Navigation – Plan du site
Des hommes et des bêtes

Le « sang sous la masse »

Enjeux de l'émergence d'une race chevaline de gros trait dans la Nièvre
Bernadette Lizet
p. 8-22

Entrées d’index

Thème :

animal (monde)

Lieu d'étude :

Bourgogne
Haut de page

Texte intégral

1En 1982, la Fédération des parcs naturels de France, financée par la mission du Patrimoine ethnologique (ministère de la Culture) et la direction de la Protection de la nature (ministère de l'Environnement) lance une étude de faisabilité pour une recherche sur les « chevaux de trait, (les) ânes et (les) mulets dans les parcs naturels régionaux ».

2Ce projet reçoit l'adhésion du parc naturel régional du Morvan, préoccupé par le sort d'une race départementale1 de gros trait, le « cheval noir de la Nièvre », et désarmé devant le problème de la conservation des derniers spécimens présentés en concours2.

3Dans l'esprit des commanditaires, l'animal doit être préservé pour lui-même, en tant qu'élément du patrimoine régional et national. Il représente en effet un capital génétique — l'appel d'offres du parc s'adresse prioritairement à des généticiens3. Il est également perçu comme un bien collectif, légué par des générations d'éleveurs, issu de l'histoire profonde.

4Avec son apparence singulière — le noir parfait —, l'énorme nivernais est donc pensé comme un emblème de la région et comme un produit spécifique de l'histoire et de la culture locales (culture populaire ?). Le monde rural n'assurant plus sa reproduction, les instances politiques et administratives régionales se sentent tenues de prendre le relais : en 1983, le parc achète une poulinière et paie son tribut.

5Un tel jeu de projections sur une race chevaline fournit une riche matière pour l'analyse. La problématique s'inverse : l'objectif ne consiste plus à trouver comment conserver, mais pourquoi vouloir conserver ce produit anachronique.

6Le parc possède une certaine image de la race noire ; rejoint-elle celle des éleveurs ? Et, par ailleurs, recouvre-t-elle la perception qu'en avaient ses inventeurs, lorsque fleurissaient les « standards » et les « livres généalogiques » de la culture agronomique savante ? C'est ce que nous nous proposons d'étudier, en reliant la monographie nivernaise à une interrogation plus générale sur la fixation des races lourdes au xixe siècle.

Pourquoi sauver la race noire ? Une problématique inversée

7« Pourquoi s'intéresser à une race qui n'existe plus ? » s'exclame abruptement un éleveur, au cours de l'enquête récemment menée en pays nivernais. La race noire, en effet, a officiellement perdu son autonomie en 1966, rejoignant le noyau percheron dont elle s'était laborieusement différenciée, environ un siècle plus tôt : « Le cheval percheron utilisé comme améliorateur a marqué de son empreinte une grande partie de la population chevaline française et des sous-races dérivées du percheron se sont créées dans plusieurs régions... Il était permis de s'interroger sur la valeur zootechnique et l'intérêt économique de ces distinctions entre animaux du même type. Une solution a été apportée en 1966... La Société hippique percheronne qui tenait le Stud-Book est devenue la « Société hippique percheronne de France » admettant dans son Stud-Book la race de trait du Maine, l'augeron, le berrichon et le nivernais » (Quittet et Blanc, 1974 : 45).

8Pourquoi, pourrait-on rétorquer, l'acharnement actuel des éleveurs à « faire naître », envers et contre toute rationalité économique ? Le marché français des gros chevaux traverse en effet une crise sans précédent : que signifie cette fidélité aux concours de race, alors que le statut de leur race est plus faible, plus ambigu que jamais ?

9Quelles étaient, enfin, les motivations des raceurs de l'origine, inventant et essayant d'imposer leur cheval noir sur un marché national très encombré, en plein cœur de l'aire culturelle du bovin charolais ? Le bœuf blanc était l'animal à tout faire, il comblait les vœux des éleveurs en leur apportant l'efficacité et le confort matériel d'une part, le prestige social d'autre part.

10Dès les premières pages de son ouvrage historique sur les haras français, J. Mulliez (1983) expliquait le maintien d'une production souvent peu rentable, par la puissance du lien affectif entre l'homme et l'animal. Que l'éleveur « aime d'amour » sa poulinière, qu'il tienne à conserver la pouliche issue d'une lignée qui vient de loin, moins par le temps écoulé que par l'adversité surmontée, l'histoire de la race nivernaise l'illustre parfaitement, si courte soit-elle.

11Mais pour repéré et désigné qu'il soit, ce caractère passionnel4 — et donc supposé irrationnel — inquiète en général l'observateur (saura-t-on garder la bonne distance scientifique ?) Aussi, une fois effectué le constat de cette encombrante et dangereuse originalité, le spécialiste passe-t-il à autre chose. Ce faisant, il se pourrait qu'il néglige une réalité essentielle : cette tempête sentimentale n'est-elle pas à la fois spécifique du monde du cheval (et pourquoi, bien sûr ?) et source bien connue, depuis longtemps, de blocages techno-économiques ?

Chevaux de bataille

12Le compagnonnage avec les chevaux compte moins par le profit matériel escompté que par les conflits qu'il permet d'exprimer et de faire jouer. C'est donc de rapports sociaux singulièrement chargés que parlent les « robes » des chevaux : les codes esthétiques circulent dans les prestigieux concours de race, dont l'écho se fait entendre à tous les niveaux de la société française, jusqu'au peuple menu, mais orgueilleux, des charretiers, cochers et autres « domestiques » du cheval.

13Cet animal impressionnable et impulsif, P. Virilio (1984) le voit comme le grand spécialiste de la peur et de la fuite dans la nature — caractères justement exagérés, en France, dans l'élevage des chevaux de selle. Largement réservée aux tâches guerrières dans la plupart des cultures à travers le monde, l'espèce chevaline endosserait aussi les violences sociales.

14L'actualité culturelle parisienne de l'automne-hiver 1987 ne délivre-t-elle pas ce même message, sur chaque panonceau publicitaire, avec la tête terrifiée du cheval de Picasso, l'un des éléments clefs de Guernica, si fortement imprégnée du climat de guerre mondiale5 ?

15J.-P. Digard écrivait récemment : « Pour feutrées qu'elles apparaissent vues de l'extérieur... si ritualisées... (les passions) soient-elles, les controverses qui agitent aujourd'hui les milieux équestres (sur l'élevage et les modèles de chevaux de selle, sur les méthodes et les finalités du dressage, sur les structures et la pédagogie de l'équitation, sur la "sponsorisation" des compétitions, etc.) n'en sont pas moins comme par le passé, de véritables batailles rangées symboliques, mise en scène inconsciente d'enjeux et d'antagonismes sociaux et culturels profonds » (1987a : 183).

16Sur ce champ de bataille symbolique, l'affrontement du cheval de selle et du cheval de trait, tout au long du siècle dernier, a été particulièrement rude. Les tensions et les bouleversements de ce siècle peuvent se lire au travers des polémiques chevalines. C'est d'abord le désir de protéger l'animal des brutalités humaines (celles de l'humanité laborieuse : le cheval urbain de travail, entre les mains des charretiers et des cochers, est le déclencheur de la loi « Grammont »6). Le mouvement de protection de l'animal surgit entre les révolutions sociales de 1789 et 1848 (Agulhon, 1981 : 81-109 et Pelosse, 1981-1982). En 1866, une ordonnance de police légalise l'hippophagie dont l'« invention », après des siècles d'interdit de l'Église, trouble profondément les protagonistes.

La guerre du « trait »

17Sur cette toile de fond haute en couleur se détache la trajectoire ascendante, irrésistible, spectaculaire, des tractionneurs énormes et superbes. L'envergure, les formes, la couleur, le « look » des gros chevaux ne cessent de prendre de l'éclat, à l'image et à la mesure de la bourgeoisie marchande dont les pouvoirs s'épanouissent en ce siècle d'échanges mondialisés. Mondialisation des échanges, et mondialisation d'un idéal esthétique : dans la concurrence grandissante avec la machine, et sous l'impulsion d'une clientèle américaine aux idées (de grandeur) bien arrêtées, l'Europe urbanisée et industrialisée élabore un modèle uniforme, qu'elle donne à voir dans les expositions internationales. Corps sculptural, monumental, d'un noir intégral. On a l'impression que les hommes de chevaux explorent les limites des possibilités de modelage de l'espèce7. La bourgeoisie parachève ainsi, semble-t-il, son œuvre de marquage du corps chevalin, emblème de pouvoir, emblème de classe qu'elle dispute à la noblesse, héritière de la culture chevaleresque (Grange, 1981).

18Face aux mastodontes trapus, « adipeux et pléthoriques » (de Choin, 1918 : 235) tout en présence physique ostentatoire8, qui affichent en particulier la couleur du poil comme une marque identitaire, la communauté cavalière de haute tradition cherche l'épure, et allonge les lignes, affirme jusqu'à l'outrance les caractères essentiels de l'animal dit « de sang » : inscription dans l'ascendance généalogique (les ancêtres fondateurs, le réseau d'alliance hautement contrôlé), sécheresse du squelette et de la musculature — la tête tout particulièrement, fine et minuscule — sobriété du système pileux, émotivité et vivacité du tempérament, spécialisation affirmée pour la selle, en dépit de l'anachronisme9.

19Siècle de la surenchère sur le « sang » des chevaux : les inventeurs laissent filer leur imagination dans une course folle après les bêtes emballées, pour chercher le contrepoint technique à ces égarements10. La forte image de P. Virilio (1984, l.c.) reste à l'esprit : « La constante acquisition des vitesses supérieures n'est... que la courbe de croissance de l'angoisse, en ce sens, la "révolution des transports" en produisant au xixe siècle, la fabrique de vitesse, industrialise l'épouvante. » Le xixe siècle est marqué par une guerre des races et des codes esthétiques, qui, au terme d'une ultime course au pouvoir, jette deux classes et deux systèmes idéologiques dans un corps à corps avec l'animal.

20Dans le duel bourgeoisie-aristocratie nobiliaire par corps de chevaux interposés, la première s'approprie, s'acculture l'emblème de l'autre, jusqu'à fabriquer cette chimère du « sang sous la masse » : les énormes chevaux sont brillants, agiles et véloces, peut-être plus encore que les chevaux de course.

21L'incorporation du cheval par la bourgeoisie intellectuelle et marchande s'accomplit pleinement dans l'acte hippophagique, une de ses œuvres majeures (Grange, 1981). D'emblée, l'idéal boucher se fixe sur le cheval de sang, le fin coursier de la maison des Haras, et par voie de conséquence sur sa réplique bourgeoise, le pur-sang de trait : le percheron, chef-d'œuvre de l'ajustement entre les contraires idéologiques et sociaux. Parallèlement, s'élabore la théorie — encore développée aujourd'hui — de la supériorité alimentaire, hygiénique, de la viande la plus rouge, la plus sanguine qui soit.

22Les affaires chevalines au sein de la société française du xixe siècle, illustrent avec force le propos que tient M. Foucault dans La Volonté de savoir (1986 : 164-165) : « Il faut... voir (la bourgeoisie) s'employer, à partir du milieu du xviiie siècle, à se donner une sexualité et à se constituer à partir d'elle un corps spécifique, un corps de "classe", avec une santé, une hygiène, une descendance, une race... Il y avait sans doute à cela plusieurs raisons.

23« Et d'abord une transposition, sous d'autres formes, des procédés utilisés par la noblesse pour marquer et maintenir sa distinction de caste ; car l'aristocratie nobiliaire avait, elle aussi, affirmé la spécificité de son corps, mais c'était sous la forme du sang, c'est-à-dire de l'ancienneté des ascendances et de la valeur des alliances ; la bourgeoisie pour se donner un corps a regardé à l'inverse du côté de sa descendance et de la santé de son organisme...

24« Mais dans ce souci du corps sexuel, il y avait plus que la transposition bourgeoise des thèmes de la noblesse à des fins d'affirmation de soi-même. Il s'agissait d'un autre projet : d'une expansion indéfinie de la force, de la santé, de la vie. La valorisation du corps est bien à lier avec le processus de croissance et d'établissement de l'hégémonie bourgeoise : non point cependant à cause de la valeur marchande prise par la force de travail, mais à cause de ce que pouvait représenter politiquement, économiquement, historiquement aussi pour le présent et pour l'avenir de la bourgeoisie, la "culture" de son propre corps... Ce n'était pas seulement une affaire d'économie et d'idéologie, c'était aussi une affaire "physique"... » Côté chevaux, c'est la course à l'ancêtre primordial : autre surenchère au « sang ». La bourgeoisie s'empare de l'arabe ; la communauté cavalière enfourche l'anglais. C'est la guerre des pur-sang. Celui qui réussit le mieux le « sang sous la masse », le plus énorme des percherons, apparaît comme un arabe monstrueusement dilaté. Les violences symboliques, dans le langage corporel des chevaux de grande race, se terminent dans le sang : n'est-ce pas l'arabe, tous les sens en alerte, effaré, douloureux, dont le trophée doré orne les façades de nos boucheries chevalines11 ?

Un état-civil pour les chevaux

25Entre transposition et acculturation, tel est le sens encore du rituel d'ouverture des livres généalogiques pour les chevaux de trait, à l'image de l'aristocratique pur-sang anglais, importé sur le territoire (naturalisé ?) dès 1833.

26Le Stud-Book est un document écrit qui atteste l'origine. État-civil pour l'animal, il garantit tout à la fois l'inscription dans l'histoire, et l'établissement dans le présent et dans l'avenir.

27Car c'est surtout par la fonction de reproduction que les meneurs des races de trait se doivent de donner des preuves matérielles d'authenticité, de stabilité et de pérennité.

28En même temps que s'ouvrent les livres généalogiques, le « roulage » (industrie de la reproduction) privé s'enfièvre, couvrant les territoires de race (et les espaces intermédiaires) d'un réseau dense d'amours chevalines, imposant aux étalons de véritables performances sexuelles. E. Gayot, l'un des hippologues théoriciens les plus brillants du siècle, une grande figure des Haras, relève le défi ; il reconnaît l'efficacité de ces « rouleurs » au grand cœur (plus de deux cents femelles pour les plus « forts », évidemment visitées plusieurs fois12) et en vient à critiquer l'économie traditionnellement avare de l'étalonnage d'État (vingt juments « pour un reproducteur de race », dit-il, contre deux cents pour les gros chevaux) — une économie sédentaire par surcroît dans les locaux de l'institution ou dans des « antennes » privées trop bien contrôlées (Gayot, 1879 : 526).

29L'enquête large et certaines sources écrites (cf. le prolixe Gayot, l.c.) laissent entendre que le désir de rattachement à la filière généalogique se vit comme un jeu d'évitement-enveloppement de l'administration (osera-t-on parler du thème, tabou s'il en est, des substitutions de cartes et de géniteurs ?).

30La figure du bidet — terme d'origine ancienne désignant le cheval de route, de type intermédiaire entre le « trait » et le « selle », fait surgir des renseignements passionnants sur cette question du « sang » et de l'origine contrôlée. Pour fabriquer ce produit de synthèse entre les deux grandes catégories chevalines, les éleveurs disent « toucher au sang », c'est-à-dire qu'ils croisent le trait léger avec les sujets de race fine de l'administration, tout en se gardant d'entrer de plain-pied dans le système officiel, avec le « papier » (attestation généalogique).

31Le jeu du sang et du sexe, de l'ascendance et de la descendance, de l'essence et du « look » se corse avec la demande américaine (États-Unis), singulièrement pressante sur la question du livre. Les acheteurs d'outre-Atlantique se sont avérés passionnément preneurs du produit résultant du grand corps à corps de la société française : le fameux percheron noir, intégrateur des contraires.

32Preneurs, et au plus haut prix, les Américains le sont sous la condition expresse que le candidat à l'exportation, susceptible de se comporter en améliorateur de la jumenterie du Nouveau Monde, administre les preuves infaillibles de son inscription dans l'histoire : un certificat d'origine en règle.

33C'est dans les écuries du Perche que la clientèle américaine procède à son propre marquage du produit. Elle préside à l'élaboration du type noir et énorme.

Identité, ou identification à un modèle normalisateur ?

34La machine d'auto-valorisation et d'auto-affirmation étudiée par M. Foucault pourrait bien s'emballer et dérailler à partir de cette aventure du livre, et de la course à la légitimation. La création des Stud-Book intervient au moment où les cavaleries régionales entrent dans la phase d'uniformisation européenne. A mesure que s'affirme la fameuse « régularisation » du modèle, si chère aux hippologues, et que s'effacent les distinctions entre les populations régionales, montent les discours sur l'identité desdites races, et les appels aux preuves écrites d'authenticité.

35Vertigineux sommet du tournant de siècle qui adore un corps parfait, coulé au moule d'une esthétique internationale, dans le brouhaha des discours identitaires nationaux et régionaux, et dans les prémisses d'une motorisation qui sonnera bientôt le glas de la traction chevaline. Le plus célèbre des étalonniers de la Nièvre ne qualifiait-il pas son œuvre de « fabrique fin de siècle », tandis qu'un étalon « départemental » nivernais allait porter ce nom sublime : Fin de siècle ? « Tous pareils », « magnifiques », mais, justement, ne permettant plus de faire la différence : cette évolution (normalisation ?) mènerait à un consensus, générateur de troubles d'identité. Le consensus social ne sied décidément pas à la production de l'espèce chevaline. A la fin du premier chapitre de son livre, L'Identité de la France F. Braudel (1986 : 103-106), voit dans une « prédilection pour la désunion et la discorde », une « aptitude à comprendre la guerre du dedans (plus) que celle du dehors » l'un des traits spécifiques de notre culture, et la source de difficultés économiques et sociales très actuelles : « Cette France immense d'autrefois, divisée contre elle-même, a été réduite par le progrès inouï des vitesses, enfermée, claquemurée dans son "hexagone" qui rétrécit de jour en jour. Elle n'a pas réussi — ce qui s'appelle réussir — le Marché commun... »

36Empruntons encore à F. Braudel cette citation de S. de Gramont (1970), image d'un corps social tout en discordances (projetées sur le corps des chevaux) qui convient si bien à notre propos : « La France n'est pas un pays synchronisé... elle ressemble à un cheval dont chacune des pattes se déplacerait à un rythme différent. »

Nouveaux cavaliers, vieilles questions

37Notre société a besoin de ses jeux — et enjeux — équestres. Un exemple : l'explosion du réseau routier et l'accélération des échanges à la fin du xviiie siècle condamnent-elles le voyage à cheval, en démodant le cheval de selle rustique ? Les animaux changent de style (non sans résistance... les chères races d'antan !) et changent de lieu de production. Mais ils réapparaissent en masse — et massifs — pour servir le grand commerce. Une autre preuve, très actuelle ? Le compagnonnage des hommes et des chevaux ne se pratique plus dans les campagnes, vidées par la motorisation, l'exode rural et une nouvelle distribution des secteurs économiques. Mais on le retrouve, dans un infaillible mouvement de balancier, avec le « développement spectaculaire de l'équitation sportive et de loisir à partir des années 1960 » (Digard, 1987 l.c.). Deux cent douze mille visiteurs au Salon du cheval et du poney cette année à Paris, pour la seizième manifestation consécutive !

38Ces nouveaux cavaliers ont une conduite provocatrice à l'égard de la tradition équestre. Ne serait-ce que par une nouvelle façon de vivre avec les chevaux : massivement paysannes, les classes moyennes de la première moitié du siècle suivaient à pied leur partenaire de travail. Urbanisées et employées dans le tertiaire, elles réinvestissent l'espèce chevaline, se l'approprient matériellement (plutôt que de se servir d'un cheval de club, elles l'achètent) et symboliquement. Car les voilà à cheval, et d'une insolente manière, avec un vêtement et un équipement chamarrés, là où régnaient le noir et blanc solennels. La robe des montures, les styles équestres, les races (étrangères, dites « de couleur »), les montes (« à l'américaine », ou « à l'andalouse ») participent de cette polychromie iconoclaste. Comble d'exotisme, voici les chevaux de trait, réchappés de la boucherie et des « ateliers de production animale » sous la selle pour la promenade, ou entre les brancards pour l'attelage de loisir. L'affiche du Salon du cheval 1987 exprime mieux qu'un long discours, ce plaisir populaire d'accéder à l'espèce chevaline, de dépasser le grand clivage socio-économique du cheval de selle et du cheval de trait. Exotisme et syncrétisme : le galop de charge d'une fantasia en vedette et, derrière, une foule de silhouettes qui racontent l'histoire sociale de l'espèce dans toute sa diversité13.

39De la ville à la campagne, de l'exhibition sur un terrain de concours à l'accomplissement d'une modeste tâche journalière : l'espèce chevaline est véritablement transversale de la société française, vouée au commerce, à l'échange matériel et symbolique. Elle est donc profondément socialisée, passionnément investie. La confrontation avec cet « autre » naturellement doué pour porter, se laisser emporter, envahir, conduit — dans ses formes extrêmes — à l'identification dangereuse, qui estompe les contours des territoires de l'humanité et de l'animalité, et biaise la perception du réel (Digard, 1987 a : 186).

Une cristallisation exemplaire des conflits : la Nièvre

40L'histoire tumultueuse de la race nivernaise apparaît comme un cas d'école pour développer cette problématique des tensions sociales par animal interposé.

41Elle est un défi lancé sur la scène des échanges, à l'échelle locale, nationale et internationale. Elle est remarquable par le choix initial (inconscient en bonne part) d'une impressionnante combinaison d'épreuves à surmonter.

42« J'ai fait la race charolaise blanche, je voudrais faire une race de chevaux noirs. » Telle était l'idée dualiste, forte et simple, du père fondateur de la race, aristocrate agromane, grand propriétaire terrien, une figure politique départementale. Il désirait passionnément que le « cheval noir » incarne, dans sa région, la théorie des physiocrates et des agronomes : le passage des bœufs aux chevaux de trait — changement d'espèce et de couleur — devait parachever le progrès rural dans le Nivernais, adossé au Massif Central et au grand bloc méridional de la culture technique du bovin14.

43Les leaders des premiers temps adoptent comme idéal le cheval noir du consensus international. Ils posent, fait remarquable, la toute première pierre de l'édifice français des livres d'origines pour la cavalerie de trait» (d'autres suivront aussitôt : les Percherons, en tête bien sûr, trois ans après les Nivernais - 1883).

44Dans cet acte fondateur, les promoteurs de la race noire se donnent comme principe de race, bouclé par un standard et un label, ce noir intégral, énorme, qu'une mode tapageuse impose à tous les esprits. Ils s'engagent ainsi, d'emblée, dans le piège d'une identité récitée, avec l'enchaînement généalogique et les grands ancêtres inscrits, et le culte rendu à l'idole collective.

L'hégémonie du Perche

45A l'époque où germait l'idée du cheval noir labélisé, sur les foulées de l'illustre race bovine nivernaise, le Perche a réalisé son chef-d'œuvre animal : le cheval de trait par excellence15. Jouant sur sa position géographique privilégiée, entre le « grand ouest naisseur » et la capitale, les Percherons ont spécialisé leur économie autour de l'espèce chevaline (trait-concours), exactement comme les Nivernais organisent la leur autour des bovins (trait-viande-concours). Ils maîtrisent un stock génétique à la fois exogène et très riche. Ils apprennent à en tirer parti au gré du commerce ; ils savent produire, à la demande, l'ouvrier ou la bête à concours. Ils sont à la fois grands éleveurs et grands négociants : en comparaison, l'élan des meneurs de la race noire du Nivernais, vers la conquête du marché américain et le statut de grande race pour la reproduction, restera trop faible, indéfiniment trop « jeune » diront les témoins.

46Le grand voisin de la Nièvre, c'est donc le Perche. En ces années dorées où affluent les acheteurs américains, où les cavaleries urbaines et rurales travaillent à plein rendement, une fièvre de cheval le prend tout entier. L'hégémonie percheronne n'est pas nouvelle : la Poste l'a faite, le roulage urbain et l'agriculture la consacrent. Il est le grand modèle, le pourvoyeur, le frère ennemi, le partenaire puissant et obligé, dans une lutte d'emblée très inégale. Il puisera à la source neuve, au gré de ses besoins, perchisant à rebours ce qui émanait de ses écuries : la signature percheronne couvre la marque nivernaise.

47Fabriquée avec ferveur (et un réel talent zootechnique), la race noire ne « passe » pas dans le négoce. Pour qu'une population régionale « prenne » et acquière une renommée, la connexion doit se faire entre les idéologues de la race (les raceurs, les sélectionneurs) et les maquignons. En Nivernais, l'intégration ne se réalise pas.

48La filière marchands-emboucheurs-étalonniers submerge le « noir », impose la « couleur » (la race rouge ardennaise), et fait abdiquer la Société d'agriculture, gardienne du Stud-Book et de l'image de la race. Le rouge contre le noir : choc de la race marchande (les bêtes de service) contre la race idéelle (les bêtes à concours).

49La saga percheronne ne parle que d'excellence maquignonne, d'une grande aptitude, trop grande (aux yeux de certains) à suivre les marchés : de l'agile postier gris (presque) conforme à l'idéal des hippologues, au monstre noir américanisé, le percheron est toujours en route entre les extrêmes.

50L'entreprise nivernaise est une ligne droite. Elle a la rigueur (raideur ?) d'un schéma intellectuel, d'une fidélité irréprochable aux principes fondateurs, que nulle tentation matérielle ne saurait corrompre. Fascinés par le fastueux moment américain dans l'histoire du cheval de trait, les éleveurs font abstraction, purement et simplement, d'une série de facteurs éminemment défavorables à l'émergence dans la région d'une population chevaline de trait.

L'hostilité des Haras

51Repliée sur une position défensive à l'égard de l'encombrant concurrent du cheval fin, la maison des Haras va focaliser son agressivité sur le premier essaim échappé du grand bloc chevalin de l'ouest. La première riposte sera cartographique : en 1874, un zonage en couleurs des territoires de races exclut brutalement la Nièvre et sa jeune entreprise. Pour affirmer son interdit, l'institution gardienne de l'orthodoxie chevaline s'appuie sur tous les moyens mis à sa disposition : l'encadrement juridique, avec la loi sur la surveillance des étalons (1883), qui convoque le corps vétérinaire par le jeu d'un discours sanitaire ; la pression psychologique aussi, avec la gradation des statuts attribués aux étalons privés (approuvés, autorisés et... niés).

52La plus grande violence symbolique faite à l'œuvre nivernaise, reste l'excommunication pure et simple du noir comme principe de race, légitimé et attesté par le « papier d'origine ». Le combat idéologique du noir et du blanc, qui divise le monde du cheval de trait (il y aurait des « purs » et des « impurs »), va se traduire dans la théorie hippologique par un interdit de penser ces deux couleurs de poil. Désormais, les manuels d'hippologie affirment (aujourd'hui encore) que les robes noires et blanches n'existent pas chez l'espèce chevaline. Une façon de refuser la réalité économique d'un âge d'or pour les tractionneurs ?

53Aux échelons national et international, les meneurs de la race noire affrontaient donc à la fois le savoir-faire redoutable des gens du Perche, et les foudres de l'administration centrale. Ils se heurtaient par ailleurs, chez eux, à une résistance structurelle de l'économie locale.

Au royaume des bœufs...

54Au contraire de ce que pensaient la plupart des observateurs (la brillante fabrication du bovin blanc aurait préparé la carrière du cheval noir), la puissante tradition d'élevage des bêtes à cornes allait contrecarrer leur projet.

55Car la Nièvre est alors, de la montagne à la plaine, tout entière bovine de cœur, d'esprit et d'intérêts marchands. Avec l'ancienne race morvandelle de travail, puis la nivernaise-charolaise polyvalente, le bœuf à tout faire laissait bien peu de place et bien peu de chance aux coûteux équidés, si magnifiques et si prestigieux soient-ils.

56Dans cette filière bovine, il y avait eu, dès le début du siècle, une semblable adoption du modèle de sélection à l'anglaise, puis l'ouverture pionnière d'un livre généalogique (une bonne trentaine d'années avant celui des autres races bovines françaises). Vis-à-vis du voisin charolais, le standard de la race bovine dite « charolaise améliorée », puis « nivernaise-charolaise » était particulièrement pointilleux ; sa fonction était de légitimer l'appropriation d'un bétail désigné, sans ambiguïté à l'origine, comme exogène.

57La Nièvre réitère cette opération de marquage avec les représentants percherons de l'espèce chevaline16. Mais l'expérience analogique entre ces deux parcours s'arrête bien vite. Certes, la jumenterie progresse, en nombre et en qualité. Les équidés nivernais resteront cependant, à tout point de vue, subordonnés aux bovins, à l'image de ces poulains « mangeurs de refus », dans les embouches bovines : un trio noir (à trois ils ne se battent pas) complémentaire du troupeau de bœufs blancs.

« C'était l'élevage des bœufs qui prédominait, ils n'avaient pas besoin des chevaux pour gagner des sous... »

« Celui qui n'avait pas de juments achetait des poulains, à l'automne, au sevrage, pour faire manger l'herbe des prés. Après ils les revendaient, après l'hiver. Juste pour nettoyer, pas trop pour ne pas abîmer l'herbe. »

58« Tous les emboucheurs, dans la vallée de Germigny par exemple, mettaient des bœufs de trois-quatre ans à l'herbe pour engraisser, avec trois poulains entiers. Ici on ne castrait pas les chevaux, même les chevaux qui travaillaient étaient entiers. C'est pour ça qu'on mettait trois poulains ensemble, parce qu'ils se battent, mais quand il y en a trois, le dernier vient et sépare ceux qui se battent. » (Enquête dans la Nièvre, 1985).

59Pour bien comprendre la question des statuts respectifs des bêtes à cornes et des équidés, un fil s'avère particulièrement intéressant à suivre : une tenace réputation de mauvais caractère — qui fait aujourd'hui se récrier les éleveurs — s'attache à la race noire. Le « noir zain », « noir jais », signe distinctif, se trouve dévalorisé sur les champs de foire de l'entre-deux-guerres, et minore le prix des poulains. Cette image des lots bradés sur le critère même qui les faisait prévaloir dans les concours de race à peine un demi-siècle plus tôt, résume la dure histoire des chevaux nivernais. Dans la tactique des marchands, l'association couleur noire/sauvagerie personnifie commodément l'« ancienne race » bousculée par le commerce.

60Le reproche que l'on fait en bloc aux éleveurs de la Nièvre — et le manque à gagner pour eux — tient à l'inadéquation du système d'élevage au marché des bêtes de service. Les foires de la Nièvre livrent de beaux poulains, au gabarit prometteur. Mais au contraire des concurrents boulonnais, percherons ou laitons, maniés et « civilisés » à l'écurie dès les premiers mois, les laitons et les antenais nivernais sortent tout droit des prés comme les bœufs d'embouche, violents et maladroits devant l'homme. Et la Nièvre ne dispose pas d'un véritable équivalent de la plaine beauceronne, entre capitale et berceau de race percheronne, où pourrait s'accomplir la maturation physique et psychologique des poulains bruts venus par l'herbe et le plein air.

61Les poulains noirs ont-ils trébuché dans l'épreuve d'admission au statut indiscutable de race, parce qu'ils sont restés sauvageons, et culturellement peu investis ?

62La Nièvre a fini par adopter le cheval, par lui faire une place dans son système économique. Elle produit, elle élève, elle vend. Elle en vient même à spécialiser ses bœufs pour la viande, et à mettre ses poulinières noires au travail. Mais les belles attelées qui flattent l'œil, tant vantées par les historiens locaux et les hommes de la race, auront-elles jamais été dressées à fond ? Les gens du métier disent généralement la supériorité de l'attelage de front au palonnier sur l'attelage en file, qui n'exige pas la franchise au collier de toutes les bêtes. Question délicate, hérissée d'embûches dans l'enquête. Pour labourer, charroyer, « rouler » le bois, on attelle en file dans toute la Nièvre. Voici ce qu'en dit un éleveur d'aujourd'hui : « Quand il y a quatre chevaux, on a qu'une guide pour la jument adroite (dressée) et intelligente devant, les autres suivent. » Et un marchand de chevaux, habitué des foires régionales de l'après-guerre : « On est moins charretier ici que dans les fermes de culture. Les débardeurs dans les bois étaient adroits, mais ils se fiaient qu'ils avaient quatre juments, cinq si ça flanchait. En pays de culture il y en aurait deux, ou une (pour le même travail). »

63Le pays possède bien sûr ses glorieux spécialistes de chevaux, ses dresseurs courageux et efficaces, souvent hommes du bois, qui débardent plus qu'ils ne labourent. Mais on sent, dans le cheminement de l'enquête, la prégnance de l'attachement aux lents attelages de bœufs blancs.

64Le thème de dressage des bœufs et des chevaux passionne les éleveurs : « On gardait que les pouliches qu'on avait besoin. On dressait pas avant deux ans, des fois quatre. Pour attraper les deux ans, on prenait la jument, la pouliche suivait, on les menait à l'écurie. Après on l'attrapait avec le câble, une grosse corde en chanvre, longue, comme pour les bœufs, on pouvait tirer dessus. On les prenait comme les Américains, et puis on tirait, on maniait, on faisait tourner, jusqu'à ce qu'elle finisse de tirer, qu'elle se rende, qu'elle pisse l'eau. Après, on mettait le caveçon, avec une boucle dessus, on tenait mieux, on tirait la tête tout de suite, six bonshommes au bout de la longe et puis on faisait marcher deux, trois jours... Avant, des fois, à quatre ans, elles n'étaient pas attachées, maintenant on les attache à un mois. »

« J'ai dressé au bois une jument de quatre ans jamais prise, de zéro à quatre ans rien, elle avait pas été mise au licol, pas saillie. C'était un gros propriétaire qui avait vingt-cinq chevaux sur deux cents hectares.

« On l'a amenée un vendredi en liberté derrière une autre jument ; c'était une noire. On l'a rentrée à l'écurie, enfermée au boxe. Le dimanche matin avec un copain, j'attelle deux juments. J'attrape la pouliche au lasso avec un câble, on lui met le licol, elle faisait des bonds, on l'attache au mur. On l'a sortie doucement, le chariot était reculé devant l'écurie. On la tenait au licol avec deux longes de chaque côté, avec en plus une chaîne autour du cou, avec des petites mailles, une chaîne marine. Si elle tire, elle se fait mal. Attachée au chariot, elle s'est laissé traîner longtemps dans la cour. La chaîne était attachée au chariot. Elle tirait au renard, faisait des sauts, mais elle a fini par marcher. Le lendemain, je l'ai emmenée au bois, attachée derrière, toujours. Une fois le chariot chargé, on l'a mise devant. Avec deux juments devant elle et la limonière. En une semaine elle savait tout faire. » (Enquête 1985).

65L'irrésistible montée du « rouge » (la race ardennaise) sur le « noir » dans les foires de l'entre-deux-guerres, sanctionne donc l'embouche nivernaise, la subordination du poulain mangeur de refus au bovin-roi.

Rouges et noirs

66La nouvelle vogue de l'ardennais osseux et tranquille — aux pattes « feuillues » (fortement poilues) disent les marchands — correspond aussi au cantonnement de la traction chevaline au seul secteur agricole. La motorisation des transports industriels, urbains et routiers, est accomplie. Ce passage technique de première importance pourrait bien avoir démodé le percheron, trotteur magnifique, au zénith de la culture bourgeoise et marchande.

67C'est précisément avec l'offensive des bêtes « rouges » que la Nièvre s'approprie enfin l'espèce chevaline pour le travail, alors même que les tracteurs font leur apparition dans certains domaines.

68A l'origine de la race noire, une identification à l'idéal percheron, dont les feux étaient sur le point de s'éteindre sur la scène internationale.

69A l'origine de la race noire encore, un lourd passif de difficultés mal surmontées ; et au bout d'un parcours pénible, l'impuissance à se faire reconnaître, dans les circuits de l'élevage et du négoce local, comme sur le terrain des concours nationaux et internationaux. Cette blessure d'amour-propre originelle, cette identité vacillante vont se rejouer sans cesse, jusqu'à nos jours.

70La Société d'agriculture s'apprête-t-elle à baisser la garde devant le combat des étalonniers qui prônent la « couleur » ? L'administration des Haras, qui avait tant disqualifié l'entreprise nivernaise, entre en lice et investit l'animal anachronique, malmené par le négoce. La race existerait-elle enfin, au titre de l'adversité traversée, et parce qu'elle est tombée en désuétude ?

71Fascinante séduction du passéisme pour la Société d'agriculture et pour les raceurs de chevaux : ils choisissent l'alliance avec les Haras pour mieux combattre le réseau marchand. Face à l'ardennais, le cheval nivernais redevient percheron.

L'être et le paraître

72L'histoire profonde des races chevalines de cette région montre de façon saisissante le travail de deux forces contraires.

73La première, pragmatique, matérielle, marchande, tend à modeler la forme animale en fonction de l'offre et de la demande, qui peut modifier ses critères en quelques décennies (c'est particulièrement vrai pour l'espèce chevaline au xixe siècle). La seconde résiste, en investissant l'animal anachronique de fortes valeurs affectives et symboliques. Le standard de race (le noir monumental), donné au départ comme une stratégie économique, un moyen d'emprise sur un marché encombré, fonctionne vite comme un piège, puisqu'il fige le type, dans une période particulièrement évolutive, et gêne le jeu d'adéquation aux besoins changeants du commerce.

74La race est devenue une fin en soi, au lieu d'être la résultante du système d'élevage et d'échange.

75C'est le même « noir-de-velours » que vante, aujourd'hui, Cheval magazine (décembre 1987), dans un texte qui suggère de se laisser « séduire » par cette race, en suivant l'exemple de ces « 900 élèves du collège Henri-Vallon, à Nevers... qui veulent (la) sauver et en faire l'emblème de leur région ».

76Du trait nivernais au coursier morvandeau... Le Parc naturel régional du Morvan a provoqué (sans le « vouloir » ?) une recherche sur son animal emblématique : une monture celte galope sur son blason. Vestiges de questionnements identitaires des pays nivernais et morvandeau, fuyante réalité biologique de l'animal investi comme figure symbolique des lieux !

77Car cette recherche pourrait prouver que le fin cheval de selle du Morvan — si vanté par les hippiatres et les cavaliers militaires — fut fantasmé au moins autant qu'il fut véritablement élevé, par quelques aristocrates, dans les haras sylvestres de l'ancien temps (Ancien Régime ?). Les traces historiques font étrangement défaut17. Reste la nostalgie d'une race enfuie (un ordre social, un mode de vie ?), et le long feu de la renommée.

78En dépit du déclassement officiel, les grands chevaux noirs continuent donc de figurer dans les concours de race régionaux. Modelés pour le spectacle des expositions internationales voilà un siècle, ils paraissent bien à leur place dans le show équestre mondial qui fait du cheval de trait un animal à voir : « Les Japonais, les Allemands veulent des noirs, c'est pour atteler, avec des grandes queues (non écourtées), pour les grandes fêtes. Les Japonais voulaient des noirs, parce qu'ils vont sur des surfaces immenses, il y a de la neige. Noirs, on les voit. » (Enquête de 1985).

79Ils devraient figurer dans les courses de trait-tract à la japonaise, dans les compétitions d'attelage aux États-Unis et en Europe, ou encore dans les scènes folklorisées du travail agricole, de la grande brasserie traditionnelle des pays d'Europe du Nord.

80Dans les formes modernes de cette dialectique de l'être et du paraître, et dans la configuration de la demande actuelle pour les chevaux noirs de gros trait — faible au demeurant, ne nous leurrons pas —, les éleveurs nivernais retrouvent un de leurs vieux démons : la légendaire rusticité de leurs produits tient au système d'élevage le plus traditionnellement extensif qui soit. Devenues certes très douces grâce au débouché des jeunes en boucherie, qui facilite la sélection sur le caractère, les bêtes à concours sont toujours faiblement socialisées. Pour investir le nouveau champ des pratiques ouvertes aux gens de chevaux d'aujourd'hui, il faudrait d'une part dresser les animaux et, d'autre part, jouer sur toute la gamme des solutions techniques et économiques possibles, depuis le concours de race jusqu'au travail (polyvalent) et au jeu-spectacle.

81La montagne morvandelle s'est prise au jeu des nouvelles pratiques équestres. Une structure associative, Les Ecuries du Morvan, y organise ces fêtes si prisées par le public citadin, qui se déplace en foule pour applaudir les galopeurs d'une tonne attelés à leurs traîneaux, goûter le charme « rétro » des défilés de bêtes de race, des concours hippiques, ou des scènes de débardage... dont les acteurs se trouvent être de jeunes agriculteurs installés dans le Sud Morvan depuis 1985.

82Ils y donnent un réjouissant exemple d'expérimentation souple et diversifiée : tout en s'appuyant sur les institutions officielles (soutiens des Haras nationaux, de l'Office national des forêts, du Parc), ils combinent l'élevage des bêtes de race, les contrats de débardage (privés ou O.N.F.), le roulage touristique, et enfin la fonction d'école (stages de formation à cette panoplie de savoir-faire).

83Pour le plaisir de vivre avec des chevaux, et pour en tirer subsistance, ces éleveurs suivent une stratégie de la polyvalence, de la transversalité et de l'adaptabilité à la vie économique et sociale du moment. Leur choix contraste vigoureusement avec la linéarité austère des élevages en race noire.

84D'autres éleveurs, toutefois, avaient déjà « bricolé » avec l'espèce chevaline dans la Nièvre, en lisière de la culture savante et officielle. Résolument « hors concours », jouant sur les races et sur les catégories du cheval de « sang » et du « trait », ils avaient essayé de produire un animal qui soit tout à la fois leur compagnon et leur outil de travail, leur fierté de petits paysans, de menus artisans, de mineurs et de mariniers.

85Un autre terrain...

Haut de page

Bibliographie

Agulhon M., 1981. « Le sang des bêtes. Le problème de la protection des animaux en France au xixe siècle », Romantisme, 31.

Braudel F., 1986. L'Identité de la France. Espace et histoire, Paris, Artaud, Flammarion.

Charrier J.B., 1981. Le Nivernais, les paysages, les hommes et leurs activités, thèse pour le doctorat d'Etat, université de Dijon.

De Choin P., 1918. « L'avenir du cheval français. Chevaux de trait et chevaux de petite taille », La vie agricole et rurale, n° 14.

Digard J.-P., 1987a. « De la domestication à double sens : le cheval dans l'imaginaire des cavaliers », in Des animaux et des hommes, Neuchâtel, J. Hainard et R. Kaer, musée d'Ethnographie, 179-186.

Mai 1987. « Avatars du statut culturel du cheval dans l'Occident moderne », colloque international Animal et histoire, Toulouse (à paraître).

Foucault M., 1976. Histoire de la sexualité. I. La volonté de savoir, Paris, Gallimard.

Gayot E., 1879. « Les étalons départementaux dans la Nièvre », Journal d'agriculture pratique, 2, 526-530. 1881. « Le cheval de trait dans la Nièvre », Journal d'agriculture pratique, 231-232.

Grange Y., 1981. Le cheval oublié. Essai sur les aspects socio-politiques de la relation des hommes et du cheval en France (1616-194), Grenoble, thèse de 3e cycle, Institut d'études politiques.

Lachat G., 1980. Le cheval de trait du Nivernais. Etude d'une population en voie de disparition, mémoire de 3e année de l'E.N.I.T.A. de Dijon.

Lagoutte J., 1974. Idéologies, croyances et théories de l'équitation et de « l'art équestre » depuis le xviiie siècle. Leurs relations avec les classes sociales et les groupes, Tours, thèse de 3e cycle de sociologie.

Lavalard E., 1894. Le cheval dans ses rapports avec l'économie rurale et les industries de transport, Paris, Firmin-Didot.

Lizet B., 1982. Le cheval dans la vie quotidienne. Techniques et représentations du cheval de travail dans l'Europe industrielle, Paris, Berger-Levrault, coll. Espace des hommes.

1987. La Bête Noire. Enjeux sociaux de l'émergence d'une race de chevaux de trait dans la Nièvre, Parc naturel régional du Morvan - S.E.Z.E.B., Montsauche - Paris.

Mulliez J., 1983. Les chevaux du royaume. Histoire de l'élevage du cheval et de la création des haras, Paris, Montalba.

Musset R., 1917. L'élevage du cheval en France, Paris, La Maison rustique.

Pelosse V., 1981-1982. « Imaginaire social et protection de l'animal », L'Homme, XXI, 4, 5-33 et XXII, I, 3-51.

Quittet E., Blanc, H., 1974. Races chevalines en France, Paris, La Maison rustique.

Sigaut F., 1982. « La race en élevage extensif avec la sélection », Ethnozootechnie, 29, p. 60.

1984. « La répartition des animaux de bât en France », Bestiaire poitevin, Parthenay, U.P.C.P. Geste paysanne, 123-126.

Spindler A., 1931. « Le concours central de 1931 », La vie agricole et rurale, 2, 101-104.

Thuillier A., 1974. Économie et société nivernaises au début du xixe siècle, Paris, Mouton.

Virilio P., 1984. L'Horizon négatif, Paris, Galilée.

Haut de page

Notes

1Le territoire géographique du Parc n'englobe pas le domaine de la race noire. Le premier épouse les contours de la montagne morvandelle, alors que le second s'étend sur les collines et les plaines herbagères, au sud-sud-ouest du département (le « Nivernais proprement dit » de J.-B. Charrier). Le Morvan, le pays nivernais, la Nièvre... Notions encore ambiguës, relevant tout à la fois de la géographie, de l'histoire, de l'ethnologie : une problématique complémentaire de la nôtre s'ouvre ici. Il n'est pas anodin, bien sûr, que la race prenne le nom de la région.
2En 1984, seulement 80 bêtes de type lourd (toutes races confondues) sont recensées dans le département (Lachat, 1985 : 3) ; les concours de race de l'automne 1987 (nivernais-percherons) rassemblent, dans un dégradé gris-noir, une quinzaine de mâles (4 mois à 4 ans) et une quarantaine de pouliches et poulinières.
3Le programme initial comprenait d'ailleurs deux volets : l'approche ethnohistorique dont cet article fait la synthèse, et une étude démographico-génétique.
4Un grand spectacle équestre, qui anime l'hiver avignonnais depuis trois ans, s'est d'ailleurs donné le nom de Cheval Passion. Il élargit cette année la palette de ses festivités avec un colloque, Sciences sociales de l'équitation, organisé par J.-P. Digard (21-22 janvier 1988).
5Tête de cheval. Affiche de l'exposition Le siècle de Picasso, musée d'Art moderne de la ville de Paris, octobre-novembre 1987.
6J. Delmas de Grammont, général et homme politique français, est à l'origine d'une loi (1850) qui, pour la première fois, punit d'amende et d'emprisonnement « ceux qui auront exercé, publiquement et abusivement, de mauvais traitements envers les animaux domestiques ». L'espèce chevaline est au cœur du dossier rassemblé par Grammont.
7A peu près à la même époque (début du xxe siècle ?), un éleveur argentin travaille, dans l'autre sens, à miniaturiser l'espèce, dans son ranch, à proximité de Buenos Aires. Il crée le falabella (c'est le patronyme de l'inventeur), réduit à la taille d'un chien. Ce n'est plus un poney — il est d'ailleurs trop menu pour être monté —, c'est un cheval minuscule, une « curiosité » dit H. Blanc (Guide du cheval et du poney, Paris, Delachaux et Niestlé, 1983), « qui ne présente pas beaucoup d'intérêt, sauf comme animal familier pour les enfants ».
La tradition équestre française — H. Blanc dirigea longuement le Service des haras nationaux — n'apprécie pas la fabrique de monstres, infiniment dilatés (le cheval noir) ou infiniment contractés (le falabella). On soulignera que c'est le continent américain (Amérique du Nord) qui semble provoquer cette manipulation de l'espèce vers ses extrêmes morphologiques.
8L'engraissement « à pleine peau » des bêtes de concours (bovins et chevaux) est curieusement décalé de la logique économique. Au tournant du siècle, le suif ne fait plus recette : la consommation de viande bovine croît rapidement dans les villes ; désormais, on met les bêtes en chair, au lieu de les envelopper de graisse. Quant aux boucheries hippophagiques, elles se multiplient peu à peu. Mais manger du cheval demeure une pratique marginale, inconvenante, peut-être ; le spectacle des énormes chevaux (« mis en robe de mariée », disent les professionnels) suscitent des sentiments contradictoires : la fascination, et le malaise, car l'évident parallèle d'aspect entre le bœuf gras et l'élite chevaline de trait gêne l'esprit : « Il a semblé que l'ensemble... présenté était plus élégant que précédemment... Quelques animaux ont paru trop poussés à la graisse, ce qui... n'est pas heureux pour un animal qui n'est pas encore classé comme bête de boucherie. » (Bull. de la Soc. d'Agric. de la Nièvre, 1910).
9Avec la croissance agricole, le développement des routes et des échanges, avec l'apparition du chemin de fer, les voyages à cheval tombent en désuétude (Musset, 1917).
10Les pur-sang hyper nerveux font fureur, le maniement des chevaux de selle et d'attelage présente des risques de plus en plus élevés ; les inventeurs cherchent des « trucs » pour briser l'élan des coursiers affolés.
11L'enseigne des boucheries chevalines possède tous les caractères morphologiques du cheval arabe : finesse du crâne, profil concave, physionomie très expressive.
12« En 1948, on a acheté un champion du Perche, un cheval noir, il pesait 1 250-1 300 kg, on avait jamais vu ça dans le Perche. Il a fait douze ou treize campagnes de monte ici. Jamais une minute de maladie. Il saillissait 150 juments dans sa tournée. Une année il a rapporté 233 juments payantes. » (Enquête dans la Nièvre, 1985).
13Le récent spectacle du cirque Zingaro — créé voilà quatre ans — rassemble la grande famille des équidés : ânes, mulets, et toute la gamme chevaline, depuis le fameux type « falabella » jusqu'au percheron, attelé à un corbillard, puis à un curieux chariot chargé de grandes cloches qui sonnent à toute volée (le glas de ces chevaux anachroniques ?). En vedette également, le « lusitanien » (espagnol concurrent de l'andalou) et le frison belge aux pattes garnies de longs poils.
14Député puis sénateur, maire de Nevers, grand voyageur, le châtelain de Villars (à une dizaine de km du chef-lieu, vers le sud-est) ne fait pas seulement autorité dans la région : sa réputation s'étend jusqu'en Angleterre, d'où il importe des reproducteurs de la célèbre race bovine durham (avant de les abandonner pour les charolais). Au concours universel de Chelmsford (Angleterre), en 1856, il remporte les premiers prix, en mâles et en femelles. En 1867, il reçoit la légion d'honneur pour « services exceptionnels rendus à l'agriculture » (Thuillier, 1974 : 90).
15Le langage courant ne dit-il pas cette prééminence du percheron ? Pour le Petit Larousse illustré (1972), cet adjectif désigne les habitants (les hommes) de la région ; mais ce dictionnaire ajoute : « se dit surtout des chevaux du Perche ». Rien de tel pour Breton ou Boulonnais, qui concernent uniquement et sans ambiguïté, les gens de ces contrées. Qui plus est, le mot tend aujourd'hui, au moins chez les citadins, à changer de statut : ce nom spécifique devient nom commun, synonyme de cheval de trait en général.
16Avec le principe du « noir » fermé et protégé par un livre d'origine, la Nièvre s'efforce de breveter une production qui existe dans d'autres élevages régionaux (dans le Perche en particulier) mais qui n'en représente qu'une frange (cela reste à quantifier).
17L'historien M. Vigreux, auteur d'une volumineuse monographie sur le Morvan du siècle dernier (Paysans et notables du Morvan au xixe siècle jusqu'à 1914, Château-Chinon, Académie du Morvan, 1987) me dit n'avoir trouvé aucun renseignement sur ces « fameux » chevaux de selle du Morvan, pourtant si chers aux hippiatres et aux officiers de la remonte militaire. Ce constat confirme mes propres investigations.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lizet B., 1988, « Le "sang sous la masse". Enjeux de l’émergence d’une race chevaline de gros trait dans la Nièvre », Terrain, n° 10, pp. 8-22.

Référence électronique

Bernadette Lizet, « Le « sang sous la masse » », Terrain [En ligne], 10 | avril 1988, mis en ligne le 18 juillet 2007, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2925 ; DOI : 10.4000/terrain.2925

Haut de page

Auteur

Bernadette Lizet

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals