Navigation – Plan du site
Repères

Points de vue : lévriers des Baléares

Claudine Fabre-Vassas
p. 97-101

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Espagne
Haut de page

Texte intégral

1L'exposition des photographies de Charles Camberoque, « Els Mallorquins, chiens de chasse des Baléares » était accompagnée d'un catalogue quasiment épuisé à ce jour. Il reparaît aujourd'hui, dans une édition augmentée, à Palma de Mallorca, ce qui nous donne l'occasion de retrouver et de prolonger le plaisir qui fut le nôtre en prenant connaissance des étonnantes photographies qu'il rassemble1.

2On ne décrit pas ces dernières, pas plus qu'elles ne tendent à décrire la chasse particulière dont il est question ici, même si la mise en pages de Marie Arasanz les ordonne autour des séquences qui en ponctuent le déroulement — des préparatifs du départ au retour au village à l'issue de la quête et de la poursuite par le chien du lapin qu'il ramène vivant à son maître. A l'évidence, le propos du photographe n'est pas documentaire, du moins pas dans le sens d'une restitution linéaire de cette réalité-là. Ce qui s'impose d'emblée c'est la beauté des images qui nous sont présentées. Sans que l'on puisse déceler immédiatement à quoi tient notre émotion, on voit que ce n'est pas non plus un parti pris esthétisant qui gouverne le projet de Charles Camberoque et ceux qui connaissent déjà son œuvre le savent. La seule recherche de la perfection technique et formelle — il suffit de feuilleter les albums consacrés aux animaux pour s'en convaincre — jointe à la distinction « naturelle » des sujets photographiés, chat, chevaux ou oiseaux..., serait plutôt un obstacle au surgissement de la beauté d'une tout autre nature que révèlent ces images-là.

3Car c'est bien à une suite de révélations que nous invite un parcours à travers les photographies. D'abord s'agissant des chiens, les eivissencs2 — puisque ce sont eux qui sont saisis le plus souvent en autant de portraits mouvants qui brisent l'image qu'ils offrent d'eux-mêmes au repos — une incessante transfiguration de leur être s'opère au travers des expressions, des postures que le photographe surprend. Chiens serpentins, chiens kangourous, chiens volants, ils développent leurs corps dans l'élan ou le ramassent dans l'effort offrant d'eux l'image étrange d'un squelette mis à nu ou d'un corps déformé qui les fait méconnaître. Tout aussi déconcertant ce ballet de biches ou de gazelles quand les lévriers jaillissent ensemble aériens, libérés de la pesanteur par l'instantané qui jamais ne les fige.

4Polymorphes, ils deviennent de surcroît, par une sorte de mimétisme que l'œil du photographe a su rendre admirablement, végétal, minéral, accordant leurs formes et leurs couleurs aux bois sinueux et aux roches marquetées d'ombres et de lumières. C'est dans ces photos qu'éclate le mieux la symphonie des nuances qui du noir au blanc habille leur robe comme un paysage.

5A côté de ces images où le chien détaché se métamorphose ou se naturalise, il y a aussi la vision paisible des lévriers attachés deux à deux, marchant dans les pas des hommes. Elle nous ramène au cœur de l'action commune : celle qui lie les chiens aux chasseurs, la poursuite du lapin. Ces envols, ces glissements, ces tournoiements n'ont d'autre objet que la fuyante et invisible proie qui les commande. Les yeux qui scrutent les fourrés, les nez qui furettent, les queues qui se dressent, les bonds et les soudaines immobilisations sont autant de réponses aux messages adressés par l'homme qui, vigilant, accompagne du regard, du geste et de la voix la quête des lévriers.

6Cette intelligence secrète, le photographe la décèle dans les longs regards qu'ils coulent vers leurs maîtres, dans les gestes tendres et appuyés de ces derniers, dans la similitude des postures qui les abandonnent homme contre chien, homme au milieu des chiens, chiens suivant ou entourant l'homme avec chaque fois ces mouvements du cou, les corps des uns épousant les inflexions du corps de l'autre. Cet accord culmine dans l'offrande de la proie et dans le détachement tranquille que manifeste le chien une fois son acte accompli.

7Nous arrêterons là une évocation qui ne se veut pas exhaustive. Charles Camberoque dans ses photos dit encore bien d'autres choses, mais son regard opère toujours un dépassement de ce qui pourrait n'être qu'une performance — cynégétique (du côté des chiens), technique (du côté du « chasseur d'images ») — pour atteindre à une vérité.

8Si dans ce bref aperçu nous avons voulu rendre aux photographies leur indépendance par rapport au texte qui les accompagne, c'est d'abord parce qu'elles forment une vision de la chasse et des chiens qui se suffit à elle-même. C'est ainsi que nous les avons découvertes et aimées lorsqu'elles furent exposées sans aucun discours. Nous voudrions maintenant, en utilisant les données présentées par Miguel Elena Rossellò — un praticien de cette chasse — complétées par notre propre connaissance de ce domaine, établir un dialogue entre photographe et ethnologue. L'art du premier exercé en toute liberté peut-il s'accorder — et comment ? — au savoir du second ?

9La vérité des photographies de Charles Camberoque est d'abord celle d'une chasse qui repose tout entière sur l'action des chiens. A la différence des autres manières qui font d'eux des auxiliaires de l'homme, seul vrai prédateur, la chasse majorquine, comme le dit en substance Miguel Elena Rossellò, se définit comme « recherche, poursuite, prise et portée du lapin ou du lièvre, sans aucune intervention de l'homme ». Le chien en est le protagoniste principal, ce qui lui confère une relative autonomie. Elle prend des allures de liberté dans les photographies où les choses semblent se passer au plus loin des hommes. Mais, cette liberté, les chiens peuvent réellement la conquérir par leur expérience et leur intelligence du « jeu ». C'est le cas des vieilles chiennes qui, connaissant la stratégie du lapin — il part souvent dans la direction opposée à son terrier —, laissent la bande impatiente des jeunes se lancer à sa suite pour, prenant une voie contraire cueillir la proie, à son arrivée au refuge, sous l'œil déconfit de la meute.

10Les jeunes chiens sont pleins de vigueur. Leur lâcher (amollada) suscite toujours un moment de folie qui leur est reconnu comme un droit : ils gambadent quelques minutes avant que commencent les choses sérieuses : la recherche (sa sercada). Mais même cette dernière s'ouvre par de folles courses où les chiens en un échauffement joyeux donnent libre cours à leur ivresse. C'est bien ce moment de « folie » que Charles Camberoque a su saisir. Celui où, en une sorte d'expression débridée de leurs possibilités physiques, les chiens échappent à l'homme.

11En regardant ces photos, on songe à cet amoureux et fin observateur des bêtes que fut Gaston Phébus et à la description qu'il donne dans son Livre de chasse (1391) du lévrier et de sa « nature ». Il doit avoir, assure-t-il : les yeux d'un épervier, les oreilles comme des serpents, le cou d'un cygne, la poitrine d'un lion, les épaules d'un chevreuil, les pieds d'un chat, les flancs d'une biche, l'échine d'un cerf, les reins comme une lamproie, les cuisses d'un lièvre et pour finir « la queue de rat faisant un pou d'anel au bout et non pas trop haute »3.

12Ce modèle idéal - que seule la multiplication des métaphores peut évoquer - n'est-il pas composé à partir de ce que les lévriers dans leurs courses proposent à ceux qui savent regarder ?

Un art du silence

13L'équipement du chasseur est sommaire : un sac de toile, une bouteille d'eau (pour désaltérer les chiens), une cage à furet — quand les chiens ont laissé le lapin rejoindre son gîte une vieille chienne « spécialiste » marque au flair l'endroit et on lâche le furet —, des filets, mais surtout une grosse canne en bois d'olivier, le garrot ou gueato. Des sandales de toile aux semelles de caoutchouc lui assurent une démarche silencieuse et élastique. Ainsi muni, il ressemble fort au chasseur de lièvre décrit il y a quelque vingt-quatre siècles par Xénophon. Discret, on pourrait le prendre pour un chercheur de champignons n'étaient-ce les six ou sept chiens qui jaillissent de sa voiture lorsqu'il l'arrête dans la garrigue. Car bien qu'il ne soit autorisé à chasser que certains jours de la semaine et à certaines heures — trois le matin à partir du lever du soleil et trois le soir après son coucher — tout chasseur déborde quelque peu le temps ainsi mesuré... Cela n'en fait pas pour autant un braconnier. La chasse aux chiens sans fusil est une très vieille chasse coutumière qui a son code d'honneur et ses règles. Simplement ces dernières ne s'accordent pas toujours avec celles des « chasseurs d'escopetes », leurs concurrents directs sur ce même territoire.

14Aussi la chasse au lévrier est-elle un art du silence. Ou plutôt de la communication discrète entre bêtes et hommes. Ainsi la poursuite du gibier ou encalç, réputée être la phase la plus démonstrative dans les autres chasses — même au poste on y suit les mouvements de la meute aux « aboiements furieux » des chiens — ne suscite chez les lévriers eivissencs qu'un aglapit, glapissement léger émis par un seul, le meneur. Les chasseurs, nous dit Miguel Elena Rosellò, soutiennent que seuls leurs lévriers pratiquent cette préséance — si le meneur change en cours de poursuite, le droit revient au nouveau chef et le chien qui le précède se tait — à la différence des autres chiens de lapins qui « chantent » tous à la fois. Détestable habitude que Xénophon stigmatisait — ces chiens-là sont dits « braillards » ou « clabauds » — et déplorait en son temps4.

15Par les changements de sa voix, par ses modulations les plus subtiles, par le rythme de ses cris, le chasseur est informé de la nature du gibier — lièvre ou lapin —, de la position du chien, et il lui répond quelquefois par des mots brefs, par de légers sifflements ou en usant d'onomatopées criées dont l'intensité et l'inflexion sont autant de signes à déchiffrer par le lévrier. Un véritable dialogue s'établit ainsi où chiens et hommes se rejoignent dans un langage commun.

16Mais plus souvent encore — lorsque les circonstances l'imposent —, chasseur et chien se taisent. A l'homme suffisent les mouvements de la queue de l'animal. Miguel Rosellò la décrit ainsi : « courbée mais sans jamais fermer la circonférence, la naissance droite dans le travail et le bout toujours en mouvement : c'est la campana (la "cloche") qui indique ce qui se passe au cours de la chasse. On évite les cúas anelladas (queues en anneau) et parfois on coupe quelques centimètres du bout pour corriger le défaut ». Les traits autrefois retenus par Phébus sont bien ceux qui aujourd'hui encore définissent cette partie essentielle du corps du lévrier. Quand il présente en outre à son extrémité une petite tache de couleur, la campaneta, « la clochette », son excellence est assurée. Le chasseur n'a plus qu'à suivre du regard cette clochette qui bouge en silence à laquelle il répond par des jets de petits cailloux ou en frappant de son garrot — son bâton — sur une pierre. Ainsi le langage devient code et le code, secret. Cette connivence, les photographies la disent aussi. Nous avons vu qu'elle était dans la communauté des attitudes mais elle éclate alors même qu'hommes et chiens ne sont pas cadrés côte à côte. D'une photo à l'autre, les regards se cherchent, comme dans l'espace de la chasse qu'ils remplissent de leur échange muet.

17Comme nous y invitait la dédicace « aux chiens et aux chiennes... » suivie d'une longue théorie de noms (quarante-cinq), nous n'avons pas voulu refermer le livre sans en avoir déchiffré quelques-uns5. Nous y avons aisément reconnu au passage les adjectifs et substantifs soulignant un trait de l'animal : Belle, Gitane, Vive, Blanche, Roux, pour les plus communs.

18Si l'on revient à ce que disent les chasseurs, on retiendra qu'à côté des bêtes unies, ils prisent plus encore les tachetées ou, du moins aiment-ils qu'une maca tempère l'éclat d'une robe. Aussi transposent-ils le plus souvent aujourd'hui dans le domaine du choix esthétique les traits morphologiques, allures et couleurs — produits d'une longue sélection dont nous ne pouvons parler dans le cadre de ce compte rendu — qui ont longtemps été retenus comme signant une aptitude à cette chasse si particulière. Cela n'est pas nouveau. Depuis Xénophon, les traités de vénerie consacrent tous à cette question de nombreuses pages et la plupart du temps les noms donnés aux chiens explicitent à leur manière ces choix, en même temps qu'ils nous informent sur la place qu'on leur assigne dans la chasse. Aussi le chien de sanglier est-il tantôt ensauvagé tantôt humanisé par des appellations qui en le situant d'un côté ou de l'autre rendent bien compte de sa position intermédiaire6. Certains noms attribués aux eivissencs parlent de tout autre façon. Que dire des Curra (fuseau), Via (écheveau et trace), Flecha (flèche), Fitora (hameçon), Faro (fanal), Estrella (cerf-volant ou girouette), Campana (cloche) ? Leur caractère pour le moins insolite s'estompe si l'on considère le rôle dévolu aux chiens dans cette chasse sans armes et sans bruit dont ils sont eux-mêmes l'instrument métaphorique — à l'instar de la flèche, du hameçon — et le signe métonymique : en les appelant « girouette », « fanal », « cloche », on les assimile en partie à ces objets qui indiquent une direction, signalent par le son et la lumière une voie à suivre.

19Les noms donnés aux chiens s'accordent donc à ce que nous ont appris les chasseurs. Mais ils vont plus loin encore. Neu (neige), Lluna (lune), Estel (étoile) y désignent aussi les beaux eivissencs éclatant de blancheur que Charles Camberoque a saisis plus souvent dans les airs que sur terre tandis que Falco (faucon) Sireno et Sirena et jusqu'à Ona (vague) prolongent du côté du ciel et jusqu'au monde marin tout proche — les chasseurs sont aussi des pêcheurs — ces jeux de métamorphose... D'autres termes plus singuliers encore ne se comprennent, eux, qu'au regard des photographies qui nous montrent les lévriers se fondant dans le paysage d'herbes et d'arbres. Les hommes ne disent rien de ces anamorphoses. Mais elles sont déjà contenues dans les mots qui appellent les chiens à devenir, dans ce pays de maquis, Ecorce — tachetée comme celle des chênes-lièges qui abondent — Bourgeon, Feuille, arbuste. Une chienne porte le beau nom de Murta et on l'imagine marquée de fleurs blanches à l'instar de la myrte qui compose une grande partie de la couverture végétale des îles Baléares. Un mâle s'appelle Marino et « marina » désigne ici la garrigue qui descend jusqu'aux rivages voisins.

20Le détour par les photographies aura été nécessaire pour redonner leur poids de réalité aux mots. Mais seul le regard du photographe les a d'abord fait parler pour nous, en captant cette magie fugace qui permet derrière chacun d'eux de voir se lever des images.

21La nouvelle édition augmentée de cet ouvrage (une centaine de photographies) a pour titre : El Podenco ibizenco : la alternativa, éd. Sa Nostra, Palma de Majorca (ouvrage bilingue castillan/majorquin). Une exposition doit se tenir dans les mois qui viennent au musée de Palma de Majorque. Les photographies sont disponibles auprès de Charles Camberoque pour toute exposition à venir.

Haut de page

Notes

1Cette exposition s'est tenue à Perpignan à la Casa Pairal en 1985. L'ouvrage auquel nous faisons référence ici s'intitule Els Mallorquins, chiens de chasse des Baléares, photographies de Charles Camberoque, textes de Miguel Elena Rossellò (Editions Chiendent-Casa Pairal-Crédit agricole). On peut se le procurer auprès de Jaume Gaspar Deloncle, Conservador de la Casa Pairal, Museu de les Arts i Tradicions Populars (El Castillet, 66000 Perpignan).
2Le lévrier eivissenc des Baléares doit son nom à l'île d'Ibiza. On lui attribue une lointaine et vénérable origine — égyptienne ou arabe — mais les Majorquins en font le chien d'Hannibal originaire, disent-ils, d'Ibiza. Ils s'enorgueillissent de leur variété locale appelée Podenco ibizenco, protégée des « mélanges de sang » par l'insularité, même si d'autres Podenco très proches cependant se retrouvent de l'île de Gozo aux Canaries, du Portugal à l'Extremadura et à l'Andalousie où ils constituent autant de variétés locales adaptées à des types de chasse.
3Le texte est dans Livre de chasse, Karlshamm, G. Tillander, « Cynegetica », 19, 1971 : 127-129.
4Xénophon consacre de longues pages aux chiens dans son Art de la chasse, Paris, Les Belles Lettres, 1970, texte établi et traduit par E. Delebecque.
5Sur l'onomastique canine on consultera Cl. Lévi-Strauss, La Pensée sauvage, Paris, Plon, 1962 : 272-273 ; E. Leach, « Injures et catégories d'animaux » in L'unité de l'homme et autres essais, Paris, Gallimard, 1980 : 263-297 (traduit par Catherine Malamoud) ; D. Chevallier, 1987, L'homme, le porc, le chien et l'abeille, Paris, Institut d'ethnologie, 249 p. Nous avons avancé quelques réflexions sur le chien de chasse dans « Le partage du ferum, un rite de chasse au sanglier » Etudes rurales, 1982, n° 87-88, « La chasse et la cueillette aujourd'hui » : 377-400, notes 11, 12 et 13.
6Voir A. Griera, Trésor de la llengua, de les tradicions i de la cultura popular de Catalunya, Ediciones Poligrafa, S.A., Balmes, 54, Barcelona, 14 vol.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabre-Vassas C., 1988, « Points de vue : lévriers des Baléares », Terrain, n° 10, pp. 97-101.

Référence électronique

Claudine Fabre-Vassas, « Points de vue : lévriers des Baléares », Terrain [En ligne], 10 | avril 1988, mis en ligne le 19 juillet 2007, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2933 ; DOI : 10.4000/terrain.2933

Haut de page

Auteur

Claudine Fabre-Vassas

CNRS-EHESS, Centre d'Anthropologie des Sociétés rurales, Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals