Navigation – Plan du site
Boire

Traverses d'un pèlerinage

Les jeunes, le vin et les morts*
Christiane Amiel
p. 15-28

Entrées d’index

Thème :

boisson, religion

Lieu d'étude :

Languedoc-Roussillon
Haut de page

Texte intégral

1Agruissan, petite communauté de pêcheurs-viticulteurs du littoral audois, un pèlerinage a lieu les lundis de Pâques et de Pentecôte à la chapelle champêtre de Notre-Dame-des-Auzils. C'est, dit-on, pour commémorer le naufrage qui, le 10 ventôse de l'an V (28 février 1797) coûta la vie à de nombreux gruissanais que l'on va, depuis, processionner là, à quelques kilomètres du village, dans le massif boisé de La Clape. Ancien ermitage, sanctuaire de « La Bonne Mère » protectrice des marins, empli d'ex-voto (en 1967 la chapelle fut pillée mais, à l'occasion de sa restauration, en 1981 la plupart des tableaux, reconstitués de mémoire et d'après des photos, furent peints en trompe l'œil sur les murs), cimetière marin — le chemin qui y conduit est bordé de cénotaphes à la mémoire des disparus en mer —, le lieu se caractérise par un évident syncrétisme. Dévotion à la Vierge, à saint Pierre également (puisque jadis le lundi de Pentecôte les pêcheurs ouvraient la procession en portant le petit bateau qui, dans l'église du village, orne la chapelle du saint) et culte des morts y sont dans la liturgie étroitement associés et se combinent avec des rituels juvéniles : c'est, par exemple, dans la grotte sous la chapelle que les filles allaient invoquer de façon comminatoire saint Salvaire pour qu'il leur donne un galant (un fringaire).

2Comme dans de nombreux pèlerinages de printemps, un pique-nique clôture, lorsque le temps le permet, la cérémonie religieuse. Autrefois, avant que la route arrive au bas du « chemin de la Bonne Mère » qui grimpe jusqu'à la chapelle, les fidèles venus à pied de Gruissan et des villages avoisinants, faisaient une halte à l'entrée du cimetière marin avant d'attaquer la dernière montée. Le boulanger, installé dans un petit cabanon, vendait les traditionnelles « coques » (des fouasses à l'anis), chacun pouvait se restaurer quelque peu. De petits groupes se formaient, des bouteilles étaient sorties des sacs, des verres circulaient, et certains, au moment de reprendre la marche, étaient visiblement éméchés. Ils allaient alors, comme par discrétion, se reposer dans la fraîcheur et l'obscurité de la petite grotte située juste au-dessous de la chapelle. La mésaventure n'avait rien d'exceptionnel et tout était prévu pour encadrer les intempérants : « Il y a eu de tout temps des gens qui se saoulaient un peu. Mais quand ils étaient ivres ils allaient se dessaouler dans la grotte. Ils ne rentraient jamais dans l'église ! Et, s'il y avait quelque chose, vous aviez deux gaillards, deux marins, qui étaient devant la porte, ils te prenaient ceux qui étaient récalcitrants, ils te les prenaient et ils te les remettaient dans la grotte en bas. Il y a une dalle, on fermait, et on les laissait là toute la journée. »

3L'ébriété accidentelle des pèlerins de jadis ne prêtait pas à conséquence : soigneusement tenus à l'écart, les buveurs ne troublaient en rien l'ordre de la cérémonie, ne jetaient aucune note discordante dans cette journée du souvenir et du recueillement. « Tandis que maintenant les jeunes arrivent pétés comme des bourriques, ils rentrent dans l'église... ! Et ce qui est le plus malheureux, je vais vous citer un cas qui s'est passé il y a deux ans : une personne avait porté des œillets, à mesure que nous mettions les œillets sur les tombes, les jeunes arrivaient derrière, ils mangeaient les œillets en buvant un coup de clairette ou de vin blanc ou de vin rosé. Et ils arrosaient les cénotaphes au vin blanc. J'en ai vu, je veux pas citer de nom, j'ai vu des filles affalées sur les dalles, là, comme ça, complètement ivrognes. C'est désastreux. Le curé, il est écœuré quand il voit ça. »

4Cette parole véhémente émane d'un des organisateurs officiels de la procession ; le curé, tout aussi critique, reconnaît cependant que les actuels excès des jeunes s'inscrivent dans une relative longue durée :

« Quand vous êtes arrivé, il y a vingt ans, est-ce que ça se faisait ?
— Ah oui ! Oui ça existait. Et même, il y avait beaucoup plus de chahut que maintenant. »

5Il ne s'agit nullement d'une opposition, philosophique ou politique, aux pratiques religieuses, et un représentant de la Libre Pensée, interrogé sur le sens de ces agissements, a soin de s'en démarquer :

« Moi, quand le curé bénit la mer et tout ça, je suis contre ça. Mais j'ai quand même une pensée pour ceux qui sont morts. Et là les jeunes, eux, ils s'en foutent. Pendant que le curé prêche, ils boivent au goulot de la bouteille. »

6Si l'on en croit nos interlocuteurs, aucune raison, aucune pensée ne guiderait le comportement des jeunes, « ils profitent de ça pour se saouler », et il ne faudrait voir dans la répétition du phénomène de génération en génération que le résultat d'une mauvaise habitude :

« Au départ, il y avait, je crois, l'excitation de la fête. Seulement à force de dire : "Et moi j'ai fait ceci, j'ai fait cela...", quand les parents disent ça devant les enfants, les enfants ont tendance à les imiter. Et comme ils boivent énormément — ne serait-ce que pour faire du rugby puisque finalement le rugby ça rime avec pastis —, alors il y a un débordement qui est stupide. »

« Mon père l'a fait, mon grand-père l'a fait... »

7Mais, invoquer le poids de la coutume, n'est-ce pas déjà reconnaître que la chose est moins scandaleuse, moins gratuite, moins dénuée de fondement qu'il n'y paraissait d'emblée ? « Mon grand-père l'a fait, mon père l'a fait, et si j'ai des enfants j'espère qu'ils le feront ». En se livrant aux excès que leurs aînés, pèlerins disciplinés d'aujourd'hui, ont accomplis avant eux, les jeunes se conforment à un modèle qui paraît assigner à chaque classe d'âge un rôle spécifique. Seul, par ailleurs, l'assentiment tacite de tous peut expliquer la vitalité d'une tradition qui, nous le verrons, sollicite, à des titres divers, la participation d'adolescents et de pré-adolescents. Il n'est guère possible non plus d'imaginer qu'une communauté laisse ses jeunes manquer, publiquement, de façon organisée et réitérée, de respect aux morts. Et cela est d'autant plus flagrant à Gruissan, où le sentiment identitaire très fort1 a fait du cimetière marin des Auzils un lieu emblématique de la mémoire et de la cohésion villageoise.

8Les disparus en mer, « tous originaires de Gruissan », précise-t-on, y sont honorés au titre d'ancêtres dans des rituels collectifs distincts de ceux du culte des morts familiaux enterrés dans le cimetière du village. Les jeunes, pour leur part, confrontés dans toutes leurs activités à l'envahissement touristique, sont très sensibles à l'idée d'appartenance. Ils vont, certes, aux fêtes et aux bals qui, patronnés par de grandes marques d'alcool, se succèdent tout l'été sur le littoral, leur offrant maintes occasions de boire et de « s'amuser ». Mais leur discours ne revendique jamais cette période comme un temps fort de la vie festive juvénile ; au contraire, celle-ci est présentée comme s'achevant le 29 juin, date charnière de l'aboutissement d'un cycle calendaire qui s'ouvre à Pâques avec le pèlerinage à Notre-Dame-des-Auzils et se clôt avec la Saint-Pierre, fête du saint patron des pêcheurs, devenue depuis quelques années fête du village, la veille de l'arrivée des touristes.

9Le fait qu'adultes et jeunes manifestent un égal attachement aux valeurs communautaires nous confirme qu'il convient de penser en termes de rôles complémentaires l'antagonisme qui, autour des tombes vides du cimetière marin, paraissait d'abord les séparer. Nous eûmes l'occasion d'assister, le lundi de Pentecôte 1986, à leur rencontre sur les lieux. La bande des buveurs arrivait à la chapelle alors que, la messe finie, les pèlerins redescendaient ; en se croisant les uns et les autres s'interpellaient gaiement, les premiers offrant à boire à leurs aînés qui répondaient en riant, s'enquéraient des projets pour la suite de la journée, faisaient diverses recommandations teintées de nostalgie. Alors que l'on se serait attendu à des manifestations de réprobation ou d'ignorance mutuelle, c'est la connivence qui éclatait, nous invitant donc à rechercher la raison et le sens de l'ivresse ostentatoire des jeunes dans cela même, la commémoration des disparus en mer, qui les rassemblait, les unissait en cet espace et en ce temps.

Rôles et interprètes : sur le chemin des morts

« Il y a des vandales qui se permettent le luxe d'aller à deux ou trois heures du matin sur le chemin de la chapelle et de nous mettre des rochers de cinq ou six tonnes en travers ! Et cette année ils ont fait un mur de trente centimètres, un mur fait au ciment prompt pour que ça sèche, pour que ce soit prêt. Et dans un tournant, deux cents mètres plus loin, ils ont mis quatre ou cinq rochers... Voilà... ! Oh ! nous pensons que ce sont des fous. »

10Personne, en fait, au village n'ignore que ce sont les jeunes qui, chaque année, au moment du pèlerinage, parsèment ainsi la route d'obstacles. Le phénomène serait relativement récent car « avant, ça n'aurait servi à rien, tout le monde y allait à pied, il n'y avait pas la route, il y avait juste un sentier ». Aujourd'hui l'ensemble des pèlerins délaissant les quelques cénotaphes éparpillés en amont du cimetière marin, se rend en voiture jusqu'au parking aménagé au pied de la colline, où le curé organise le départ de la procession qui, cheminant de cénotaphe en cénotaphe, au rythme des prières dites pour le repos de l'âme de chacun des disparus, met près d'une heure pour atteindre la chapelle. Certains, parmi les plus âgés, pour éviter la fatigue de la montée empruntent en auto la piste forestière qui les conduit directement au sanctuaire et n'assistent qu'à la messe. Seuls les jeunes partent à pied du village, du café où, à la fin de la journée, ils se retrouveront pour une ultime tournée. Fidèles, ainsi qu'ils le revendiquent, à la tradition, refusant les nouvelles voies de circulation que le développement touristique n'a pas manqué de créer, eux seuls encore suivent dans son intégralité l'ancien itinéraire qui, jalonné de croix commémoratives — de « tombes » — relie le village au cimetière marin : « On boit un coup à chaque tombe. La première tombe est à la sortie du village. La seconde est au parking du Phoebus, le dancing. La troisième, elle est au croisement de la Route Bleue, avant le château du Bouich. La quatrième, elle est à l'endroit qu'on appelle La Montée du Cros, juste après l'embranchement du petit chemin qui mène à la grotte de La Crouzade. Ensuite il y en a régulièrement, à gauche, à droite... Puis, après, on arrive au parking en bas du chemin de croix, là où il y a la chaîne avec les deux bittes d'amarrage. Et là c'est pareil, on boit, on continue exactement pareil. »

11A l'instar des convois funéraires de jadis qui, dans de nombreuses régions, veillaient aussi scrupuleusement à emprunter le tracé immuable du « chemin des morts », le cortège des buveurs marque un arrêt à chaque croix qu'il rencontre2. Mais ici ces dernières ne sont pas des étapes sur le trajet qui conduit le défunt à sa dernière demeure. Indices matériels d'un corps resté sans sépulture, d'un mort qui n'a pas eu de funérailles et donc susceptible de n'avoir pas accompli son passage complet dans l'au-delà, elles sont au cœur du rituel, ce sont elles qui le motivent, le fondent.

« Tomber raide »

12A chaque cénotaphe — la description que nous faisons ici correspond à ce que nous avons pu observer le lundi de Pâques 1987 —, un garçon, le meneur du groupe, s'avance, élève sa bouteille ou bonbonne, boit une gorgée, répand un peu de liquide au pied de la stèle, puis appelle tour à tour ses compagnons qui, l'un après l'autre3, viennent boire face à l'inscription qui porte les nom, âge, date, et lieu de décès des anciens navigateurs et se termine toujours par cette requête : « Priez Pour Lui. » Toutes les croix sont ainsi « arrosées », et même, cette année-là, celle que dessine à un carrefour l'armature d'un panneau de signalisation, sur laquelle un des jeunes, juché, parodie le Christ comme pour rappeler que nous sommes en temps de Pâques. L'ambiance est joyeuse, entre les haltes le vin circule, des chansons à boire sont reprises en chœur et, au fur et à mesure de la marche, le cortège se disloque en petites équipes, des couples se forment ou se retrouvent. Lorsqu'ils rejoignent la route — l'ancien chemin aujourd'hui goudronné —, partie de l'itinéraire commune aux deux groupes, les jeunes s'empressent d'aller ramasser dans la garrigue et les bois environnants, des pierres qu'ils jettent au milieu de la chaussée, s'essayant même à faire rouler des rochers, utilisant tout ce qui leur tombe sous la main pour encombrer le passage. Ils s'étalent aussi en largeur, obligeant les automobilistes à ralentir et parfois à s'arrêter, ce qui donne alors lieu à une scène qui, plusieurs fois répétée, mérite de retenir notre attention. Un des jeunes s'étend par terre devant la voiture : « Il est mort, buvez un coup en son honneur ! » Le conducteur, à qui l'on tend une bouteille, se soumet volontiers à la coutume ; le « mort » se relève, le groupe s'écarte et tout le monde redémarre. La halte, chaque fois, ne dure que quelques secondes mais la brièveté des paroles, la rapidité des gestes, parfois seulement esquissés, paraissent significatives, par leur furtivité même, d'un ordre du rite, dévoilant de façon explicite les rôles que prennent tour à tour en charge les buveurs.

13« Il est mort, buvez un coup en son honneur », la phrase éclaire d'abord la signification des troubles que les jeunes sèment sur leur passage : barrant la route, jetant des pierres, déplaçant des rochers, la troupe turbulente incarne celle, vindicative, des morts qui en appellent aux vivants pour qu'ils satisfassent aux usages qui leur permettront de trouver le repos4. En même temps elle donne sens aux libations faites « en l'honneur » des morts. Cheminant en cohorte, trinquant de cénotaphe en cénotaphe, le groupe juvénile apparaît alors porteur de doubles attributs, chargé à la fois de manifester les revendications des morts et d'accomplir le rituel d'apaisement5.

14Si, jusqu'à présent, tout désigne le vin, exhibé tout le long du chemin, bu et versé sur chaque « tombe » pour répondre à la demande même des défunts, comme un instrument du culte des morts, l'ivresse paraît être, elle, l'élément essentiel qui gouverne l'identification des buveurs aux ancêtres péris en mer. En effet, dans le langage commun déjà, boire immodérément « fait tomber raide », « ivre mort »6 et dans le pèlerinage aux Auzils cette métaphore est prise à la lettre lorsque, nous l'avons vu, les ivrognes sont enfermés, « enterrés » dans la grotte sous la chapelle dont l'entrée est ensuite close par une lourde dalle. On comprend mieux alors, en référence à cette analogie, pourquoi dans les discours des adultes et des jeunes, l'ébriété est toujours mise en avant, définie comme caractéristique de la participation juvénile, pourquoi elle est affichée de façon très ostentatoire même si, comme nous avons pu le constater, elle est rarement réelle, correspondant plutôt à une représentation, à un mime de l'ivresse. Les jeunes, en effet, boivent relativement peu, moins qu'ils ne le disent, moins que ne le laissent entendre les bouteilles et bonbonnes emplies de vin, de pastis, de carthagène, de « mélanges personnels » qu'ils brandissent et promènent à la vue de tous le matin dans les rues du village et qui, le soir, au retour, seront encore aux trois quarts pleines. En jouant la saoulographie, ils paraissent donc obéir aux règles d'une consommation codifiée qui, du vin bu pour les défunts à l'ivresse qui leur permet de « faire les morts », renvoie en fait à un large ensemble de pratiques et de croyances qui, ailleurs et en d'autres occasions, associent vin et usages funéraires et notamment, dimension particulièrement prégnante pour les disparus en mer, vin et voyage dans l'au-delà.

Cueillir le paradis

« Essuie tes paupières... et surtout n'oublie pas, au fort de ton égarement, de glisser une vieille bouteille de cognac dans mon cercueil !
— Pourquoi ? gémit Fructuence d'une voix entrecoupée.
— Pour tuer le ver ! articula caverneusement Bonhomet. »
Villiers de L'Isle-Adam, Tribulat Bonhomet

Ultimes libations

15Boire, même et peut-être surtout avec excès, à l'occasion d'un décès est une coutume très largement répandue. A. Van Gennep (I,2 : 779) note par exemple maintes attestations de repas funéraires se terminant dans une traditionnelle ébriété. Dans les Alpes suisses, les paysans gardent précieusement dans le « tonneau d'enterrement » un vin dit « du glacier »7 pour qu'il soit bu, accompagné du fromage rituel, par les parents et voisins venus assister à leurs funérailles, et « il est reçu qu'en cette occasion tout le monde a le droit de se griser sans que monsieur le curé y trouve grand-chose à redire » (Preiswerk 1983 : 71). J. Chiffoleau retrouve de semblables usages en Provence à la fin du Moyen Age, où des collations sont offertes « par des artisans et des agriculteurs à leurs compagnons ou à leurs confrères. On boit un ou deux barrals de vin "entre soi", "en bonne société". Certains exigent même que ce "vin d'honneur" servi à l'issue de l'enterrement soit jocundus, agréable et non triste ou morose » (1980 : 144). Si, à la suite des auteurs qui ont étudié ces agapes, on peut légitimement penser qu'elles sont destinées à resserrer les liens de la communauté des vivants après l'épreuve de la séparation (Van Gennep I, 2 : 778, Chiffoleau 1980 : 143-144), il importe aussi, nous semble-t-il, de ne pas négliger la place du mort.

16D'abord parce que c'est lui qui offre un vin qu'il a, soit spécialement acheté pour cette occasion ainsi que le rapporte un exemplum8, soit mis en réserve depuis des années, comme le « vin du glacier », toujours dans le même but. De plus, au cours du repas funéraire des Alpes suisses, un orateur prend la parole et, au nom du défunt, invite l'assistance « à boire à sa santé », « à trinquer à son bonheur » (Preiswerk 1983 : 72), laissant donc entendre que le mort n'est pas exclu du cercle des buveurs. Il est à cet égard important de remarquer que, souvent, le repas d'enterrement clôt en fait un cycle de libations qui s'ouvre dès l'annonce du décès par des petits verres de liqueur ou d'eau-de-vie proposés à chacun de ceux qui viennent « faire la visite », et se poursuit par des tournées, notamment de vin chaud, durant la veillée mortuaire (Van Gennep I, 2 : 704). Couché dans son lit ou dans son cercueil, le mort est là, encore présent, comme pour partager une dernière fois avec ses proches son meilleur vin : « Si je meurs le premier, tu sais où se trouve la cave : videz les bouteilles pour le repos de mon âme. De là-haut, je me ferai un plaisir de trinquer avec vous » (Gougaud 1978 : 145). Dans le val d'Anniviers, « dans les temps reculés on posait sur le cercueil une channe de vin afin que chacun puisse, en rendant honneur, trinquer avec le mort en frappant son verre contre le cercueil » (Preiswerk 1983 : 74). En haut Limousin, à la fin du xviiie siècle, le cadavre était même transporté dans le cabaret où une chanson l'invitait à boire :

« Il est mort / Ou bien il dort / Pour le réveiller / Trincons un veire / Mort, mort, mort / T'en iras-tu sans bouère ? » (Van Gennep I, 2 : 779).

17Car, c'est ce que disent également d'autres usages, il ne suffit pas que les vivants trinquent, selon les expressions que nous avons rencontrées, « au bonheur », « pour le repos de l'âme », de celui qui quitte ce monde, lui-même doit emporter sa part de vin rituel. Ainsi est-il parfois donné à boire au mourant au moment de l'agonie (Van Gennep I, 2 : 667, Bianquis 1988 : 207), coutume à laquelle fait écho le refrain célèbre d'une chanson à boire : « Je veux mourir au cabaret / Entre le blanc et le clairet. » Mais, une fois effectués les passages, physique et social, de la vie au trépas, le vin va accompagner encore le périple du défunt dans l'au-delà. On trouve en effet fréquemment, pour le xixe et le début du xxe siècle, l'attestation de bouteilles de « bon vin » déposées dans le cercueil « pour le voyage », « pour passer gaiement la barque à Charon »9, en même temps que l'ancienneté du fait paraît établie : « Nous nous rappelons que, lors du défoncement général de l'ancien cimetière Saint-Michel de Bordeaux, les ouvriers découvrirent dans plusieurs sarcophages en pierre des bouteilles de vin cachetées. Ces bouteilles qui étaient placées à côté du squelette, renfermaient les unes du vin rouge et les autres du vin blanc10. » On pense, bien sûr ici, à une autre chanson : « Si je meurs, je veux qu'on m'enterre / Dans une cave où il y a du bon vin », et il convient de se demander s'il ne faut pas analyser en référence à ce vœu la symbolique funéraire des antiques lénoi, sarcophages en forme de cuves à fouler la vendange11 et celle, par exemple, des stèles franc-comtoises des premiers siècles de l'ère chrétienne sur lesquelles figurent souvent un pichet et un verre (Roulière-Lambert 1988 : 44).

La « comporte des morts »

18Une fois mise en évidence la place du vin dans les rituels de la mort, nous pouvons revenir au pèlerinage des lundis de Pâques et de Pentecôte au cimetière marin des Auzils. En des dates commémoratives, de la catastrophe de l'an V pour la première et des morts communautaires pour la seconde puisque anciennement, la fête du village étant le dimanche de Pentecôte, le lundi était, selon la coutume commune en France, consacré au culte des défunts, les libations des jeunes prennent place dans la suite des messes et prières dites pour le repos de l'âme des disparus en mer. Car ceux qui ont été privés de funérailles, et en l'occurrence ici les noyés, que l'on dit condamnés à l'errance, parfois même à ne jamais rentrer au paradis, ont, plus que tous, besoin de l'aide spirituelle des vivants, et ceux-ci s'ingénient d'ailleurs à trouver des cérémonies de substitution, tel l'enterrement, en Catalogne, à la place du cadavre, des objets lui ayant appartenu (Amades 1980 : 459) ou, bien sûr, l'érection de cénotaphes12. C'est donc à un moment fort du calendrier qui juxtapose temps cyclique du retour et du culte des morts et anniversaire du naufrage inaugural, que les jeunes de Gruissan prennent en charge des rites habituellement partagés, lors des funérailles, par le groupe tout entier.

19Pour cela, ils usent d'un vin « spécial », obtenu aujourd'hui par d'audacieux mélanges et autrefois élaboré collectivement en parcourant l'ensemble des vignes du village : « Nous, on se le faisait, le vin. A l'automne, après les vendanges, on grappillait. On ramassait tout, grenache, muscat... Après, on allait chez l'un ou chez l'autre et on pressurait. Ça faisait un vin qui n'était ni rouge, ni blanc, ni rosé, et c'est celui-là qu'on prenait pour monter à la chapelle. »

20Comme le vin que les vivants réservent précieusement pour être bu à leur mort est souvent paré de qualités domestiques, signe à la fois de la maison et de l'individu, celui que les jeunes font et gardent pour le pèlerinage est, lui aussi, porteur de valeurs identitaires. Destiné ici aux morts emblématiques de Gruissan, il est composé avec les meilleurs cépages du terroir, cueillis au moment où, la récolte rentrée, les propriétés privées s'ouvrent à tous les habitants du lieu. Il est par excellence le vin de la communauté, et les jeunes qui le font, le conservent, le boivent et le répandent sur les cénotaphes, sont les agents délégués par celle des vivants à celle des morts.

21Cette part du vin communautaire réservée chaque année pour les défunts prend ailleurs d'autres formes. Ainsi, à Malvaglia et à Ponto-Valentino, dans le Tessin où les vignerons utilisaient jadis des pressoirs communaux, il existait « la comporte pour le vin des morts » dans laquelle chacun était tenu de verser sa participation, le produit de la vente servant à faire dire une messe pour les trépassés » (Vicari 1985 : 93). A Dongio, village voisin, sur la liste des associés, restée immuable depuis l'origine, figurait toujours pour le tirage au sort des « tours de pressoir » des noms de familles éteintes depuis longtemps (p. 87), comme si les morts y avaient toujours droit. Un vigneron du Beaujolais va peut-être nous permettre de donner sens à cette présence des défunts dans le temps et l'espace où s'élabore le vin : « On pressurait. C'est à ce moment-là d'ailleurs qu'une vieille tradition qui existe encore, partiellement du moins, voulait qu'on cueille le "paradis" car, à ce moment-là, la partie du vin qui s'écoule est celle qui contient le plus de sucre, non encore fermenté. Ce qui donne à ce vin un mélange d'alcool mais tempéré, si l'on peut dire, par le sucre non encore transformé, non encore fermenté, et on appelait ça le paradis. On en enlevait toujours un baquet qu'on offrait à ceux qui venaient, c'était la tradition » (Richardot 1977 : 120).

22Le paradis est donc le vin qui, juste avant le pressurage, est soutiré des cuves ou foudres de fermentation. A la différence du vin de presse qui est souvent amer, il peut être dégusté immédiatement, ce que ne manquaient pas de faire, aussi, les viticulteurs audois : « Le vin de coule, ce parfum ! Ah ! ça, c'était bon ! Ma femme l'aimait, le vin de coule, et moi aussi. On ne se saoulait pas, mais c'était bon. On le mettait à part et on en portait une bouteille pour le goûter le soir, en famille, avec des châtaignes. »

23Le vin nouveau est, en effet, en Languedoc, traditionnellement goûté à la Toussaint en même temps que les châtaignes dont on connaît par ailleurs la connotation de mets funéraire13. Qu'on leur en destine explicitement une comporte ou qu'il soit bu au cours de veillées qui les commémorent, les morts reçoivent toujours une portion de ce vin que les vivants, de leur côté, ont soin de partager entre eux : « Comme le veut la coutume, chaque voisin a apporté dans la grange une bouteille marquée au col d'un brin de laine de couleur. Il la ramènera chez lui pleine de vin nouveau. Ainsi, en ce beau jour des entonnailles, la joie de mon grand-père sera complète puisqu'elle sera partagée » (Sériau 1984 : 80).

24Appelé aussi « grand vin », « vin de fleur », le vin de coule est le premier que l'on recueille de la vendange et réputé pour être le meilleur14. On ne s'étonnera donc pas de le trouver au cœur d'usages qui, à travers sa dégustation, sa mise en réserve et son offrande, définissent le champ d'une consommation ritualisée. Mais dans la perspective qui est la nôtre ici — la relation entre vin et morts sans sépulture — nous retiendrons surtout, bien sûr, ce qui dans sa dédicace, a trait au repos de l'âme : messes pour les défunts assurées par l'intermédiaire de « la comporte pour les morts », « paradis » que l'on cueille, vin primeur avec lequel s'ouvre, pour la communauté des morts, le temps de l'errance sur terre.

Une question de savoir-boire

25Autour du mort récent, incomplètement détaché de son ancien état, les libations mettent en scène, dans des jeux ambigus où les vivants s'essaient parfois à prendre la place du cadavre15, l'analogie apparente entre mort et ivresse, explorent la frontière qui les sépare, comme pour mieux permettre d'entériner et d'admettre le départ de celui qui, à la fin, ne se réveille pas. Le vin bu jusqu'à la dernière goutte atteste alors de la rupture, « être mort » c'est « avoir vidé sa cave » (Van Gennep I, 2 : 669), la vacuité des bouteilles — des « cadavres », dit-on — consacrant un éloignement qui s'accentuera avec le temps, au rythme des fêtes familiales où sera peu à peu achevée la réserve personnelle du défunt. Avec l'ultime bouteille, disparaîtra le lien à un aïeul devenu trop ancien.

26Mais avant de pouvoir être ainsi oublié dans les toasts des vivants, le mort doit avoir atteint le terme de son voyage, intégré sa nouvelle communauté. « Jésus boira le vin avec les siens au Royaume de Dieu », dit l'Évangile (Marc 14, 25), laissant entendre qu'au paradis aussi, le partage du vin scelle l'alliance ; la difficulté, pour tout un chacun étant d'être admis parmi les buveurs célestes. Les « bonnes » bouteilles placées dans le cercueil, le vin nouveau qui se boit avec modération, se déguste à la façon d'un grand cru, ne sont-ils pas offerts aux morts errants parce qu'ils peuvent les aider à accéder au lieu du repos ?

27Deux croyances, l'une bretonne, l'autre catalane, vont nous permettre de préciser le rôle du vin et surtout l'importance du savoir-boire pour franchir l'entrée du paradis. En écho à la tradition chrétienne qui, d'une part, a développé autour des établissements religieux une viticulture de prestige et, d'autre part, s'est attachée à déterminer le seuil où l'intempérance devient péché16, la première montre l'abstinence et l'ivrognerie interdisant, chacune, d'aller au paradis : « Il y a quatre-vingt-dix-neuf auberges de la terre au paradis. Il faut faire une station dans chacune. Quand on n'a pas d'argent pour payer, on rebrousse chemin vers l'enfer. L'auberge de la mi-route s'appelle Bitêklê. Le Bon Dieu y vient faire sa tournée une fois par semaine, le samedi soir. Il emmène avec lui en paradis les clients qui ne sont pas trop saouls. »

28Dans la région de Penvénan, on raconte l'histoire de Laur Kernichard et de Job Ann Toër qui, incorrigibles buveurs de leur vivant, semblent voués à rester toujours à Bitêklê car, à chaque fois que le Bon Dieu fait l'appel, « les deux lurons ont la langue tellement épaisse qu'ils sont incapables de répondre : Présents ! »17. Pour les morts comme pour les vivants, l'ivresse — qui se dit aussi « être entre deux vins » — marque toujours un état, une position, un moment intermédiaire, ici l'attente dans un lieu à mi-chemin du Ciel et de l'Enfer où doivent séjourner ceux qui n'ont pas acquis la maîtrise du vin. C'est encore un autre exemple de la nécessité de cette dernière qui nous est donné en Catalogne où le jugement porte, cette fois, sur le savoir-faire des buveurs : « Selon ce que l'on raconte, il y a dans le ciel un porron géant rempli. Si les âmes qui veulent entrer au ciel aiment le vin, on leur en donne une gorgée. On dit que celles qui ne savent pas boire "à galet" (en élevant à quelques centimètres du visage le récipient et en faisant couler dans la bouche un mince filet de liquide) ne peuvent entrer car saint Pierre s'y oppose. C'est pour cela que, quand on voit un grand porron, on dit qu'il ressemble au porron du ciel » (Amades 1980 : 480).

29« N'est-il pas raisonnable de penser que les gens qui ne boivent jamais de vin, naïfs ou systématiques, sont des imbéciles ou des hypocrites ? », ainsi s'interrogeait, comme en écho, Baudelaire, concluant plus loin : « Un homme qui ne boit que de l'eau a un secret à cacher à ses semblables »18. N'importe-t-il pas pour entrer au paradis de ne rien soustraire de ses fautes, de les dévoiler pour qu'elles puissent être rachetées ? Et ne faut-il pas interpréter le lavage des corps à l'aide de vin, avant l'inhumation — « Quand je mourrai, lavez mon corps avec du vin » (Omar Khayyâm 1982 : 54) — ou celui quelques mois après, des ossements19 en référence à de semblables conceptions des vertus transitives du vin ?

Retour à Gruissan

30Pour comprendre le sens des libations juvéniles dans le cimetière marin des Auzils, je me suis jusqu'ici surtout attachée à mettre en évidence les fonctions médiatrices dévolues au vin dans les rituels funéraires. Sans nous livrer ici à une étude exhaustive de tous les éléments qui, en des dates charnières du cycle calendaire et en un lieu partagé par diverses traditions religieuses et profanes, se juxtaposent ou se combinent, nous retiendrons deux points, remarquables dans la double perspective des rapports vin/jeunes. Le premier est celui du contexte particulier dans lequel se déploie le culte des ancêtres communautaires, le second nous permettra d'évoquer brièvement comment les qualités du vin sont aussi sollicitées, à l'intérieur même du pèlerinage, pour les vivants.

La paix des flots

31Le cimetière marin des Auzils doit son nom à la Vierge, Notre Dame des Auzils ou du Bon Secours (de auxiliis dit l'historiographie20) dont la chapelle s'orne d'ex-voto déposés par des marins ayant échappé au naufrage ou offerts à titre propitiatoire. A côté des tableaux qui commémorent les interventions miraculeuses, d'autres, en effet, représentent des navires sur une mer calme. « On demande à la Vierge de nous protéger avant qu'il arrive quelque chose. Moi, j'ai fait don de la maquette de Notre-Dame-des-Auzils, c'est le nom de la vedette de sauvetage21. » Les cénotaphes, dont le plus ancien date de 1844, ont été érigés en bordure du chemin de la Bonne Mère et, devant eux comme à l'intérieur de la chapelle au cours de la messe d'absoute aux disparus, les fidèles entonnent des cantiques à Marie. Lorsqu'ils parlent de la procession des lundis de Pâques et de Pentecôte, les Gruissanais disent toujours « aller à Notre-Dame », nul ne paraissant songer à distinguer entre prières pour les morts et dévotion à la Bonne Mère protectrice des marins. La Vierge n'est-elle pas l'auxiliaire de tous les affligés, vivants en péril mais aussi âmes en peine que son intercession peut sauver22 ?

32Mais placer les morts sans sépulture sous sa tutelle n'est-ce pas encore, pour les gens de mer, un moyen supplémentaire et efficace d'assurer, avec la paix des flots, leur propre sécurité ? La croyance est, en effet, très largement répandue chez les populations côtières que la mer est un lieu privilégié des errances d'au-delà. Le thème d'une traversée maritime que doit accomplir le défunt pour rejoindre l'île ou le pays des morts est, en effet, très fréquent (Amades 1980 : 472 et Sébillot 1968, I : 418-419, Van Gennep I, 2 : 714) et en Catalogne un enfer sous-marin est réservé aux marins et aux pêcheurs (Amades 1980 : 482). L'interdit de pêcher le jour des Morts sous peine de remonter dans les filets des ossements et des têtes de morts à la place du poisson est certainement le plus partagé23, mais il ne suffit pas à fixer, pour autant, dans cette seule période, les manifestations des âmes. Le danger pour les navigateurs peut toujours venir de la rencontre avec les morts et c'est ainsi qu'en Catalogne, la tempête est imputée aux « âmes irritées » (Amades 1980 : 482). En Bretagne, les enfants qui voient leurs constructions de sable rongées par la marée montante « croient que ce sont les habitants de la mer qui détruisent leurs travaux et ils murmurent contre eux en disant : "Ils sont toujours saouls ; ils ne savent pas ce qu'ils font ; s'ils ne buvaient pas tant, ils n'abattraient pas nos maisons" » (Sébillot 1968 : 22).

33Sur mer comme sur terre, la sérénité des vivants est liée au destin posthume des défunts, on ne s'étonnera donc pas qu'à Notre-Dame-des-Auzils, les rites et les prières pour le repos des âmes se mêlent aux demandes et remerciements que les pèlerins adressent à la Vierge protectrice. Car fixer dans leurs cénotaphes les disparus en mer, c'est déjà, pour les marins et pêcheurs de Gruissan, conjurer une part essentielle du danger collectif. Culte communautaire des morts et dévotion individuelle à la Bonne Mère se partagent ici espace et temps cérémoniels parce qu'ils se complètent.

34Il faut peut-être envisager dans cette même perspective le sens de la présence, plus discrète mais toujours liée à un double rôle — figure tutélaire des gens de mer et « portier du paradis » — de saint Pierre, patron des pêcheurs, dont la barque miniature ouvrait jadis la procession et dont le cantique, habituellement chanté le jour de la fête du saint, le 29 juin, est aujourd'hui, parfois, entonné par les pèlerins à la place du traditionnel « Je vous salue Marie » récité devant chaque cénotaphe.

La part des jeunes

35A midi, après la messe et l'absoute sur le parvis de la chapelle, le groupe des adultes se défait, les uns regagnant directement le village, les autres allant, en famille, pique-niquer dans les pinèdes avoisinantes. Mais, pour les jeunes, la fin de la cérémonie religieuse initie un second temps rituel, Notre-Dame n'étant que le moyen terme d'un périple qui, l'après-midi, les voit descendre par un autre versant, suivant le cours des ruisseaux, explorant les grottes, escaladant les falaises, rejoignant enfin la mer pour accomplir un dernier plongeon, « en rentrant, chaque fois on se baignait ».

36Après le chemin bordé par les jardins et les vignes puis, aux abords du sanctuaire, par la garrigue et les bois, s'ouvre au seuil du cimetière marin un univers de sources, de gouffres, de corniches rocheuses que les jeunes vont maintenant parcourir. Mais le groupe sera sensiblement différent de celui du matin, les plus âgés — dix-huit à vingt ans environ — resteront après le repas à sommeiller sous les arbres et regagneront le village et le café, refaisant le trajet du matin. Quelques filles jugées « trop saoules » seront également écartées ; par contre, viendront en nombre les « poussins » ou « juniors » — de huit à douze ans — qui sont montés à part, « eux, ils picolent pas, ils sont au jus de fruits ». Le vin, relégué au fond des sacs à dos, a disparu ; nul n'en parle plus car il s'agit, pour l'heure, d'un tout autre type d'épreuve. Le relief est accidenté, le sentier abrupt dans sa première partie et le rythme de la marche précipité comme celui d'une fuite. Du plateau de Notre-Dame au rivage, l'itinéraire emprunte la voie des eaux, serpentant au flanc des canyons, il est balisé de haltes qui font alterner démonstrations sportives et moments de repos. Escalades, courses à travers les éboulis, baignades dans les trous d'eau et, surtout, visite prolongée de la grotte de La Crouzade, univers à la fois souterrain et aérien.

37« On passe aux Marmites du Diable — ce sont des cuvettes qui ont été creusées par les eaux de pluie, à plusieurs étages. Puis, il y a un petit passage à moitié falaise, on descend et on arrive dans le canyon. Et là, sur la gauche, vous avez La Crouzade, avec une entrée qui est murée maintenant parce que c'est un site protégé — ils ont fait des fouilles et ils ont trouvé des ossements. On peut toujours y monter d'ailleurs, mais il faut des cordes et c'est difficile. Alors, on allait là. Il fallait d'abord monter une grande pente avec de grosses pierres, on glissait, on rigolait. Puis dedans, on rentre et il y a un boyau qui va au fond et, de là, on peut monter sur une petite plate-forme avec une fenêtre immense qui surplombe tout le canyon. C'est ça la grotte de La Crouzade. Alors là, il y en avait qui faisaient la sieste en bas, d'autres qui faisaient la sieste en haut... Voilà, on allait là et on était bien. »

38Pour les « poussins », la descente est donc l'occasion d'un apprentissage multiple, découverte de l'espace sauvage ponctuée de mises à l'essai qui en appellent à la maîtrise du corps et à celle de l'esprit pour surmonter vertige et peur du noir. Mais avant cela et avant de pouvoir goûter la quiétude de la bande au repos, les plus jeunes seront, sous la conduite de leurs aînés, passés par l'eau. Au bas du premier défilé qui amorce la descente, un bâti de pierres abrite, en effet, des sources captées dont le trop-plein, évacué par une canalisation en partie à ciel ouvert, devient, plus loin, ruisseau. Le sentier longe un instant le caniveau puis l'enjambe ; là, les petits sont, l'un après l'autre, saisis et trempés dans l'eau, allongés dans le lit du courant et relevés aussitôt, encouragés et consolés par ces mots : "Ne vous en faites pas, à nous aussi on nous l'a fait et l'eau était plus profonde même avant". »

39Dans cette immersion brutale qui leur coupe le souffle, les « poussins », absents des rites du matin, n'incarnent-ils pas à leur tour, les noyés du cimetière marin ? Baignés d'eau, couchés au creux du sol, ils offrent l'image inverse des buveurs s'emplissant de vin devant des tombes vides ; montée et descente ne sont-elles pas les deux versants d'un même voyage au pays des morts ? En expérimentant l'eau qui engloutit, les benjamins ne prennent-ils pas la place des naufragés dont on dit parfois qu'ils ne quitteront leur lieu d'errance que lorsque d'autres auront sombré au même endroit (Le Braz 1982, I : 402) ? Nous ne pouvons approfondir davantage ici cette relation aux noyés et à l'eau — dont nous poursuivons l'analyse par ailleurs —, retenons simplement pour l'instant sa dimension d'épreuve. Mais l'eau n'a pas seulement valeur d'initiation pour les plus petits, elle est pour tous les jeunes pèlerins le moyen de mettre fin au dangereux contact avec le monde des morts et de réintégrer, renouvelés, leur communauté24. Le groupe chemine donc de point d'eau en point d'eau, buvant à chaque source, s'aspergeant mutuellement, plongeant bras et visage dans l'onde des ruisseaux jusqu'à un ultime bain dans la mer qui clôture les ablutions avant le retour au café dans le village.

40Là, le récit des événements de la journée se fait par petits cercles, selon la même hiérarchie des âges qui a modelé différents degrés de participation au pèlerinage. Les anciens sont là, jeunes de la génération à peine précédente, certains ont « fait la montée », d'autres invoquent l'excuse d'une soirée animée comme pour signifier aussi qu'il n'est plus de leur temps de monter à Notre-Dame. Les « poussins » rassemblés autour des flippers boivent des jus de fruits. Entre les deux groupes, debout au comptoir, les adolescents, seuls protagonistes à avoir parcouru l'ensemble des moments et des espaces du rite. Timides ou affirmés, des passages s'opèrent : l'un des petits s'essaie à boire un Martini ; celui qui, du matin au soir, a joué le rôle de meneur, est maintenant assis, l'air blasé, à la table des aînés.

41Au terme d'un circuit qui les a conduits sur toutes les marges du terroir, les jeunes n'ont donc pas seulement aidé les défunts à avancer dans l'au-delà mais ils ont eux-mêmes progressé comme si les rites mis en œuvre agissaient aussi de façon dynamique sur ceux qui les accomplissaient. De la « première cuite » qui ouvre l'adolescence à celle qui, avec « l'enterrement de la vie de garçon » clôt la jeunesse, la maîtrise du vin gouverne l'entrée dans l'âge adulte comme, pour les morts, elle dirige l'accès au paradis. De montée en descente, le pèlerinage des jeunes articule dans un seul itinéraire ce double mouvement. La chapelle qui domine la mer — c'est là, au large, juste en face que périrent les naufragés de l'an V — et le village — « de là-haut, on voit tout Gruissan » — est un lieu charnière où s'opèrent les changements de versants. Ancien ermitage, l'endroit possède les qualités médiatrices des territoires de la lisière, espace privilégié ici de la relation entre les vivants et les morts mais aussi de la quête amoureuse et de l'apprentissage de la virilité25. Les pratiques et les discours attachés à la grotte située juste au-dessous de la chapelle sont, à ce titre, exemplaires. La cavité communique, dit-on, avec l'égalise par une étroite cheminée qui serait aujourd'hui bouchée mais dont un filin, suspendu tout au fond à une hauteur inaccessible sans escalade, indique toujours l'emplacement. C'est là que les ivrognes étaient descendus comme en une mise au tombeau et que les jeunes allaient capturer des chauves-souris pur les lâcher dans l'église au temps de la messe. C'est là encore que les filles adressaient jadis leurs demandes à saint Salvaire, « Balha me un fringaire o te foti un pic. Donne-moi un amoureux ou je te fous un coup d'épingle » ; là aussi que les garçons, au moment du pèlerinage et au cours d'une exploration obligée, profitaient des ténèbres, « on éteignait la bougie », pour esquisser vers leurs compagnes effarouchées, quelques gestes téméraires, « à l'époque, elles avaient des robes longues, mais on y arrivait quand même ! »

42Comme en de nombreux autres usages, l'initiation juvénile est, au cours des pèlerinages de printemps à la chapelle rustique de Notre-Dame-des-Auzils, liée à une confrontation rituelle avec le monde des morts26. Mais ici, comme ailleurs, il est dangereux de la prolonger au-delà du temps imparti par la coutume. La fin de la messe consacrée aux défunts marque, pour les jeunes, l'abandon des figures et des rôles qu'ils ont jusque-là assumés au nom de la collectivité. Une fois l'église vidée et les pèlerins éparpillés, il leur reste à accomplir, seuls, une traversée de l'espace sauvage que la fuite vers l'eau place d'emblée sous le double signe du péril et de la résurrection. « C'est dangereux, la descente, il y a des passages difficiles et il y en a qui tombent, qui s'accrochent comme ils peuvent... » Comas éthyliques auxquels auraient succombé des pèlerins, chutes dans les falaises..., le discours juvénile se fait parfois prolixe dans l'imaginaire pour rendre compte de l'essentiel du versant de l'après-midi : ne pas basculer dans l'univers des morts incarnés le matin pour pouvoir réintégrer le cercle des vivants.

Haut de page

Bibliographie

Amades J., 1980. Folklore de Catalunya. T. III. « Costums i creences », Barcelona, Editorial Selecta, Bib. Perenne.

Amades J. et J. Tarin, 1954. Leyendas y tradiciones marineras de Cataluna, ed. de la Seccion de Preasa de la Diputacion Provincial de Barcelona.

Barthes R., 1957. Mythologies, Paris, Le Seuil.

Baudelaire, 1968. Les Paradis artificiels in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade.

Bianquis I., 1988. Alsace. De l'homme au vin, Thionville, Gérard Klopp.

Brouquet S., 1978-79. « Alimentation et hygiène alimentaire dans l'Occident du haut Moyen Age, d'après les pénitentiels », mémoire de maîtrise, univ. de Toulouse-Le Mirail.

Chatelain M., 1983. « Chanter le nectar, causer du pinard : sémiologie du vin et de l'ivresse » in Imaginaire du Vin : 399-406.

Chiffoleau J., 1980. La comptabilité de l'au-delà. Les hommes, la mort et la religion dans la région d'Avignon à la fin du Moyen Age, Rome, École française.

Dion R., 1959. Histoire de la vigne et du vin en France, des origines au xixe siècle, Paris.

Fabre D., 1986. « Le sauvage en personne », Terrain, Carnets du Patrimoine ethnologique n° 6 : 6-18.

1987. « Juvéniles revenants », Études rurales « Le Retour des morts », n° 105-106 : 9-34.

1988. « Le jeune homme et la mort », in Henri Pourrat et le Trésor des Contes, Clermont-Ferrand, centre Henri-Pourrat : 245-256.

Gamay noir et Savagnin..., 1988. Ss la dir. de Claude Royer, François Cheval et François Lassus, Belfort, Eds. France Régions, coll. « Des Vosges au Jura ».

Gauchat L., 1914-1915. « La trilogie de la vie. III. La mort », Bulletin du Glossaire des patois de la Suisse romande, n° 4-1914 : 65-84 et n° 1-2-1915 : 3-36.

Gougaud P., 1978. L'œil de la source. Mémoires d'un village occitan, Paris, J.-C. Lattès.

Herber J., 1948. « Le folklore de la mer (dans l'Hérault) », Folklore, n° 3 automne : 43-48.

Imaginaire du vin, 1983. Actes du colloque pluridisciplinaire. 15-17 octobre 1981, publiés par M. Milner et M. Chatelain, Marseille, Jeanne Laffitte.

Jalby R., 1971. Folklore du Languedoc, Paris, G.P. Maisonneuve et Larose.

Jourdanne G., 1899. Contribution au folklore de l'Aude, Paris-Carcassonne, Maisonneuve-Gabelle.

Khayyam O., 1982. Les quatrains Rubâiyät, présentation de Pierre Seghers, Paris, Seghers, coll. « Miroir du monde ».

Le Braz A., 1982. La légende de la mort chez les Bretons armoricains, Marseille, Laffitte Reprints, 2 vols (1re éd. 1928).

Le Goff J., 1981. La naissance du Purgatoire, Paris, Gallimard, Bibliothèque des Histoires.

Lebrau J., 1946. Ceux du Languedoc. Types et coutumes, Paris, Horizons de France.

Lepage J., 1983. « L'offrande des pêcheurs de Gruissan », Neptunia, n° 150, 2e trim. : 41-44.

Macherel C., 1984. « L'eau du glacier », Études rurales, n° 93-94, janvier-juin : 205-238.

Mensignac C. de, 1888. Notice sur les superstitions, dictons, proverbes, devinettes et chansons populaires du département de la Gironde, Bordeaux, A. Bellieu et cie, 2 fasc.

Pauc J. et J. Yche, 1985. Études historiques sur Gruissan, nlle éd. refondue..., Quillan, Tinena (1re éd. 1916).

« La Pêche sur le littoral audois », 1941. Folklore n° 3 octobre : 195-234.

Pétrone, 1958. Le Satiricon in Romans grecs et latins, Paris, Bibliothèque de la Pléiade.

Peynaud E., 1982. Connaissance et travail du vin, Paris, Dunod (1re éd. 1981).

Piniès J.-P., 1983. Figures de la sorcellerie languedocienne, Paris, CNRS.

Preiswerk Y., 1983. Le repas de la mort, Sierre, Monographie, S.A.

Richardot J.-P., 1977. Papa Bréchard vigneron du Beaujolais, Paris, Stock, coll. « Le vin des hommes ».

Roulière-Lambert M.-J., 1988. « La vigne, l'homme et le vin à travers l'archéologie » in Gamay noir et Savagnin.

Schule R.-C., 1987. « Il vaut mieux souffrir du froid maintenant... Le purgatoire dans les glaciers », in Imaginaires de la haute montagne, Grenoble, Centre alpin et rhodanien d'ethnologie : 31-40.

Sébillot P., 1968. Le folklore des pêcheurs, Paris, G.P. Maisonneuve et Larose.

Seignolle C., 1963. Le folklore de la Provence, Paris, G.P. Maisonneuve et Larose.

Sériau R., 1984. Le temps des entonnailles, s.l., Christian Pirot.

Sportiello A., 1981. Les pêcheurs du Vieux-Port. Fêtes et traditions de la communauté des pêcheurs de Saint-Jean, Marseille, Jeanne Laffitte.

Tubach F. C., 1969. Index Exemplorum. A Handbook of Medieval Religious Tales, Helsinki, SFC.

Turcan R., 1983. « Le symbolisme funéraire des lenoï... », in Imaginaire du vin : 49-56.

Van Gennep A., 1946 et 1947. Manuel de folklore français et contemporain, tome I, vol. 2 et 3, Paris, Picard.

Vicari M., 1985. « Torchi e torchiatura in Valle di Blenio », Folklore suisse, Folklore suisseso, Bull. de la Soc. suisse des traditions populaires n° 3-5, 84-95.

Le vin dans les textes sacrés et les cultures méditerranéennes, 1988. Actes des Journées de Ribaute (Aude), Paris, Office international de la vigne et du vin.

Haut de page

Notes

1Lié à la position géographique et sociale d'un village maritime dans une région à dominante rurale, il s'est renforcé ces dernières décennies avec l'aménagement touristique et, surtout, avec le surgissement, à quelques centaines de mètres de l'ancien, du « nouveau » Gruissan, à la population essentiellement estivale.
2Sur l'obligation de suivre l'ancien tracé pour les convois funéraires en France, voir par exemple A. Van Gennep I, 2 : 739 : « Le cortège suit toujours le vieux chemin lors même qu'il serait plus long de parcours que le nouveau et en plus mauvais état d'entretien », et à propos des arrêts aux carrefours et aux croix : I, 2 : 733-737.
3Tous les jeunes du cortège, une cinquantaine de garçons et filles entre quinze et vingt ans cette année-là, ne suivent pas à la lettre le déroulement des différentes phases rituelles de la journée. Une minorité, parmi laquelle émerge un meneur au statut reconnu de tous, accomplit un ensemble de gestes et d'actes auxquels le reste du groupe participe de façon plus fragmentaire.
4On trouvera dans J.-P. Piniès (1983) plusieurs exemples de hantises avec jets de pierres (pp. 100, 102), bornes déplacées (pp. 215, 238). A. Le Braz (1982 I, 2 : 149-151) rapporte la croyance selon laquelle les morts se manifestent violemment pour exiger des vivants qu'ils laissent le libre passage sur les anciens chemins des morts.
5Cette aptitude à conjoindre monde des morts et monde des vivants est liée, ainsi que l'a montré D. Fabre (1987 et 1988) au statut d'une classe d'âge qui fait des jeunes des familiers et des explorateurs des limites et des frontières.
6On trouvera dans Martine Chatelain (1983 : 402) plusieurs termes renvoyant, dans le domaine lexical, à une mise en relation de l'ivresse et de la mort : ainsi l'ivrogne est-il « asphyxié », « gazé », « assommé » ; le vin est le « destructeur », le « tue-mec » ; se saouler, c'est « être fusillé », « sortir l'artillerie »... La ressemblance entre ivrogne inconscient et mort est, par ailleurs, souvent relevée, par exemple dans Y. Preiswerk (1983 : 41) où un voyageur visitant la Suisse au xixe siècle se souvient de son malaise lorsque, invité à boire un verre dans une cave du val d'Anniviers, il y découvre « étendu sur une planche, les yeux clos, le chapeau sur le front comme un ivrogne endormi », un mort que l'on a déposé là « parce que la cave est plus fraîche ».
7Cette appellation est bien sûr à mettre en relation avec la représentation commune en milieu montagnard du glacier comme lieu de pénitence pour les morts (Macherel 1984 et Schüle 1987).
8F.C. Tubach (1969 : 401, n° 5303) : « Wine bought for after death. Un homme achète du vin pour que sa femme, ses enfants et ses amis le boivent après sa mort. »
9Voir par exemple pour le Languedoc (à Lafenasse dans le Tam) R. Jalby (1971 : 106) ; pour la Gironde, C. de Mensignac (1888 : 42-43) ; pour le Valais, L. Gauchat (1915 : 23-24) ; pour le val d'Anniviers, Y. Preiswerk (1983 : 51).
10C. de Mensignac (1988 : 42) ; voir également Y. Preiswerk (1983 : 51) : « ... on se souvient d'avoir retrouvé au cimetière non seulement des petites bouteilles de verre, mais aussi les vieilles bouteilles de bois. »
11R. Turcan (1983). Pour l'époque moderne, on trouvera dans J.-P. Richardot (1977 : 303) un témoignage d'un autre type de similitude formelle entre cercueil et cuve vinaire : « Ils ne faisaient pas leur cercueil de leur vivant, mais le bois était tout prêt, tout sec, et on pouvait le mener au menuisier dès la mort. Notez que les plateaux en question, s'ils ne faisaient pas des cercueils, ils pouvaient faire des foudres. On pouvait faire l'un ou l'autre. Le bois est cintré par le feu et l'eau bouillante. Pour cintrer, on met du feu sur une face et de l'eau bouillante sur l'autre. On peut donc faire un tonneau à la place d'un cercueil et vice versa. »
12Voir par exemple P. Sébillot (1968 : 66-67) à propos des tombes vides du cimetière de Perros Hamon en Bretagne dont les morts naufragés de la paroisse viennent prendre possession une fois par an.
13Parmi de nombreuses attestations, citons C. Seignolle (1963 : 382), J. Lebrau (1946 : n.p.) et G. Jourdanne (1899 : 44).
14Sur les différences entre vin de coule, de goutte ou de tire et vin de presse, on consultera pour un point de vue technique E. Peynaud (1982 : 164-168).
15P. Gougaud (1978 : 145-146) raconte, par exemple, la farce suivante : alors qu'ils veillent un de leurs compagnons qui vient de mourir et pendant que l'un d'entre eux va chercher du vin à la cave, les deux autres installent le mort dans un fauteuil et un prend sa place dans le lit. En revenant avec une bouteille, le troisième invite : « Goûtez-moi ça. A coup sûr que celui-là réveillerait un mort. » Le faux mort, alors, se dresse dans son lit et demande du vin... Y. Preiswerk (1983 : 46) rapporte, elle, une autre façon de substitution : « On était venu à la veillée, il n'y avait que des hommes. Les lieux ne désemplissaient pas et certains étaient déjà vautrés ou couchés d'avoir trop bu. Bientôt, il n'y avait plus de place. Et on décida d'en faire. On prit le mort qui était déjà dans son cercueil et on le mit debout contre la paroi, et l'on entendait dire : "Ici, il n'y a plus que le mort qui est debout". »
16Sur la viticulture ecclésiastique médiévale en France, voir R. Dion (1959 : 171-187). La condamnation de l'ivresse et la hiérarchie des fautes dans les pénitentiels du Moyen Age sont analysées dans S. Brouquet (1978-1979), notamment p. 17-50. Par ailleurs, un exemplum insiste sur la difficulté à trouver le bon équilibre : sur l'avis d'un chevalier, saint Bernard fonde un monastère, mais il ne peut pas régler la quantité de la ration de vin (Tubach 1969 : 260, n° 3868).
17A. Le Braz (1982 : 357-358) ; voir également p. 311 une variante : la route de l'enfer est jalonnée de quatre-vingt-dix-neuf auberges, « des servantes aimables et jolies comme le diable seul peut en avoir y versent des liqueurs variées qui deviennent d'une saveur de plus en plus agréable à mesure que l'on approche de l'enfer. Si le voyageur résiste à la tentation d'en boire avec excès et peut arriver à la dernière auberge sans être ivre, il est libre de retourner sur ses pas : l'enfer n'a plus de droits sur lui ».
18Baudelaire (1968 : 328). On trouvera pour la France une rapide analyse de cette connotation négative chez R. Barthes (1957 : 74-77) : « La société nomme malade, infirme ou vicieux quiconque ne croit pas au vin : elle ne le comprend pas (aux deux sens, intellectuel et spatial du terme). A l'opposé, un diplôme de bonne intégration est décerné à qui pratique le vin : savoir boire est une technique nationale qui sert à qualifier le Français, à prouver à la fois son pouvoir de performance, son contrôle et sa sociabilité. »
19Voir une attestation de la coutume dans Petrone (§ 77) : « Apporte aussi le parfum et un échantillon de l'amphore avec le vin de laquelle je veux que l'on lave mes os. »
20J. Pauc et Y. Yché (1985 : 30), voir p. 33 une interprétation populaire du terme : « Les paysans narbonnais trompés par la similitude du mot Auzils avec le verbe patois aouzi, entendre, ont cru longtemps que Notre Dame des Auzils guérissait la surdité. »
21La première vedette de sauvetage du Secours national en mer reçut le nom en 1965, et la seconde prit, en 1980, celui de Notre-Dame-des-Auzils II. Ce patronage se retrouve, bien sûr, dans le nom des barques des pêcheurs : Notre-Dame-des-Auzils, Notre-Dame-du-Bon-Secours, La Sainte-Vierge, La Vierge-de-Grâce... (Pauc et Yché 1985 : 33, 208).
22Sur l'émergence, à la fin du xie siècle, de la figure de la Vierge comme auxiliaire des défunts, voir J. Le Goff (1981 : 242-244).
23P. Sébillot (1968 : 166-168), A. Sportiello (1981 : 137), J. Herber (1948 : 43), J. Amades et J. Tarin (1954 : 25).
24Parmi les vertus de l'eau, rappelons que celle de Pâques est propre à favoriser la croissance des enfants (Van Gennep I, 3 : 1250 et Sportiello 1981 : 176-177) et que, plus généralement, l'eau est l'élément qui, au terme des funérailles, libère de la contamination de la mort et assure le départ définitif du défunt (Van Gennep I, 2 : 655-656 et 786).
25Sur les qualités du territoire érémitique, voir D. Fabre (1986).
26Nous nous référons ici, outre les articles déjà cités, aux travaux de D. Fabre exposés dans les séminaires EHESS Toulouse 1981-1983
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amiel C., 1989, « Traverses d’un pèlerinage. Les jeunes, le vin et les morts », Terrain, n° 13, pp. 15-28.

Référence électronique

Christiane Amiel, « Traverses d'un pèlerinage », Terrain [En ligne], 13 | octobre 1989, mis en ligne le 17 juillet 2007, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2946 ; DOI : 10.4000/terrain.2946

Haut de page

Auteur

Christiane Amiel

Centre d'anthropologie des sociétés rurales – Toulouse

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals