Navigation – Plan du site
Famille et parenté

Généalogies, alliances et informatique

Pierre Lamaison et Marion Selz-Laurière
p. 3-14

Texte intégral

1La reconstitution automatique des généalogies (sur ordinateur), à partir des données consignées depuis plusieurs siècles dans les registres paroissiaux et d'états civils des divers pays d'Europe occidentale, se heurte toujours au même type de difficulté : sur quoi fonder l'identification formelle de chaque individu, compte tenu de la fréquence plus ou moins élevée (selon les époques et les régions) des homonymies, des variations ou des erreurs dans la transcription des composantes de l'identité, patronymes et prénoms, et des approximations, avant le XIXe siècle, dans la notation des âges, des professions et même des lieux ? Comment, dès lors qu'aucun paramètre n'est absolument fiable, établir ou rétablir systématiquement les liens de filiation directe (père, mère / fils, fille), dont la connaissance conditionne l'établissement des généalogies ? Comment, en fin de compte, traiter par programme l'ensemble des opérations d'évaluation des informations, de déduction, voire de discernement, par lesquelles le chercheur parvient « à la main » à corriger les inexactitudes et à préparer un corpus généalogique susceptible d'être ensuite analysé ?

2Ces questions ont été posées depuis longtemps dans le domaine européen, parce que l'établissement manuel des fiches de famille, ou de tout autre équivalent assurant la vérification des données suppose un travail si long et si fastidieux, que la plupart des chercheurs y renoncent en cours de réalisation. Le relevé des actes, baptêmes ou naissances, mariages, sépultures ou décès, se double en effet d'une série de mises en fiches, de superpositions et de tris assurant l'établissement des fratries, qui allonge considérablement le temps de préparation. Bien des équipes, en France et à l'étranger, ont donc tenté de supprimer, à l'aide de l'informatique, ces étapes supplémentaires, en cherchant à résoudre les problèmes spécifiques des données qu'elles entendaient traiter : historiens, ethnologues, démographes, généticiens des populations, etc., se sont engagés, avec des succès inégaux, dans cette voie, mais il semble qu'à ce jour, personne n'ait apporté de solution générale à ces questions — à moins qu'elle ne soit restée confidentielle. Tantôt parce que les programmes ont simplement été conçus en fonction de corpus particuliers, de situations spécifiques dont la résolution représentait l'unique objectif, tantôt, à l'inverse, parce que les ambitions ont été excessives et qu'on prétendait confier à l'ordinateur la résolution totale et automatique de toutes les incertitudes, à partir des données brutes relevées dans les registres, sans autre intervention des chercheurs. C'est oublier dès lors que la gamme des situations auxquelles on peut être amené à faire face est immense et qu'il n'est pas possible a priori de les imaginer toutes, ni même de définir la façon de solutionner certaines des ambiguïtés qui ont pu être décelées dès la collecte des informations. Les amateurs d'archives et de généalogies savent bien quel puzzle représentent certaines identifications et les recoupements qu'il faut opérer pour acquérir la certitude, par exemple, que Pierre Bouquet, Marie Bouchard et Jean Bouchet sont bien frères et sœur1 ! Ce sont pourtant là des imprécisions « minimes », pour lesquelles un système de règles sophistiquées peut déjà proposer quelques corrections, mais comment faire pour reconnaître dans Jacques Ranvier le fils de Joseph Delranc, quand, manuellement, il faut superposer tant d'informations d'origines différentes pour s'en apercevoir ? Or ce type d'irrégularité est encore fréquent au XVIIIe siècle et courant aux époques antérieures où les noms ne sont pas totalement fixés ; dans une même région on trouve de surcroît des différences selon les prêtres qui ont tenu les registres, le sérieux et l'application qu'ils y ont apportés. Le petit nombre de prénoms en vigueur à ces époques et l'habitude très générale de puiser constamment dans le même stock familial, jusqu'à nommer de la même façon deux ou trois frères ou sœurs, multiplient par ailleurs les cas d'homonymie ; la distinction est d'autant moins facile à opérer, surtout dans les régions très endogames et de faible immigration, que les patronymes sont peu nombreux. Or les données annexes, telles que l'âge et la profession, sont, elles aussi, incertaines ou fluctuantes et elles ne permettent pas de lever systématiquement toutes les hésitations ; parfois, ce sont d'autres indices, comme l'identité d'un témoin choisi dans la parenté, pour un mariage, ou celle d'un parrain ou d'une marraine, qui lèveront définitivement le doute. Mais on ne peut pas coder toutes ces informations parallèles, à moins de vouloir les analyser elles aussi, et il faut donc se contenter d'un nombre restreint de paramètres.

3Un moyen terme, introduisant entre le chercheur et l'ordinateur un « dialogue » répété, aux différentes étapes de préparation et de vérification des données, paraît la seule solution raisonnable et efficace pour reconstituer en machine les généalogies. Quelques propositions ont déjà été avancées dans ce sens ; nous entendons ici, une fois énoncées les grandes lignes de la problématique anthropologique dans laquelle s'inscrit notre recherche, indiquer les principes du codage et des opérations successives de correction des erreurs, ou de résolution des ambiguïtés, qui devraient permettre d'aboutir à un logiciel effectuant une reconstitution semi-automatique des généalogies, quelle que soit la nature du corpus2.

Du bon usage de l'ordinateur

4Cette reconstitution, délicate à réaliser, ne représente pourtant qu'une étape préparatoire. L'analyse proprement dite des systèmes de parenté et en particulier des modes de transmission et d'organisation des alliances s'effectue à partir des corpus ainsi préparés, par une suite de questionnements dont les principes demeurent identiques pour toutes les sociétés ; seuls certains aspects spécifiques nécessitent, cas par cas, l'adjonction d'autres questions.

5L'objectif étant de progresser dans l'élaboration d'une théorie générale de la parenté, en y incluant le fonctionnement des systèmes complexes tels que les nôtres, on va chercher à rendre compte à l'aide d'une série de programmes, de certains processus à l'œuvre dans les relations de parenté, en dévoilant des structures et en générant des modèles. Ceux-ci rendent intelligible la logique qui préside à divers rapports entre individus, par la filiation et l'alliance, puis entre des ensembles (à définir) de consanguins et d'alliés. Mais ils ne peuvent prétendre épuiser seuls toute la compréhension de ce domaine : d'autres modes d'approche s'avèrent en effet plus adéquats (en tout cas pour l'instant), dès qu'on touche par exemple aux systèmes de représentation ou au vécu de la parenté, à travers les rituels, les formes de terminologie régionales, les différentes normes d'usage, qui renvoient aux univers symboliques et idéologiques de la parenté, où les analyses formelles des données ethnographiques s'avèrent extrêmement difficiles à mener à l'aide de l'informatique.

6Cette remarque préalable vise à lever les malentendus que dénote le souhait fréquent d'introduire à tout prix l'ordinateur dans n'importe quelle recherche touchant à la parenté : cela traduit une sorte de confusion, une attitude « magique » devant une technique, dont l'utilisation garantirait d'elle-même la validité scientifique des propos. Derrière cela se cache à l'évidence le vieux complexe de nos disciplines devant les sciences dites exactes.

7En fait, il est toujours possible de choisir un ensemble de variables, dont les valeurs permettent la description d'un phénomène ; mais on ne doit jamais perdre de vue que ce choix implique le plus souvent une simplification ou une réduction de la réalité empiriquement observée. Dès lors qu'il s'agit de déceler autre chose que des régularités ou des occurrences, cette « description » est porteuse de peu de fruits en soi. En aucun cas, les corrélations même les plus sophistiquées entre les variables ne suffiront à compenser la simplification qu'il a fallu opérer lors de leur définition, et le résultat restera biaisé par cette approximation de départ. Ce qui sépare l'élaboration de modèles du décryptement ou du compte rendu des stratégies et des univers symboliques, qui renvoient respectivement à deux versants de l'anthropologie, marque également la ligne de partage entre un domaine où l'utilisation de l'ordinateur est aisée et un autre où elle semble si complexe qu'elle oblige à procéder à une grande schématisation de la réalité. Si l'emploi de cet outil remarquable, en sciences humaines, a permis de tester dans nos sociétés la validité de certaines hypothèses théoriques, qui n'avaient pu être vérifiées en raison de la taille des corpus, il n'a pu résoudre de façon « intelligente » les questions qui ne lui avaient pas été énoncées dans leur intégralité.

8A partir des corpus généalogiques, l'informatique s'impose dès lors qu'on recherche s'il existe ou non des régularités dans les modes de choix des conjoints, en référence à l'ensemble des relations de parenté, et les principes auxquels elles semblent répondre. La mise à jour de modèles représente l'aboutissement de cette démarche ; elle suppose qu'on examine au moins les aspects suivants :

  • fréquence des liens de consanguinité, selon les degrés et les lignes, en particulier autour du seuil des prohibitions. Étude parallèle du respect des autres interdits, fondés sur les relations d'« affinité » et de « spiritualité » ;

  • recherche d'éventuels bouclages dans la consanguinité en deçà et au-delà du champ prohibé, en vue de déterminer et de caractériser des régularités en matière d'alliance, en dépit de l'absence de toute prescription énoncée ou de préférence ;

  • détermination parallèle des structures d'échanges et des processus de réciprocité entre ensembles de consanguins unis, à travers les relations de filiation, par des transmissions héréditaires (patrimoine, statut ou inscription territoriale notamment), ou par l'intermédiaire d'identités ou de solidarités familiales fondées sur certains liens privilégiés entre collatéraux (les « parentèles »). Mise à jour dans les deux cas de la composition des unités échangistes et de la nature de ce qui est échangé, dans l'hypothèse où la société étudiée met effectivement en œuvre de façon « visible » ces processus — nous en postulons en fait l'existence universelle, en vertu de la prohibition de l'inceste, quand bien même le système de réciprocité et de don qui lui sont liés traverserait la parenté sous des formes qui n'ont pas encore été perçues ;

  • définition de l'étendue du champ matrimonial, autrement dit du nombre de conjoints possibles, dans le corpus, pour chaque individu en âge nuptial. Des procédés de simulation devraient permettre d'établir des comparaisons entre les mariages effectivement réalisés et la gamme évaluée des possibilités. Ce dernier point a rarement, sinon jamais, complètement abouti, ce qui a conduit démographes et statisticiens à suspecter la validité de certaines interprétations fondées sur des corpus relativement réduits concernant des populations assez endogames ; en vertu du nombre fini des possibilités offertes par les champs matrimoniaux dans ces communautés, ils ont parfois conclu à la hâte que les régularités repérées puis interprétées en référence aux relations de parenté des acteurs, constituaient simplement des occurrences liées aux contraintes du corpus, dont on pouvait tout au plus circonscrire le degré de probabilité. C'est oublier qu'il n'y a pas de contradiction, ni logique ni sociologique, entre une démarche visant à estimer mathématiquement la gamme des solutions possibles et celle qui consiste à superposer aux données objectives utilisées dans le premier cas, des analyses fondées sur le constat de comportements stratégiques exprimant des relations non quantifiables : le caractère arborescent des relations de consanguinité et d'affinité, et la complexité des échanges qu'ils permettent d'opérer, ou des transmissions, rend inadéquate leur interprétation à l'aide des seuls paramètres qui définissent les aires matrimoniales. L'hétérogénéité des réponses apportées par les sociétés face à des contraintes du même ordre montre que les choix traduisent des représentations distinctes et même opposées de relations, pourtant strictement les mêmes en termes formels, ce qui rend malaisée leur traduction en termes mathématiques. On touche là à l'une des difficultés de l'anthropologie, qui consiste à rechercher par-delà la variété des interprétations de situations semblables, où se situent les invariants. Les réponses strictement statistiques n'apportent qu'un éclairage fragmentaire sur la réalité ;

  • compte tenu de ce qui vient d'être dit, établissement des corrélations entre les régularités repérées dans le champ de la parenté (alliances consanguines ou échanges répétés entre groupes constitués à partir de relations portées par la parenté) et différents paramètres caractéristiques du milieu, tels que les lieux de naissance ou de résidence, les âges, les professions, etc.

9Ce sont là les principaux problèmes généraux concernant l'alliance, qu'on peut prétendre élucider par un traitement informatique ; ils doivent être complétés par divers programmes adaptés aux spécificités des différentes sociétés et aux hypothèses anthropologiques qu'on entend examiner.

Éléments de problématique

10Les interrogations soulevées depuis longtemps par les structures complexes, dont nos sociétés relèvent, ont été très clairement synthétisées dans le dernier ouvrage de F. Héritier. Partant de cette question3 : « y a-t-il ou non solution de continuité entre les modes opératoires observés dans des sociétés à structures semi-complexes de l'alliance (...) et ceux observés dans des sociétés à structure complexe de l'alliance ? », elle recherche à travers les travaux publiés, « si l'on y trouve ou non des unions consanguines, c'est-à-dire des bouclages réguliers au sein de la consanguinité au bout d'un certain nombre de générations spécifiées par la nature des interdictions, et cela de façon remarquable et importante » ; ou si « le problème des échanges réguliers, symétriques et alternés » peut être posé entre « des groupes dont l'existence est reconnue sur la base d'autres critères que la filiation : la résidence, le patrimoine, etc. » Les conclusions qu'elle est amenée à avancer, au terme de sa démarche, sont ainsi formulées : « Il peut n'être pas exclu que dans les systèmes complexes, où la règle négative de l'alliance est exprimée en termes de degrés généalogiquement comptés, sans nulle référence à un principe d'unifiliation, inexistant, ou à une préférence quelconque pour un type de cheminement sexué le long des chaînons intermédiaires, et où cependant l'examen attentif de la régulation matrimoniale peut faire apparaître également la même attraction de la périphérie vers le centre (qu'en système semi-complexe), il peut ne pas être exclu donc que l'analyse des choix réellement opérés par des groupes humains suffisamment vastes et avec une suffisante profondeur, fasse apparaître l'existence de critères relevant d'un système implicite de filiation et de classement hiérarchique des différents types de consanguins en fonction de ce choix implicite de filiation. »

11Pour poser les choses autrement, existe-t-il, dans nos sociétés, en dépit du caractère cognatique de la filiation et de l'équivalence apparente entre toutes les lignes, des relations plus fortes que d'autres, des modes de transmission privilégiés mais plus ou moins masqués, qui organisent soit des solidarités, soit des liens héréditaires, dont les stratégies d'alliance viendraient confirmer la prééminence ? Rappelons que le caractère cognatique de la filiation confère d'une part aux liens du sang et de la commune descendance un rôle apparemment affaibli (par rapport à celui qu'il occupe en système unilinéaire), et d'autre part qu'il s'accompagne uniquement de prohibitions en matière d'alliance, comme dans les systèmes semi-complexes ; mais celles-ci sont comptées en degrés, selon toutes les lignes par rapport à ego et ne portent pas collectivement sur des groupes définis par une règle exclusive d'unifiliation. Les deux types ont cependant en commun de ne connaître aucune prescription quant au choix du conjoint, à l'inverse des systèmes élémentaires qui précisent qui l'on doit choisir de préférence.

12Toutes les lignes ne seraient donc pas chez nous aussi équivalentes qu'il y paraît. En fait, les distorsions surgissent nettement dans le vécu de la parenté, où l'on constate que chaque individu se rattache à une lignée précise, « soit par un patronyme, soit par un prénom, soit par une origine sociale. Ces façons de faire se perçoivent aisément en dévidant oralement le fil des généalogies : un côté est toujours mieux connu que d'autres et dans celui-ci, une lignée (...) est mieux répertoriée que les autres. En réalité chacun fait usage de sa généalogie à sa guise et manipule son identité »4. Cette manipulation présente au moins deux facettes : l'une, individuelle, qui traduirait plutôt la façon dont chacun ressent ou désire présenter sa famille et ses origines, compte tenu de sa personnalité ou de son milieu, l'autre, sociologique, qui renvoie aux traditions régionales et aux évolutions historiques, marquées notamment par la plus ou moins grande permanence des systèmes coutumiers ; dans certains cas, ces derniers prennent en effet le pas sur les autres motivations et sur les différences entre individualités.

13En France, dans les sociétés paysannes, au moins trois, mais surtout deux traditions se sont strictement opposées dans le domaine de la transmission des biens, jusqu'à la promulgation du Code civil, qui renvoyaient à des conceptions différentes des liens de parenté, consanguins et affins, du mariage et de la famille. Les coutumiers, ces recueils de textes officiels rédigés par des juristes, depuis le Moyen Âge, livrent une géographie précise des normes alors en vigueur qui, sans constituer des comptes rendus de pratiques, permettent au moins d'établir des comparaisons avec les constats opérés çà et là à partir des XVIe et XVIIe siècles, grâce aux documents d'états civils et notariés. Cette géographie montre donc l'opposition entre les systèmes d'égalité stricte, d'égalité simple et les systèmes préciputaires, soulignant la séparation fondamentale entre le modèle égalitaire (Bretagne, Maine, Anjou, Brie, Champagne, Flandres), avec rapport obligatoire à la succession et représentation à l'infini, et ceux qui pratiquent l'exclusion des enfants dotés, comme le système orléano-parisien primitif (égalité simple), ou les systèmes préciputaires marqués par la prépondérance de la volonté paternelle (pays de droit écrit, Wallonie-Picardie, partie de la Lorraine, Verdun, Vermandois). Le premier favorise le lignage aux dépens du couple, pratiquant la règle « paterna paternis, materna maternis » ; il s'accompagne d'une structure parentélaire typique et, apparemment, de fréquentes alliances consanguines. Le second, à l'inverse, favorise le couple et à travers lui la communauté ménagère, plutôt que le lignage (« propres ne remontent » et absence de représentation).

14Plusieurs recherches entreprises au cours des vingt dernières années ont mis en évidence la permanence de ces oppositions, aussi bien dans les systèmes de transmission des biens ou des statuts, que dans la structure des groupes domestiques ou dans le type de régularité des modes de choix des conjoints (ce dernier point n'est évidemment pas traité par la coutume, mais il présente une certaine cohérence avec des normes énoncées sur d'autres questions).

15Pierre Bourdieu, le premier, a effectué, à propos du Béarn, une description détaillée des stratégies matrimoniales en corrélation avec le mode de transmission des biens, inégalitaire en l'occurrence, soulignant que chaque transaction devait être comprise comme « un moment dans une série d'échanges matériels et symboliques (...) dépendant pour une bonne part de la position que cet échange occupe dans l'histoire matrimoniale de la famille »5. Il relate l'existence d'une des figures remarquables d'alliance constatées par Françoise Héritier en système semi-complexe : des échanges réguliers entre ensembles de consanguins, qui sont liés ici par le biais des « maisons », transmises à chaque génération à un seul des enfants. Les unions entre ces maisons se font par l'intermédiaire des mariages aînés/cadettes ou aînées/cadets. Les bouclages dans la consanguinité, qui constituent l'autre figure remarquable d'alliance, n'apparaissent par contre pas en nombre remarquable. Des mécanismes semblables ont été par la suite mis au jour dans d'autres aires de l'ensemble méridional, correspondant à l'ancien pays de droit écrit, avec un même mode d'articulation entre pratique successorale (inégalitaire), structure familiale (périodiquement élargie), et célibat (structurel). En Pyrénées, comme en Provence, en Quercy ou en Gévaudan6, où règnent des systèmes inégalitaires, « à maisons », homogènes à la nuance près et proches du système béarnais, avec classement hiérarchique (voire sexuel) au sein des fratries, on constate que les mariages assurent, de façon significative, la mise en place d'échanges réguliers entre unités patrimoniales, mais qu'ils ne se concluent pas préférentiellement dans la consanguinité. En Gévaudan par exemple, aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, les lignées patrimoniales ancrées dans des maisons et des terres (les « oustas » qu'ailleurs on désigne par « ostal », « oustal ») pratiquent entre elles des échanges tantôt restreints tantôt généralisés, occasionnés par la circulation de dots apportées aux héritiers(ères) par des non-héritiers(ères). Mais les bouclages consanguins sont là aussi peu nombreux, comme les demandes de dispenses, accordées pourtant facilement pour les troisième et quatrième degrés canons7. On peut penser que ce type remarquable d'alliance n'était effectivement pas recherché dans ces régions, qui privilégiaient par contre d'autres formes de régularités matrimoniales dans le champ des relations de parenté.

16Opposés dans la coutume aussi bien que géographiquement des régions précédentes, certains terroirs de la moitié septentrionale du pays présentent des mécanismes d'alliance sensiblement différents, parallèlement à un mode d'héritage et de succession distinct et à des structures familiales plutôt strictement nucléaires. Sans posséder la même homogénéité que les pays de droit écrit, ces terroirs partagent néanmoins entre eux plusieurs traits principaux : la transmission des biens est fortement inspirée par les principes égalitaires et une proportion notable de mariages permet soit des échanges répétés entre parentèles, soit un bouclage dans la consanguinité.

17En Châtillonnais par exemple8, les mariages entre cousins germains, bien que possibles, sont généralement réprouvés, mais entre « petits-cousins » ou parents à la mode de Bourgogne, ils sont fréquents et relativement valorisés ; au-delà, dans le cercle le plus excentrique de la parenté, celui des cousins au sens le plus large, les conditions idéales du mariage dans la consanguinité sont alors réunies : « Un éloignement généalogique suffisant pour que toute relation et appellation aient disparu entre les familles et un éloignement géographique suffisant pour que les jeunes gens se retrouvent en étrangers. De tels mariages sont fréquents (...). L'approbation que recueille ce type de mariage marque la tendance à valoriser la consanguinité9. »

18Autre figure remarquable : les « renchaînements d'alliance », qui correspondent à un mode particulier d'échanges répétés entre parentèles : le lien entre familles que crée un mariage est fréquemment redoublé d'une nouvelle alliance entre les parentèles respectives des premiers conjoints : « Ego trouve dans le consanguin de l'allié de son consanguin un conjoint préférentiel10. »

19Ces mariages dans la parenté consanguine ou entre parentèles peuvent aisément être mis en corrélation, dans les sociétés paysannes traditionnelles, avec les processus de transmission des biens et des statuts qui font partie des processus de filiation et qui constituent à chaque génération un temps fort de l'histoire du parcellaire. Sans aller jusqu'à dire que le partage strict des terres en lots égaux au sein des fratries explique ces régularités de l'alliance, on peut néanmoins constater que les figures remarquables qui ont été décelées permettent à l'occasion des reconstitutions de propriétés, en même temps que le renforcement de la cohésion des parentèles.

20Des processus très proches de ceux-ci ont été décrits dans d'autres régions telles que la Normandie ou la Bretagne11, avec des tendances plus ou moins marquées pour la consanguinité ou pour les renchaînements d'alliances ; mais la netteté de ces phénomènes apparaît surtout dans des milieux très particuliers, tels que les vignerons, autrefois extrêmement consanguins12 ou les communautés taisibles du Centre de la France, qui pratiquèrent durant plusieurs siècles tantôt des mariages en leur sein, tantôt des doubles ou triples alliances simultanées avec des communautés voisines, permettant de la même façon de ne pas dilapider la propriété commune et indivise13.

21Cette très rapide évocation de situations relativement opposées ne doit pas faire oublier l'existence de cas intermédiaires, toujours dans la paysannerie, reposant sur d'autres articulations de l'héritage (préciputaire ou égalitaire) et de la succession (unique ou fragmentée)14, ni l'influence de variables d'un tout autre ordre, telles que le métier ou le système résidentiel. Dans le monde urbain, très peu de choses ont été élucidées, bien que la famille existe de la même façon, que des biens et des statuts se transmettent également, et que l'on se marie aussi, quand on ne vit pas en concubinage. Mais les problèmes du cadre de référence sont plus aigus là qu'ailleurs, ce qui complique beaucoup les analyses, sans modifier pour autant la problématique générale, qui consiste encore à rechercher des régularités ou à décrypter des stratégies.

Traitement des données et reconstitution des généalogies

22Pour établir des généalogies exploitables sur ordinateur, la façon la plus simple consiste à construire un fichier de tous les individus de la population étudiée, en adjoignant à chacun son père et sa mère. Chaque enregistrement du fichier présente donc la forme suivante :

I P M

23I, P, M, étant les noms de variables dont les valeurs sont les codages respectifs de chaque individu, de son père, de sa mère.

24Pour que les généalogies soient correctement établies, il est indispensable que plusieurs conditions soient remplies :

  • chaque fois qu'un individu Ij se trouve être père (respectivement mère) d'un autre individu Ik, il faut que dans l'enregistrement Ik Pk Mk, Pk (respectivement Mk) ait la même valeur que Ii ;

  • deux individus différents doivent être représentés par des codes différents.

25Chaque enregistrement peut comprendre également un nombre V de variables annexes, caractérisant l'individu I (âge, profession, date de naissance, de décès, résidence, etc.) ou le mariage de P avec M (date et lieu de mariage, rang de mariage de P ou de M, etc.).

26Nous appellerons « fichier standard » un tel fichier non ambigu, composé d'enregistrements sous la forme :

I P M V

27Même si, pour certains d'entre eux, une ou plusieurs des variables n'ont pas de valeur connue.

28En Europe, les documents écrits utilisés pour la reconstitution des généalogies (actes paroissiaux, d'état civil, recensements, listes nominatives, registres notariés, etc.) comportent généralement suffisamment d'informations pour permettre théoriquement la construction d'un fichier standard. Mais dans la réalité, plusieurs difficultés doivent être surmontées ;

  • il existe de fréquentes homonymies ;

  • un même patronyme peut être orthographié de différentes façons ;

  • un individu possède plusieurs prénoms et, selon les actes, l'un ou l'autre de ses prénoms est utilisé ;

  • les informations concernant une même personne sont contradictoires selon les actes dont elles sont issues (âge, profession, dates, etc.) ;

  • les âges peuvent être approximatifs.

  • Cette liste n'est pas exhaustive, mais elle suffit à montrer que :

  • la simple représentation d'un individu par ses nom et prénom ne permet pas d'établir d'emblée un fichier généalogique standard ;

  • les problèmes soulevés sont difficilement solubles de façon totalement automatique. On comprend aisément que dans nombre de cas, seul le chercheur ayant une bonne connaissance de la population étudiée, sera à même de lever certaines ambiguïtés. La meilleure méthode pour reconstituer les généalogies à partir d'actes divers nous semble reposer sur un compromis entre l'utilisation d'un outil informatique et des interventions manuelles.

29La partie essentielle de l'outil informatique exposé ci-après, dans ses grandes lignes, est fondée sur un système expert qui, précisément, utilise les connaissances du chercheur (la méthode est en cours d'élaboration et elle n'a été testée que partiellement).

Saisie des données

30Nous proposons de construire un fichier pour chaque type d'actes dépouillés. L'organisation de chaque fichier sera adaptée aux informations généralement présentées dans les actes. On peut également envisager d'établir un seul fichier regroupant tous les actes, mais la première solution présente l'avantage d'économiser de la place de stockage des données et probablement de rendre la saisie plus aisée.

31Chaque acte dépouillé sera représenté par un enregistrement dans le fichier. Supposons que l'on dispose (ce qui est fréquent) d'actes de naissances, de décès et de mariages ; les structures respectives des enregistrements pourront par exemple être les suivantes :

  • Fichier naissance. Réf. act. Nom Prénom Nom père Prénom père Nom mère Prénom mère Age père Age mère Date nais. Profession père Profession mère Résidence parents.

  • Réf. act. est une référence permettant de retrouver l'acte résumé dans l'enregistrement.

  • Fichier décès. Réf. act. Nom Prénom Nom père Prénom père Nom mère Prénom mère Age Date décès Nom conjoint Prénom conjoint Profession Résidence.

  • Fichier mariage. Réf. act. Date mariage Nom Prénom Nom père Prénom père Nom mère Prénom mère Age Résidence parents Profession père Nom précédent conjoint Prénom précédent conjoint. Idem pour le conjoint.

32Il s'agit uniquement ici d'exemples, étant bien entendu que d'autres variables peuvent figurer dans les fichiers (plusieurs prénoms, les témoins, les parrains et marraines, etc.) et que d'autres types d'actes peuvent également être enregistrés. Dans chaque enregistrement, plusieurs variables peuvent avoir soit des valeurs « nulle » si l'information correspondante est inconnue, soit des valeurs « vide » s'il s'agit d'un non-lieu (dans le cas par exemple où il n'y a pas de précédent conjoint).

33Pour chaque acte dépouillé, il suffit de noter en clair les informations qui s'y trouvent. La saisie s'effectue aisément sur n'importe quel micro-ordinateur muni de disquettes ou d'un progiciel de gestion de bases de données (type D Base II)15. La structure des enregistrements étant définie, le chercheur est guidé par des messages successifs apparaissant à l'écran, tels que :

34Nom ?
Prénom ?
Nom du père ?
Nom de la mère ? etc.

35A tout moment, on peut interrompre la saisie, normaliser ce qui a déjà été saisi, le corriger si nécessaire, puis poursuivre, etc. Le ou les fichiers sont aussi stockés localement sur disquettes et peuvent être transférés dans un gros centre de calcul pour y être traités.

Reconstitution des généalogies

36A ce stade, on dispose donc d'une masse considérable d'informations, à la fois redondante et ambiguë, pour les raisons déjà évoquées.

37On répertorie dans un premier temps par programme tous les individus en s'efforçant de repérer les différentes occurrences pour un individu donné, et de lever les homonymies. Le but est de coder ici chaque individu en lui attribuant un numéro. Pour cela, on complète les fichiers initiaux, en connotant tout individu, partout où il apparaît noté en clair, par un numéro l'identifiant et le distinguant des autres. C'est cette numérotation que nous entendons effectuer à l'aide d'un système expert16.

38Dans un deuxième temps, en construisant le fichier standard final à partir des résultats qui viennent d'être obtenus, on cherche à repérer et à résoudre les incohérences sur les autres variables (dates, âges, professions, lieux, etc.).

Numérotation automatique des individus.

39Un système expert est constitué :

  • par une base de connaissances qui concerne un domaine précis ;

  • par un moteur d'inférences, c'est-à-dire un programme indépendant du contenu de la base de connaissances, qui exploite celle-ci (c'est cette indépendance qui en fait son grand intérêt).

  • La base de connaissances comporte elle-même deux parties :

  • une base de faits, qui est la représentation des faits ou des événements connus (ou prétendus tels) ;

  • un ensemble de règles applicables aux faits en questions.

40Ici, la base de faits n'est autre que l'ensemble des données brutes relevées dans les actes et saisies dans un ou plusieurs fichiers, qui ont été transformées par programme en un ensemble directement exploitable par le moteur d'inférences. Il s'agit donc d'une représentation améliorée des fichiers initiaux.

41Ainsi, un enregistrement d'actes de naissance se trouve transposé par une suite de faits :

42Nom (x) = ...
Prénom (x) = ...
Nom père (x) = ...
Nom mère (x) = ...

43Toutes les variables ayant une valeur connue dans l'enregistrement et tous les enregistrements du fichier sont ainsi décrits. Les valeurs indiquées après le signe « = » sont celles du fichier initial. Les règles correspondent à la formalisation des processus mis en œuvre par le chercheur lors des reconstitutions manuelles. Le moteur d'inférences interprète et applique les règles à la base de faits, dès lors que les règles ont bien été énoncées sous la forme :

44Si (ensemble de conditions) -> Alors (ensemble d'actions).

45Le moteur d'inférences consulte la base de faits et teste, pour chaque règle énoncée, l'ensemble de ses conditions. Chaque fois qu'elles sont réalisées, il exécute les actions prescrites. Celles-ci aboutissent à la création de faits nouveaux, qui viennent compléter la base de faits initiale, la rendant ainsi moins ambiguë — toute cette « connaissance », faits, conditions, actions, sont exprimés à l'aide de relations binaires.

46Exemples de règles :

47Règle 1 : Si Age de x = A à la date D, alors l'année de naissance de x = D – A ± 1.

48L'application de cette seule règle a pour effet de rajouter aux données initiales l'année approximative de naissance de tous les individus dont on connaît l'âge à une date donnée.

49Règle 2 : Si x est père ou mère de y, alors connoter x et y par des numéros différents.

50Règle 3 : Si x est conjoint de y, alors connoter x et y par des numéros différents.

51Règle 4 : Si x et y ont même nom et même prénom et si les parents de x ont les mêmes nom et prénom que les parents de y, alors connoter x et y par un même numéro.

52Règle 5 : Si x et y ont mêmes nom et prénom et si leurs années de naissance sont différentes (±1), alors connoter x et y par deux numéros différents. Cette règle n'est applicable, telle quelle, que dans l'hypothèse où les âges donnés sont suffisamment précis. Si cette condition n'est pas réalisée, on doit énoncer des conditions supplémentaires. La règle 5 bis devient dès lors plus appropriée.

53Règle 5. bis : Si x et y ont mêmes nom et prénom et si leurs années de naissance sont identiques (±1), alors connoter x et y par un même numéro.

54Règle 6 : Si x et y ont mêmes nom et prénom et si conjoint de x et conjoint de y ont même nom et le même prénom, alors connoter x et y par un même numéro.

55Règle 7 : Si le nom de x est par exemple « DUPONT », alors le remplacer par « DUPON ». Cette règle aura pour effet d'éviter plusieurs orthographies d'un même patronyme.

56Ainsi qu'il a déjà été dit, chaque fois qu'une règle s'applique, des faits nouveaux sont donc créés dans la base de faits et les informations correspondantes sont classées dans les fichiers initiaux par la création de nouvelles variables ou la modification de certaines valeurs. Pour le fichier naissance par exemple, trois variables numéro peuvent être créées : une pour le proposant, une pour son père et une pour sa mère. A tout moment il y a équivalence entre l'information contenue dans les fichiers et celle de la base de faits. Il n'existe qu'une différence de représentation.

57Les règles citées ci-dessus sont uniquement des exemples et peuvent être d'une tout autre nature ; c'est le chercheur qui les énonce en fonction des variables qu'il a saisies et ce qu'il connaît de la population qu'elles visent à décrire. Il peut établir une priorité dans l'ordre de leur application. Dans la série choisie, il sera bon d'appliquer la règle 1 avant les autres, notamment avant la règle 5, car cette dernière utilise les résultats produits par la règle 1. Le chercheur peut en outre énoncer quelques règles, puis en tester les effets en listant les données des fichiers initiaux grossis des nouvelles variables, ou des nouvelles valeurs de variables affectées par ces règles, selon un ordre qui peut être alphabétique. Les tris intermédiaires ont l'avantage de faciliter les manipulations et le contrôle des informations. Ils sont très aisés à réaliser, car des programmes existent déjà dans des logiciels de statistiques ou de gestion de base de données (D Base II sur micro-ordinateur ou SAS sur gros ordinateur par exemple17). Les tris étant opérés, une consultation manuelle permet de déceler facilement les problèmes non résolus. Il est alors possible d'énoncer de nouvelles règles, ou de modifier directement la valeur de certaines variables dans les fichiers.

Constitution du fichier standard ; élimination des dernières incohérences.

58Les ambiguïtés portant sur les individus sont en principe toutes résolues à ce stade. Si trois individus sont par exemple nommés Jean Dupont, trois numéros leur sont affectés, et à chaque apparition de Jean Dupont, l'un des trois numéros précise duquel il s'agit. L'identification des personnes est donc réalisée, mais toutes les incohérences n'ont pas disparu pour autant. Un des Jean Dupont, répertorié sous le numéro 36, peut apparaître comme charpentier dans l'acte de naissance d'un de ses enfants et comme menuisier lors de son décès. Les années de naissance peuvent de la même façon être très approximatives, si les âges qui ont servi à les déterminer l'étaient également.

59La reconstitution du fichier standard va faire apparaître clairement toutes ces imperfections des données et cela sera aisément signalé au chercheur. La construction du fichier final nécessite que le chercheur précise la structure des enregistrements qu'il souhaite établir. Dans le cas qui a été décrit, ce pourrait être :

60Nom Prénom Numéro proposant
Nom père Prénom père Numéro père
Nom mère Prénom mère Numéro mère
Profession
Résidence
Date naissance
Date décès
...

61On cherche, par programme, à créer un enregistrement pour chaque numéro d'individu attribué au cours de la première étape, en balayant les fichiers résultats de cette étape. Pour chaque individu répertorié, le programme fait correspondre un enregistrement où cet individu figure comme proposant. Il cherche ensuite dans l'ensemble de tous les fichiers les informations permettant de remplir toutes les autres variables de l'enregistrement. Dans certains cas, ces informations sont introuvables, car elles manquent depuis le début ; elles demeurent évidemment absentes dans le fichier final. Dans d'autres, plusieurs valeurs sont possibles pour la même variable : le programme informe alors le chercheur par un message tel que : « l'individu numéro 36, nommé Jean Dupont, est charpentier dans tel acte et menuisier dans tel autre », et précise la référence des actes. Seule une intervention manuelle permet alors de trancher : le chercheur force alors la variable à la valeur de son choix.

62L'ensemble de la méthode peut en fin de compte être résumé par le schéma suivant, dans lequel les flèches représentent des programmes et les nombres l'ordre de leur exécution.

Haut de page

Notes

1Il ne s'agit pas là d'une situation imaginaire, mais de données réelles des XVIIe et XVIIIe siècles, recueillies dans le sud du Massif Central. Cf. P. Lamaison, Parenté, patrimoine et stratégies matrimoniales sur ordinateur : l'exemple du Haut Gévaudan du XVIIe au début du XIXe siècle ; doctorat de 3e cycle, Paris, université René-Descartes/Paris V, novembre 1977.
2La problématique exposée est directement issue des travaux liés au contrat de recherches octroyé au Laboratoire d'anthropologie sociale par la direction du Patrimoine du ministère de la Culture. Elle s'inscrit néanmoins dans une démarche plus générale, qui vise à l'établissement d'un progiciel de traitement des systèmes de parenté et d'alliances, opératoire dans toutes les sociétés. Les difficultés spécifiques posées par les reconstitutions des généalogies à partir des documents écrits sont à l'origine de ce contrat.
3F. Héritier, 1981, pp. 137, 146 et 166. Les réflexions présentées ici reprennent de façon résumée le texte d'une communication présentée lors d'un colloque, à Bad Homburg, en RFA, en décembre 1984, sous le titre : Filiation et alliance (P. Lamaison). Elle constituait la deuxième partie du thème traitant de La parenté, en France, telle qu'elle a été décrite par les ethnologues ; la première partie, à laquelle il sera également fait allusion, fut rédigée par F. Zonabend, sous le titre : Origines et méthodes de la recherche ; usages sociaux de la parenté.
4F. Zonabend, op. cit.
5P. Bourdieu, 1972, p. 1120 (cf. bibliographie).
6Cf. bibliographie et notamment Augustins (Pyrénées), Collomp (Provence), Claverie et Lamaison (Gévaudan).
7P. Lamaison, op. cit.
8Recherche Coopérative sur Programme de CNRS, menée à Minot entre 1967 et 1969 par T. Jolas, M.-C. Pingaud, Y. Verdier et F. Zonabend. Cf. bibliographie.
9T. Jolas, Y. Verdier et F. Zonabend, 1970, p. 14.
10id. 9.
11Cf. bibliographie et notamment M. Segalen, ainsi que l'article de T. Barthélemy de Saizieu dans le présent numéro de Terrain.
12G. Bontemps-Perroud, 1983, p. 18.
13H. Dussourd, 1978.
14Cf. G. Augustins, 1982, p. 39.
15D Base II : Copyright par Ashon Tate.
16Cf. M.-O. Cordier, « Les systèmes experts », La Recherche n° 151, janvier 1984, pp. 60-74.
17SAS : Statistical Analysis System.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lamaison P. & M. Selz-Laurière, 1985, « Généalogies, alliances et informatique », Terrain, n° 4, pp. 3-14.

Référence électronique

Pierre Lamaison et Marion Selz-Laurière, « Généalogies, alliances et informatique », Terrain [En ligne], 4 | mars 1985, mis en ligne le 23 juillet 2007, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2862 ; DOI : 10.4000/terrain.2862

Haut de page

Auteurs

Pierre Lamaison

chargé de recherche au CNRS

Articles du même auteur

Marion Selz-Laurière

ingénieur au CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals