Navigation – Plan du site
Nouvelles de...

Le partage du savoir sur la parenté. A propos d'une exposition à la chapelle de Notre-Dame de Tronoën

Martine Segalen
p. 101-105

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Bretagne
Haut de page

Texte intégral

1L'ethnologue soucieux de présenter le résultat de ses travaux aux résidents de la région qu'il a étudiée, aux personnes chez qui il a été hébergé, qu'il a rencontrées année après année de terrain, se trouve particulièrement embarrassé lorsque son champ d'investigation concerne la parenté. C'est en effet un thème qui se prête mal à la muséographie, comme la plupart des faits d'organisation sociale, au contraire de ceux qui concernent la culture matérielle et qui se donnent à voir à travers des objets.

2Avant même le retour au terrain, le devoir du chercheur est de mettre ses résultats à la disposition de la communauté scientifique, par des publications. La première restitution scientifique relative au travail ici exposé s'est faite par l'intermédiaire d'une thèse d'État, en cours de publication1 ; la vraie difficulté s'est déclarée au cours de la seconde étape, lorsqu'il a fallu choisir les moyens d'informer les habitants de la région où s'était déroulé le travail.

3Cette difficulté est de deux ordres. D'abord, l'aspect abstrait, complexe des concepts de parenté ne peut guère se donner à voir si ce n'est à l'aide de schémas ou de modules en trois dimensions. En dehors de leur aspect sévère, ces documents d'exposition ont l'inconvénient de fixer des systèmes toujours en mouvement. La recherche muséologique devrait s'efforcer dans les années qui viennent d'inventer de nouveaux instruments de communication avec le public, si l'on veut continuer à associer ethnologie et muséologie. En effet, un grand nombre de recherches concernent aujourd'hui des institutions sociales et analysent des concepts abstraits : comment les faire passer auprès du public, au-delà du cercle des spécialistes ? Une nouvelle muséologie, appuyée sur les développements de l'image informatique, doit se mettre en place. Il n'est donc pas impossible de rêver à une exposition qui aurait pour thème la parenté et l'alliance dans les sociétés complexes, dans un lieu relativement neutre comme un musée national ou régional.

4Une seconde difficulté s'ajoute aux problèmes techniques qui viennent d'être évoqués, lorsqu'on se propose de réaliser l'exposition sur le lieu même de son enquête. Elle est d'un autre ordre et tient à la nature même de la parenté. Celle-ci est un lieu d'investissement affectif très fort, les généalogies et les noms sont porteurs d'une identité que les individus ne souhaitent pas voir révélés publiquement. On a donc été amené à infléchir le contenu de l'exposition proposée en août-septembre 1984 aux habitants de Saint-Jean-Trolimon, Sud-Finistère, par rapport au sujet central de la thèse.

A la recherche de régularités matrimoniales

5Ce travail se proposait d'étudier une société paysanne dans une perspective dynamique et d'analyser les rapports entre l'économique et le social, et leurs transformations, au cours de deux siècles et demi, dans le pays bigouden sud (Finistère). Il se centrait principalement sur l'étude des faits familiaux — envisagés sous les angles multiples de la démographie, de la structure des groupes domestiques, de la pratique de la dévolution des biens, des formes de l'alliance, des usages sociaux de la parenté — dans leurs rapports avec la mise en valeur du sol, avec le mode de production et l'équilibre des exploitations. Après une définition de l'espace social de mobilité, la recherche a souligné les spécificités démographiques de la région, caractérisée par une forte croissance démographique qu'explique en particulier le jeune âge au mariage des époux, tout à fait différent du comportement matrimonial des sociétés paysannes de France aux xviiie et xixe siècles. Ce mariage précoce s'articule avec un modèle de dévolution des biens égalitaire dont le fonctionnement est moins bien connu que celui des sociétés préciputaires. L'étude de la règle et de la pratique fait apparaître la variété des solutions adoptées quant au choix du successeur, ainsi que la prégnance de la volonté paternelle. On aurait pu s'attendre que dans cette société relativement égalitaire, dans laquelle les paysans ne sont pas propriétaires, où la mobilité géographique de ferme en ferme est élevée, la parenté soit totalement en dehors du choix du conjoint. L'analyse des actes de mariage, la reconstitution des généalogies et leur traitement à l'aide d'un programme informatique ad hoc conduisent au contraire à mettre en évidence des régularités matrimoniales qui se marquent dans le « renchaînement d'alliances » à l'intérieur de parentèles fortement intégrées. Les mariages consanguins, traités également sur ordinateur, tant dans les degrés interdits par l'Église qu'au-delà de ces degrés, apparaissent comme relativement peu fréquents, et noués entre parents lointains. Les renchaînements les plus denses concernent un petit nombre de lignées qui cherchent à protéger leur place dans la hiérarchie sociale. Ils se font de façon préférentielle entre générations proches, ce qui confirme l'hypothèse d'un comportement conscient.

6L'intensité des renchaînements au sein des mêmes parentèles diminue après 1850 mais la pratique demeure très répandue jusque dans les années 1960. L'étude du vocabulaire de la parenté, l'analyse du discours tenu par les Bigoudens montrent en effet qu'il était d'usage de contracter une union dont les époux disaient « on n'est pas parent du tout », soulignant ainsi que le mariage n'était pas consanguin, et aussi « on est parent des deux côtés » (cf. schémas), mettant en évidence la conscience d'un renchaînement.

7L'étude du rituel des noces permet également de dégager les pratiques symboliques et sociales de l'alliance. Le renchaînement était consciemment organisé entre les jeunes appartenant à des lignées apparentées, notamment en les plaçant comme garçon et fille d'honneur lors des grands cortèges nuptiaux. Un troisième volet de cette recherche avait pour but d'établir des corrélations entre le modèle de reproduction sociale — vu à travers des comportements démographiques, d'héritage et de mariage — et ses transformations et le système économique et social de la région, de la fin du xviiie siècle à nos jours. L'étude des inventaires après décès montre que le travail agricole s'organise sur une double base : fondé pour le quotidien sur le groupe domestique, il repose sur un vaste groupe rassemblant parents et voisins lors des grands travaux agricoles. Une rationalité indigène organise le mode de produire. Peu sensible au souci de la rentabilité, elle s'appuie sur des techniques essentiellement manuelles, fondées sur la transmission orale du savoir-faire, et confond activités productrices et activités ludiques. A la fin du xviiie et au début du xixe siècle, sphère de l'économie et sphère de la parenté sont d'autant moins distinctes que circulent au sein des parentèles les baux à domaine congéable (mode particulier de faire-valoir qui remet la propriété des bâtiments entre les mains du paysan tandis que celle du foncier reste entre les mains du propriétaire, généralement bourgeois ou noble). Trouver femme et ferme est souvent la double face d'une même activité sociale.

8Ainsi s'explique la forte intégration des parentèles aisées qui transmettent à leurs parents et alliés les domaines congéables qu'elles possèdent. Ces pratiques conservatoires sont impuissantes à enrayer l'appauvrissement des populations que l'on suit sur les généalogies, génération après génération. Les parentèles qui pratiquaient activement le renchaînement d'alliance perdent leur ancienne aisance. De petits fermiers sont repoussés sur les palues sableuses de la baie d'Audierne qu'ils mettent péniblement en valeur. Les hiérarchies sociales se diluent et dès lors le renchaînement perd sa raison d'être et sa fréquence s'abaisse.

9La séparation entre faits de parenté et faits économiques s'accentue à partir de 1880, alors que se dessine un nouvel équilibre économique. Les activités de la pêche et de la conserverie se développent, ce qui attire sur la côte les plus démunis ; ces nouveaux emplois empêchent temporairement une émigration, qui se développe après la Première Guerre mondiale, puis dans les années 1940-1960. La région subit une désindustrialisation, et l'agriculture souffre d'une grave crise. Devenus propriétaires de leurs fonds après la Première Guerre, les paysans ont en effet partagé leurs exploitations ; la mécanisation introduite brutalement dans les années 1950 rend celles-ci moins rentables et les jeunes quittent une terre qui n'a plus besoin de leurs bras. Dans les années 1980, l'économie du pays bigouden sud se dessine sur de nouvelles bases. Les activités liées à la pêche sont florissantes, l'agriculture est en train de se restructurer ; le mouvement d'exode est stoppé et les jeunes s'installent au pays, donnant une grande impulsion à la construction immobilière. Ouvriers ou employés sur toute la région, jusqu'à Quimper et au-delà, ont choisi un mode de vie dans lequel les relations familiales ont leur place. Non seulement on observe une interrelation entre enfants mariés et leurs parents, mais encore au sein des réseaux de parenté et de connaissance qui font circuler des informations sur l'emploi, et par lesquels transitent des échanges considérables de biens et de services. Détachée formellement de l'économie, la parenté continue d'y être présente, mais sous une forme souterraine, qu'on peut qualifier du terme de résistance familiale.

10Loin de représenter un modèle marginal ou caduc, nous observons là un modèle social propre à de nombreuses régions de France, dans lequel les réseaux de parenté intègrent l'urbain et le rural, la tradition et la modernité.

11Tel était, brièvement résumé, le contenu de cette recherche. Les rites universitaires accomplis, les publications mises en route, il faut aborder les problèmes de retour au terrain.

Quel retour pour quel public ?

12L'expression de « retour au terrain » est ambiguë. Y a-t-il véritablement nécessité à informer les habitants de la région que l'on a étudiée dans la mesure où, comme d'autres, ils peuvent avoir accès aux publications ? D'abord, on sait bien que celles-ci sont souvent de diffusion restreinte, et d'accès malaisé, et qu'en second lieu elles sont rédigées pour la communauté scientifique, en faisant état de problématiques auxquelles seul un petit groupe d'initiés s'intéresse. Se contenter d'articles, voire même d'un ouvrage, est donc insuffisant. Le chercheur lui-même souhaite justifier sa présence sur le terrain, surtout si celle-ci s'est étirée sur de nombreuses années. Ses séjours coïncident souvent avec les périodes de vacances, ce qui conduit à l'assimiler au touriste. On l'apostrophe d'un gentil mais moqueur : « alors toujours en vacances », ou « pas encore finie cette recherche ? ». C'est l'amour-propre qui se trouve stimulé, et à travers lui, l'image de toute la communauté scientifique.

13La motivation d'un retour au terrain est ainsi relativement éloignée d'une supposée « restitution » à laquelle serait tenu le chercheur, comme s'il y avait dérobé quelque chose. Non, son devoir est plutôt de faire comprendre le sens de sa démarche, et de rendre facilement accessibles ses principaux résultats de recherche, surtout dans la mesure où ceux-ci s'intègrent à la construction d'une histoire et d'une identité locales. Cependant le public local du pays bigouden n'est pas un tout indifférencié. Les habitants de la région, de moins en moins nombreux dans l'agriculture sont employés dans le secteur secondaire et tertiaire et ont en partage une culture franco-bretonne ; les jeunes sont de plus en plus souvent diplômés de l'université ; les réseaux familiaux, on l'a vu, débordent les frontières ville-campagne et s'étendent aux grandes villes de France. Bien entendu, il existe des groupes qui s'intéressent localement à la mise en valeur de leur patrimoine, et qui sont vigilants à l'égard de toute initiative qui vient de l'extérieur. Le public des érudits locaux attend, lui, un autre type de formalisation. Bref, il faut cibler le public parmi tous ces possibles, et choisir les moyens d'un retour au terrain qui soit le plus accessible à la plus grande partie des Bigoudens.

14Le dépôt du manuscrit de la thèse auprès du maire et des services d'archives constituait donc une étape nécessaire, mais non suffisante. Il a été décidé, après accord des autorités municipales, de préparer une exposition. C'est alors que s'est posé le problème de « muséographier » la parenté.

La parenté au Musée

15Dans la mesure où les premières recherches ethnologiques sur la France étaient souvent liées à des campagnes de collecte d'objets en vue d'exposition, la parenté a été peu étudiée ; par ailleurs, la difficulté à muséographier la parenté explique que l'on se soit peu intéressé à ce fait social, en dehors de ses aspects rituels. Certes les folkloristes s'intéressaient aussi aux faits sociaux, et cherchaient une sorte de formalisation, notamment à travers des cartographies. Il a cependant fallu que l'ethnologie de la France s'intègre depuis quelques années dans l'ethnologie générale pour que soit reconnue l'importance majeure de ce fait social dans la structure de la communauté villageoise, comme dans la vie des individus organisés en groupes domestiques assurant la reproduction sociale.

16La famille, bien entendu, n'était pas ignorée des folkloristes, mais elle était donnée comme un cadre allant de soi, sans que sa structure, son organisation, son rôle, pas plus que les relations intra-familiales ou entre groupes domestiques apparentés fassent l'objet d'investigations systématiques. Elle était saisie essentiellement à travers le prisme « des croyances, des superstitions ou des préjugés » ; on s'intéressait surtout aux rituels familiaux, et notamment à ceux concernant la constitution du couple et les noces. Le cadre structurant des rites de passage et le manuel d'Arnold Van Gennep ont contribué à fixer pour un temps la direction des recherches sur ce thème et d'une certaine façon à les stériliser avec l'accumulation de monographies bâties sur le même modèle. Certes, les rites de passage qui peuvent s'exprimer dans le concret des costumes et des objets rituels permettent des analyses sociales, à travers une muséographie qui peut être attentive aux âges de la vie, aux conditions sociales, aux hiérarchies paysannes, aux transformations diachroniques2. Ainsi un costume de noces, étudié sur une longue période, fait-il apparaître l'influence de la mode des villes, et relativise le concept quelque peu figé que l'on a tendance à accoler à ce qui est dit « traditionnel ». Une autre démarche muséologique relative à la famille avait été tentée en proposant une analyse de la répartition des tâches, des rôles et des espaces masculins et féminins dans la société paysanne française, qui imposait au public une démarche inhabituelle3. Il fallait regarder les objets et les documents iconographiques, non pour leur aspect technologique ou esthétique mais pour leur aspect social en repérant si c'était un homme ou une femme qui maniait généralement tel objet ou était présent dans telle circonstance. Un système de repérage bicolore désignait les outils masculins, féminins ou d'usage mixte.

17Si la famille peut se donner à voir à travers des documents iconographiques ou photographiques, la parenté, en revanche, concept d'analyse abstrait, s'expose difficilement en dehors de graphiques ou de figures, sans grand charme visuel. Or la problématique de la parenté et de l'alliance, inspirée des travaux de l'ethnologie générale est en train de renouveler l'étude de la famille dans les sociétés paysannes. Depuis quelques années commence à s'élaborer un essai de théorisation des systèmes d'alliance dans les sociétés complexes, notamment en liaison avec l'étude de la variété des systèmes de dévolution des biens4. Pour importantes qu'elles soient, ces recherches ne peuvent cependant communiquer avec le public qu'à travers des livres ou des articles, et difficilement par le biais d'une exposition. Ce n'est pas seulement le caractère abstrait des concepts qui est en cause, mais la matière de la parenté. L'expérience de Saint-Jean-Trolimon le montre clairement.

L'exposition de Saint-Jean-Trolimon

18Pour faire réellement comprendre ce qu'étaient la parentèle, sa structure et ses usages matrimoniaux et sociaux, il eût fallu couvrir les espaces d'exposition de lignes enchevêtrées de fils multicolores signalant les liens de parenté et d'alliance. Ce dessin serait vite devenu illisible dans le cas où l'on aurait choisi de montrer par exemple toute l'armature généalogique du village en 1850 ou 1950. Une autre solution eût été d'isoler une généalogie, et ses lignées, et de lui donner une représentation graphique. Cette démarche semble malvenue, compte tenu de ce que l'on sait être investi dans la parenté. C'est le champ de l'intime auquel l'étranger n'a que difficilement accès et qui, comme le nom, renferme l'identité d'un groupe qui répugne à la voir exposée publiquement5. La vivacité de la réaction soulevée par un article dans la presse locale où figurait expressément un nom de personne, à la suite d'une indélicatesse du journaliste surprenant la bonne foi de l'enquêteur, avait suffi à mettre en garde contre le dévoilement public. Il n'était pas plus question de citer les véritables noms dans les publications que d'exposer une authentique généalogie. Retourner au terrain ce que l'on en a appris certes, mais encore faut-il que le terrain l'accepte.

19Par ailleurs, l'expérience douloureuse de la transmission qu'on voudrait simple des concepts de la parenté avait été faite au cours d'un entretien avec le maire, lors du dépôt de la thèse. Celui-ci, un homme instruit et intelligent, se plaignait de devoir avancer dans la lecture du texte à l'aide d'un dictionnaire : « qu'est-ce que la parentèle ? » Et la situation apparaissait à la fois comme déplaisante et dérisoire de devoir expliquer, à l'aide de mots qui semblent pédants et sonnent creux, comment lui et sa famille vivaient leurs relations et leurs comportements les plus quotidiens. Toutes ces raisons, d'ordre muséographique, et tenant à la nature même de la parenté ont conduit à ne pas centrer l'exposition sur ce thème.

20Il ne s'agissait cependant pas de céder à la facilité démagogique et de présenter une image dans laquelle les acteurs sociaux aimeraient à se retrouver, mais qui ne correspondrait ni à la démarche, ni aux résultats de l'analyse. Un autre écueil aurait été de simplifier abusivement les faits, au point que les résidents auraient retrouvé ce qu'ils possèdent d'expérience : ce serait donner une piètre image de la recherche que de conduire les groupes étudiés à penser que le chercheur n'a pas su organiser les faits sociaux au-delà de la connaissance intime et quotidienne qu'ils en ont. Une exposition sur le terrain — si modeste soit-elle — dépasse les enjeux scientifiques du seul chercheur qui l'organise, surtout dans la mesure où celui-ci se réclame de l'aide institutionnelle et financière d'organismes d'État6.

21On a été conduit ainsi à un compromis entre le contenu de la thèse, les exigences du public auquel les résultats de recherche étaient exposés, le contexte institutionnel d'organisation, les contraintes de temps et de moyens. La modestie de l'entreprise n'exclut pas la rigueur, et la simplicité ne devait céder en rien à la présentation scientifique. Finalement, le thème choisi, classique, de « Saint-Jean-Trolimon hier et aujourd'hui » montrait, à l'aide d'une quarantaine de documents photographiques7 répartis sur une vingtaine de panneaux, les espaces et les transformations sociales et économiques de la région.

22Les premiers panneaux présentaient la carte de Cassini, les espaces paroissiaux d'avant la Révolution et les espaces communaux qui ne coïncidaient pas. Sur des cartes étaient situés les trouvailles archéologiques, les manoirs anciens et les marqueurs religieux : croix, chapelles, églises, puis figuraient les monuments encore en place, travaillés par le temps et les nouveaux usages sociaux ; un manoir à la façade méconnaissable à demi dévorée par un hangar couvert de tôle ondulée : c'est un outil de travail ; un autre qui se voit au contraire figé dans un style pur du xviie siècle, à l'exception du toit éventré pour construire des fenêtres : c'est une résidence secondaire. Divers autres vestiges : puits et arche armoriés, auge avec inscription montrent l'affleurement du passé.

23Les faits familiaux étaient ensuite abordés sous l'angle de la corésidence ; à côté d'une photographie de famille sur laquelle figuraient plusieurs générations, on montrait des graphiques faisant ressortir la cohabitation au sein de la même ferme de ménages apparentés, et un tableau attirait l'attention, à travers une fiche de ménage reconstitué, sur la très forte natalité et mortalité infantiles. La photocopie intégrale d'un inventaire après décès du milieu du xixe siècle cherchait à sensibiliser le visiteur tant aux règles de dévolution des biens qu'au contenu mobilier d'une exploitation de taille moyenne.

24Les images suivantes présentaient des groupes de noces photographiés en 1898, en 1910, en 1933. Elles donnaient à percevoir un rituel de noces, en voie de disparition aujourd'hui, et toute l'importance du fait matrimonial dans la société rurale. Par ailleurs, on pouvait y observer l'infiltration de la modernité et de la mode dans la forme et le matériau des costumes de noces.

25Dans la mesure où cette exposition était présentée dans la chapelle de Tronoën qui est le lieu d'un pardon annuel tous les troisièmes dimanches de septembre, il était naturel de présenter des documents du début du xxe siècle, montrant les aspects perdus de cette fête : la procession, la visite à la fontaine sacrée, les marchands forains au pied du calvaire, à la sortie des offices religieux.

26Les documents suivants, de qualité photographique inégale mais de grand intérêt ethnographique, montraient les fêtes de classe d'âge célébrées dans les années 50, des vues nouvelles du bourg après la construction des deux usines près de l'église, le bourg inondé, les fêtes scolaires de l'après-guerre, lieu de la mise en place de la « folklorisation ». Alors que les mères quittaient leur costume et se faisaient couper les cheveux, c'étaient les enfants qui le revêtaient lors des kermesses et défilés annuels.

27Les dernières images proposaient une analyse sociologique contemporaine de la commune. Sur un agrandissement photographique aérien du bourg, on avait situé les deux nouveaux lotissements ; des graphiques et des cartes exposaient les transformations socio-professionnelles de la population (chute du nombre des agriculteurs, augmentation des ouvriers et employés), dessinaient l'aire d'exercice des activités professionnelles et la carte des espaces commerciaux. L'exposition s'achevait sur une courbe démographique montrant la hausse récente de la population, et notamment la croissance des effectifs de l'école communale.

28La provenance des documents exposés était diverse. Certains étaient issus d'archives ou d'ouvrages ; d'autres avaient été construits par nos soins, comme les graphiques et les courbes. Des photographies avaient été prises par l'enquêteur au cours de ses séjours sur le terrain ; d'autres avaient été confiées à l'enquêteur qui en avait fait réaliser des contretypes avant de restituer les originaux. Dans cette catégorie, des groupes de personnes photographiées à des noces, documents qui avaient été réalisés par le photographe local, ou bien des photographies faites par des particuliers en diverses circonstances.

29C'est avec l'accord de leurs détenteurs que l'on choisit d'exposer des photographies de noces. Ils reconnaissaient à travers cette publicité le travail accompli sur le terrain et s'y associaient de la sorte. De plus, les photos de groupes de noces, on le sait, s'inscrivent dans des rituels cérémoniels de mise en scène sociale et l'exposition pouvait en présenter une forme renouvelée. En revanche, il fut opposé un refus au souhait d'exposer les photographies de plusieurs résidents de Saint-Jean photographiés au bourg dans les années 1940, sous prétexte que ces documents feraient resurgir de douloureuses histoires de famille. On se contenta donc de photos du bourg inondé, circonstance assez exceptionnelle, avec tous les enfants posant au premier plan. Ces documents jalonnaient la mémoire historique du lieu, sans mettre en scène les protagonistes de querelles familiales ou villageoises.

30Cette manifestation fut soutenue par une conférence publique, au cours de laquelle les thèmes et les résultats de la recherche, en insistant cette fois-ci sur les renchaînements d'alliance, furent présentés. Une audience nombreuse et attentive, mais de questions, point, sinon celles posées par de jeunes étudiants qui travaillent dans le cadre d'associations pour la mise en valeur et la protection du patrimoine et des espaces locaux. Par ailleurs, une petite brochure fut distribuée par priorité aux habitants de la commune, intitulée « Notes pour servir à l'histoire de Saint-Jean-Trolimon » et qui présente, dactylographiés, un certain nombre de documents d'histoire locale, complétant les photographies présentées : des procès concernant les palues, des documents extraits du registre de délibération du conseil municipal, etc.

31Présentée dans la chapelle de Tronoën du 30 juillet au 10 septembre, l'exposition reçut plusieurs milliers de visiteurs.

Des « retours » au terrain multiples

32On peut s'étonner de ce chiffre élevé alors que l'exposition était en priorité destinée à la population de Saint-Jean qui compte un peu moins de 800 résidents à l'heure actuelle. Il avait d'abord été question de la présenter dans le local de la « Maison pour tous », mais ce bâtiment percé de nombreuses fenêtres, relativement petit, se prêtait mal à l'entreprise. De plus, situé au centre d'un bourg peu actif, il est strictement destiné à l'usage des habitants de Saint-Jean, et surtout aux journées du troisième âge. Le public aurait donc été relativement restreint et uniquement autochtone. Or, il apparaissait que cette exposition entrait dans la stratégie de la municipalité de développer sa vocation culturelle, vocation à laquelle se prêtent l'admirable chapelle de Notre-Dame de Tronoën et son calvaire de granit sculpté, situés à 1 km des dunes sauvages. Une partie de la chapelle qui venait d'être restaurée pouvait accueillir l'exposition, ce qui l'ouvrait à un autre public, puisqu'en été, Tronoën est un point obligé du circuit touristique des chapelles bigoudènes qui conduit le visiteur depuis Notre-Dame de Penhors de Plozevet jusqu'à la chapelle de la Joie à Penmarc'h.

33La catégorie des habitants de Saint-Jean-Trolimon et du pays bigouden est clairement définie, contrairement à celle des « étrangers ». Ce terme flou recouvre aussi bien les touristes de nationalité non française que les français dont l'origine n'est ni bretonne, ni même bigoudène. Parmi ceux-ci, nombre d'entre eux habitent en ville, qui viennent passer leurs vacances dans une maison familiale.

34De ce fait la « consommation » de l'exposition était très différente, et couvrait toute la gamme depuis la visite rapide et superficielle jusqu'aux longues stations devant chaque panneau pour en détailler les documents.

35Les photographies des vestiges archéologiques attirèrent particulièrement l'attention, mais les documents présentant les photos de noces et la « classe » des années 1950 enthousiasmèrent particulièrement le public des habitants de la région. Chacun y reconnaissait un parent, un ami, un voisin. Les surnoms, les histoires remontaient à la mémoire. Jour après jour, les vieilles personnes revinrent accompagnées d'un « touriste », en fait leur petite-fille ou leur neveu pour lui désigner tel parent. L'attitude des visiteurs du pays confirmait la démonstration d'une des propositions de la thèse, à savoir l'intrication des réseaux familiaux au niveau du canton et l'importance des usages sociaux de la parenté, ici dans ses aspects les plus symboliques. Elle donnait aussi à voir l'ambiguïté des sentiments à l'égard de la parenté : la résistance à exposer son individualité et son intimité n'est pas contradictoire avec le fait de partager une mémoire familiale qu'on aime activer publiquement. De la même façon, les photographies du bourg inondé furent l'objet de commentaires infinis, car elles ressuscitaient toute une mémoire collective.

36Bien que l'exposition soit maintenant démontée, et attende une hypothétique réutilisation dans un autre cadre, le contact avec le public continue : il n'est pas de mois qu'on ne demande la généalogie de telle ou telle lignée qui vivait à Saint-Jean ; un grand nombre de personnes a cherché à se procurer les documents photographiques, souhaitant en acquérir des doubles. Le « retour » sur le terrain s'étire dans le temps et nourrit circulairement une recherche dont on ne sait jamais si elle est achevée.

Haut de page

Notes

1Quinze générations de bas Bretons. Mariage et société dans le Pays bigouden sud, 1720-1980, Paris, P.U.F., 1985.
2« Amour et mariage. Aspects de la vie populaire en Europe », exposition du musée des A.T.P. à Liège et à Anvers, 1975, organisée par Martine Segalen, Josselyne Chamarat et Pierre Catel. « Le Mariage en Bretagne », exposition organisée par Buhez, itinérante dans les musées d'ethnographie de Bretagne, 1980-1984.
3« Mari et femme dans la France rurale traditionnelle », exposition du musée des A.T.P., par Martine Segalen et Pierre Catel, 1973.
4Citons parmi d'autres, les travaux de Georges Augustins, Alain Collomp, Michèle Dion, Pierre Lamaison, Claude Macherel, Françoise Zonabend, etc.
5Martine Segalen, « Le nom caché. La dénomination dans le Pays bigouden sud », L'Homme, 1980, oct.-déc. XX (4), pp. 63-76.
6Exposition organisée avec le concours de l'Association du troisième âge de Saint-Jean-Trolimon, de la municipalité de Pont-l'Abbé, du musée national des Arts et Traditions populaires, avec une subvention de la direction du Patrimoine du ministère de la Culture.
7André Pelle a établi les formats des agrandissements photographiques.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ségalen M., 1985, « Le partage du savoir sur la parenté. A propos d’une exposition à la chapelle de Notre-Dame de Tronoën », Terrain, n° 4, pp. 101-105.

Référence électronique

Martine Segalen, « Le partage du savoir sur la parenté. A propos d'une exposition à la chapelle de Notre-Dame de Tronoën », Terrain [En ligne], 4 | mars 1985, mis en ligne le 23 juillet 2007, consulté le 18 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2876 ; DOI : 10.4000/terrain.2876

Haut de page

Auteur

Martine Segalen

Centre d'ethnologie française CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals