Navigation – Plan du site
Repères

La communauté syamoise

Richard Lioger
p. 119-121

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Franche-Comté
Haut de page

Texte intégral

1Les petites forges de Syam, lieu privilégié de l'histoire de l'industrie métallurgique franc-comtoise, datent du début du xixe siècle et ont, depuis lors, connu une activité ininterrompue et une modernisation très limitée. Comprenant actuellement un laminoir1 à cinq cages et trois bancs d'étirage2, elles témoignent d'un type de production industrielle ancienne tant au niveau de la conception architecturale (Daumas, 1980) que du mode de production. Elles ont été le lieu du maintien et du développement d'une production de profilés laminés3 qui trouve sa place dans le marché contemporain : l'entreprise répond exactement en effet, grâce entre autres aux moindres coûts de production résultant de cette technique, à certains marchés séquentiels du profilé.

2Le courant de modernisation relativement récent (années 76-80) n'a touché que les énergies utilisées, directement ou indirectement, pour faire fonctionner les machines : motorisation de la roue à aube entraînant le laminoir, ou électrification des moteurs de certaines machines comme les cisailles, ce qui fait de l'usine de Syam un site industriel « témoin » d'une époque, révolue et en même temps complètement opérationnel.

3La longue période de sous-emploi et de difficile commercialisation du produit, qui dura de 1945 aux années 70, a permis néanmoins que se maintiennent et se développent des savoir-faire propres à la technique du laminage, cela grâce aux circonstances particulières de la vie de la communauté syamoise (prise dans son ensemble village-usine). Des activités agricoles d'appoint lors des périodes de chômage technique, telles que chasse, pêche et jardinage, ont représenté alors plus qu'un complément à l'économie des ménages ouvriers.

La pérennité et le développement d'un savoir-faire

4L'histoire de cette communauté s'organise autour d'une technique : celle du laminage ; technique qui, dans le processus de production de profilés spéciaux, interdit toute tentative d'engineering et intéresse directement les industriels qui souhaiteraient l'informatiser. C'est en s'interrogeant sur un processus de production utilisant des outils du xixe siècle (en principe totalement inadaptés à l'époque actuelle) que l'ethnologue en vient à étudier des savoir-faire qui constituent la valeur du produit fini.

5L'intérêt pour cette technique artisanale du laminage impose que l'on soit attentif à la fois à la description de la chaîne opératoire, et à une reconstitution de type ethno-historique visant à repérer la transmission de cette technique chez les individus qui en sont détenteurs, c'est-à-dire les chefs lamineurs. En effet, bien que le laminage soit une technique connue depuis plus de deux siècles, exploitée sous une forme industrielle majeure par la production de laminés simples dans des laminoirs qui atteignent parfois des centaines de mètres de longueur, à Syam nous nous trouvons en présence d'un petit laminoir de 5 cages et de 30 mètres de long, tel qu'il en a existé beaucoup en France au xixe siècle, mais dont pratiquement aucun n'a pu se maintenir en activité. A Syam, c'est donc un vrai savoir-faire dépassant la technique, qui a pu être transmis et surtout développé grâce à des innovations qui lui ont évité de devenir obsolète.

6Le chef lamineur maîtrise cet « art du feu », grâce à un savoir-faire acquis par une longue pratique qui l'a conduit progressivement (en 15 à 20 ans) du poste de manœuvre au poste de chef lamineur (parcours professionnel élastique des chefs lamineurs tel que nous avons pu le reconstituer depuis le début du siècle). Mais comment se réalise ce parcours et comment se transmet le savoir nécessaire pour être reconnu comme un chef lamineur possible ?

« Pour ça, il faut être costaud, avoir été lamineur et s'intéresser, faut pas avoir peur de rester après le travail, et faut aimer... »
« Le "Jean", on a tout de suite vu qu'il était fait pour être un bon lamineur, il s'intéressait et il était pas bête, alors c'est normal, il est devenu chef, parce que c'était le plus valable... »

7Pour comprendre la transmission qui se réalise au cours de cette pratique où se mêlent amour du métier, choix personnel et relation étroite maître-apprenti, il faut également prendre en compte, dans une dimension historique, les relations de parenté et les discours sur ce qui fonde cette transmission (pourquoi tel individu plutôt qu'un autre ?).

Technique, savoir-faire et chaîne opératoire

8Le travail de laminage est un travail d'équipe, ce qui implique pour comprendre la technique de laminage d'étudier la chaîne opératoire incluant les opérations de chauffage de la billette4. C'est en effet sous cet angle que peut être perçue l'étroite dépendance des postes de travail de toute la chaîne du laminage, qui recoupe le travail de la barre pendant qu'elle est encore suffisamment chaude. La succession des opérations de passe doit absolument être très synchronisée : une perte de temps dans une des opérations peut interdire les opérations de fin de laminage, la barre devenue trop froide étant alors rendue cassante pour le cylindre du laminoir. Détailler chaque poste de travail permet de mieux comprendre comment chaque ouvrier s'intègre au sein de la technique générale du laminage et nous permet de voir s'il existe des tâches stratégiques : « Il faut absolument pas que la barre soit trop pressée par les cylindres sinon elle s'enroule autour de la cage. »

9Cette phrase renvoie au réglage des cylindres, opération essentielle de préparation de la machine, effectuée par le chef lamineur. De même l'étude permet d'entrevoir quelles sont les qualités requises de la part des lamineurs à chacun des postes (les dégrossisseurs doivent être très forts physiquement car la billette qui leur arrive est la plus lourde).

Savoir-faire et « tour de main »

10Chaque poste de travail au laminoir implique que soit réalisée, dans un laps de temps précis, la « bonne passe » préalablement déterminée par le chef lamineur, celle-ci requérant de la part du lamineur un « tour de main » particulier différent selon les postes de travail. Les conditions mêmes de la transmission des tours de main comme des savoir-faire, sont particulièrement intéressantes, puisqu'il apparaît au cours des enquêtes, que leur apprentissage a pu être vécu comme le vol d'une technique, qui ne leur était jamais enseignée directement. « On essayait quand le lamineur était parti au casse-croûte, ou au moment des pauses... »

11Il nous semble ainsi que s'attacher à la compréhension de la notion de savoir-faire à Syam où elle paraît particulièrement pertinente pourrait permettre à l'ethnologue de proposer des solutions possibles à certaines préoccupations industrielles de la société contemporaine.

Haut de page

Notes

1Laminoir : machine composée de cylindres d'acier tournant en sens contraire et entre lesquels on fait passer le métal à laminer.
2Bancs d'étirage : machines qui étirent à froid la barre de métal précédemment laminée.
3Profilés laminés : barres de métal de section et de forme particulières.
4Billette : forme sous laquelle la matière première se présente à la 1re opération de laminage (cf. photo [1, 10]).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lioger R., 1988, « La communauté syamoise », Terrain, n° 10, pp. 119-122.

Référence électronique

Richard Lioger, « La communauté syamoise », Terrain [En ligne], 10 | avril 1988, mis en ligne le 19 juillet 2007, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2941 ; DOI : 10.4000/terrain.2941

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals