Navigation – Plan du site
Des hommes et des bêtes

Le sauvage consommé

Classification animale et ordonnance cynégétique dans la France de l'Est
Bertrand Hell
p. 74-85

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Alsace
Haut de page

Texte intégral

1La place privilégiée qu'occupent les sociétés de chasseurs-cueilleurs au sein de la littérature ethnologique est connue. Questions d'anthropologie politique, d'écologie culturelle ou d'ethnozoologie nourrissent un débat fécond sur la chasse. Quelle contribution peut y apporter l'observation des pratiques cynégétiques dans la France contemporaine ?

2« Cajolés ou séduits comme des femmes, traqués ou abattus comme des ennemis, les animaux exigent dans leur commerce toute la gamme des facultés conciliatrices et belliqueuses dont les hommes sont capables » (Descola, 1986 : 274). Formulée à propos des Achuar du Bassin amazonien cette observation renvoie à un principe général.

3Toute chasse suppose une catégorisation du monde animal, une codification des relations homme/animal : ailleurs comme en France, il y a les animaux protégés, chassés ou piégés, ceux que l'on détruit et ceux que l'on dédaigne... La disparition de la fonction alimentaire ne condamne pas l'ethnologue de la France à l'analyse de vestiges résiduels — l'honneur du pied en vénerie ou la valeur emblématique du trophée — auxquels, nécessité faisant loi, il se verrait contraint d'accorder toute son attention1. Des taxinomies, à l'évidence aptes à signifier, apparaissent. L'approche anthropologique de tels systèmes cognitifs ne prend cependant tout son sens qu'en portant aussi le regard sur l'ordonnance sociale qui en découle, c'est-à-dire en considérant « globalement » les rapports entre l'homme et l'animal. Notre présent propos s'inscrit dans une telle optique et vise, à travers une approche ethnographique précise, à restituer la dimension sociale et symbolique que revêt la double consommation — cynégétique et alimentaire — du sauvage dans la France de l'Est.

Le système du flux sauvage

4Un précédent travail mené en Alsace et en Moselle2 (Hell 1985) a permis de mettre en évidence à partir des représentations liées au Jagdfieber — la fameuse fièvre de la chasse — une pensée symbolique conférant au sang sauvage une force particulière, force qui fonde, par le partage du sang versé, la fraternité élective de la confrérie des chasseurs. Ce flux qui de fait relie le chasseur à sa proie permet de saisir les résonances anthropomorphiques de la chasse au bois et tout particulièrement celles de la pirsch au cerf lors du brame, technique de chasse spécifique de l'aire culturelle de parlers germaniques3. L'observation de cette chasse singulière, enjeu d'un bout à l'autre des Vosges de toutes les passions, permet de préciser la trame de ce système de représentations articulé autour de la trilogie flux sauvage/virilité/bois ; on peut lire dans cette poursuite enfiévrée du « coiffé » une authentique quête du trophée, emblème de la puissance sexuelle et sociale du mâle.

5Les contours de ce système de représentations sont à peine esquissés ; d'une interrogation sur la classification des espèces animales chassées et piégées, de l'analyse des usages et des rites d'évitement du sang à la délimitation dans l'espace européen nord occidental d'aires culturelles spécifiques, la recherche se poursuit. Elle se propose de restituer correspondances et articulations de cette pensée symbolique ordonnatrice des faits et dits de chasse.

6Mais la spécificité même du terrain retenu n'est pas sans poser problème : on sait qu'en matière de législation cynégétique, l'Alsace et la Moselle sont soumises depuis plus d'un siècle au droit local. Inspiré des préceptes de la « chasse-récolte » le code législatif adopté implique, comme en Allemagne et en Autriche, tant par la mise en adjudication du ban communal (le propriétaire n'est pas détenteur du droit de chasse) que par la valorisation de la chasse à l'approche individuelle (et en corollaire l'interdiction de battues collectives au cerf) une limitation du nombre des chasseurs.

7Cette limitation de l'exercice cynégétique répond ainsi à une double exigence : celle des chasseurs pour qui un tel principe est consubstantiel à l'éthique de chasse mais aussi celle du législateur imposant un code juridique précis. Traiter de l'origine du caractère sélectif de l'accès à la pratique nous paraît, dans un tel contexte, plus relever du postulat que de l'analyse inductive. C'est pourquoi il nous a semblé nécessaire d'élargir le champ géographique d'investigation et d'analyser l'organisation de l'exercice cynégétique dans les régions limitrophes soumises à la législation commune et présentant un biotope comparable (présence de cervidés et de sangliers dans les massifs boisés).

8Deux communes situées au cœur d'une petite vallée du versant occidental des Vosges, aire de parler roman, et deux autres sises sur le massif forestier d'Arc-en-Barrois (Haute-Marne) ont été retenues4. Les enquêtes de terrain ont permis d'approcher la réalité d'une chasse profondément différente : de la pratique de la battue des équipes communales aux principes de la « chasse-cueillette », il est possible d'opposer point par point les codes cynégétiques5. Mais on aura pu retrouver également le fil du système du flux sauvage dans la légitimation et l'organisation des pratiques et ce en l'absence de tout code écrit de forclusion. La référence au flux sauvage fixe les champs d'intervention respectifs des différents acteurs de la scène cynégétique, régit les codes et les comportements sociaux et ordonne les usages alimentaires carnés : efficace, la pensée symbolique l'est tant pour la cohérence du système des significations que sur le plan de l'ordonnance sociale.

9Mais revenons avec d'autres termes à notre point de départ : pourquoi, dans un village situé au cœur d'une forêt communale giboyeuse, seuls une dizaine d'hommes chassent ? A question simple réponse complexe... Car il convient en fait pour y répondre d'emprunter quelques chemins détournés dont la convergence n'apparaît qu'au terme de plusieurs méandres.

Un code non écrit

10Dans le village, le monde de la chasse au bois est régi par un code tacite : du bûcheron non chasseur à l'ouvrier braconnier invétéré, un jeu de limites reconnu de tous fixe la nature et la légitimité des gestes de chasse. La première démarcation isole au sein de la communauté la famille des gens de chasse, ceux que « ça intéresse ».

« Ici, au village, la chasse c'est toujours ceux qui avaient le goût. Mon père il était bûcheron, il a jamais chassé moi non plus. J'ai quatre fils y en a aucun qu'est chasseur. On a pas le goût dans la famille. » (Ancien bûcheron-cultivateur - 90 ans, Arc-en-Barrois).

11« Mon père il a jamais été chasseur. Pourtant en forêt pendant toute la journée, il en voyait passer du gibier : il était bûcheron. Mais cela ne l'a jamais intéressé, il préférait travailler que d'aller à la chasse. C'est avec moi que ça a commencé le virus. » (Ancien bûcheron - 80 ans, vallée de la Plaine).

12Virus, goût ou passion : précisant la nature de cet intérêt, les discours soulignent le rôle du sang dans la transmission et la circulation de cette inclination pour l'acte de chasse et laissent réapparaître les contours du système symbolique du flux sauvage que nous avons pu dégager pour d'autres terrains à partir des représentations du Jagdfieber6. Le travail d'enquête complété par la consultation des archives disponibles (registre des sociétés de chasse communales, liste des permis inscrits en mairie) rend compte de la portée effective, vérifiable dans la durée, de cette authentique vision naturaliste d'un fait social. Si la vocation forestière du village est affirmée avec force par tous les habitants, peu nombreux sont cependant les gens de chasse ; tel village des Vosges (130 habitants) ne compte que 7 chasseurs (8 en 1930 regroupés au sein de 3 familles), tel autre (150 habitants) voit ce nombre varier depuis 1945 entre 7 et 10. Pour le massif d'Arc-en-Barrois retenons l'exemple de Bugnières (180 habitants avant la guerre, 140 en 1985) : l'acte constitutif du groupement des chasseurs au bois daté de 1926 mentionne les 14 chasseurs inscrits en mairie, aujourd'hui l'équipe communale regroupe 15 chasseurs « du pays ».

13Gardons-nous d'aborder la famille des gens de chasse sans évoquer la figure des anciens affûteurs aujourd'hui disparus depuis une vingtaine d'années. Leurs longs face-à-face nocturnes avec le gibier destructeur des récoltes ont marqué toutes les mémoires. D'ailleurs, le récit d'une chasse à l'affût, séquence rituelle de tout discours cynégétique, ne renvoie-t-il pas à l'essence même de l'acte de chasse ? Mais ici aussi malgré l'ampleur des dégâts agricoles, les agriculteurs étaient peu nombreux à exercer ce droit de défense. Si certains, à l'image de ce cultivateur de Bugnières, cherchaient à détourner les « nuisibles » de leurs champs en y disséminant des chiffons imbibés de gas-oil, la plupart déléguaient leur privilèges de chasse à « ceux qui en voulaient ». Et faut-il s'étonner que, dans chaque village, ce soit toujours les mêmes qui, affûteurs solitaires les nuits d'été ou chasseurs de l'équipe communale les jours d'hiver, poursuivent passionnément l'animal sauvage ?

L'échelle des fièvres

14Une première frontière est apparue. Extérieure, elle permet de circonscrire au sein du groupe villageois les individus marqués d'un sang singulier. Les références au flux sauvage génèrent d'autres lignes distinctives : à l'intérieur du cercle des gens de chasse, elles permettent de différencier chaque catégorie d'acteur cynégétique en fonction de la force présumée de l'ensauvagement.

« Chez nous on donne une prime aux traqueurs : pour les vêtements déchirés et les chiens. Mais les traqueurs y font pas ça pour l'argent. Les traqueurs c'est des chasseurs un peu spéciaux. La chasse y aiment vraiment ça, ils aiment le sous-bois. (...) Le traqueur y faut qu'y fasse qu'un avec le chien. » (Agriculteur, président de la société de chasse, 55 ans, Arc-en-Barrois.)

« L'équipe du père P., ça, c'était une sacrée équipe de braco. Y étaient comme fous, fallait qu'y sortent toutes les nuits, y avaient ça dans le sang, c'était plus fort qu'eux. » (Bûcheron - 82 ans, vallée de la Plaine.)

15Empreinte permettant de distinguer les groupes, la nature des gestes, le degré d'enfièvrement n'érige aucune frontière, n'entérine aucune existence autonome. Entre le chasseur du dimanche et le braconnier invétéré, voire l'homme des bois, une relation de continuité est établie. L'ellipse rhétorique diluant le thème du sang sauvage dans les discours sur les fièvres ne doit pas masquer la prégnance du système de représentation ; c'est en terme de parenté métaphorique qu'il convient de situer les différents groupes de chasseurs. L'éloignement apparent ne procède que d'une gradation de l'inclination fiévreuse.

16En reprenant la proposition de nomenclature d'Alain Testart7, on peut répartir l'ensemble des acteurs en fonction de leur degré d'enfièvrement respectif, c'est-à-dire en fonction d'une concentration croissante du sang sauvage.

17Effervescence agitant l'équipe des chasseurs à la veille de la battue ou passion dévorante poussant le braconnier à basculer hors la loi, c'est une même fièvre qui, contrôlée ou débridée, anime les gens de chasse. Les références au flux sauvage fondent au regard de la communauté villageoise la légitimité de chaque geste de chasse.

18C'est à ce titre que se trouvent unanimement rejetés et parfois même dénoncés au garde fédéral ceux qui au sein de chaque groupe cherchent à tirer un profit matériel de la chasse. Une même condamnation transparaît, sous-jacente à la multitude des griefs formulés : le calcul mercantile trahit l'inauthenticité de la passion invoquée. Traqueurs soucieux d'accroître leur revenu par une activité d'appoint, chasseurs désirant rentabiliser leur chasse et braconniers préoccupés par la revente de la venaison se voient relégués à la périphérie de l'acte de chasse.

19On rencontre encore çà et là dans la France de l'Est quelques « hommes des bois », personnages hors du commun appelés aussi « sauvages » (d'Wilder en Alsace). Vivants à la périphérie géographique et sociale de la communauté villageoise, ils se caractérisent par une inclination ardente pour le monde sauvage : art du piégeage, goût alimentaire pour le « fort », pratique de longues courses solitaires en forêt... L'évocation de l'homme des bois, figure portant les marques de l'ensauvagement extrême, permet de saisir la nature de cette virtualité inquiétante imputée à la fièvre de la chasse.

« A l'époque j'étais comme fou... Fallait que je me lève toutes les nuits quelquefois. (...) Quand ça a été interdit j'ai continué. C'était plus fort que moi. » (Agriculteur, ancien affûteur - 63 ans, Arc-en-Barrois.)

20L'excès de flux sauvage, la rétention de chaleur qui en découle confinent à la folie. Entre la simple passion de la chasse et une pulsion incontrôlable, véritable rage qui possède l'homme des bois devenu « sauvage », aucune frontière nettement établie n'existe : le passage peut être, de l'avis de tous, rapide.

« Quand on partait en forêt pour l'écorçage, le M. il emmenait toujours le fusil. Souvent y me disait "Allez, viens, on va faire un tour." J'ai jamais voulu. (...) Et puis après il ne faisait plus que ça, il a plus travaillé, y nourrissait sa famille comme ça. » (Ouvrier - 40 ans, vallée de la Plaine.)

21Tout se passe comme si chasseurs, traqueurs, braconniers ou hommes des bois se répartissaient en fonction de la mesure que chacun peut opposer à cette potentialité délétère qu'on affirme inhérente même à l'acte de chasse.

« Juste après la guerre y avait pas de règlements, pas de sociétés, c'était libre. Mais l'équipe, on chassait que le dimanche ; en semaine on n'y allait pas... Le Maurice et les deux autres y voulaient y aller tous les jours, alors on a plus voulu chasser ensemble. On a pas voulu rentrer dans leur combine, vendre du gibier et tout. » (Ancien bûcheron - 80 ans, vallée de la Plaine.)

22Retenons un dernier témoignage qui, au-delà des ruses mises en œuvre pour déjouer la vigilance des gardes, illustre les excès auxquels conduit inéluctablement — la référence au sang étant dans ce cas tout à fait explicite — tout abandon à l'enfièvrement.

« Le X., c'est un mordu de la chasse, il a ça dans le sang. Il a quitté la société de chasse parce qu'y trouve qu'on est trop réglementé. Il va en plaine, il veut tirer ce qui lui plaît et y aller tous les jours. Y peut plus se contrôler. Le sang chez lui y bout trop. C'est plus fort que lui. Y s'est déjà fait choper plusieurs fois. Il a plus de permis alors il l'a fait passer à sa femme : il sort avec elle ; c'est lui qui tire mais c'est elle qui porte le fusil... pour les gardes. Il est devenu dingue, ça va mal finir. » (Ouvrier - 30 ans, Arc-en-Barrois.)

23C'est au regard de cette virtualité délétère que nous suggérons de lire maints gestes de chasse. Nous avons par ailleurs souligné l'importance fondamentale du caractère communautaire de la pratique cynégétique des équipes communales et la fonction dévolue au hasard tout au long de la journée de chasse : désignation des postes de la battue, attribution des parts de la venaison mais aussi éthique de chasse valorisant le tir dit « instinctif »8. Ces traits caractéristiques de toute pratique des équipes de chasse villageoises fixent en fait le cadre d'un exercice cynégétique raisonné, c'est-à-dire garant d'un ensauvagement contrôlé.

24Marquant le corps du chasseur, la fièvre est décrite comme une chaleur. Mais que sait-on de cet échauffement redouté, de sa persistance ?

Viandes rouges, viandes noires

« Tout le monde le sait ici au village, faut pas trop manger du gibier, c'est contraire à la santé, c'est de la viande échauffée » rappelle une informatrice, femme de bûcheron, résumant un savoir hygiénique d'autant plus partagé qu'il se voit confirmé localement par le corps médical. »

« La venaison, c'est une viande trop chaude. Au point de vue alimentaire c'est malsain. Ce sont des viandes pas saignées. Elles sont très lourdes, très chargées. » (Médecin, chasseur - 70 ans, Haute-Marne.)

25La viande sauvage donne naissance à un discours sur l'odeur et le goût dont le fil conducteur passe par la reconnaissance d'une chaleur. Les viandes les plus marquées, celles qui « sentent le sauvage », qui « gardent le goût de la bête » sont, de par cette chaleur concomitante, les plus fortes dans leurs effets sur l'homme : tel traqueur s'est vu « empoisonner le sang » pour avoir abusé de la consommation d'abats de sanglier, tel braconnier s'est vu couvert de « clous » (sorte de furoncles) pour avoir trop mangé de « viande noire », venaison dangereuse car non saignée provenant de la pose des collets.

26L'approche ethnographique des gestes de vidage, des rites d'évitement et des préparations culinaires permet de démontrer l'importance du sang, point nodal d'un système physiologique aux multiples correspondances.

27Et il semble bien que l'on puisse, à l'image du jeu des fièvres évoqué précédemment, distribuer l'ensemble des viandes sauvages le long d'un axe vertical dont le haut et le bas se répondent en fonction de la chaleur et de la force, c'est-à-dire en fonction de la force présumée de sang sauvage9.

28A l'intérieur de l'animal les viandes se répartissent selon leur degré d'imprégnation. Des « entrailles » — terme générique désignant, au cœur même de l'animal, le siège de l'animalité suprême incarnée par un sang perçu comme stagnant — aux membres, parties les plus éloignées de ce foyer, on suit, réfléchie par la métaphore d'une variation chromatique, la déconcentration progressive du sang. Les abats, viandes noires car fortement imprégnées, sont l'objet d'une préparation culinaire attentive10 ; plus loin les côtes, la selle et les épaules relèvent de la cuisine de chasse ; enfin les parties externes, gigues et cuissots, viandes sauvages édulcorées devenues rouges ont acquis le statut de mets gastronomiques. Viande liminale, la gigue confine aux frontières du blanc, couleur caractéristique des viandes d'animaux domestiques.

29L'opposition des viandes rouges et noires aux viandes blanches est connue ; gardons-nous cependant de n'y lire qu'une simple dichotomie sauvage/domestique. Car c'est bien, comme en témoigne le discours des chasseurs, en fonction de la présence du sang, de son action sur toute chair animale que s'éclaire un tel partage.

« Avant le sanglier y sentait fort : la marmite elle sentait pendant longtemps. Aujourd'hui il pousse trop vite, il sent plus rien. Tenez celui qu'a tiré le père Louis : quand on l'a ouvert dedans c'était tout blanc... Bien sûr il faisait 142 kg, il avait pas deux ans ; ça pousse trop vite, ils ont trop à bouffer aujourd'hui, c'est plus du sauvage. » (Agriculteur, chasseur - 71 ans, Arc-en-Barrois.)

« Sur le domaine, ils les nourrissent avec du maïs. Les sangliers, ils ne sont plus sauvages... C'est de la viande blanche, mais vous verrez chez nous ils sont féroces, ils sont beaux, noirs comme de la réglisse. » (Agriculteur, chasseur - 55 ans, Arc-en-Barrois.)

30A cette concentration inégale à l'intérieur de l'animal, fait écho une répartition différenciée des animaux sauvages selon la nature même, comprenons la force, du sang présent ; on retrouve le thème structurant de l'empreinte du sang sauvage inscrit en filigrane du système taxinomique.

31Faut-il s'étonner que ce soit à travers le rouge et le noir que se signifie la dissemblance ? Dès le Moyen Age, les traités de chasse établissent une distinction précise entre gibier rouge et gibier noir. Pour la littérature cynégétique rédigée en langue d'oïl citons le Livre des Desduis du Roy Modus du xive siècle qui regroupe cerf, biche, daim, chevreuil et lièvre dans les « bestes rouges » alors que sanglier, truie, loup, renard et loutre sont des « bestes noires » (Tillander, 1932). Pour les pays de langue allemande, les traités de chasse et les coutumiers mentionnent dès le xiiie siècle le Rotwild (littéralement gibier rouge) et le Schwarzwild (littéralement gibier noir). Citons cet édit de 1256 qui permet aux serviteurs de l'évêque de Passau en Bavière de chasser librement différents animaux sauvages à l'exclusion de tout « gibier rouge » (Schwappach, 1886 : 102).

32Aujourd'hui encore blaireau, martre ou putois, par ailleurs regroupés sous l'appellation de « puants », sont perçus comme des « bêtes noires ». Quant au sanglier, dernier gibier noir parcourant les forêts de la France de l'Est depuis la disparition de l'ours puis du loup, il manifeste aux yeux des chasseurs la sauvagerie extrême et se voit nettement distingué des animaux rouges que sont le cerf et le chevreuil.

33De l'échelle des fièvres à la répartition des viandes, du corps de l'animal au corps social des chasseurs, on a pu suivre le jeu des variations du sang sauvage. Une fois reconnues les intensités de cette empreinte, interrogeons-nous sur les goûts alimentaires des gens de chasse.

Les seuils de comestibilité

34Derrière le foisonnement de propos sur les goûts et les envies, derrière leur apparente hétérogénéité transparaît un code alimentaire précis ; concomitant à la répartition des viandes sauvages, il fixe pour chaque groupe de véritables seuils de comestibilité.

35Les avis sont unanimes : goût de la chasse et goût de la viande sauvage vont ensemble. D'ailleurs, en dénonçant avec véhémence les conduites de leurs voisins alsaciens, les chasseurs vosgiens ne révèlent-ils pas implicitement l'importance fondamentale que revêt encore aujourd'hui la consommation de la viande sauvage ?

« Les Alsacos y chassent que pour le trophée. C'est dégueulasse... Y paraît qu'y partagent même pas la bête après la chasse, ils la revendent, c'est dégueulasse. » (Bûcheron, chasseur - 35 ans, vallée de la Plaine.)

36Malgré l'émergence depuis une vingtaine d'années d'un courant de pensée, véhiculé par les organes officiels (fédérations de chasseurs, revues spécialisées), prônant une « nouvelle » éthique cynégétique fondée sur le caractère sportif et donc nécessairement désintéressé de la pratique, la fonction alimentaire dévolue à l'acte de chasse reste très présente chez les chasseurs des équipes communales. Une enquête sur les motivations du chasseur auprès de jeunes enfants en témoigne éloquemment.

37Maints faits et dits saisis çà et là au cours de journées de chasse permettent par ailleurs de mesurer la prégnance de cette fonction alimentaire. Les chasseurs désapprouvent au nom de l'éthique l'introduction récente du tir à balles : le gibier n'a, affirme-t-on, plus « sa chance », mais on remarquera qu'un grand nombre de ces chasseurs font valoir en aparté que les balles, faisant notoirement des trous plus importants que les chevrotines, « gâtent la viande ». Plus loin, on note que le partage de l'animal, geste rituel entérinant l'acte de chasse, suscite encore de ces « histoires de viande », ferments depuis toujours d'inimitiés féroces et durables... D'ailleurs faut-il s'étonner que le chasseur excessif, celui qui ne contrôle plus sa fièvre, ne puisse se soumettre à ce geste collectif du partage ?

« Les frères Y., ceux qui sont partis en plaine, c'est parce qu'ils voulaient garder toute la barbaque pour eux. En société, il faut partager et tirer au sort. Eux, ils en bouffent toute la semaine alors ils veulent la garder pour eux. » (Épouse de chasseur - 65 ans, Arc-en-Barrois.)

38A l'extérieur du cercle des gens de chasse, on ne manifeste que peu d'intérêt pour cette viande à l'odeur « trop marquée », au goût « pas assez fin ». Force est de constater l'efficacité d'un système classificatoire qui, au-delà des consciences individuelles, ordonne les sensibilités gustatives et fixe les choix alimentaires du groupe social : de fait, une telle ordonnance interdit à la communauté de tirer pleinement profit, et ce même en période de pénurie alimentaire, de la biocénose.

« Moi j'étais le septième de la famille, fallait les nourrir tous, le père il était bûcheron. (...) Il était tous les jours en forêt. (...) Chez nous on mangeait jamais de gibier. La première fois que j'ai mangé du gibier, c'est une fois marié parce que mon beau-père il était chasseur. (...) Mon père il avait un vieux fusil d'un oncle. Il aurait pu chasser, à l'époque la chasse c'était libre, mais ça ne l'intéressait pas. » (Agriculteur, non chasseur - 90 ans, Arc-en-Barrois.)

« Mon père il était bûcheron et voiturier au pays. A la maison on mangeait jamais de gibier. Même pendant la guerre 1914-1918 quand y avait rien à bouffer, j'ai jamais mangé de gibier. (...) Le père Louis y mettait des collets, tous les jours y avait de la barbaque sur la table. » (Bûcheron, non chasseur - 82 ans, vallée de la Plaine.)

39Poursuivons cette approche des régimes alimentaires, de leur détermination, en portant le regard au cœur même de la communauté des gens de chasse. Goût de la chasse et goût de la venaison sont, nous le savons à présent, étroitement liés. Bien plus, on s'aperçoit ici que l'on attribue, de par ce jeu de chaleurs concomitantes, à l'ingestion de viande sauvage le pouvoir d'entretenir ou d'alimenter la fièvre : l'emprise d'une fièvre spécifique entraîne toujours, en suivant le canal du sang, une inclination marquée pour une viande particulière.

« Trop manger de gibier, c'est contraire à la santé : c'est de la viande échauffée. C'est à cause du sang, c'est par là que ça vient. Tenez les X. (les voisins, deux frères chasseurs) c'est des bidochards, il leur faut manger de la viande, c'est plus fort qu'eux, ils ont ça dans le sang. » (Épouse de chasseur - 70 ans, vallée de la Plaine.)

40On suit alors, courant le long de l'échelle des fièvres, le fil d'une répartition ordonnée des usages alimentaires carnés, distribution fixant pour chaque groupe de chasseurs/consommateurs les seuils normatifs. Les chasseurs se partagent la venaison proprement dite (épaules, selle et côtes), quant à la gigue, cette viande sauvage perçue comme liminale, sa consommation peut s'étendre jusqu'à certains non-chasseurs. Aux traqueurs sont réservés les abats, viande particulière qui, rappelons-le, ne constitue pas au terme de la découpe de l'animal, une part tirée au sort. Les braconniers font état de leur prédilection pour toute viande « forte », testicules ou viande noire du gibier pris au collet par exemple11. Enfin hommes des bois ou hommes sauvages piègent encore ou chassent les « puants », en particulier renards et blaireaux, dont ils consomment la chair : au village, on n'omet pas de rappeler que ces personnages hors de la norme sont marqués d'une odeur indélébile, trait distinctif résultant inéluctablement de l'ingestion de cette viande interdite.

41Comprenons la portée d'une telle distribution : elle marque certes la légitimité de l'accès à une catégorie spécifique de viande sauvage mais fixe par ailleurs — projection de la pensée symbolique dans l'appréhension de l'ordre physiologique — de véritables seuils de comestibilité ; seule l'empreinte du sang sauvage autorise une ingestion sans dommage de viandes jugées par d'autres groupes comme non seulement, de par cette chaleur reconnue précédemment, intrinsèquement dangereuses, mais aussi toxiques.

« Y en a qui faisaient des andouilles avec les ventrées des sangliers... Mais c'était les trois qu'étaient aussi affûteurs, des vrais mordus. Moi j'aurais jamais pu manger ça, je serais tombé malade. Tiens comme le Maurice qu'a eu la courante pendant une semaine ! » (Agriculteur, chasseur - 71 ans, Arc-en-Barrois.)

42On saisit dès lors par quel cheminement de la pensée symbolique tel braconnier de la vallée de la Plaine se voit attribuer, trait anatomique révélant sa nature, « un palais noir »12.

43C'est dans un tel contexte sémantique qu'il convient à notre sens de comprendre ce geste, devenu étrange et aberrant aux yeux de ses compagnons de chasse, d'un bûcheron, figure célèbre de la braconne dans telle vallée vosgienne ; désirant renouer avec la tradition des « Anciens », il but le sang cru à même la bête fraîchement tuée. On peut certes n'y lire que la manifestation d'une quelconque déviance individuelle : il nous a paru plus fécond de saisir l'expression d'un rapport au sang sauvage. On suit tout au long des pratiques cynégétiques nord-occidentales un même fil conducteur. Des antiques consommations rituelles de sang et de viandes crues des berserkir aux gestes qu'impose aujourd'hui l'éthique du chasseur (le contact ostensible au sang lors du vidage par exemple), c'est une même trame nouée autour du flux sauvage qui ordonne les rapports de l'homme et de l'animal sauvage (Hell, 1987c : 168-172).

44Emprise de la fièvre et assuétude alimentaire s'entrelacent. Qu'impliquent pour le chasseur ces marques du sang sauvage ?

Manières d'être

45De la nature des gestes de chasse à l'accès à la viande sauvage, chacun se définit en fonction de sa position relative au sang sauvage. On sait aussi que, du goût ordinaire de la chasse à la rage débridée, c'est en termes de maîtrise ou de démesure que se marque une frontière. Il ne s'agit plus d'un simple jeu de reconnaissance mutuelle mais bien d'une limite cruciale dont la communauté villageoise toute entière suit la progression. Car il semble bien que la raison ou la déraison manifestée par le chasseur dans la poursuite de l'animal sauvage trouve d'inéluctables prolongements dans sa vie sociale.

46C'est à une réelle marginalité que s'expose celui qui, cédant à la fièvre, se laisse entraîner dans une poursuite obsédante et accède trop facilement à la viande sauvage.

« Le père C. y travaillait pas en fait, un peu de récupération par-ci, par-là : y passait derrière les chantiers de bûcherons. Mais y vivait surtout de la braconne... Il buvait. Un jour il a quitté sa femme et ses fils, quand ils avaient 12-13 ans, on l'a jamais revu. » (Ouvrier, chasseur - 25 ans, vallée de la Plaine.)

« Le Pierrot la braconne, c'était un acharné. (...) Mais c'était un malin pour pas que les fédés lui bouffent tout il avait tout mis au nom de sa femme ! Mais c'était plus fort que lui, il y allait nuit et jour, à la fin y dormait dans les bois. (...) Et puis il est parti, il paraît qu'on l'a vu sur les chemins du côté des Suchots. » (Agriculteur - 60 ans, Haute-Marne.)

47L'exclusion progressive de l'ordonnance sociale normative entraîne peu à peu une asociabilité chronique. On ne manque pas au village d'en rappeler les manifestations les plus flagrantes : instabilité notoire et alcoolisation graduelle, abandon de la famille, vagabondage et même parfois délinquance13.

« Là-bas, y a un coin du village qui s'appelle le Bas-Bout. Dans la vallée, on dit Bab el-Oued parce que c'est comme chez les Arabes, c'est le coin où y en a pas un qui travaille, y vivent tous de la braconne, de la revente de la bidoche, mais aussi on dit de rapine et d'autres trucs comme ça. » (Chasseur - 55 ans, Vosges.)

48Marginal par sa position sociale, le chasseur excessif l'est également par certains traits de caractère présumés spécifiques. Tout se passe comme si, par un glissement progressif de sa personnalité même, il était susceptible de devenir autre. Nombreux sont les récits, des uns comme des autres, explicitant cette altérité. Sur le plan psychologique, on décrit ce braconnier « tête brûlée » par excellence, on détaille à souhait les manifestations de l'individualisme irréductible des poseurs de collet ou des affûteurs solitaires et secrets ; sur le plan physiologique, on fait état de ce « sixième sens », de cet « instinct naturel » du chasseur parcourant le bois, on est en mesure de commenter sa maîtrise exceptionnelle du corps, sa résistance « hors du commun »14...

49La répartition des techniques de chasse se révèle signifiante. Les chasseurs des équipes communales proclament avec emphase leur attachement à la battue, authentique projection dans l'espace de la forêt de la vie sociale. Les traqueurs, notoirement marqués d'un sang sauvage plus fort, s'inscrivent encore dans cet exercice collectif et codifié : ils restent des hommes du jour. En revanche, braconniers et affûteurs n'hésitent pas à se fondre dans la profondeur nocturne des forêts, parfois complètement nus afin de ne trahir d'aucune manière leur mystérieuse approche de l'animal sauvage. Enfin, à l'autre extrémité, les hommes des bois semblent avoir basculé définitivement hors de toute vie communautaire, allant jusqu'à adopter le genre de vie des animaux sauvages.

50Et c'est bien en faisant référence implicite à une telle représentation de l'espace sauvage que les journaux locaux relatent les divers événements qui rythment l'histoire cynégétique « du pays ». Lorsqu'un des plus célèbres braconniers de la vallée de la Plaine fut arrêté récemment par les gardes fédéraux, on put lire peu après :

« Mi-Tarzan, mi-Robin des bois depuis 4 ans dans la forêt :

Un des braconniers les plus efficaces de la forêt vosgienne a été pris en flagrant délit. Il s'agit de Pascal Combeau de Celles-sur-Plaine, homme des bois depuis au moins 4 ans. (...) Quelque temps après, s'approchait la silhouette d'un homme barbu, aux vêtements fripés. (...) Mesurant 1,70 m et ne dépassant guère 60 kg tout du nerf et du muscle. L'homme avait porté sur ses épaules le sanglier sur une distance de huit cents mètres. (...) Vivant hors du monde, Pascal Combeau connaît les sentiers comme sa poche, couchant souvent, a-t-il dit aux gardes, sous les roches en forêt. » (Journal L'Est républicain, 17/02/1984.)

51Une autre chronique journalistique revient alors en mémoire. A la fin du XVIIIe siècle le Mercure de France décrit en ces termes l'aventure d'un célèbre brigand d'une vallée pyrénéenne : « Blaise Ferrage, maçon de profession (...), très petit de taille mais d'une force extraordinaire, très brun, était vicieux et libertin par tempérament. (...) Il se retira dès l'âge de vingt-deux ans dans les montagnes d'Auré. (...) Il y choisit, à la manière des ours, une retraite dans la concavité d'un rocher. (...) Il était devenu anthropophage. (...) Il coupait ordinairement les seins et les cuisses des femmes et des filles après en avoir abusé et il achevait de les mettre en pièces pour en tirer les intestins et le foie qu'il mangeait15 ».

52Braconniers invétérés mués en hommes des bois ou brigands devenus anthropophages révèlent le point d'ensauvagement extrême ; à l'image des goûts alimentaires, les manières d'être des gens de chasse s'éclairent en fonction d'une relation au sang sauvage.

53Au terme de ce cheminement ethnographique, c'est à la lumière d'une correspondance symbolique entre corps social et corps animal16 que nous proposons de donner un sens à l'ensemble des données recueillies sur nos terrains de la France de l'Est.

54Ainsi, c'est un même fil conducteur qui, à travers la métaphore des fièvres, préside à l'ordonnance de l'espace cynégétique. Répartition des gestes de chasse, accès à la viande sauvage et comportements sociaux s'entrelacent ; ils témoignent à la fois de la cohérence d'une pensée symbolique régissant les rapports homme/animal et la prégnance d'un système de représentation se projetant dans les faits et les dits les plus quotidiens.

Haut de page

Bibliographie

Boyer R., 1987. Sagas islandaises, Paris, Gallimard, coll. La Pléiade.

Bromberger Ch. et G. Lenclud, 1982. « La chasse et la cueillette aujourd'hui. Un champ de recherche anthropologique ? », Etudes rurales, 87-88.

Descola Ph., 1986. La nature domestique. Symbolisme et praxis dans l'écologie des Achuar. Paris, éditions de la Maison des sciences de l'homme.

Fabre-Vassas Cl., 1982. « Le partage du "ferum" », in Etudes rurales, 87-88.

Friedberg Cl., 1987. « Corps animal, corps social, ou le partage des os dans quelques populations des petites îles de la Sonde », in Des animaux et des hommes, Neuchâtel, Musée d'ethnographie.

Gaignebet Cl. et D. Lajoux, 1985. Art profane et religion populaire au Moyen Age, Paris, P.U.F.

Hell B., 1985. Entre chien et loup. Faits et dits de chasse dans la France de l'Est, Paris, Maison des sciences de l'homme, ministère de la Culture, coll. Ethnologie de la France, 230 p.

1987a. « Le sauvage contrôlé. Représentation de l'espace cynégétique licite en vallée vosgienne. » In Ethnologiques. Hommages à Marcel Griaule, Paris, Hermann.

1987b. « De la nécessité du hasard : les gestes de chasse des équipes communales. » Ethnologie française, 2/3.

1987c. « Du cru au cuit ou du bon usage du sang dans la répartition des gestes de chasse », L'Homme, XXVII (2).

1987d. « La relation homme/cerf ; Éléments d'une approche d'anthropologie sociale », dact., 151 p. in : Le cerf à Arc-en-Barrois : enquêtes pluridisciplinaires. Nancy, Office national de la chasse, dact., 450 p.

Jamin J., 1979. La tenderie aux grives chez les Ardennais du plateau, Paris, Institut d'ethnologie.

Méchin C., 1985. « Anthropologie de l'alimentation dans le Nord-Est français », Revue des sciences sociales de la France de l'Est, Strasbourg, n° 14.

Méchin C. et B. Hell, 1987. « Braconner en Vosges. Ethnologie d'une vallée vosgienne », Raon-l'Etape, les Cahiers d'Archipel.

Schwappach A., 1986. Handbuch der Forst-und Jadgeschichte Deutschlands, Berlin, Springer.

Testart A., 1987. « De la chasse en France, du sang et de bien d'autres choses encore », L'Homme XXVII.

Tillander G., 1932. Livre des Desduis du Roy Modus, Édition critique, Paris.

Haut de page

Notes

1Sur quelques ouvertures du champ d'investigation cf. Ch. Bromberger et G. Lenclud, 1982 : 7-35.
2Cette recherche sur les pratiques cynégétiques alsaciennes et mosellanes a pu être menée de 1983 à 1985 dans le cadre du Laboratoire de sociologie régionale (LA 222) de l'université de Strasbourg grâce au soutien financier de la mission du Patrimoine ethnologique (B. Hell, 1985).
3Ce terme allemand, utilisé sans traduction par les chasseurs francophones, englobe toutes les techniques de chasse dite « silencieuse » du gros gibier et plus particulièrement l'approche. De nombreux traités cynégétiques allemands détaillent dès la fin du Moyen Age ces chasses particulières : pour le sud de l'Allemagne, on se reportera au traité « Die hohenlosche Handschrift » (deuxième moitié du xvie siècle).
4Ces recherches ont été menées avec le soutien de l'Office national de la chasse, des Groupements d'intérêt cynégétique et de la mission du Patrimoine ethnologique.
5Pour les Vosges on se reportera à notre chapitre « Les chasseurs officiels des équipes du dimanche » (Méchin et Hell, 1987a : 29-54). Pour le massif d'Arc-en-Barrois, voir notre rapport de recherche (Hell, 1987d).
6La « fièvre des bois » des piégeurs de grives (Jamin, 1989 : 105-110).
7Nomenclature proposée à propos des représentations du sang, de sa concentration (Testart, 1987 : 151-167).
8Pour une description du caractère communautaire des gestes de chasse et pour l'analyse du recours au hasard dans la pratique cynégétique, cf. Hell, 1987a : 181-189, 1987b.
9Colette Méchin retrouve cette « phobie du sang » dans la consommation de viande domestique : « Dans le porc, base habituelle des menus journaliers, la hantise du sang dépréciateur, bien qu'atténuée — il s'agit d'un animal si domestiqué qu'on ne peut en craindre grand-chose — existe bel et bien » (Méchin et Hell 1987 : 95).
10Il s'agit le plus souvent d'une grillade et d'une cuisson opérées par les hommes. Signalons qu'en Corse le curadella (poumons, foie et cœur) est grillé par les chasseurs eux-mêmes ; dans les Corbières, nous dit Cl. Fabre-Vassas, les chasseurs « refusent de livrer le foie à leurs femmes » et le mettent sur le gril. (Fabre-Vassas, 1982 : 389.)
11Pour une distribution comparable de la viande sauvage dans les chasses languedociennes et catalanes, on se reportera à la description du « partage du ferum » proposée par Cl. Fabre-Vassas (1982).
12Ce qui d'après Colette Méchin le relie métaphoriquement à son chien de chasse (1985 : 94).
13Une telle asociabilité trouve à notre sens des échos lointains mais signifiants dans les récits des Eddas scandinaves détaillant le comportement « inhumain » mais ritualisé des berserkir (Boyer, 1987).
14Quant aux aptitudes physiologiques particulières des braconniers vosgiens, Colette Méchin suggère une intéressante réflexion à partir du surnom commun « le Blanc » : « Albinos supposé ou nyctalope assuré, ces hommes de l'ombre, préférant agir la nuit plutôt que le jour, s'assument alors pleinement comme espèce nocturne totalement inadaptée à la vie "normale" de leurs congénères diurnes. » (Méchin, 1987 : 77)
15Mercure de France, 1783, n° 10. On trouvera le texte intégral de cet article ainsi qu'une analyse du thème du « sauvage anthropophage » dans l'ouvrage de Cl. Gaignebet et D. Lajoux (1985 : 242-243).
16En reprenant l'expression proposée par Cl. Friedberg dans son analyse de l'utilisation de « la structure du corps animal réduite à son squelette comme représentation d'un certain aspect de la structure du corps social. » (1987 : 84).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hell B., 1988, « Le sauvage consommé. Classification animale et ordonnance cynégétique dans la France de l’Est », Terrain, n° 10, pp. 74-85.

Référence électronique

Bertrand Hell, « Le sauvage consommé », Terrain [En ligne], 10 | avril 1988, mis en ligne le 18 juillet 2007, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2931 ; DOI : 10.4000/terrain.2931

Haut de page

Auteur

Bertrand Hell

Mission du Patrimoine ethnologique, Besançon

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals