Navigation – Plan du site
Les hommes et le milieu naturel (épuisé)

Les savoirs des autres

Christian Bromberger
p. 3-5

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1En ethnologie, comme dans bien d'autres domaines scientifiques, le renouvellement des problématiques est souvent venu des confins territoriaux, de points marginaux de rencontre entre disciplines voisines. Chacun de ces rendez-vous marque une étape importante dans l'histoire de la démarche ethnologique ; le dialogue qui s'est noué avec la technologie, la linguistique et la sémiologie, les sciences naturelles, la médecine... a permis non seulement une extension du champ et un affinement des méthodes ethnologiques mais aussi un nouvel éclairage de vieilles questions, rebattues mais centrales (les relations homme-milieu, langue-culture par exemple).

2Aux limites des territoires de l'ethnologie, des sciences naturelles et de la linguistique s'est ainsi constitué, il y a une trentaine d'année, un domaine spécifique d'investigation, celui des ethnosciences, c'est-à-dire des procédures indigènes de connaissance et de classification du monde matériel et social. L'intérêt, dans les années 1950, pour les savoirs et les classifications populaires, procéda d'abord d'une réévaluation des méthodes et des théories ethnologiques. A une analyse extérieure du fonctionnement des sociétés et des cultures se substitue progressivement une ethnologie du dedans, tentant d'élucider comment les hommes classent, ordonnent, perçoivent et, à travers ces grilles d'analyse, utilisent le monde qui les entoure1.

3Ce renversement de perspectives intéressa, pour des raisons diverses, les naturalistes, les linguistes et les anthropologues : les uns pour apprécier les écarts entre classifications populaires et savantes, les seconds pour tester la pertinence de théories sémantiques, les troisièmes pour cerner les modalités générales de la connaissance dans les sociétés primitives. Plusieurs études — je pense, en particulier, aux monographies de H.-C. Conklin et de C.-O. Frake2, à la synthèse proposée dès 1962 par C. Levi-Strauss dans La Pensée sauvage et aux essais de P. Guiraud3 — constituèrent, dans ces domaines, des avancées remarquables. Certaines de ces analyses pionnières butèrent cependant sur des écueils ; d'une part, elle se fondaient, pour faire apparaître les phénomènes classificatoires, sur le seul examen des catégories nommées (genres et variétés de plantes désignées par des unités lexicales distinctes, par exemple) ; or le recours à diverses techniques (tel le test des triades) montre que les individus regroupent subconsciemment, par sous-ensembles qui ne sont pas nommés les objets du monde naturel ou social. D'autre part, ces premières études isolaient des systèmes de classification de plantes, d'animaux... dont la configuration en arbre ordonné, pouvait engendrer l'illusion d'une classification parfaitement structurée du monde, des catégories les plus générales (être, chose...) aux entités terminales les plus particulières (telle variété d'objet, de plante, etc.). Les études les plus attentives des classifications indigènes font, au contraire, apparaître qu'il s'agit là d'univers touffus où se disputent plusieurs logiques ; celle de l'identification — qui classe un objet en fonction de critères morphologiques, par exemple — ; celle de l'usage culturellement défini — qui l'agrège à d'autres objets en raison de ses propriétés fonctionnelles — ; celle de l'ordre symbolique — qui le regroupe à d'autres objets encore par une série d'associations métaphoriques4. Aussi bien la notion même de « savoirs naturalistes » paraîtrait sujette à caution si l'on postulait, à travers elle, qu'il existe un champ parfaitement autonome de la connaissance du monde naturel, équivalent indigène de la classification linnéenne. C'est au demeurant dans ce travers que sont tombées plusieurs analyses prenant pour objets les classifications animales, végétales, comme s'il s'agissait là de catégories closes et discrètes à l'image de ce qu'elles sont devenues dans les sciences naturelles occidentales5.

4L'étude des systèmes cognitifs ne s'épuise pas — faut-il le souligner ? — dans les repérages des principes et des critères qui gouvernent les classifications ; une analyse plus générale du discours que tiennent les usagers sur les objets qui les environnent s'impose pour prendre la pleine mesure de leurs connaissances. L'étude des différents registres sensoriels doit être aussi mise à contribution pour cerner les modes d'appréhension du monde ; si les travaux sur les procédures cognitives, à travers la langue, se sont multipliés, ceux qui visent à mettre en évidence les systèmes de repérage, culturellement codés, des bruits, des odeurs, des goûts, des impressions visuelles et tactiles demeurent plus rares. On sait pourtant que la mise en ordre logique de ces qualités sensibles forme l'armature de beaucoup de savoirs naturalistes et de savoir-faire techniques : plusieurs études menées dans le cadre du programme « savoirs naturalistes populaires » ont fait ressortir la complexité de ces procédés de connaissance et d'évaluation de la matière : repérage de la qualité d'une pierre ou d'une tuile au son qu'elles rendent quand on les frappe ; évaluation, par les paludiers, du degré de salinité de l'eau à la vue, au goût et au toucher (couleur, aspect de la faune, viscosité... du marais salant)6 etc. Ici apparaissent clairement deux caractères « irremplaçables » de la « démarche ethnographique » — pour reprendre les mots d'A. Leroi-Gourhan7 : sa méthode, fondée sur une observation minutieuse et prolongée des comportements, seule forme possible d'approche pour appréhender ces savoirs qui sont rarement verbalisés par les usagers (« ça se voit : » , « ça s'entend ! » , se borne-t-on à dire) ; sa « fonction d'enregistrement » de faits qui, en raison de leur nature et de leur statut dans le champ de connaissance, ont échappé à toute recension écrite.

5Même élargie à ces dimensions, l'analyse des ethnosciences aurait pu s'arrêter à un inventaire détaillé des procédures de connaissance indigène du monde environnant. Sur ce « noyau dur », constitutif de la démarche, sont venues se greffer d'autres interrogations que faisait progressivement surgir l'examen même des processus cognitifs.

6D'abord une réflexion sur la diversité des critères qu'utilisent les sociétés pour définir, classer et ordonner les êtres et les choses. L'étude des ethnosciences est une clef pour appréhender les orientations dominantes d'une culture, les valeurs et les schèmes fondamentaux que retiennent les groupes humains pour analyser le réel.

7Envisagée dans cette optique, et donc débarrassée de la tradition philologique dont elle fut longtemps prisonnière, l'étude des noms de lieux apparaît ainsi particulièrement révélatrice : elle permet non seulement de cerner comment les individus découpent et balisent l'espace qui les environne mais aussi la hiérarchie des critères (topographiques, fonctionnels, religieux, etc.) que sélectionnent inégalement les sociétés, dans la longue durée, pour analyser et s'approprier symboliquement leur territoire.

8En second lieu, des questions sur l'origine et les modes de diffusion de ces savoirs : les termes qu'on retient pour les qualifier : indigènes, locaux, populaires... ne manquent pas d'être ambigus, a fortiori dans des sociétés comme les nôtres où existe un courant d'échange continu entre les différentes « niches » de la connaissance (paysanne, scolaire, etc.). Il convient donc de s'interroger sur la stratification — aux sens à la fois archéologique et sociologique du terme — de ces savoirs, sur les modes de leur transmission. C'est là l'objet de plusieurs études8, qui font apparaître la maîtrise différenciée de ces connaissances selon les groupes sociaux, les relations complexes qui se nouent, à l'arrière-plan du savoir tel qu'il s'affiche, entre cultures savante et populaire, traditions écrite, orale, expérimentale... Glissant vers une sociologie de la connaissance, l'ethnologie risquerait ici cependant de perdre sa spécificité : tel serait le cas si les savoirs, la façon dont ils s'organisent et organisent le monde, étaient relégués au rang de simples enjeux dans les processus d'imposition et de légitimation du pouvoir.

9En troisième lieu, des questions sur les rapports entre modes de connaissance du monde et manières d'agir sur le monde. L'analyse des relations entre savoirs et pratiques est sans doute une des voies les plus fécondes qui dérivent des travaux sur les ethnosciences. Elle tente de dégager comment les catégorisations, implicites et explicites, qu'opèrent les individus dans leur découpage de la réalité, engendrent des règles de comportement, des processus codifiés de décision ; cette perspective est proche de celle tracée par P. Bourdieu quand il introduit la notion d'habitus, « système de dispositions durables et transposables, ensemble de principes générateurs et organisateurs de pratiques et de représentations »9. Dans notre domaine, divers travaux, consacrés notamment à l'élevage, au maraîchage, à la viticulture10, ont mis en évidence ces relations structurelles entre certains savoirs et comportements et souligné l'inadéquation des modèles des sciences agronomiques et économiques pour appréhender le système des connaissances et des attitudes des acteurs sociaux.

10Une quatrième voie s'offre pour dépasser le constat ethnoscientifique ; elle se situe à la croisée des chemins, comme ces objets naturels ou techniques qui participent de plusieurs univers classificatoires (morphologiques, fonctionnels, symboliques...). Prenant précisément acte de ces enchevêtrements, cette démarche tente de restituer l'ensemble des savoirs, des usages, des significations qui s'attachent à une plante, un animal, un objet... par un examen fouillé de toutes les « occurrences » de cet élément naturel ou technique dans le champ social et culturel11. La plante, l'animal, l'objet... ressortent de cette investigation totale chargés d'une épaisseur sémantique contrastant avec la ténuité que leur reconnaîtraient des analyses unilatérales.

11Il resterait à s'interroger, au terme de ce rapide survol, sur l'intérêt de notre société pour les « savoirs naturalistes populaires » (qui, au fond, nous l'avons dit, ne sont ni totalement naturalistes ni strictement populaires). L'inflation d'intérêt pour cette frange de la connaissance procède sans doute des difficultés qu'éprouvent aujourd'hui nos sociétés à gérer leurs relations avec la nature et la culture : crise dans le rapport à l'environnement, crise de la connaissance positiviste, crise dans la transmission unilatérale des savoirs et reconnaissance de la pluralité des procédures — sinon des mécanismes — cognitifs, crise des identités qui se décomposent et se recomposent (or, la maîtrise de savoirs spécifiques est un emblème, parmi d'autres, de l'appartenance collective...). L'intérêt pour le thème est sans doute à la mesure de la diversité de ces questions.

Haut de page

Notes

1K.-L. Pike oppose ces deux démarches, quand il distingue le point de vue « étique » — celui de l'observateur qui plaque une grille d'analyse préconstituée sur la réalité — et le point de vue « émique » — qui retient uniquement les traits pertinents pour l'usager (l'opposition « étique »/ » émique » renvoie aux différences fondamentales de méthodes entre la phonétique et la phonologie, phonemics. Voir K.-L. Pike Language in Relation to a Unified Theory of the Structure of Human Behavior, Glendale, Summer Institute of Linguistics, 1954-1960.
2Voir, par exemple, de Harold C. Conklin, « Lexicographical Treatment of Folk Taxinomies », in Readings in the Sociology of Language (J.-A. Fishman, éd.), La Haye, Mouton, 1968 (pp. 414-433) et de Charles-O. Frake, « The Diagnosis of Disease Among the subanum of Mindanao », American Anthropologist, 69, 1961, (pp. 113-1 ?).
3P. Guiraud, Structures étymologiques du lexique français contemporain, Paris, Larousse, 1966.
4Dans différents travaux, Claudine Friedberg montre à partir d'exemples empruntés à plusieurs sociétés, la complexité de ces processus d'assignation taxinomique. Voir par exemple, C. Friedberg, « Les méthodes d'enquête en ethnobotanique. Comment mettre en évidence les taxinomies indigènes ? » in Journal d'agriculture tropicale et de botanique appliquée, vol. XV, n° 7-8, 968, (pp. 297-334) ; « Les processus classificatoires appliqués aux objets naturels et leur mise en évidence. Quelques principes méthodologiques », in J.A.T.B.A., T. XXI, nos 10-11-12, 1974 (pp. 313-334).
5Voir, à ce sujet, les remarques de Jacques Barrau, dans « L'ethnobiologie » in Outils d'enquête et d'analyse anthropologiques (R. Cresswell et M. Godelier, éd.), Paris, Maspero, 1976, (p. 74) : « Trop de cas montrent que, par exemple, on veut fausser un système classificatoire populaire en le forçant plus ou moins consciemment à entrer dans le cadre de la taxinomie scientifique quand celle-ci est connue de l'enquêteur ».
6Voir G. Delbos, « Savoirs du sel, sel du savoir », Terrain, n° 1, oct. 1983 (pp. 11-22).
7A. Leroi-Gourhan, « L'expérience ethnologique » in Ethnologie générale (J. Poirier, éd.), Paris, Gallimard (Encyclopédie de la Pléïade), Paris, 1968, (p. 1819).
8Par exemple dans l'ouvrage de Geneviève Delbos et Paul Jorion, La transmission des savoirs, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l'Homme, 1984, et dans diverses contributions réunies dans le volume Les savoirs naturalistes populaires, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l'Homme, 1985, ou encore dans le présent numéro de TERRAIN.
9P. Bourdieu Le sens pratique, Paris, les Editions de Minuit (p. 88).
10Voir l'article de J. Bonniel, dans ce numéro de Terrain et les travaux suggestifs de M. Salmona, par exemple, « La culture économique et technique face au développement », Options méditerranéennes, 21, 1974 (pp. 47-57) et (en collab. avec H. de Vriès). « Résultats d'une étude psychologique de l'éleveur ovin », Economie rurale, Cl, 3 (pp. 43-50).
11Plusieurs travaux illustrent la fécondité de cette approche : voir, par exemple, C. Fabre-Vassas, « Le soleil des Limaçons », Etudes Rurales, n° 87-88, 1982 (pp. 63-83) et les articles de D. Fabre et de T. Jolas qui restituent aux oiseaux toute la plénitude symbolique que leur confèrent nos sociétés.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bromberger C., 1986, « Les savoirs des autres », Terrain, n° 6, pp. 3-5.

Référence électronique

Christian Bromberger, « Les savoirs des autres », Terrain [En ligne], 6 | mars 1986, mis en ligne le 19 juillet 2007, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2890 ; DOI : 10.4000/terrain.2890

Haut de page

Auteur

Christian Bromberger

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals