Navigation – Plan du site
Nouvelles de...

L'ethnologie dans la région Poitou-Charentes

Michel Valière
p. 85-87

Texte intégral

1Mais que fait donc un ethnologue régional dans « sa » région, sur son terrain ? Il vient tout de suite à l'esprit qu'il est là parce qu'il doit avoir en charge l'ethnologie de la région — son patrimoine ethnologique. A moins d'être facétieux comme tel journaliste « régional » qui aurait bien vu en ce nouvel acteur régional, en culotte courte et chapeau colonial, l'ethnologue des élus de la Région. Pourquoi pas ? Installé à la Direction régionale des affaires culturelles de Poitiers, aux côtés des archéologues, des conservateurs des Monuments historiques et de ceux de l'Inventaire, l'ethnologue régional crée, à lui seul, un service.

2Si l'on considère l'ethnologue régional non pas comme un « conservateur » d'un type particulier de patrimoine, mais comme un acteur social qui participe au développement local — régional — à partir d'actions initiées en raison d'une bonne connaissance du patrimoine sous ses divers aspects, alors il est clair que c'est en s'appuyant sur l'existant que peut se construire une véritable ethnologie de la France dans cette région — dans toute autre région. Autrement dit, la position de l'ethnologue régional est d'abord celle d'un chercheur confronté à sa propre problématique et qui s'insère dans la communauté scientifique ; puis celle d'un médiateur scientifique et administratif qui fait front à des partenaires institutionnels, associatifs ou individuels qui lui proposent des projets. Projets d'action culturelle, projets de recherche, projet d'action de formation ou de création. C'est tantôt un avis qui est souhaité, tantôt une simple caution, amicale, morale ou scientifique, souvent un conseil...

3Suivre, ou ne pas suivre ? Précéder plutôt la demande ? Pas d'attitude systématique. La situation est plutôt complexe et l'on ne peut encore parler d'actions de routine ou récurrentes. Aussi, c'est à des tâches intéressant aussi bien la recherche, l'action culturelle, la vulgarisation et la constitution d'un nouveau patrimoine qu'a été donnée la priorité.

4La médiathèque régionale de Niort, installée au Moulin du Roc, est en cours d'aménagement. Une convention entre la Ville et l'union d'associations de l'u.p.c.p. (Union Poitou-Charentes Vendée pour la culture populaire) permet de constituer un véritable centre pour l'ethnologie de la France en région. Outre les fonds locaux et régionaux, elle rassemble en un même lieu les usuels intéressant l'ethnologie et la dialectologie et assure la conservation et la communication de l'important fonds d'archives sonores constitué par l'u.p.c.p. et ses associations depuis une vingtaine d'années. Elle s'est attaché un personnel spécialisé et appelle en consultation un comité scientifique qui regroupe des universitaires, des chercheurs du c.n.r.s., des spécialistes de la conservation du son, des cadres associatifs, des élus et des représentants de la mission du Patrimoine ethnologique. L'exemple de la médiathèque de Niort donne la mesure de l'intérêt de liens entre les institutions et les associations. La compétence des divers partenaires doit permettre d'offrir aux « chercheurs » — professionnels ou amateurs —, un outil de travail remarquable et d'enrichir tout un secteur du patrimoine.

5Autre exemple : le musée Sainte-Croix de Poitiers développe une démarche muséographique qui va jusqu'à la définition d'une nouvelle communauté scientifique. En effet, des actions tout à fait exemplaires, associent des conservateurs de musée, des chercheurs de l'université, du c.n.r.s. ou des étudiants de l'e.h.e.s.s., des chercheurs d'associations et des praticiens du monde de l'artisanat ou de l'industrie. Trois exemples méritent de s'y arrêter. L'exposition (1983) intitulée « L'Aiguille et le Sabaron » a été consacrée aux techniques de l'habillement et en particulier de la chaussure. Pour ce faire, la coopération du conservateur chargé de l'ethnologie au musée, d'une enseignante de l'université de Poitiers — ethnohistorienne — et d'un professionnel des métiers de la chaussure, par ailleurs engagé dans un cursus à l'e.h.e.s.s., s'est révélée des plus fructueuses. L'exposition a donné lieu à l'édition d'un catalogue tout à fait remarquable.

6En 1984, la convergence d'intérêts de l'association « Sauvegarde des Jours d'Angles » de l'a.r.p.e. (Association régionale pour la promotion du Patrimoine ethnologique et de l'ethnologie en Poitou-Charentes) et du musée — section d'ethnologie — a permis la création d'une exposition consacrée à un artisanat régional particulièrement prestigieux. Les compétences de professionnelles de l'ajourage, d'un photographe de l'Inventaire, de deux ethnologues — dont l'ethnologue régional — et d'un conservateur du musée, ont permis de mener à bien une recherche qui a donné lieu à l'édition d'un ouvrage (chez Christine Bonneton, éditeur), d'un catalogue multigraphié, d'articles dans des revues, d'émissions sur les radios locales et France-Culture, d'une émission sur fr 3. En outre, l'activité professionnelle a pu se développer.

7En 1985, les professionnels de l'industrie du Gaz et de l'Électricité de France, des chercheurs du c.n.r.s. et le musée, ont créé à partir d'une recherche étalée sur plusieurs années, une grande exposition « Gazomètre et Transformateur », qui est actuellement en cours de présentation au public. Ce concours de la mission du Patrimoine ethnologique, a été toujours sollicité, soit pour l'aide à la publication de la recherche (1985), soit pour l'aide à la formation par l'initiation à la recherche. La synergie entre institutions, associations et chercheurs est donc ici tout à fait créatrice. En outre, ce type de réalisation permet de pallier la lacune — dont le Poitou-Charentes n'a pas l'exclusivité — d'une unité d'enseignement d'ethnologie, et d'ethnologie de la France en particulier. Il est à noter cependant, que plusieurs universitaires de Poitiers mènent une action favorable dans le sens du développement de l'ethnologie, en histoire, en sociologie, en dialectologie des parlers d'oïl et occitans.

8Les écoles d'infirmières et de cadres infirmiers, proposent également une brève initiation à l'ethnologie, et en 1985, deux c.e.s. de psychiatrie abordent des questions qui « dialoguent » avec l'ethnologie (ex. « Inceste et Récits », « Le Tatouage »). Plusieurs jeunes chercheurs préparent des maîtrises ou des d.e.a. dans des disciplines voisines, mais en appliquant à leur objet d'étude un « regard ethnologique ». La plupart des personnes qui souhaitent effectuer des travaux ethnologiques ont dû aller s'inscrire pour le diplôme de l'école des Hautes Etudes auprès de son antenne de Toulouse, ou en d.e.a. à l'université de Brest. La mission d'ethnologie régionale joue à leur égard un rôle de conseil en appuyant leur recherche documentaire, et en permettant le débat sur des problèmes de méthodologie. La double articulation directeur d'études-chercheur/ethnologue régional permet là encore une coopération qui se révèle fructueuse.

9Plutôt que de déplorer les insuffisances et les manques, la « stratégie » de mise en place de l'ethnologie dans cette région passe donc par « l'adaptation au milieu et aux moyens et institutions existants » ; et c'est à la construction de « modèles » d'intervention pour la formation et la recherche que s'applique l'action de l'ethnologue régional. Les institutions, qu'il s'agisse des musées, des bibliothèques, des universités, présentent un caractère de continuité et ont pour mission d'assurer la pérennité des biens matériels et/ou documentaires et de savoir-faire. Le milieu associatif est plus mouvant, quelquefois plus créatif, et se donne généralement d'autres objectifs : par exemple, affirmer son identité ethnique, micro régionale ou régionale, mettre en valeur la culture de son milieu (ouvrier, paysan..).

10La réunion des intérêts réciproques, des diverses curiosités scientifiques et le désir de faire œuvre utile pour la connaissance des hommes et des activités d'une région — qui peut contribuer à la définition d'une identité si recherchée — sont les deux moteurs de la dynamique de l'ethnologie régionale. Cette dynamique conduit la région à se doter de grands ensembles tels que la médiathèque de Niort, l'écomusée du Papier à Angoulême, le Conservatoire national du machinisme agricole (aire autoroutière des Ruralies), le Centre international de la mer à Rochefort, de la Maison des sciences techniques à Poitiers, du Futuroscope de la Vienne, de la Maison nationale des cultures de pays à Parthenay. Ces équipements nouveaux de par leur conception, complètent ceux des musées existants, dont celui de Niort aux collections ethnographiques tout à fait remarquables, et du Parc naturel régional de la Sèvre et du Marais-Poitevin.

11Ils sont les pôles de connaissance de savoirs spécifiques, ferments du devenir des activités économiques et culturelles de toute une région, qui s'ouvre sur le monde et affronte l'avenir en s'enrichissant de la connaissance et de la mise en valeur de son patrimoine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valière M., 1986, « L’ethnologie dans la région Poitou-Charentes », Terrain, n° 6, pp. 85-87.

Référence électronique

Michel Valière, « L'ethnologie dans la région Poitou-Charentes », Terrain [En ligne], 6 | mars 1986, mis en ligne le 23 juillet 2007, consulté le 18 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2904 ; DOI : 10.4000/terrain.2904

Haut de page

Auteur

Michel Valière

Ethnologue régional, Région Poitou-Charentes

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals