Navigation – Plan du site
Famille et parenté

Mémoire : l'avenir du présent

Béatrix Le Wita
p. 15-26

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Paris et Ile-de-France
Haut de page

Texte intégral

1Un oncle d'Orient dans une Chrysler bleu canard, une arrière-grand-mère amazone, un grand-oncle propriétaire d'un couvent de capucins, une ancêtre lointaine maîtresse de Louis XV... A l'écoute de ces « romans familiaux » se dégage le sentiment d'une extrême diversité où domine la particularité des destins. On parle d'une singularité physique, morale ou autre supposée inhérente au groupe. Chez les I le rire et l'hospitalité, chez les C l'amour du fer, chez les A le courage et la beauté, chez les B la passion de la montagne, chez les E la mort des hommes par crise cardiaque... Enfin une infinie variété de qualités qui deviennent le symbole d'un groupe, en quelque sorte les armoiries de la mémoire1.

2Chacun répond d'une manière apparemment différente aux mêmes questions en raison d'une histoire unique : trajets sociaux divers, cadres géographiques multiples, prénoms et surnoms étranges. On croit et on cherche à transmettre ces signes distinctifs. L'approche ethnologique de la parenté en milieu urbain passe par des entretiens avec des familles où « faire parler, faire raconter » est une première étape. Le support graphique fixant la généalogie des individus sert à organiser et à contrôler l'afflux des souvenirs. La mémoire familiale se présente comme une archéologie des primats familiaux et livre en même temps une représentation du groupe social auquel l'interlocuteur appartient. Il devient alors bien difficile de détacher les souvenirs spécifiques à la famille de ceux se rapportant à la société en général. Dans la mémoire des individus cohabitent la mémoire de la famille et celle des autres groupes — religieux, sociaux ou professionnels. L'organisation familiale ne peut, dans nos sociétés, être étudiée en dehors de son rapport à l'appartenance sociale des individus concernés. N'est-ce pas le sens de ce qu'exprime M. H lorsqu'il dit : « Ma mémoire familiale m'a servi dans le passé : en quoi je restais bourgeois, en quoi je ne l'étais plus ou en quoi je le refusais. Je faisais partie de la famille donc de la bourgeoisie » (M. H fils, 35 ans). Le groupe de référence est ici la bourgeoisie parisienne. Plus modestement, cette recherche sur la mémoire familiale est fondée sur une enquête portant sur une dizaine de familles à l'intérieur desquelles vingt-deux personnes appartenant à diverses générations furent interviewées. L'ancienneté, le titre et la fonction sociale de ces familles les font appartenir à la moyenne et haute bourgeoisie (industrie, magistrature, finance et professions libérales)2.

3On peut se demander ce que la mémoire familiale bourgeoise présente de spécifique. Pour cela, il faut, dans un premier temps, la mettre à l'épreuve de trois caractères propres à la mémoire.

Une mémoire comme les autres ?

L'étendue de la mémoire

4La mémoire familiale à travers les différents groupes sociaux n'a pas fait l'objet de nombreuses recherches. Un essai comparatif est donc difficile à établir. A notre connaissance, trois milieux sociaux ont été étudiés ou commencent à l'être sur ce registre : le milieu paysan3, le milieu des classes moyennes parisiennes4, le milieu bourgeois.

5Dans le XIIIe arrondissement où j'avais recueilli la mémoire familiale de 148 individus, plus de la moitié citaient entre 26 et 100 parents et 8 au-delà de 100. Dans cinq des « dix familles bourgeoises », les interlocuteurs ont cité entre 50 et 80 parents, dans les cinq autres furent mentionnés entre 150 et 300 parents. Un seul exemple : la mémoire de M. I (60 ans). M. I appartient à l'une des branches d'une ancienne famille de notaires parisiens dont la généalogie figure dans le recueil Delavenne. M. I a repris au moment de son mariage « le fichier de la famille » appartenant à son père : « Ma femme entrait dans une immense famille, il fallait qu'elle puisse en prendre connaissance. » Je ne peux ici rendre compte de façon exhaustive de l'étendue de la parenté connue de M. I. Précisons seulement que sans regarder son fichier et s'avouant « peu doué sur ce sujet », l'informateur a cité plus de 150 parents. Avec l'aide du fichier, nous atteignons une parenté de 300 à 400 personnes.

Le poids de la démographie

6M. I a trois fils et une fille. Les trois fils âgés de moins de trente-cinq ans ont déjà trois enfants. La fille, plus jeune, a deux enfants. La sœur de M. I a huit enfants, six d'entre eux ont entre trois et cinq enfants. M. I se compte trente-cinq cousins germains du côté maternel. La plupart d'entre eux ont entre cinq et neuf enfants. Le père de M. I n'avait qu'un demi-frère mais ce dernier a eu sept enfants, parmi eux l'un en a douze, deux autres en ont six, etc. Parcourons la descendance des trois frères du grand-père maternel d'Ego : le premier frère se voit pourvu de cinq enfants dont deux sans postérité, trois autres ayant chacun quatre enfants qui ont eu à leur tour six et trois enfants. M. I voit régulièrement ce groupe-là, ce qui représente trente personnes environ ; le second frère a fait huit enfants, tous mariés et ayant postérité ; l'une des petites-cousines d'Ego a eu sept enfants, l'une de ses filles a elle-même trois enfants. M. I fréquente cette parenté-là ; quant au troisième frère, il est père de neuf enfants : « Parmi eux, deux sont religieuses, l'un est mort à la guerre sans postérité et un autre s'est marié mais n'a pas de descendants. Deux ont eu cinq enfants, tous mariés et ayant au minimum trois enfants. Il y en a un qui a eu six enfants mais ils me sont inconnus. Je peux les retrouver dans le fichier. »

7Dans certaines familles, il est de tradition « de faire six ou sept enfants ». Tradition qui dote les membres desdites familles d'une prodigieuse parenté. Les cinq familles où furent cités plus de cent parents sont dans ce cas. Les cinq autres enregistrent une fécondité moindre (un ou deux enfants à chaque génération). Mais cela ne signifie pas qu'ils connaissent moins bien leurs collatéraux. En effet, les 22 personnes interviewées ont toutes cité les membres des fratries de leurs quatre grands-parents, à la différence de ce qui se passait dans le XIIIe arrondissement où aucun enquêté ne pouvait mentionner avec précision les membres des fratries de leurs quatre grands-parents et où seulement seize d'entre eux citaient les frères et sœurs de leurs deux grands-parents maternels. Mais si l'on se transporte en milieu rural, à Minot par exemple, où Albertine développe « une vaste mémoire généalogique latérale »5, et dans le Pays bigouden sud où « la connaissance de la collatéralité s'avère fouillée à l'extrême »6, il semble alors que la mémoire bourgeoise n'ait plus rien sur ce point de spécifique.

8En revanche, pour la profondeur généalogique, les bourgeois se distinguent, avec les descendants de la noblesse, des autres groupes sociaux. Reprenons le témoignage de M. I, qui peut aisément évoquer quatre générations au-dessus de lui, ce qui lui permet de couvrir sept générations : « J'avais cinq grands-oncles maternels. Ils avaient un père et deux oncles. Ces trois frères étaient descendants d'un Saturnin X marié à une B. J'ai toujours entendu parler de cette famille B. Je sais qu'il y a des livres mais tel que je suis, je ne sais rien de précis. Mon grand-père avait dans le Béarn une propriété où il recevait tout ce monde. Ils ont tous vécu pendant des années des vacances ensemble. »

9M. I n'est pas un cas isolé. En effet, la mémoire des 22 bourgeoises et bourgeois de l'échantillon remonte au-delà des arrière-grands-parents. Dans le XIIIe arrondissement, 19 personnes sur 148 mentionnaient leurs arrière-grands-parents et seulement 8 (tous cadres supérieurs) évoquaient une origine plus lointaine. A Minot, Françoise Zonabend remarque que la mémoire en profondeur est « peu importante », deux ou trois générations au-dessus de l'interlocuteur ». Dans le Pays bigouden sud, « la mémoire généalogique est peu profonde, les grands-parents, dont un patronyme sur quatre est souvent ignoré, plus rarement encore les arrière-grands-parents sont connus, de sorte que les généalogies reconstituées oralement par entretien présentent une très faible remontée généalogique, tournent très vite court ».

10Françoise Héritier évalue à sept le nombre de générations que peut couvrir — par transmission orale — la mémoire d'un individu. Sept générations, « c'est le nombre de générations interdites par l'Église au xie siècle. Trois est le nombre moyen de générations qui peuvent coexister ; cinq est le nombre moyen de générations connues par Ego au long de sa vie : Ego a connu ses grands-parents, il connaîtra ses petits-enfants. Sept est la valeur sans doute maximale, à travers la connaissance et la transmission orale directes, de l'appréhension globale de la consanguinité, de la mémoire. Il n'est pas nécessaire d'insister pour rappeler l'importance qu'ont ces valeurs (trois et cinq générations surtout) dans la littérature anthropologique, en raison de l'universalité du donné concret qu'elles représentent7. »

11Les bourgeois posséderaient donc une mémoire maximale de leur parenté. C'est dans le rôle qu'ils donnent et l'usage qu'ils font de cette mémoire familiale, ainsi que dans le va-et-vient permanent entre les supports écrits et la transmission orale que s'explique, comme nous le verrons, cette particularité. A titre d'exemple, précisons dès maintenant que l'immeuble où M. I réside appartient depuis trois générations à sa famille maternelle où « là encore, il y a de nombreux descendants », remarquons aussi que M. I fréquente dans sa parenté lointaine : un médecin (devenu le médecin de famille), un chirurgien (devenu le chirurgien de famille), un inspecteur des Finances (devenu le conseiller fiscal de la famille), sans oublier un architecte en chef des Monuments historiques (devenu le conseiller des travaux à entreprendre dans le château de Mme et M. I), etc.

12Comme toute mémoire familiale, celle des bourgeois se fixe autour de deux grands points de repère : des personnages et des lieux. Dans la mémoire, le degré de parenté est associé à l'image d'une personne, l'histoire du groupe familial à des faits divers, sociaux ou historiques. Au grand-père « la barbe blanche et carrée », à la grand-mère « la beauté, la vivacité et la délicatesse ». Ces images fixent une qualité, plus rarement un défaut, physique ou morale. Le souvenir d'une parente évoque souvent une particularité physique, révélatrice de son caractère. En revanche, le souvenir d'un parent rappelle généralement une qualité strictement morale. Cela n'est toutefois pas systématique.

13Mais quand il est fait référence à des événements historiques, politiques ou sociaux pour raconter l'histoire d'une famille, les souvenirs attachés aux hommes sont néanmoins de nature différente de ceux qui accompagnent les femmes.

14Aux hommes sont réservées les anecdotes professionnelles et celles se rapportant aux événements politiques ; aux femmes, celles ayant trait à la sociabilité familiale et extra-familiale (les œuvres et le bénévolat) et à la vie artistique de la maison. Le caractère « artiste » peut également accompagner le souvenir d'un ancêtre : « il n'était pas seulement un homme d'affaires, il était aussi très musicien ». Trois domaines communs aux hommes et aux femmes : le sport, la religion, les premières automobiles. A l'évidence, ces images-souvenirs renvoient au statut de l'homme et de la femme dans ce milieu social. La guerre, qui tient une large place dans les mémoires, subit un sort partagé. On fait appel aux éléments exemplaires de la parenté, fussent-ils homme ou femme, pour illustrer le comportement de la famille face aux « grands périls nationaux ». Si les ancêtres ont eu une conduite valorisante ou honnête si ce n'est glorieuse pendant les guerres, on en parlera systématiquement. Si leur attitude fut peu glorieuse, le silence est absolu et on cherchera du côté des femmes. Mais d'une façon générale, la guerre n'appartient pas qu'aux hommes. Pendant la guerre 1914-1918, des femmes de la bourgeoisie s'improvisèrent infirmières, pendant la Seconde Guerre, des tantes furent des héroïnes de la résistance. Mme A raconte « leur guerre 1914-1918 » : « Immédiatement on a pris du service à l'hôpital. On a monté des hôpitaux dans le grand hôtel d'Houlgate. Avec des bénévoles, on a occupé des hôtels. On a fait tout ce que l'on a pu. Ma mère s'est improvisée soignante, enfin infirmière. Nous avons aidé comme nous avons pu. De retour à Paris, je suis allée à la gare de l'Est. On avait fait une réception de soldats, ça s'appelait une cantine, créée avec les fonds Dupont-Nemours (vous savez la grande firme américaine). Ils avaient des amis à Paris à qui ils avaient donné des fonds. C'est une dame de Paris, amie de mes parents, enfin une relation de mes parents (une amie d'amis), qui avait groupé toutes les jeunes filles de ses connaissances pour servir les soldats. On servait je ne sais plus combien de milliers de repas par jour. » La mémoire s'appuie sur des lieux : à Paris, ce sont les vastes appartements et les hôtels particuliers. Tous et toutes insistent sur la géographie sociale de la bourgeoisie, mais chacun tranche à sa manière : fallait-il habiter la rive droite ou la rive gauche ? Ainsi Mme A : « Mes grands-parents maternels habitaient rue Marbœuf au coin des Champs-Elysées, mon grand-mère paternel a habité boulevard de Courcelles. C'est pour vous dire les quartiers qu'habitaient ces familles-là. On n'en sortait pas. Je me rappelle avoir été une fois sur la rive gauche pour jouer au tennis. On restait sur son quartier. Je vous parle du milieu industriel. Papa avait des amis au Palais. C'était différent. »

15Pour d'autres, la bourgeoisie ancienne doit habiter la rive gauche. Si la plupart des bourgeois continuent à demeurer dans les quartiers réservés traditionnellement à leur classe sociale, il y a, dans la jeune génération, un mouvement de « dispatching » dans Paris dû à la cherté des appartements. Tous et toutes tiennent à être propriétaires, alors que les anciens louaient bien souvent leur appartement, tout en possédant des immeubles de rapport situés dans d'autres arrondissements.

16Néanmoins, il existe de véritables villages bourgeois, immeubles possédés depuis plusieurs générations où vivent encore les membres d'une même famille (cf. M. I). François Tollu en témoigne : « Il y avait là la forteresse familiale, le 10 de la rue de Castiglione. C'est dans cette maison qu'est née ma mère, qu'ont vécu mon grand-père, l'oncle Ernest et tante Louise et que demeurent encore leurs enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants8. »

17Mais ce ne sont pas les « pierres » parisiennes qui marquent la mémoire familiale des enquêtés. Ce sont les maisons dites de famille possédées par des ancêtres lointains ou acquises au XIXe siècle. Ces maisons — châteaux ou belles demeures — provoquent l'évocation de souvenirs idylliques. Ce sont les longs étés, la vie tribale où cousins et cousines « flirtaient » gentiment.

18Tous les récits évoquent donc longuement et de la même manière les souvenirs liés aux demeures. Là encore, F. Tollu se montre un porte-parole fidèle : « Le grand charme de La Source, c'était son ouverture à tous. Combien de cousins, combien de capitaines sont partis là-bas, joyeux, passer un week-end de leurs fiançailles ou simplement un après-midi de tennis et en sont revenus plus joyeux encore ! [...] Il y a les propriétés ancêtres, les propriétés cousines, les propriétés sœurs, et les propriétés filles, ceux qui n'ont pas encore de maisons, mais qui vont en avoir, quand nos neveux et nièces auront fait des économies. »

Une mémoire sélective

« Noble ou bourgeoise, une famille, au sens généalogique du mot, c'est la succession de tous ses représentants mâles, issus des mariages, qui ont assuré cette succession. En pratique en France, c'est la transmission du patronyme, authentifié par l'état civil qui permet de l'établir9. »

19Tout ethnologue de la famille constate que, dans notre société, où la filiation est indifférenciée, la mémoire et la fréquentation familiales sont sélectives. « Cette sélectivité tant dans la généalogie que dans le choix des relations est d'ailleurs l'un des traits caractéristiques du système de parenté européen10. »

20Dans l'ensemble, la mémoire généalogique des bourgeois paraît peu sélective. Si le patronyme est une notion fondamentale — renforcée par la transmission des prénoms — les « maternels » n'en sont pas moins connus. Mais la mémoire généalogique n'est pas toute la mémoire familiale. La sélectivité intervient dans ce que l'on peut appeler « la mémoire affective » ou « élective ». Cette mémoire peut être perçue dans le choix et l'abondance des souvenirs évoqués. On constate alors que ceux-ci se rapportent plutôt à la branche maternelle ou aux éléments féminins de la parenté. La sélectivité existe donc, mais elle n'agit pas au niveau de la stricte connaissance, elle joue au niveau émotionnel et affectif.

21Ainsi M. G (grand-père), totalement pris dans la succession « des mâles » de sa famille, n'oublie pas que c'est par sa mère qu'il est un héritier. Il évoque longuement « l'adoration » qu'il éprouvait pour cette femme. Tous ses souvenirs « charmants » et « enchanteurs » dit-il, viennent d'elle. Devant l'exclusive du père, Mme G (fille) a fait des recherches généalogiques sur sa famille maternelle. Mme A témoigne une très grande admiration aux hommes de sa famille, elle se sent héritière des fondateurs de la dynastie. Mais à chaque fondateur, elle associe une femme :

22M. H (père) et M. H (fils) ont un domaine de souvenirs liés intimement aux maternels. En conséquence, l'identification familiale du père et celle du fils diffèrent totalement. Pour M. H (père), son identité passe par la famille de sa mère, dans celle-ci il trouve l'ancêtre mâle « glorieux » : « son grand-père maternel ». Attaché à son patronyme, M. H (père) ne donne sens à celui-ci que parce qu'il fut associé au nom de sa mère.

23Quant au fils de M. H, il déclare : « Je me situe davantage par rapport aux T (famille maternelle de sa mère). Je n'ai pas d'identification aux L (famille maternelle de son père). On allait aux Tuileries avec les L, il y avait aussi les échéances du 1er janvier. Cela a duré le temps de ces échéances. Pourquoi les T ? De toute manière, le prestigieux, c'est l'autre. Et puis il y a B (nom du château de la famille maternelle de sa mère), ce sont les étés de mon enfance. C'est la principale raison. »

24Les femmes humanisent une mémoire généalogique qui ne fait que traduire la succession des représentants mâles d'une famille. Plus fondamentalement, elles ont dans l'organisation du système familial bourgeois une place capitale. La transmission du statut n'existerait pas sans elles. Au sens plein, il n'y a pas d'héritier sans femme.

25Étendue, articulée autour de personnages et de lieux, sélective, la mémoire familiale bourgeoise n'échappe donc pas — dans son fonctionnement — aux structures communes à toute mémoire. Cependant tout y est particulier, dans la mesure où il y a interaction entre l'appartenance sociale et le discours de légitimation que représente le récit de la mémoire.

Une mémoire utile

26Pour les bourgeois, la mémoire fonctionne comme un capital accumulé et transmis depuis plusieurs générations. A l'intérieur des familles, la généalogie circule de manière innée. On ne cherche pas ses racines, elles sont pour ainsi dire incorporées. A la fonction se substitue la naissance, une manière peut-être de se démarquer des classes moyennes : « A ma génération, en gros, il y avait encore une bourgeoisie qui pouvait se définir par les métiers : grands cadres, médecins, notaires. Entre parenthèses, il y a aujourd'hui des médecins d'une rare vulgarité. A la génération de mes enfants, c'est uniquement la naissance, c'est la filiation, c'est l'éducation. » (Mme I) On est bourgeois parce qu'on l'est depuis plusieurs générations. La preuve écrite — la généalogie — ne fait que consacrer un statut déjà acquis et reconnu par d'autres, ceux qui font « le milieu ». C'est pourquoi la plupart du temps « on s'en désintéresse gentiment ». Un détachement qui n'a rien de négatif : « C'est seulement le privilège des privilèges, celui qui consiste à prendre des libertés avec son privilège11. » L'existence d'un support écrit a néanmoins une influence sur la qualité et la précision de la mémoire transmise oralement. Cette fixation par l'écrit explique par exemple la profondeur de la mémoire généalogique et son caractère si peu « mythologique ». C'est ainsi qu'une jeune femme de vingt-huit ans peut exprimer « son pedigree » : « Je sais que mon arrière-grand-père maternel appartenait à une famille industrielle et industrieuse depuis 250 ans, alliée à une famille aristocratique descendant de Saint Louis ; mes arrière-grands-parents maternels étaient industriels du textile au xviiie siècle, puis banquiers, hommes de lettres et académiciens alliés à une famille de financiers qui ont participé au développement économique de la France depuis le xviiie siècle ; mon grand-père maternel, PDG de l'entreprise familiale maternelle (celle qui a plus de 250 ans d'existence), mon père avocat international, fils d'une famille de bourgeois du Nord dont l'existence remonte au xiiie siècle et ma mère, haut fonctionnaire. »

27La mémoire sert à perpétuer et à réaffirmer un statut, elle n'a pas seulement une fonction symbolique. Le fait qu'elle soit ici peu nostalgique le prouve. En effet, dans mes travaux précédents, j'ai pu constater, lors de l'évocation des souvenirs, le sentiment d'une nostalgie. L'âge d'or est dans le passé. « Plus rien n'est comme avant. » Le présent ne mérite pas d'être raconté, il est indicible. M. Halbwachs interprète cet amour du passé comme une trait de structure12.

28Tout homme, dit-il, adopterait instinctivement vis-à-vis du temps écoulé l'attitude des grands philosophes grecs qui mettaient l'âge d'or non à la fin du monde mais au commencement. La nostalgie du passé renverrait une image exacte de la société dans la durée générationnelle.

29En écoutant les récits des bourgeois, on est frappé par la faible place qu'y prend la nostalgie. Le présent est valorisé parce qu'il s'inscrit ou doit s'inscrire dans une continuité. Ainsi, les bourgeois(es) qui ont vécu dans le passé des heures glorieuses (nombreuse domesticité, villégiatures, fêtes somptueuses) voient parfois le luxe de leur train de vie baisser, voire leur niveau de vie diminuer, mais cela n'engendre pas pour autant un discours catastrophiste. C'est ainsi que les choses se passent, disent-ils. Marquant de cette manière la solidité de leur pouvoir social, leur maîtrise du temps et leurs capacités d'adaptation. Dans toute vie, affirment-ils, il y a des périodes dures et des périodes fastes, les unes succédant aux autres. Chaque génération doit avoir conscience de son devoir face à cette réalité et en apparence, tout doit se maintenir. La force et la crédibilité de ce paraître sont telles qu'on peut difficilement en percevoir les limites.

30Ainsi, même les plus âgés de nos enquêtés dressent-ils un tableau de leur vie familiale passée et présente en intégrant positivement les différences. A. Martin Fugier évoque, dans son introduction, cette capacité à constater — sans regret — les changements et semble l'attribuer aux caractères psychologiques de ses enquêtées : « Mais il semble que pour elles — même si certaines ont une excellente mémoire —, ce passé soit lointain, pour ne pas dire révolu, et qu'il les intéresse moins que le moment présent. "Les jeunes d'aujourd'hui sont bien différents de ce que nous étions", disent-elles, mais sans regret. Elles observent leurs descendants avec curiosité et sympathie13. » L'absence de regard nostalgique sur le passé révolu n'est pas due seulement à une disposition psychologique particulière, elle s'explique par la fonction que doit remplir le récit de la mémoire. En effet la constitution et la transmission de ce récit assurent la cohésion sociale du groupe familial en légitimant le statut de bourgeois qui se rejoue à chaque génération. Car chaque génération doit faire ses preuves. C'est ce qu'exprime un fragment du testament de François de Wendel (1re moitié du xixe siècle) cité par R. Sédillot dans son histoire de la famille Wendel : « Aujourd'hui, contre mon gré, maître de forges et propriétaire de plusieurs établissements qui ont prospéré envers et contre tout... » Cet homme voulait être marin... mais devant les difficultés que rencontrait l'entreprise, il devint un héritier actif « contre son gré ». Tout est possible dès lors que les générations s'adaptent chacune leur tour aux nouvelles conditions de vie.

31Dans le récit de la mémoire, certains oublient de temps à autre, la rationalité en jouant avec la chronologie (il ne s'agit pas d'amnésie affective ou de secrets de famille, car cela est un autre aspect). En effet, il arrive qu'on « saute » par-dessus un ancêtre mâle (situé donc dans la chronologie de la lignée) au profit d'une cohésion imaginaire. Se rapprochant alors du récit mythique, on s'arrange avec ce qui gêne afin de ne transmettre que le glorieux et l'exemplaire. Prenons comme exemple d'oubli qui s'inscrit dans l'ordre des générations et qui n'est pas « affectif », celui des rentiers. Dans toute famille bourgeoise, il y a eu un ancêtre rentier qui a vécu de la fortune accumulée ou simplement établie par ses prédécesseurs. C'est un fait historique que l'on peut objectivement constater. Entre 1873 et 1914, d'après A. Prost, la mentalité dominante est davantage celle du rentier que de l'entrepreneur14. Les négociants et les industriels sont minoritaires. On y trouve surtout des rentiers (560 000 en 1906) ou des professions qui permettent aux bourgeois d'user de leur temps à leur guise.

32C. Chotard décrit dans sa thèse l'évolution socio-professionnelle d'une famille du sud de la Loire. Elle note à propos de la période 1885 à 1919 : « C'est une période bénie pour les bourgeois : ces générations vivront de leurs rentes, passeront leur temps moitié en ville, moitié à la campagne, s'adonnant à leurs passions diverses, agronomie, médecine, viticulture, voyages. Elles profiteront de l'argent ramassé par les générations antérieures. La guerre 1914-1918 sonnera le glas de cette période bénie15. » Dans presque toutes les familles enquêtées, on retrouve effectivement « ce rentier ». Parfois, il fut oublié. Dans le récit, on sautait une génération, faisant fi momentanément de l'exigence de chronologie.

33Il existe deux sortes de rentiers : celui qui n'a vraiment rien fait et celui qui a fait des affaires financières (mal connues) avec la fortune de ses ancêtres. Seul le premier type est passé sous silence. C'est en « exigeant » de reconstituer, génération après génération, l'histoire de la famille que j'obtenais ce renseignement : « Lui n'a rien fait », « Celui-là a profité de la fortune de ses ancêtres », « Rentier, ça se faisait en ce temps-là ». L'oublier ou passer très vite sur cet ancêtre est sans importance. Si l'on sait que la conduite du récit est essentiellement la fonction sociale de la mémoire, la disparition du rentier n'est pas innocente. Cet ancêtre n'est-il pas précédé d'un homme entreprenant, fondateur de la fortune et n'est-il pas suivi d'un petit-fils sorti de l'X ou de Centrale ? De quoi reconstituer linéairement (ou à quelque chose près) et transmettre l'exemple d'une famille où une valeur morale fondamentale aurait toujours existé : le travail.

« La bourgeoisie est sans mystère. C'est un phénomène social d'ordre essentiellement profane, régi uniquement par les lois de ce monde, sans qu'il soit nécessaire pour l'expliquer de remonter plus haut et de faire appel aux conseils de la divine Providence. » [...] « Être bourgeois impose qu'on le demeure car personne ne pourra vous reprocher de n'être pas duc ou marquis, mais c'est toujours un peu de votre faute si vous n'êtes pas en état de bourgeois16. »

34C'est aussi pour cette raison que la légitimité bourgeoise se fonde sur une moralité du travail et du devoir. C'est par le travail que le bourgeois se distingue du noble. N'est-ce pas exactement cette idéologie qui pousse les enquêtés à préciser : « En avril 1947, je me fiance. Je trouve une situation le 16 juillet 1947 et je me marie le 10 octobre 1947. » (M. I)

« Les trois frères se sont complétés et ont été soutenus par ma mère. Ils ont joué leur rôle comme les générations qui les précédaient. » (Mme C, grand-mère.) « Quand mon grand-père a voulu épouser ma grand-mère, son futur beau-père lui a dit : "Bien mon ami, construisez un immeuble et on verra après". » (M. H père.)

35On comprend qu'un rentier n'a pas sa place dans un récit où l'on cherche à transmettre de telles valeurs. La mémoire a bien une fonction de légitimation mais on est loin du volontarisme qui caractérise ceux qui aujourd'hui, pour des raisons diverses (mais ayant toutes à voir avec une quête d'identité) sont à la recherche de leurs origines. Dans le milieu bourgeois, il n'est pas nécessaire de rechercher ses origines, elles sont connues et présentes dans l'environnement des individus depuis leur naissance. En effet, la mémoire familiale est nourrie de portraits, meubles et objets divers. La circulation de certaines petites pièces, tel le service à thé en argenterie, ou le carnet de bal en ivoire, ou les bijoux, imprègnent et signent par exemple l'intérieur des jeunes bourgeois tandis qu'ils cherchent par ailleurs à se différencier de leurs aînés. Ces objets symbolisent physiquement l'appartenance sociale.

36Dégager ce que la mémoire familiale bourgeoise a de spécifique amène nécessairement à prendre en compte la place occupée par ce groupe social dans la société. On a déjà constaté que la mémoire familiale — dans tous les groupes sociaux — est intimement liée aux cadres sociaux dans lesquels vivent les interlocuteurs et ont vécu leurs ancêtres. Interroger la mémoire de la parenté provoque bien évidemment la mise en valeur des souvenirs se rapportant à la vie familiale. Cette demande fait apparaître des différences entre les groupes sociaux, tant du point de vue de l'étendue de la mémoire que de la facilité « à se raconter ». On retrouve ainsi au niveau de l'oral le même phénomène que rencontrèrent les historiens au niveau de l'écrit, à savoir la prolixité des uns et le silence des autres. Il est clair que la difficulté à se remémorer et à « évoquer personnellement » sa propre famille devant un étranger (il faut en effet considérer que ce « je » en vaut la peine) tient au fait que la mémoire exprimée en terme de généalogie ne sert pas dans les pratiques sociales. Le prouvent, semble-t-il, les réactions des paysans du Pays bigouden sud lorsque le chercheur — ayant reconstitué de nombreuses généalogies — les montre aux intéressés : « La connaissance de leur parenté ascendante ne les intéresse pas. C'est qu'ils n'ont aucun besoin, au contraire des urbains déracinés, au contraire de ceux dont la profession introduit une distance, de trouver une identification ou un enracinement. Ils ont toujours su qu'ils faisaient partie de cette région et se le faire confirmer par une étrangère apparaît inutile17. » La mémoire familiale paysanne et la mémoire familiale bourgeoise ont ceci en commun d'être intimement liées à des pratiques sociales. Mais pour les paysans, il n'est pas nécessaire d'avoir à proprement parler de la mémoire : tout le monde sait dans la communauté villageoise ce qu'il faut savoir. En revanche, la mémoire bourgeoise — tout aussi intimement connue et tout aussi diffusée au sein du « milieu » — se doit d'être précise et nourrie de noms et de dates.

37La différence fondamentale entre ces deux mémoires tient au fait que l'une a une portée limitée à une communauté villageoise tandis que l'autre s'inscrit sur la scène nationale, voire internationale, et qu'elle a souvent un destin public. C'est ainsi que la mémoire familiale des bourgeois raconte un chapitre d'histoire économique, financière ou politique de la France.

38Sans cesse réactualisé, le récit de la mémoire évolue avec le temps. Ainsi n'évoque-t-on plus aujourd'hui une origine modeste qui alimenterait l'idéologie de la mobilité sociale. Désormais, on parle plus volontiers en terme de pérennité voire de naissance. La bourgeoisie peut aujourd'hui faire oublier qu'à l'origine de sa distinction — en tant que groupe social dominant — se trouvent la fonction et la richesse. Elle peut ainsi revendiquer des qualités morales attachées à la personne et renouer avec la vieille conception du privilège qui n'était rien d'autre qu'un titre. En effet « avoir derrière soi trois générations de cols durs » suffit à la mémoire collective pour transformer en qualité ce qui n'est à l'origine qu'une acquisition et une fonction.

Haut de page

Notes

1B. Le Wita, « Mémoire familiale et mémoire généalogique dans quelques familles de la bourgeoisie parisienne », rapport ronéoté, Conseil du patrimoine ethnologique, 306 p., 1983. Pour une présentation détaillée de l'enquête, voir « Familles dans la ville », Terrain n° 3.
2Durée moyenne des entretiens : 10 à 15 heures réparties en trois « séances ».
3Martine Segalen, « Quinze générations de Bas-Bretons. Mariage, parentèle dans le Pays bigouden sud 1720-1980 », thèse Paris V, 1984. Françoise Zonabend, La Mémoire longue, PUF, 1980.
4Béatrix Le Wita, « La mémoire familiale des Parisiens appartenant aux classes moyennes », Ethnologie française, tome 14, janvier-mars 1984.
5Françoise Zonabend, cp. cit., p. 228.
6Martine Segalen, op. cit., p. 391.
7Françoise Héritier, L'Exercice de la parenté, Gallimard, Seuil, 1981, p. 163.
8François Tollu, Tableau d'une famille parisienne, Beauchesne, 1972.
9A. Delavenne, « Recueil généalogique de la bourgeoisie ancienne », 1954.
10Martine Segalen, Sociologie de la famille, A. Colin, 1981.
11P. Bourdieu, Ce que parler veut dire, Fayard, 1982.
12M. Halbwachs, Les Cadres sociaux de la mémoire, Mouton, Paris, 1975.
13A. Martin-Fugier, La Bourgeoise, Grasset, 1983.
14Antoine Prost, La France contemporaine, Colin 1979.
15Caroline Chotard, Une famille du sud de la Loire, 1730-1939, thèse Paris V, 1979.
16B. Groethuysen, Origines de l'esprit bourgeois en France, Gallimard, rééd. 1977.
17Martine Segalen, op. cit., p. 810.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Le Wita B., 1985, « Mémoire : l’avenir du présent », Terrain, n° 4, pp. 15-26.

Référence électronique

Béatrix Le Wita, « Mémoire : l'avenir du présent », Terrain [En ligne], 4 | mars 1985, mis en ligne le 23 juillet 2007, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2863 ; DOI : 10.4000/terrain.2863

Haut de page

Auteur

Béatrix Le Wita

Centre d'ethnologie française

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals