Navigation – Plan du site
Identité culturelle et appartenance régionale

Le pays d'Arles : sentiments d'appartenance et représentation de l'identité 1

Jean-Noël Pelen
p. 37-45

Entrées d’index

Thème :

identité
Haut de page

Texte intégral

Le miroir du pays d'Arles

1Le « pays d'Arles », ou ce qu'il est convenu d'appeler ainsi, se situe tout à fait à l'ouest des Bouches-du-Rhône, à l'extrémité sud-ouest de la Provence « historique » 2. Incluant la Camargue, il est limité à l'ouest par la frontière nette du Petit Rhône, au-delà de laquelle s'ouvre le Languedoc. A l'est, après s'être étendu sur toute la Crau, il meurt aux portes de Salon, Miramas, Istres, Fos, villes qui, déjà, sont plus tournées vers l'étang de Berre, Aix ou Marseille. Au nord, une fois passé les Alpilles, l'idée de pays d'Arles se dilue lentement dans les villages de la rive gauche de la Durance, entre Avignon et Cavaillon, zone de prédilection des carreto ramado3. Au sud, la mer forme un espace ouvert que les pêcheurs labourent, l'annexant à leur territoire : c'est là une frontière naturelle, « neutre ».

2Historiquement, le pays d'Arles plonge probablement ses racines dans les délimitations anciennes des royaume, évêché, arrondissement ou commune d'Arles. Qu'importe ? Nul de ceux qui se réclament de lui, si ce n'est peut-être quelques érudits, ne le sait.

3L'économique est plus sûr : jusqu'à nos jours, Arles est restée la capitale de ces terroirs qui gravitent autour d'elle. Arlésiens, gens des Alpilles, de Camargue ou de Crau se retrouvaient et se retrouvent encore, chaque samedi matin, sur son marché. Pourtant, il ne semble pas que ces notions, concrètes, suffisent à remplir l'idée de pays d'Arles. Il y a plus.

4Le pays d'Arles fascine. Multiple, de la romanité flamboyante d'Arles à la plate et caillouteuse solitude de la Crau, des collines colorées et odorantes des Alpilles à l'infinité indomptée de la Camargue, il ne cesse de renvoyer l'image composite d'une vérité et d'une éternité provençales déposées en son sein. C'est l'espace du poème Mirèio (1859), de Mistral. C'est ici, au cœur d'Arles, que Mistral va fonder en 1896 le sanctuaire de ce sanctuaire : le Museon Arlaten, musée de la tradition provençale, miroir d'une Provence des terroirs proches qui viendront se refléter en lui, indéfiniment, dans une réflexion réciproque. Avant Mistral, et bien plus après, les littérateurs ont chanté et rechanté ce pays, l'instaurant dans une dignité absolue, une noblesse irréversible, tissant de proche en proche, entre Arles et la Camargue, la Crau et les Alpilles, le lien subtil d'une consanguinité provençale. C'est l'un de ces rares pays où l'on s'offre le luxe quasi quotidien de s'habiller en soi, de porter le costume régional, et ce selon des normes très complexes. Arles, depuis 1930, élit régulièrement sa « reine d'Arles » qui, vêtue comme il se doit en Arlésienne, accompagnée de ses demoiselles d'honneur, représente la ville et sa richesse culturelle enracinée, dans les occasions les plus diverses. Et ce n'est pas un mince honneur que d'être reine d'Arles : on connaît encore ici le nom, que l'on évoque avec respect, des plus célèbres d'entre elles, telle la première de toutes, Angèle Vernet.

5Sur tout l'espace du pays d'Arles, chaque village a, a eu ou aura créé, éteint puis recréé, éphémère ou durable, son groupe folklorique au nom évocateur d'une provençalité, souvent démarquée par rapport à l'espace global du pays d'Arles : Lou Velout d'Arle à Arles, Camargo Sauvajo à Salin-de-Giraud (Camargue), Li Cigaloun dis Aupiho à Aureille (Alpilles), Li Coudelet dansaire (les petits galets danseurs) à Saint-Martin-de-Crau (Crau)... Avec ses galoubets et tambourins, ses Arlésiennes, Mireille(s), farandoleurs et gardians, le groupe ratifie rituellement, par ses évolutions publiques, l'appartenance et la participation du village à cette provençalité, notamment par le port très codé de la coiffe d'Arles, au royaume identitaire d'Arles. D'ailleurs, pour sa sortie propre et récréative, il n'est pas de groupe qui ne soit allé se ressourcer où il se doit : au Museon Arlaten.

6L'entité du pays d'Arles, ainsi, se donne sans nulle autre signification ou justification qu'elle-même, évidence a priori et définitive qui traverse, tout autant, bien des publications scientifiques4. Le pays d'Arles se contemple lui-même, se représente en permanence, dans une profusion époustouflante de rites. Il possède une richesse prodigieuse : celle de se savoir être, et d'être de cela. Ici, entre la représentation et le réel on ne sait plus quoi est quoi : la traversée du miroir est permanente.

7Cette brillance de la conscience identitaire, constamment reconcrétisée, est connue, objet d'une exploitation touristique : il est difficile de voir plus qu'à Arles une telle profusion de guides touristiques débordant les devantures de librairies et kiosques, en français, mais aussi en anglais, italien, espagnol, allemand, néerlandais. C'est à Arles que l'Europe vient contempler la Provence. Cette brillance, aussi, irrite : si les gens d'Arles ou du pays d'Arles se disent volontiers « traditionalistes », leurs voisins immédiats, porteurs d'une image moins valorisée, peuvent les dire chauvins ou sectaires. Mais ils oublient peut-être, dans ce jugement, une dimension essentielle du miroir d'Arles, c'est qu'il n'est pas offert aux autres de manière ostentatoire, mais à soi-même, pour réaliser et confirmer son être.

8Mais où naît, pour ce pays, cet amour passionné de lui-même ? De sa formidable glorification littéraire ? Bien des indices montrent qu'il préexiste à ce mouvement et que, par ailleurs, si quelques titres de la production littéraire sont communément cités, rares sont ceux qui ont réellement été lus. Où donc se situe aujourd'hui la dynamique collective du pays d'Arles ? Dans le politique ? L'économique ? Fondamentalement non, nous semble-t-il. La seule réalité concrète, émergée, est celle du discours sur soi, rituel ou oral. L'unique référence avancée comme légitimant la notion de pays d'Arles est celle de son évidence d'être. Le pays d'Arles est parce qu'il se dit.

Écouter les gens se dire

9Délaissant les rites d'apparat, c'est donc à la recherche et à l'écoute de ce discours que nous sommes partis, le considérant, quels qu'en soient les antécédents, comme une dimension fondatrice, ayant acquis une autonomie pour le moins relative, peut-être produit de l'histoire, mais désormais aussi facteur de l'histoire.

10Nous éloignant du connu et du ressassé — ce qui est vite dit ! —, quitte à y revenir plus tard pour l'intégrer à une analyse globale, nous avons dans ce premier temps délaissé la ville d'Arles et les multiples porte-parole du pays d'Arles, maires, érudits, « mainteneurs », pour nous adresser à ceux pour qui Mistral désirait chanter, pastre e gènt di mas, pâtres et habitants des mas, les humbles et anonymes qui font et pratiquent le pays d'Arles, le vivent sans jamais accéder à la parole autorisée. Quels étaient donc leurs sentiments d'appartenance et leurs repères quotidiens d'identité, une fois « oubliés » les rites spectaculaires ? Quelle était leur dynamique individuelle d'intégration à la communauté par la pratique d'éléments identificateurs5 ?... Sur l'ensemble du pays, une soixantaine d'informateurs, vingt par terroir, ont été enquêtés et enregistrés, selon la démarche la moins directive et la plus homogène possible. Évaluant peu à peu la dynamique de leurs discours, nous nous sommes efforcés d'établir, pour chacun des terroirs constitutifs du pays d'Arles6, un échantillon d'informateurs qui recouvre les principaux positionnements déterminant une variation des repères identitaires au sein de ce terroir : situation géographique, profession, âge, sexe, ancienneté d'implantation principalement. Toutefois, nous n'avons pas pris en compte le discours sur elles-mêmes de ces sous-catégories en tant que telles. Seule nous intéressait leur participation différenciée au sentiment communautaire global7.

11De façon générale, nous n'avons pris le discours des gens que pour ce qu'il se donnait : descriptif, porteur d'un sentiment d'identité, de référents identitaires et d'éléments ou arguments identificateurs, conscients ou pratiquement conscients. Nous avons ainsi admis comme objet de recherche la logique propre du terrain, une véracité première des discours énoncés, espaces dans lesquels s'organise et se réalise, de façon privilégiée, la conscience identitaire.

Être, d'ici

12Nous tenterons donc de rapporter ces discours, en les « ramassant », rappelant que nous n'épuiserons pas leur complexité et leurs fines modulations, pas plus que celles des rites.

La Crau des « métiers »

13Le premier terroir qu'il faut présenter est la Crau. Désert fertilisé par l'irrigation en haute Crau, marécages pâturés par les taureaux en basse Crau, porteuse de vignes au xixe siècle, quelque peu d'oliviers, la Crau, dans ses immensités restées sèches, a surtout été la terre d'élection du mouton, le « mouton de Crau », le mérinos d'Arles. C'est par lui qu'elle regarde vers les Alpilles qui ornent l'horizon nord de leur ligne bleutée, c'est par lui aussi, et par le taureau, qu'elle regarde la Camargue à l'ouest, constituant ainsi le véritable trait d'union du pays d'Arles : car Camargue et Alpilles, pratiquement, se méconnaissent8. Clé de la construction géographique du pays d'Arles, la Crau est un espace qui au premier abord paraît ingrat, espace le moins valorisé d'ailleurs dans le discours identitaire produit par les élites du pays d'Arles : la littérature ne l'a pas chantée9. Monsieur Tout-le-Monde associe immédiatement au terme Crau l'image d'un désert, peuplé de bergers gardant leurs troupeaux au milieu des antiques galets de la Durance. Les gens de Crau pourtant se disent, mais sans aucune ostentation, cravencs. Dans une organisation et une histoire économiques plus complexes qu'il ne semble, leur identité est rurale, voire perçue comme terreuse par leurs voisins proches.

14La première qualité de l'homme de Crau est la pratique professionnelle de son espace : il a su y vivre. Cette intégration socioprofessionnelle dans l'identité communautaire est tout à fait exceptionnelle dans le pays d'Arles, et plus largement dans le Midi rural. Le sentiment premier d'appartenance va vers le monde du travail : on est d'abord berger ou « herbacier », ou melonnier.

15Cette dimension explique que l'on ait aisément reconnu comme cravencs ceux qui venaient d'ailleurs : bergers italiens ou alpins, plus récemment savoyards, et, dans les dernières décennies, melonniers de la région de Cavaillon. Quoique concurrents de ceux qui étaient déjà là, les nouveaux venus participaient à la mise en valeur de la Crau, et pouvaient être admirés pour leur capacité au travail. Le sentiment cravenc est donc relativement second, déterminé par une présence sur la terre. On est de Crau, en somme, à travers le fruit de son travail : mouton, foin et melon « de Crau » — on accole toujours l'appellation — sont plus célèbres que les hommes qui les ont produits et qui se reconnaissent en eux.

16Médiatisé par le travail, le sentiment cravenc n'est pas unanimiste. Les gens de Crau sont par ailleurs les seuls, dans les limites strictes de la Crau rurale, à se dire Cravencs. Leur identité sans clinquant ne s'exporte pas. On n'est pas cravenc à la ville ni hors de la Crau. Le terme, de fait, n'est pas connu au-dehors.

17En basse Crau, avant que le complexe de Fos ne les chasse presque tous, les gens de taureau, manadiers ou gardians, étaient peut-être les seuls à être cravencs par appartenance géographique, et camarguais, cette fois, de profession, cette dernière déterminant une « camarguité » en quelque sorte seconde, elle aussi, à cette différence près que l'identité camarguaise, contrairement à la cravenque, est extrêmement valorisée.

18Pour tous, la « cravenité », que l'on ne renie jamais, reste néanmoins un sentiment presque accessoire ou accidentel, parfois profond, mais plutôt secret, que l'on garde en soi ou entre soi, non extériorisable : sans brillance ni vanité. Humbles dans leur sentiment propre, distinctif, les gens de Crau restent tels dans leur provençalité. Leur sentiment provençal est pourtant fort, déterminant presque à leurs yeux, bien qu'il y ait là une sorte d'illogisme formel leur cravenité. Mais, si la provençalité dépasse les catégories socioprofessionnelles, on note qu'il y a encore ici une manière « professionnelle » de la vivre, qui fonde une image démarquée de celle-ci. Le berger, ainsi, est berger provençal de Crau.

Les Alpilles des villages

19La chaîne allongée des Alpilles domine la Crau, au nord, de son relief mesuré. Mis à part l'ancien et touristique village des Baux, la colline elle-même n'est pas habitée. Les villages — et non plus les mas isolés de Crau — gîtent à son pied. Petits villages.

20Autrefois, les moutons, par petits troupeaux, et l'olivier étaient les ressources principales de ces terres sans eau ou, au contraire, trop marécageuses. Aujourd'hui, les assèchements d'une part et l'irrigation de l'autre font des « craus » qui bordent les Alpilles des terres riches propres au maraîchage et aux cultures fruitières. Avec le mouton, l'olivier, on vivait quelque peut jadis sur la colline ; les activités productrices se tiennent désormais en Crau irriguée.

21Regardant au sud vers la grande Crau, au nord vers la Crau de Durance, les villages tournent le dos aux collines. Celles-ci restent un espace de cueillette et de promenade, un espace ludique pour les enfants, toutefois de plus en plus délaissé de ces points de vue, et surtout un espace de chasse pour les hommes. Les Alpilles proprement dites, les collines, appartiennent ainsi à une expérience quasi individuelle. Elles sont pour chacun une sorte de jardin secret pénétré de couleurs bleutées, blanches, grises, de senteurs de thym et de romarin, habitées de gibiers de rêve, de paysages d'une grandeur douce où dorment, dans le creux d'une combe, les derniers champs d'oliviers ou d'abricotiers, témoignant, lorsqu'on les regarde du haut d'un coteau, que l'on a un peu quitté le monde des hommes. Chacun les trouve « belles ». Cette relation intime à une colline Eden est le lien principal qui unit en filigrane une communauté qui ne se nomme pas en tant que telle. Les villages des Alpilles se connaissent de proche en proche, dans le sens de la chaîne, donc au sud d'une part, et au nord de l'autre. Le terme « alpillois » n'existe pas. Mais il est dans le cœur des gens. Lorsque nous l'avons proposé dans l'enquête, il a été immédiatement accepté par les informateurs comme pouvant les définir10.

22L'« alpillité » est un sentiment ténu, souterrain, mais non moins important. Il est vécu à travers le filtre des villages, lieux d'une sociabilité intense. La première définition que l'on se donne, spontanément, est d'appartenir à son village, villages qui se blasonnent volontiers, sur le mode de la galéjade, sans animosité. Car un autre lien, très conscient celui-là, les unit fortement : la provençalité. Au-delà des villages, au-dessus, les gens des Alpilles se sentent Provençaux. D'une Provence qui a été chantée, valorisée, par Mistral bien sûr, mais aussi par d'autres, plus proches d'eux : tel le poète Charloun Rieu (1845-1924), du Paradou (village situé au sud des Alpilles), poète-paysan dont on connaît encore la célèbre Mazurka souto li pin jouée par tous les groupes folkloriques, telle Marie Mauron, de Saint-Rémy (village situé au nord), figure de notoriété nationale. Les Baux-de-Provence, les Antiques de Saint-Rémy, certes on connaît. Mais c'est surtout le jardin secret qui prend dans cette provençalité toute sa valeur, témoin d'une Provence inviolée dont on a une jouissance privilégiée.

23Les gens des Alpilles, en somme, sont des Provençaux de leur village. Mais entre ces deux termes, ils sont aussi « alpillois », sentiment latent qui donne sa saveur à leur vécu villageois, et sa noblesse à leur appartenance provençale presque élitaire : ils sont d'une Provence (mais la seule) au cœur de la Provence.

24Cette notion de qualité, associée à la romanité attachée aux Alpilles, fait que celles-ci rayonnent quelque peu. Traversant la Crau au sud, le sentiment « alpillois » vient effleurer les villes du bord de Crau : Salon ou Istres, pour lesquelles la cravenité était trop terreuse, et quelques lieux au nord, tel Châteaurenard. D'un de ces lieux éloignés à l'autre, les Alpilles constituent, visuellement, le même horizon, ancrage d'identification11.

L'île de Camargue

25Entre les deux bras du Rhône, le grand qui la sépare de la Crau, et le petit de la « petite Camargue » (et plus largement du Languedoc), bordée par la mer au sud, la Camargue est une île. C'est une vérité absolue, qui rassemble d'un seul coup ses habitants dans une même identité, première et unanimiste : ils sont avant tout des Camarguais.

26La Camargue est une terre d'eau. Jusqu'à l'endiguement du Rhône (vers 1850) et la construction de la « digue à la mer » de Salin-de-Giraud aux Saintes-Maries-de-la-Mer (1857-1858), les eaux du fleuve ou marines y vagabondaient presque librement, limoneuses ou salées, remodelant sans cesse un espace tout à fait exceptionnel. Des systèmes complexes ont permis de régulariser cette errance des eaux et de donner à la Camargue un visage plus stable. Haute Camargue agricole dont l'eau des rizières miroite au soleil, basse Camargue des étangs et marais où pâturent chevaux et taureaux, Camargue côtière des pêcheurs et saliniers.

27Malgré cette diversité, les îliens de Camargue partagent une même image de leur pays : celui d'une terre longuement indomptée et sauvage, où évoluaient, sur l'immensité des espaces non clôturés, des hommes libres, « vivant de l'habitat », de rapine, prélevant sur la mer, dans les étangs et canaux, dans les airs, un gibier plus qu'abondant. Dans ce bout du monde, aux mas et petits hameaux distants les uns des autres, l'homme camarguais, individualiste, perçoit comme un idéal son osmose avec les éléments. Le sel cristallisant sur le marais asséché, les masses sombres des taureaux évoluant lentement au crépuscule, l'ombre violette des « saladelles » ou la verdeur claire des jeunes pousses dans les rizières, les Rhônes et la mer sont parmi ses références profondes.

28Le cœur de ce pays est partout : il souffle dans le vent. Les Saintes ne sont une capitale que pour les touristes, tandis que Salin, avec ses usines, est senti comme une excroissance regrettable, non par les hommes qui y sont, mais par ses bâtiments d'une rigidité désolante. Les Camarguais sont une « race naturelle » : le sang de la Camargue est en eux, ils ne sont bien qu'entre les deux bras de ce fleuve qui embrasse leur île, leur berceau. Ailleurs, c'est la France : l'étranger. Leur provençalité, à l'extrémité de la Provence, est seconde, presque géographique, historique. En revanche, et notamment dans le monde des taureaux, de la « bouvine », s'opère une ouverture vers le Languedoc. Les Camarguais se sentent aussi languedociens. « Provençal de cœur, disait l'un d'eux, languedocien de profession. »

La Camargue hors du delta

29Curieusement, c'est dans cette Camargue la mieux délimitée géographiquement, la plus « fermée », que vont venir se reconnaître les gens les plus nombreux. Sur tout l'espace du pays d'Arles, et au-delà en Languedoc jusqu'à Nîmes et Lunel, le sentiment camarguais s'exporte. C'est, pour le pays d'Arles, un sentiment distinct des autres, qui les côtoie, et qui ne repose plus sur l'expérience directe d'un territoire mais sur celle d'une pratique pressentie comme issue de ce territoire. Être camarguais, c'est aimer la Camargue, les taureaux et les chevaux, se vêtir en gardian, et surtout participer aux activités d'une manade, camarguaise ou non. La camarguité alors, hors du delta, est le monde tauromachique, mais uniquement dans ses formes provençales : notamment la course à la cocarde, « course libre » ou course « camarguaise ». Il y a ainsi trois types de Camarguais : les Camarguais de souche, du delta, les Camarguais de profession (manadiers et gardians), les Camarguais de cœur (gardians amateurs, passionnés de taureaux). Hors de Camargue, le sentiment camarguais est un sentiment diffus, non unanime, qui aspire ceux que le taureau fascine. Les simples amateurs de la course libre, même spectateurs assidus, se disent rarement camarguais. Leur provençalité leur suffit. On trouve, de la sorte, des « Alpillois » provençaux, mais aussi des Alpillois provençaux et camarguais, ce dernier terme ne signifiant pas toutefois « de Camargue » mais plutôt « hommes de taureaux ».

30En Languedoc, dans tout l'espace où se pratique la tauromachie provençale, on note que le sentiment provençal existe, en même temps que le sentiment languedocien et camarguais, chez les mêmes individus. La Camargue, ici, exporte sa provençalité.

31Dans tout l'espace tauromachique de la course libre, la littérature camarguaise, d'une fabuleuse abondance, qu'elle soit littéraire, de témoignage ou journalistique, prédomine. C'est la seule qui soit véritablement lue, notamment la littérature journalistique (ainsi les mensuels dont l'ancienneté ne dépasse pourtant pas dix ans Lou Camariguo et La Bouvino), cela naturellement chez les « Camarguais » qui partagent la fe di biòu, la passion des taureaux.

Le sentiment de l'histoire

32Au terme de cette première prise de contact avec le « pays d'Arles », on s'aperçoit que les sentiments identitaires — ou d'appartenance — d'un terroir à l'autre ne sont ni les mêmes, ni organisés selon la même hiérarchie s'il en est, ni ancrés de la même façon : le sentiment camarguais s'ancre dans le « territorial » (mais quel territoire !), le sentiment cravenc dans le socioprofessionnel, le sentiment alpillois dans la sociabilité villageoise et l'expérience intime de la colline. Bien des questions resteraient à poser. Parmi elles, une nous paraît d'une grande importance : celle du vécu identitaire de l'histoire.

33Prenons la Crau. Ici, l'histoire est « économique ». Après la fondation de la Crau par la Durance, la première figure qui apparaît est celle du berger, à l'aube de l'histoire communautaire, premier occupant de l'espace. La suite est rythmée par l'arrivée de nouvelles populations qui, parce qu'elles pratiquent la Crau, s'intègrent à son histoire. L'histoire de la Crau est aussi celle des travaux et productions des hommes : canaux d'irrigation, apparition des melons de Crau... On a la perception d'une histoire progressive, « événementielle ». Les difficultés d'intégration des Lorrains travaillant à Fos et résidant notamment à Saint-Martin-de-Crau se comprennent dans cette perception : ils travaillent à l'usine, et non sur la terre ; l'extension des résidences soustrait les herbages aux éleveurs, complique, voire interdit, l'irrigation des terrains restés libres, tandis que, lorsqu'un troupeau traverse la route, les conducteurs impatientés klaxonnent : ce qui ne s'était jamais vu12...

34La Camargue n'a pas d'histoire « humaine ». A l'origine sont les étangs, et les taureaux. Toute la Camargue est en eux. Puis viennent les hommes libres. La Camargue est hors de l'histoire : elle était là, fabuleusement belle aux yeux de ses gens, et l'homme s'y est logé. Les littérateurs ne s'y sont pas trompés qui, régulièrement, renvoient leurs héros à leur origine : la mer, les étangs, le Rhône13.

35Devenir camarguais comme les gens du delta, profondément, c'est cela : entrer dans ce pays avec passion, et ne plus en sortir. Se fondre aux éléments. Il n'y pas d'alternative : sous peine de rester « parisien », ou « camarguais d'opérette ». Ce qui tue la Camargue ? Ce ne sont pas les usines de Salin, ni même les touristes, mais le filet de clôtures barbelées jeté sur un espace sauvage qu'il domestique, c'est-à-dire assassine. Le temps camarguais se love dans un temps mythique, originel, toujours dépassé. Les Alpilles au contraire vivent seulement au présent. Les Baux veillent sur l'histoire arrêtée, le thym et le romarin ont toujours la même senteur. Est-on passé du stade de la traction animale à celui du tracteur, du plein champ aux serres ? Qu'importe ! La Provence est dans la colline, et le club taurin — qui pourtant n'existe que depuis quelques décennies — est toujours là : le temps est immuable. Qui veut s'intégrer doit pratiquer ce temps, c'est-à-dire la colline, par la chasse, et la provençalité, représentée hier par la langue, aujourd'hui par la tauromachie.

La construction du pays d'Arles

36Trois terroirs, trois teneurs de l'« histoire », malgré toutes les nuances qu'il resterait à établir. Le regard vers Arles, aussi, est différent. La Camargue, enfermée dans la recherche de sa pureté, peut y voir une rivale : ville de l'au-delà du Rhône, son mode citadin s'oppose à celui du delta. La Crau, pauvre hier, sans identité communautaire forte, regarde la ville miroitante qui lui transmet une part de son rayonnement culturel. Les Alpilles, enfin, traitent à noblesse égale : Arles peut s'incliner vers leur lumineuse beauté.

37Malgré tout Arles rayonne, incomparable. Que le rapport que l'on entretient avec elle soit conflictuel, admiratif ou égalitaire, Arles, capitale de la Provence, fait partager son inépuisable brillance aux terroirs qui l'enrichissent en participant à son image, et qu'elle ennoblit en retour. Les murs de la gare d'Arles s'ornent, sur une cinquantaine de mètres, d'une longue fresque en fer forgé où l'on reconnaît les images typées d'Arles, de la Camargue, des Alpilles et de la Crau.

38A Bel-Air, dans la Crau rurale, à trois kilomètres de Salon et quarante kilomètres d'Arles, on reste « d'Arles ». Le pays d'Arles, entre Arles et ses « terroirs », se constitue dans un rapport de valorisation culturelle et identitaire réciproque.

39Si chaque terroir a un lien particulier à Arles et à la provençalité dans l'organisation ou le contenu référentiel de ses sentiments d'appartenance, son intégration au pays d'Arles, sélective, correspond aussi à des traits référentiels communs à l'ensemble du pays. Trois sont fondamentaux. La « langue » est partagée avec toute la Provence mais on est ici, de par l'histoire du félibrige et compte tenu des représentations linguistiques, dans son « berceau ». Le provençal du pays d'Arles est le vrai provençal. Le second référent est le taureau, sa passion, et la course libre, diversement vécus selon les lieux et les individus mais participant toujours à l'image identitaire, ce taureau que l'on affectionne jusqu'en Languedoc. Le costume enfin est propre au pays d'Arles et considéré comme tel : on en garde l'exclusivité. Traçons l'aire provençale, traçons l'aire de diffusion de la course libre : nous avons en intersection le « pays d'Arles », sur lequel se surimprime, comme pour mieux le marquer, le costume dit « d'Arles ». C'est là, peut-être, la seule définition objective des limites dans lesquelles court cette rumeur identitaire qui se nomme « pays d'Arles ». Mais cette définition n'est jamais donnée14.

Le pouvoir des rites

40Derrière la noblesse antique qu'Arles renvoie sur ses terroirs, au-delà des rapports mouvants et complexes entre les divers sentiments d'appartenance et leurs référents tels qu'ils sont vécus ici ou là, le pays d'Arles, soudé dans la similitude d'un regard tendu vers Arles, s'établit dans l'entrecroisement de ces trois référents identitaires, intimement liés les uns aux autres sans que le discours sur soi puisse les « déconstruire », c'est-à-dire rendre compte clairement de leur épaulement mutuel. Les groupes folkloriques — porteurs du costume — affichent des noms provençaux dans lesquels la langue se cristallise. Leur défilé ouvre les grandes courses taurines, au terme desquelles une « Arlésienne » offre le trophée au vainqueur, élément du rituel qui n'existe pas en Languedoc.

41L'antiquité d'Arles la fait porteuse de rites. Depuis 1924, avec l'appui de la municipalité, la ville s'offre comme « ville de traditions ». Chaque année, l'« Antique Confrérie des gardians », fondée en 1513, organise sa fête à Arles avec la participation des groupes folkloriques. C'était en 1985 son 472e anniversaire. Cette année pour la troisième fois, renouant avec une tradition récente, Arles fête, en septembre, les « Prémices du riz ».

42Les terroirs ont aussi leurs rites propres, en accord avec la teneur de leurs sentiments identitaires. Aux Saintes-Maries, le 26 mai, ce que les touristes appellent la « fête des Gitans », et que l'on nomme ici plus justement le « pèlerinage des Saintes » car y participent aussi des catholiques et des protestants (sic), vient de se terminer. Ce jour est celui de l'hommage annuel à la mémoire du marquis Folco de Baroncelli-Javon (1869-1943), fondateur en 1904 de Nacioun gardiano, éleveur de taureaux, restaurateur des courses et jeux taurins, créateur du costume de gardian dans sa forme « folklorique ». La Camargue honore en lui sa passion. En septembre, au village du Paradou (Alpilles), on célèbre le souvenir du poète Charloun Rieu, chantre des Alpilles, auteur des Cant dou terraire dont les échos résonnent encore dans la mémoire des anciens : ici, c'est la provençalité qui est à l'honneur. C'est la deuxième année qu'à Saint-Martin-de-Crau, ce dimanche 16 juin 1985, se déroule la « Fête de la transhumance ». Précédés et suivis par les bergers, les troupeaux font le tour du village. Le cortège est ouvert par le groupe Li Goudelet dansaire, devant lequel jouent les « tambourinaires » : aucun départ de transhumance, de mémoire de berger, ne s'est jamais fait comme cela. D'ailleurs, ce n'est qu'un faux départ : la transhumance à pied ne se fait plus. Mais ce mythique voyage appartient à la mémoire fondatrice de la Crau : le rite le réinstaure.

43La multiplication des rituels dans tout le pays d'Arles, avec des fastes plus marqués à Arles, assure le sentiment de la pérennité identitaire dans l'histoire, voire contre l'histoire. Les représentations de la culture tendent à authentifier la présence de celle-ci, si ce n'est à l'extrême à la devenir, ou à en devenir du moins la seule expression consciente et revendiquée. Figurant de soi-même. L'histoire semble s'immobiliser dans le rite qui devient vérité, référence, étalon identitaire. Dans cette logique, la vérité déposée dans le rite permet d'exclure, et la représentation identitaire, dans ses formes les plus institutionnalisées et « officielles », peut se transformer en enjeu et moyen de pouvoir : personnel, culturel, économique, politique. Les groupes folkloriques, facilement, font scission. Certaines recherches, sur le costume ou l'authenticité des pas de danse, sont taboues : la vérité est déjà installée. On peut difficilement la remettre en cause sans chambouler un édifice dans lequel les intérêts ne sont pas toujours exclus.

44Pourtant ce jeu latent d'influences, de marquage de positions, ne va pas très au-delà, généralement, des structures qu'il concerne, culturelles ou politiques. Si d'aucuns se battent autour des rituels, les prenant à la lettre ou au geste et tentant de s'en approprier le savoir, les images portées par les rites se reflètent surtout dans la conscience commune dont elles émanent. Là, en arrêtant une part de l'histoire, cette part que les gens se sont donnée comme leur quintessence inaliénable, ennoblissant leur quotidien, elles permettent de vivre l'autre part de l'histoire, celle qui court, qui se transforme, et de la vivre avec dynamisme, puisque l'identité est sauve. Dans cet équilibre, le rite n'a rien de gratuit. Personne ainsi ne prendrait la responsabilité de le supprimer. Car nul ne sait alors ce qui se passerait, une fois éteinte cette assurance envers soi-même.

45Le rite arrête-t-il l'histoire ? Il la libère ainsi tout autant. En assumant la pérennité de ce que l'on doit être, il permet de jouir de ce que l'on est ou désire être. Il est contre et pour l'histoire. Il stoppe le temps et lui permet de bondir en avant.

46Double mouvement. « Vivre au pays, c'est super-cool »15. Fallait-il que le vécu identitaire soit simple ?

Haut de page

Notes

1L'ensemble de l'étude fera l'objet d'un rapport de synthèse fin 1985 - début 1986. Nous délaissons dans le cadre de cet article les analyses effectuées sur le corpus de cartes postales représentant le pays d'Arles et actuellement dans le commerce — corpus quasi exhaustif de 1 250 cartes — sur le corpus littéraire (500 titres dont 60 intégralement dépouillés), les questionnaires écrits (250 réponses représentant 2 000 pages de documents), la filmographie, la chanson. On pourra se reporter à E. Duret, Camargue terre de cinéma, Arles, parc naturel régional de Camargue, 1984, 24 p., et C. Martel et J.-N. Pelen, « L'identité dans le pays d'Arles - Reflets de l'écrit, reflets de l'oral », communication faite au Symposium international sur la production d'identité, Sommières, 31 mai - 1er juin 1985.
2L'étude des rituels n'était pas incluse dans les objectifs initiaux du projet. Il serait souhaitable que nous nous y attelions dans une seconde étape.
3Les « charrettes ramées », expressions spectaculaires des confréries de saint Roch et de saint Eloi. Pour des raisons diverses, nous n'avons pas pris en considération cette zone, comme nous aurions dû le faire.
4Citons, à titre d'exemples : J. Gilles, Le pays d'Arles et ses trois tribus saliennes. Paris, Thorin et Fonteming, 1896 ; et plus proche de nous : C. Galtier, « L'évolution de l'outillage agricole dans le pays d'Arles », in Le Monde alpin et rhodanien, Grenoble, n° 3-4 1973.
5Nous ne répondrons que très partiellement, ici, à cette seconde question.
6Soit Crau, Camargue, Alpilles, en excluant la « zone des charrettes » entre Alpilles, Rhône et Durance.
7La variation du discours selon les positions d'énonciation n'apparaîtra pas, non plus, dans cet article.
8Cela de façon concrète. On verra plus loin qu'une part des Alpilles se « reconnaît » dans la Camargue.
9La Crau n'apparaît dans la littérature que comme espace complémentaire vu depuis Arles, la Camargue, ou les Alpilles. Elle n'est que très rarement considérée pour elle-même.
10Cela est surtout vrai, semble-t-il, des villages situés vers la partie orientale de la chaîne.
11L'analyse de cette diffusion serait très instructive. L'enquête n'est pas sur ce point assez approfondie. Le sentiment alpillois n'est pas général dans les villes citées.
12Il faudrait poser ici le problème, fort complexe, des immigrés d'Afrique du Nord.
13Voir ainsi les destins des héros de Jean Aicard dans Roi de Camargue (1890), Alphonse Daudet dans Le Trésor d'Arlatan (1897), Jean-Toussaint Samat dans « Sangar » taureau (1923) ou « Camard » gardian (1924), Albert Lamorisse dans Crin-Blanc (1953)...
14L'aire ainsi définie comprend la zone des carreto ramado. Précisons que la définition de l'aire par le costume nous paraît insuffisante.
15Nous reprenons cette expression, saisissant raccourci d'un vécu identitaire dynamique, au beau spectacle créé par Jean-Noël Tamisier, sur ce thème, en 1978.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pelen J.-N., 1985, « Le pays d’Arles : sentiment d’appartenance et représentations de l’identité », Terrain, n° 5, pp. 37-45.

Référence électronique

Jean-Noël Pelen, « Le pays d'Arles : sentiments d'appartenance et représentation de l'identité  », Terrain [En ligne], 5 | octobre 1985, mis en ligne le 23 juillet 2007, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2882 ; DOI : 10.4000/terrain.2882

Haut de page

Auteur

Jean-Noël Pelen

chargé de recherche au CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals