Navigation – Plan du site
Repères

Ethnologie catalane et patrimoine pyrénéen

A propos des premières Jornades de Lleida sur le patrimoine ethnologique
Dominique Blanc
p. 140-145

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Midi-Pyrénées, Espagne
Haut de page

Texte intégral

1Du 26 au 28 avril 1989 se sont tenues à l'Estudi General de Lleida (Centre universitaire de Lérida dépendant de l'Université de Barcelone) les premières Journées sur le patrimoine ethnologique dans les Pyrénées catalanes. Les hautes montagnes et leur piémont sont le siège, depuis quelques années, d'expériences diverses de conservation et de valorisation du patrimoine qui trop souvent s'ignorent entre elles tout en proclamant un même intérêt pour la « culture populaire » et une approche « ethnologique » de cette dernière. L'enseignement de l'anthropologie au centre universitaire de Lleida et les recherches menées sous la direction de Llorenç Prats sont largement consacrées à une réflexion critique sur la notion de tradition et sa place dans l'ethnographie catalane. Un point de rencontre entre universitaires et praticiens devait logiquement se dessiner dans une Catalogne où les transferts de compétences au gouvernement autonome et les réaménagements qu'ils induisent influent considérablement, quelquefois de manière imprévisible, sur les politiques culturelles des partenaires administratifs. Comment faire se rencontrer les promoteurs de projets en cours de réalisation ? Comment les articuler dans un ensemble cohérent où la recherche ethnologique aurait toute sa place ? Voilà quelques-unes des questions que les organisateurs de la manifestation ont tenté de résoudre en programmant ces premières Jornades.

2Au cours des trois jours de rencontre les divers projets et réalisations ont été présentés et discutés. Trois expériences françaises ont d'autre part été exposées au cours de conférences ouvertes aux étudiants de l'université : l'expérience du Musée dauphinois (Jean-Claude Duclos), celle du Groupement ethnologie languedocienne - ethnologie catalane (Dominique Blanc), celle, enfin, de la revue Le Monde alpin et rhodanien (Christian Abry). Deux tables rondes ont clos les deux premières journées : l'une avec les partenaires de l'administration, l'autre avec les représentants des partis politiques. La fin de semaine a été occupée à la visite sur le terrain des projets les plus avancés. Les participants ont pu ainsi bénéficier d'une vision d'ensemble du traitement de la question du patrimoine ethnologique en Catalogne telle qu'elle est posée par les interventions dans la zone pyrénéenne. Une meilleure connaissance de ces expériences et de ces types d'approches peut seule permettre de réfléchir à des opérations conjointes sur l'ensemble de la chaîne et de répondre en ethnologues aux sollicitations européennes de coopération transfrontalière.

Autour du musée

3Il n'est pas une initiative concernant le patrimoine ethnologique dans les Pyrénées qui ne s'articule, de près ou de loin, avec un projet muséographique et plus précisément avec l'implantation d'un « écomusée ». Pour tous, du plus petit groupe à l'organisation la mieux structurée, un tel projet semble être le point de passage obligé de toute réalisation d'envergure. Les problèmes de fond que pose une ambition aussi unanime ont pu être appréhendés notamment à travers la présentation (sous forme de communication et lors d'une visite sur le terrain) du Musée du val d'Aran et de l'Ecomusée des vallées d'Aneu, deux réalisations fort différentes.

4Depuis 1973 une fondation se donnait pour but la mise en place d'un musée dans le val d'Aran, la vallée prolongeant la Gascogne géographique et linguistique vers le sud, au-delà de la frontière administrative. Grâce à un accord entre les municipalités de la zone, la Généralité de Catalogne (gouvernement autonome), et l'évêché d'Urgell, le musée a été effectivement créé en 1983. « Musée d'histoire et de culture aranaise », comme le définit un avant-projet de 1981, il s'inscrit dans la tradition des « musées d'identité », même s'il ne revendique pas explicitement cette étiquette qui recouvre des réalités comme toujours fort diverses. Le val d'Aran, de par son statut, non reconnu jusqu'à une date très récente, de pays gascon dans un ensemble catalan, axe la plupart de ses manifestations culturelles sur la revendication de son identité. Le musée s'inscrit logiquement dans un mouvement dont il est devenu l'un des éléments moteurs.

5Installé dans une demeure du xviie siècle, la tour du Général Martinhon à Vielha, le musée offre donc une présentation permanente des données géographiques et linguistiques, suivie d'un ensemble de vitrines thématiques donnant à voir des éléments de la vie rurale et de l'organisation politique particulière de la vallée. Une bibliothèque et un service d'archives complètent le dispositif.

6Dans l'esprit de ses promoteurs cet ensemble constitue le « musée du temps », premier volet d'un écomusée qui comprend actuellement un lieu de rencontres et d'exposition aménagé dans l'église gothique de Sant Joan d'Artigues (où se trouvait en avril une belle exposition conçue des deux côtés des Pyrénées sur : Les Gascons et la musique). Le « musée de l'espace », par contre, reconstitution d'un domaine agricole traditionnel et conservatoire d'espèces naturelles, reste à l'état de projet. La propriété convoitée n'a pu être acquise, l'administration ayant reculé au moment de concrétiser ses promesses d'aide financière.

7Institution aboutie sous sa forme « traditionnelle », le musée du val d'Aran n'a donc pu, pour l'instant, réaliser les ambitions de ses modèles. Il a cependant avancé dans un autre domaine : celui de la liaison avec la recherche fondamentale. Trois chercheurs rattachés à l'Estudi general de Lleida (Oriol Beltran, Ferran Estrada et Xavier Roigé) ont répondu à la demande de l'actuel conservateur (Jusep Maria Boya) en présentant un projet d'enquête sur la Maison et la Famille dans la vallée. Enquête de type désormais classique s'agissant des sociétés pyrénéennes, mais qui présente l'avantage de dynamiser la présentation muséographique de la culture en ne lui subordonnant pas le protocole d'investigation. Ainsi l'étude du changement tient-elle une grande place dans un projet qui traite d'un patrimoine immatériel. La recherche apparaît ici comme un contrepoids nécessaire à la tentation de figer sous les traits d'une identité immuable des éléments en constante évolution. Resteront à évaluer les effets réels d'une telle confrontation sur l'avenir du projet muséal. L'enjeu de ce type de liaison est aussi important pour l'ethnographie catalane qui manque de points d'ancrages institutionnels (et de débouchés pour les étudiants actuels) et qui pourrait ainsi organiser une partie de son développement autour des musées. Une telle expérience reste cependant isolée. Le terme de « recherche » désigne plutôt, et cela n'est pas particulier aux musées catalans, une collecte raisonnée d'objets et de témoignages directement guidée par un projet d'exposition ou d'animation.

8A l'inverse de son homologue du val d'Aran, l'Ecomusée des vallées d'Aneu jouit d'un ensemble de bâtiments qu'il se propose d'utiliser mais aucun aménagement ne vient encore donner une idée de la mise en place future. Il s'agit donc d'un projet qui devrait s'articuler autour de « Casa Gasia », une grande maison du chef-lieu, Esterri d'Aneu, avec ses dépendances laissées en l'état par les anciens propriétaires. Un « musée du temps » y prendrait place alors que le « musée de l'espace » comprendrait deux ensembles, l'un autour d'une scie hydraulique, point d'ancrage d'une mise en scène future des divers travaux du bois, l'autre autour d'un moulin à farine. Des itinéraires touristiques (déjà balisés) complètent le dispositif.

9Pour comprendre une telle implication dans des opérations qui semblent une charge bien lourde pour des villages de montagne, il faut évoquer la situation d'un territoire où une politique de conservation et de mise en valeur du patrimoine a été concertée et initiée localement. Un Conseil culturel des vallées d'Aneu, créé en 1983, s'est fixé comme tâche l'animation et la mise en valeur de cette région du Pallars Sobirà. Les municipalités des vallées lui ont confié, deux ans plus tard, la responsabilité des activités culturelles locales. De la normalisation linguistique aux propositions pour le plan régional des zones de montagne en passant par le théâtre et la radio, le Conseil, association de type privé, a pris en charge une politique culturelle cohérente dans une zone menacée par l'exode rural et l'aménagement touristique massif autour des stations de sports d'hiver. Comblant les vides de l'administration, il a aussi créé, en accord avec la Généralité de Catalogne, un service d'archives (Arxiu Historic) afin de regrouper les documents historiques laissés à l'abandon dans les mairies de villages. Une section photographique rassemble des reproductions de clichés conservés par les habitants depuis le début du siècle.

10Les principaux promoteurs de cet ensemble animé par Ferran Rella, jeune enseignant de catalan, auteur d'études historiques et ethnographiques sur les vallées, voient dans le projet d'écomusée l'aboutissement d'une démarche de reconquête d'un patrimoine menacé, déjà amorcée par la reprise de fêtes traditionnelles. Dans un pays où un tourisme saisonnier à grande échelle remodèle les paysages et les comportements, une alternative est envisagée qui permettrait de s'adapter à une évolution irrémédiable en ne tournant pas le dos à une source de revenus de plus en plus importante tout en proposant d'axer l'accueil sur « la culture ». Cela vaut pour les étrangers au pays, mais aussi pour les autochtones, invités à mettre en scène pour eux-mêmes un patrimoine appartenant largement à un passé récent. A cet égard, l'engagement personnel constant du maire d'Esterri d'Aneu dans ce projet est significatif.

11Les jeunes animateurs, les étudiants d'ethnologie et les autres acteurs de la réanimation de la vie culturelle ressentent la présence éventuelle d'un musée dans le dispositif de mise en valeur du patrimoine local comme une intrusion « poussiéreuse » qui contrarie le dynamisme dont ils se sentent porteurs. L'idée d'écomusée, par contre, semble mobiliser les énergies comme en témoignent aussi les autres projets présentés à Lleida, dont l'un des leitmotiv était la volonté de substituer à la trilogie classique : « édifice-collection-public » les notions de « territoire-patrimoine-population ». Le nom de Georges-Henri Rivière a été cité à maintes reprises comme a été très souvent invoqué « le modèle français ». Tout cela appelait la discussion. Tout d'abord sur un plan très concret : comment envisager dans un si petit territoire la multiplication de réalisations à la gestion lourde et coûteuse qui se fixeraient chacune comme but une même mise en scène de la société montagnarde ? Les projets en cours de réalisation présentent nécessairement, comme on l'a vu dans les deux exemples cités, des configurations fort différentes. Ces deux remarques ne sont pas contradictoires : chacun des pays pyrénéens a-t-il vocation à appliquer un unique modèle à son propre territoire ? Une telle « envie de musée » est-elle susceptible de déboucher sur des programmes réalisables ? A ces interrogations vinrent s'ajouter les remarques prudentes des participants français ayant déjà une pratique du musée et de l'écomusée. Au-delà d'un « modèle » qu'il serait bien malaisé de définir, il existe des expériences diverses de muséologie : la formule de l'écomusée connaît aussi des échecs relatifs. Une fois passé l'engouement pour la nouveauté, elle ne se révèle pas toujours la mieux adaptée à toutes les situations. Les acteurs de ces Jornades sont tombés d'accord sur un point capital : la nécessité de coordonner les initiatives et, dans l'avenir, de les planifier. Dans leurs conclusions, les animateurs des rencontres proposent de créer une entité permanente qui poursuivra ces objectifs en ce qui concerne la région de Lleida (Les Terres de Ponent) et les hautes-pyrénées. Toutes les associations présentes seront membres de cette entité amenée à parler d'une même voix sur le thème du patrimoine ethnologique.

Des politiques du patrimoine

12Une telle coordination est d'autant plus souhaitable que les interventions des diverses administrations, théoriquement plus proches du terrain depuis le transfert des compétences, pour ce qui concerne la culture, de l'Etat aux gouvernements autonomes, sont loin d'être harmonisées. La nouveauté de la situation incite plutôt les divers responsables à imprimer chacun leur marque à travers des propositions mises au point dans les cabinets ministériels. Le conseiller chargé du patrimoine a ainsi proposé de créer un réseau de musées ethnographiques en détachant les sections spécialisées des établissements existants, sans tenir compte manifestement de leur mode actuel de gestion et des besoins réels. Ce n'est là qu'un exemple mais l'on s'interroge parfois sur la notion de centralisme que l'on rapporte au « modèle français » de manière négative. Sur bien des sujets, un dirigisme local, même animé des meilleures intentions, risque d'avoir des effets plus négatifs encore dans la mesure où il n'existe plus de recours extérieur. D'où la nécessité d'établir un dialogue avec les administrations à tous les niveaux. Celui-ci, entamé à Lleida, se révèle difficile aussi dans la mesure où est programmée la disparition du département (la diputació) alors que se mettent en place les comarques, « pays » catalans de la taille d'un canton supposés posséder une unité. Il suffira de souligner, d'autre part, le poids démographique et économique de la seule ville de Barcelone, dont l'opposition résolue au gouvernement de la Généralité incite ses responsables à conduire une politique culturelle parallèle sur l'ensemble de la Catalogne, pour mesurer à quel point la situation peut être difficile à maîtriser.

13Les propositions présentées par les partis politiques invités à la deuxième table ronde souffraient elles aussi d'un défaut majeur : une certaine méconnaissance des réalités masquée par la mise au point de programmes complets d'intervention sur le patrimoine ethnologique, confondu pour l'occasion avec la notion vague de « patrimoine catalan ».

Le programme culturalcampo

14Une telle volonté d'encadrement systématique reste crédible tant que les réalisations effectives n'en sont encore qu'à leur phase initiale. Fort heureusement, la prise en charge sur le terrain de projets solides contribuera plus sûrement à la définition des politiques efficaces. L'adaptation d'un programme national à la zone pyrénéenne en est sans doute un bon exemple. Le haut Urgell et la Cerdagne ont fourni, de 1985 à 1988, des terrains d'enquête au programme mondial de l'unesco Man and Biosphere, consacré à l'étude interdisciplinaire des écosystèmes. A cette occasion, un diagnostic de la situation sociale des zones de haute montagne a été élaboré par une équipe de jeunes chercheurs qui s'est intégrée à la fin de l'étude à un nouveau programme, du ministère espagnol de la Culture cette fois, Culturalcampo, suivi par la Direction générale de la coopération culturelle. Projet de « promotion socio-culturelle » il s'applique aux régions en difficulté économique et démographique, de l'Andalousie aux Pyrénées. Plutôt agents de développement que simples animateurs culturels, les collaborateurs recrutés ont un rôle de dynamisation du milieu à plusieurs niveaux. L'équipe catalane composée d'un historien, d'un géographe et d'une anthropologue, travaille à la mise en place d'un Centre de documentation de montagne, à une recherche sur la situation des jeunes et des femmes dans la zone mais aussi à la formation des femmes en milieu rural, à travers des stages sur « Alimentation et congélation » ou la « Gestion des établissements hôteliers ». Elle applique ainsi les directives nationales, notamment la nécessité « d'impulser et d'organiser le dynamisme latent de la population et de ses agents les plus actifs en tentant d'orienter leurs forces vers un engagement dans l'auto-développement ». Interventions diverses, donc, auxquelles s'ajoute une mise en valeur du patrimoine naturel et monumental par l'élaboration d'itinéraires. Elles sont la mise en œuvre d'un accord entre le ministère de la Culture de l'Etat et celui du gouvernement de Catalogne.

15Ainsi résumé, le projet ne semble pas présenter d'orientation ethnologique. Elle est cependant fortement présente grâce au rôle prépondérant de l'anthropologue (Montserrat Iniesta) et à la volonté d'inscrire, une fois de plus, le dispositif dans le cadre d'un écomusée. Ce dernier comprendrait un centre d'accueil, de gestion et de rencontres situé dans une ferme des vallées d'Aguilar, un moulin à farine abritant une école de vie en montagne, l'aménagement d'un site industriel autour d'une fabrique de couvertures qui pourrait ainsi trouver de nouveaux débouchés.

16Loin d'être une inflexion catalane, l'inscription du programme dans le cadre d'un projet d'écomusée est partie intégrante de la politique officielle du ministère, qui en fait, en accord avec les directives européennes, le centre de ses préoccupations. Du moins est-ce ainsi qu'est présenté un futur « réseau national d'écomusées » dont on attend manifestement la résolution de tous les problèmes dans la mesure où ils devraient assurer protection de l'environnement, mise en valeur du patrimoine, création d'emplois grâce à la dynamisation du milieu et ouverture de nouveaux débouchés pour des produits locaux...

17Toute la richesse et toute l'ambiguïté des actions autour du patrimoine pyrénéen sont présentes dans un tel programme. Engagement total de jeunes animateurs possédant une solide formation, volonté de mise en valeur d'un patrimoine vivant, priorité donnée à l'aspect culturel dans toute intervention, autant d'éléments qui tranchent avec une vision figée de la montagne comme conservatoire de traditions en péril. Un tel engagement dans des actions de développement laisse cependant quelques questions en suspens notamment en ce qui concerne la recherche ethnologique. Elle possède des exigences et une démarche propre. Elle doit définir elle-même ses objets et ses terrains d'enquête. Une détermination uniquement « sociale » du patrimoine ethnologique, prise entre la critique idéologique du « traditionisme » et les nécessités de l'ethnologie « appliquée » ne risque-t-elle pas de se priver d'un développement nécessaire de la discipline ? Les premières Jornades de Lleida ont eu le mérite d'initier une réflexion sur ces thèmes et de souligner la nécessité de rencontres régulières.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Blanc D., 1989, « Ethnologie catalane et patrimoine pyrénéen », Terrain, n° 13, pp. 140-145.

Référence électronique

Dominique Blanc, « Ethnologie catalane et patrimoine pyrénéen », Terrain [En ligne], 13 | octobre 1989, mis en ligne le 17 juillet 2007, consulté le 26 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2965 ; DOI : 10.4000/terrain.2965

Haut de page

Auteur

Dominique Blanc

EHESS - Centre d'anthropologie des sociétés rurales, Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals