Navigation – Plan du site
Identité culturelle et appartenance régionale

Fête traditionnelle et identité locale

Rêve ?... ou recherche d'équilibre politique ?
Françoise Lautman
p. 29-36

Entrées d’index

Thème :

identité, religion

Lieu d'étude :

Limousin
Haut de page

Texte intégral

1Lorsque cette étude a débuté en 1981, c'était avec la visée simple d'une monographie sur une pratique actuelle de religion populaire. La persistance paradoxale de fêtes religieuses issues du Moyen Age dans une ville, Saint-Junien, où existe une forte tradition ouvrière et anticléricale, où le maire est communiste sans discontinuité depuis 1921 et où la pratique religieuse est de longue date très faible (3 % de pratique dominicale actuellement), le prestige que la ville tire de leur ampleur et de leur réussite toujours renouvelée, ont conduit à modifier et enrichir cette première problématique.

2Tout en reconnaissant qu'une part des participants continuent à vivre pleinement le sens religieux traditionnel des Ostensions, qu'elles gardent d'ailleurs leur place légitime sous la présidence de l'évêque dans les manifestations du diocèse, qu'elles montrent même dans la fraternité des préparatifs et les réconciliations entraînées par une atmosphère unitaire leur vitalité et l'aptitude à porter de nouveaux sens également présentés comme religieux, les interrogations de l'observateur se sont trouvées de plus en plus orientées, et par les caractères développés par les Ostensions au cours des dernières décennies et par les interprétations portées par la culture locale, vers une analyse de leurs aspects symboliques et festifs comme recherche et expression d'identité collective.

Le cycle ostensionnaire en 1981

3Les reliques des saints vénérées dans plusieurs villes et villages limousins, sont périodiquement sorties des reliquaires, exposées, baisées, promenées en procession selon des rites spécifiques à chaque cité. Ces pratiques sont apparues au xie siècle dans un climat de recherche de protection contre les épidémies et les invasions. Depuis le xvie siècle, on les répète tous les sept ans mais les pratiques de protection, pourtant nombreuses en Limousin, semblent maintenant rarement associées aux Ostensions. Disparues ou modestes dans certaines villes, elles témoignent dans d'autres d'une vitalité qui n'en fait en rien des survivances. La population s'y montre attachée comme à un trait spécifique de la culture limousine et y apporte autant d'innovations et de perfectionnements continuels que de ritualisme et de références au passé.

4Les Ostensions de Saint-Junien sont les plus spectaculaires. Dans cette ville de 12 000 habitants, 1 500 ont, en 1981, participé au cortège — historique — procession qui retrace l'histoire étroitement mêlée du christianisme et de la ville issue d'une abbaye fondée sur les tombeaux des ermites saint Junien et saint Amand, dont on vénère les reliques, et qui sont présentés comme les fondateurs et les protecteurs de la cité.

5Cette journée d'apothéose est précédée d'une longue préparation qui occupe une part notable du temps des 80 personnes du comité d'organisation, des figurants qui préparent rôles et costumes et de tous les habitants des quartiers centraux durant les trois dernières semaines pour la décoration de la ville. Le cycle se déroule de janvier à juin en plusieurs phases très ritualisées dont chacune répète la précédente et lui ajoute quelque chose.

6Le deuxième dimanche de janvier, depuis un temps immémorial, un comité d'organisation est mis en place, composé de laïcs, présidé par un laïc, mais élu dans la sacristie ainsi que les quatre « suisses » qui assureront la garde du tombeau ouvert et des reliques durant leur exposition. Le dernier dimanche de janvier, fête de la Saint-Junien-aux-Neiges qui commémore l'arrivée du saint sur les lieux au vie siècle, on ouvre symboliquement les portes de la ville. Les suisses, vêtus d'un curieux costume, pantalon de zouave rouge, chemise blanche, écharpe noire et shako noir marqué d'une croix et orné d'une branche de laurier, armés de longues colichemardes du xie siècle, vont chercher le président du comité à son domicile et parcourent l'anneau des boulevards qui suit le tracé des anciens remparts. Ils s'arrêtent à l'emplacement des portes aujourd'hui disparues et remplacées par un bistrot, une banque, une H.L.M., de simples maisons... mais, à leur passage, les drapeaux aux couleurs des anciens quartiers sont arborés aux façades des nouveaux immeubles et salués trois fois par les suisses d'une inclinaison profonde de leurs colichemardes, précédée d'une manœuvre qui trace trois fois au sol un quadrilatère devant l'ancien emplacement de la porte et suivie à chaque reprise de salves et de fanfares. Les saluts et le tour de la ville sont effectués sur un pas de marche presque dansé particulier aux suisses et au son de leur marche propre.

7Ce rite est la base de toutes les journées ostensionnaires. Il y en a cinq de janvier à juin : l'arboration du drapeau des Ostensions entre les tours de la collégiale à la mi-carême ; le dimanche de Quasimodo, la sortie des reliques, véritable ouverture religieuse des Ostensions, le tombeau est ouvert par quatre clés ornées de rubans aux couleurs des quartiers ; le premier dimanche de mai, on plante des mais, arbres de vie, devant la collégiale et la chapelle Notre-Dame et les suisses vont, en sus du parcours habituel des remparts et des portes, saluer devant leur domicile les notables (curé, maire, capitaine des pompiers, président du comité...).

8Les reliques sont exposées dans la collégiale sur un reposoir de verdure, sous la garde des suisses ; on les baise dans leurs reliquaires ouverts, on dépose une obole, on emporte des fragments du coton imprégné des onguents qui ont servi pendant sept ans à protéger les os du dessèchement. Ces cotons ne sont pas un simple souvenir pieux, on leur reconnaît des vertus protectrices diverses, certaines personnes en portent constamment un sur elles. Les reliques sont exposées durant sept semaines traditionnellement du dimanche de Quasimodo au dimanche de la Trinité où a lieu la procession de clôture. Depuis quelques années, les cités ostensionnaires s'entendent pour ne pas avoir de cérémonies à des dates concurrentes et se partager ainsi la présence de l'évêque et l'affluence des visiteurs.

9La procession de clôture est précédée par un cortège historique. L'histoire de la cité vient en tête, ermites, abbaye, la régente Blanche de Castille et son fils Saint Louis qui confirmèrent les chartes de la cité, Louis XI bienfaiteur de la ville et sa cour accueillis par les consuls et les riches bourgeois ; puis vient l'histoire du Christ, et les apôtres, et les martyrs, et les saints siècle par siècle, la dévotion à la Vierge, les sanctuaires, les apparitions... les reliquaires des autres cités ostensionnaires, éventuellement accompagnés des confréries ; les suisses précèdent le clergé portant les chefs de saint Junien, saint Amand et saint Théodore et un morceau de la vraie Croix ; l'évêque de Limoges, ou d'Angoulême suivant les années, ferme la procession. Elle est si longue que certaines années les premiers regagnent la collégiale au moment où les derniers en sortent et la ville se trouve un moment entièrement cernée par le cortège. Il défile sur le boulevard circulaire des anciens remparts qu'il gagne par l'ancienne porte du Pont-Levis couverte de feuillage en double voûte jusqu'à hauteur du premier étage, décor qui ressuscite provisoirement la forêt de Comodoliac où vécurent les ermites. La collégiale elle-même est, selon la tradition, édifiée à l'emplacement de l'aubépine-ermitage de saint Junien et sept théâtres de verdure, appelés chapelles, dressés sur le parcours évoquent des épisodes de la vie du saint sur fond de toiles peintes aux paysages de forêt avec des statues de plâtre polychrome de grandeur nature.

10Boulevards extérieurs et rues de l'ancienne cité fortifiée sont décorés de guirlandes de fleurs de papier et de drapeaux aux couleurs des quartiers ; couleurs symboliques : le blanc rappelle la pureté des ermites, il est associé au rouge (le sang versé) pour le quartier du Pont-Levis, au vert (la forêt) pour le quartier Saler, au bleu (la Vierge) pour le quartier Notre-Dame, et au violet (le deuil) pour le quartier du cimetière. Les façades des maisons sont tapissées de feuillage, de genévriers, de blasons et rosaces de fleurs de papier qui transforment la ville en rutilant décor de parade1.

Des symboliques porteuses d'identité

11Il ressort de la description des Ostensions :

12- des éléments de symbolique cosmique

  • sortir des ossements habituellement enfermés,

  • le faire au printemps,

  • l'importance du quartier du cimetière dont les suisses sont en principe originaires et autrefois le comité lui-même,

  • les cotons-talismans,

  • la plantation des mais, symboles de vie,

  • les rameaux aux casques des suisses, symboles de résurrection,

  • le caractère septennal du cycle, sept semaines tous les sept ans ;

13- des éléments de symbolique sociale

  • faire parcourir aux restes des fondateurs les artères de la ville actuelle,

  • le circuit des anciens remparts et l'ouverture des anciennes portes,

  • les couleurs des quartiers jusque sur les clés du tombeau,

  • l'histoire jouée de la ville dans le cortège,

  • les visites des paroisses voisines.

14Au-delà même de la fonction commémorative qui est manifeste, les Ostensions apparaissent comme un processus symbolique de lutte collective contre la mort et comme facteur d'identité locale ; ce à quoi contribue encore la réussite de la fête, les Ostensions ont fait la renommée de Saint-Junien. De façon explicite d'ailleurs les entretiens recueillis auprès des participants mettent en évidence :

  • le goût de la tradition locale ; ces Ostensions sont parmi les plus anciennes de la région,

  • le culte de l'indépendance de la cité, son rappel à travers l'histoire ; dépendant directement des évêques de Limoges la ville n'avait pas de seigneur, ce sont les consuls qui la représentent dans le cortège,

  • la fierté d'une réussite spectaculaire ; les Ostensions de Saint-Junien sont réputées les plus belles,

  • et même une certaine fierté à voir l'étranger déconcerté par les aspects particuliers de la vénération (le baiser à la relique), ou le paradoxe d'une fête religieuse exubérante et qui se prétend enracinée dans le Moyen Age envahir un espace urbain dont les sites sont plus communément connus sous les vocables de place Lénine, avenue Youri-Gagarine et autres boulevards Marcel-Cachin...

  • en un mot le particularisme local !

15Les aspects manifestes d'un culte de la cité n'ont fait que croître au cours du dernier siècle. Les documents concernant les anciennes Ostensions : archives de la Sénéchaussée, historiens locaux et à partir du dernier tiers du xixe siècle, la presse locale ou religieuse, puis l'analyse des programmes des manifestations nous renseignent sur l'évolution du parcours et de la composition du cortège ou sur les incidents révélateurs des enjeux. On ne fait nulle part état avant le milieu du xixe d'une procession finale unique telle que le cortège actuel ni d'une circumambulation. Comme en d'autres cités, jusqu'à cette époque on trouve mention d'une pluralité de processions avec des itinéraires variables d'une église à l'autre. C'est seulement après l'édification des boulevards actuels sur le tracé des anciens remparts, dont la démolition fut commencée sous le gouvernement de Turgot et achevée au début du xixe, que l'on peut envisager de faire rituellement le tour de l'ancienne cité fortifiée. Mais ces remparts avaient été la fierté de Saint-Junien et le signe de son indépendance, et contourner rituellement un lieu contribue à sa sacralisation : la rencontre de ces deux facteurs n'a pu que faciliter l'expansion prise par la procession de clôture.

16Au milieu du siècle, le cortège ne semble guère s'être distingué d'une procession banale. Maublanc2 qui consacre plusieurs pages à la description du décor en 1869 n'accorde que quelques lignes au cortège : confréries et écoles précèdent le clergé qui porte les reliques... En 1883, l'Abeille de Saint-Junien ne signale qu'une dizaine de rôles de saintes et de reines tenus par des jeunes filles et l'apparition d'un groupe d'enfants costumés en pèlerins.

17Jusqu'en 1974, le cortège s'est développé de plus en plus selon le schéma suivant : la fanfare, les œuvres puis les saints et saintes (dont les reines), la vie du Christ, enfin ce qui est le plus proche des reliques, les saints limousins, les pèlerins, saint Junien et saint Amand puis le clergé et les reliques. Les effectifs progressent lentement jusqu'à atteindre 800 participants mais surtout du fait de l'ajout continuel de nouveaux personnages de saints et de l'étoffement du cortège des reines accompagnées de plus en plus souvent de dames d'honneur et de pages.

18En 1974, intervient un changement important à l'initiative d'un nouveau curé qui reconnaît dans les Ostensions une occasion d'évangélisation même si elle est limitée et qui veut tirer le cortège de la mièvrerie des « processions d'enfants sages » où il voit un risque de désaffection du public dans l'avenir. Il propose de faire tenir les rôles d'adultes par des adultes et de faire une documentation historique sérieuse pour les costumes. C'est un succès total. Les propositions du curé répondent à des aspirations qui se révélaient déjà dans le cortège de 1967 ; augmenté des adultes, le cortège passe à 1 200 puis à 1 500 figurants, mais son caractère se modifie simultanément. La recherche de vérité historique fait qu'on n'habille plus les apôtres en statues d'églises ; par exemple, on ne leur fait plus porter leurs attributs mais l'on cherche à évoquer le Moyen-Orient. Sainte Solange n'est plus vêtue du blanc des vierges et du rouge des martyres mais en bergère berrichone. Les reines ne portent plus uniformément du velours et des hennins. Avec un effort documentaire impressionnant et beaucoup de talent, on cherche à rendre les étoffes et les styles des époques reculées.

19Un autre effet de la recherche de vérité historique est la réorganisation du cortège ; les saints ne vont plus par catégorie mais par siècle et dans ce contexte l'histoire de Saint-Junien est mise en tête du cortège en tant qu'origine des Ostensions. Elle se trouve par là même mise en vedette. Blanche de Castille n'est plus confondue dans la troupe des saintes reines, c'est avant tout la régente qui a confirmé les libertés communales.

20Louis XI représenté lors du pèlerinage à Notre-Dame du Pont est accompagné par sa cour et accueilli par un groupe de bourgeois. Ils entourent quatre consuls en robes en partie rouges et vertes qui symbolisent l'indépendance dont jouissait la cité.

21Cette évolution, récente, rencontre les effets de l'évolution plus ancienne du parcours où la puissance d'évocation d'une image symbolique de la ville par les couleurs des quartiers, la simulation des portes et le parcours des anciens remparts plusieurs fois répété au cours du cycle ostensionnaire, semblent détourner vers la glorification de la cité une fête où le culte des reliques par ailleurs est de plus en plus effacé.

22Au cours de la même période, les spectateurs étrangers à la ville affluent de plus en plus nombreux : 15 000 en 1883, 25 000 en 1925, 60 000 entre 1939 et 1953, 100 000 en 1974... et de plus en plus, cette affluence se concentre sur les manifestations de clôture, ce qui traduit un déplacement de l'intérêt porté aux reliques qui sont exposées pendant plusieurs semaines au profit de la fête ou plutôt de ce qui en est accessible au visiteur : le spectacle final.

Transitivité de la fête ou pluralité des facteurs d'identité ?

23Il est alors tentant de voir dans le déplacement du sens des Ostensions devenues support de l'identité culturelle locale, l'explication de leur vitalité paradoxale. Le concept d'identité locale renvoie cependant à plus de questions qu'il n'en résout.

24Et d'abord, s'agit-il simplement comme le suggère M. Agulhon3, de la prise de conscience d'une particularité qui la fixe et lui donne statut de signe d'identité : « De même qu'en 1830 toute ville avait ses remparts croulants et que cent ans plus tard Avignon seul avait gardé les siens mais remis à neuf, de même vers 1830, toute commune avait sa procession, son carnaval, son trin. Cent ans après, les unes ont perdu le vieil appareil traditionnel, les autres en ont gardé quelque élément et cultivent comme spécialité locale tel vestige d'une pratique jadis universelle ». Un tel entraînement a pu jouer, facilité par ce que Fr. Isambert4 appelle la transitivité de la fête, son aptitude à changer d'objet : « La fête du saint patron est dite en même temps fête de celui dont il est le patron, qu'il soit individu, ville, ou corporation... tout groupe se célèbre jusqu'à un certain point lui-même dans ses célébrations. » Mais en fait le changement du sens des Ostensions n'est-il pas plus apparent que réel ? ou plus limité ? Les ostensions de reliques et leurs parcours processionnels sur des lieux à protéger ou à honorer existaient dans bien d'autres villes limousines au cours des siècles précédents, mais aussi loin que remontent les témoignages, celles de Saint-Junien ont toujours eu un éclat particulier qui faisait la gloire de la ville et les traits les plus anciens de la symbolique ostensionnaire, faire passer rituellement les restes d'un fondateur sur les lieux où il a vécu, censés retremper les liens entre le fondateur et la communauté qui l'honore, ne sont pas dépourvus de fonctions d'identité.

25D'autre part, il est trop rapide de dire qu'on est passé d'un sens religieux des Ostensions à un sens d'identité culturelle. C'est méconnaître les aspects sociaux qui existent au sein même du système religieux. Dans un diocèse où l'anticléricalisme, d'une part, et les pratiques traditionnelles de protection tenues en suspicion par le clergé, d'autre part, constituent de longue date la toile de fond du paysage religieux, les Ostensions sont le lieu d'une pratique à la fois spécifiquement limousine et assumée officiellement par la hiérarchie ; d'où peut-être les aménagements de date qui permettent depuis 1939 à chaque paroisse ostensionnaire de s'assurer la présence de l'évêque aux cérémonies de clôture ; d'où aussi l'amertume qu'entraîne chez les Limousins toute réticence du clergé aux pratiques ostensionnaires aussi bien que toute ingérence qui viserait à y introduire des sens nouveaux, fussent-ils évangéliques. On souligne aussitôt dans de tels cas l'origine étrangère au Limousin des prêtres incriminés.

26L'identité culturelle n'est pas incompatible avec l'identité religieuse locale et même plus, elles s'incluent ou se confortent mutuellement.

27Qu'en est-il des rapports entretenus avec cette autre instance d'identité locale qu'est la tradition de lutte ouvrière et de partis de gauche rendue particulièrement sensible à Saint-Junien par la permanence de plus d'un demi-siècle de pouvoir municipal communiste ? On rencontre les mêmes résistances à toute tentative de la gauche militante, sinon de la municipalité, de restreindre les manifestations, tel le refus des magasins coopératistes de participer à la décoration de la ville en 1932, leurs façades nues trouant de disgracieuses clairières le décor forestier de la ville, telle aussi l'absence des salves traditionnelles des pompiers en 1960 qui doivent ponctuer les multiples parcours et saluts des suisses au cours de leurs sorties. Ces mesures furent si impopulaires qu'on les évoque encore en 1981 et qu'elles ne furent jamais réitérées. Les manifestations publiques des Ostensions furent supprimées entre la fin du xixe et 1939 dans plusieurs villes limousines sous prétexte d'ordre public ; il n'en fut jamais question à Saint-Junien. Les tentatives même pour les concurrencer en essayant de lancer d'autres fêtes : le 14-Juillet à la fin du xixe siècle, la fête communiste entre les deux guerres, firent long feu. Après une brève période d'éclat due à la nouveauté, ces fêtes sont retombées à un rang secondaire. La fête commerciale qui s'était développée parallèlement aux Ostensions et qui aurait pu les étouffer, n'a eu de véritable ampleur qu'entre 1904 et la guerre de 1914. La concurrence la plus réussie fut peut-être la célébration deux fois répétée avec éclat de la fête annuelle du Félibrige, la Sainte-Estelle, qui a lieu chaque année dans une ville différente et qui s'est tenue en 1965 et en 1985 à Saint-Junien. Porteuses également de valeurs culturelles locales, la maintenance de la langue limousine, comportant aussi des parcours rituels et un décor exubérant de la ville où ont joué subtilement les nuances du semblable et du différent, organisées sur les mêmes lieux et partiellement par les mêmes équipes, ces fêtes ne pouvaient éviter la compétition avec les Ostensions quand bien même il n'y aurait eu aucune visée explicite. Mais destinées par nature à rester exceptionnelles et dépourvues de valeurs véritablement alternatives, leur réussite même ne les a-t-elle pas fait plutôt entrer dans l'orbe des Ostensions comme un faire-valoir supplémentaire qui leur a valu auprès de certains le surnom d'Ostensions laïques ? La véritable concurrence ne s'est-elle pas établie de ce fait à un niveau limité, à savoir la démonstration de ce que la municipalité savait faire lorsqu'elle avait l'occasion à son tour d'exalter la ville ?

28Mais a-t-elle pu investir vraiment l'enjeu que constitue la maîtrise de la production de l'image symbolique de la ville à ses propres yeux et à ceux du monde extérieur, de ce qu'on pourrait considérer de façon réductrice comme la production d'un rêve de pérennité locale qui fait rêver à leur tour les milliers d'étrangers venus assister à son déploiement ? Ne viennent-ils pas vivre par procuration la même recherche sécurisante d'une identité fondamentale qui permet de se reconnaître et de s'accepter comme appelés à vivre ensemble au-dessus des conflits ramenés aux proportions de circonstances passagères ?

29Les Ostensions sont l'occasion de participer ensemble à une œuvre exaltante et symbolique qui s'étend sur des mois de confection de fleurs et de guirlandes de papier et de costumes. On y parle à des gens dont tout vous sépare habituellement sur le plan social ou politique. On oublie ou on tâche d'oublier les différends personnels. D'autres surgissent de la préparation même, ils sont mal vus, vite étouffés, considérés comme honteux.

30Plus peut-être que le lieu de la paix sociale réelle, les Ostensions apparaissent comme le lieu de la négation des conflits. Ce qui permet à une ville très majoritairement de gauche de laisser sinon la droite, l'opposition, ou les milieux catholiques, continuer d'organiser une manifestation traditionnelle devenue le lieu d'un compromis, mais cela constitue un tout permettant l'unanimité exceptionnelle et limitée mais assurée de retour dans sept ans sur une image de la ville dans laquelle chaque habitant peut se reconnaître.

31Mais cette situation paradoxale d'une fête religieuse porteuse de l'identité locale dans une ville communiste, éclatante aux yeux de tous, citoyens et étrangers, est par un effet de retour devenue elle-même une part de cette identité qu'elle manifeste, or elle repose sur l'équilibre politique et économique du compromis justement qu'elle fait fonctionner. Une municipalité communiste pourra-t-elle se résigner indéfiniment à abandonner une part du champ culturel, le patrimoine d'identité local, dont elle connaît (la politique culturelle d'autres municipalités communistes en témoigne) l'importance symbolique et stratégique ? Pourra-t-elle longtemps négliger l'importance des forces de mobilisation et d'unité qui se déploient dans la préparation de la fête ? Sa position très majoritaire semble le lui permettre, l'importance de l'investissement financier et d'énergie que représentent les fêtes de la Sainte-Estelle montre que l'importance stratégique des Ostensions dans le jeu politique local est un problème toujours prêt à se poser de nouveau.

32Il est donc difficile de faire jouer au concept d'identité locale le rôle d'instrument, ou de lieu, de la sécularisation de fêtes religieuses traditionnelles. Sa séparation des sens religieux est loin d'être totale, son appropriation par les instances laïques, au sens militant du terme, pose problème. Faut-il plus conclure devant la politisation sous-jacente d'un phénomène au premier abord purement culturel et religieux, à une dérive de faits sociaux voués par nature à l'expressivité vers des utilisations stratégiques5 ? Il suffirait de rappeler le rôle que l'ancien pèlerinage à Saint-Junien et l'abbaye ont joué dans le développement économique de la région aux temps fondateurs, la part de rivalité que Saint-Junien, deuxième ville du diocèse a toujours manifestée à l'égard de Limoges, et dont on trouve des signes aussi bien dans les récits de vie et des miracles de saint Junien qui tentent de l'égaler à saint Martial, fondateur du diocèse, que dans l'évolution des Ostensions dont le cortège a pris son plein essor dans les formes mêmes de celui de Limoges et après l'interdiction de celui-ci... Il suffit aussi de rappeler les enjeux économiques invoqués dans la presse locale au début du siècle avec moins de pudeur qu'à notre époque, pour voir, dans la configuration actuelle des Ostensions, un nouvel équilibre de forces en jeu dès les temps anciens et non pas un avatar de la modernité. On trouvera alors de même dans le concept d'identité locale si explicitement invoqué dans les programmes, la presse locale et les entretiens d'enquête, un concept efficace pour l'observateur scientifique comme pour les acteurs sociaux6, à condition qu'il ne soit pas pris pour une réponse et ne serve pas à clore les questions.

Haut de page

Notes

1Cette description reprend les termes d'une publication plus détaillée sur l'histoire et les significations sociales des Ostensions : « Toujours plus belle, la fête ! » Ethnologie française, 1983, n° 4, numéro spécial sur les Ostensions limousines.
2P. Maublanc. Des Ostensions en Limousin, études historiques sur ces solennités locales, Limoges. Vve Ducourtieux, 1876.
3R. Busquet, M. Agulhon et al. Histoire de la Provence, Paris, P.U.F., Que sais-je ?, 6e éd. 1976.
4Fr. Isambert. Le sens du Sacré. Fête et Religion populaire, Paris, Minuit, 1982.
5J. C. Chamboredon, J. Ph. Mathy et al., « L'appartenance territoriale comme principe de classement et d'identification », communication au colloque « Identité locale et Identité professionnelle », Montpellier, 7-8 novembre 1984.
6On lira avec intérêt dans cette perspective l'article de A. Zempléni, « Secret et sujétion. Pourquoi ses informateurs parlent-ils à l'ethnologue ? » Traverses, n° 30-31, mars 1984.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lautman F., 1985, « Fête traditionnelle et identité locale : rêve… ou recherche d’équilibre politique ? », Terrain, n° 5, pp. 29-36.

Référence électronique

Françoise Lautman, « Fête traditionnelle et identité locale », Terrain [En ligne], 5 | octobre 1985, mis en ligne le 23 juillet 2007, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2881 ; DOI : 10.4000/terrain.2881

Haut de page

Auteur

Françoise Lautman

Chargée de recherche au CNRS Centre d'Ethnologie française

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals