Navigation – Plan du site
Les hommes et le milieu naturel (épuisé)

La sapience et la sagacité

Jacques Bonniel
p. 25-34

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Rhône-Alpes
Haut de page

Texte intégral

1Dans un précédent article nous avions tenté d'énoncer à partir des premiers résultats de la recherche entamée en 1982 sur la formation des savoirs vignerons en Beaujolais1, quelques-unes des modalités de confrontation de ces savoirs paysans aux savoirs réputés scientifiques diffusés par les techniciens, les vulgarisateurs, les enseignants. Aujourd'hui, à la lumière des données nouvelles que nous avons pu recueillir sur notre terrain du Beaujolais comme d'un certain nombre de travaux réalisés ces dernières années sur la transmission des savoirs auprès d'autres groupes sociaux2, notre démarche nous semble devoir être révisée.

2Ainsi, plutôt que d'analyser les modalités de confrontation entre des savoirs supposés d'ordre et de nature différents — ce qui reviendrait à leur conférer de fait une certaine autonomie —, nous examinerons ici dans quelles conditions une forme particulière de savoirs, produits dans le champ scientifique, tend à s'imposer et à supplanter tout autre forme de savoir : pour cela il faut mettre en évidence l'action spécifique de l'appareil de formation, ses modalités d'intervention, la nature du discours tenu, notamment à travers la vulgarisation et ses vecteurs de diffusion : stages, brochures, tracts, articles. Le repérage des principaux thèmes de ce discours scientifico-professionnel devrait permettre d'éclairer les phénomènes de résistances mis en œuvre par ceux-là mêmes sur lesquels doit s'exercer cette action de pénétration scientifique.

L'école propage-t-elle la science ?

3A voir le très puissant mouvement de scientifisation et de technicisation des activités viti-vinicoles, la réponse ne semble pas faire de doute. Pourtant un retour historique rapide nous montre que le relatif échec du mouvement de scolarisation de la formation initiale agricole (comprise comme le vecteur essentiel du progrès technique en milieu paysan) est au principe de l'émergence d'autres modalités de diffusion des innovations techniques dont le « rendement » non seulement pédagogique ou technique mais social ou politique, est plus décisif. Donnons, à grands traits, quelques éléments de cette histoire localisée de la formation initiale pour mettre l'accent sur la nature et l'importance du public touché, les conditions de déroulement et les contenus de formation.

4Si l'on excepte les rudiments de formation procurés dans le contexte de la réorganisation de la viticulture à la suite de la crise phylloxérique, il faut seulement signaler la création en 1913 à Villefranche-sur-Saône d'une école d'agriculture d'hiver pour dispenser aux fils d'exploitants âgés de quatorze ans au moins, titulaires du certificat d'études primaires, une formation à la fois théorique et pratique. Le but qui lui est assigné est de « développer les connaissances agricoles des futurs vignerons, car la culture de la vigne devient de plus en plus scientifique ». L'enseignement devait durer quatre mois par an de la mi-novembre à la mi-mars et s'étalait sur deux ans. Le succès de cette formule s'affirme puisque les effectifs passent de 18 en 1923 à 52 en 1927, mais le rapporteur du Conseil général — qui subventionne l'école et attribue des bourses aux élèves — demande à ce que soit freiné le recrutement des élèves et « manifeste le désir de voir réduire les heures consacrées à la théorie et augmenter celles qui sont consacrées aux démonstrations pratiques3 ». Outre le nombre restreint d'élèves — par rapport aux quelques milliers d'exploitations du Beaujolais —, on peut être frappé par le caractère limité et pratique de la formation agricole de base, ce qui est une constante de cet enseignement du moins quand il est à destination des futurs praticiens.

5Aussi, jusqu'à la création de la première Maison familiale rurale après la Seconde Guerre mondiale, le seul enseignement agricole « de masse », si l'on ose dire, dispensé en Beaujolais consistait essentiellement en cours post-scolaires agricoles (c.p.s.a.), dont étaient chargés les instituteurs pourvus d'un brevet agricole. En 1929-1930, un inventaire des c.p.s.a. du département du Rhône réalisé par la Direction des services agricoles en recense 15 dans 14 communes différentes situées, pour la plupart en zone beaujolaise4. Le nombre d'auditeurs réguliers, assez faible, varie de 5 à 19 et les cours, comme à l'école d'agriculture d'hiver, se déroulent en soirée de novembre à février-mars à raison de 2 séances de 2 heures par semaine.

6Paradoxalement, l'action des instituteurs agricoles a probablement été plus marquante dans le domaine de la démonstration pratique que dans celui de l'enseignement théorique pour des raisons à la fois institutionnelles et sociales. En effet, une circulaire du ministre de l'Agriculture du 1er septembre 1930 leur enjoignait de porter la plus grande attention à la formation pratique. « Les maîtres chargés de cours devraient justifier de l'exécution du programme suivant : A — Donner annuellement 50 heures de leçons dans les locaux de l'école ; B — Diriger des applications au jardin et à l'atelier ; C — Organiser des champs de démonstration ; D — Diriger des visites de fermes et d'industries agricoles ; E — Faire éventuellement quelques conférences avec des éléments fournis par le directeur des Services agricoles. »

7Ces champs d'expérience ou de démonstration (le glissement d'un terme à l'autre n'est pas sans signification si l'on en croit un ancien directeur des Services agricoles5) semblent avoir exercé une action de propagande décisive, parce qu'ils étaient mis à disposition des c.p.s.a. par les viticulteurs eux-mêmes et qu'ils bénéficiaient de dons d'engrais et de produits de traitement offerts par l'Office agricole départemental.

8Pour autant, même si le d.s.a. inspectant en 1928 un cours post-scolaire agricole affirme que « les cultivateurs de la commune considèrent M. X. comme leur conseiller technique, et se prêtent avec le plus grand plaisir à l'organisateur de champs d'expérience en suivant la végétation avec un vif intérêt », la diffusion du progrès technique par les c.p.s.a. ne se déroule pas dans un climat irénique et de nombreuses communes refusent d'organiser les cours ou ajournent leur décision en attendant d'avoir étudié les modalités et le coût des c.p.s.a. Mais cette réticence (ou cette résistance) n'est pas du seul fait des communes ou des viticulteurs : une lettre du 14 février 1921 de l'inspecteur d'académie au préfet du Rhône signale le refus d'organiser des c.p.s.a. — « pour cause de non-compétence » — par des instituteurs des chefs-lieux de cantons de la région. A entendre le témoignage d'anciens maîtres agricoles et celui de viticulteurs ayant fréquenté les c.p.s.a., cet aveu d'incompétence n'est pas tout à fait sans fondement : « Dans les communes viticoles, on n'était pas spécialement apte à enseigner la viticulture... On s'est trouvé jeune instituteur débutant face à ce problème : il fallait enseigner l'agriculture sans formation spéciale6. »

9La question est, évidemment, moins celle de la compétence que celle de la légitimité et l'essentiel de leur action a peut-être consisté moins à dispenser des savoirs scientifiquement qualifiés qu'à greffer une disposition à recevoir, ou même à réclamer, des savoirs exogènes. Si cela est, alors le bilan prend une autre tournure : « il ne faut pas se faire d'illusions. Nos c.p.s.a. n'ont pas eu une portée énorme, mais ça a été un premier pas vers l'enseignement professionnel agricole qui a été suivi par les maîtres itinérants puis par les écoles d'agriculture. (...) On a essayé de faire quelque chose de valable techniquement ; personnellement, je ne me sentais pas assez fort vis-à-vis des viticulteurs. On essayait d'orienter en essayant de leur donner une certaine culture générale7 ». Serait-ce ce maigre bagage (« on arrivait tant bien que mal à nos 120 heures », nous rappellent nos interlocuteurs) qui peut expliquer la mise en œuvre par cette génération-là, celle des « trente glorieuses8 », d'une capacité d'innovation technologique étonnante alors même que techniciens, enseignants, vulgarisateurs continuent de dénoncer l'indécrassable routine.

10En fait, c'est moins l'apport de connaissances précises sur le mode propositionnel — dont parle G. Delbos à propos des savoirs véhiculés par l'école —, que la familiarisation avec un univers de pensée radicalement nouveau qui peut rendre compte de cette attitude d'adaptation rapide et d'adoption des innovations culturales, encore que cette attitude soit loin d'être généralisée. Là comme ailleurs chez les paludiers par exemple, l'opposition entre deux univers culturels ou deux modes de pensée va prendre la forme d'une opposition de classes d'âge ou de génération : « Il y avait une ségrégation entre les viticulteurs qui avaient un certain âge et puis des jeunes qui se rendaient compte que la science... du fait qu'ils étaient déjà allés à l'école... on leur avait parlé de Pasteur, de la vaccination, de choses comme ça... ils faisaient quand même, sans s'en rendre compte, le rapprochement entre des techniques qui avaient fait leurs preuves en médecine ou ailleurs et puis les techniques en agriculture9. »

11La création de Maisons familiales rurales d'abord, du collège agricole de Belleville-sur-Saône (devenu, depuis, un l.e.p.a.) ensuite, en offrant une formation par alternance pour les premières, à temps complet pour le second va certes modifier les conditions de formation des futurs vignerons. Pourtant, ces initiatives sont-elles, à elles seules, de nature à modifier radicalement leur rapport aux savoirs ? On peut en douter, tant est forte la récurrence du thème de l'ignorance des apprentis dans le discours des enseignants. « Le jeune qui reste chez son père... il fait ça parce que le père a toujours fait ça. Quand on demande à nos élèves : "Qu'est-ce que vous mettez dans vos vignes pour traiter le mildiou ?", à la limite ils peuvent dire la couleur des sacs mais un élève qui arrive en 1re année de b.e.p. c'est-à-dire un gamin qui a quinze ou seize ans, il sait pas le nom des produits, il saura conduire le tracteur, il sait travailler physiquement, ils sont assez dégourdis pour tailler (...) mais on remarque qu'ils travaillent par routine, ils font ce qui se fait chez eux sans se poser de questions. » (Un ingénieur des techniques agricoles, enseignant.)

12Si cela ne « passe » pas par l'école, comment s'opère alors cette greffe de savoirs exogènes, selon quels vecteurs et quel discours ?

« Faire du développement »

13Étudiant la mise en place d'un dispositif de savoir à l'occasion de la crise phylloxérique du xixe siècle, nous avions été amené à montrer l'importance de ce que l'on dénommera plus tard la vulgarisation agricole en insistant sur une double caractéristique : l'émulation, voire la concurrence entre l'initiative étatique et celle de forces syndicales et « professionnelles », selon le jargon du milieu10, et la mobilisation de tous les vecteurs de communication disponibles : conférences, affiches, brochures, voyages d'étude, champ de démonstration...

14Quel est donc le devenir de cette forme de diffusion et de transmission des savoirs scientifiques et techniques à partir du moment où — la fin de la guerre et les années 1960 — se met en place un enseignement agricole couvrant un cursus complet de formation, au moins au plan des diplômes désormais requis pour l'obtention des aides à l'installation ? Ne devrait-elle pas être amenée à s'étioler ou même à disparaître, ce que certains tenants de la forme scolaire de transmission des connaissances ont pu penser ? En fait, il n'en a rien été et on peut même noter un renforcement et une extension de cette action.

15Cette situation est, semble-t-il, à mettre au compte de l'organisation très poussée et intégrée de la viticulture beaujolaise : il existe une interpénétration quasi complète entre les structures syndicales, une administration de tutelle, des groupes de vulgarisation dépendant de la Chambre d'agriculture, des établissements d'enseignement agricole privés et publics, un institut de recherche, le Service de la protection des végétaux, de telle sorte que le schéma pyramidal classique de la vulgarisation allant de la production de découvertes scientifiques et d'expérimentations techniques jusqu'aux destinataires ultimes paraît s'appliquer sans problème. Cela ne vaut évidemment que pour une partie de ces destinataires, ceux des viticulteurs qui sont toujours repérés comme des pionniers, « à la pointe du progrès », à la recherche des innovations11.

16Pour autant, cette forme de transmission de savoirs qui privilégie les « bons élèves » de la vulgarisation, ou du développement comme on dit maintenant12, reste-t-elle sans effet sur ceux qui se tiennent — ou que l'on tient ? — à l'écart de l'apprentissage scientifique et technique ? Certainement pas, et pour deux raisons au moins : les savoirs et les techniques diffusés sont porteurs d'une efficacité indéniable en matière de volume de production ; or nous avons affaire à des générations de viticulteurs « qui ont manqué de vin ». Ensuite, le discours tenu se situe au moins autant dans le domaine éthique — de la dénonciation morale et de la discrimination — que sur le seul plan technologique.

17Chez les paludiers, pour G. Delbos, ce qui se transmet surtout dans la familiarisation, familialisation, ce n'est pas du savoir, c'est du travail. De même, dans ce qui est diffusé par les techniciens pour modifier les formes de production, ce qui prime, c'est l'imposition d'une éthique professionnelle et sociale.

18Derrière la dénonciation du caractère routinier13 des viticulteurs, il faut entendre l'affirmation d'une autre morale du travail, de la dépense et du rapport à la nature et aux hommes. Cette volonté d'imposition d'une éthique différente se manifeste par la critique, constante chez les vulgarisations autant que chez leurs bons élèves, des pratiques professionnelles et sociales — en termes de mode de vie — de la majorité des viticulteurs en mettant en avant des comportements et des attitudes irresponsables (gaspillage de temps, de produit, d'argent, mauvaise qualité du travail, — manque de sérieux, volonté de tricher avec la nature ou avec les lois humaines).

19C'est, par exemple, la dénonciation des dépenses ostentatoires qui ne sont pas des investissements « raisonnés ». Les techniciens voudraient que les viticulteurs se comportent efficacement et que leurs pratiques passent par une rationalité technique et économique. Ils voient bien, toutefois, sans pouvoir l'admettre dans l'univers de compréhension qui est le leur, que ces attitudes ne répondent pas à une logique technique de maximisation et d'optimisation des productions, mais bien plutôt à une logique sociale de la distribution qui n'est que pour partie et seulement pour une fraction de la population concernée, une logique de l'excellence technique. « Ils n'hésitent pas à mettre 20 millions pour un tracteur, 50 pour une machine à vendanger, mais on n'a pas le moindre petit réfrigérant. Il y a ce côté curieux de la mentalité vigneronne : on est devenu quelqu'un quand on a le cul sur un siège, que ce soit un enjambeur, que ce soit une machine à vendanger, que ce soit n'importe quoi mais le cuvage, c'est presque accessoire. » (Responsable de l'i.n.a.o: Institut national des appellations d'origine. )

20La plupart de nos interlocuteurs ont insisté dans leur r Institut national des appellations d'origine.équisitoire sur le manque d'hygiène qui régnait il y a trente ans et qui règne encore trop souvent à leur goût dans les exploitations. Or on sait que le discours hygiéniste est une composante forte d'un discours moral en termes de normalisation de comportements déviants. « La tenue des caves était effarante : il y avait méconnaissance œnologique certaine. Les gens cultivaient bien, mais à côté il y avait l'ignorance des règles de base de l'œnologie... Quand on disait aux gens : "Pour faire du vin, il faut beaucoup d'eau", ils nous regardaient parce qu'à ce moment-là, un tas de familles n'avaient pas l'adduction d'eau, ils avaient des puits. Pour faire du vin, il faut nettoyer, etc. Ça paraissait évident et... c'était une évidence qui ne leur était pas apparue ». (Responsable de l'i.n.a.o.)

Maîtriser, raisonner, contrôler

21Ce sont ces trois notions qu'il faudrait retenir pour résumer les thèmes récurrents du discours scientifico-technique, que l'on cherche à faire intégrer par les viticulteurs.

22Il s'opère en effet un consensus de la part de tous les intervenants dans le processus de scientifisation et de technicisation de la production agricole et viticole autour de cette thématique : l'accent est mis sur l'obligation de la maîtrise, qui est en fait l'exercice d'une métrique, sur la mise en œuvre du « raisonner » qui est à la fois conçue comme le simple usage de la raison et comme l'application d'une forme de rationalité, et enfin sur l'indispensable fonction de contrôle qui est autant un mode d'autocontrôle qu'un contrôle sur le déroulement de processus.

23Que l'on interroge des techniciens — quelle que soit leur inscription institutionnelle —, que l'on analyse des documents de nature pédagogique sur la conduite de la viticulture (Cf. encadré), que l'on lise enfin les articles des vulgarisateurs, on ne peut manquer d'être frappé par la présence obsessionnelle de cette thématique. La dénonciation des pratiques « empiriques », en effet, ne suffit pas à emporter l'adhésion : il faut proposer un schéma de comportement, qui à défaut d'une cohérence symbolique, présente une autre forme de cohérence technique, ou techniciste, celle-là. Les savants en ce domaine authentifient ce discours : « Les importantes recherches faites sur le vin ont contribué à une amélioration certaine de la qualité par une maîtrise toujours meilleure des phénomènes mis en jeu14. » Maîtrise, avons-nous dit, qui est souvent une métrique. C'est vraisemblablement ce sur quoi les techniciens ont le plus fait porter leurs efforts : apprendre aux viticulteurs à effectuer des mesures. « Les viticulteurs étaient en retard dans ce domaine par rapport à des gens qui sont assez proches qui cultivent les betteraves sucrières, qui connaissaient par exemple le degré de sucrométrie. Les viticulteurs n'ont jamais pensé qu'on pouvait regarder la matière première pour voir ce qui s'y passait, car en matière viticole on peut corriger pas mal de choses sur le moût et on peut difficilement le faire sur le vin. Donc on a essayé d'introduire l'étude de la maturation, c'était un premier point. Vous avez vendangé, vous savez que vous voulez faire un vin de tant de degrés, mais qu'est-ce qu'il a déjà dans le ventre... On est arrivé avec les premiers réfractomètres, ils nous disaient : "Qu'est-ce que vous regardez ? Vous regardez la Lune ?" » (Responsable de l'i.n.a.o.)

24On pourrait ironiser sur le fait que les techniciens éprouvent des difficultés à maîtriser le raisonnement des viticulteurs, mais plus sérieusement, on doit admettre que finalisée par la perspective de l'optimum technologique, leur action s'inscrit dans une logique implacable de la modernité : « On prévoit de... on s'oriente vers... passe obligatoirement par l'équipement... » . Là où, souvent, le vigneron estimait qu'il fallait laisser agir la nature, ne pas la contrarier, que c'est elle qui est le maître, même si cela doit coûter (« le ciel prend son quota »), on répète désormais sur tous les tons qu'il faut soumettre la nature et ses processus, sous peine de disparaître. « Le vin, c'est un produit vivant, donc il y a toujours des microbes, là-dedans qui se baladent, c'est un milieu de culture, il peut y avoir des tas d'évolutions qui sont favorables ou défavorables et ça, il faut le maîtriser. » (Ingénieur des techniques agricoles, enseignant). Dans certains cas, des techniciens vont jusqu'à établir l'équation suivante de l'identité professionnelle des viticulteurs : compétence ou qualification professionnelle = maîtrise. « La vinification c'est apprendre aux gens à maîtriser les températures. » (Responsable de l'i.n.a.o.)

25Il n'est pas un seul de nos interlocuteurs, techniciens ou viticulteurs technicisés, qui n'ait à un moment donné de l'entretien, évoqué la nécessité d'avoir une conduite raisonnée de l'exploitation. Sous cette notion peuvent se comprendre plusieurs éléments discursifs : la viticulture traditionnelle, « ancestrale » se fonde sur des pratiques « empiriques » dont certaines, nous a-t-on dit, sont bonnes et d'autres moins. Il convient donc de soumettre à la raison cet ensemble disparate de « tours de main », de « trucs », c'est-à-dire y introduire un peu d'ordre en rejetant ce qui ne serait pas authentifié par la science. Il faut donc organiser la production en fonction de la rationalité technique. Mais en un deuxième sens, une conduite « raisonnée » signifie une conduite raisonnable, sans excès, qui saura accepter de se placer dans la dépendance de ceux qui savent, en aliénant une partie de son autonomie. Cette notion de « raisonner » semble être dotée d'une vertu cardinale : la mise en œuvre de cette disposition est le « point de passage obligé » (Cf. document f.o.c.e.a.), la solution à tous les problèmes que peuvent rencontrer les viticulteurs. Il faut et il suffit d'avoir une conduite raisonnée pour être reconnu et légitimé comme un viticulteur moderne. On peut lire par exemple dans la presse spécialisée régionale (Information agricole du Rhône) un article dont le titre est : « Raisonner l'application des produits phytosanitaires pour une meilleure efficacité et un plus judicieux rapport performance/prix »15, dans lequel il est dit que « le raisonnement dans la lutte contre cette maladie (la pourriture grise) doit être de règle (espoir de modélisation) » .

26Pourquoi les vulgarisateurs sont-ils amenés à tant insister sur cette nécessité du « raisonnement » ? En fait, leur cible n'est plus unique, à savoir les irréductibles viticulteurs « à l'ancienne » : il est nécessaire de freiner les prosélytes de la technicisation des activités viticoles qui, par excès de traitement, ont fini par faire apparaître des phénomènes de résistances de souches de cryptogames ou de « mauvaises herbes ».

27On voit ainsi fleurir depuis quelque temps ces mises en garde : ainsi : celle-ci dans les Avertissements agricoles du Service de protection des végétaux : « Il est évident que la lutte chimique ne peut être considérée comme une panacée ; c'est une méthode de lutte parmi d'autres. Elle doit être raisonnée16. » Autrement dit, même quand ils donnent tous les signes d'adhésion à la « religion » du progrès scientifique et technique, les viticulteurs sont toujours suspectés de vouloir et de pouvoir retomber dans leurs errements passés. A vouloir cantonner les viticulteurs dans une fonction d'applicateurs d'une pensée scientifique et technique qui n'est pas fondamentalement la leur, sans se donner les moyens de comprendre profondément selon quels schèmes est organisée leur propre pensée technique — encore faudrait-il admettre qu'ils en aient une, ce qui est loin d'être le cas —, on s'expose à voir s'approprier des savoirs selon une autre logique que celle dans laquelle ils ont été conçus. Dans cette perspective, il n'est pas vraiment surprenant de voir invoquées les difficultés inhérentes à la pédagogie : « On voit par exemple que faire passer... bien utiliser les levures sèches actives qui sont quelque chose de formidable actuellement au niveau technique, c'est pas facile de les faire utiliser rationnellement aux gens, pas facile du tout et, aux jeunes, c'est pas facile de leur faire comprendre. »

28Le même type d'argument vaut pour le troisième terme, celui de contrôle, étroitement lié aux deux précédents. Quand est évoquée cette nécessité de contrôle, on pense à la fois au versant technique du contrôle en terme de contrôle du processus de production (contrôler les fermentations, les températures, les fins de vinification...), au versant social du contrôle en évoquant l'indispensable « discipline professionnelle » et enfin au versant juridique ou légal du contrôle à propos de la conformité aux normes (notamment européennes) et aux lois.

29L'interprétation de ces trois dimensions est au cœur du travail mené à l'origine par l'i.n.a.o. et un responsable de l'époque montre bien comment la fonction répressive devait s'accompagner nécessairement d'une dimension formatrice pour que « le message passe ». « Dans cette période où nous étions à peu près tout seuls, on a tout fait, on a fait du contrôle, on a fait de l'initiation, de la vulgarisation. On a fait beaucoup de réunions le soir surtout pour expliquer la législation, parce que les gars, ils sentaient bien, les responsables, que l'appellation était nécessaire... et on faisait des réunions pour expliquer aux gens : qui dit a.o.c.17 dit contrôle et surtout on voyait dans l'a.o.c. un moyen de se sortir de la crise... Ça a été le début d'une compréhension réciproque. On a été obligé parfois, contraints et forcés, de coller quelques procès-verbaux à des irréductibles, des procès qui portaient sur taille irrégulière, rendement excessif, degré, chaptalisation... On a essayé la persuasion, notre problème, ça a été de faire passer le message. »

30Pour les porteurs de savoirs scientifiques et techniques qui analysent ainsi la chronique de la viticulture et de l'œnologie et qui émettent ce type de jugement sur ceux sur qui doit porter leur action, peut-on dire finalement qu'il y a reconnaissance d'une culture légitime du métier de viticulteur ? Si la réponse à cette question est positive, on peut alors se demander sur quoi porte cette culture, quelles en sont les manifestations ou les modalités d'expression ?

31Une nouvelle fois, l'accord se fait entre nos interlocuteurs, quels que soient leur âge et leurs responsabilités, pour admettre une compétence ou une qualification des viticulteurs dans la culture de la vigne, mais c'est aussitôt pour dénoncer de graves carences dans le domaine de la vinification et de l'œnologie. « Pour la culture de la vigne, je crois que les viticulteurs maîtrisaient d'une façon très satisfaisante les opérations culturales. Ils soignaient la vigne de très près ; la vigne dans le Beaujolais est extrêmement propre. » (Ancien d.s.a., ancien ingénieur général d'agronomie.) « Les traditions qui étaient bonnes, c'est qu'il y avait un sens de la culture, l'encépagement, la taille étaient corrects. Ce qui était mauvais, c'est qu'il y avait un retard important au niveau de la vinification. » (Ancien responsable de l'i.n.a.o.)

32Il faut interroger cette manière de départager les compétences reconnues ou accordées aux viticulteurs pour comprendre qu'il s'agit une fois encore de renvoyer les viticulteurs, les paysans, du côté d'une nature rustique, celle de la croissance de la plante qu'ils côtoient et qu'ils connaissent depuis des temps immémoriaux, alors que, pour longtemps encore la science leur restera impénétrable. Un jeune enseignant agricole exprime ce point de vue de manière particulièrement tranchée en distinguant « trois degrés de complexité dans le métier » : « A ce niveau-là (celui de l'élevage du vin), la science, l'œnologie scientifique, a pris le pas par rapport aux savoirs... parce que c'est le domaine de la microbiologie et puis de la chimie organique... c'est les processus de réduction, tout ça c'est de la chimie. Je pense qu'en viticulture, il y a pas mal de savoirs, en vinification, il y a encore des savoirs, en conservation, c'est de la science. C'est de la technique de plus en plus froide, de plus en plus impersonnelle. » Ainsi la viticulture est reversée du côté des pratiques, de l'« empirisme », comme le disaient avec dédain certains viticulteurs technicisés, du côté des savoir-faire et des tours de main ; alors que l'œnologie est située du côté de la science — la plus en pointe : la microbiologie — de la rationalité et des savoirs abstraits.

33L'ignorance supposée des viticulteurs aura donc changé de sujet ou de niveau : alors s'explique l'irrattrapable « retard » dont ils font constamment preuve. Ils auront beau faire : il existe un niveau de scientificité qu'ils ne pourront atteindre et il leur faudra faire confiance aux techniciens qui les encadrent. « Faire un cours sur le levurage, c'est qu'ils comprennent pas facilement... parce que la levure, c'est quelque chose d'abstrait, c'est quelque chose de tellement petit, quand on leur dit qu'il y a 107 levures dans le moût en levurage indigène, quand ça commence à pétiller, qu'il en faut 108 quand le milieu est colonisé, c'est des chiffres, pour eux c'est complètement abstrait, pour le jeune et pour le vigneron qui a quarante ou cinquante ans, encore plus, et pourtant c'est vachement important, si on veut maîtriser, comprendre ces choses-là. »

« Ça résiste »

34Le discours scientiste ou techniciste triomphant rencontre néanmoins des formes différenciées de résistance qui ont malgré tout partie liée ; l'une tient à la nature même des processus en jeu en viticulture et en œnologie, l'autre aux formes de diffusion et de réception du message.

35Sur le premier point, plusieurs attitudes divergentes sont repérables suivant la nature du locuteur (savant, technicien, enseignant, vulgarisateur) et des destinataires. Tout en affirmant que « la viticulture et l'œnologie ne sont pas des sciences exactes » parce que « le vin est un milieu vivant » (?), sont formulés des discours tantôt optimistes, tantôt plus mesurés quant à la compréhension des processus (pathologie de la vigne, microbiologie de la vinification) et aux effets de la mise en œuvre des techniques scientifiques. Les savants ont probablement été les premiers à rappeler que l'étude du vin, « milieu biologique d'une grande complexité » comportait « des aspects qui restent les plus mystérieux » et que ses « mécanismes de transformation ne sont pas complètement élucidés » (Ribereau-Gayon). Pour autant, leur mise en garde ou leur appel à rester la tête froide n'ont pas été entendus et des phénomènes de résistance biologique sont apparus, liés à des usages excessifs de produits de la part des viticulteurs les plus technicisés.

36Mais on ne peut comprendre ces excès que si on les restitue dans la logique sociale de la production paysanne et non pas à partir d'une « pure » logique technique appliquée mécaniquement. Ainsi les excès de fertilisation, dénoncés par les techniciens parce qu'ils aboutissent non seulement à une surproduction mais aussi à une usure prématurée et à une fragilisation de la plante, doivent s'analyser par rapport à l'histoire locale de la viticulture, à la chronique de l'exploitation, aux critères d'une économie paysanne : ils révèlent alors une peur du manque qui s'origine dans les profondeurs d'une mémoire incorporée. A la prévision — agronomique, technique, économique — à laquelle se réfèrent les porteurs de savoirs scientifiques, ils préfèrent et ils opposent la prévoyance, voire la provision. « Ils ont fait d'énormes progrès en matière de fertilisation... c'est d'ailleurs peut-être pas des progrès parce que les vignes sont peut-être trop bien fertilisées, au niveau de la qualité, c'est peut-être pas une bonne chose... mais il faut comprendre cette génération qui a toujours manqué de vin... »

« Ça s'apprend pas, c'est gustatif »

37Même les vignerons qui ont une « bonne base technique » — c'est le cas de celui dont la citation donne le titre au paragraphe — affirment ne pas pouvoir se contenter de mobiliser leurs connaissances scientifico-techniques issues de la formation initiale ou propagées par la vulgarisation. Ils cherchent alors à mobiliser une mémoire individuelle ou familiale, désireux qu'ils sont de ne pas être oublieux d'une expérience qui a marqué un territoire, une exploitation, une lignée de vignerons. C'est notamment le cas de plusieurs viticulteurs à niveau de formation élevé (technicien, ingénieur) qui ont affirmé avoir recours, dans les situations délicates, à l'avis paternel ou à la solidarité de voisinage. Ce qui est entendu alors par expérience, c'est une certaine manière d'être présent au monde, ne pas faire dépendre son histoire des seules vertus supposées de l'analyse : analyse des sols pour connaître la variété de plants ou de clones adaptés et pour effectuer les corrections quant à la structure du sol ; analyse des moûts « pour connaître la matière première » selon le mot (si éloigné de l'expression paysanne) d'un technicien et intervenir sur le processus de vinification ; analyse des vins pour modifier leurs caractéristiques afin de correspondre aux normes de mise en marché.

38Même s'ils n'arrivent pas très bien à en définir la nature et à la faire rentrer dans leur grille de lecture des phénomènes, les techniciens reconnaissent volontiers la réalité de l'expérience, moins, d'ailleurs, au sens contemporain d'expérience professionnelle, qu'à celui d'épreuve. Épreuve de soi et des autres, épreuve douloureuse parfois où se jouent la vie et la mort. « Le vin n'est pas un produit agricole comme les autres, c'est un produit où il y a une charge affective et je crois qu'on trouve le bonhomme derrière le produit. C'est peut-être le gars qui, à mon avis, s'investit dans son produit. D'ailleurs, on le voit, on a vu des accidents, c'est dramatique... des arrêts de fermentation... il y a des parents d'élèves qui se sont suicidés parce qu'ils voyaient que leur vin était foutu. »

Haut de page

Bibliographie

Darre J.-P. La parole et la technique. L'univers de pensée des éleveurs du Ternois. Paris, l'Harmattan, 1985. « Du discours scientifique au dialogue entre praticiens : rupture et emprunts ». In Formation Emploi n° 12, octobre-décembre 1985, la Documentation française.

Delbos G. Savoir du sel, sel du savoir in Terrain, carnets du Patrimoine ethnologique, n° 1, octobre 1983.

Delbos G. et Jorion P. La transmission des savoirs, Éditions de la Maison des Sciences de l'Homme, Paris, 1984.

Pharo P. Savoirs paysans et ordre social. L'apprentissage du métier d'agriculteur, CEREQ, Collection des études n° 11, 1985.

Enseignement agricole et mise en place sociale, in Formation Emploi. n° 12, octobre-décembre 1985.

Rémy J. Le métier d'agriculteur. Façons de produire et façons d'être des agriculteurs sarthois, INRA, Paris, 1982.

Salmona M. « Le gai savoir des jardiniers. Le vivant/animalier et la transmission des savoirs et des savoir-faire. » Communication au colloque de Nantes, S.E.F., Les cultures populaires, juin 1983.

Les savoirs naturalistes populaires - Actes du séminaire de Sommières Cahiers de la collection Ethnologie de la France n° 2, 1985, Éditions de la M.S.H., Paris.

Haut de page

Notes

1J. Bonniel - « La transmission et la transformation des savoirs vignerons » Terrain n° 1, 1983, pp. 23-30.
2Cf dans la bibliographie en annexe les travaux de G. Delbos, P. Pharo, M. Salmona, J.P. Darre.
3Rapport du Conseil général du Rhône, séance du 30 octobre 1928.
4Archives départementales du Rhône. Série 7M. Les directeurs des Services agricoles (d.s.a.) ont remplacé les professeurs départementaux d'Agriculture et disparaîtront en 1965.
5Un ancien d.s.a. nous déclarait qu'il « s'agissait de champs d'essais démonstratifs qui n'étaient pas des expérimentations scientifiques mais où l'on pratiquait des choses simples qui frappaient les imaginations ».
6Entretien avec M. Ange et M. Philippe, anciens instituteurs en c.p.s.a.
7Interview de M. Ange et M. Philippe déjà citée.
8En Beaujolais, ces « trente années glorieuses » débutent en 1960 seulement, moment où allait commencer l'ère des productions « assurées ». « Par "assurées", il faut entendre récolte pleine bon an, mal an ». G. Charle, responsable de l'i.n.a.o. in Almanach du Beaujolais. 1980.
9M. Ange (déjà cité).
10On sait que, quand on parle de la « profession agricole » c'est de manière métonymique, ce vocable désignant les responsables syndicaux et ceux des Chambres d'agriculture.
11Fréquemment, au cours de nos enquêtes, nous avons rencontré des viticulteurs qui se définissaient ou que leurs voisins définissaient comme celui qui le premier acheta un enjambeur, etc.
12Nous reprenons l'expression de J. Rémy qui évoque, dans « le métier d'agriculteur », « les bons élèves de la classe intensive » ou encore « les chouchous du Développement ».
13A noter que les techniciens éprouvent les plus grandes difficultés à faire le partage entre la routine qu'ils rejettent et l'expérience qu'ils valorisent ; la différence résidant peut-être dans le caractère « raisonné » de la seconde. Cf. infra.
14M. Ribereau-Gayon, article Vins, Encyclopedia Universalis.
15Article de Raymond Le Leu. Information agricole du Rhône du 24 janvier 1985.
16Avertissements agricoles, bulletin n° 160 B, 11 février 1980.
17a.o.c. : Appellation d'origine contrôlée.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bonniel J., 1986, « La sapience et la sagacité », Terrain, n° 6, pp. 25-35.

Référence électronique

Jacques Bonniel, « La sapience et la sagacité », Terrain [En ligne], 6 | mars 1986, mis en ligne le 19 juillet 2007, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2893 ; DOI : 10.4000/terrain.2893

Haut de page

Auteur

Jacques Bonniel

C.N.R.S. / Université Lyon II

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals