour mes enfants, en souvenir de leur père. Récit de vie par procuration, la généalogie accompagne ainsi un retour sur soi, la reconstruction d'un moi tout à la fois social, physique, psychique et local, contribuant à ce point à l'affirmation d'une personnalité qu'on peut la qualifier, à juger de l'usage qui en est fait en psychothérapie, de « cure populaire » contre les dérèglements occasionnés par un présent très mouvant. Aussi peut-on, non sans raison, se demander si la logique de la distinction à l'œuvre autorise une appropriation et une consommation de ce nouveau savoir par d'autres que par le seul généalogiste. La question se pose au niveau de la famille mais aussi du point de vue de la foule plus ou moins homogène des « cousins ».

44Lorsque l'ancêtre paraît, que fait donc le cercle de famille ? Il arrive qu'il applaudisse à grands cris, mais moins pour saluer l'arrivée de nouvelles connaissances sur la famille que pour se réjouir des opportunités que celle-ci offre de créer de nouvelles formes de vécu de la parenté. Ainsi Claire a-t-elle vu plus d'une fois ses projets de pèlerinage se transformer en expéditions familiales, plus touristiques que véritablement généalogiques. En ce qui concerne une réelle adoption de ce patrimoine réinventé, les réactions ne se déterminent qu'individuellement et il apparaît très nettement que si communion généalogique il y a, elle passe nécessairement par l'expérience de recherche, par ces moments consacrés à interroger la mémoire orale, par ces heures passées dans les mairies, les dépôts d'archives et les bibliothèques. Mais ce partage, établi à la genèse de l'aventure, finit très vite par n'être plus que celui d'un principe, celui de la passion généalogique. Ainsi, autant la famille dénombre-t-elle de généalogistes, autant compte-t-elle de classeurs, d'arbres, de projets de blasons différents et, plus étonnamment pour l'observateur extérieur, d'histoires différentes de la famille. On pourrait croire neuve, inédite, cette situation, cette absence de consensus procédant de la prise en charge par un je envahissant d'un patrimoine mémoriel par essence voué à être conjugué à la première personne du pluriel.

45A cet égard, il est tout à fait fascinant de constater que cette tendance déterminante de la délimitation de la mémoire généalogique ne fait que s'accentuer au cœur des mémoires traditionnelles. Celles-ci en effet, scrutées parallèlement au discours généalogique à partir de plusieurs de ses dépositaires, laissent entrevoir, à travers une grille commune de faits et de personnages, l'émergence de modèles particuliers à usage individuel. Amplifiant à l'extrême ce rapport particulier de chacun à la mémoire, le généalogiste est un solitaire parmi les siens, y compris parmi les siens généalogistes. Il n'est pas exagéré de dire qu'il tend à cultiver, au sein de sa famille et pour échapper à son contrôle, cette solitude si propice à la découverte et à l'expression de lui-même. Geneviève regrette, comme il se doit, que personne dans son foyer ou parmi ses proches n'ait mordu avec elle à l'hameçon de la généalogie. Mais, par ailleurs, elle entretient autour de la présentation et de la classification de ses fiches généalogiques un désordre si savant qu'il paraît tout exprès conçu pour décourager un lecteur éventuel : « Enfin, moi je m'y retrouve et je sais où j'en suis. C'est l'essentiel ! » De même tend-elle à exclure son mari de ce qui n'est plus au fil du temps que sa chasse gardée, alléguant le prétexte d'une fâcheuse allergie aux vieux papiers : « La fois où je l'ai pris, il s'est mis à éternuer ! J'ai eu honte ! Et maintenant, c'est fini, je le prends plus avec moi, ou s'il veut venir, il restera dans la voiture. »

46Cette mise à l'écart plus ou moins consciente qui va de pair avec un prosélytisme progressivement émoussé peut apparaître tout à fait paradoxale au regard de ce rapport de transmission, opéré et célébré par l'écriture, dans lequel est d'emblée inscrite l'aventure généalogique. Le généalogiste est un soliste de la mémoire qui, ne l'oublions pas, tapisse de ses schémas même hermétiques les murs de son salon, de son couloir et de sa cage d'escalier. Il est aussi celui qui annonce, sans hypocrisie aucune, ni l'ombre d'une contradiction : « C'est pour mes enfants que je fais ça », et ce même s'il n'en a pas. Or, cette transmission que le généalogiste appelle de tous ses vœux, dans l'instant de son musée ou la perspective de la postérité, n'est-elle pas avant tout celle de soi, dans la tangibilité d'une écriture, d'une compétence, d'une passion, et au-delà, des coups de cœur pour telle lignée, tel ancêtre ou tel village ? Ce désir de léguer n'est-il pas, comme l'écrivent Martine Segalen et Claude Michelat (1991 : 208), « l'amour de soi, qu'on essaye désespérément de prolonger au-delà de la mort » ?

47Toutefois, la question de l'incongruité de la solitude organisée du généalogiste ne saurait être cantonnée à l'intention de transmettre. Elle rebondit et s'impose de manière lancinante face à l'affirmation d'une personnalité qui se veut profondément « famille ». En fait, une fois encore, transparaît là la prépondérance du je, car si la généalogie ne sert pas à réaliser, à partir de ce bien symbolique commun qu'est la mémoire, cet idéal de cohésion et de partage que revendique le faiseur d'ancêtres, elle permet à l'échelle individuelle de réparer les lacunes et les ruptures. Catherine, qui entretient avec ses parents des rapports aussi conflictuels que distants, a de la sorte trouvé dans la généalogie, justement au moment de son divorce, le moyen de se resituer dans une continuité et une identité familiales. Antoine, enfant naturel qui ne sait pratiquement rien de sa famille paternelle, s'appuie sur la généalogie pour multiplier les cousinages et élargir un réseau de parenté que le destin a amputé de moitié et qu'aujourd'hui atrophie encore une récente brouille avec son fils. Pourvoyant aux manques et aux ratages du lien familial, ancêtres et cousins sont aussi sollicités à titre préventif pour consolider des liens que l'on sait vulnérables, et notamment ceux issus de la relation avec les beaux-parents. Bien des généalogistes entreprennent ainsi, parallèlement à la recherche de leur ascendance, la constitution de l'arbre généalogique de leur conjoint. Tandis que généralement ce dernier « ne s'en occupe pas », le généalogiste, lui, institue entre lui et le savoir qu'il crée un lien de propriété réciproque qui le fait à la fois père et fils du passé généalogique de son conjoint, retirant de cette fabrication d'une mémoire qui n'est pas la sienne les ressources d'une intégration et d'une identification totale à sa belle-famille. De là à envisager la généalogie comme un remède contre le divorce, il n'y a qu'un pas... que nous ne franchirons pas.

48Les non-généalogistes de la famille, quant à eux, portent un regard assez unanime sur la pratique. Ils accordent à ces recherches un intérêt dont le généalogiste distribue la qualité sur une gamme qui va du « Oh ! Ils s'en foutent pas mal ! » au : « Oui, ils sont contents quand je trouve quelque chose, mais après... » En fait, pour eux, la généalogie s'apparente à une déviance. Hélène, la femme de Jacques, n'hésite pas à la mettre sur le même plan que l'alcoolisme dont a souffert son mari, la soif de l'ancêtre et du « cousin » étant venue d'après elle se substituer et compenser l'irrésistible attrait de la bouteille. Cette marginalité, positive contrairement à celle qu'engendre l'alcoolisme – si tant est qu'une marginalité puisse être foncièrement positive–, dans laquelle on enferme le généalogiste, répond, à n'en pas douter, au narcissisme forcené et exclusif de tout partage dont se nourrit la démarche généalogique. Cependant, parce qu'elle est trop contemporaine du projet généalogique lui-même, parce que ne l'endosse pas l'époux ou l'épouse « généalogisé (e) » plus concerné (e) que le généalogiste lui-même, elle semble relever, plus que de toute autre chose, du choix de ne pas savoir, de prolonger et de sauvegarder l'oubli de la parenté.

49On retrouve chez les « cousins » cette même résistance vis-à-vis de la mémoire ressuscitée. Ainsi, au sein de la « cousinade » de Jacques, « le cœur Bordes » souffre-t-il de quelques défaillances. « C'est plutôt un truc anecdotique, ça, pour nous », estiment de concert Fabienne et Julie, deux cousines très lointaines de Jacques. Et Fabienne de renchérir au sujet de Michel, le fils de Jacques, étudiant comme elle à la faculté d'histoire de Toulouse : « Je ne le considère pas vraiment comme mon cousin, quoi. C'est tellement éloigné que... Quand on se voit, ça fait plaisir, mais bon, j'ai pas cherché à nouer le contact parce que j'ai des ancêtres Bordes dans ma généalogie. » Aussi, parce que la parenté n'admet pas l'indifférence, répond-on aux invitations de Jacques, mais Jacques lui-même a bien compris qu'il y a dans la réaction des ses « cousins » quelque chose de forcé. Il a vite renoncé au projet d'institutionnalisation de sa gigantesque parenté en association loi 1901, dessein qui en lui-même dénote bien la ténuité du lien établi, dans la mesure où il vise à le renforcer et le légitimer d'une raison d'être associative supplémentaire.

50« Troisième degré, point de parenté », dit cet adage que le généalogiste ne parvient pas à faire mentir. Ce projet associatif avorté et avec lui la résolution de ne rassembler la cousinade que tous les trois ans – « Les gens se lassent, sinon » – contrastent cependant avec la fébrilité qui préside à la découverte des cousinages entre membres d'une même association. Les revues des cercles locaux ou régionaux rendent d'ailleurs compte, régulièrement, de ces liens en publiant de vastes tableaux intitulés « Nous sommes tous cousins ». Ces cousinages, pleinement reconnus et revendiqués, donnent lieu à un vécu régulier, de part et d'autre consenti. Ainsi s'écrit-on, se téléphone-t-on, se souhaite-t-on la bonne année comme on le ferait avec un cousin moins éloigné. La passion partagée de la généalogie suffirait à expliquer la teneur originale conférée à ce lien. Mais « cousiner » avec des gens d'une région ou d'une localité données n'est-ce pas davantage justifier, dans la réciprocité de la relation, une identité locale et lui donner une véritable résonance dans le présent ? Cette perspective est suffisamment alléchante pour conduire certains à s'astreindre à l'exercice fastidieux que représentent les relevés systématiques des actes d'état civil dans une commune donnée. Rien n'est plus efficace en effet que cette lecture et cette réécriture patientes pour déceler l'éventualité d'un lien de parenté. Et de fait, l'intérêt plus formel que sincère des Bordes ne serait-il pas à mettre sur le compte d'un même désir qui a contrario chercherait à garantir de la concurrence affective et symbolique une autre appartenance ? L'oubli des liens viserait-il l'unicité de cette appartenance ? Pas seulement, à en juger par l'indifférence police des « cousins » non généalogistes au village. Mais laissons là, après l'avoir posée en termes essentiels de localité, cette immense interrogation ouverte sur un néant de la parenté réellement problématique, sur un oubli du lien de sang et d'alliance d'autant plus digne d'intérêt qu'il est un signe distinctif de nos sociétés européennes.

Haut de page

Bibliographie

Assier-Andrieu L., 1987. « Maison de mémoire. Structure symbolique du temps familial en Languedoc : Cucurnis », Terrain, n° 9, pp. 10-33.

Bizzocchi R., 1991. « Culture généalogique dans l'Italie du xvie siècle », Annales ESC, n° 4, pp 798-805.

Burguière A., 1991 « La mémoire familiale du bourgeois gentilhomme : généalogies domestiques en France aux xviie et xviiie siècles », Annales ESC, n° 4, pp. 771-788.

1992. « La généalogie », in Nora P. (ss la dir. de), Les lieux de mémoire, t. III : Les France, vol. 3 : « De l'archive à l'emblème », Paris, Gallimard, pp. 18-51.

Carosso M., 1991. « La généalogie muette. Un cheminement de recherche sarde », Annales ESC, n° 4, pp. 761-769.

Delage C., 1991. Photographies familiales, mémoire et biographies en milieu rural toulousain, Mémoire pour le DEA Anthropologie sociale et ethnologie (ss la dir. de D. Fabre), Toulouse, EHESS.

Delay J., 1979. Avant-mémoire. D'une minute à l'autre, 2 vol., Paris, Gallimard.

Duby G., 1986. « Le lignage. xe-xiiie siècles », in Nora P. (ss la dir. de), Les lieux de mémoire, t. II, La Nation, vol. 2, Paris, Gallimard, pp. 31-56.

Ermisse G., 1993. « La communication des archives », in Favier J. et D. Neirinck (ss la dir. de), La pratique archivistique française, Paris, Archives nationales, pp. 365-414.

Feschet V., 1993. Les papiers de famille. Ethnologie de l'écriture domestique et des sentiments nostalgiques en Provence alpine, Thèse d'ethnologie pour le doctorat Nouveau Régime (ss la dir. de Chr. Bromberger), Aix-Marseille, Université des lettres et sciences humaines.

Fine A., 1987. « Communautés, familles, individus. L'héritage du nom de baptême », Annales ESC, n° 4, pp. 853-877.

Fine A., Labro S. et Cl.-E. Lorquin, 1993. « Lettres de naissance », in Fabre D. (ss la dir. de), Ecritures ordinaires, Paris, POL, pp. 117-147.

Gleize P., 1994. « L'hérédité hors du champ scientifique », Ethnologie française, XXIV, n° 1, pp. 11-35.

Halbwachs M., 1952. Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, PUF.

Jolas T., Verdier Y. et Fr. Zonabend, 1970. « Parler famille », L'Homme, X, 3, pp. 5-26.

Klapisch-Zuber Chr., 1980. « Le nom "refait". La transmission des prénoms à Florence (xive-xvie siècles) », L'Homme, XX, 4, pp. 77-104.

1990. La maison et le nom. Stratégies et rituels dans l'Italie de la Renaissance, Paris, Ed. de l'EHESS.

1993. « La genèse de l'arbre généalogique », Cahiers du léopard d'or, n° 2, pp. 41-81.

Le Bail M.-L., 1993. « Ecrire à Rivérac », in Fabre D. (ss la dir. de), Ecritures ordinaires, Paris, POL, pp. 351-371.

Lejeune Ph., 1975. Le pacte autobiographique, Paris, Le Seuil.

1986. « En famille », Moi aussi, Paris, Le Seuil, pp. 181-202.

Le Wita B., 1984. « La mémoire familiale des Parisiens appartenant aux classes moyennes », Ethnologie française, XIV, n° 1, pp. 57-66.

1985. « Mémoire : l'avenir du présent », Terrain, n° 4, pp. 15-26.

1988. Ni vue, ni connue. Approche ethnographique de la culture bourgeoise, Paris, ministère de la Culture/Ed. de la Maison des sciences de l'homme.

Lorquin Cl.-E., 1991. « Le journal de la mère », L'écriture de la naissance, vol. 2, Mémoire de Maîtrise (ss la dir. de A. Fine), Université de Toulouse-le-Mirail.

Maurel Chr., 1991. « Construction généalogique et développement de l'Etat moderne. La généalogie des Bailleul », Annales ESC, n° 4, pp. 807-825.

Mension-Rigau E., 1990a. « Une certaine image de l'histoire », Ethnologie française, XX, n° 1, pp. 27-33.

1990b. L'enfance au château. L'éducation des élites françaises au xxe siècle, Paris, Rivages.

1994. Aristocrates et grands bourgeois. Education, tradition, valeurs, Paris, Plon.

Muxel A., 1991. « La mémoire familiale », in Singly Fr. (de) (ss la dir. de), La famille, l'état des savoirs, Paris, La Découverte.

Pincon M. et M. Pincon-Charlot, 1990. « Le nom de la lignée comme garantie de l'excellence sociale », Ethnologie française, XX, n° 1, pp. 91-97.

Piras P., 1989. « Les cousins d'Amérique. A Mamaroneck (NY) comme à Villeurbanne, on pense à Roccasecca », Le Monde alpin et rhodanien, n° 3-4, pp. 23-32.

Saint-Martin M. (de), 1980. « Une grande famille », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 31, pp. 4-21.

Segalen M., 1985. Quinze générations de Bas-Bretons. Parenté et société dans le pays bigouden sud, Paris, PUF.

1991. « L'imaginaire familial. A la recherche de son passé », Sciences humaines, n° 9, pp. 36-39.

Segalen M. et Cl. Michelat, 1991. « L'amour de la généalogie », in Segalen M. (ss la dir. de), Jeux de famille, Paris, Presses du CNRS, pp. 193-208.

Vernier B., 1989. « Fétichisme du nom, échanges intra-affectifs et affinités électives », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 78, pp. 2-17.

1994. « Ressemblances familiales et systèmes de parenté : des villageois grecs aux étudiants lyonnais », Ethnologie française, XXIV, n° 1, pp. 36-44.

Zonabend Fr., 1980. La mémoire longue. Temps et histoire au village, Paris, PUF.

1987. « Recenser la parenté (Côte-d'Or) », in Sigaut Fr. (ss la dir. de), De la voûte céleste au terroir, du jardin au foyer. Hommages en l'honneur de Lucien Bernot, Paris, Ed. de l'EHESS, pp. 639-646.

Haut de page

Notes

1Ermisse G., 1993, p. 365 et suivantes pour ce qui concerne l'évaluation de cet afflux et les problèmes qui en découlent.
2En 1994, la FFG (Fédération française de généalogie) compte plus de 31 000 adhérents. A cette base chiffrée s'ajoutent la somme des membres des cercles non fédérés (et non des moindres, tel le Cercle généalogique du Languedoc) et la masse plus imprécise encore des chercheurs « solitaires », ce qui porte la population des généalogistes à un total variant de 60 000 à 100 000 selon les estimations.
3Cette étude s'inscrit dans le cadre d'une thèse de doctorat de l'EHESS, dirigée par Agnès Fine sur le thème de la « parenté de terre ». Fruit d'une enquête menée principalement auprès des généalogistes de l'association Histoire et Généalogie en Minervois, ce travail a pu être réalisé en 1994 grâce à une allocation de formation de recherche de la mission du Patrimoine ethnologique. Que cette dernière et avec elle mon directeur de recherche et mes informateurs soient ici chaleureusement remerciés pour leur aide respective.
4Avec les habitants du Minervois adhèrent à l'association ceux qui, domiciliés partout en France, comptent dans leur généalogie des ancêtres ayant vécu là.
5Maxime Le Forestier, Etre né quelque part, Né quelque part, Polygram, Paris, 1988.
6Il n'est qu'à rappeler ici les difficultés de Marinella Carosso (1991) en Sardaigne à forcer une « généalogie muette », et plus près de nous, celles rencontrées par Françoise Zonabend (1987) en Normandie.
7C'est en tout cas la conclusion qui s'impose après comparaison des travaux récents portant sur les différentes mémoires, tels ceux d'Eric Mension-Rigau (1990, 1994), Béatrix Le Wita (1984), Françoise Zonabend (1980), s'attachant respectivement aux aristocrates et grands bourgeois, aux classes moyennes urbaines et aux milieux paysans.
8La diffusion auprès du grand public d'ouvrages ou d'articles de psychogénéalogie est un phénomène tout à fait récent. Les magazines féminins, en particulier, contribuent à cette vulgarisation : cf. Simpère Françoise, Rialland Chantal, « Hérédité : notre famille nous détermine » (à propos de la parution de l'ouvrage de Rialland Chantal, Cette famille qui vit en nous, Laffont, coll. « Réponses », Paris, 1994), Avantages, n° 71, août 1994, pp. 42-43.
9Reflétant ces préoccupations onomastiques, la Revue française de généalogie propose une vaste rubrique intitulée « La foire aux patronymes » dont les sous-titres (« D'où vient votre nom ? », « Patronymes sur Minitel », « Berceaux généalogiques », « Ancêtres d'ici et d'ailleurs ») donnent à lire explicitement l'obsession « géo-généalogique ».
10« L'inscription de l'histoire familiale dans un lieu, s'appuyant sur une homonymie dont on comprend toute la valeur symbolique, réalise à son point ultime de perfection l'alliance de la position sociale éminente et des signes indubitables de l'ancienneté » (Pincon et Pincon-Charlot 1990 : 94).
11Les croisières Costa proposaient en 1994 la Première Croisière de la généalogie, avec des cours de généalogie, des ateliers et un espace généalogique permanent sur le bateau.
12Eluard Jean-Luc, « Un Américain à Villesèquelande : Mark Falgout à la recherche du temps passé », La Dépêche du Midi, Edition Carcassonne, 21 juin 1993.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sagnes S., 1995, « De terre et de sang. La passion généalogique », Terrain, n° 25, pp. 125-146.

Référence électronique

Sylvie Sagnes, « De terre et de sang : la passion généalogique », Terrain [En ligne], 25 | septembre 1995, mis en ligne le 22 juin 2007, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2857 ; DOI : 10.4000/terrain.2857

Haut de page

Auteur

Sylvie Sagnes

Centre d'anthropologie, Toulouse

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals