Navigation – Plan du site
Identité culturelle et appartenance régionale

Le donjon, le grenier et le jardin

La recomposition de l'identité culturelle et sociale du Valois
Michel Bozon et Anne-Marie Thiesse
p. 6-15

Entrées d’index

Thème :

identité

Lieu d'étude :

Picardie
Haut de page

Texte intégral

1Premier plan : instrument agricole, moderne, sur terre labourée. Arrière-plan : pavillons neufs aux couleurs pastel, infiniment semblables dans leurs infimes différences. L'amateur de contrastes, en soignant l'angle de prise de vue et le choix de l'objectif, pourrait peut-être inscrire dans le cliché la flèche d'un vieux clocher.

2Aujourd'hui, alors que la dépopulation du « rural profond » se poursuit et que les villes importantes voient baisser le nombre de leurs habitants, seules les régions rurales proches des grandes villes (dites « zones rurales périphériques ») connaissent un accroissement démographique1. Dans le Valois, comme dans d'autres régions rurales périphériques, deux populations sont confrontées, l'une autochtone, l'autre d'origine extérieure. La population nouvelle reste fondamentalement liée par son emploi à la grande agglomération proche (Paris, dans le cas du Valois). Tout semble séparer les deux groupes : l'opposition anciens/nouveaux structure d'ailleurs le discours des uns sur les autres, et réciproquement. L'observateur extérieur est lui aussi tenté d'assimiler irruption brutale des « nouveaux ruraux » et dissolution de l'identité culturelle traditionnelle de la région où ils s'installent. Ce diagnostic appelle deux réserves majeures. Avant de pouvoir décrire la transformation d'un ensemble social et culturel sous l'effet de facteurs externes, il est indispensable de mettre au jour les forces internes qui le travaillent, qui le font évoluer et éventuellement résister : en tout état de cause, il faut éviter d'exagérer l'unité du champ de départ. La culture locale « avant » est déjà un espace différencié et concurrentiel. Les transformations de l'identité locale peuvent alors être décrites non plus comme disparition ou résistance des éléments traditionnels mais comme recomposition plus interactive des signes, des symboles et des pratiques identitaires, où se mêlent les stratégies sociales des anciens et les stratégies résidentielles des nouveaux. Cette recomposition d'un ensemble social et culturel révèle des oppositions fondamentales internes à chacun des deux groupes.

Le grenier de Paris

3Le Valois correspond approximativement au sud-est du département de l'Oise et se trouve situé à quelques dizaines de kilomètres de la capitale. Il ne compte que deux agglomérations urbaines, de médiocre importance : Senlis (14 000 habitants) et Crépy-en-Valois (12 000 habitants). Le plateau du Valois est une riche terre agricole où dominent depuis longtemps les grandes exploitations. Constituées à partir des domaines ecclésiastiques ou nobiliaires, les fermes du Valois s'étendent, au xxe siècle, sur plusieurs centaines d'hectares. Le cultivateur, locataire de tout ou partie des terres, est un véritable chef d'entreprise, gestionnaire d'une ferme cultivée par des ouvriers agricoles. Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, la main-d'œuvre agricole est importante, composée d'ouvriers permanents et de saisonniers. Le personnel d'origine extra-locale est nombreux : les perspectives de promotion sociale des ouvriers agricoles étant très limitées, beaucoup d'autochtones choisissent l'émigration ou cherchent (après la Première Guerre mondiale), un emploi dans les chemins de fer ou les travaux publics. Ils sont remplacés par des Français originaires de régions rurales pauvres (Bretagne, notamment), et par des étrangers (Belges puis Polonais). Le recensement de 1946 indique que dans les trois cantons agricoles du Valois (Betz, Nanteuil, Crépy), le taux d'étrangers est de 10 à 22,5 %. Les patronymes flamands ou polonais sont fréquents dans le Valois actuel mais ces migrants, malgré leur nombre, n'ont pas formé de communautés conservatrices de leur identité culturelle nationale. Leurs descendants ont aujourd'hui la nationalité française et ont souvent contracté des alliances familiales avec les Français de plus longue date. Il est remarquable que ces Belges ou Polonais de souche se considèrent comme des anciens du pays et soient perçus comme tels par les nouveaux habitants des lotissements.

4La population agricole du Valois se caractérise donc par une autochtonie relative et par un net clivage social. Les cultivateurs contrôlent toute la vie locale : maîtres de l'emploi (les artisans ruraux — forgerons, maréchaux-ferrants — sont plus ou moins des salariés de la ferme), ils sont également souvent propriétaires des maisons où logent les ouvriers, et maires des villages, les affaires de la commune ne se distinguant guère de celles de la ferme. Le mandat électif se transmet dans la famille comme le bail pour les terres. Cette société rurale dominée par des patrons tout-puissants garde jusqu'à l'époque contemporaine des traits qui semblent féodaux. Mais le maintien de rapports sociaux archaïques va de pair, chez les grands agriculteurs, avec l'ouverture à la modernité technologique.

5Après la Seconde Guerre mondiale, la spécialisation, ancienne, dans les cultures à haut rendement (blé, betterave sucrière) s'est accentuée. La mécanisation, favorisée par la taille des exploitations, est devenue intensive. Le cheptel (animaux de trait et d'élevage) a disparu, pommes de terre et mais ont succédé aux plantes fourragères. Une ferme qui employait quarante hommes et une troupe de saisonniers ne compte aujourd'hui que quatre conducteurs de machines. Campagne riche, intensément cultivée, mais campagne sans animaux et presque sans hommes où évoluent d'énormes engins de la plus haute sophistication technique : là n'est pas le moindre paradoxe du plateau agricole actuellement.

6La création d'emplois dans des entreprises du secteur public (usine s.e.i.t.a. de Saintines, s.n.c.f., Ponts et Chaussées) et, surtout, l'expansion de l'entreprise Poclain ont permis le maintien dans la région d'une partie de la main-d'œuvre qui ne trouvait plus de travail dans les fermes. Fondée peu avant la Seconde Guerre mondiale par un grand cultivateur du Valois qui recruta son premier personnel parmi ses ouvriers agricoles, l'entreprise Poclain connut un fulgurant essor dans les années 1950 et 1960 où elle s'imposa sur le marché international de la pelle hydraulique.

7La gestion sociale de l'entreprise resta longtemps calquée sur celle de la grande ferme, le passage des champs à l'usine étant d'autant plus aisé pour les ouvriers agricoles qu'ils trouvaient à la fois une organisation familière et une amélioration objective de leur condition (salaires plus élevés, horaires moins longs et plus réguliers que dans les champs, accession à la propriété d'une maison individuelle favorisée par des prêts sans intérêt accordés par Poclain). Cette promotion sociale et professionnelle sans perte des références traditionnelles s'est traduite, pour les anciens ouvriers de culture et pour leurs enfants embauchés chez Poclain, par une totale identification à l'entreprise et à un véritable culte pour son fondateur... qui prennent maintenant une forme mythique. La crise économique, particulièrement sensible dans le bâtiment et par conséquent chez Poclain, frappe brutalement une main-d'œuvre qui n'a qu'une « qualification maison », jugée insuffisante dans le cadre des mutations technologiques, et peu reconvertible. La perte de l'identité professionnelle, qui préfigure un déclassement social, se double d'un effacement des références locales de l'entreprise. Depuis 1982, le p.-d.g. de Poclain est le représentant du groupe américain qui a pris le contrôle de l'entreprise, la famille du fondateur n'ayant plus aucun pouvoir décisionnel.

8Avec la généralisation de la mécanisation dans l'agriculture, la vie des villages s'est fortement ralentie. Abandonnés par la population jeune qui allait s'établir près des centres d'activité (zone du Plessis-Belleville où est implantée la première usine Poclain, banlieue de Crépy), ils se composaient de plus en plus de retraités. Les commerces locaux fermaient, l'approvisionnement étant assuré par les camionnettes des bouchers et boulangers itinérants. C'est au cours des années 1970 que se dessine la nouvelle vocation du Valois comme espace résidentiel. En 1972-1973 est élaboré un Plan d'aménagement rural du Valois-Sud qui caractérise la région « par son isolement et sa prospérité agricole, mais aussi par sa proximité de la région parisienne, dans l'aire d'influence de laquelle elle risque d'être entraînée par la mise en service de Roissy-en-France ». L'ouverture en 1973 de l'aéroport de Roissy, siège de plusieurs dizaines de milliers d'emplois, coïncide en effet avec un mouvement général, plus ou moins planifié, de création de nouvelles zones résidentielles en Ile-de-France qui doivent « désencombrer » l'agglomération parisienne.

9A partir de 1975 poussent à la périphérie des villages du Valois des lotissements peuplés majoritairement de jeunes couples, salariés dans des entreprises du secteur secondaire ou tertiaire : traits communs qui suffisent à établir l'identité collective des « nouveaux » aux yeux des anciens travailleurs ruraux. Ce sont, pour eux, « des Parisiens qu'on ne voit jamais parce qu'ils vont tous les jours travailler à Paris ». La formule, qui fait des nouveaux une population toujours en transit et leur dénie toute présence locale, est peut-être l'ultime défense de ruraux, que marginalisent doublement la disparition des emplois agricoles et le bouleversement de l'interconnaissance villageoise, dû à l'arrivée massive de gens qu'ils ne peuvent situer ni par leurs attaches familiales ni par leur activité professionnelle. Il s'en faut de beaucoup, pourtant, que les nouveaux soient des Parisiens qui regagnent chaque matin leur lieu d'origine. Bien plus, c'est leur absence d'insertion dans la capitale qui est l'élément déterminant de leur installation en Valois.

L'irruption des nouveaux

10La plupart des nouveaux sont des provinciaux, originaires du Nord, de l'Est ou de l'Ouest de la France, plus rarement du Sud. Quelques-uns sont venus dans le Valois parce que leur emploi y était situé (c'est le cas pour des cadres d'entreprises locales). Mais les plus nombreux ne travaillent pas dans le Valois même. Ceux-là ont généralement vécu quelque temps dans l'agglomération parisienne, non à Paris, mais en banlieue : liée à leur carrière professionnelle, cette expérience a été mal vécue. Ces provinciaux qui ont habité dans la banlieue nord ou est, faute de pouvoir payer les loyers élevés de la capitale, avaient presque toujours connu mieux dans leur jeunesse que les grands immeubles bruyants où ils se sont retrouvés : ce déclassement résidentiel est perçu comme un déclassement social. Lorsqu'ils prennent la décision de constituer un patrimoine par l'accession à la propriété, l'impossibilité d'acheter une maison dans une banlieue agréable, le refus du possible (un appartement exigu dans une cité surpeuplée) suscitent chez eux le désir de la « campagne » : campagne indéterminée qui n'est que l'antithèse de la ville « invivable » qu'ils connaissent. Ils tracent alors des arcs de cercle concentriques autour du lieu de leur emploi et arrêtent leur recherche lorsqu'ils ont trouvé l'endroit où ils peuvent acquérir une maison à leur convenance et dans leurs prix.

11« J'ai été embauché à l'aéroport de Paris, Roissy, et il m'a fallu trouver un logement. Et là le service de logement de l'aéroport m'a trouvé un appartement à Sevran. C'était un F3 en h.l.m. L'appartement par lui-même était très bien, mais c'est la vie en appartement qui à la longue ne nous convenait plus tellement. Au bout de cinq ans, nous avions un peu d'argent de côté et nous avons cherché à acheter. Nous sommes arrivés ici, mais au départ, c'est le prix de vente des pavillons qui a motivé principalement notre arrivée ici. Ce que j'avais dans la tête, c'était une maison qui ne soit pas trop chère et aussi dans un cadre qui soit relativement verdoyant. J'ai fait, disons, aussi la Seine-et-Marne mais déjà il y a cinq ans les prix étaient trop chers, le nord-est du Val-d'Oise, les alentours de Senlis et de Crépy. Disons que un critère aussi, très important, primordial même, c'était l'éloignement du lieu de travail. Ici, ce n'est pas tellement loin du travail, trente kilomètres à peu près. Et j'aimais bien le calme ici, c'était clair, c'était propre, il y a de la verdure partout. Vous pouvez tourner la tête, vous voyez les champs. Le changement vis-à-vis de Sevran était fondamental. Parce que Sevran, c'est quand même une concentration de personnes sur une très petite surface, des milieux de vie différents. Vous laissez votre voiture sur le parking, le lendemain vous la trouvez soit griffée, soit un pneu dégonflé. La vie en h.l.m. où la sonorisation n'est pas des plus sensationnelles... arrive un moment où vous en avez ras-le-bol ! Ici, c'est tout le contraire ! »

12(Ouvrier qualifié, originaire de Denain, où il a été élevé par ses grands-parents qui possédaient une maison avec un jardin, « c'était la campagne »).

13Les nouveaux ruraux du Valois sont rarement d'origine rurale : le modèle auquel ils se réfèrent implicitement, c'est la ville de province ou sa banlieue, les maisons individuelles entourées de jardins, le calme et la verdure.

« En 1972, il n'y avait pas beaucoup de travail en province. J'ai écrit un peu partout et j'ai eu une réponse de Citroën et je suis venu à Aulnay-sous-Bois. C'est pas qu'on se plaisait pas à Aulnay, mais enfin quand on a eu l'habitude d'être en pavillon jusqu'à vingt ans et qu'on se retrouve au quatorzième étage, ça n'a rien d'agréable. On voulait absolument avoir un pavillon. On a tardé parce que je pensais pouvoir retourner en province. Et puis comme ça ne pouvait pas se faire, on a décidé d'acheter. Bon, comme il y a des cars pour l'usine, quand on a choisi les terrains, je me suis orienté en fonction des cars. On a fait le tour des constructeurs. Il y en a un qui nous a dit : "A V., on fait un lotissement, vous choisissez le type de maison que vous voulez et on vous la construit dessus !" On est venu voir le terrain un dimanche, on a fait le tour du village et puis on est revenu une ou deux fois en mairie pour se renseigner. »
(Electricien à l'usine Citroën d'Aulnay, originaire du Mans).

14La connaissance du Valois chez les nouveaux habitants, avant leur installation, se limite au repérage d'un micro-environnement, celui des terrains à construire. Ils sont arrivés là « par hasard », c'est-à-dire par nécessité de concilier des contraintes professionnelles et des stratégies résidentielles, qui sont en même temps des stratégies sociales. Leur intégration suppose donc la transformation de ce choix du nécessaire en choix électif. Certains s'y refusent et considèrent d'emblée leur séjour comme transitoire, soit parce qu'ils peuvent espérer une mutation dans leur région d'origine, soit parce qu'ils savent que leur carrière professionnelle implique de fréquents déménagements. En revanche, ceux qui n'envisagent pas un changement de lieu de travail (sauf dans l'éventualité redoutée du licenciement) estiment être là pour longtemps puisqu'ils ont appris, par leur expérience préalable, que leurs possibilités de choix résidentiels sont très limitées. Cette perspective n'efface pas d'autres attaches locales, entretenues par des vacances dans la région d'origine, et n'empêche pas de rêver à un départ... après la retraite.

Le côté jardin

15On observe chez les nouveaux trois grandes façons de s'approprier leur pays d'adoption, étroitement liées à leur appartenance sociale ainsi qu'à leur trajectoire sociale et résidentielle probable. Prudence et circonspection chez ceux qui se savent durablement installés, volontarisme impatient chez ceux qui ignorent la durée de leur séjour, distance et détachement chez ceux qui se savent ou se veulent en simple transit.

16La première de ces stratégies est fondée sur la durée et la constance et correspond souvent à la pratique des nouveaux habitants de milieu populaire, ouvriers ou employés. Leur objectif essentiel est d'aménager leur milieu de vie : le lopin de terre autour de la maison est méthodiquement travaillé et utilisé en partie de manière productive, avec parfois des tentatives pour organiser l'élevage de petits animaux (malgré les cahiers des charges des lotissements qui l'interdisent formellement). Le jardin est une occasion fréquente d'échange verbal et matériel entre nouveaux habitants, éventuellement entre anciens et nouveaux.

« J'ai 880 mètres carrés de terrain. Je fais un jardin, pas bien grand, deux ou trois cents mètres. Pour le moment, j'ai mis des petits pois, des radis, de la carotte, et puis je fais surtout des haricots verts et des tomates, des courgettes, pour avoir ce qu'il me faut pour mon hiver. On fait des conserves, on congèle. J'ai appris d'abord parce que je faisais du jardin chez ma belle-mère. Dans le village, j'arrive un peu à tomber sur des gens qui font du jardin. Alors je demande quelques conseils. »
(Ouvrier qualifié, installé depuis trois ans en lotissement).

17Ces nouveaux valorisent à l'extrême les bonnes relations de voisinage. S'intégrer, pour eux, consiste avant tout à s'adapter au village et aux « gens du coin », à savoir utiliser les ressources locales, à être prêt à se dévouer pour participer à la vie de la commune. Néanmoins, ils préfèrent être sollicités plutôt que de prendre des initiatives. Les pratiques et les sentiments d'appartenance des nouveaux venus de milieu populaire sont de type localiste : ils se réfèrent spontanément à leur nouveau village, rarement à la région. Le plaisir d'être et de rester chez soi, en occupant son terrain, l'emporte sur le désir de découvrir le Valois dans son ensemble. Ce mode d'appropriation des lieux entretient une parenté certaine avec le style de vie des ouvriers agricoles et celui des ouvriers ruraux travaillant chez Poclain ou à la s.n.c.f. Dans les lotissements les plus populaires, il s'établit une sorte de synthèse entre la banlieue pavillonnaire et le village d'ouvriers agricoles à l'ancienne.

18La seconde stratégie est fondée au contraire sur un certain activisme social. Elle est le fait de gens qui cherchent à se constituer le plus vite possible un univers de vie dont les composantes principales sont un réseau amical, un domicile calme avec jardin paysager et un environnement local « d'un certain niveau ». Le « niveau » de l'environnement est défini par ses équipements et ses ressources en matière éducative, sociale, culturelle ou sportive. Les nouveaux installés « activistes » aspirent à retrouver au plus près de chez eux les commodités dont ils jouissaient auparavant et ils sont prêts à agir pour la création d'équipements « manquants ». Ces habitants un peu volontaristes, pleins d'idées et de revendications, désireux de « faire bouger les choses », représentent dans la conscience des « anciens » l'archétype du nouveau tout feu tout flamme, ignorant des conditions de vie en milieu rural. Les autochtones les redoutent, mais pour des raisons assez différentes. Les ouvriers agricoles et les ouvriers ruraux mesurent surtout les risques de dévalorisation et de marginalisation de leur mode de vie traditionnel. Nous avons ainsi rencontré un ouvrier agricole qui, au moment de sa retraite, avait monté une petite épicerie et un élevage de lapins dans le village où il avait travaillé toute sa vie. Quand son ancien patron mit en vente des terres pour la construction, maison et élevage de lapins se retrouvèrent cernés par des lotissements. Il fut alors contraint de fermer son élevage « pour raisons d'hygiène ». Ne le supportant pas, il préféra déménager vers une partie plus rurale et moins lotie du Valois. Les cultivateurs, quant à eux, redoutent surtout la remise en cause, par une population exigeante et impétueuse, du contrôle qu'ils exercent sur la vie locale et municipale.

« Il y a une certaine réticence des agriculteurs aux nouvelles constructions. Faire des maisons, c'est amener de la nouvelle population qui va être peut-être plus exigeante que l'ancienne. L'ancienne qui travaille dans les fermes est très docile. Et puis cette nouvelle population a connu autre chose en ville, donc elle réclame parfois avec excès. De ce point de vue là, je défends un peu les agriculteurs, parce qu'il y a des nouveaux habitants qui s'attendent à trouver dans nos villages les mêmes services qu'à la ville. L'exemple typique : ici, on est un village de trois cents habitants, ma femme reçoit un coup de téléphone à la mairie : "Allô, la mairie, passez-moi le service de dératisation." Ma femme perd pas son sang-froid, elle dit : "Quittez pas, je vous passe le poste 417", et elle me passe le téléphone. »
(Instituteur, secrétaire de mairie, en poste depuis vingt ans dans le Valois).

19L'attitude activiste est fréquente chez les nouveaux installés appartenant aux classes moyennes et à une frange des classes supérieures (la moins dotée en capital culturel), au moins dans les débuts de leur séjour. Ce phénomène est à rattacher aux problèmes d'identification sociale auxquels ils sont confrontés à leur arrivée dans le Valois : en raison de la structure très dichotomique des rapports entre classes (ouvriers d'une part, patrons cultivateurs d'autre part, absence de couche intermédiaire), il n'existe pas parmi les habitants autochtones de groupe social porteur d'un style de vie proche de celui des classes moyennes nouvelles. Les membres de ces classes sont donc les plus portés à considérer leur pays d'adoption comme une terre nue et sans Histoire, propice à l'expérimentation sociale pour ceux qui veulent inventer une « nouvelle ruralité »2.

20Le troisième type d'attitude, caractérisé par la distance « cultivée » et par le détachement à l'égard du pays se retrouve fréquemment à la fois chez les nouveaux venus les plus dotés en capital culturel et chez ceux qui se savent en transit (en fait, ce sont souvent les mêmes). Tout se passe comme si la détention d'un fort capital culturel induisait une prise de distance à l'égard de toute inscription personnelle dans l'espace et comme s'il n'y avait alors de référence et d'attachement légitimes qu'aux lieux de la culture présente (institutions) ou passée (patrimoine). Une situation particulière est celle des cadres supérieurs de grandes entreprises, contraints à la mobilité résidentielle, et donc à un certain détachement à l'égard de tout environnement local. La posture du détachement cultivé définit également assez bien l'attitude de ceux qui ont une résidence secondaire dans le Valois : pour ces personnes, généralement originaires de milieux sociaux élevés, le Valois représente surtout le côté jardin de la vie à Paris. L'attitude distanciée n'aboutit pas à l'indifférence à l'égard du pays d'adoption. Mais on s'intéresse moins à son village qu'à la région dans laquelle il s'inscrit. Celle-ci devient une réserve patrimoniale et culturelle, un paysage que l'on explore comme on en a exploré d'autres. Dans cette stratégie d'appropriation des lieux, l'ancienneté historique de la région n'est pas ignorée des intéressés, bien au contraire. Ils célèbrent dans le Valois une terre de tradition et de vieilles pierres et sont plus favorables à la restauration des demeures anciennes qu'à la construction de maisons neuves. Ils s'intéressent à l'archéologie, mais aussi à la culture populaire passée, jusqu'ici très dépréciée. Dans le paysage, ils admirent les vallonnements et les forêts périphériques ; s'ils mentionnent la plaine agricole, c'est pour déplorer qu'elle n'ait rien de bucolique. Enfin, ils comparent volontiers le Valois avec d'autres régions qu'ils ont visitées, en ce qui concerne les paysages et le patrimoine.

21Les nouveaux habitants appartenant aux classes supérieures pourraient se sentir attirés par le style de vie des classes supérieures traditionnelles (ici, les grands cultivateurs) et s'y référer. Il n'en est rien et il ne s'opère pas de synthèse entre le style de vie des uns et celui des autres, contrairement à ce que nous avions observé dans les classes populaires : les trajectoires sociales et résidentielles des classes supérieures nouvelles et des classes supérieures autochtones divergent trop pour qu'une fusion ou simplement une communauté de références puisse s'établir.

22Les proximités, les distances, voire les conflits entre groupes sociaux locaux sont mis en scène à travers les divergences ou les convergences dans les styles de vie, les pratiques et les occasions de sociabilité, les systèmes de références culturelles. Certains supports identitaires cristallisent l'expression des différences, d'autres permettent de traduire des rapprochements, d'autres enfin réussissent à unir et à exclure tout à la fois.

Les supports de l'identité et de la différence

23Quelle que soit leur origine géographique, les habitants du Valois utilisent le schème d'opposition autochtonie/hétérochtonie pour parler d'eux-mêmes et des autres. Les dichotomies anciens/nouveaux, gens du pays/Parisiens qui découlent de ce schème semblent bien être un des langages les plus efficaces et les plus répandus pour traduire des différences entre groupes sociaux ou entre fractions de groupes sociaux, qu'ils soient lointains ou proches dans l'espace social. Le caractère dualiste de l'opposition et sa, géométrie variable (manipulable, pourrait-on dire) permettent à chacun de se classer stratégiquement avec les anciens ou avec les nouveaux, selon les situations et les interlocuteurs, et ainsi de cumuler alternativement les profits symboliques de l'enracinement et ceux de l'ouverture à l'extérieur : chacun est à la fois l'ancien de l'un et le nouveau de l'autre. La puissance de ce dualisme vient de ce qu'il peut unir (symboliser l'identité) et exclure (stigmatiser la différence) dans le même mouvement : il joue un rôle central dans la mise en place de tous les supports identitaires locaux.

24La référence à la « tradition » du Valois est un bon exemple de valeur faussement unanime : le groupe autochtone des grands cultivateurs s'y réfère volontiers, de même que les classes supérieures cultivées d'origine extérieure à la région. Les deux groupes n'en font pourtant pas du tout le même usage. Pour les classes supérieures nouvelles, la tradition est l'instrument d'un rapport esthétique et distancié à la région et conduit d'ailleurs à l'oubli de sa réalité économique actuelle : on s'intéresse avant tout aux ruines, aux restaurations, aux églises, aux formes d'artisanat et de petite industrie en voie de disparition. De leur côté, les grands cultivateurs recherchent surtout dans la tradition la justification de leur pouvoir social actuel et un moyen de le mettre en scène. Très fréquente dans ce milieu est la pratique de la généalogie, en particulier de la généalogie verticale, à la recherche (anxieuse) de l'ancêtre fondateur : les grands cultivateurs savent presque toujours dire qui a été le premier de la lignée à s'installer dans le Valois et à quelle époque. Si modernistes soient-ils par ailleurs, les cultivateurs du Valois s'intéressent à l'entretien des bâtiments parfois très anciens de leur ferme. Enfin, la chasse, en particulier sous sa forme la plus traditionnelle, la vénerie, fournit le moyen de mettre en scène de façon très puissante le pouvoir qu'ils exercent sur la terre en le rattachant à une pratique royale. Le Valois, grâce à ses forêts périphériques, reste un des fiefs de la chasse à courre et beaucoup de cultivateurs font partie d'équipages de vénerie. Senlis abrite d'ailleurs le seul musée de la Vénerie qui existe en France. Pratique incontestablement traditionnelle (même si sa codification ne remonte qu'au xixe siècle), la chasse à courre est néanmoins fortement désapprouvée par les classes supérieures cultivées et plus généralement par l'ensemble des nouveaux installés. On pourrait s'étonner de ces réactions, à la façon des chasseurs autochtones qui affectent de ne pas comprendre ces perpétuelles campagnes contre la forme de chasse « la plus écologique qui soit ». La raison en est sans doute que les nouveaux n'apprécient pas cette mise en scène trop claire d'un pouvoir quasi féodal sur une terre et sur ses habitants. Dans le conflit autour de la vénerie, par un effet de champ local, les autochtones de milieu populaire, ouvriers agricoles et ouvriers ruraux, se rangent généralement du côté des cultivateurs, contre les nouveaux dont le bucolisme irrite ; la chasse à courre acquiert par contrecoup le statut d'une véritable « tradition de la région ».

25Une tout autre dynamique s'est créée autour de l'archerie, pratique fort anciennement attestée dans le Valois, où elle a gardé un fonctionnement très traditionnel (il suffit de comparer les compagnies du Valois avec les associations d'archers dans d'autres régions). Le tir à l'arc concernait une population plutôt bourgeoise dans les villes (Senlis et Crépy), tandis qu'il était pratiqué plutôt par les ouvriers agricoles ou les artisans dans les villages. Avant l'afflux massif de nouveaux habitants, la pratique était en grand déclin ; beaucoup de compagnies avaient disparu. L'organisation interne des compagnies qui évoque à la fois le système seigneurial et les milices bourgeoises (il existe un roi, un connétable, un capitaine, des sergents), les règles de politesse très strictes et le système des amendes pour les contrevenants auraient pu légitimement apparaître comme désuets aux nouveaux. En fait, le tir à l'arc a été accepté, à la fois parce qu'il pouvait s'inscrire dans les nouvelles pratiques sportives écologiques des classes moyennes et supérieures et parce qu'il pouvait être référé de façon plus acceptable à une tradition « démocratique » du Valois (non plus les chasses royales mais les archers de la guerre de Cent Ans, Jeanne d'Arc, les milices bourgeoises). L'arrivée de nouveaux habitants a donc marqué le début d'une certaine renaissance du jeu d'arc en Valois.

26Les expositions sur le thème « Notre village, hier et aujourd'hui » constituent un autre type de mise en scène unanimiste de la tradition, qui est généralement dû à l'initiative des nouveaux installés de classe moyenne, plus rarement de classe supérieure. Ces manifestations, qui se multiplient, s'appuient sur la présentation de cartes postales et d'objets anciens collectés dans le village. Leur succès tient au fait qu'elles substituent le schème autrefois/maintenant à l'insoluble dichotomie autochtonie/hétérochtonie. Le problème actuel de la cohabitation entre deux populations n'est pas abordé ; l'évolution temporelle est présentée comme inévitable, ce qui naturalise et banalise le processus de transformation sociale du village. Ce type de manifestation a un double effet : il valorise objectivement le mode de vie rural traditionnel (avec une insistance particulière sur les artisans et commerçants disparus ; mais sans oublier les ouvriers agricoles ni bien sûr les cultivateurs) et il permet aussi aux nouveaux venus de se constituer des racines et des références au moindre coût, en s'appropriant un passé local récent qu'ils ignorent.

27La question du rattachement régional du Valois (est-ce qu'il appartient à l'Ile-de-France ou à la Picardie ?) divise les populations locales selon de tout autres principes. Les membres des classes supérieures, aussi bien les autochtones que les nouveaux, tiennent beaucoup au rattachement du Valois à l'Ile-de-France. Une petite minorité de gens, appartenant généralement aux classes populaires, considère plutôt qu'elle vit en Picardie. La majorité de la population ne sait pas vraiment où se situer. Parmi ceux qui se réfèrent à l'Ile-de-France, les grands cultivateurs se sentent humiliés chaque fois qu'on les confond avec des Picards ; dans ce milieu social, la Picardie a la réputation d'être une région trop « familière », presque trop roturière, où les distances entre groupes sociaux ne sont pas assez marquées. Appartenir à l'Ile-de-France, c'est se rattacher au contraire à la tradition du domaine royal. Les nouvelles classes supérieures n'ont pas cette réaction de rejet à l'égard de la Picardie. Leur attachement symbolique à l'Ile-de-France découle tout simplement des liens culturels et intellectuels qu'ils ont tissés avec Paris et la région parisienne : de tous les nouveaux habitants, ils sont les seuls à continuer à fréquenter très régulièrement la capitale pour leurs loisirs. A l'inverse, les quelques nouveaux installés de milieu populaire qui se réfèrent exclusivement au rattachement administratif actuel de la région à la Picardie sont ceux dont l'expérience résidentielle en banlieue a été la plus malheureuse et qui ne fréquentent jamais Paris pour leurs loisirs : il y a un désir profond chez eux de tourner le dos à la région parisienne. Le sentiment d'appartenance à une région semble donc, d'après ces quelques exemples, très lié à une appartenance et à une trajectoire sociales. Le désir de « faire quelque chose » pour leur nouvelle commune est partagé par une grande part des nouveaux habitants. Cette aspiration trouve une expression toute naturelle dans leur participation à un groupe local qui peut être selon les cas le Foyer rural, un club sportif (pas forcément comme pratiquant), une compagnie d'arc, le Comité des fêtes, un groupe de parents d'élèves... Chez certains, naît l'envie d'être associé à la gestion municipale. Mais dans tous les villages ruraux du Valois où les autochtones restent dominants, le mode traditionnel de recrutement des conseillers est très défavorable aux nouveaux installés, puisqu'il s'agit d'une cooptation par les membres sortants (seulement pour « compléter » un conseil devenu incomplet par suite d'un départ). Pour devenir conseiller, il faut donc attendre d'être sollicité. Dans ce système de représentation locale lié au pouvoir économique et social des grands cultivateurs (maires, ils font élire leurs ouvriers agricoles au conseil), il n'y a qu'une seule liste de présentée. Les membres des nouvelles classes moyennes et supérieures sont les moins portés à accepter ce fonctionnement traditionnel de la vie communale qui leur donne peu de chances de démontrer un jour leurs compétences et leur intérêt pour la chose publique. S'ils ne sont pas sollicités pour faire partie de la liste du maire, ils sont enclins à constituer des listes rivales et parfois à remettre en cause l'ensemble de la gestion municipale ancienne, gestion de « père de famille » qui essaie d'éviter au maximum les dépenses : ils ont, eux, des idées de dépense ! Les nouveaux installés de milieu populaire, moins ambitieux, sont flattés quand le conseil sortant fait appel à eux et ils semblent jouer dans les conseils municipaux le même rôle que les anciens ouvriers agricoles, c'est-à-dire un rôle technique plutôt qu'une fonction de décision. L'attitude à l'égard de l'institution municipale traduit bien les différences dans le mode d'intégration à la commune.

28Avant même l'afflux des « nouveaux ruraux », le Valois se présentait comme un pays rural à l'identité fragmentée. Sa structure sociale très dichotomique, qui venait seulement de commencer à se diversifier à la suite de l'expansion de la grande entreprise métallurgique locale, avait empêché la formation d'une culture locale unitaire, se rattachant à la nébuleuse des « arts et traditions populaires »3. Plutôt qu'à un ensemble structuré, ce sont donc à des fragments culturels, à des pratiques déjà très diversifiées, que les nouveaux installés se trouvent confrontés. La recomposition de la structure sociale et de l'identité locale peut ainsi s'effectuer de manière très souple, par des oppositions et par des rapprochements ponctuels entre des autochtones et des nouveaux venus. Il n'y a donc pas de raidissement réactif des gens du pays. Plutôt qu'une réalité structurante, l'opposition anciens/nouveaux est un lieu commun qui traduit en les dissimulant certains aspects des rapports sociaux.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce propos le bulletin de l'I.N.S.E.E., Premiers résultats, n° 10, fév. 1984, consacré à la population de la France en 1982.
2 Ce rêve d'un nouveau mode de vie à la campagne est parent (mais faute de moyens, parent pauvre) de celui des « villes nouvelles » ; les aménageurs et les habitants de ces villes ont (avaient) eux aussi le sentiment de réaliser une expérimentation sociale sur un espace vierge, à inventer entièrement.
3 On sait qu'une des conditions sociales d'apparition d'une culture de ce type est l'existence d'une paysannerie moyenne nombreuse, ici inexistante.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bozon M. & A.-M. Thiesse, 1985, « Le donjon, le grenier et le jardin. La recomposition de l’identité culturelle et sociale du Valois », Terrain, n° 5, pp. 6-15.

Référence électronique

Michel Bozon et Anne-Marie Thiesse, « Le donjon, le grenier et le jardin », Terrain [En ligne], 5 | octobre 1985, mis en ligne le 23 juillet 2007, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2879 ; DOI : 10.4000/terrain.2879

Haut de page

Auteurs

Michel Bozon

INED

Articles du même auteur

Anne-Marie Thiesse

CNRS, Centre d'ethnologie française

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals