Navigation – Plan du site
Nouvelles de...

Le musée. Cette obsession...

Jacques Hainard
p. 106-108

Entrées d’index

Thème :

muséographie

Lieu d'étude :

Suisse
Haut de page

Texte intégral

1Parler de ma conception et de ma pratique muséographique nécessite de centrer mon propos sur deux plans : l'un qui rappellera brièvement ce qu'est le musée d'Ethnographie de Neuchâtel, sa structure, ses activités et ses recherches ; l'autre qui suggérera une lecture ethnologique au second degré de ce que représente le musée et ce qu'implique l'activité de conservation.

2Issu d'un cabinet de curiosités, celui du général Charles-Daniel de Meuron, légué en 1795 à la commune bourgeoise de Neuchâtel, le musée d'Ethnographie comme tel n'existe que depuis le 14 juillet 1904, date à laquelle il fut installé dans une villa donnée par un riche négociant, James de Pury, au 4 de la rue Saint-Nicolas. Depuis lors, plus de 30 000 pièces s'y sont accumulées, l'accent étant avant tout mis sur l'Afrique, l'Afrique de l'Ouest, l'Afrique sahélienne, l'Afrique du Sud. D'autres séries plus modestes, des collections esquimaudes, des collections sud-américaines, du Moyen-Orient, de l'Asie et notamment un important ensemble sur le Bhoutan permettent au musée de puiser dans ses réserves pour présenter d'autres cultures et certains sujets thématiques.

3Le musée d'Ethnographie de Neuchâtel ne collectionne pas d'objets de notre société ou d'une manière générale de la société occidentale : il conserve le patrimoine des autres. Sa politique est, comme pour tout autre musée, de conserver, de publier ses collections et ses recherches dans des ouvrages systématiques1. Sur le plan muséographique, notre musée fonctionne encore à partir de deux types d'espace réservés aux expositions : l'exposition permanente, qui présente quelques spécimens des collections, et l'exposition temporaire qui annuellement traite d'un sujet thématique. Jusqu'ici, nous avons réalisé quatre expositions : en 1981, Naître, vivre et mourir, actualité de Van Gennep, qui était un hommage au grand ethnographe français ; en 1982, Collections passion ; en 1983, Le corps enjeu et actuellement : Objets prétextes, objets manipulés, exposition qui durera jusqu'à la fin de l'année.

4L'activité même de notre musée, de par sa spécificité, ses collections, ne permet pas au conservateur d'avoir une idée de musée fini, comme c'est le cas pour nombre de musées d'histoire, de musées régionaux, qui ont pour mission de restituer, de relater le vécu et l'histoire régionale ou locale. Trop de conservateurs ont pour objectif de mettre fin une fois pour toutes à leur musée pour ensuite se consacrer à d'autres tâches. Cette notion même de point final que l'on veut mettre à une exposition, à raconter l'histoire d'une région, à la présentation d'une société constitue pour moi un risque important car le musée, tôt ou tard, se transforme en nécropole et le public se lasse très vite du musée permanent si ce dernier ne possède pas des pièces de prestige.

5Si c'est le cas, on ne peut plus parler d'exposition au sens véritable du terme car exposer, pour reprendre Michel Thévoz (1984 : 167), « c'est prendre et calculer le risque de déconcerter — au sens étymologique encore une fois : troubler l'harmonie, l'évidence et le consensus constitutifs du lieu commun ». Cette impossibilité d'accéder au concept de musée fini nous pousse à développer l'aspect temporaire de nos expositions et à œuvrer dans le sens d'une saisie de l'actualité politique, économique et culturelle. Gérer un musée idéal — ce qui sera peut-être le cas pour nous dans deux ans puisque nous sommes en train de construire un nouveau bâtiment — consisterait à présenter des expositions permanentes de courte durée, un an ou deux au maximum, des expositions temporaires annuelles, d'une durée d'environ six ou sept mois et de disposer d'un troisième espace dévolu à l'actualité, c'est-à-dire de suivre d'une part, la vie du musée en exposant les dons, les legs, les collections et les objets recueillis sur le terrain et de saisir d'autre part l'actualité : la famine en Éthiopie, la guerre au Tchad, la mort d'Indira Gandhi pourraient constituer quelques-unes de ces interventions. La situation des ces États, les problèmes politiques, religieux, culturels qui s'y posent seraient rappelés par un minimum d'informations, et l'exposition de quelques objets soulignerait la spécificité des cultures en question. Un tel projet devrait susciter l'intérêt constant du public qui verrait le musée se transformer en un espace critique dans lequel la consommation n'est plus passive, mais où il est nécessaire de s'interroger, voire de se mettre en question.

6Ce troisième espace, consacré à l'ethnologie « coup de poing », devrait voir le jour à Neuchâtel dès 1986. Il convient de rappeler ici que le musée d'Ethnographie abrite l'Institut d'ethnologie de l'Université, les deux institutions disposant d'une bibliothèque et d'un auditoire communs et collaborant de manière permanente. Cette activité en trois temps : exposition permanente, exposition temporaire, exposition « coup de poing », devrait encore être renforcée par notre collaboration avec l'Institut d'ethnologie et le Centre de recherches ethnologiques. Il est à souhaiter pour tout musée une telle liaison car elle constitue le modèle idéal de fonctionnement d'un musée qui peut compter constamment sur l'appui scientifique des enseignants et des chercheurs en ethnologie et sur l'enthousiasme, les critiques et les idées neuves des étudiants.

7Notre conception de la muséographie nous entraîne vers une lecture au second degré du musée et de l'activité de conservation. Par nos expositions, nous avons pu commencer à réfléchir sur le sens même du musée. Pourquoi conserver et accumuler des objets dans un bâtiment ?

8Quelle est cette frénésie qui secoue notre société ? Pour reprendre Marc Guillaume (1980), dans son important ouvrage intitulé La Politique du patrimoine, tout devient patrimoine : l'architecture, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le territoire et même le code génétique. Ces effets de conservation, ces éléments conservés ne deviennent-ils pas les alibis de l'oubli ? Il faut à tout prix transmettre un patrimoine à nos héritiers et face à la destruction de la vie sociale, aux difficultés économiques, l'idée de conserver au moins une partie d'objets matériels semble fonctionner comme alibi de notre bonne conscience. Le passé devient une valeur refuge très importante et les débris anciens rendent le paysage industriel et les logements plus ou moins habitables. Il y a aussi une volonté de hiérarchie qui s'organise non seulement à travers le musée mais à travers les machines à mémoire, comme Guillaume les appelle, les archives, les monuments, les quartiers sauvegardés, le faux vieux. Nous constatons de plus en plus que l'État, le pouvoir en général sont tentés de s'assurer le monopole de la mémoire par la création de nouveaux musées, de nouveaux lieux de la conservation qui devient l'habitus général d'une société par rapport à la relation qu'elle vit avec son temps. Nos recherches nous ont conduit à une réflexion sur le statut de l'objet de musée. Cela a pu être en partie évoqué dans l'exposition intitulée « Objets prétextes, objets manipulés » (2 juin-30 décembre 1984) prolongée par une publication portant le même titre.

9La spécificité de nos expositions a été jusqu'ici marquée par la confrontation dans un même lieu de réflexion — une vitrine, une section de l'exposition — d'objets d'ethnographie dits classiques avec des objets de la vie quotidienne de notre société. De cette confrontation, de cette mise en relation surgit auprès du visiteur l'interrogation. En effet, qu'est-ce qu'un objet de musée ? Quel est son statut ? Personne ne peut répondre car finalement tout dépend d'un décret. C'est le décret de celui qui a le pouvoir. Et s'interroger sur ce type de problème consiste finalement à raconter une histoire de pouvoir. En effet, c'est le conservateur qui décide que tel ou tel objet entre ou n'entre pas au musée. L'expert détermine la valeur marchande d'un objet ; le critique ou le conservateur décrète que l'objet est beau ou laid. Bref, tout repose sur la décision d'un soi-disant spécialiste2. Les questions surgissent : qui collectionne les objets de la quotidienneté ? qui, dans les musées régionaux, les musées d'histoire, dans les musées chargés de conserver le patrimoine, collectionne les objets de l'actualité : le plastique, les boîtes de conserve, les outils d'aujourd'hui, tant ceux de l'artisan que ceux du paysan ? Peu de musées à vrai dire, car ces objets ne sont pas assez vieux, ne sont pas assez beaux, bref sont frappés d'un statut qui ne convient pas encore à celui de musée. Nous allons attendre et, le temps passant, le regard que nous portons aux objets se modifiera et alors, en desperado, nous allons nous jeter sur ce type d'objets que nous achèterons à prix fort alors que nous eussions pu simplement les acquérir aujourd'hui. Cette idéologie, cette attitude face au temps et au passé, cette volonté trop souvent constatée de consommer passivement les œuvres en se contentant de dire : « Oh ! comme c'est beau », ce temps-là est révolu au musée d'Ethnographie de Neuchâtel ; le beau y existera toujours mais il ne pourra plus être consommé comme tel sans préalablement passer par une réflexion critique.

10Les musées pullulent, certes, ils sont le signe d'une société en déclin, qui s'accroche à son passé car elle ne sait plus opérer de choix. Alors muséographions tout, telle est la réponse face à l'angoisse de l'avenir. Nous rétorquons : les musées sont plus que jamais nécessaires, mais transformons-les en lieux de réflexion critique, réfléchissons sur ce que nous faisons et tirons un trait sur ces nécropoles de l'ennui. C'est à ce prix que les musées et la muséographie sont promis à un bel avenir et je souhaite très vivement qu'ils deviennent en cette fin de siècle les hauts lieux de la réflexion et un support indispensable pour les jeunes générations afin de leur permettre de mieux se situer face à l'avenir en cessant à tout jamais de larmoyer sur le passé.

11Pour illustrer les tendances de la muséographie nouvelle que nous tentons de réaliser, nous avons retenu six exemples de section choisie dans notre exposition actuelle « Objets prétextes, objets manipulés », accompagnés d'un court texte proposé au visiteur pour stimuler sa réflexion :

  1. Objets pré-textes
    2. Le corps étalon
    3. Ça sert à quoi ?
    4. Le kitsch : un regard, une attitude
    5. La vitrinification
    6. Pouvoir, décret, transgression

Haut de page

Notes

1Le premier volume d'une série intitulée : Collections du musée d'Ethnographie de Neuchâtel est paru en 1982, de Montmollin Marceline. Collection du Bhoutan. Neuchâtel, 1982, musée d'Ethnographie, 167, p.
2On se référera avec intérêt à la récente affaire des Modigliani retrouvés à Livourne !
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hainard J., 1985, « Le musée, cette obsession… », Terrain, n° 4, pp. 106-110.

Référence électronique

Jacques Hainard, « Le musée. Cette obsession... », Terrain [En ligne], 4 | mars 1985, mis en ligne le 23 juillet 2007, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2877 ; DOI : 10.4000/terrain.2877

Haut de page

Auteur

Jacques Hainard

Conservateur du musée d'Ethnographie de Neuchâtel (Suisse)

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals