Navigation – Plan du site
Nouvelles de...

Le groupement pour la connaissance et la mise en valeur du patrimoine ethnologique rhônalpin

Jean-Baptiste Martin
p. 91-95

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Rhône-Alpes
Haut de page

Texte intégral

1Avant de décrire le programme scientifique et le fonctionnement administratif du « Groupement pour la connaissance et la mise en valeur du patrimoine ethnologique rhônalpin », il convient d'apporter quelques précisions sur les conditions qui ont permis à cette structure de se mettre en place dans des délais relativement courts. La formulation des objectifs recherchés par ses promoteurs et l'observation des tout premiers mois de fonctionnement permettront ensuite d'apporter quelques éléments de réflexion sur l'intérêt de cette nouvelle formule et sur les perspectives qu'elle semble ouvrir.

Historique du Groupement

2Le Groupement a été constitué à la fin de l'été 1985 en réponse à l'appel lancé en mai de la même année par la mission du Patrimoine ethnologique. Mais réunir dans une structure fédérative nouvelle un nombre aussi élevé d'équipes disparates sur le plan administratif (une douzaine d'équipes d'ethnologues, de dialectologues et d'historiens provenant des universités ou du C.N.R.S., de musées ou d'écomusées, d'associations) n'a été possible que parce que la région Rhône-Alpes offrait un terrain favorable et que le désir de coordination, préalable à la structuration, était déjà largement partagé.

Rhône-Alpes : un terrain favorable

3La recherche sur le patrimoine ethnologique est bien vivante et déjà ancienne en Rhône-Alpes. Le dynamisme de cette région peut être mesuré au nombre important des actions qui y sont ou y ont été récemment conduites, soit dans le cadre des opérations financées par la mission du Patrimoine ethnologique, soit dans le cadre des programmes pluriannuels de recherches en sciences humaines et sociales financés avec l'aide du Conseil régional.

4L'installation d'un conseiller sectoriel pour l'ethnologie auprès du directeur régional des Affaires culturelles a aussi largement contribué à ce développement, en apportant un soutien aux équipes et aux personnes, et en promouvant une action importante de sensibilisation, tant auprès des organismes publics que des populations. L'exposition spectacle « L'homme et sa région », qui a été présentée successivement à Lyon (mars 1985) et à Grenoble (novembre 1985) lors de grandes manifestations économiques (Foire internationale à Lyon, Salon Artisa à Grenoble), a permis par son succès de mesurer l'intérêt que peuvent présenter nos recherches pour le public régional.

Volonté de coopération

5La volonté de travailler en commun est ancienne en Rhône-Alpes. Le besoin de coopérer a conduit les anthropologues travaillant dans cette région à créer en 1982 l'Association Rhône-Alpes d'anthropologie (A.R.A.) pour « encourager la pratique de l'anthropologie, sensibiliser le public le plus large à l'intérêt d'un développement local de nos disciplines, et favoriser la diffusion et la restitution des résultats de la recherche ». Une coordination avait d'ailleurs commencé à se mettre en place dès 1976 lors d'un précédent programme régional pluriannuel de recherches, puisque sept équipes de dialectologues, d'ethnologues et d'historiens s'étaient regroupées pour présenter en commun le projet « Archives vivantes et constitution d'ethnotextes ». Les principaux résultats de cette recherche collective ont été présentés dans l'exposition « Mémoire vivante : dires et savoirs populaires » qui s'est tenue à la bibliothèque municipale de Lyon d'octobre à décembre 1982 et a donné lieu à la publication d'un catalogue, recueil d'articles collectifs.

Fragilité des structures et nécessité de structuration

6La recherche sur le patrimoine ethnologique conduite jusqu'à présent en Rhône-Alpes a souffert de la fragilité des structures. Les études réalisées se sont faites la plupart du temps dans le cadre de contrats à durée limitée quand ce n'est pas bénévolement. Les institutions existantes, soumises à leurs propres obligations, n'ont pas la capacité d'assurer un encadrement suffisant à l'échelon régional et la possibilité de participer à des recherches sur des périodes suffisamment longues pour être efficaces. D'où un certain éparpillement des chercheurs et un manque de coordination entre les différentes recherches.

7L'appel d'offres de la mission du Patrimoine offrant la possibilité de créer des groupements a donc trouvé un écho tout à fait favorable en Rhône-Alpes où le désir de structuration était depuis longtemps partagé par de nombreuses équipes et venait de connaître des réalisations encourageantes à l'occasion du lancement (fin 1984-début 1985) du programme pluriannuel de recherches en sciences humaines, programme financé par l'E.P.R., le C.N.R.S., les ministères de la Culture, de la Recherche et de la Technologie, et de l'Éducation nationale. En effet, en réponse à ce programme, deux regroupements importants s'étaient opérés : l'un de quatre équipes dans un programme d'informatisation des musées ethnographiques, l'autre de neuf équipes de dialectologues, d'ethnologues et d'historiens dans un programme de recherche sur le terrain intitulé « Approche des aires culturelles dans la région Rhône-Alpes et ses environs immédiats : permanences et mutations ». C'est à partir de ces deux regroupements qu'ont été construits le programme scientifique et le cadre institutionnel du Groupement.

Projet scientifique du Groupement

8Prenant appui sur ces deux groupes, dont certains projets de recherches avaient déjà été retenus dans le cadre du programme pluriannuel de recherche, le Groupement s'est fixé un programme ambitieux organisé autour de quatre grands thèmes :

  • le traitement documentaire informatisé et l'organisation des sources ethnographiques régionales ;

  • « la région interculturelle » : recherches coordonnées et organisation de séminaires ;

  • la restitution : quelques orientations pour une valorisation des travaux ethnologiques ;

  • une réflexion sur les structures, les institutions et les mentalités nouvelles liées à l'ethnologie.

Définition et mise en œuvre d'un système informatisé de gestion et de recherche documentaire appliqué aux collections et sources régionales de la région Rhône-Alpes

9Cette opération, qui a obtenu un début de financement dans le cadre du programme pluriannuel de recherches en sciences humaines, se propose de mettre en place une banque de données informatisée des différentes sources (objets, enregistrements sonores et audiovisuels, iconographie et archives écrites) collectées et répertoriées qui sont très nombreuses dans les musées d'ethnographie rhônalpins. Groupant dans un premier temps quatre institutions (Musée dauphinois de Grenoble, Musée savoisien de Chambéry, Musée château d'Annecy, Écomusée Nord-Dauphiné), elle pourra s'élargir aux autres établissements du même type désireux de s'associer à ce programme documentaire informatisé. Ce projet permettra aux responsables des musées de mieux maîtriser la masse documentaire et, grâce au couplage à un vidéodisque interactif, facilitera la communication et la diffusion des collections.

10La rédaction d'un guide méthodologique de collecte, d'archivage et de traitement documentaire des données ethnographiques et d'un répertoire sur les réseaux ethnographiques en Rhône-Alpes devrait compléter cette partie.

La région interculturelle : recherches coordonnées et animation d'un séminaire

11Ce programme se compose de deux parties complémentaires : l'une de recherche sur le terrain, l'autre de réflexion et de valorisation par la mise en place d'un séminaire régulier largement ouvert.

« Approche des aires culturelles dans la région Rhône-Alpes et ses environs immédiats : permanences et mutations »

12Ce projet de recherche, retenu lui aussi dans le cadre du programme pluriannuel de recherches en sciences humaines, prévoit l'étude, par une approche pluridisciplinaire, de quelques exemples représentatifs de la richesse et de la diversité des aires culturelles en Rhône-Alpes, Pour conduire cette étude, les dialectologues, les ethnologues et les historiens qui participent à cette recherche ont retenu un certain nombre d'indicateurs relevant de leur discipline. Les grands thèmes de cette étude sont les suivants :

  • Étude des régionalismes du français parlé dans la région, sur substrat franco-provençal ou occitan (régionalismes lexicaux, sémantiques, grammaticaux, phonétiques).

  • Recherches sur la littérature orale : mise à jour des documents inédits de V. Smith (Forez et Velay) et de Ch. Joisten (Dauphiné, Savoie) ; enquêtes dans certaines régions non encore prospectées ; collecte de littérature orale sur le tissage ; enquête sur les contes démarcatifs ; travail de synthèse sur le conte comme élément identitaire.

  • Comportements traditionnels : étude des coutumes alimentaires en Forez ; étude du système de dévolution successorale et d'héritage, stratégies matrimoniales en Lyonnais.

  • Migrations pastorales et aires culturelles : pratiques, savoir-faire et représentations des pasteurs transhumants des Alpes du Dauphiné.

  • Anthropologie historique des populations italienne et algérienne dans l'agglomération lyonnaise.

  • Cultures ethniques méditerranéennes en milieu urbain. Deux études illustrent cette partie : l'une, conduite à partir du quartier de la Guillotière à Lyon, analysera les modes d'insertion et les transformations culturelles sous l'angle des pratiques socioculturelles et économiques liées aux réseaux de « commerce ethnique ». L'autre, s'appuyant sur l'exemple des Coratins de Grenoble, mettra en évidence le double aspect d'une forte identité culturelle et d'une rapide intégration sociale.

Organisation de séminaires réguliers

13Il est apparu opportun au Groupement d'organiser régulièrement des séminaires de façon à compléter les recherches par un débat largement ouvert sur la pratique ethnologique. Ces séminaires permettront aux équipes de faire connaître leurs travaux et de confronter leur problématique et les résultats obtenus à ceux des autres chercheurs, en particulier à ceux des spécialistes qui seront invités pour introduire et animer les discussions. Organisés en fonction des recherches des différentes équipes, ils auront lieu en différents endroits et donneront ainsi l'occasion d'apporter en différents points de la région une formation aux personnes ouvertes aux questions liées au patrimoine ethnologique. Le premier séminaire a été consacré à l'ethnologie urbaine et s'est tenu le 25 avril à la bibliothèque municipale de Lyon. Animé par G. Althabe et ouvert au public, il a réuni une soixantaine de personnes.

14Le deuxième s'est déroulé le 27 mai 1986 au Musée dauphinois de Grenoble. Intitulé « Ethnologie et nouvelles technologies, diffusion des données et accès aux sources », il a permis aux équipes du Groupement concernées par l'informatisation des musées de bénéficier de l'expérience et de la réflexion de cinq spécialistes ayant eux-mêmes participé à des programmes d'informatisation de leurs institutions. Les prochains séminaires auront pour thèmes : migrations pastorales, relations entre aires et réseaux, ethnologie des sociétés paysannes, étude de la parenté et de l'alliance dans les sociétés européennes, technologie et sciences humaines, anthropologie religieuse des sociétés traditionnelles européennes... Certains thèmes initialement prévus pour des séminaires feront l'objet de manifestations plus importantes. Ainsi le conte traditionnel sera le sujet de rencontres internationales organisées à Lyon en novembre 1986 avec la participation du Groupement.

La restitution : valorisation des travaux ethnologiques

15Le Groupement entend contribuer au débat scientifique par des travaux de haute qualité, mais il souhaite aussi faire connaître la recherche ethnologique auprès d'un vaste public. La mise en valeur pourra se faire par la publication de dossiers ethnographiques et par la mise à jour et la diffusion de documents ethnographiques. Une sensibilisation du public au tourisme industriel sera entreprise dans le Nord-Dauphiné pour faciliter un rapprochement des univers de l'entreprise, de la technique, de la culture et du tourisme, enjeu important en cette période de profonde mutation. Dans cette perspective seront organisés et proposés des circuits intégrant les visites d'entreprises dans un itinéraire global qui permettra de situer l'entreprise et ses innovations dans son histoire, l'histoire des techniques, son architecture, son environnement et dans le contexte économique et social.

Réflexions sur les structures, les institutions et mentalités nouvelles liées à l'ethnologie

16Le Groupement se propose de mener une réflexion non seulement sur les thèmes sur lesquels portera sa recherche, mais également sur les structures, les institutions et les mentalités nouvelles liées à l'ethnologie. Comptant parmi ses équipes conventionnées un écomusée souvent cité comme référence (l'écomusée Nord-Dauphiné) et considérant que la région Rhône-Alpes est elle-même une base de référence intéressante avec plusieurs écomusées déjà réalisés (Roannais, Chazelles-sur-Lyon) ou en projet (Chirols, la Houille Blanche, Voironnais...), il a inscrit à son programme l'organisation, sous forme de colloque, de deux journées de réflexion sur l'avenir et le devenir des écomusées. Préparé en liaison avec le Mouvement international pour une Nouvelle Muséologie, ce colloque réunira les 13 et 14 novembre à L'Isle-d'Abeau, dans le cadre de l'écomusée Nord-Dauphiné, les principaux acteurs de l'activité écomuséologique en France et à l'extérieur. Dans une discussion à laquelle prendront part les interlocuteurs institutionnels (direction du Patrimoine, d.m.f., d.d.c., d.a.t.a.r., représentants des collectivités élues), le point sera fait sur quinze ans de pratique et le débat permettra de fixer les premiers éléments d'une politique coordonnée d'aide et de suivi d'opérations de type écomuséologique.

Fonctionnement du Groupement

17Le Groupement est constitué par les douze équipes suivantes : Agence régionale d'ethnologie ; Centre alpin et rhôdanien d'ethnologie ; Centre de dialectologie, université des langues et lettres de Grenoble ; Centre de recherches méditerranéennes sur les ethnotextes, l'histoire orale et les parlers régionaux, université de Provence ; Centre Pierre-Léon, université Lyon 2 ; Écomusée Nord-Dauphiné ; Institut de recherches et d'études sociologiques et ethnologiques, et Institut de recherche sur le monde arabe contemporain ; Institut Pierre-Gardette, Institut catholique de Lyon ; Mémoire forézienne, musée d'Allard ; Musée château d'Annecy ; Musée dauphinois ; Musée savoisien. Trois de ces équipes sont des associations, cinq sont des laboratoires de recherche rattachés à des universités (Lyon 2, Grenoble 3, université de Provence, institut catholique de Lyon) et ayant des liens avec le c.n.r.s., trois sont des musées d'ethnographie, une est un écomusée. L'Agence régionale d'ethnologie domiciliée à Lyon (Institut Pierre-Gardette), assure le suivi des opérations prévues dans le programme avec l'aide du Musée dauphinois de Grenoble. Responsabilité et Coordination du programme s'exercent donc à partir de deux points géographiquement et institutionnellement différents (Université/C.N.R.S. à Lyon - musée à Grenoble), ce qui facilite un fonctionnement équilibré de l'ensemble.

Intérêt du Groupement

18Les promoteurs de ce Groupement ont voulu développer une dynamique d'union en mettant en place un organisme fédérateur d'équipes de nature et de statuts différents désireuses de travailler de façon coordonnée autour d'objectifs bien définis. Ils ont aussi souhaité disposer d'un point de rencontre de disciplines complémentaires (ethnologie, dialectologie, histoire orale) qui ait une base institutionnelle. Mais l'aspect cumulatif ou qualitatif des travaux n'est pas le seul objectif recherché. Grâce à la complémentarité des équipes qui le composent, le Groupement a vocation pour apporter une réflexion et des propositions dans l'élaboration d'une politique régionale coordonnée en matière de patrimoine ethnologique. Il doit donc s'affirmer à la fois comme instrument performant de connaissance et de promotion de ce patrimoine, et comme interlocuteur représentatif dans les instances scientifiques et administratives.

19Comme pour tout projet de grande envergure, le succès de cette entreprise ne pourra réellement être jugé que sur une période assez longue. Le démarrage des premiers travaux, la coordination mise sur pied, l'intérêt suscité par les premières manifestations auprès du public (séminaires), les démarches fructueuses auprès de partenaires administratifs, permettent d'être optimistes, car ils révèlent qu'une dynamique a bien été créée. S'il a les moyens de fonctionner dans de bonnes conditions et suffisamment longtemps, le Groupement pour la connaissance et la mise en valeur du patrimoine ethnologique rhônalpin sera en mesure de réaliser les objectifs ambitieux qu'il s'est fixés, démontrant ainsi l'intérêt de la formule proposée par le ministère de la Culture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martin J.-B., 1986, « Le groupement pour la connaissance et la mise en valeur du patrimoine ethnologique rhônalpin », Terrain, n° 7, pp. 91-95.

Référence électronique

Jean-Baptiste Martin, « Le groupement pour la connaissance et la mise en valeur du patrimoine ethnologique rhônalpin », Terrain [En ligne], 7 | octobre 1986, mis en ligne le 19 juillet 2007, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2923 ; DOI : 10.4000/terrain.2923

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Martin

Responsable du Groupement, Président de l'Agence régionale d'ethnologie

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals