Navigation – Plan du site
Nouvelles de...

Autour de la pierre...

Pierre Gaudin et Claire Rerverchon
p. 65-67

Texte intégral

1La matière minérale, les pierres, ne cessent d'évoquer en nous des images multiples : l'architecture et plus largement les structures d'habitat, les représentations liées aux formes artistiques ou sacrées, enfin les pierres elles-mêmes avec une vision macro ou microscopique. C'est dire le champ d'investigation énorme que couvre l'étude de l'univers minéral. Bien entendu, ce champ n'est pas délaissé par la recherche, mais les moyens d'approche sont restés trop longtemps compartimentés, isolés. A l'heure où l'on s'intéresse aux démarches authentiquement transdisciplinaires, il est bon de s'interroger sur une anthropologie des matériaux — en l'occurrence des matériaux lithiques —, qui permettrait de saisir, au-delà de la matière, l'univers mental des hommes qui la régissent.

2Plus précisément, cette interrogation nouvelle pourrait prendre en compte, d'une manière globale, les cycles de la pierre et ses utilisations depuis les sites d'extraction (carrières) jusqu'à la transformation (atelier de découpe ou usine de conditionnement) et à la mise en forme dans le bâtiment, la voierie, le funéraire, l'architecture ornementale ou d'intérieur (taille, pose, sculpture).

3Ainsi la pierre (au sens le plus large) se définit-elle sur une série technique dont les variables sont multiples. Géomorphologie des roches, structure et fonction des produits dérivés, technologies d'exploitation, utilisations variées dans l'architecture des régions, composition et structuration des groupes professionnels, modes de transmission des savoirs, outillage.

4Pour illustrer ce point de vue large, nous avons choisi de présenter un exemple d'approche d'un groupe professionnel de carriers, dans le sud-est de la France. Ce groupe n'est certes pas exceptionnel, mais il est révélateur de l'ensemble des carriers provençaux, et, plus largement, des agents du poste technique lié à l'extraction. De fait, cette étude ponctuelle peut servir de jalon pour une approche plus large de cette profession dont on pourrait esquisser une typologie en multipliant les enquêtes.

5La pierre de Saint-Restitut provient des dépôts sédimentaires des mers miocènes de l'ère tertiaire entre moins 25 millions et moins 7 millions d'années. Ces mers envahissaient alors tout l'espace de la future Provence et remontaient jusqu'à Crest. Le site d'extraction de Saint-Restitut apparaît comme la pointe nord de cette extension des mers miocènes. Ces sédimentations tertiaires constituent les dépôts de la « Pierre du Midi » : pierre jeune, calcaire, caractérisée par sa blancheur, qui durcit à l'air, plus ou moins dure suivant les lieux1.

6Utilisation rupestre, épierrage des champs, extraction de la pierre de taille, ont depuis le néolithique laissé des traces durables et quelquefois spectaculaires sur le site. Ainsi, le plateau qui est serti entre les trois communes de Saint-Restitut, Saint-Paul-Trois-Châteaux et Bollène offre sur quelques hectares les marques prodigieuses des rapports séculaires de l'homme à la pierre. Des carrières furent creusées par les Romains (elles figurent au cadastre d'Orange). Ceux-ci utilisèrent la pierre pour bâtir la ville d'Auguste Tricastinorum (Saint-Paul-Trois-Châteaux). Puis au Moyen Age (XIe-XIIe siècles) les évêques-seigneurs de cette ville furent les propriétaires des carrières et en contrôlèrent l'exploitation. Sous l'Ancien Régime et jusqu'au milieu du XIXe siècle, de petites exploitants « tiraient » de la pierre et l'exportaient à courte distance. A partir de 1850 tout va changer. En effet, au milieu du XIXe siècle, avec les innovations techniques, le désenclavement du monde rural par le développement du chemin de fer et le renouveau urbain, les demandes en matériaux de construction s'accroissent rapidement. En écho à la rénovation de la ville, l'exploitation des carrières va devenir industrielle.

7D'ailleurs, partout où affleure la « Pierre du Midi », des carrières sont creusées et des villages entiers vivent de la pierre. La pierre de Saint-Restitut, dite encore « pierre de Saint-Paul » est exportée jusqu'à Lyon, Lausanne, Genève, Grenoble, Marseille... De la rupture de 1850-60 au traumatisme brutal de 1914, le plateau est le siège d'une activité intense. On y verra travailler jusqu'à 400 carriers à la fin du siècle. Ces ouvriers viennent des trois communes de Saint-Restitut, Saint-Paul et Bollène.

8Cette tournure industrielle prise alors par l'exploitation de la pierre de taille est à resituer dans l'ensemble du contexte régional2.

9A la suite de l'enquête réalisée en 1980-82 sur les carrières de Saint-Restitut (Drôme) une sensibilité locale s'est clairement manifestée en faveur d'une poursuite de la collecte et des recherches dans le domaine de la pierre. Sous l'impulsion, notamment de Pierre Laye, dernier tailleur de pierre de Saint-Restitut, a surgi l'idée d'un « musée ». Un débat fécond s'est alors instauré entre les représentants de la communauté villageoise (élus, associations) et les chercheurs, sur l'opportunité de cristalliser un pan de mémoire collective, certes assez coloré, mais qui tournait rapidement à une hagiographie du carrier de Saint-Restitut, somme toute peu originale. L'étude de la pierre et des carriers devait être conduite sur un espace et une durée plus larges, afin de saisir des permanences, des ruptures, des événements et des particularismes. L'enquête, étendue à l'ensemble de la Provence, a créé une dynamique favorisant la mise en place de manifestations ponctuelles mais aussi d'institutions durables :

10- Une exposition intitulée « Mémoires d'un village de carriers du Midi : l'exemple de Saint-Restitut »3 fut présentée à la bibliothèque municipale de Lyon d'octobre à décembre 1982, avec les résultats des travaux de l'action thématique programmée « Ethnotextes » (c.n.r.s.-e.p.r. Rhône-Alpes). Elle accueillit ensuite environ 15 000 visiteurs dans six villes de la région : Grenoble, Valence, Montélimar, Saint-Paul-Trois-Châteaux, Saint-Restitut, Bollène.

11- Le groupe de travail se regroupa en une association, Créaphis (Centre de recherche et d'études autour de la pierre et de son histoire), dans le but de restituer autant que possible les recherches pluri-disciplinaires — ethnologiques mais aussi historiques, géologiques, économiques, technologiques, etc. — entreprises sur les utilisations de la pierre ; de promouvoir les matériaux et les métiers liés à la pierre ; d'organiser des stages d'initiation en liaison avec les professionnels, les enseignants et les pouvoirs publics.

12Enfin Créaphis souhaite également lier la recherche à des applications dans le domaine industriel : les nouvelles technologies, notamment d'extraction (découpes au jet d'eau et au laser) et de mémorisation des tracés par le recours à l'informatique ; l'aménagement des espaces de sociabilité (places de village, cimetières, rues et trottoirs, etc.) en représentent les points forts.

13- Le Centre de la pierre de Saint-Restitut créé en 1985 par Créaphis a une vocation interrégionale (Rhône-Alpes, Provence-Alpes-côte d'Azur, Languedoc-Roussillon). Il souhaite étendre ses activités dans trois directions :

  • développer l'intérêt pour les cultures industrielles en intégrant le site des carrières de Saint-Restitut dans un circuit de tourisme industriel (projet mis en place par le Conseil général de la Drôme), et préparer pour 1989 une exposition permanente dans un ancien puits de carrière où seront évoquées les permanences et les ruptures de l'extraction du néolithique jusqu'aux années 1950 ;

  • être un lieu de rencontre pour les professionnels du bâtiment et des travaux publics et aider à la transmission de leurs savoir-faire par le moyen de stages organisés par le Centre, où seront étudiés également de nouveaux débouchés économiques.

  • offrir un lieu à des artistes et à des créateurs contemporains, qu'il s'agisse de création industrielle, artistique ou architecturale.

14- La mise en place d'une revue trimestrielle : Lithiques, du minéral au mental, entièrement consacrée à l'histoire et au devenir des ressources minérales et de leur utilisation par les hommes. Des universitaires, des architectes, des professionnels mais aussi des industriels et des artistes participent à cette nouvelle publication dont deux numéros sont déjà parus (n° 1 consacré aux « pierres de Provence », n° 2 à l'extraction).

15D'autre part il est important de signaler que de nombreuses autres initiatives ont vu le jour depuis 1982 :

  • Les Filières pierre. Ce sont des associations de professionnels qui peuvent regrouper plusieurs régions. Les pouvoirs publics (ministères, régions, départements, communes) sont des partenaires directement concernés. On peut citer les Filières pierre du grand Sud-Ouest, du Limousin, de Bretagne, de Bourgogne. Elles ont favorisé la mise en place d'une foire biannuelle « Roc Expo » à Toulouse, et un premier symposium pierre (à Paris en mars 1984).

    Des projets de centres, des expositions, des envies de musées. Il serait trop long de faire la liste des manifestations autour de la pierre depuis 1982. Parmi les expositions les plus importantes il faut citer « La pierre en Provence », organisée par l'a.c.e.p.4, et qui a réuni treize associations régionales. Cette exposition est actuellement en train de tourner en France. Des groupes de recherches se sont constitués tels que le Centre de la pierre de Bordeaux, à vocation régionale, dont les buts sont surtout liés à la promotion des matériaux et des métiers ; l'Apare — Association pour la participation et l'action régionale — qui mène un travail très important en région Provence-Côte d'Azur sur la pierre sèche, les bergeries de la montagne de Lure et les terrasses5 ; l'Institut international d'architecture méditerranéenne (créé à Marseille en septembre 1982) dont les buts sont de « favoriser une meilleure diffusion de l'information sur l'architecture, la création de nouvelles formes d'enseignement qui tiennent compte de la spécificité méditerranéenne et de développer des nouvelles techniques permettant d'abaisser les coûts de construction »6 ; le c.e.r.a.v.7 (Centre d'études et de recherche sur l'architecture vernaculaire) dont le directeur est Christian Lassure.

16De nombreux projets de musée voient le jour en Franche-Comté, Poitou-Charentes, Provence, Languedoc et Ile-de-France. Mais la multiplication de musées de la pierre locaux n'entraînera pas forcément une meilleure connaissance des cultures techniques et de l'histoire des mentalités qui s'y rattachent. Certaines opérations risquent même de devenir de véritables « funérailles » de la pierre. Plus que jamais l'ethnologie doit rester liée à un patrimoine vivant et les études qui se développent autour des questions de l'extraction et de la transformation, des matériaux naturels, sont d'autant plus intéressantes qu'elles se préoccupent d'ouvrir des débouchés nouveaux pour les professionnels de la pierre.

Haut de page

Notes

1Sur tous les aspects géologiques, voir M. Philippe et G. Truc, Les Ressources minérales du Vaucluse, Avignon, c.c.i., 1979, et M. Philippe « Le Miocène, la pierre du Midi et l'homme », in Lithiques n° 1.
2Cf. P. Gaudin et C. Reverchon. « Carrières et carriers de Provence » in Lithiques n° 2, Créaphis, Paris, 1985, pp. 63-77.
3P. Gaudin, C. Reverchon, Catalogue de l'exposition Mémoire vivante, dires et savoirs populaires, c.n.r.s.-e.p.r. Rhône-Alpes. Bibliothèque municipale de Lyon, Lyon, 1982, pp. 129-145.
4a.c.e.p. : Association pour la coordination des expositions en Provence. Regroupe le Centre de rencontres de Sénanque, Salagon, l'Apare, Créaphis, l'association Outil libre (Avignon), Glanum, le musée de Cucuron, les Alpes de Lumière.
5Voir les articles de Pierre Frapa et de Philippe Alexandre dans Lithiques n° 1, Créaphis, Paris, 1985
6Extrait de la brochure de l'i.i.a.m. Contact, Mme Serghié-Wagner : (1) 60 06 43 92.
7c.e.r.a.v., 66 bld Garibaldi, 75015 Paris. Publie un bulletin de liaison et des études sur l'architecture vernaculaire.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaudin P. & C. Reverchon, 1986, « Autour de la pierre… », Terrain, n° 6, pp. 65-67.

Référence électronique

Pierre Gaudin et Claire Rerverchon, « Autour de la pierre... », Terrain [En ligne], 6 | mars 1986, mis en ligne le 24 juillet 2007, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2896 ; DOI : 10.4000/terrain.2896

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals