Navigation – Plan du site
Des hommes et des bêtes

Avant-propos

Denis Chevallier
p. 5-7

Entrées d’index

Thème :

animal (monde)
Haut de page

Texte intégral

1Serions-nous, comme l'affirment certains1, en train d'assister au « grand retour » des animaux ? Assurément, si l'on observe l'attention que portent aujourd'hui les chercheurs en sciences sociales, et en tout premier lieu les ethnologues, à tout ce qui touche nos rapports aux bêtes2.

2Le renouvellement de notre intérêt pour l'animal s'explique en partie par les modifications qui ont affecté les populations animales elles-mêmes. Alors que nombre d'espèces sauvages ou de races domestiques locales disparaissent, des animaux qui avaient depuis longtemps déserté des territoires y sont réimplantés. D'autres, grâce à des manipulations génétiques, sont créés pour satisfaire nos goûts alimentaires ou simplement notre curiosité. La prise de conscience de la fragilité d'un patrimoine génétique a amené un certain nombre d'institutions et de chercheurs à s'intéresser à des espèces ou à des races menacées3.

3La richesse d'un patrimoine génétique, qu'il s'agit le cas échéant de conserver, est indissociable des cultures qui ont modelé et pensé les animaux.

4Un ensemble d'études ethnologiques récentes sur la formation de races locales montre à quel point une population animale doit être comprise comme le résultat de stratégies économiques et sociales particulières. Comme l'écrit un peu plus loin Bernadette Lizet, « les robes des chevaux nous parlent des rapports sociaux ».

5De tels travaux ont, entre autres mérites, celui de nous faire franchir les limites d'une ethnologie de sauvetage — sauver des races ou des espèces, n'est-ce pas après tout l'affaire des zootechniciens ou des généticiens ? — pour nous entraîner vers la mise en évidence des enjeux économiques et sociaux qui sont au centre des relations que nous entretenons avec les animaux.

6Une seconde série d'explications de l'intérêt des sciences sociales pour les relations homme-animal réside donc dans l'apparition de pratiques et de comportements nouveaux. C'est par exemple l'entrée de nouveaux groupes sociaux sur des scènes où ils étaient jusqu'alors absents. L'accession de non-éleveurs aux combats de coqs, ces « faux » coqueleux dont nous parle Marie Cegarra, semble correspondre à des stratégies identitaires. De telles stratégies pourraient, toutes proportions gardées, être mises en parallèle avec celles de cette bourgeoisie marchande du xixe siècle marquant son territoire par percheron interposé, ou avec celles de ces urbains, cadres ou membres de professions libérales, recherchant dans la propriété de vaches de combat en Valais une reconnaissance voire une adoption du local.

7Tout comme les formes d'appropriation, les modes de consommation de l'animal se transforment. Noëlie Vialles remarque par exemple une répugnance de plus en plus grande dans nos sociétés pour les morceaux qui permettent d'identifier clairement l'animal. Cette évolution des goûts se répercute sur la découpe de la bête qui tend à devenir dans certains pays occidentaux la plus géométrique possible.

8Les pratiques liées à l'animal renvoient à des distinctions au sein du social. Comme le montre Bertrand Hell pour la France de l'Est, manger ou non les abats, tout imprégnés de sang « sauvage », du cerf ou du sanglier renvoie à une classification des chasseurs. La consommation du hérisson est interprétée par Alain Reyniers comme une pratique distinctive par laquelle le Tsigane affirme son appartenance à sa communauté.

9De telles distinctions ne s'opèrent évidemment pas seulement dans les pratiques de consommation. Yves Delaporte, après avoir étudié les usages sociaux de la nomenclature chez les entomologistes, aborde ici les différents types de comportement observables chez les « mémères à chats » du cimetière du Père Lachaise. Il montre comment des représentations, voire des idéologies, distinguent et parfois même opposent ces groupes.

10Les différents regards ethnologiques portés ici sur les relations entre les hommes et les animaux nous renvoient à cette évidence : en classant les bêtes, les sociétés opèrent des classifications en leur sein.

11Si les ethnologues semblent trouver dans les animaux matière à des incursions dans nos sociétés, c'est aussi que leur démarche est portée par des courants propices.

12L'attention aux pratiques et représentations de l'animal n'est certes pas nouvelle pour l'ethnologie. Elle accompagne même le développement de la discipline. Qu'il s'agisse du domaine français abordé par les folkloristes (dès 1877 pour Eugène Rolland) et surtout du domaine extra-européen où très tôt les anthropologues les ont approchées à travers la question du totémisme, les relations pratiques et symboliques aux animaux se trouvent au cœur du projet anthropologique.

13Ce n'est pourtant que récemment que l'ethnologie de la France a trouvé des courants favorables pour renouveler ses approches de la relation homme-animal.

14Le premier accueille un ensemble de recherches se réclamant de l'ethnozoologie4. Il s'établit institutionnellement en France dans les années 1970 au sein du Laboratoire d'ethnobotanique et d'ethnozoologie du Museum national d'histoire naturelle et bénéficie en particulier des apports des sciences naturalistes et agronomiques et de ceux de l'ethnoscience anglo-saxonne5. Raymond Pujol retrace dans ce numéro quelques-unes des grandes étapes du développement de cette branche de l'ethnologie, qui a notamment multiplié ces dernières années les travaux monographiques, permettant de remettre à jour le projet qui était cher à certains folkloristes d'une ethnographie systématique des usages et des savoirs liés aux animaux.

15La question de l'animal, particulièrement celle de son statut, prend aussi place dans un courant de l'ethnologie en pleine expansion en France : l'ethnologie des pratiques symboliques. En réaction à une stricte application des principes d'une ethnozoologie isolant des savoirs, un ensemble de recherches s'attache à renouer les faisceaux d'éléments — façons de dire, de faire, croyances, savoirs — qui confèrent un sens à une pratique6. C'est dans cette mouvance très riche et diversifiée, que s'inscrivent nombre d'études récentes sur des pratiques de chasse ou d'élevage, sur des rituels thérapeutiques dans lesquels les relations à des animaux ou à leurs produits prennent place dans un système de pensée et de représentation du monde7. Marlène Albert-Llorca nous donne ici un exemple significatif de ces types d'approche. Reliant des sources de différentes origines : récits étiologiques, littérature orale, archives historiques, enquêtes de terrain, elle montre comment usages de la cire dans les veillées mortuaires et statut de l'abeille s'imbriquent en un système symbolique cohérent.

16Présentant une grande variété de gestes et de situations où se jouent des relations aux animaux, ce numéro n'épuise pas, loin s'en faut, un thème indissociable du projet anthropologique. Il ne fait que confirmer, par les exemples choisis, l'omniprésence du monde animal dans notre société qui n'en a plus toujours conscience.

Haut de page

Notes

1Cette idée est notamment développée dans l'ouvrage d'Yvonne Preiswerk et de Bernard Crettaz, Le pays où les vaches sont reines dont ce numéro de Terrain fait un compte rendu.
2En 1987, les deux événements les plus marquants furent l'exposition Des animaux et des hommes présentée au Musée d'ethnographie de Neuchâtel et la semaine internationale Homme, Animal, Société organisée à Toulouse au mois de mai.
3Les actions de conservation du patrimoine génétique concernent aussi bien des végétaux que des animaux. Les parcs naturels régionaux ont dans ce domaine un rôle important : par exemple, le parc naturel régional du Marais poitevin pour son action en faveur de la sauvegarde et de la relance du baudet du Poitou, le parc naturel régional du Lubéron avec la chèvre du Rôve, etc.
4Ce sont les Américains Henderson et Harrington qui utilisent pour la première fois en 1914 le terme d'ethnozoologie : « Ethnozoology of the Tewa indians », Bull. of the Bureau of american ethnology n° 54, 1914.
5Sur l'introduction de l'ethnoscience en France et le problème de l'interdisciplinarité, voir Barrau J., 1984, « A propos du concept d'ethnoscience » in Les savoirs naturalistes populaires, Actes du séminaire de Sommières, Paris, ministère de la Culture et Maison des sciences de l'homme, pp. 5-12.
6Une excellente présentation de l'ethnologie des pratiques symboliques en France aujourd'hui a été réalisée par Daniel et Claudine Fabre : « L'ethnologie du symbolique en France : situation et perspective » in Ethnologies en miroir, Chiva I. et U. Jeggle, 1987, ministère de la Culture et Maison des sciences de l'homme, pp. 123-138.
7De bons exemples de ce type d'approche sont fournis par les publications des chercheurs appartenant au Groupe audois de recherche anthropologique et ethnologique : Jean-Pierre Albert, Marlène Albert-Llorca, Christiane Amiel, Daniel Fabre, Claudine Fabre-Vassas, Jean-Pierre Piniès... qui poursuivent actuellement un programme de recherche sur la relation homme-animal dans le cadre d'un « groupement pour la connaissance et la mise en valeur du patrimoine ethnologique ».
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chevallier D., 1988, « Avant-propos », Terrain, n° 10, pp. 5-7.

Référence électronique

Denis Chevallier, « Avant-propos », Terrain [En ligne], 10 | avril 1988, mis en ligne le 18 juillet 2007, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2924 ; DOI : 10.4000/terrain.2924

Haut de page

Auteur

Denis Chevallier

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals