Navigation – Plan du site
Repères

A propos d'ethnozoologie

Entretien avec Raymond Pujol
Denis Chevallier, Christine Langlois et Raymond Pujol
p. 108-112

Entrées d’index

Thème :

animal (monde)
Haut de page

Texte intégral

1Terrain  : Vous êtes depuis 1966 responsable de l'ethnozoologie au sein du Laboratoire d'ethnobotanique et d'ethnozoologie du Museum national d'histoire naturelle. Mais ayant plutôt une formation en agronomie et en agriculture tropicale comment êtes-vous venu à vous spécialiser dans les relations entre les sociétés et les animaux ?

2Raymond Pujol  : A la sortie de l'Institut agricole de la faculté des sciences de l'université de Nancy en 1948, j'ai été nommé dans les services de l'Agriculture de la Guinée française et c'est là, au contact avec différentes ethnies, que j'ai pris conscience de l'importance considérable des animaux dans ces sociétés. Importance dont témoignent leurs noms totémiques liés aux interdits comme koivogui ceux qui ne mangent pas la panthère, guilavogui ceux qui ne consomment pas le chien, béavogui, ceux de l'antilope céphalophe de forêt, goépogui ceux du buffle, nikavogui de la vache, sovogui du cheval, wonivogui de l'oiseau, zomanigui du poisson silure, etc. Chaque famille explique le choix d'un ancêtre commun appartenant à une espèce animale. Chez les Toma et les Kissi, il faut comprendre les inépuisables implications de l'homme et l'animal : le sens du sacrifice du taureau, de celui de la reine termite appelée roi, appliquée en bouillie sur le masque du féticheur, le sens et les raisons de la danse des hommes-oiseaux1. En 1952, j'ai fait l'École supérieure d'agriculture tropicale où j'ai bénéficié de l'enseignement des Prs Carayon, Dumont, Létard, Portères... En 1953, nommé assistant au Museum national d'histoire naturelle, j'ai pu à la suite de plusieurs missions et séjours en Afrique tropicale, réaliser des collectes plus systématiques notamment chez les Isongo de République centrafricaine où j'étais responsable d'une station expérimentale du Museum.

3T.  : A partir de quel moment s'est développée l'ethnozoologie en France ?

4R.P.  : Si le terme a été utilisé pour la première fois par les anthropologues Henderson et Harrington dès 1914 qui étudiaient des tribus indiennes des grandes prairies, la discipline ne s'est affirmée en tant que telle que beaucoup plus tard. Au Museum l'impulsion a été donnée avec la création en 1963 par le Pr Roland Portères du Laboratoire d'ethnobotanique et avec le développement, sous ma responsabilité en 1966, d'un secteur consacré à l'ethnozoologie. A cette époque, les chercheurs travaillaient très peu sur la France, et c'est progressivement que la difficulté de faire du terrain dans des pays extra-européens a poussé les chercheurs à s'intéresser au domaine français. J'ai formé plusieurs chercheurs comme Anne-Marie Brisebarre, Bernadette Lizet, Serge Hahuchet et Philippe Marchenay qui sont maintenant entrés au CNRS et font dans notre Laboratoire de l'ethnozoologie et de l'ethnobotanique.

5T.  : La voie avait été quand même bien tracée, notamment par les folkloristes...

6R.P.  : Et en particulier par l'œuvre fondamentale et pourtant trop peu connue d'Eugène Rolland.

7Le projet que je poursuivrai au Laboratoire avec ma retraite est de compléter et réactualiser le travail de Rolland pour continuer un grand dictionnaire d'ethnozoologie du domaine français. Eugène Rolland avait amassé des matériaux considérables de 1877 à 1910 en ce qui concerne les noms vulgaires, dictons, proverbes, légendes, contes et superstitions mais, linguiste avant tout, il manquait de formation zoologique de base, il a commis quelques erreurs d'identification scientifique des animaux dont il parlait, erreurs qui peuvent être rectifiées facilement. De plus, il n'a pas abordé toutes les espèces du domaine français. Pour les insectes par exemple, on trouve beaucoup d'informations sur le grillon, la cigale, la coccinelle mais presque rien sur certaines familles d'Hétéroptères, sur celles d'Hyménoptères et Diptères ou sur les insectes des maisons et habitations... Ce qui manque aussi à la Faune populaire de Rolland, c'est l'illustration si nécessaire pour le naturaliste et l'ethnologue sur le terrain ! Comment bien reconnaître l'animal sans l'image ?

8Dans notre dictionnaire, chaque espèce sera représentée par un dessin original ou tiré de la Faune de France.

9Enfin, il faut faire de nouvelles enquêtes pour compléter l'inventaire de nos connaissances sur les Acariens, Araignées, Myriapodes et les Insectes comme le « ver » à queue décrit par Réaumur, sur toutes les Cochenilles et réaliser de sérieuses additions sur les Coléoptères, les Lépidoptères, sur les Oiseaux et les Mammifères domestiques, etc.

10Il faut cependant ajouter que l'œuvre de Rolland est restée incomplète : les manuscrits achetés par Gaidoz décédé intestat à son tour n'ont jamais pu être retrouvés malgré les appels de mon collaborateur Daniel Dubois et de moi-même ; quelle grande perte pour notre patrimoine !

11T.  : Qui va faire ces enquêtes ?

12R.P.  : Le travail est déjà commencé : grâce au contrat obtenu en 1982 avec la direction du Patrimoine et dans le but de continuer l'œuvre de Rolland, j'ai fait travailler mes étudiants sur de nombreux sujets : anguille, cerf, chamois, chat, chien, cigogne, crapaud, lézard, loup, orvet, rat, salamandre, sangsue, scorpion, souris, tortue, vipère, etc.

13Je dispose aussi d'un vaste réseau de correspondants locaux qui m'envoient des informations.

14On peut également adresser des questionnaires. J'ai fondé en 1983 avec Liliane Bodson et Jean Lescure une commission d'ethnoherpétologie et d'histoire de l'herpétologie au sein de la Société herpétologique de France. L'enquête est destinée à recenser, le plus largement possible, les connaissances et traditions populaires relatives à l'herpétofaune, qu'elles soient transmises oralement ou qu'elles aient déjà fait l'objet de publications. Le questionnaire envoyé à tous les membres de cette société permettra de recueillir une somme considérable d'informations puisque nous comptons réunir, d'ici trois ans, plus de 40 000 titres, ce qui sera sans précédent en ethnozoologie des Reptiles et Amphibiens des pays francophones européens.

15T.  : A côté de ces actions de longue haleine, que sont le dictionnaire d'ethnozoologie et l'enquête d'ethnoherpétologie, sur quels thèmes travaille votre équipe actuellement ?

16R.P.  : Nous essayons de répondre aux demandes qui nous sont faites soit par des ministères comme celui de l'Environnement, soit par des parcs naturels régionaux ou nationaux et des associations.

17Par exemple, l'association Clair de terre (pour l'étude de la mise en valeur du patrimoine naturel et culturel de la Provence et du Languedoc) nous a demandé de réaliser une étude sur « Le peuplement bovin en Camargue, des origines à nos jours ». L'un de mes étudiants intéressé par le taureau camargue poursuit l'enquête.

18Le ministère de l'Environnement est quant à lui intéressé par des recherches sur la perception et la connaissance des espèces protégées. Un chercheur rédige actuellement une thèse sur le faucon pèlerin et les lâchers de rapaces et de vipères, un autre sur le crapaud dans l'imaginaire. Savez-vous que pour beaucoup de gens le crapaud reste le mâle de la grenouille ? Ces animaux de mauvais augure sont à réhabiliter.

19T.  : Les recherches que vous menez peuvent donc trouver des applications dans une meilleure information des décideurs sur les dimensions imaginaires et psychologiques des relations homme-animal. Existe-t-il d'autres applications de ces recherches. ?

20R.P.  : Certaines recherches peuvent induire des actions de conservation. En montrant les liens entre système d'élevage, savoir-faire et races locales, l'ethnozootechnie peut déboucher sur des programmes de relance d'une race et d'un système d'élevage adaptés à l'économie d'une zone rurale ou d'un pays en voie de développement.

21C'est dans une telle optique que nous avons réalisé une étude sur la race bovine ferrandaise qui intéresse le Parc naturel régional des volcans d'Auvergne. Cette publication est prête pour l'édition.

22Pour certains oiseaux domestiques comme l'oie du Poitou, nos recherches arrivent trop tard avec la disparition des races locales. D'autres recherches ont des retombées dans des domaines plus inattendus. Par exemple, une étude menée sur l'ethnozoologie de la sangsue a permis de mieux connaître les techniques d'acquisition de cet hirudiné et même de repérer les derniers pêcheurs de sangsues de la Brenne des étangs, de la Camargue... puisqu'une équipe de médecins de Bordeaux a mis en évidence l'intérêt de l'utilisation des sangsues dans la chirurgie de la main.

23Il y a donc une multitude d'applications possibles de nos recherches dans un but scientifique et culturel. La bioéthique animale est à développer, l'interdisciplinarité aussi, mais finalement la connaissance avec un grand C n'est-elle pas suffisante comme application ?

24T.  : Pour vous qu'est-ce qu'une bonne étude d'ethnozoologie, en d'autres termes quels conseils donneriez-vous à ceux qui s'apprêtent à faire un travail dans ce domaine ?

25R.P.  : Tout d'abord il faut être à la fois très bon zoologue et très bon ethnologue.

26Bon zoologue avec une formation obligatoire en systématique, biologie, éthologie, parce qu'il est indispensable d'être au niveau de ses informateurs pour l'identification des espèces animales et de leurs mœurs et comportements... Quand on a des doutes, les guides ne suffisent pas, il faut savoir prélever les échantillons qui seront identifiés le cas échéant par le Laboratoire du Museum le plus concerné.

27Bon ethnologue, car il faut tenir compte de tous les aspects des phénomènes observés, avoir parfois recours à un linguiste...

28Je préconise d'utiliser des questionnaires qui permettent de ne rien oublier : noms vernaculaires, significations symboliques, aspects mythiques et religieux, utilisation de l'animal dans ses différentes parties. Savoir par exemple ce qu'est le péritoine du porc ou la crépine du porc, « l'os » du cœur du cerf ; on pense rarement à poser des questions sur l'utilisation du crin, du poil, de l'os, du sang, sur les bézoards2 des cervidés, l'égagropile3 du cheval...

29T.  : Alors vous-même si votre enseignement, la gestion du service d'ethnozoologie et votre projet de dictionnaire vous en laissaient le loisir, quels seraient les animaux que vous souhaiteriez étudier de manière approfondie ?

30R.P.  : Il y en aurait beaucoup. En premier lieu peut-être la grenouille. Ayant accumulé une somme considérable de données à l'occasion de l'exposition qu'avait montée l'Écomusée de Fresnes sur « Des hommes et des grenouilles », je souhaiterais poursuivre mes recherches sur ce batracien. Je me sens un peu « grenouilleux » de cœur... A Fresnes, c'était une Société composée exclusivement de bouchers parisiens, « les grenouilleux », qui venait chaque année, le Vendredi saint, chez la mère Fifine, manger de sacrées recettes de grenouilles. Venait aussi une association de libraires qui tenait annuellement son congrès autour des plats de cuisses de grenouilles.

31Un autre animal me fascine depuis longtemps : l'ours, l'autre de l'homme. Il donne lieu à un folklore important : sa stature de « bipède » érigé, sa nourriture... sont proches de la nôtre, on l'a accusé de voler des femmes et les histoires et légendes sur Jean de l'ours et les enfants d'ours sont passionnantes. Et puis l'ours me renvoie à mes origines ariégeoises. A l'âge de six ou sept ans, j'étais fasciné par les histoires vraies d'un de mes parents qui racontait ses chasses à l'ours. Je revois ces montreurs d'ours de mon enfance, des ariégeois globe-trotters ; et puis l'ours reste une puissante « médecine » pour l'enfant et pour certains adultes.

32Enfin, il y a un autre animal que j'étudierai volontiers, peut-être pour le modèle ethnozootechnique, c'est l'âne. Il avait une importance considérable pour la traction et pour le bât mais aussi dans les jeux : les courses aux ânes sont encore nombreuses aujourd'hui. Malheureusement l'espèce tend à disparaître en France : le baudet du Poitou4 ou bourallioux, ce remarquable représentant de l'espèce asine, et presque toutes les races locales ont disparu — l'âne des Pyrénées, le petit âne gris du Berry, l'âne gris de la Saintonge.

33Voici les trois animaux à qui je donnerais la priorité, mais il y en a tant d'autres, en particulier parmi les Insectes, qui sont passionnants. J'aimerais aussi m'initier plus aux cas des hybrides, des gynandromorphes, des chimères, à la cryptozoologie dont ne parle jamais notre spécialité, peut-être aussi pour mieux comprendre les relations de l'homme et l'animal et le tréfonds de l'ethnozoologie.

Thèses et mémoires d'ethnozoologie

34Sauf indications contraires, ces travaux ont été réalisés dans le cadre de l'enseignement d'ethnozoologie et d'ethnobotanique de l'U.E.R. de sciences sociales de l'université René-Descartes, Paris V.

35Aduriz y Ansa J., 1982. « Les Pottok - Approche ethnozoologique d'une problématique actuelle : l'élevage », 37 p.
Bernard-Muller S., 1983. « Rapport entre l'homme et l'animal. Le Berger allemand en milieu rural et en milieu urbain. Etude des inter-relations entre le chien et l'humain à la lumière d'une expérience personnelle (1974-1983). Rôle social du chien », 108 p.
Bonnan J.-C., 1982. « Le faucon et l'homme. Mythologie, représentations sociologiques et scientifiques », 77 p.
Bradier P., 1985. « Représentation populaire du loup (Canis Pupus Linné), sa réhabilitation, son avenir ». Thèse Doct. Vétérinaire, 346 p.
Buhour P., 1986 « Le chat domestique : étude ethnozoologique », 61 p.
Burney G., Baudin N., 1982. « Ethnozoologie du crapaud », 107 p.
Carbone G., 1987 « Ethnozoologie de l'anguille - Élément central d'un ethnoécosystème » Paris, 238 p.
Crémades-Beaumont R., 1982. « Les épouvantails agraires », 160 p.
Dupuich C., 1986. « La coquille Saint-Jacques », 173 p.
1987. « Nature et culture ; la coquille Saint-Jacques à travers ses manifestations anthropologiques », 140 p.
Fourcade P., 1987. « La tortue dans l'art et la littérature » Paris, 90 p.
Frapier M.-O., 1985. « La symbolique du mouton », 43 p.
Gayoux-Carette J., 1986. « Contribution à l'étude de la documentation concernant le folklore français, index animalier », 84 p.
Guinde C., 1983. « Rattus et caetera ou ambivalence d'un Rat en quête d'identité (dans la bande dessinée) », 58 p.
1984. « Misère Rat », 117 p.
Honnorat S., 1985. « Le scorpion, étude d'ethnozoologie », 70 p.
1987. « L'hippophagie en France », 82 p.
1987. « Le crapaud dans l'imaginaire européen », 77 p.
Joubert M.-J., 1983. « La pêche côtière picarde, traditions et bouleversements », 47 p.
Klein P., 1982. « Ethnozoologie de la grenouille : représentations profanes », 52 p.
Klein T., 1985. « Ethnozoologie du mulet, le mulet en montagne », 50 p.
Lamblard J.-M., 1979. « Contribution à l'étude de la pintade, ethnographie et ethnozoologie », 294 p.
Meignen N., 1984. « L'animal et la pierre (ethnozoologie et ethnominéralogie », 130 p.
Morin S., 1986. « Etude ethnozoologique des salamandres françaises, comparaison avec les grandes salamandres de Chine et du Japon », 80 p.
Motta-Puschel C., 1982. « L'Huître, de l'Antiquité à nos jours », 44 p.
Paumier S., 1986. « La chasse au chamois en France, étude ethnozoologique », 117 p.
1987. « Ethnozoologie et gestion du chamois », 172 p.
Paulmier V., 1986. « Le lézard vert et le lézard ocellé dans les traditions populaires en France », 99 p.
Payrat C., 1986. « Diableries animales ou étude sur des animaux maudits, chat, chouette, hibou, chauve-souris », 63 p.
Prevost P., 1982. « L'âne. Note de recherche ethnozoologique », 53 p.
Prili C., 1982. « Le symbolisme de la souris », 82.
Raymond G., 1983. « Griffes de fer - Chairs rouges - Cris - (Introduction à l'étude des modes de piégeage relatifs aux mammifères, dans une chaîne du Jura, entre les années 1970 et 1980 », Diplôme de l'E.H.E.S.S., 869 p.
Rémy E., 1987. « Ethnozoologie du faucon pèlerin », 51 p.
Reyniers A., 1982. « Les animaux des tziganes, essai d'ethnozoologie », 174 p.
Richet J.-M., 1986. « Pour une introduction à l'ethnozoologie de l'orvet », 37 p.
Rymarski C., 1986. « Le symbolisme de la cigogne d'Alsace », 104 p.
Sebbag E., 1983. « L'homme et le chant de l'oiseau », 30 p.
Suid-Rafizaden C., 1985. « L'allaitement des animaux par les femmes », 50 p.
Ventura J.-P., 1986. « Le loup imaginaire, le loup dans les représentations enfantines », 111 p.

Haut de page

Notes

1« La Guinée forestière », Médica, Voir et savoir, 22, avril 1962.
2Bézoards : concrétion calculeuse qui se forme dans l'estomac, les intestins des mammifères. Le bézoard occidental, fréquent par exemple chez le chamois, se présente sous forme d'une boule de la taille d'une noix formée de poils amalgamés enrobés de poix de conifères. Ils sont utilisés comme médicaments à propriétés merveilleuses, comme onguent ; ils servent de fétiche dans la poche du chasseur contre le vertige et pour la réussite de la chasse. Chez certains peuples ce sont des antidotes contre les poisons, de l'encens rituel, etc.
3Égagropile : boule feutrée ou en pelote lisse et vernissée de poils agglutinés dans l'intestin du cheval, du bœuf, de la chèvre, provenant de la maladie du lécher ou pica (parfois synonyme de bézoard).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chevallier D., C. Langlois & R. Pujol, 1988, « A propos d’ethnozoologie : entretien avec R. Pujol », Terrain, n° 10, pp. 108-112.

Référence électronique

Denis Chevallier, Christine Langlois et Raymond Pujol, « A propos d'ethnozoologie », Terrain [En ligne], 10 | avril 1988, mis en ligne le 19 juillet 2007, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2935 ; DOI : 10.4000/terrain.2935

Haut de page

Auteurs

Denis Chevallier

Articles du même auteur

Christine Langlois

Articles du même auteur

Raymond Pujol

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals