Navigation – Plan du site
Repères

Verrerie de Passavant-la-Rochère/faïencerie de Salins

Noël Barbe
p. 117-119

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Franche-Comté
Haut de page

Texte intégral

1Le travail du verre est présent dès le Moyen Age à Passavant-la-Rochère. A Salins, la production céramique date du début du xviiie siècle. Sur chacun de ces sites subsiste une unité de production représentant par ailleurs la dernière activité de ce type dans la région administrative constituée par la Franche-Comté. La verrerie de Passavant-la-Rochère est une entreprise familiale employant 250 ouvriers. La faïencerie de Salins est aujourd'hui intégrée au groupe Sarreguemines-Digoin dont elle constitue la « branche luxe ». 180 ouvriers y travaillent.

2Ces deux activités techniques sont proches tant par leur commune appartenance à l'ensemble technique « arts du feu » tel qu'il est défini par André Leroi-Gourhan (1951-52), que par la destination de leurs produits relevant de ce que les praticiens nomment « arts de la table ». Activités proches également par leurs « stratégies » commerciales : production d'un fonds de modèles « classiques », mise au point chaque année de nouvelles formes et de nouveaux décors collant à l'air du temps et à la mode. La présentation de ces nouveaux modèles au cours de différents salons détermine en grande partie l'activité économique de l'année. Dans la mesure où il faut arriver à une adéquation forme-décor/possibilités techniques, la préparation des salons est le moment d'une mobilisation intense des connaissances propres à chaque site, mais aussi de mise au point de nouveaux savoir-faire par la création de nouvelles formes et de nouveaux décors — forme de section quadrangulaire pour la faïencerie, techniques du chemisage ou de l'imitation du Gallé pour la verrerie, par exemple.

3Dans chacune de ces entreprises, la multiplicité des facteurs techniques qu'il faut savoir maîtriser aux différents moments des chaînes opératoires (adéquation pâte-vernis, moulage sans « trouiller ».../cueillage de la bonne quantité de verre, adéquation entre intensité du souffle et vitesse de rotation dans le moule...) renvoie à la mise en œuvre de réseaux diffus et complexes de savoirs tant scolaires que pratiques. A la question de l'apprentissage, la diversité des réponses rejoint la classification de Delbos et Jorion (1984 : 9-10) à quelques différences près. Nous avons affaire à des métiers qui s'apprennent même si certains ouvriers n'y arrivent jamais faute d'être capables d'acquérir les indéfinissables « coups d'œil » ou « coups de main ». Le rôle de l'école n'est pas nié même si elle n'est considérée que comme un « dégrossissant » pour les verriers ou comme insuffisante pour la maîtrise de la faïencerie. Que l'apprentissage ait été ou non formalisé dans l'entreprise, les anciens ouvriers mettent en avant l'importance de la volonté individuelle dans un lieu où il n'y a pas nécessairement transmission verbalisée et consciente, mais plutôt imprégnation et vol de savoir-faire par l'observation. Est également avancée la non-transmission familiale des savoir-faire tant verrier que faïencier, fait permettant de ramener les constructions généalogiques au statut d'indicateurs de la transmission d'un travail et non d'un savoir-faire.

4Verrerie et faïencerie emploient la chaleur comme moyen d'action sur la matière. Cependant, cette communauté ne doit pas masquer le fait que pour chacune d'elles, le rôle de cette chaleur est extrêmement différent.

5Pour la faïence, l'intervention de la chaleur est le point final du processus de façonnage qui se fait à froid. Le passage au four constitue la matière faïence. Il permet à la pièce façonnée d'acquérir et de conserver de façon irréversible texture et forme.

6Pour le verre, le passage au four est ce qui rend la mise en forme possible. Celle-ci se fait à chaud, le refroidissement constituant la matière verre.

7A cette différenciation du rôle de la chaleur correspond celle de l'organisation du travail. Dans un cas, il y a obligation de travailler rapidement à partir du moment où le verre est cueilli. Le travail se fait par équipe, chacun étant affecté à une tâche afférente à la constitution d'une partie du verre (paraison/pied/jambe) ou à la réunion de deux de ces parties. Dans l'autre cas, les différentes opérations de façonnage d'une pièce ou d'une de ses parties peuvent intervenir en des endroits et des moments également différents. Le travail de façonnage se fait alors par postes de travail, voire ateliers différents.

8De ce fait, la valorisation de certaines tâches et des savoirs correspondants, traverse ces deux sites de manière extrêmement différente.

9Si à Passavant-la-Rochère, les chantiers de soufflage à la bouche sont valorisés au regard de l'atelier de verre mécanique (verrerie de table pressée, tuiles et briques), plus importantes semblent être les lignes de partage qui découpent les équipes de travail en autant de « qualifications » et de moments d'un parcours hiérarchisé — qui sera ou non bouclé — qu'il y a de tâches à accomplir. De porteur à l'arche à chef de place (le chef de place est le poseur de jambe), le chemin est long, fait d'apprentissage et de l'attente de la disponibilité d'un poste supérieur au sien. Les femmes en sont généralement exclues, même si l'on trouve ici — fait cité comme extrêmement rare — une femme tenant un poste d'ouvreuse, poste correspondant auparavant à celui de chef de place du plus grand chantier de la verrerie. Leur rôle est confiné à celui de porteuse à l'arche ou de découpeuse à froid ; toutes tâches intervenant sur un verre déjà constitué tant dans sa forme que dans sa matière.

10Au sein de ce parcours apparaissent des paliers de « compétence », comme celui de maillocheur. Il nous appartient de déterminer le caractère « technique » ou « social »1 de tels paliers au regard du mode d'articulation des savoirs au sein de la verrerie d'une part ; des discours d'anciens verriers mettant en avant la difficulté de faire ce métier si l'on n'est fils de verrier, de la non-reconnaissance des compétences de ceux qui ne suivent pas le parcours établi (comme le chef de fabrication actuel qui n'est « pas issu du rang »), du comportement des verriers lorsqu'un apprenti arrive sur la place d'autre part2.

11A Salins, la décoration est le savoir le plus valorisé par les anciens ouvriers comme par la direction. Autour des fours semble s'ordonner une coupure entre le travail de préparation de la pâte, son façonnage et la décoration.

12Ces deux espaces sont circonscrits à la fois : •techniquement : tant par les tâches accomplies que par le support de ces tâches : matière crue, « matière vivante »/matière cuite3 ; •lexicalement : d'un côté les pièces sont désignées par le nom de leur forme, de l'autre par celui du décor4 ; •par l'odeur : seuls d'anciens peintres nous ont parlé d'une odeur les imprégnant, celle de l'essence de térébenthine ; •par la gestuelle : le façonnage étant plutôt le monde de gestes à large amplitude alors que l'immobilité est mise en avant dans le cas des fileurs par exemple ; •du point de vue des secrets de fabrication : pour la direction la décoration est le lieu des secrets ; •financièrement : les anciens peintres dont le parcours est passé par le façonnage mettent en avant le fait qu'ils « gagnaient plus » comme apprenti-peintre que dans leur poste précédent5 ; •du point de vue de la « marque » symbolique sur la production : souvent le discours sur le décor de telle ou telle pièce évoque au locuteur le nom du peintre qui l'a exécuté, alors que nul ne dit ou ne peut dire le nom de celui qui a coulé ou moulé la forme devenue simple support du décor ; •du point de vue de l'organisation et du rôle de l'espace domestique plus ostentatoire — mise en évidence de « beaux meubles », de faïences — chez les anciens peintres.

13La comparaison entre ces deux sites devrait nous permettre de cerner l'articulation logique technique/logique sociale en ce qui concerne la transmission de savoir-faire liés techniquement ou symboliquement au feu.

Haut de page

Notes

1Dichotomie volontairement réductrice.
2Selon le chef de fabrication, lorsqu'un apprenti arrive sur une place et que les verriers ne savent pas que c'est un apprenti, tout se passe bien. Dans le cas contraire, « ils saccagent la production puisqu'un apprenti par définition ne sait pas travailler ».
3Le parallèle avec N. Vialles (1987) peut être intéressant.
4Une même forme peut être le support de décors différents.
5Si ce fait reste à vérifier, le discours est néanmoins significatif.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barbe N., 1988, « Verrerie de Passavant-la-Rochère/faïencerie de Salins », Terrain, n° 10, pp. 117-119.

Référence électronique

Noël Barbe, « Verrerie de Passavant-la-Rochère/faïencerie de Salins », Terrain [En ligne], 10 | avril 1988, mis en ligne le 19 juillet 2007, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2940 ; DOI : 10.4000/terrain.2940

Haut de page

Auteur

Noël Barbe

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals