Navigation – Plan du site
Paraître en public

La « casa » et la « piazza », ou la leçon de Grossu Minutu

Georges Ravis-Giordani
p. 41-48

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Corse
Haut de page

Texte intégral

1Paraître en public, s’afficher, parader : autant de notions proches pour lesquelles la Corse, ni plus ni moins que bien d'autres sociétés, en particulier méditerranéennes, semble offrir un champ d'observation intéressant. La réflexion que nous voudrions proposer ici, tournant le dos à l'actuel, concerne la société rurale, villageoise, telle que nous la percevons à travers les témoignages écrits et oraux du xviiie siècle à nos jours. Dans cette société où les liens de parenté et d'amitié sont si prégnants, que recouvre la notion de « public » ? Peut-on distinguer, et a fortiori opposer, comme nous le faisons aujourd'hui, le domaine du « privé » et celui du « public » ? Certes on le peut, et il suffit d'évoquer ici, rapidement, l'insistance avec laquelle, en Corse, on oppose le domaine de la « casa » (indissolublement maison et famille) et celui de la « piazza », c'est-à-dire cet espace commun à différentes maisons et familles, qui les sépare autant qu'il leur permet de se rencontrer, et qui, sans appartenir à aucune d'elles, ne constitue pas pour autant un espace neutre et ouvert à l'étranger. De nombreux proverbes ou dictons témoignent de cette opposition qui recouvre plus ou moins également l'opposition homme/femme ; de même qu'on critique la femme qui s'affiche (si mette in piazza), de même on considère que la « piazza » est le cadre d'exercice normal de la sociabilité masculine : Vale piu un omu in piazza che centu in casa (il vaut mieux un seul homme sur la place que cent dans la maison). Par ailleurs, l'hospitalité n'est-elle pas le comportement qui témoigne de cette impossibilité à penser vraiment un espace public indépendant et radicalement distinct de celui des familles qui constituent une communauté ?

2Inversement, en s'appuyant sur des faits tout aussi évidents, on peut affirmer que cette opposition privé/public n'est pas du tout pertinente. Rien de ce que fait, pense, vit un individu ne lui appartient exclusivement : son nom, son prénom, ses qualités et ses défauts, son patrimoine, sa réputation, son honneur ne sont jamais totalement siens, ni totalement protégés du regard et de l'appréciation d'autrui ; l'intimité, le quant-à-soi, la liberté de faire et d'être ce que l'on veut sont limités ; dans un village corse, selon une expression heureuse que L. Gachon (1958) appliquait au Velay, « tout se sait et tout se cache ». Chaque groupe social minimal est donc vis-à-vis de tous les autres dans une relation de face à face qui n'exclut d'ailleurs pas l'inégalité, quand elle existe ; et chacune de ces relations de face à face est saisissable, « de biais » en quelque sorte, par tous les autres groupes ; si bien que l'on peut avancer que ce sont ces regards croisés qui constituent la scène où chaque famille met en jeu sa position.

3Prenons par exemple le cas de la vendetta entre deux familles. C'est, bien entendu (c'est même là sa définition juridique) une guerre « privée » ; mais, parce qu'elle se mène dans un espace social clos, structuré comme un réseau, et que les liens de parenté de chacune des deux familles recoupent le réseau de l'autre famille, la proximité de chaque groupe social avec tous les autres neutralise presque tout le monde. Seuls les parents les plus proches des deux individus initiateurs de la vendetta peuvent se sentir suffisamment solidaires pour s'engager sans réserve et sans ambiguïté à leur côté. Cette logique de comportement social - qu'on ne peut plus observer aujourd'hui sous la forme « classique » de la vendetta, mais dont on peut avoir une idée dès que, dans un village, survient un conflit grave -, aboutit à ceci qu'un conflit privé devient de proche en proche une affaire qui, sans être à proprement parler l'affaire de tous, concerne néanmoins tout le monde, au moins par ses conséquences ; si bien que paradoxalement dans le cas de la vendetta, la guerre est privée mais les trêves qui l'interrompent sont en quelque sorte d'intérêt public ; de même que le traité de paix qui y met fin (cf. en particulier J. Busquet, 1920). Ajoutons que la vendetta est par excellence un comportement social qui ne laisse aucune place à la parole ; et ce n'est pas par hasard que les « paceri », les hommes chargés de négocier une trêve ou la paix définitive sont appelés « parolanti » : ils rétablissent la parole.

Deuil et charivari

4L'hypothèse de départ de cette réflexion est que la distinction public/privé ne recouvre pas en Corse deux domaines séparés mais qu'il s'agit là plutôt de deux façons différentes de vivre les mêmes relations, sur les mêmes objets, entre les mêmes personnes. Commençons par faire un rapide inventaire des situations dans lesquelles cette articulation apparaît ; parmi les plus courantes il y a les noces, les enterrements et les naissances. Ce sont en effet des moments d'intense fusion communautaire où les deux domaines du privé et du public s'ouvrent largement l'un à l'autre : la communauté, sous la forme concrète du cercle des familles, participe en tant qu'acteur et non pas seulement en tant que spectateur, à un événement qui concerne au premier chef une (ou deux) famille(s) ; et j'ai eu l'occasion de dire ailleurs (Ravis-Giordani 1983) que dans les heures qui précèdent ou qui suivent immédiatement la mort, la maison concernée est investie par la communauté, mise sens dessus dessous comme un gant qu'on aurait retourné. Tout ce qui affecte fondamentalement l'histoire d'une famille affecte, de proche en proche toutes les autres familles ; « de proche en proche » : cette formule dit bien que la « publicisation » d'un tel événement n'a pas la même signification pour toutes les familles qui constituent la communauté, mais qu'au contraire chacune en est affectée directement ou indirectement, d'une manière particulière. Observons aussi que dans l'un et l'autre cas l'événement familial, « privé » est premier et qu'à partir d'un point quelconque de la communauté, la connaissance et la participation à l'événement gagnent comme une onde l'ensemble du corps social.

5Mais il est d'autres situations où ce passage du public au privé apparaît également ; comme, au carrefour des noces et du deuil, le charivari1 (du moins le charivari des mariages de veufs qui est celui qui est arrivé jusqu'à nous). Sans entrer dans la discussion de l'hypothèse séduisante de C. Karnoouh (1981) qui y voit un moyen de sceller « les véritables funérailles de l'alliance » et de libérer le veuf remariant de son lien avec son premier conjoint, nous retiendrons qu'il s'agit en tout cas d'un rituel qui, au propre et au figuré, fait converger la communauté vers le groupe familial nouvellement formé, mouvement qui, à la différence des deux précédents est à l'initiative de la communauté. Les différences ne s'arrêtent pas là : dans le deuil, les hommes et les femmes sont à la fois associés et distingués fortement par des comportements qui sont à l'opposé de ce qu'ils sont habituellement : les hommes sont tenus à la réserve, à l'enfermement sur soi et dans la maison ; les femmes au contraire se livrent en public, « in piazza » (autrefois le mort était exposé devant la maison) à toutes les manifestations paroxystiques de la gesticulation et de la vocifération ; moins dans le « voceru » lui-même (malgré l'étymologie), dont F. Ettori (1978) nous dit qu'il est chanté « lentement, d'une voix basse et égale », que dans un rite plus ancien, le « caracolu », où il semble que les femmes (et peut-être même les hommes, tout au moins les parents les plus proches du mort) manifestaient bruyamment leur douleur, comme en témoigne ce texte tiré du De Rebus Corsicis, de Pietro Cirneo que je donne, d'après F. Ettori, dans la traduction française qu'en fit, en 1884, le chanoine Letteron : « Les Corses font à leurs morts des funérailles pompeuses ; pas d'enterrement sans qu'il y ait convoi, lamentations, éloge du mort, chants funèbres, discours. Leur rite funèbre est à peu près le même que celui des Romains. Un voisin fait entendre un cri d'appel et, nommant quelque bourg du voisinage, il ajoute : Hola, avertis dans ce pays, Un Tel est mort ! On porte ensuite le corps à l'église. Tous suivent le convoi ; ceux même qui appartiennent à des partis ennemis marchent familièrement côte à côte. Puis les prêtres font l'office et après cela arrivent, sur une longue file, les hommes d'abord, les femmes ensuite, groupés par villages, par hameaux, par piève. A peine sont-ils arrivés qu'à l'exemple de la femme et des frères du défunt, tous éclatent en sanglots et en cris de douleur, déchirent leurs habits sur la poitrine ; les femmes, le visage tout en larmes, se frappent le sein, se meurtrissent le visage et s'arrachent les cheveux. Les chevaux favoris du défunt sont bridés et attachés par les rênes à de longs pieux. Sept jours après, les héritiers font célébrer par les prêtres une messe pour l'âme du défunt. Il en est beaucoup qui font alors une distribution de viande et donnent un repas funèbre. » Ce texte est intéressant parce qu'il dit avec précision de quelle façon le deuil s'étend de la famille à la communauté puis aux villages voisins et dans quel ordre chacun y participe.

6Une troisième opposition forte marque le charivari : le mariage et le deuil sont des occasions de paroles vraies, importantes, qui engagent durablement et profondément ceux qui les prononcent. Pour le mariage c'est évident, puisque l'échange de promesses scelle une alliance entre deux familles ; quant aux enterrements, il nous est dit que les ennemis peuvent s'y rencontrer, et sans que cette rencontre puisse aller jusqu'à une réconciliation, elle peut y contribuer ; un dicton le dit d'ailleurs assez clairement : E scuse si facenu sopra i morti (les excuses se font par-dessus les morts). Par ailleurs, dans un autre article, F. Ettori a attiré l'attention sur le fait que les « voceri » sont souvent l'occasion de faire aux vivants des reproches qu'on n'oserait pas leur faire en temps ordinaire ; en bref, ils ont une fonction cathartique. Paroles d'hommes dans le cas du mariage, paroles de femmes dans le cas de la mort : les unes et les autres graves et fortes, publiques et privées, et auxquelles s'applique le dicton Petra lampata e parola dala un si ripiglianu piu (pierre lancée et parole donnée ne se reprennent plus). Le charivari, au contraire, semble caractérisé par un vacarme sans paroles, puisqu'ici on confie à des objets sonores (casseroles, seaux) le soin de porter un message qui n'a plus d'humain que l'intention. Avec le charivari, nous passons donc d'une parole vraie, qui lie les hommes (I boi si leianu cu e fune, l'omi cu e parole : les bœufs se lient avec des cordes, les hommes avec des paroles) à une infra-parole qui, si nous retenons l'hypothèse de C. Karnoouh, délie les hommes de l'engagement qu'une parole avait établi.

Putachju et spaccata

7On peut pousser plus loin cette analyse. Parce que, dans un village, chaque groupe familial touche à tous les autres, et parce qu'aucune instance supérieure ou extérieure à la communauté n'y peut prendre pied (il n'est que d'évoquer la perception qu'on a encore aujourd'hui en Corse des gendarmes, de la police et des agents de l'État en général), cet ensemble de regards « de biais » qui se croisent sans cesse favorise l'émergence d'une pratique bien connue dans les villages et redoutée de tous : « u putachju », le commérage ; activité prétendument féminine, mais à laquelle les hommes s'adonnent aussi abondamment. Comment l'interpréter ? Le « putachju » est doublement inséparable du secret. D'abord parce que, comme tout commérage, toute rumeur, l'auteur du « putachju » avance masqué : on le soupçonne mais on ne peut pas le confondre. D'autre part dans une société où l'interconnaissance se combine avec le secret, ce qui est su n'est jamais su qu'en partie, le secret accompagne tous les actes, et l'opposition que nous notions en commençant entre la « casa » et la « piazza » empêche le « putachju » d'être jamais un savoir vrai ; il est condamné à rester dans le domaine de l'opinion, du soupçon, de l'interprétation, de l'affabulation. Sa particularité consiste donc dans le fait de souligner, de grossir, de construire, à partir de ce qui est entrevu, un discours plus ou moins cohérent, fait de sous-entendus ; un discours qui déforme ce qu'il évoque, invente ce qu'il ne sait pas, bricole une parole qui n'est ni vraie ni fausse. C'est un travail sur le sens construit sur un texte tronqué. Le « putachjone », celui qui répand les « putachj », cherche sans cesse à percer le secret des maisons ; il dit le faux pour savoir le vrai ; il dit même parfois le vrai pour faire admettre le faux. Il excelle à interroger les enfants sur ce qui se fait et se dit le soir, autour de la table familiale, et en particulier sur ce qu'on mange, bon indice des misères ou des bonnes fortunes que l'on voudrait cacher. C'est pourquoi on enseigne aux enfants à répondre à ses sollicitations insidieuses par une attitude qui est le pendant exact du « putachju » : la « spaccata », la parade, la rodomontade ; le mot vient du verbe « spaccà », fendre : le « spaccone » est celui qui « spacca i monti », fend les montagnes. La « spaccata » s'annonce donc comme une parole fausse, si ouvertement fausse qu'elle remet l'interlocuteur à sa place : si on te demande ce que nous avons mangé hier soir réponds : Pane e pernice, affari di casa un si ne dice (du pain et des perdrix, affaires de maison on ne les dit). Dans une société où les mets les plus courants sont la « pulenta2 », la soupe ou, au mieux un ragoût de légumes et de lard, tout le monde sait bien que personne ne mange du pain et des perdrix ; le pain et les perdrix sont mets de riches ou exceptionnels. De même, en politique, la « spaccata » consiste à dire bien haut que l'on va vaincre, que l'ennemi est perdu, alors que rien ne permet de l'affirmer ; ceux qui savent qu'ils vont gagner, en général se taisent, non par modestie mais pour rendre plus éclatant encore leur triomphe. Ainsi « putachju » et « spaccata » s'affirment comme des attitudes et des pratiques qui, en s'opposant, érigent, l'une par défaut, l'autre par excès, un espace, ou mieux, un mouvement de « publicisation » qui traverse l'univers social.

8Notons aussi au passage que sur l'axe qui oppose la « casa » et la « piazza » une deuxième opposition se dégage : celle du jour et de la nuit ; la maison est si l'on peut dire à son maximum de plénitude la nuit, la « piazza » l'est, au contraire, le jour. C'est aussi de nuit que se traitent le plus souvent les affaires importantes ; le jour est réservé à la routine du travail3, aux commérages, aux « spaccate », bref aux paroles fausses.

Le renversement des valeurs : Grossu Minutu et Pascal Paoli

9Le personnage légendaire et populaire de Grossu Minutu est révélateur de la logique que nous essayons de mettre au jour. Comme sa notoriété n'a jamais dépassé les frontières de l'île, il nous faut d'abord le présenter4. Originaire de Perelli d'Alisgiani, en Castagniccia, Grossu Minutu, de son vrai nom Pietro Giovanni, naquit, nous dit-on, en 1715 ; il vécut donc à l'époque de Pascal Paoli5 dont on le présente quelquefois comme le bouffon. Orphelin de père à sa naissance, et de mère à l'âge de douze ans, de santé chétive, et sans doute aussi sans patrimoine suffisant pour devenir cultivateur, il exerça toute sa vie le métier de marchand ambulant, vendeur de porcs à l'occasion, et parcourut ainsi une bonne partie de la Corse. Le théâtre de ses aventures, c'est donc les villages et quelquefois la ville (au xviiie siècle il n'en est qu'une, c'est Bastia) où ses affaires l'amenaient à se rendre ; dormant chez l'habitant, ou dans des auberges de villages, liant amitié et commerce avec tous. D'abord partisan et client de la grande famille noble des Matra, adversaires de Paoli, il reconnut vite le rôle historique du « Père de la Patrie » et se rangea à ses côtés, sans jamais abdiquer son franc-parler et sa verve caustique. On pourrait presque dire qu'en passant de la mouvance des Matra à celle de Paoli, il opère la transformation d'un statut de client en celui de citoyen : presque, car nous savons que Pascal Paoli devait, pour tenir tête aux féodaux et grands notables contre lesquels il se battait, user des mêmes armes qu'eux et en particulier regrouper autour de lui un parti comme les autres. Mais précisément, par son indépendance, Grossu Minutu est, à cet égard, en avance sur le général de la Nation corse. Ainsi, il incarne un personnage à la fois marginal et représentatif de ce petit peuple des campagnes corses qui, de 1729 à 1769, fait et vit ce qu'il est convenu d'appeler les Révolutions de Corse.

10Comment Grossu Minutu se situe-t-il par rapport à Pascal Paoli ? Tandis que le général de la Nation corse (c'est son titre) conduit les affaires publiques, et s'efforce, dans les conditions qui sont celles de son temps, de donner à la société insulaire la forme d'un Etat et d'une société civile modernes, Grossu Minutu lui, à l'échelon qui est le sien, celui du petit peuple des villages et de la ville, est affronté à une humanité et à une sociabilité faites de « putachj » et de « spaccate ». A toutes ces menues provocations Grossu Minutu réagit de la même façon, en démasquant par ses saillies, l'hypocrisie, le ridicule, voire l'odieux des comportements de ses compatriotes. Un de ses moyens favoris consiste à traiter ses interlocuteurs comme s'ils étaient des animaux ; un jour, un groupe de personnes, pour se moquer de lui, le compare à Esope ; Minutu ne se démonte pas : « Je fais mieux que lui, dit-il ; il faisait parler les bêtes, moi, en plus, je les fais rire. » Grossu Minutu est souvent présenté, dans les saynètes dont il est le héros, comme quelqu'un que les autres forcent à parler en l'accablant de lazzi et en le provoquant, pour le simple plaisir de l'entendre. A ces incitations à parler « pour rire », c'est-à-dire pour ne rien dire d'essentiel, Grossu Minutu répond, on l'a vu, en renvoyant à ses interlocuteurs une image d'eux-mêmes qui est celle d'animaux. Ainsi, par exemple, à quelqu'un qui pour le vexer lui faisait remarquer que, pour un homme d'esprit comme lui, il avait les oreilles plutôt longues, il réplique : « Et toi, pour un âne, je trouve que les tiennes sont trop courtes » ; ou bien encore, dans une procession, quelqu'un qui marche derrière lui, lui dit pour l'humilier : « Il paraît, Grossu Minutu que tu es toujours avec les porcs » ; et lui de répondre : « Eh oui, tantôt devant, tantôt derrière ; en ce moment je suis devant. » Ainsi, Grossu Minutu disqualifie dans leur prétention à être paroles humaines les « putachj », plaisanteries et vexations qui font le commerce quotidien des hommes entre eux ; ce faisant il libère, en quelque sorte, une place pour une parole vraie, pour une relation pleine entre les hommes, parole et relations qu'il ne produit jamais lui-même positivement6, se contentant par la dérision et l'inversion, de laisser à penser qu'une autre voie serait possible entre les « putachj » et les « spaccate » qui, chacune à sa manière, désagrègent le corps social. De là à penser que son rôle social s'articule profondément avec celui de Pascal Paoli, il n'y a qu'un pas que la tradition populaire a franchi depuis longtemps, mais sans l'expliciter.

11Que fait, en effet, Pascal Paoli ? En homme des Lumières, il s'efforce de faire entrer dans la réalité quotidienne et dans l'organisation politique du « Regno di Corsica » les principes de « transparence », d'égalité, de liberté qui fondent toute démocratie. Dans sa lutte contre le « spirito di partito », l'esprit de faction et de clientèle, selon lequel la société corse du milieu du xviiie siècle est structurée, Pascal Paoli tente, sans se faire d'ailleurs d'illusion sur ses chances d'aboutir à court terme, de faire prévaloir le « spirito publico », le principe de l'intérêt général. Dans une lettre de 1764 à l'un de ses collaborateurs, et parlant du marquis de Cursay7 il déclare : « Ce grand législateur ne sait pas non plus que la parfaite égalité est la chose la plus souhaitable dans un gouvernement démocratique et que c'est là ce qui fait le bonheur des Suisses et des Hollandais. Il est né esclave et officier, et il n'y a pas lieu de s'étonner si, en parlant de la liberté, il commet d'aussi grossières bévues. C'est la fin des républiques quand il y a chez elles des particuliers aussi riches et c'est au mépris du mérite et des lois qu'ils en imposent, comme il dit, à la multitude. Un État dont les citoyens sont égaux peut difficilement tomber sous la tyrannie, parce que tous les citoyens sont également intéressés à la liberté et qu'il est difficile de vaincre tous les citoyens... Il faut écrire au marquis de Cursay que les marches par lesquelles les tyrans montent au trône de la tyrannie ne sont autre chose que l'inégalité des fortunes... Écrivez-lui aussi que les fous font mieux leurs affaires dans leur propre maison que les sages dans la maison d'autrui, et invitez-le à regarder un peu mieux l'histoire des révolutions, des peuples libres et les mouvements du cœur humain » (cité par F. Ettori, Arrighi 1971).

12Que suggèrent ces observations encore fragmentaires ? Si on fait l'hypothèse que le mouvement des Révolutions de Corse, et en particulier l'épisode paolien, constituent pour la société insulaire plus qu'une suite de péripéties institutionnelles, alors nous pouvons hasarder l'idée que dans un univers social où les relations « privées » entre familles et individus sont marquées par l'opposition parole vraie/non-parole (vendetta) et les relations publiques par la parole fausse (« putachju », « spaccata »), la trajectoire éblouissante de Pascal Paoli et l'obscur cheminement de Grossu Minutu se rejoignent quelque part : l'un et l'autre, chacun à son niveau, tentent d'instaurer une parole publique « vraie » ou, si l'on veut, d'assurer une continuité ordonnée entre l'ordre de la « casa » et l'ordre de la « piazza ».

Haut de page

Bibliographie

Arrighi P. (ss la dir. de), 1971. Histoire de la Corse, Toulouse, Privat.

Busquet J., 1920. Le droit de la Vendetta et les Paci corses, Paris, Pedone.

Ettori F., 1971. La Révolution de Corse (1729-1769), in Arrighi P. (ss la dir. de), Histoire de la Corse, Toulouse, Privat.

1978. Introduction à l'étude du vocero, Collection Pieve e Paesi, Marseille, Edition du C.N.R.S.

1984. Anthologie des expressions corses, Marseille, Rivages.

Gachon L., 1958. L'Auvergne et le Velay, Paris, Gallimard.

Karnoouh C., 1981. Le charivari ou l'hypothèse de la monogamie, in Le Goff J. et J.-C. Schmitt (ss la dir. de), Le charivari, Paris/La Haye, E.H.E.S.S./Mouton.

Ravis-Giordani G., 1983. Bergers corses. Les communautés villageoises du Niolu, Aix, Edisud.

Haut de page

Notes

1On entend par charivari l'ensemble des manifestations bruyantes et publiques conduites le plus souvent par la jeunesse et destinées à sanctionner les entorses faites à la règle commune : cocufiage, mariage de veuf...
2Bouillie de farine de châtaignes qui, jusqu'à une période récente, constituait l'ordinaire des paysans corses de l'intérieur.
3F. Ettori, dans son livre Anthologie des expressions corses (1984 : 164), fait remarquer que le propre d'une bonne maîtresse de maison est d'avoir, dès le matin, fait son lit et mis sa maison en ordre ; « un lit défait, à l'heure où le mari peut être au travail, autorise tous les soupçons » ; et il rappelle que les enfants de l'adultère sont appelés « fiddoli fatti di ghjornu », enfants faits de jour.
4Les Motti, Riposte e Burle del celebre Minutu Grossu, recueillis et transcrits en langue italienne, ont été publiés en 1866, à Paris, par Felice Matteo Marchi. Ce recueil a été réédité en 1978 par les Editions La Marge, à Ajaccio.
5De 1729 à 1769 se déroulent en Corse un ensemble complexe de révoltes, de mouvements sociaux et de péripéties diplomatiques et militaires où s'affrontent les Corses et la Sérénissime République de Gênes, puissance dominante dans l'île, sous des formes diverses, depuis le XIVe siècle. Dans ce conflit interviennent l'Empire d'Autriche-Hongrie, la France, l'Angleterre, l'Espagne, le Royaume de Piémont, en telle sorte que les affaires de Corse sont le théâtre d'un affrontement diplomatique et militaire européen. Des luttes d'influence entre familles de notables émerge, en 1755, la personnalité de Pascal Paoli, homme des Lumières, formé par l'illuminisme italien. De 1755 à 1769, avec le titre de Général de la Nation, il dirige une nation-État corse indépendante. L'œuvre administrative et politique de Paoli (organisation judiciaire, création d'une armée, d'une monnaie, d'une université, tentative de mise au pas des notables et des seigneurs féodaux du Sud), conduite au milieu des difficultés d'une guerre continue contre Gênes, constitue la première tentative d'érection d'une nation-État de type moderne qui inspirera à J.J. Rousseau un projet de Constitution pour la Corse. Cette période voit Gênes céder progressivement du terrain jusqu'à demander la protection de la France qui en profite pour intervenir à son profit ; en 1769 une armée de Louis XV écrase à Ponte Novu les milices de Pascal Paoli, qui est contraint de s'exiler ; la Corse est ainsi intégrée au Royaume de France ; des révoltes, durement réprimées, se poursuivent jusqu'en 1774.
6Le nom même de Grossu Minutu (littéralement Gros-Menu) ne « dit » rien puisque chacun des deux termes contredit et annule l'autre.
7Le marquis de Cursay fut l'envoyé du roi de France en Corse dans la période 1748-1752, et le commandant des troupes françaises lors de la deuxième intervention militaire de la France. Il essaya d'organiser dans l'île la présence française et d'y assurer son influence politique et culturelle tout en défendant les Corses contre Gênes. Tombé en disgrâce en 1752, il continua de s'intéresser aux affaires corses et de prodiguer aux patriotes corses et aux collaborateurs de Paoli, parmi lesquels il comptait des amis, ses conseils sur l'administration de l'île.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ravis-Giordani G., 1990, « La "casa" et la "piazza", ou la leçon de Grossu Minutu », Terrain, n° 15, pp. 41-48.

Référence électronique

Georges Ravis-Giordani, « La « casa » et la « piazza », ou la leçon de Grossu Minutu », Terrain [En ligne], 15 | octobre 1990, mis en ligne le 09 juillet 2007, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2981 ; DOI : 10.4000/terrain.2981

Haut de page

Auteur

Georges Ravis-Giordani

URA 1346 du CNRS - Centre d'études corses

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals