Navigation – Plan du site
Repères

L'industrie de la pince à Montecheroux

Blaise B. Bellal
p. 115-117

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Franche-Comté
Haut de page

Texte intégral

1L'industrie de la pince échenoumontaine, après moult vicissitudes, qui se prolongent encore — marché en récession, concurrence étrangère, outil de production inadapté — revit peu à peu.

2Cette situation fut pourtant tout autre, en effet, la pince maillée, produit emblématique de ce lieu, connut longtemps un essor extraordinaire. Exportée aux quatre coins du globe, elle fut l'ambassadrice du savoir-faire local. Un savoir-faire à propos duquel on s'interroge aujourd'hui. Celui-ci a été longtemps considéré comme un moyen d'améliorer son niveau de vie. Le prix des pinces était en effet si bas qu'il fallait en produire le maximum pour vivre correctement. Etait donc considéré comme détenteur d'un savoir celui qui, par un secret de fabrication, avait amélioré son rendement. Cette situation conduisait à une forme d'espionnage « artisanal » imposant aux forgerons de garder leur secret sous peine d'être dépossédés d'un marché dont ils étaient maîtres. Une manière de connaître le nombre de pinces fabriquées dans la journée, était d'aller rendre innocemment visite au voisin et de compter sur le sol le nombre de déchets issus du maillage.

3Ce qu'on pourrait nommer la non-transmission du savoir fut ainsi longtemps plus une question d'ordre économique que l'absence d'une « pédagogie » imposant un apprentissage extrêmement personnel et non guidé la plupart du temps. D'où sans doute les décalages existants entre les divers discours sur la transmission. Décalages en apparence seulement car les gestes restent finalement les mêmes.

« Y (le père) m'a prêté une enclume et j'ai appris à bien forger. »
« C'est pas de regarder qu'on peut apprendre. »
« Je regardais les modèles suivant comment il les faisait. »
« Il (le père) disait rien, je voyais suivant les pinces comment elles étaient faites. »
« Des fois le forgeron, il était pas là alors je m'essayais à faire un membre. »
De l'absence de discours au vol furtif d'une pratique (leitmotiv permanent) en passant par l'imitation de l'objet et non des gestes, chacun s'essayait à pratiquer le métier auquel il se sentait destiné :
« J'm'serai pas vu faire autre chose. »
« J'ai appris parce que j'étais dedans. »

4Cet apprentissage par frayage (Delbos et Jorion, 1984) nous fait entrevoir le caractère fatal de l'apprentissage (c'était ça ou l'agriculture ; parfois les deux) ainsi que son aspect initiatique. La tendance (encore éprouvée sur le terrain) à privilégier la pratique par rapport au discours, souvent dévalorise, est révélatrice à bien des égards de l'expérience que chacun met en avant dans sa carrière de forgeron.

5Le discours didactique, celui qui aurait dû indiquer si oui ou non, le geste était bon, était souvent une sorte de dérision du geste lui-même. Ainsi à un jeune qui apprenait à limer droit, le limeur adressait-il un « tu berces, Bébert » quand celui-ci faisait preuve de maladresse.

6Le passage obligé dans l'apprentissage était l'activité de frappeur. Ce dernier intervient au moment de l'allongeage des membres de la pince ; posté derrière l'enclume, soulevant une lourde masse, il frappait à tour de rôle avec le forgeron sur le membre à allonger. Cette étape permettait un premier et véritable contact avec la forge et constituait pour certains le moyen d'apprendre. « On sentait le poids du marteau, après on savait ce que c'était. » Les enfants étaient particulièrement sollicités pour frapper et d'aucuns y voyaient là une récréation plus passionnante que bien des jeux. Le statut de frapper prêtait parfois à confusion : ou il était clairement vécu comme l'étape acheminant vers la forge, ou il était redouté car synonyme d'échec : « Un homme, d'échec en échec, est resté frappeur toute sa vie. »

7Dès l'instauration de la « partie brisée » à l'époque de la mise en place d'ateliers collectifs où chacun, selon sa dextérité, accomplissait telle ou telle tâche sur la pince, on peut déceler une hiérarchie des savoirs. Le moins adroit limait les branches, le plus habile était chargé des taillants. C'était autant de stades qu'il fallait franchir pour l'obtention d'un produit parfait. Là encore, l'apprentissage se réduisait à l'observation et à l'imitation. Ce vide du discours par rapport à la pratique est pour la plupart une simple question de logique même si certains reconnaissent qu'il s'agit là d'une conséquence de la concurrence qui existait autrefois. Mais au-delà d'une approche économique, il convient de se questionner sur le paradoxe d'un processus de transmission qui parvenait à ses fins par une volonté apparente de non-transmission. Sans un engagement personnel affirmé, il n'était pas question d'apprendre alors que l'on attendait précisément de l'enfant qu'il devienne un jour sinon maître en matière de pince, du moins qu'il gagne sa vie par ce biais.

8Face à une chaîne opératoire comportant un nombre élevé d'opérations de natures différentes, il importait de se déterminer par un choix relevant de l'affinité ou d'une habilité pour telle ou telle opération. On devenait ainsi forgeur, mailleur, limeur ou polisseur (ce dernier rôle était toutefois dévolu aux femmes révélant ainsi une division sexuelle du savoir-faire). Rares étaient ceux qui assuraient l'intégralité de la chaîne opératoire. Il y en eut quelques-uns dont le dernier prit sa retraite en 1980. Ils bénéficiaient d'une notoriété et d'un prestige justifiés par la qualité de leur production. Le prestige de ces démiurges de la pince alla croissant avec la mécanisation de la chaîne opératoire dans les fabriques comme va aujourd'hui décroissant la notion de savoir-faire dont la plupart affirment qu'elle aurait fait long feu même si au cœur de ladite chaîne opératoire persistent des opérations manuelles irréductibles à la technologie moderne (qu'il est pourtant envisagé à terme de mécaniser). Il convient de souligner que la mécanisation intégrale ou presque (le polissage se fera sans aucun doute toujours manuellement) conduit à abandonner la technique du maillage pour ne produire que de la pince superposée.

9Perçu comme une aberration, le savoir-faire ouvert est quelque peu dévalorisé par les anciens et le « vrai savoir » ne semble plus vivre que dans les mémoires. Idée accréditée par une relève difficile. En effet, en dehors des difficultés économiques en elles-mêmes déjà rebutantes, les vocations « forcées » se sont effritées et nombre de jeunes avec le développement du secteur tertiaire, ont orienté leur avenir vers d'autres professions (Montécheroux est à cet égard le village dont est originaire le plus fort pourcentage d'instituteurs du Doubs) délaissant quelque peu des techniques deux fois séculaires.

10Cette désaffection n'est toutefois pas synonyme d'un désintérêt fondamental puisqu'une association s'est créée voilà quatre ans se proposant de sauver de l'oubli l'artisanat local en créant notamment un musée de la pince dans lequel serait reconstituée la chaîne opératoire traditionnelle. Aveu inconscient de la mort virtuelle d'un savoir-faire ? L'usine locale produit pourtant encore des pinces entre-passées d'après un mode que le directeur actuel qualifie d'ailleurs « d'artisanat industriel ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bellal B. B., 1988, « L’industrie de la pince à Montecheroux », Terrain, n° 10, pp. 115-117.

Référence électronique

Blaise B. Bellal, « L'industrie de la pince à Montecheroux », Terrain [En ligne], 10 | avril 1988, mis en ligne le 19 juillet 2007, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2938 ; DOI : 10.4000/terrain.2938

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals