Navigation – Plan du site
Repères

L'invention du chasseur écologiste : Un exemple italien1

Sergio Dalla Bernardina
p. 130-139

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Italie
Haut de page

Texte intégral

1Je tiens à remercier ici Christian Bromberger qui a accepté de revoir le texte français de cet article.

2Les situations de la chasse en France et en Italie présentent, au-delà de nombreuses différences, plusieurs analogies. Dans les deux pays, par exemple, coexistent des régions traditionnellement sensibles aux problèmes de la sélection et de la gestion du patrimoine faunistique (l'Alsace et la Lorraine, le Haut-Adige) et d'autres — la plupart — qui commencent tout juste à considérer le gibier sous la forme d'un bien à protéger (que l'on songe aux partisans de la chasse printanière aux tourterelles dans le Languedoc, ou aux passionnés de la chasse à l'adorno — sorte de faucon migrateur — en Calabre). Mais le trait commun aujourd'hui le plus saillant est l'homogénéisation progressive du discours tenu par les pratiquants sur l'activité cynégétique : nature, tradition et écologie, constituent désormais les mots clés de tout commentaire des chasseurs sur leur pratique (faut-il rappeler que le récent mariage entre la chasse, la nature et la tradition, vient d'enfanter un véritable parti ?).

3L'emploi de ces mots est aujourd'hui tellement généralisé, que même dans les régions où dominent des formes de prélèvement « non sélectif » (telle la chasse aux petits oiseaux effectuée par les roccolanti du frioul ou par les chileurs provençaux), on entend souvent célébrer l'épopée de ce tout nouveau « personnage d'antan » : le chasseur-traditionnel-écologiste.

4Nous nous proposons d'analyser l'émergence de cette nouvelle figure chez les chasseurs des Préalpes de Vénétie, dont les attitudes, pour adapter leur image aux exigences de la « modernité », ne diffèrent guère de celles qu'adoptent aujourd'hui les pratiquants dans la France rurale.

5Depuis combien de temps le chasseur aime-t-il et protège-t-il la nature ? Depuis toujours, répondent en chœur les associations cynégétiques et leurs adeptes : « Les chasseurs sont les véritables défenseurs de l'environnement, puisque la nature est leur cadre d'activité et sa dégradation ne permet pas la reproduction du gibier2. » Un tel consensus se prête au moins à deux interprétations différentes : on peut y voir la preuve d'un réel écologisme ante litteram professé par les disciples de Nemrod, ou bien les effets d'une stratégie défensive soigneusement orchestrée par les responsables des organismes nationaux. On objectera que cette seconde hypothèse dénie au chasseur de base (l'informateur « naturel » des enquêtes ethnologiques) toute autonomie de jugement. Mais pourquoi ne devrait-il pas en être ainsi ? En quelques années la masse des amateurs s'est vue obligée de justifier à l'opinion publique une pratique qui depuis toujours allait de soi. Face aux attaques des écologistes et des « amis des animaux », ils ont dû tout à coup rendre compte en termes « scientifiques » d'une série de coutumes dont le bien-fondé n'avait jamais été mis en doute. Or, où trouver des réponses simples, plausibles et déjà prêtes sinon dans la presse cynégétique ?

6L'impact médiatique des journaux spécialisés constitue un facteur à ne pas sous-estimer. Il cacciatore italiano (sans parler du Chasseur français qui est acheté aussi par les non-pratiquants), touche régulièrement les foyers des 900 000 adhérents à la Federazione italiana della caccia3 : un score que seulement Famiglia cristiana et quelques autres hebdomadaires populaires arrivent à dépasser. Tout cela pour rappeler que c'est la presse cynégétique, en fin de compte, qui est le véritable idéologue du chasseur de base. Croire que les témoignages livrés par ce dernier sont exempts d'une telle influence serait pour le moins naïf.

7Or, au cours des dernières décennies, une des principales stratégies d'image adoptées par les responsables du monde cynégétique a été d'insister sur la physionomie « arcadienne » et presque druidique du « vrai chasseur ». C'est ainsi que le mythe du « chasseur-écologiste » est né. Mais il ne faudrait surtout pas réduire cette relecture idyllique du passé à une banale tentative d'escamotage. Le phénomène est décidément plus complexe : comme dans toute « fondation » véritable, les événements mythiques ont été pris au pied de la lettre par les « croyants », qui petit à petit ont fini par revoir leur propre histoire sous un jour écologiste. Parfois, pour mieux souligner le retour aux « traditions ancestrales », ils en sont même venus à adopter des coutumes, des rituels et des vêtements d'origine étrangère. C'est le cas des chasseurs « traditionnels » de la province de Belluno (Haute-Vénétie), protagonistes d'une conversion exemplaire dont nous allons retracer les étapes.

« Ramasseurs » de chamois

8Jusqu'à il y a quelques années les chasseurs de chamois des Préalpes de la Vénétie montraient une claire propension pour des techniques de prélèvement très peu sélectives et encore moins « scientifiquement orientées ». S'il est vrai que dans leur imaginaire, la proie se profilait avant tout comme un précieux objet de dispute, un « trophée » au double sens du mot, il est également vrai que sa viande apparaissait comme un bien gratuit, étranger à la dimension strictement productive : un excédent sacrifiable avec sérénité au cours de banquets « dilapidatoires ». Elle offrait aussi la matière pour des interminables discussions de bistrot, de véritables exercices de rhétorique modulés sur les registres les plus variés : psychologie animale, éthologie, arts martiaux, balistique, exploits individuels et collectifs, jurisprudence, gastronomie, œnologie, etc. La venaison était en somme le pivot autour duquel gravitait une multiplicité d'intérêts liés à la sociabilité, sans pour autant être un objet de protection. Les passionnés préalpins — dans la mesure où ils participaient d'un horizon culturel qui valorisait le travail agricole tout en dévaluant le produit aléatoire de la chasse et de la collecte — ne raisonnaient ni comme les « éleveurs de gibier » des sociétés nordiques4, ni comme les businessmen modernes qui regardent la nature avec un esprit d'entreprise et considèrent le patrimoine faunistique en termes de profit. Pour trouver les traces d'une mentalité de ce genre, jusqu'à une époque récente, il aurait fallu franchir la barrière des Préalpes et entrer en contact avec des populations plus proches d'une vision du monde d'Europe centrale. En deçà de ce seuil, la consommation insouciante de toute ressource disponible constituait une règle de conduite presque générale5 à laquelle même les amateurs dont il est question ici adhéraient spontanément.

9Quelques fragments de nos entretiens menés dans les villages situés au nord de la ville de Belluno nous renseigneront sur les conditions typiques d'accès au gros gibier. Voici, pour commencer, quelques témoignages concernant la zone de La Muda, dans la vallée du Cordevole.

« Ils étaient forts ! Avec le permis de chasse, ils n'étaient que deux ou trois. Après la guerre de 14-18, ils avaient récupéré des armes et des munitions... mais seulement pour aller à la chasse. On arrivait à un certain endroit, où ils avaient caché les fusils : des 91 ou des mousquetons allemands qui étaient très précis ; des fusils courts. Ils allaient les récupérer sous les grilles, très bien cachés, et après on partait, les uns par ici, les autres par là, et... avanti baracca ! Au chamois bien sûr. »

« A La Muda il y en avait peut-être quatre ou cinq qui allaient à la chasse avec le permis. Mais quand ils apprenaient que quelque part on avait repéré une chèvre (la femelle du chamois), ou un chamois — à l'époque ils tiraient sur n'importe quoi —, ils se rendaient sur la zone, ils dirigeaient ces chamois vers les passages obligatoires et ils les tuaient d'une façon ou d'une autre. (...) Dans la plupart des cas, la chasse était collective. Parfois, à La Muda, c'était tout le village, eh ! eh ! qui était intéressé à cette chasse. Ils avaient même des signes conventionnels. Si des carabiniers ou des gendarmes arrivaient, parce qu'ils avaient entendu les détonations ou bien parce que quelqu'un avait mouchardé, tout était déjà prévu : ils sortaient un drapeau, un grand drap blanc et ceux qui étaient dans la montagne le voyaient : un signal de danger, en somme. Alors ils descendaient les mains vides et sans fusils. »

10La logique de prélèvement qui émerge de ces documents est manifestement celle du « tout, tout de suite » : au fur et à mesure que les chamois apparaissaient, comme s'il s'agissait de champignons, d'herbes sauvages ou autres dons de la Divine Providence, la communauté se chargeait de les « ramasser »6.

11Un même esprit de coopération et de désintéressement pour l'aspect reproductif des ressources en question (un trait important qui nous permet de saisir le statut particulier assigné à cette forme de prédation par rapport au travail proprement dit) émerge d'un témoignage collecté dans la zone de Bolzano Bellunese : « ... Le boom du chamois a démarré après la guerre de 14-18. Viel Gioacchino (un ancien chasseur local) disait que dans les Pale del Balcon, il y avait quarante à cinquante chamois. De quoi tirer un sac à dos de cartouches. A cette époque, dès qu'ils ont eu la possibilité de se choisir quelques fusils calibre 91, ils tiraient un sac de cartouches à chaque fois : cinq, six, sept, même huit chamois abattus dans une seule journée. Après ils faisaient monter toutes les femmes des vallées et ils sortaient les chamois. Ils les vidaient sur-le-champ, puis ils les prenaient et, allez ! Après ils donnaient de quoi manger à toutes les vallées, comme ça, tu sais... Un peu s'en allait dans les festins, et s'il y en avait beaucoup... un morceau pour chacun, tout le monde était content. »

12Attardons-nous un instant sur les aspects les plus évidents de ces évocations. Participation intense de la communauté, consommation et destruction périodiques de biens appartenant à la collectivité7, imprévoyance et prodigalité. On repérera ici aisément les ingrédients constitutifs de la fête. « La fête, écrit Clara Gallini, se structure selon un code qui s'oppose à celui des rapports de production normaux moyennant la valorisation de la consommation et du gratuit8. » Quant à nous, nous venons d'observer que la communauté villageoise, bien qu'opposée au gaspillage, dilapide son patrimoine faunistique en refusant de le considérer selon la logique qui oriente l'activité productive ordinaire. Et Vittorio Lanternari ajoute : « Dans la fête, les manifestations de gaspillage institutionnalisé visent à exorciser la précarité et l'aléatoire de l'existence et à fonder, sur le plan symbolique et rituel, une condition de plénitude et d'abondance pour tout le monde (1983 : 69)9. »

13Dans ce contexte, le gibier nous semble occuper un rôle décisif : conçu comme étranger à la dimension productive10, il peut être un objet de dépense sans pour autant porter préjudice aux frêles équilibres de l'économie domestique. En d'autres termes, si à travers le gaspillage institutionnalisé, les sociétés traditionnelles visent à « exorciser la précarité et l'aléatoire de l'existence », le recours au gibier semble leur permettre d'alimenter la « machine festive » sans, en réalité, rien gaspiller (ou mieux, sans toucher aux biens proprement dits)11. Dans ce cas, en effet, l'imprévoyance et la prodigalité ne concernent pas le produit du travail quotidien, mais les fruits d'un « non-travail » consommés dans un contexte non ordinaire. L'abondance alimentaire, en somme, est ici évoquée, actualisée et invoquée, en ayant recours non pas à la nourriture habituelle, mais à une sorte de substitut symbolique12.

Des « cuites solennelles »

14Le caractère festif de ces formes populaires de chasse se lit aussi, pour paraphraser Lanternari, dans « le caractère itératif des actions » et dans « l'annulation temporaire et symbolique de l'ordre » qu'elles comportent. Les témoignages de deux anciens chasseurs nous donneront un aperçu de l'atmosphère qui régnait au cours de ces réunions.

« Bon, les chasseurs avec le permis se rencontraient au bistrot ou bien dans la maison de quelque copain. Les vieux décidaient le type de chasse qu'il fallait faire, les endroits où passer, où se poster. Et plus tard, naturellement, dès qu'on avait abattu le chamois, sortaient ces vieilles traditions de lui mettre une fleur dans la bouche ou des trucs comme ça. Après on l'amenait en bas et... c'était la grande fête. Naturellement tout cela finissait par une cuite solennelle. »

... « La peau et les cornes du chamois revenaient à celui qui l'avait tué. On lui mettait un citron dans la bouche et on le portait sur les épaules, on liait les pattes de devant avec celles de derrière, façon sac à dos, et les plus jeunes le descendaient. Q. : "Mais pourquoi le citron dans la bouche ?" R. "Parce qu'il lui donne du parfum. Mais je ne suis pas sûr." Une fois, dans la vallée du Mis, on a pris un chamois avec deux "affaires" comme ça ! Et une femme — vous savez, les femmes sont toujours curieuses — demande : "Quel âge peut-il avoir ce chamois ?" et moi : "Prenez le couteau et coupez. Là-dedans il y a son certificat de naissance". »

15La cuite de rigueur en dit long sur le climat « dionysiaque » qui caractérisait les banquets de fin de battue. S'y mêlent facétie et grivoiserie autour des testicules du chamois : plutôt malséantes dans une autre situation, elles sont acceptables dans l'ambiance permissive promue par le contexte cynégétique13. Il est d'ailleurs bien connu que dans le monde à l'envers, instauré par l'expérience festive, le langage licencieux est non seulement toléré, mais prescrit14. A l'instar de la fête à l'époque précapitaliste analysée par M. Bakhtine et bien d'autres spécialistes, la chasse apparaît finalement comme un moment d'homologation sociale vers le bas, le retour à un état « plus naturel » à travers l'adoption d'un code de conduite et d'un langage régressifs. De façon symptomatique lors des battues, les chasseurs ne portaient pas de vêtements recherchés qui auraient souligné leur personnalité sociale.

Q. : « Comment était-il, l'habillement classique du chasseur de chamois ? » R. : « Eh bien ! je ne saurais même pas dire. En général des chaussures cloutées, puisque la chasse au chamois, en particulier, on la fait pendant l'hiver. Et en hiver il y a de la glace, il y a des endroits dangereux à traverser. Et après je ne sais pas... je dirais que le seul habillement c'était la veste de chasseur. Pour le reste, vous savez, c'étaient des paysans, ils y allaient avec l'habit de travail. Bref, il n'y avait pas un vêtement particulier. Il y avait, je ne sais pas, les hobereaux, ceux qui avaient des possibilités, qui avaient le chapeau avec les plumes ou les poils de chamois, de type tyrolien en somme. »

16En voulant dresser un portrait sommaire du chasseur de chamois préalpin, nous pourrions donc affirmer qu'il penchait pour la battue, bruyante et spectaculaire, effectuée en pleine liberté et en dehors de toute préoccupation d'ordre sélectif ou gestionnaire. Le caractère collectif, égalitaire et redistributif qui marquait la physionomie de ces chasses se traduit aussi bien sur le plan de l'habillement que sur celui des conduites. Alors que le citadin aisé, sensible aux modes et influencé dans ses choix vestimentaires et comportementaux par le stéréotype du gentleman anglais, préférait la chasse individuelle ou en petit groupe avec chien d'arrêt, le chasseur de chamois, d'origine essentiellement paysanne, ne prêtait aucune attention au « style », mais valorisait, par contre, l'atmosphère de joyeuse promiscuité qui précédait, accompagnait et suivait les expéditions en montagne.

17La représentation épique ou humoristique des scènes de chasse les plus mémorables, évoquées dans le microcosme viril du bistrot, ne constituait nullement une remise en cause des normes d'austérité et de sobriété qui gouvernaient la vie quotidienne, mais était bien une composante essentielle de l'expérience cynégétique. Donc, pour camper les traits principaux de l'« ethnostyle » des chasseurs préalpins, on doit souligner la prédominance du collectif sur l'individuel, du sociologique et du gastronomique sur l'écologique, du physiologique sur l'ascétique, de la régénération par le « bas » sur l'ennoblissement par le « haut », de la destruction insouciante et joyeuse sur le prélèvement modéré et prudent.

La naissance du Cacciatore Alpino

18Il ne fait aucun doute que jusqu'à une époque assez récente, le modèle « philosophique » dominant des chasseurs d'origine rurale-populaire était, pour ainsi dire, de type « dionysiaque ».

19La situation actuelle présente des caractères tout à fait différents : les pratiquants ont radicalement modifié leur apparence au nom de la « tradition ». En costume de chasse pendant toute l'année, bardés de vestes tyroliennes, de chapeaux empanachés ou d'autres gadgets d'origine autrichienne, les ex-cacciatori sfegatati15 des années 60 se présentent aujourd'hui comme les continuateurs d'anciennes coutumes locales respectueuses du gibier, de sa sélection et d'autres valeurs d'inspiration écologiste. La tradition dont ils se réclament est celle du soi-disant Cacciatore Alpino (chasseur alpin), une image aussi suggestive que conventionnelle et dépourvue de toute consistance historique. Mais le point essentiel de ce changement n'est pas son caractère arbitraire et folklorique. Ce que nous voudrions souligner, c'est que par ce biais, en l'espace d'une décennie, le stéréotype du chasseur modéré et protecteur de la nature est passé du rang de simple argument défensif à celui de réalité historique officiellement validée. Sur le plan de l'imaginaire, la figure et les exploits du chasseur-écologiste, quoique finalement illusoires, ont acquis de l'authenticité. Les consciences ont graduellement refoulé toute trace de l'encombrant passé hédoniste pour y substituer des souvenirs fictifs célébrant les vertus bucoliques du chasseur d'antan.

20Ce processus de création mythique collective, alimenté, comme nous venons de le dire, par la presse spécialisée, est aussi renforcé par les nombreuses publications locales à vocation pédagogique. Dans une étude bellunoise consacrée à la chasse et à la protection du chamois, les mécanismes de ce phénomène transparaissent avec une évidence presque frappante. Nous y trouvons instituée d'office l'ethnie des Alto Veneti (habitants de la « Haute-Vénétie »), à laquelle est attribuée une « conscience nordique » qui correspond assez peu à l'image que nous avons pu tirer des témoignages directs : « Une gestion rationnelle du territoire exige un engagement social du chasseur qui doit, le premier, se battre pour la sauvegarde du gibier qui, chez nous, grâce à la conscience nordique des Alto Veneti et grâce à l'âpreté des lieux, garde encore en plusieurs endroits son aspect virginal » (Piccolo 1989 : 75).

21Cette « conscience nordique », en contradiction avec la vision rurale-populaire que nous venons de reconstituer, s'exprime dans un projet « d'entrepreneur » où le chasseur ressemble moins au représentant de la civilisation paysanne qu'à un sourcilleux banquier genevois et doit faire preuve d'une conduite irréprochable : « Le chasseur doit en ce sens être garant de la tradition de simplicité et de sérieux, car il administre un bien, le gibier, qui appartient à toute la communauté, comme l'eau, la roche et le bois. A l'image des pays de l'Europe septentrionale, la société des Alto Veneti a délégué aux chasseurs la tâche de protéger et maintenir les populations d'animaux sauvages à la manière de l'émondeur qui coupe les branches pour obtenir des fruits sains et abondants. Cette conception peut être mieux exprimée en disant que le chasseur doit jouir du fruit et préserver le capital. » (Ibidem, p. 76.)

22Le caractère équivoque de ce passage est évident : le chasseur doit se faire « garant de la tradition » et, en même temps, à la barbe des véritables coutumes locales, adopter la logique d'un opérateur économique. Cette contradiction apparaît encore plus clairement dans le fragment suivant, où l'on peut apercevoir d'autres facettes de l'esthétique « puritaine » qui anime l'ensemble du projet (centré sur la connaissance, l'esprit de sacrifice, la quête du silence...) : « Pour obtenir plus de crédibilité et de respect de la part des écologistes intelligents (il y en a !), et des gens en général (et voici dévoilé un des objectifs majeurs de cette manipulation de la mémoire collective, le chasseur doit se transformer en gestionnaire dans le sens que l'on vient d'indiquer : gestion d'un patrimoine d'animaux sauvages et revalorisation des valeurs traditionnelles du pays. Mais cet engagement exige une connaissance approfondie, beaucoup de sacrifices, de silence et d'observation de la nature. » (Ibidem, pp. 76-77.)

23Ainsi, pour témoigner des « valeurs traditionnelles du pays » — qui, nous le savons, n'intégraient nullement la protection — le chasseur Alto Veneto doit-il se transformer en « gestionnaire » (se transformer, donc devenir ce qu'il n'était pas). Pour couronner cette liquidation des valeurs locales, remplacées par des idéaux exogènes tels que l'ascèse, l'individualisme et d'autres principes plus conformes à la Weltanschaung germano-protestante, voici un autre passage particulièrement significatif : « Le vrai chasseur ne participe jamais aux diatribes de bistrot, mais, dès que les occupations familiales le lui permettent, il prend son sac à dos et ses jumelles et monte à la montagne. Il se lève au petit jour et rejoint ses observatoires dans la paix des monts les plus hauts ou dans le bruissement du bois lorsque le printemps agite avec des frémissements secrets la terre et les animaux. Son allure est sérieuse, calme et sereine ; son habillement est en laine rustique et sans fanfreluches ; il présente aussi un certain style et une couleur adaptée à la saison. A ce propos nous ne croyons pas que le chasseur Alto Veneto puisse se passer d'un uniforme personnel comme signe distinctif de sérieux et de bonne tenue. » (Ibidem, p. 77.)

24En résumant : « Le vrai chasseur ne participe jamais aux diatribes de bistrot », « il se lève au petit jour », son allure est sérieuse, calme et sereine : une attitude bien différente de celle, débraillée et fêtarde, décrite par les chasseurs que nous avons rencontrés16. »

25Nous aurions donc affaire à un cas typique d'« invention de la tradition », pour reprendre la célèbre formule de H.J. Hobsbawm (1983). Ce qui ne veut pas dire que cette invention soit dépourvue de retombées concrètes. Peu importe, en effet, si dans quelques cas le revernissage écologiste demeure imparfait, si les arguments protectionnistes servent parfois de simple alibi pour couvrir des attitudes peu rigoureuses (rentrant désormais dans la catégorie des « bavures »). Ce qui compte, c'est qu'à force d'endosser le masque du protectionniste convaincu, même le pillard le plus invétéré finit tôt ou tard par le devenir vraiment. A l'appui de cette impression, on notera que, depuis les années 60, les ressources faunistiques ont beaucoup augmenté (on parle ici du gros gibier), signe que la transformation du « look » est allée de pair avec la transformation des conduites. L'hédoniste, surtout dans les zones en voie de développement économique, est en train de céder le pas à l'ascète.

Le « vrai seigneur »

26Arrêtons-nous sur le rapport qui lie cette étrange conversion collective aux traits biographiques des chasseurs concernés. Leurs caractères communs sont l'origine paysanne et l'abandon de cet horizon pour s'intégrer à la réalité citadine. L'éthos qui oriente leurs mouvements ne s'inspire plus du communitarisme villageois, mais bien du modèle néo-capitaliste centré sur la compétition, l'efficacité, la rationalité et le prestige (un prestige à obtenir et à afficher moyennant la consommation ostentatoire des biens qui caractérisent les « gagnants »). De ce point de vue leur trajectoire individuelle est comparable à une sorte de fuite en avant dont les étapes coïncident avec la suppression progressive des traits gestuels et vestimentaires qui caractérisaient les phases précédentes. Dans cette course-poursuite vers le modèle à imiter (celui du citadin « arrivé »), les racines rurales ne constituent qu'une fastidieuse entrave.

27Il va sans dire que, dans un tel contexte, les formes de chasse collectives, destinées à célébrer — dans l'excès alimentaire et dans les conduites transgressives — l'immersion régénératrice dans ce pays de cocagne qu'est la nature prodigue en dons, finissent par acquérir une physionomie négative. Même l'apparence prospère, une forte corpulence — autant de signes de respectabilité et d'aisance dans de nombreuses sociétés rurales — perdent ainsi leur caractère positif, en devenant des indices qui trahissent l'inadéquation sociale de ceux qui en sont pourvus.

28Un fragment de conversation recueilli au bistrot au cours d'une réjouissance d'après-battue nous donnera quelques renseignements supplémentaires sur cette évolution. L'un des convives, un homme plutôt corpulent, insiste pour offrir à boire à son voisin, ouvertement réticent. Un troisième personnage, aussi « prospère » que le premier, en lui tapotant allusivement le ventre s'exclame : « Mais laisse-le tranquille, qu'est-ce que tu crois ? Lui, c'est un vrai seigneur, pas un cochon comme toi. » Sur le moment nous serions tentés d'interpréter cet échange comme une manifestation de « langage de place publique », rétif à toute prétention instituant une hiérarchie et valorisant les références corporelles et collectives (M. Bakhtine). Mais un examen plus précis nous révèle que le « réalisme grotesque » animant cette séquence, tout en gardant sa forme, a en réalité changé de fonction. A l'encontre de ce qui se passe dans un contexte de « perception carnavalesque du monde », l'auteur de la plaisanterie ne regarde pas vers le « vrai seigneur » avec l'œil dépréciateur de son propre compère (et il ne vise qu'en apparence le consentement de ce dernier) ; en revanche, il regarde vers lui-même et son propre compère avec l'œil critique et exigeant du « vrai seigneur ». En d'autres termes, dans l'univers du chasseur-écologiste, les attitudes qui caractérisaient la fête populaire apparaissent désormais comme déplacées : la logique du « monde à l'envers » a perdu toute légitimité. Il n'y a plus de place pour des conduites et des corps étrangers à l'éthique et à l'esthétique modernes.

29Bref, le modèle hédoniste, corporel et carnavalesque n'est plus perçu comme approprié. Le « vrai seigneur », ascétique, longiligne et abstinent, l'a supplanté pour y substituer son style de vie sobre et austère. S'agirait-il d'un processus de nivellement par le haut ? Peut-être, mais on dirait plutôt un déplacement progressif du seuil de différenciation sociale. Dans l'après-guerre, il suffisait de posséder le permis de chasse pour étaler sa propre émancipation de l'état de nécessité. Mais aujourd'hui ce laisser-passer n'est plus suffisant. Il devient alors indispensable de renier le fusil à deux coups pour la carabine à lunette (en passant ainsi du prélèvement en groupe au prélèvement individuel), de s'habiller en « vrai montagnard » pour exprimer sa parfaite adaptation au contexte. Les incursions à quelques kilomètres de la maison ne payent plus : il faut donc se rendre à l'étranger, en Yougoslavie, en Hongrie, en Allemagne... Et c'est justement en Allemagne comme visiteurs mais plus souvent comme immigrés, que de nombreux chasseurs des Préalpes de la Vénétie sont entrés en contact avec l'austérité, la « naturophilie » et l'ascétisme de leurs collègues transalpins. Et c'est vraisemblablement de là qu'ils ont importé le modèle du soi-disant Cacciatore Alpino.

L'« alpinité » : une réhabilitation posthume

30Il y a enfin un autre facteur qui peut nous aider à comprendre les raisons d'une transformation des identités cynégétiques tellement rapide et profonde. Si le monde paysan, dans sa proverbiale résistance au changement, a du mal à traiter les ressources faunistiques en des termes strictement économiques, l'adhésion aux valeurs de la modernité s'exprime aussi à travers l'extension de la logique productive aux réalités interstitielles qui en demeuraient exclues. C'est en somme le changement d'habitus d'une population désormais vouée aux valeurs de la société industrielle, qui a fini par bouleverser les pratiques cynégétiques et leur image rétrospective.

31A ce point de l'analyse, il serait bien naïf d'avancer que l'invention du Cacciatore Alpino correspond à une sincère impulsion nativiste, au désir authentique d'un retour aux origines sous la formule : « Montagnard c'est beau. » Elle est plutôt à considérer comme le résultat final d'un long processus d'élaboration du deuil, puisque c'est seulement démantelée et refoulée que l'« alpinité » peut aujourd'hui resurgir en forme de signe distinctif.

32Ce mécanisme est d'ailleurs bien connu. Dans son célèbre essai La société de consommation, Jean Baudrillard écrivait : « Il y a dans la "personnalisation" un effet semblable à celui de la "naturalisation" qu'on retrouve partout à l'œuvre dans l'environnement, et qui consiste à restituer la nature comme signe après l'avoir liquidée dans la réalité. C'est ainsi qu'on abat une forêt pour y bâtir un ensemble baptisé "Cité verte", et où on replantera quelques arbres qui feront nature » (Baudrillard 1970 : 126.) Et c'est au fond ainsi que le souvenir concret du chasseur de chamois des Préalpes de la Vénétie est balayé pour faire place à la geste improbable du Cacciatore Alpino : un pur produit de la société contemporaine déguisé en Schützen tyrolien pour « faire plus rustique ».

33En conclusion, c'est la modernité et non pas la tradition qui est la référence véritable de cette redécouverte fictive de ses propres racines. L'objectif de cette manipulation est d'ailleurs plutôt clair. En soumettant la mémoire collective à une opération de chirurgie plastique, les self-made-men des Préalpes de la Vénétie ne désirent pas tant rectifier l'image de ce qu'ils ont été, que de faire savoir ce qu'ils estiment être devenus : des interlocuteurs attitrés démontrant, dans la « gestion scientifique » du patrimoine faunistique, leur abandon des étroits horizons de la subalternité sociale et culturelle.

Haut de page

Bibliographie

Bakhtine M., 1970. L'œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Age et sous la Renaissance, Paris, Gallimard.

Baudrillard J., 1970. La société de consommation, ses mythes, ses structures, Paris, Denoël.

Bromberger C., 1980. « Les paysans varois et leurs collines. Les enjeux symboliques d'une passion » in Forêt méditerranéenne, t. II, n° 2.

Dalla Bernardina S., 1987. Il miraggio animale : per un'antropologia della caccia nella società contemporanea, Rome, Bulzoni.

1988. « Hédonistes et ascètes ; Méditerranéens et Nordiques à la chasse au chamois dans les Alpes du Piémont » in Le monde alpin et rhodanien, 1er et 2e trimestre 1988 : 165-185.

1989. « La disparition du gibier comme métaphore de l'apocalypse : un exemple corse » in Actes de la table ronde L'Ile-Miroir, sous presse.

Fabiani J.-L., 1988. « Les prédateurs éclairés. Remarques sur la rhétorique et les pratiques de la gestion rationnelle de la chasse en France » in La chasse hier et demain, Chalon-sur-Saône, Atelier CRC.

Hell B., 1985. Entre chien et loup. Faits et dits de chasse dans la France de l'Est, Paris, ministère de la Culture et de la Communication et Editions de la Maison des sciences de l'homme.

Hobsbawm E.J. et T. Ranger, 1983. L'invenzione della tradizione, Turin, Einaudi.

Lanternari V., 1983. Festa, carisma, apocalisse, Palerme, Sellerio.

Murru-Corriga G., 1984. « Lavoro e tempo libero. Le attivita venatorie nella Sardegna tradizionale » in Angioni G. (ss la dir. de), Il lavoro e le sue rappresentazioni. La ricerca folklorica n° 9, Brescia, Grafo Edizioni.

Piccolo P., 1981. Il camoscio, caccia e protezione, Belluno.

Weber M., 1964. L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme, Paris, Plon.

Haut de page

Notes

1Cet article fait partie d'une « trilogie ». Dans une première partie, « Hédonistes et ascètes ; Méditerranéens et Nordiques à la chasse au chamois dans les Alpes du Piémont » (1988), nous avons illustré le cas de deux groupes de chasseurs, les uns « traditionnels », les autres « modernes », évoluant dans le même territoire. Dans la seconde : « La disparition du gibier comme métaphore de l'apocalypse : un exemple corse » (1989), nous avons reconstitué les stratégies d'une communauté qui simule sa conversion à la modernité pour mieux préserver les traditions indigènes. Ici nous allons aborder le cas opposé : celui d'une collectivité villageoise qui invente des traditions « ancestrales » pour démontrer son adéquation aux valeurs du monde contemporain.
2Tiré de Il cacciatore italiano, juin 1988, p. 7. Sur la sensibilité écologiste des associations cynégétiques, cf. aussi J.-L. Fabiani (1988).
3La Fédération italienne de chasse.
4Sur ce point, pour une vision comparative, cf. B. Hell, 1985.
5Les réserves de chasse privée mériteraient un développement à part...
6Une chasse/cueillette, donc, aux antipodes de la chasse/récolte (ou chasse/moisson, pour ainsi dire), décrite par B. Hell (1985 : 104 et sq).
7Le capital de chamois indigènes, au lieu d'être accru, est régulièrement annulé : le « gaspillage » (en s'en tenant aux critères de l'économie classique), est ici plus qu'évident. Mais on pourrait objecter que les bienfaits sociaux de cette apparente dissipation contrebalancent les préjudices purement matériels.
8Cf. Gallini C., « La festa », in Encyclopedia del teatro del '900, Milan, Feltrinelli, pp. 416-421, citée par V. Lanternari (1983).
9Nous voici, incidemment, à une des raisons profondes de l'attitude non écologiste affichée par les chasseurs préalpins, des chasseurs dont le trait saillant, à notre sens, est moins la « méditerranéité » que l'appartenance aux couches populaires et agricoles de la société italienne.
10Le gibier ne fournit généralement qu'un surplus aléatoire intermittent et inassimilable à une véritable production. Ce n'est pas un hasard si, lorsque les conditions écologiques le permettent — par exemple la migration régulière et abondante de grives en Corse et en Sardaigne —, la chasse finit par assumer la physionomie d'un véritable travail. Sur le prélèvement professionnel de grives en Sardaigne, cf. G. Murru-Corriga (1984).
11Nous regrettons de ne pas pouvoir développer ici cette thématique stimulante. Nous aimerions de même insister sur le fait que le statut « à part » affecté au gibier par rapport aux produits du travail, en fait un bien qui peut être tranquillement « sacrifié » (donné, dissipé...) sans pour autant entamer les ressources domestiques.
12Ce n'est pas par hasard si dans de nombreux endroits de la province de Belluno (mais aussi dans les vallées vaudoises du Piémont, pour ne citer qu'un autre exemple), les compagnies de jeunes organisaient des ripailles à base de chat : il s'agit là d'un animal étranger à l'ordre des biens alimentaires proprement dits, d'une nourriture « anomique » que l'on pouvait consommer librement sans rien soustraire à la famille.
13Il va sans dire que, dans ses lignes générales, la réalité que nous sommes en train d'illustrer n'est nullement spécifique à l'univers alpin. Sur le rapprochement entre chasse, fête et ambiance carnavalesque, nous renvoyons à l'article de C. Bromberger (1980).
14Comme l'écrit M. Bakhtine (1970) : « La place publique à la fin du Moyen Age et sous la Renaissance formait un monde unique et entier, où toutes les "prises de parole" (depuis les interpellations à tue-tête jusqu'aux spectacles organisés) possédaient quelque chose en commun, étaient pénétrées de la même ambiance de liberté, de franchise, de familiarité. Les éléments du langage populaire, tels que les jurons, les grossièretés, parfaitement légalisées sur la place publique, s'infiltraient aisément dans tous les genres de fête qui gravitaient autour d'elle (jusque dans le drame religieux) » (collection Tel, 1980 : 156).
15Chasseurs fanatiques. C'est ainsi qu'ils aimaient se définir. Sfegatato vient du mot fegato : le foie.
16A l'appui des nombreuses analogies qui semblent lier les vertus managérielles exigées du « vrai chasseur » (austérité, individualisme, esprit de sacrifice), et le code de conduite protestant analysé par M. Weber (1964), voici un fragment concernant le rapport ascétisme/mentalité capitaliste : « Gaspiller son temps est donc le premier, en principe le plus grave, de tous les péchés. Notre vie ne dure qu'un moment, infiniment bref et précieux, qui devra confirmer (festmachen) notre propre élection. Passer son temps en société, le perdre en "vains bavardages" (c'est-à-dire, en vaines diatribes de bistrot, n.d.a.), dans le luxe, voire en dormant plus qu'il n'est nécessaire à la santé — six à huit heures au plus — est passible d'une condamnation morale absolue » (collection Agora, 1985, p. 189).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dalla Bernardina S., 1989, « L’invention du chasseur écologiste. Un exemple italien », Terrain, n° 13, pp. 130-139.

Référence électronique

Sergio Dalla Bernardina, « L'invention du chasseur écologiste : Un exemple italien », Terrain [En ligne], 13 | octobre 1989, mis en ligne le 17 juillet 2007, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2963 ; DOI : 10.4000/terrain.2963

Haut de page

Auteur

Sergio Dalla Bernardina

Laboratoire d'Ethnologie méditerranéenne et comparative, URA 1346 du CNRS, Aix-en-Provence

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals