Navigation – Plan du site
Nouvelles de...

L'écomusée : musée degré zéro ou musée hors les murs ?

André Desvallées
p. 84-85

Entrées d’index

Thème :

muséographie

Lieu d'étude :

France
Haut de page

Texte intégral

1Je ne voudrais surtout pas reprendre pour la nième fois une définition maintes fois reprise et récitée et dont l'axe est d'affirmer que le propre d'un écomusée est d'échapper aux définitions, d'être évolutif (G.H. Rivière), voire comme l'a écrit Max Querrien dans son rapport au ministre de la Culture de vivre « dans une tension qui décourage les définitions statiques »1. Tension existentielle, certes avec ses financeurs et avec l'administration, mais aussi avec la population qui en est le substrat, la matière même, donc tension essentielle. Et pour en terminer avec ce langage savant, commençons par confondre son essence avec son existence, puisque, justement, il n'a d'autre essence que son existence.

2Ce qui est certain, c'est que les administrateurs — et les politiques — ont parfois du mal à s'y retrouver et que l'administration centrale, qui se doit de tout classer en catégories, ne sait dans quelle case faire entrer ces établissements. Puisque le terme d'écomusée comporte la racine « musée », elle est tentée d'utiliser la case musée. Et pourtant, ce n'est pas véritablement un musée puisqu'il ne constitue pas nécessairement des collections permanentes. Est-ce même encore un établissement culturel que ce musée qui n'en est pas un, que ce lieu culturel qui est partout et dont le centre peut n'être qu'un numéro de téléphone ? Qu'est-ce donc que cette institution qui s'intéresse tout autant aux gens qu'aux choses, sans toutefois mettre les choses sous cloche, ni les gens en représentation, qui fait un discours sur le patrimoine au lieu de le protéger ? Il serait facile, mais vain, de poursuivre ces interrogations puisque, en un mot, nous avons affaire au degré zéro du musée.

3De même que d'autres formes nouvelles, essayées en d'autres pays sous d'autres noms, l'écomusée est une institution qui met son nez dans tout, sans exclusive (pourvu qu'il s'agisse du territoire — ou de l'identité culturelle — qu'il s'est donné comme limite), se préoccupe tout autant du présent, ou du futur, que du passé ; tout autant de la nature que de ce qu'en a fait l'homme, que de ce qui constitue sa culture. En un mot il s'intéresse à toute activité, à tout témoin culturel. Sans hiérarchie sociale ni esthétique. Tout cela bouscule les habitudes de pensée et aussi les catégories. Il n'y a pas de modèle, il n'est que des exemples : ceux de la Communauté urbaine du Creusot Montceau-les-Mines, de Fourmies-Trélon, du Nord-Dauphiné, de la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines... N'est-ce pas assez pour tirer des leçons de ces expériences ?

4La première leçon, générale, c'est que l'on n'est pas encore sorti de l'ambiguïté entre, d'une part, les écomusées issus d'une demande sociale — sinon spontanée, du moins provoquée par des élus ou des animateurs passionnés — et d'autre part, les écomusées (ou ce qu'on prétend tels, par abus de langage), nés d'abord de l'envie de conserver des vestiges d'une activité technique ou d'une architecture. Dans ce dernier cas, en effet, on sauve d'abord des bâtiments, on aménage des locaux en leur donnant l'allure d'un classique musée d'ethnographie ou d'histoire locale, d'un musée de plein air ou d'un musée de site, et ensuite seulement on se soucie d'interpeller la population, comme un musée traditionnel fonctionnant bien interpellerait son public local pour le faire venir à ses manifestations.

5La seconde leçon, c'est que « faire participer la population », c'est vite dit. D'abord s'agit-il d'éléments de cette population qui coopèrent, en assumant chacun sa part, à une œuvre commune qui est leur propre création ? S'agit-il de la participation, de l'intéressement d'une population à ce qui non seulement a été créé, mais continue à être conduit par d'autres ? Dans la seconde hypothèse on en revient aux travers du faux écomusée. La conscience de ces travers n'empêche nullement d'être conscient, symétriquement, des difficultés que rencontrent les médiateurs à faire soutenir un effort permanent à la population pour qu'au moins une partie active de celle-ci participe vraiment à la vie de l'écomusée. Très vite en effet le système de la délégation de pouvoir a tendance à l'emporter sur une participation effective.

6La troisième leçon concerne l'encadrement juridique et les rapports avec l'administration centrale. Comme presque tout musée d'association, l'écomusée naît la plupart du temps en dehors des traditions professionnelles muséales. Ses promoteurs ignorent donc tout de ces traditions. Ils ignorent qu'il est pour les musées des formes à respecter et des obligations et qu'il existe une administration centrale à qui rendre des comptes. Ils ignorent que les collections permanentes constituées, s'il en est, doivent être statutairement inaliénables, et qu'un conservateur doit en être le gardien. Mais comment s'étonner de cette ignorance lorsqu'on sait la difficulté de trouver des conservateurs qui soient en même temps des médiateurs — et qui sachent le rester, car c'est une vraie mission —, qui pensent « communication » en même temps qu'ils pensent « conservation » et qui, s'ils commencent à communiquer, ne finissent par couper les haut-parleurs et garder pour eux seuls, sous le casque, la musique qu'ils ont reçue et qu'ils sont censés renvoyer ? Il appartient donc à l'écomusée, s'il veut être reconnu et aidé, de se plier à certaines règles. Cela lui est souvent difficile et pénible ! Mais, soyons juste, l'administration des Musées de France a fait, de son côté, de gros efforts. Il lui reste à accepter l'idée qu'un écomusée puisse exister sans collections propres. Est-ce demander l'impossible ? Ou est-ce un paradoxe, une aberration sémantique ?

7La quatrième leçon nous renvoie à la première. Si l'écomusée veut rester fidèle à la mission qu'il s'est donnée à l'origine, il se doit de ne pas se contenter de bercer nostalgiquement les regrets d'un patrimoine naturel, matériel et humain en voie de disparition, ou déjà disparu — et qui a certes besoin d'être mémorisé, comme constituant les racines sans lesquelles rien ne peut se construire. Baignant dans tous les milieux, il se doit aussi d'être sans cesse à l'écoute de ce qui se fait chaque jour ; il se doit, par sa connaissance du passé, en expliquant les leçons qu'on en tire, d'aider à construire l'avenir ; il se doit d'être un des instruments (agent et lieu à la fois) des mutations à la fois technologiques et sociales. Il lui faut savoir expliquer l'esprit d'adaptation et l'ingéniosité des ancêtres pour qu'ils servent d'exemple à ceux qui se trouvent actuellement confrontés à de difficiles mutations — mais qui ne sont pas pires, après tout, que combien d'autres de mémoire d'historien, lorsque les agriculteurs, au Moyen Âge, se transformèrent en artisans, ou au dix-neuvième siècle, en mineurs, en fondeurs ou en cheminots, quand, plus près de nous, ceux de la vapeur se mettaient au diesel ou, tout récemment, quand des mécaniciens de précision, devant l'afflux de l'électronique, abandonnaient la fabrication des montres pour celle d'autres instruments de précision. A l'écomusée d'enseigner à connaître pour ne pas désespérer et pour revivre.

8Et les mutations technologiques ne sont pas le seul domaine sur lequel l'écomusée peut intervenir ; révélateur, au sens photographique du terme, il détient — si on lui donne les moyens d'en user — des outils qu'un musée traditionnel ne détient pas. Il peut évidemment agir sur les conflits économiques qui touchent à l'environnement naturel — la pollution par exemple — ; il peut, en aidant à faire connaître l'identité culturelle de communautés variées, aider à résoudre certains conflits ethniques ou d'intolérance culturelle à l'adresse de telle ou telle catégorie sociale ou de classe d'âge dont le comportement irrite : piétons, automobilistes, camionneurs, motards, musiciens, joueurs de ballon, boulistes, voleurs à la tire, utilisateurs de drogue, cléricaux, anti-cléricaux, ouvriers, intellectuels, homosexuels, nomades, femmes, hommes, jeunes, vieux, non jeunes, non vieux, etc., tous formant des communautés plus ou moins homogènes et distinctes que les « Autres » réprouvent parce qu'ils refusent la différence... mais qui n'en constituent pas moins toute la base de l'écomusée.

Haut de page

Notes

1« Pour une nouvelle politique du Patrimoine » — Documentation française, 1982.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Desvallées A., 1985, « L’écomusée, degré zéro ou musée hors les murs ? », Terrain, n° 5, pp. 84-85.

Référence électronique

André Desvallées, « L'écomusée : musée degré zéro ou musée hors les murs ? », Terrain [En ligne], 5 | octobre 1985, mis en ligne le 23 juillet 2007, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2889 ; DOI : 10.4000/terrain.2889

Haut de page

Auteur

André Desvallées

Conservateur en chef des Musées de France, directeur du musée national des Techniques

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals