Navigation – Plan du site
Repères

Les arts du feu en Franche-Comté

Savoir-faire traditionnels et réalités économiques
Bertrand Hell
p. 113-123

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Franche-Comté
Haut de page

Texte intégral

Présentation de la recherche

1Soutenue financièrement par la mission du Patrimoine ethnologique dans le cadre du plan Patrimoine (Protection des savoirs menacés) et par la région de Franche-Comté, l'opération « Les arts du feu » s'intègre dans le programme de recherches et d'actions développé ces dernières années par le Centre de culture scientifique, technique et industrielle de Salins-les-Bains sur le thème des savoirs techniques comtois1. Conduite de la direction régionale des Affaires culturelles, cette recherche bénéficie de l'appui de l'Institut d'études comtoises et jurassiennes de l'université de Besançon2.

Un nouvel objet patrimonial

2De nombreux travaux d'historiens éclairent l'importance en Franche-Comté de ce qui apparaît comme une authentique tradition de maîtrise du jeu, assise sur une richesse naturelle du sol et du sous-sol (étendue de surfaces boisées, présence de minerais).

3Monographies de sites particuliers, recherches synthétiques ou approches généalogiques permettent de suivre historiquement l'éclosion et l'évolution des industries liées au feu — en Franche-Comté : forges, fonderies, verreries, poteries... Outre la compréhension de la texture d'un patrimoine industriel particulier, certaines données laissent apparaître d'indéniables spécificités régionales des savoir-faire. On citera par exemple l'existence dès le xviiie siècle d'un « procédé comtois » dans la métallurgie : ce savoir-faire lié au temps de chauffe se diffusera au xixe siècle sous cette appellation jusqu'en Suède3.

4Paradoxalement, ces recherches portant sur les industries liées au feu, sur les gestes techniques mis en œuvre et en corollaire sur la transmission de tels savoir-faire ne se prolongent pas sur la période contemporaine : l'intérêt des chercheurs semble s'être arrêté aux portes des entreprises en activité. Entre la monographie de pratiques artisanales économiquement résiduelles et l'analyse socio-économique du système industriel régional, il a paru intéressant et urgent d'entreprendre une étude ethnologique. Celle-ci porte sur quelques sites à la fois lieux de détention et de transmission de gestes techniques singuliers inscrits dans une tradition de maîtrise du feu, et sur les outils productifs soumis aux contraintes et aux contingences des réalités économiques.

5Le travail de pré-enquête a permis de mesurer l'intérêt que peut présenter la recherche ethnologique pour les agents économiques. La concurrence internationale très vive impose aux petites et moyennes entreprises de se positionner de façon précise sur le marché en recherchant une production de grande qualité ou de haute technicité. Dans les deux cas, une reconnaissance précise des savoir-faire (tant pour leur pérennisation que pour leur adaptation aux nouvelles technologies) devient une nécessité. Il convient dès lors de ne pas dissocier recherche fondamentale et recherche appliquée, voire action culturelle, et d'inscrire très concrètement le travail des chercheurs dans une action de valorisation des savoir-faire liés au feu. Cette double exigence a conduit à ne retenir comme terrains d'enquête que des sites en activité d'une part et des entreprises dans lesquelles il soit possible de mener conjointement — en collaboration étroite avec l'entreprise elle-même — des opérations de restitution de la recherche et des actions de protection et de transmission des savoir-faire d'autre part.

6Cinq terrains ont été retenus : les forges de Syam (Jura, 28 salariés) ; les forges de Montecheroux (Doubs, 19 salariés) ; la verrerie de Passavant-la-Rochère (Haute-Saône, 250 salariés) ; la faïencerie de Salins-les-Bains (Jura, 180 salariés) ; les distillateurs du pays de Fougerolles (Haute-Saône)4.

7A la suite des premiers travaux de terrain et des contacts qui s'y sont établis, il semble que les opérations de valorisation puissent être envisagées sous des formes réellement multiples. Deux voies « classiques » s'offrent, bien sûr. Celle de la restitution d'une recherche ; outre les publications, le Centre de culture scientifique, technique et industrielle de Salins, conformément à sa vocation, privilégie l'outil audiovisuel : une série de moyens métrages 16 mm est programmée. La voie de la protection peut s'incarner, avec plus ou moins d'ambition selon les partenaires intéressés, dans des créations de type muséal ou celles de conservatoires des techniques. Mais il apparaît aussi qu'une part essentielle de l'action que peut induire l'ethnologue puisse se construire en dehors d'une démarche et d'un cadre strictement muséals : l'élaboration d'un circuit culturel permettant de rendre la réalité « globale » des savoir-faire (circuit thématique, visite d'entreprises...) en est un premier élargissement. Mais d'autres pistes, nouvelles, se dessinent : faire confluer les énergies autour d'un projet artistique mettant en œuvre les savoir-faire, faire émerger un « pôle de rencontre savoir-faire » au sein de l'entreprise. Chaque chercheur inclut dès à présent ce type de réflexion dans son travail de terrain. Celle-ci en entraîne cependant une autre que le groupe prend soin de ne pas occulter. Le caractère novateur, voire l'originalité des projets envisagés ne doit pas masquer les problèmes que pose une telle implication du chercheur sur son terrain : déontologie, crédibilité scientifique, récupération « sociale », détournement de la recherche etc.

Le savoir-faire : un fait social

8Sans préjuger des résultats d'une opération portant sur dix-huit mois mais surtout sans vouloir déflorer des travaux de recherche particulièrement féconds5, on peut d'ores et déjà souligner l'approche plurielle que requiert toute analyse de la transmission des savoir-faire. Au terme de ces premiers mois d'enquête, le travail ethnographique laisse apparaître les contours de ce qu'il convient de saisir comme un véritable complexe du savoir-faire.

9Une première réflexion s'impose dès la première ligne du carnet de notes : analyser les mécanismes de transmission, c'est postuler l'existence d'un « savoir-faire ». Quel est-il ? Plutôt que de verser dans une tentative de conceptualisation d'une notion qui recoupe à vrai dire des réalités parfois fort différentes, on retiendra que le savoir-faire recouvre une adéquation : celle d'un geste technique à une finalité (transformation d'un matériau, production d'un objet fini etc.). Mais ce résultat ne peut se définir que dans un contexte technique et culturel précis. Cette première constatation — le savoir-faire est avant tout geste efficace — rend impératives tant une étude de la gestuelle (observation des postures, des attitudes corporelles, analyse des aptitudes physiques « requises ») qu'une approche des processus de « familiarisation » dont on connaît l'importance dans la transmission des savoir-faire (Delbos et Jorion, 1984 : 32 et sq). Mais elle rend tout aussi nécessaire une analyse fine des choix d'un groupe social donné en matière de culture technique. En terme d'adaptabilité, on peut parler de savoir-faire ouvert ou fermé : on comprendra que, dans une telle optique l'évolution même des savoir-faire paraisse étroitement dépendante de ces options, comprenons des constituants sociaux, culturels et symboliques qui en ont fixé le cadre d'émergence et de reproduction.

10Plus loin, on peut s'interroger sur le fonctionnement de la transmission. La structure endogamique, cadre maintes fois détaillé, appelle de nombreuses investigations. Celle, bien sûr, du pouvoir que confère l'acquisition de tout savoir-faire au sein de l'entreprise, c'est-à-dire une analyse du statut du détenteur. Statut et pouvoir qui peuvent parfois ne pas correspondre aux normes sociales en vigueur à l'intérieur de l'entreprise. Si l'importance des choix individuels apparaît nettement — « volonté individuelle », nous dit Noël Barbe pour franchir « les paliers de compétence » ou « engagement personnel » d'après Blaise Bellal —, on constate aussi qu'il serait quelque peu réducteur de ne lire dans la détention du savoir-faire que l'expression de stratégies individuelles liées au pouvoir. L'acquisition du savoir-faire implique nécessairement un processus de reconnaissance par l'ensemble du groupe. La légitimité du statut s'acquiert autant par la relation individuelle détenteur/acquéreur (sous toutes ses formes, y compris le vol...) que par celle, plus diffuse, que connote l'approbation tacite des autres acteurs sociaux. C'est en terme de relations itératives entre un individu et le groupe social qu'il convient de percevoir les mécanismes de la transmission du savoir-faire. A ce titre l'exemple du chef lamineur des forges de Syam décrit par R. Lioger paraît particulièrement significatif.

11Une telle polysémie du fait social « savoir-faire » se traduit pour l'ethnographe par un véritable cheminement dans son travail de terrain. Les parcours du chercheur au sein de la communauté délimitée par le savoir-faire ne sont probablement pas indifférents... La tenue d'un journal de bord, à l'image de celui de J. Favret-Saada, permettra de rendre les étapes d'une progression, leur confrontation, peut-être d'éclairer d'intéressants mécanismes de transmission (ou de non-transmission) des savoirs relatifs aux savoir-faire. La lecture comparative fournira en outre des données sur la nature et la réelle portée de cette « demande sociale » à laquelle chaque chercheur se voit soumis dans son travail quotidien de terrain : construction identitaire, valeur emblématique conférée au savoir-faire, fixation des enjeux sociaux etc.

Haut de page

Notes

1Dernières réalisations :

Films : « Les clés du succès. Analyse d'une réussite industrielle : la lunetterie de Morez », Vidéo 3/4, 12', réalisation G. Nivoix, 1986.

« Au temps des cerises », 16 mm, 26', réalisation G. Nivoix, 1987.

Exposition : « Images des savoir-faire comtois », 1987, Salins ; Forum du Patrimoine, Paris ; Musée Granvelle, Besançon.

2Outre la coordination et la gestion du travail bibliographique, l'Institut participe activement, en la personne de l'historien F. Lassus, aux travaux du groupe de recherche.
3On se référera par exemple aux travaux menés dans le cadre du programme Métallurgie du fer dans la plaine de Gray (Haute-Saône), 1984-1987, Besançon, conservation régionale de L'Inventaire général de Franche-Comté en collaboration avec la cellule du patrimoine industriel. Publication en cours.
4Une précédente étude comparative des techniques de distillation menée en Haute-Saône et en Alsace a permis de mettre en lumière une variabilité des discours sur les savoir-faire relatifs à un processus technique identique. Il a paru intéressant d'intégrer aux travaux du groupe une recherche, conduite auprès des distillateurs et des bouilleurs de cru, centrée autour du rapport contexte technique/transmission du savoir. (Cf. Voisenat).
5Rappelons que le groupe de travail est composé de chercheurs ethnologues confirmés, engagés par ailleurs dans un cursus universitaire (N. Barbe, Paris X ; B. Bellal, Strasbourg ; R. Lioger, Lyon ; G. Nivoix, E.H.E.S.S., Paris ; Cl. Voisenat, E.H.E.S.S., Paris).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hell B., 1988, « Les arts du feu en Franche-Comté. Savoir-faire traditionnels et réalités économiques », Terrain, n° 10, pp. 113-115.

Référence électronique

Bertrand Hell, « Les arts du feu en Franche-Comté », Terrain [En ligne], 10 | avril 1988, mis en ligne le 19 juillet 2007, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2937 ; DOI : 10.4000/terrain.2937

Haut de page

Auteur

Bertrand Hell

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals