Navigation – Plan du site
Nouvelles de...

Le musée de plein air du Quercy

Jean-Luc Obereiner
p. 78-84

Entrées d’index

Thème :

muséographie

Lieu d'étude :

Midi-Pyrénées
Haut de page

Texte intégral

Une dénomination

1Un musée du gant est un musée d'enfermement du gant, un musée des antiquités gallo-romaines accumule nécessairement des objets gallo-romains, le musée Gambetta est une forme particulière de tombeau de Gambetta. Il était important pour nous de tenter de contourner la difficulté : nous avons fini par choisir l'expression de Musée de Plein Air du Quercy, bien certains que l'on ne nous soupçonnerait pas de vouloir muséographier le plein air ! Au musée de Plein Air du Quercy ce dont il s'agit c'est d'un musée tout court, d'une part, et du Plein Air du Quercy par ailleurs. Cependant, nous laissons toute faculté à qui le souhaite de se rassurer avec l'ellipse de musée du Quercy. Certains compenseront en prévoyant un simple bol d'air. L'Air du Quercy incitera d'autres encore à une visite. Sans compter les imaginatifs qui viendront voir ce que peut être le plein air du musée...

2Nous voulions toucher un public très large que nous nous refusions par ailleurs à cibler, estimant cette pratique réductrice et plus apte à reproduire l'acquis qu'à créer du nouveau. Nous étions enfin persuadés que l'ethnologie, sur laquelle reposait notre projet, ne pouvait pas abandonner toute coloration exotique : la demi-teinte de l'exotisme nord-européen nous semblait bien convenir, avec la référence aux musées de Plein Air scandinaves. Le musée de Plein Air du Quercy n'était donc pas un grand nom, mais il était bourré de petits profits !

Patrimoine, tourisme, ethnologie

3Nous nous sommes constamment posé, depuis quelques années, le problème de savoir comment relier les trois notions de patrimoine, de tourisme et d'ethnologie.

4Dans un premier temps, nous nous sommes contentés du rapport immédiat entre ethnologie et patrimoine consistant à voir en celui-ci la matière première essentielle de celle-là. De même, nous nous sommes satisfaits du rapport tout aussi immédiat permettant de considérer le patrimoine comme matière première principale du tourisme. Si le mérite de ces relations est d'être simples, leur défaut est d'être vagues et surtout de ne pas former un système, c'est-à-dire de ne pas relier ethnologie et tourisme.

5En effet, pourvoyeur du tourisme d'un côté, le patrimoine, qu'il soit naturel ou humain, matériel ou immatériel, peut bien être d'un autre côté fournisseur du travail ethnographique : on observe une double consommation, hédonique ou économique dans un cas, intellectuelle dans l'autre, mais on ne distingue pas autre chose qu'une exploitation de ce patrimoine.

6Une familiarité simultanée, depuis plus de douze années, avec diverses notions touristiques et ethnologiques du patrimoine nous a permis d'affiner la double relation exprimée plus haut. Indiquons brièvement que cette familiarité s'est construite à partir de notre travail de recherche sur le terrain, de notre vif intérêt pour le devenir économique local, enfin de notre souci de ne pas exclure l'homme de ses productions ou de ses projets, et cela est moins paradoxal qu'il n'y paraît.

7Certes, le patrimoine reste en amont du tourisme et de l'ethnologie, mais il ne peut plus être considéré comme une matière première qui préexisterait à l'exploitation touristique ou à la spéculation ethnologique. Rappelons que le patrimoine vient à l'existence seulement sous le regard du touriste ou de l'ethnologue...

8Le patrimoine se révèle comme une série de découpes pratiquées dans le tout patrimonial « primitif ». Le chercheur a taillé, dans ce tout, des domaines. Le promeneur y a isolé des monuments, des sites. Le touriste y a tracé des circuits reliant ces monuments et ces sites, reconstituant ainsi un tissu schématique à grosse trame qui n'est plus le tout primitif hypothétique mais un résumé perceptible et consommable. Les uns et les autres ont établi ce résumé en utilisant chacun sa grille culturelle propre, et non seulement le tissu initial a été considérablement ajouré mais les isolats conservés (tel site, tel monument) ont été eux-mêmes l'objet d'une réduction-déformation-adaptation.

9A s'exprimer ainsi on laisserait croire à une série d'opérations réductrices et appauvrissantes. On peut tout aussi bien considérer que l'isolement de particules patrimoniales élémentaires et leur regroupement en réseaux d'éléments touristiques amènent à l'existence de produits finis qui ont le grand mérite d'être perceptibles, supports potentiels à toutes sortes d'attitudes contemplatives ou actives.

10Ainsi s'offrent au touriste comme au chercheur des tracés possibles, des territoires modulables, des étapes, des programmes, des prises concrètes, précises, sur le patrimoine. L'un référencie le patrimoine, l'autre l'ordonne et le balise. Tous deux le rendent en quelque sorte mobile et se révèlent, sinon interchangeables, du moins fondamentalement complémentaires, producteurs de cette fluidité patrimoniale grâce à laquelle un patrimoine nouveau trouve ses conditions d'émergence.

Vers une entreprise ethnologique

11Une plate-forme étant ainsi définie, permettant de mieux percevoir le patrimoine et ses accès spéculatifs ou pragmatiques, il devenait primordial pour nous d'en tester les performances et de nous attacher à un projet de « patrimoine appliqué ». En effet, pour nous, l'ethnologie se légitime surtout par sa capacité à animer des applications.

12Pour ce programme général, nous avons, conformément aux acquis déjà exprimés, décidé de respecter trois principes : les recherches ethnographiques ne fournissant que du patrimoine en « portions », il fallait rendre compte de cette fragmentation à travers les choix muséographiques et ne pas donner l'illusion que l'ethnologue peut restituer des visions globales. Les portions possédant néanmoins des relations signifiantes, ou tout au moins dotées de telles relations pour le chercheur et ses conjectures, il importait également de laisser soupçonner ces cohésions.

13Enfin, le tissu patrimonial, d'où ces fragments organiques que l'on veut montrer sont extraits, étant celui de la vie, biologique, physiologique, sensible, intellectuelle, sociale, métaphysique, il convenait de ne pas laisser ignorer cette connivence de fond, cette écologie fondamentale. Ces trois principes de programme fournissaient trois dominantes pratiques de la réalisation muséale : l'acquis ethnologique étant fait de fragments patrimoniaux, à la fois fragments d'espaces et de temps, nous allions proposer des petits musées fragmentaires, physiquement isolés, dans un lieu dépourvu d'unité historique temporelle et où des ruines laissées telles casseraient l'intégrité spatiale ; ces fragments possédant des relations, nous les relirions par le fait même qu'ils seraient, malgré leur dispersion, inscrits institutionnellement dans un même site, couchés sur le même plan-guide, connectés par leur enrôlement sous la même bannière. Quelques dispositions graphiques, stylistiques, muséographiques, renforceraient discrètement ces relations ; enfin, les fragments étant issus de la vie et partant de la conviction profonde qu'aucune vie ne peut être mise dans les vitrines, c'est de l'autre côté, côté visiteurs, que nous la favoriserions, en créant un contexte de forte sociabilité.

14Dès lors, la recherche d'un site propre devenait plus facile : il fallait qu'il fût vaste, hors du temps, un peu en ruine, capable d'animation. Si l'on se souvient aussi que notre projet était aussi à finalité économique nous disposions bien de tous les éléments voulus pour une prospection.

15Pour satisfaire à l'impératif économique, nous choisîmes de prospecter la vallée du Célé, affluent de la rive droite du Lot, belle petite vallée encanyonnée, déjà touristique par la grotte préhistorique de Cabrerets et son musée de préhistoire (70 000 visiteurs), par le village médiéval de Saint-Cirq-Lapopie au confluent avec le Lot, par un paysage chaleureux. Le tourisme qui pouvait se développer là nous paraissait riche de potentialités modernes, loin de la consommation massive de sites telle qu'elle se pratique ailleurs dans le Lot.

16Nous découvrîmes le site de Cuzals qui fut acquis, avec ses 210 hectares, en août 1983, avec l'aide du Conseil général. Ne voulant pas laisser aux autres, entrepreneurs et intermédiaires, le soin de construire et de dénaturer nos idées et nos envies, je pris sur moi de recruter une équipe d'exécution autour de notre équipe associative de base elle-même professionnalisée, salariée et sécurisée. Pendant dix-huit mois, nous avons œuvré d'arrache-pied, soixante heures par semaine, sans vacances. Au 1er juillet 1985, le site ouvrait ses portes. A la mi-novembre, il avait reçu 25 000 visiteurs. Tous étaient contents, et l'avaient fait savoir : les professionnels du tourisme locaux ou régionaux, les gens du pays, de la ville ou de la campagne, les jeunes et les vieux, les flâneurs et les attentifs, les inspecteurs de la D.M.F., les élus, les maîtres, les hôteliers et tenanciers de camping proches. Bref, la machine avait correctement commencé à fonctionner, avec du patrimoine, pour du tourisme, sous contrôle ethnologique. Et surtout le niveau de vie y avait été très élevé...

Décodage d'un site

17Qu'avions-nous construit, à partir de notre programme, sur le site de Cuzals ? Le visiteur arrive sur un parking imposant, bien visible au fond d'une combe, bien blanc sous le soleil. Ce parking n'a pas à se dissimuler : n'est-il pas le lieu où l'on gare son véhicule enfin arrêté, où l'on abandonne cette dernière parcelle du territoire familial habituel ? Sa visibilité un peu marquée s'impose comme celle d'une aire d'atterrissage, lieu où se rappelle clairement la quotidienneté que l'on quitte pour un plaisir projeté, mais lieu bien marqué pour un retour nécessaire.

18Tout au bout du parking, une murette ferme transversalement la combe. Elle est surmontée d'une grille verte légère. Cette clôture est coupée par un bâtiment rectangulaire, à toit d'ardoise, bien isolé, bien visible. Le schéma proposé est clair, c'est celui de la frontière-clôture et du point de passage. De l'autre côté de la grille, il n'y a plus de parking blanc, plus aucune voiture, il y a de l'herbe et des gens qui flânent, on aperçoit un étrange château en ruine, des coteaux avec des curiosités devinées au loin. Bref, c'est un autre univers. Mais si l'on est bien entré au musée de Plein Air du Quercy, c'est par la médiation d'un bâtiment dont on est aussitôt sorti. Ainsi, dès l'arrivée à Cuzals, les lieux construits, dotés d'un « intérieur », s'affirment comme significatifs mais transitoires. Il y a encore autre chose dans ce bâtiment d'accueil et c'est son origine : une ancienne lampisterie de gare qui introduit subrepticement une suggestion de voyage.

19Si le parking est contemporain, fonctionnel, et insiste pour être perçu comme tel, le bâtiment d'accueil est atypique, non quercynois bien que présent aussi en Quercy, non paysan bien que rural, non traditionnel bien que classique. Ni déplacé, malgré son évident transfert, ni choquant, il constitue avec le château en ruine lui aussi atypique, l'un des deux pôles affirmant ce qu'est Cuzals, l'affirmant à l'entrée et au beau milieu du site : Cuzals n'est pas un modèle réduit du Quercy, Cuzal est un lieu où l'on va jouer, à partir d'objets et de constructions avec le temps et l'espace, tous deux préférentiellement mais non exclusivement quercynois.

20Ce visiteur a donc franchi la clôture, s'est prêté au rituel qui l'a doté de deux documents : un plan-guide du site pour les adultes et deux tickets de manège pour les enfants. Ainsi, pour une famille, se trouve installée une nouvelle composante de l'ambiance : une légère euphorie. En effet, le dépliant est gai, coloré, très lisible. Les tickets de manège indiquent dès l'accueil, avec les renseignements que l'on a pris sur le bar ou les plateaux-repas, que l'on n'est pas guetté par un « musée obligatoire » (c'est la « petite » psychologie qui fait les grands bien-être...). D'ailleurs, très vite, la liberté de choisir son cheminement s'offre au visiteur. La présence de ce château ruiné a bien sûr été déterminante dans l'adoption du site de Cuzals qu'il mettait sous le signe du fragmentaire. Non seulement ce château est en ruine, mais il est récent (années 1930), non « authentique », sans style, ou plutôt sans style authentique, et donc hors-temps, comme l'on dirait hors-jeu.

21Cuzals montre des témoins d'architecture vernaculaires quercynoise d'époques diverses, et la confrontation toujours possible au château fournit une référence inconsciente constante, entendons par là non un étalon stylistique mais un repère aléatoire, propre à faciliter l'appréhension relative de ces époques diverses. Autrement dit, le château fournit un repère dont la valeur référentielle peut être fixée par chacun à son gré : est-il encore en construction ou déjà en ruine ? Est-il encore restaurable (et du domaine de la culture) ou bon à démolir (et presque revenu à la nature) ? Où en est l'affrontement entre l'homme qui construit et reconstruit (Prométhée) et la nature qui décompose (entropie) ? Il permet, selon le regard de chacun, une attention portée soit sur les pleins (tout ce qui tient encore debout), soit sur les vides (tout ce qui a disparu). Il permet corrélativement de choisir entre accrocher ses certitudes aux maçonneries existantes ou loger son imaginaire, ses doutes, dans les brèches. A tout le moins il fournit un efficace exercice d'assouplissement mental quant à la réflexion sur patrimoine et rebut, monument et construction, curiosité et incongruité, bon et mauvais goût... En somme il est l'idéale clef de sol de notre petite partition ethnographico-patrimoniale ! Une quatrième fonction lui a été dévolue, malgré les problèmes techniques que cela posait : il abrite, nous l'avons dit, une salle d'expositions et de repos, le bar, la boutique, les toilettes, car nous voulions que ce soit précisément la construction la plus démolie du site, la plus atypique, qui soit la plus opérationnelle au regard des activités les plus pragmatiques, les moins muséales, du site. Pour cela, nous avons réalisé des aménagements dosés de telle sorte que la bâtisse reste d'aspect tout à fait ruiniforme (façade, couronnements, intérieurs, végétation envahissante), tout en devenant partiellement habitable. C'était là un moyen supplémentaire fourni pour cette gymnastique de l'esprit et de la sensibilité propre selon nous à assouplir le sens de la diachronie.

22La mise en espace de Cuzals a joué sur un dégradé architectural dont le moindre mérite n'a pas été de satisfaire à des impératifs d'économie : beaucoup de muséographies sont « en salle », entre quatre murs, mais bien d'autres sont logées sous des abris couverts et non clos. Les couvertures sont diverses (éverite, bâche foraine, tuile mécanique, sur poteaux de chêne, ou de profilés métalliques, ou de tubes). Et l'on trouve aussi des objets, des machines, des dispositifs en total plein air, à la pluie et au vent. De toute façon, même les « salles » sont toujours uniques, c'est-à-dire directement ouvertes sur l'extérieur, sans enchaînement entre elles, isolées dans des bâtiments séparés, éclatés. Ainsi, dans notre site, qui ne s'affirme ni construit, ni démoli, ni typique ni quelconque, ni daté, ni intemporel, s'introduisent, pour mieux mettre en scène notre patrimoine en fragments, des espaces intermédiaires, ni dehors ni dedans. Et voici encore un renfort à la convivialité fourni par ces abris transparents, légers, divers...

23Nous avons voulu ne pas oublier ces « rapports sensoriels » dont l'importance dans nos civilisations européennes étonnait l'Américain E. Hall, et qui ne peuvent s'épanouir qu'à condition de respecter les exigences de la « proxémie », ce jeu des relations des individus entre eux dans l'espace. Perceptions des autres et de l'environnement sont nécessaires pour fournir la dose vitale et autant que possible jouissive de sensations socialisées, mais sous condition que soit respectée pour chacun l'obligation de disposer des diverses zones intimes, personnelles, sociales et publiques sans lesquelles surgissent des situations d'agression ou d'abandon. Cuzals permet précisément à chacun de doser à son gré la pression sociale qu'il entend accepter des autres. La variété des espaces construits ou semi-construits, leur dispersion, leurs modalités différentes, associées à des espaces de rassurants ralliements (le château, le parking) font de Cuzals un lieu ou cette problématique de l'espace est assumée. Si quelque chose de culturel peut passer à Cuzals entre le site et le visiteur c'est bien peut-être parce que, contrairement au musée de l'enfermement et de la surpopulation (ou de la solitude...), ce dernier voit respectées son écologie « microculturelle » et, rappelons-le, ses inclinations « micropsychologiques ».

Des objets

24Cuzals baigne son visiteur dans un champ multiple, atypique, intemporel, fragmentaire, intermédiaire. Mais comment avons-nous meublé Cuzals ? Pour nous, l'objet reste bien la molécule muséale constitutive et nous affirmerions volontiers que le musée doit rester fondamentalement, sauf à le débaptiser, une banque de données objectives. Nous avons considérablement modifié les habitudes en matière de « vitrines » mais nous n'en exposons pas moins de 5000 à 6000 objets : il y en a jusque dans le bar ! Pour nous, le problème muséologique par rapport à l'objet, qui de fait est surinformé, est bien plus de désépaissir l'information, de la dégraisser, d'en filtrer le bruit, que d'en exprimer une impossible complexité. Par ailleurs, l'isologie des objets rend leur réseau redondant : chacun dit à peu près la même chose que son voisin. Quelques envies, assorties de rigueurs scientifiques, adoucies de soins esthétiques, ont donc guidé une fantaisie initiale. Il y a d'abord eu la volonté de proposer, presque côte à côte, des muséographies analytiques et synthétiques, thématiques et globales. De cette façon, on peut voir, dans une ferme fin xixe, des poteries, des cuivres, des vanneries, des meubles, des jouets, du feu, des animaux, des cultures, toute sorte d'objets en situation, en connexion, en totale discrétion parce qu'aucun panneau n'est admis, mais en parfaite connivence avec le visiteur parce qu'en parfaite connivence entre eux.

25A l'inverse, ailleurs sur le site, on trouve des poteries, des cuivres, des vanneries, etc., toute sorte d'objets en collection, en observation, en représentation, avec panneaux argumentaires et didactiques. Cette stratégie prend à tout propos le visiteur en tenaille douce. Nous avons observé, pour une meilleure efficacité, deux précautions :

  • dans nos reconstitutions globales, le souci de cohérence a été poussé au maximum : tout est là, y compris les araignées et la poussière, le feu dans la cheminée, la vie qui transparaît à l'évidence pour la bonne raison que nous ne ratons pas une occasion de vivre dans cette ferme avec nos stagiaires, de nous y réunir entre nous ;

  • dans nos musées thématiques, c'est un autre parti que nous avons pris : partant de la constatation généralement bien admise que le visiteur n'a qu'une capacité d'absorption pédagogique assez faible, nous n'avons voulu faire passer que très peu de « leçons » : quelques idées simples et précises non discutables au plan scientifique, faciles à retenir (la poterie xixe trouvée en Quercy n'est que très partiellement autochtone et provient de diverses régions françaises ; la maison quercynoise « traditionnelle » est récente, c'est celle du xixe siècle ; les mêmes pressoirs servaient aussi bien pour le raisin, les noix, ou les pommes).

26Nos objets ne sont guère plus, comme tout Cuzals, que des accroches possibles, des accès disponibles à l'univers tel que chacun le conçoit. Très peu de leçons et très simples sont suffisantes pour favoriser ces accroches, ouvrir tel ou tel de ces accès, dissoudre un préjugé, permettre « au gré de l'usager » des localisations multiples. Notre Quercy, s'il existe à Cuzals, n'est ni synthétique ni exemplaire mais résolument métaphorique. Quelle prétention que la nôtre si nous affirmions tout dire, à Cuzals, en 30 ha, sur la civilisation rurale, l'homme, ses peines, ses joies, ses souvenirs, ses projets, ses symboles, ses dynamiques et ses immobilismes !

27Aussi, une fois de plus, ce n'est pas le Quercy que nous décrivons malgré quelques apparences : c'est le monde dont nous voudrions aider à deviner les grandes solidarités internes : objets utilitaires, avec leurs superstructures symboliques, leurs vies de groupe, leurs évasions, leurs infidélités, leurs stabilités et leurs polyvalences, leurs détournements ; objets en vitrines, sous les spots, en plein air, au soleil, à la pluie, valorisés ou quasi abandonnés ; objets vides ou surinformés, rappels de la matière ou annonciateurs de l'esprit : tous sont disponibles à Cuzals comme seuls matériaux avec lesquels chaque visiteur peut se faire son cinéma, rebâtir tout l'univers, ou simplement notre région. L'étranger y bâtira son Quercy, le Quercynois y bâtira aussi le sien : mêmes matériaux, et à chacun sa règle du jeu. Mais la nôtre est de laisser intactes les libertés de ces visiteurs, de ne proposer que peu de démonstrations, très peu de théories, le moins possible de dévotion scientifico-conservatrice. Pourquoi disserterions-nous longuement sur chaque objet, ou ensemble d'objets ? Devant cette araire, l'un peut n'y voir que sa perfection esthétique, l'autre sa charge potentielle d'amélioration technique, un autre y discerner un instrument de pénibilité terrienne, ou un symbole bucolique, ou encore un objet peu soigné par les responsables du musée, sans compter ceux qui en supputent le prix en brocante, ceux qui pensent qu'il va falloir s'occuper de l'araire qu'ils possèdent, ceux qui s'inventent le projet d'en acheter une pour en faire un lustre, ceux qui la photographient mais ne la regardent pas, ceux qui ne la voient pas, ceux qui savent tout sur les araires, ceux qui pleurent sur l'araire et ceux qui rient...

28Une autre façon de traiter l'objet est celle que nous avons adoptée pour l'architecture rurale : il y a sur notre site des architectures « complètes » (les bâtiments de l'exploitation agricole xixe par exemple). Mais il y a aussi, et nous développerons ultérieurement cette muséographie-là, des portions d'architectures dissociées : des charpentes transférées et remontées à même le sol, côte à côte : si l'on veut comprendre un peu les maisons (et pas seulement celles du Quercy), il faut prioritairement en comprendre les charpentes et couvertures. Cela est quasi impossible lors d'une promenade, même attentive, à travers le pays. A Cuzals, il devient facile de comprendre en quoi le toit à faible pente est d'une technicité bien supérieure à celui à forte pente, par exemple. Une souillarde, transfert partiel d'un élément que l'on croit généralement typique de la maison, s'y démontre, une fois isolée et correctement explicitée, pour ce qu'elle est : Un ajout, un appendice, une greffe récente.

29Une demi-douzaine d'exemples de murettes à pierres sèches avec leurs pierres un peu différentes, permettent une vision simultanée seule capable de faire surgir la comparaison, voire la raison des appareils. Contempler des maisons en collection ne résoudrait rien : en voir les constituants, côte à côte, permet beaucoup de rapprochements, d'observations croisées, d'analyses, de compréhensions d'une combinatoire constructive dont nous pensons qu'elle est le véritable génie de l'architecture rurale.

30Tous ces aspects de l'ethnographie sont bien concrets dans leurs objets immédiats, même s'ils introduisent à un monde de signes et de symboles, mais que deviennent, chez nous, les systèmes de parenté ou les modalités de transmission de l'héritage ? Ces aspects abstraits de l'ethnologie ne se visualisent guère, sauf à leur appliquer des processus très réducteurs pour les faire entrer dans des gadgets « interactifs » parfois satisfaisants pour l'intellect qui les a conçus, et qui connaît bien, lui, les systèmes de parenté, mais profondément inefficaces pour le visiteur moyen (nous voulons dire pour 90 % des visiteurs). Alors faut-il épingler aux murs les pages des ouvrages spécialisés : sur quels murs, quelles pages de quels ouvrages, de quelles écoles, de quelle époque ? Et puis les ouvrages ne sont-ils pas bien dans leurs bibliothèques ? Cette complexité sociale, cette richesse des rapports des hommes et des femmes, entre eux et à travers les distances et le temps, ces pénétrations fines de l'ethnologie, nous voulons plutôt les évoquer, répétons-le, de façon métonymique, par la complexité évidente des objets, la richesse soupçonnable de leurs interactions, de leurs systèmes formés dans l'espace et le temps. Un musée n'a pas à être une pédagogie, même s'il en contient, il doit être une introduction sensible et directe à ce qui motive la pédagogie ou la recherche, là où elles existent. Sur la base de ce que l'on pourrait nommer un hédonisme critique, nous cherchons à faire plaisir au visiteur de Cuzals, mais nous le prenons pour quelqu'un qui, loin d'être extérieur à l'ethnologie, en est l'acteur, ici et maintenant. C'est bien ce qui se passe entre notre visiteur et Cuzals qui nous intéresse : un rapport de chaque instant pour chacun, une mise en rapport semi-aléatoire entre le visiteur et tel ou tel horizon ouvert par telle ou telle muséographie clé.

31Actuellement, ce qui excite le plus la réflexion des stagiaires ou observateurs de diverses sortes, c'est la conjonction, sur le terrain, du micro-développement régional, du tourisme, avec le patrimoine culturel. En bref : comment un musée peut-il être rentable ? Nous sommes perçus comme une structure d'un type nouveau où le touriste, et le Lotois, peuvent séjourner, ce qui n'est le cas ni avec un musée « normal », un château, un église, une grotte, ni avec un site, un point de vue, un paysage. Dans le premier cas, le visiteur doit entre, visiter puis ressortir et partir, le tout ne durant que peu de temps. Dans le second cas, le promeneur, ou l'automobiliste, se promène ou s'arrête brièvement. En aucun cas ne se présente l'occasion d'une consommation longue. Cuzals donne à voir, à penser, et propose aussi, et c'est fondamental, de consommer du temps, d'échapper à la seule alternative du tourisme vert, qui consiste soit à rester au camping, soit à parcourir dans la journée de trop nombreux kilomètres, le long de « circuits ».

32Ainsi, après les solidarités internes qui se répondent sur notre site même entre les muséographies qui auraient pu apparaître hétérogènes et incohérentes, s'établissent des solidarités avec « l'extérieur », avec les terrains de camping, les restaurants, les communes qui créent un plan d'eau, les associations qui organisent un concert, les autocaristes qui imaginent des « produits », avec les Comités départementaux de Tourisme, les Chambres de commerce, avec le Conseil général et la préfecture. Le musée de Plein Air n'est pas un objet posé dans le décor, que l'on crée, qui n'a plus qu'à être beau et à se taire, mais un partenaire socio-économique véritable, que l'on consulte et qui n'a de cesse lui-même de rester en contact avec les autres : peut-être est-ce là une forme d'ethnographie interactive ?

33Qui pourrait encore prétendre, en un musée, et fût-il de plein air, fournir de l'histoire, de l'ethnographie, des sciences naturelles, humaines, physiques ? Si nous écartons la catégorie des visiteurs locaux pour qui les objets de Cuzals sont purement des souvenirs possibles, pour tous les autres, ces mêmes objets ne fournissent jamais, au sens de Baudrillard, que de l'ambiance, c'est-à-dire de l'historialité, une idée de nature, un air d'ethnographie, une forme strictement culturelle et sociale des connaissances. Les visiteurs de Cuzals sont tous des êtres qui vivent à la fin du xxe siècle : entre eux et les Quercynois d'il y a cent ans, il n'y aura jamais de ligne directe, avec son Dolby, image en couleurs et traduction simultanée. Cela n'exclut pas toute communication, toute solidarité !

34Ce qui se passe à Cuzals, en une dynamique proprement muséale, qui constitue bien ce lieu en musée et lui donne sens mais aussi vie, c'est la mise en relation organique de deux systèmes : celui des visiteurs et celui du musée, ce dernier saisi non seulement en ses objets mais dans tout son ensemble. Entre ces deux systèmes s'instaure un échange, que favorisent l'espace et sa mise en œuvre, et dont le mode est celui de la convivialité, de la sociabilité.

35Cet échange va susciter des transformations, dans les deux sens. Pour celles qui touchent les visiteurs, nous nous sommes efforcés qu'elles soient, en termes de thermodynamique, réversibles, c'est-à-dire suffisamment graduelles et tièdes pour qu'à chaque instant il y ait toujours équilibre entre les deux systèmes. Il n'y a que quelques très rares muséographies choc pour assurer les nécessaires contrepoints « chauds ». Si le musée habituel est souvent perçu comme lieu d'enfermement, de contrainte, c'est que l'information est durement programmée (pédagogie), s'y donne des moyens brutaux (efficacité, évaluation), y décrète une constante obligation de présence le long de véritables parcours de l'apprenant, dans la promiscuité ou la solitude imposées. La raideur de la méthode a pour double conséquence de sélectionner et l'information et le visiteur, de réifier l'une et d'enfermer le second.

36A Cuzals, pas de pages de manuels collées aux murs. On ne camoufle pas la règle du maître sous les délices de l'agitation audiovisuelle. Le Quercy ne s'y exhibe pas en trophées Jivaro réduits et ostentatoires, pas plus qu'il ne s'y répand en tisanes traditionnelles. Les objets n'y sont pas un prétexte honorable. Cuzals n'est ni la grande surface des racines régionalisantes, ni le bastion avancé de l'ethnographie en secteur rural.

37C'est un lieu où, à tout petit feu, nous laissons le temps se condenser, l'espace se réduire, afin que le Quercy se livre de la seule façon possible, ici et maintenant : un Quercy « essentiel » offert au contact, et toujours capable d'anecdotes. Ici, le mode des échanges visiteur-visité s'efforce d'être de même nature que le métabolisme du visiteur en état de loisir, lequel ne vient pas ranimer sa mémoire mais jouer, sur des destinations peu courantes, de sa capacité au voyage intérieur.

38Dans le domaine culturel, tout se passe comme si l'esprit et la sensibilité devaient seuls être approvisionnés en données : pédagogie et enjolivages. Au sens où l'on parle de grande musique, il n'y aurait dans les musées et les monuments que de la grande culture. Nous plaidons pour une prise en compte de la vie du visiteur jusqu'aux tréfonds de sa physiologie qui reste, pensons-nous, fondamentale. Et cette vie apprécie les menus plaisirs. Elle apprécie de choisir parmi diverses libertés, de pouvoir garder ses distances ou s'agréger : la philosophie a tout intérêt à ne pas oublier l'éthologie...

39A Cuzals, on use plaisamment du patrimoine, et cet usage, cette usure, sont une solide promesse de sa régénérescence, de la nôtre également, et de celle de tout visiteur. Ni prêtres ni pitres, notre ethnologie n'est pas canonique mais délibérément jubilatoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Obereiner J.-L., 1986, « Le musée de plein air du Quercy », Terrain, n° 6, pp. 78-84.

Référence électronique

Jean-Luc Obereiner, « Le musée de plein air du Quercy », Terrain [En ligne], 6 | mars 1986, mis en ligne le 23 juillet 2007, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2903 ; DOI : 10.4000/terrain.2903

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals