Navigation – Plan du site
Paraître en public

Des adieux de Marseille à « Adieu Marseille ! »

Les obsèques des échevins et maires de Marseille morts en exercice depuis le xviie siècle
Régis Bertrand
p. 65-76

Texte intégral

1La mort en exercice du titulaire d'une charge publique à durée limitée constitue un phénomène ordinairement inattendu, d'autant que cette fin prématurée d'une carrière est aussi rupture de l'exercice d'un pouvoir et que la vie privée se dégage mal alors d'une fonction exercée jusqu'au terme d'une vie mais non d'un mandat : le maire décédé est maire encore lors de ses obsèques, qui posent le problème de leur solennisation parfois improvisée1. De fait, la mort en fonctions d'un des premiers magistrats municipaux de Marseille a été au cours des trois derniers siècles événement d'une suffisante rareté pour retenir l'attention des chroniqueurs2, tout en constituant autant d'échantillons de pompes funèbres susceptibles d'une analyse comparative sur une durée pluriséculaire que seules les fonctions municipales d'une grande ville provinciale semblent pouvoir permettre. Les douze occurrences relevées entre le règne de Louis XIV et la Ve République constituent autant d'étapes dans la fixation, l'évolution, voire la réinvention d'un cérémonial dont une séquence essentielle, l'ambulation du cortège à travers les rues de la ville, sera plus particulièrement étudiée ici.

Naissance d'un cérémonial

2Avant le dernier tiers du xviie siècle néanmoins, les obsèques de l'un des consuls*3 mort en exercice ne semblent pas revêtir un apparat exceptionnel. Certes, les premier ou second consuls décédés en charge au cours des guerres de religion bénéficient d'obsèques fort discrètes à cause des circonstances de leur décès. Georges d'Ollières mourut pestiféré en août 1580. Louis de La Motte Dariès fut exécuté dans la nuit du 13 avril après l'échec de son complot ; Antoine de Lenche et Gaspard d'Albertas-Villecroze furent massacrés les 26 août 1588 et 29 octobre 1589 ; enfin Henri IV fit assassiner Charles de Cazault par son lieutenant Pierre de Libertat (Timon-David 1876, Baratier 1973). Restent deux cas significatifs : Etienne de Montolieu, nommé premier consul aux élections de l'automne 1534, ne paraît pas avoir terminé son mandat. La ville aurait fait porter à ses funérailles « douze flambeaux du poids de trois livres chaque armoyés aux armes du défunt ». La modestie de cette contribution a conduit l'érudit du siècle suivant qui rapporte ce détail à manifester une surprise anachronique (Ruffi 1696 : I, 325). Le temps des grandes obsèques n'est point sans doute encore venu et tel décès paraît ressenti par ses pairs comme accident frappant l'un des représentants d'une grande famille consulaire dont les membres ont porté et porteront encore le chaperon* : la « cire » offerte par la Ville est aux armes de ces oligarques. Près d'un siècle plus tard, le premier consul Honoré de Riquetti-Mirabeau décède le 29 octobre 1622, soit le lendemain de l'élection de son successeur (« le jour de la Saint-Simon », 28 octobre) mais avant la prestation de serment de ce dernier (« à la fête de la Toussaint »), le conseil de ville délibère « que seroit treuvé à propos et convenable suivant les coustumes de tout temps observées que la ville y fait face les funérailles et honneurs sur ce requises ». Il ne semble point exister encore de rituel arrêté en la circonstance, mais l'historien Antoine de Ruffi, qui en fut sans doute témoin, a consacré quelques lignes à ces obsèques : « La ville fournit trente-six flambeaux pour les funérailles. Les quatre capitaines* avec leurs officiers et les soldats d'équipage marchèrent en deuil. Le corps fut couvert de sa robe d'écarlate rouge avec sa toque de velours noir et l'épée au côté. Six consulaires* marchoient à côté de la bière et tenaient le poêle ; les consuls* venaient après en habit de deuil. Il fut enterré dans l'église de l'Observance qui fut tendue de noir, où le corps fut exposé sous une chapelle ardente » (Ruffi 1696 : I, 468).

3Ce récit laconique contient en germe les éléments essentiels du futur cérémonial : la marche devant le corps des quatre capitaines de quartier avec leurs compagnies, force placée sous l'autorité municipale et symbole de l'ordre qu'elle fait régner dans la cité, le port dans la bière découverte du cadavre revêtu des insignes de sa fonction et de son rang, le poêle, peut-être aux armes de la Ville, qui semble encore envelopper partiellement le défunt, la présence enfin du corps municipal autour et derrière la bière. Le nombre des flambeaux aurait triplé en trois générations, ce qui semble fort possible : quelques années plus tard, le premier registre du cérémonial de la Ville fournit les mesures prises en 1639, lors de la mort du capitaine de quartier* Ambroise Arène : les consuls ont envoyé « vingt-quatre flambeaulx de trois livres chacun ». Non moins intéressant est le souci, légèrement postérieur à la mort de Riquetti, de tenir registre des cérémonies organisées par la Ville en toutes occasions pour servir d'éventuelle référence. C'est pourquoi, lorsque « le seizième jour du mois de novembre mil six cens soixante-neuf, sur les quatre heures du matin, sieur Germain Dameric, second eschevin*, est dexcédé d'une défaillance de cœur », ses « funérailles et obsèques, faictes par mandement de Messieurs les Eschevins et l'agrément de Mgr le baron de Pilles gouverneur viguier* de ceste ville de Marseille avec grand cérémonie », vont être dans le même registre l'objet d'un long compte rendu, cependant qu'elles sont parallèlement décrites dans les registres du secrétariat de la Ville « par nous notaire royal et secrétaire de la communauté de la dicte ville, pour servir en pareil cas dinstruction à ladvenir ». Soit deux récits méticuleux qui fixent dans ses grandes lignes le rituel désormais suivi jusqu'à la fin de l'Ancien Régime en pareille circonstance ; les décès en exercice de Gaspard Sicard en 1674 et de Gaspard Ravelly en 1680 achèveront de le préciser.

« L'ordre des funérailles »

4Cependant que l'on apprête le corps du défunt en le revêtant « de la robe consulère, chaperon*, espée et la toque de vellours noir », les quatre capitaines de quartier* avec leurs officiers en deuil font « le convoi » à travers la ville, soit, si l'on en juge par le contexte, rendent le décès public au nom des échevins*. Le lendemain le cortège part de la maison du défunt selon l'ordre suivant :

51. la grande croix de l'église cathédrale, la « Major » ;
2. les quatre capitaines de quartier*, chacun à la tête de sa compagnie, avec leurs officiers, « portant la pique basse dont la pointe trênoit en arrière et les soldats portant leurs mosqués (mousquets) soubs le bras la bouche en bas, les tambours couvers de trelis noir et les fifres de rubans ou crespes faisant un song triste et lugubre, les enseignes pourtant leurs drapeaux pliés et tournés contre la terre chascun selon leur rang » ;
3. le héraut d'armes, « un homme habillé de fer et armé de touttes pièces pourtant un bouclier et suivy de trois vallets revestus de noir en casaque » ;
4. les intercesseurs religieux, soit la confrérie de pénitents* à laquelle le défunt appartenait ; les dix couvents de religieux mendiants avec leurs croix ; les quatre paroisses avec leurs croix et le corps de musique de la cathédrale ;
5. les porteurs de flambeaux : « treize hommes vêtus de noir » portant des « torches fournies par les parens du défunt » ; le corps des « censaux et corratiers » (courtiers), « ayant chacun un flambeau fourni à leurs frais », vingt-quatre hommes vêtus de noir « portant chacun un flambeau de trois livres, aux armes de la Ville, dans un écusson blanc » ; peuvent s'ajouter les flambeaux offerts par les hôpitaux dont le défunt avait été recteur ;
6. le trésorier de la ville « pourtant un carreau de velour noir entre ses mains sur lequel y avait une petite croix d'argent » ;
7. quatre consulaires* portant un drap de velours noir (le poêle) ;
8. le corps du défunt porté par les pénitents* ;
9. les luminaires des hôpitaux ;
10. les valets de ville en deuil et ceux du gouverneur-viguier* ;
11. le gouverneur-viguier, les échevins et l'assesseur* en chaperon* ;
12. les parents du défunt.

6Il s'agit bien, pour reprendre l'expression du rédacteur du cérémonial, d'une « procession funèbre », d'autant que le cortège fait un long détour à travers les rues de la cité et que les compagnies de quartier tirent des décharges de mousqueterie au moment où l'on enterre le corps, comme le signale le seul livre de raison marseillais qui ait été publié pour cette période, celui du bonnetier Jean-Louis Guey : « Le 29 septambre 1676 ont ensevely dans l'église Notre dame du mon Carmel M. Dammery conseul de cette ville, et lon fit faire le tour de la ville accompagné de 400 hommes en bravade*, le mosquet la bouche en bas, le drapeau traînant la terre, suivy de M. Depille et autre consul, chapelle ardante dans l'église » (Thénard 1881 : 11).

7Le soin extrême mis à enregistrer « l'ordre des funéraïlles observé à l'enterrement de Monsieur Dameric » est significatif : le premier échevin* meurt alors que la « ville rebelle » vient de se voir imposer par Louis XIV un nouveau règlement qui substitue au vieux titre de consul* celui, localement sans prestige, d'« échevin »* afin d'amoindrir la magistrature municipale ; le décès en charge de trois échevins en une dizaine d'années paraît bien l'occasion pour les nouveaux magistrats marseillais de proposer par l'ampleur et la pompe du cortège une image valorisante de leurs fonctions redéfinies par la royauté, souci qu'explicite une remarque du compte rendu des obsèques de Gaspard Sicard : « Il fut trouvé bon par mess(ieurs) les échevins de luy rendre les honneurs acoustumés et le fere ensevelir avec la pompe funèbre deue à sa qualité deschevin de Marseille (...) pour imprimer dans lesprit du peuple un respect pour ses magistrats de police et pour lhonneur de la ville. »

Un hommage à une fonction

8Les funérailles de l'échevin* mort en fonctions se situent en effet au sommet des hiérarchies funèbres de Marseille, à égalité avec celles du gouverneur-viguier*, le représentant du roi dans la ville et l'autre grand magistrat civil - ces dernières sont au reste organisées par les échevins. Certes, un Marseillais aisé pouvait obtenir contre rémunération la présence à ses obsèques des religieux mendiants ou des directeurs d'hôpitaux ; mais aux funérailles des échevins*, ces « accompagnateurs » attitrés sont conviés et non soldés et l'échevin mort en exercice a droit à la présence de participants qu'un simple particulier ne pourrait louer pour les siennes : les capitaines de quartier* avec leurs troupes, le héraut d'armes, les valets de ville4.

9L'enterrement du premier ou du second magistrat mort en exercice constitue donc un hommage rendu non à l'homme mais à la fonction qu'il exerça jusqu'à son dernier souffle et qu'il continue symboliquement d'exercer par la robe de damas et le chaperon* que porte son cadavre. La fixation du cérémonial et son augmentation entre la fin du xviie et les débuts du xviiie ne prennent nullement en compte d'éventuelles prescriptions testamentaires du défunt, à l'exception de l'élection de sépulture. La solennisation qu'exigent les obsèques du magistrat mort en fonctions prime apparemment sur le souhait d'une pompe volontairement simple que ce dernier aurait pu exprimer. Bien plus, le cortège ne cesse d'enfler au cours du xviiie siècle cependant que la seconde moitié du siècle est fortement marquée à Marseille par le déclin des pompes baroques et la nette tendance à la réduction du nombre des assistants au cortège. Cette déflation suffirait déjà à accentuer par contraste l'aspect exceptionnel que revêtent les funérailles des derniers échevins* morts en charge, qui tendent à prendre les apparences d'une tradition respectable, digne de l'apparat qui doit entourer les magistrats d'une des premières villes du royaume, mais dont l'aspect quelque peu désuet commence à être perçu par un regard ethnologique naissant, lorsque par exemple C.-F. Achard et J.-L. Laplane signalent à la veille de la Révolution que « le peuple » confond avec le « cavalier de Saint-Victor » le héraut d'armes qui a caracolé une dernière fois aux obsèques de Balthasar Napollon en 17875. Il est significatif que le scribe qui tient le registre du cérémonial recopie textuellement lors des obsèques d'Isnard Carraire en 1753 et de Noël-Justinien Rémusat en 1766 la description du cortège presque définitivement fixée par celles de Pierre Devoulx en 1748 ; si l'on excepte quelques ajouts que nous allons examiner, il se borne à n'y introduire que deux variables : l'adresse de la maison mortuaire et l'église où le défunt sera enterré, qui entraînent quelques ajustements de l'itinéraire du « tour de ville », lequel désormais « passe par toute la ville dans les rues où passe d'ordinaire la procession ». Ce dernier détail est révélateur : le rituel funèbre de l'échevin emprunte ses processus de solennisation spatiale et auditive (avec la « bravade »* et la musique) aux cérémonies cycliques ou exceptionnelles que sont les processions générales et l'entrée puis le départ d'un représentant d'une famille royale, qui offrent l'occasion des cortèges les plus fastueux et prestigieux.

10Le nombre des participants au cortège de l'échevin augmente entre le règne de Louis XV et celui de Louis XVI, par capitalisation de tous les éléments susceptibles de figurer aux obsèques d'un particulier ; or le « grand renfermement des pauvres » a conduit les recteurs de la Charité* puis de l'hôpital des enfants abandonnés à proposer l'assistance de leurs pensionnaires selon un tarif progressif qui n'est point appliqué aux échevins en pareil cas : l'ensemble de la « famille » de la Charité* - soit quelque quatre cents hommes et femmes - marche alors avec ses recteurs immédiatement après les compagnies de quartier ; le souci de spécialisation hospitalière qui a fait naître de nouveaux hôpitaux augmente ainsi le nombre des « bureaux » hospitaliers présents aux obsèques. En revanche, les courtiers n'y paraissent plus car ils sont après 1692 titulaires d'offices et leur nomination échappe au conseil de ville ; les pénitents* cessent de précéder et de porter le corps, parce que ces notables que sont les échevins* n'appartiennent plus guère apparemment à des casetos*6. Des sergents de ville portent désormais le corps et l'Hôtel-Dieu* a substitué aux pénitents encagoulés six « pleureurs » ayant « des voiles de crêpe sur le visage » qui entourent la bière.

11Le changement essentiel affecte la fin du cortège : les trois échevins* survivants donnent en effet leur droite aux proches parents du défunt et sitôt après le reste de la parenté marche : « un nombre considérable de négotians priés par M. les échevins de les accompagner » ; cette semi-ouverture du cortège à l'ensemble des notables, invités par des billets que les échevins leur ont fait porter, se devine pareillement dans les obsèques de simples particuliers où les « amis » du défunt tendent à apparaître aux côtés de la famille.

L'hommage d'une ville

12Faute du décès d'un maire en exercice pendant la Révolution, la mort soudaine de l'officier municipal Toussaint Pascal le 19 mars 1791 offre quelque idée du dernier avatar des pompes funèbres de la monarchie : si les religieux mendiants ont disparu du cortège comme le héraut d'armes et le trésorier portant le crucifix, la présence de la garde nationale, d'un détachement de l'armée de ligne, des « familles » de trois hôpitaux et des membres du club constitua sans doute le plus long défilé d'enterrement qu'ait connu le xviiie siècle marseillais et le seul jusqu'à nos jours où l'on ait traîné avant et après le corps « deux pièces de canon de campagne ». Mais la nouveauté réside dans les dernières phrases du compte rendu consigné sur le registre du cérémonial : « Un peuple immense bordait toutes les avenues et les rues où le convoi a passé, la consternation peinte sur tous les visages annonçait les regrets qu'excitait la perte d'un si digne magistrat. »

13Une notion nouvelle perle dans ces ultimes pages du cérémonial de la Ville : l'hommage rendu par la population au mérite de celui qui l'a dirigée jusqu'à ses dernières forces. Elle s'impose deux générations plus tard, aux obsèques de Balthazar Rouvière décédé en fonctions le 27 juin 1864 : « La ville presque toute entière assistait à cette triste cérémonie », est un peu voilée par les conflits politiques lors de celles de Charles-Augustin Rabatau en 1875 mais est affirmée d'autant plus nettement à la mort d'Emmanuel Allard en 1910 que ce dernier semble avoir joui d'une nette popularité et avait été l'arbitre d'un conseil municipal divisé : « l'émotion populaire » est soulignée par la presse7. Cette mutation profonde entraîne une première modification significative du cérémonial : le cortège funèbre ne partira plus désormais de la maison mortuaire mais de l'hôtel de ville où le cercueil du défunt aura été transféré le jour précédent et exposé dans une chapelle ardente à « la décoration riche et grandiose » devant laquelle la foule est admise à défiler.

14La manifestation de la gratitude publique à celui « qui s'est épuisé à la tâche » s'avère ainsi d'autant plus inflationnelle que ces trois « funérailles exceptionnelles » se situent dans la phase de « néo-baroquisation » des obsèques marseillaises et françaises8 de la seconde moitié du xixe siècle et se coulent aisément dans le modèle de l'« enterrement de première classe » de l'époque en additionnant selon les formules éprouvées d'Ancien Régime l'ensemble des « accompagnateurs traditionnels » religieux et hospitaliers ; mais sont également mobilisés, outre le personnel municipal, la plupart des fonctionnaires civils et militaires d'un chef-lieu départemental, soit « tout ce qui en la matière représente à Marseille l'autorité sous des formes diverses » et dont la bureaucratie ou les troupes vont défiler derrière leurs hiérarchies respectives. Les activités multiples de la ville et du port sont enfin évoquées par une multitude de délégations de sociétés de secours mutuel, d'amicales, d'associations professionnelles, portant parfois une bannière ou un poêle permettant leur identification, ou bien l'une des quelque vingt et une couronnes qui sont signalées aux obsèques d'Allard9. Si les congrégations religieuses ont évidemment disparu de ces dernières puisqu'elles sont alors interdites de France, le même souci de laïcité semble avoir exclu les consistoires protestant et israélite qui avaient figuré en 1875 dans le cortège de C.-A. Rabatau ; en revanche l'immigration italienne y apparaît discrètement par l'intermédiaire des délégations d'Unione e fratellenza et Pro ospedale, dotées de poêles. Le cortège démesurément étiré d'E. Allard - sans doute la plus ample cérémonie funéraire qu'ait connue Marseille - en vient ainsi à constituer le compendium de la société marseillaise. La « suite innombrable de (ses) concitoyens qui avait voulu payer à M. Rouvière le tribut d'un hommage funèbre » en marchant derrière le régiment de ligne qui marquait la fin du « cortège officiel » n'est plus mentionnée lors des funérailles suivantes, sans doute parce que ces micro-notables et ces personnalités de second choix figurent désormais à quelque titre dans le cortège, ou sont rejetés dans cette foule qui se presse le long du parcours derrière un cordon policier.

L'adieu de Marseille à son maire

15Les liens de la gratitude, peut-être du clientélisme, et la popularité induisent une nette personnalisation de l'hommage funèbre dont bénéficie en premier lieu la famille du défunt. C'est elle qui accueille à l'hôtel de ville, avec le conseil municipal, personnalités et délégations conviées aux obsèques ; elle marche désormais immédiatement après le corbillard, devançant la municipalité. Ainsi lors des obsèques de B. Rouvière : « On distinguait avec un intérêt sympathique autant que douloureux le jeune fils du défunt, soutenu par ses proches et présentant l'image vivante de ce deuil ressenti par la population entière, en même temps qu'il frappe si cruellement un cœur de tendre fils, ainsi qu'une fille et une veuve inconsolable. »

16C'est enfin à la famille que s'adressent les dernières phrases des discours prononcés au cimetière. Si le cortège a connu une mue de B. Napollon à B. Rouvière et de ce dernier à E. Allard en s'étoffant et se remaniant, l'éloge funèbre prononcé sur la tombe constitue l'innovation la plus nette du xixe siècle ; J.-L. Laplane avait été témoin lors des obsèques de B. Napollon en 1787 des balbutiements de l'étiquette dans cette séquence finale, qui se déroulait pour la première fois au cimetière, avec le départ prématuré du conseil et des notables que ne compensait pas le rituel rustique des capitaines de quartier faisant tirer deux décharges en l'air pendant l'inhumation et la dernière sur la fosse comblée. L'adieu prononcé avant que le cercueil disparaisse s'est diffusé à Marseille pendant les premières décennies du xixe siècle. Soit trois discours pour B. Rouvière et C.-A. Rabatau, ceux du préfet, du premier adjoint et d'un représentant de la profession du défunt, respectivement le président de la chambre des avoués et celui du Tribunal de commerce. Pour E. Allard, l'éloge funèbre commence dès le décès, qui coïncide avec une réunion du conseil municipal : le premier adjoint lève la séance « en signe de deuil » après un discours consigné sur le registre des délibérations qui assure que « cet administrateur intègre emporte nos regrets unanimes et ceux de la population marseillaise toute entière » ; quatre discours sont prononcés au cimetière, outre la lecture d'un télégramme.

17Le crescendo d'éloges qui accompagne désormais la mise au tombeau du maire défunt et qui est intégralement reproduit dans les journaux traduit d'abord, par contraste avec la direction collégiale d'Ancien Régime, le poids personnel du premier magistrat de la cité. « Son administration laissera les plus durables souvenirs et son nom restera attaché désormais à ces grandes et fécondes créations qui transforment Marseille » : cette phrase que le sénateur-préfet de Maupas prononce devant la tombe de Rouvière résume le premier leitmotiv de ces discours. Un second thème s'impose : celui de la carrière, à la fois professionnelle et politique du maire, étroitement liée à l'évocation de ses vertus. La haute valeur morale de B. Rouvière et C.-A. Rabatau est d'autant plus vantée que ces deux notables ont été nommés maires par le pouvoir en place. E. Allard était en revanche l'élu d'une majorité municipale et offrait l'image d'un homme d'origine modeste, devenu, grâce à un travail opiniâtre, propriétaire d'une petite entreprise d'imprimerie. Les discours appliquent donc à la sphère du politique les sentiments exprimés par la vox populi électrice : « Sur le parcours (...) parmi les conversations populaires, un hommage rendu à l'homme que l'on conduisait à sa dernière demeure, puis cette conclusion dans toutes les bouches : C'était un brave (sic) et honnête homme. Il n'est pas de plus court et de plus admirable hommage. Cette louange morale valait dans tout le peuple les harangues les mieux étudiées. »

Quand le maire refuse les honneurs funèbres

18Cette personnalisation croissante des obsèques atteint après la Première Guerre mondiale sa forme extrême dans le contraste qui oppose les funérailles de Siméon Flaissières et Gaston Defferre - en dépit d'une semblable origine géographique et religieuse (le protestantisme cévenol) et d'une commune appartenance à la gauche socialiste - dès lors que celles du premier se font selon les volontés du défunt et les secondes dans le souci de l'équipe municipale d'organiser avec l'aide de la veuve du maire une cérémonie d'exception qui parût conforme à ses vœux et fût le reflet de sa personnalité.

19Les dispositions testamentaires de S. Flaissières, décédé le 26 mars 1931, étaient caractérisées par le rejet explicite de la pompe funèbre d'E. Allard : « Aucun cortège ne doit accompagner la dépouille, aucune fleur, aucune couronne ne seront déposées sur le fourgon qui sera des plus ordinaires, aucun discours ne sera prononcé. Les restes du défunt seront portés directement au four crématoire, incinérés et les cendres en seront en toute simplicité déposées au carré des fosses communes parmi les humbles. »

20A vrai dire cette profession de foi antireligieuse et prolétarienne d'un maire politiquement marginalisé mais très populaire (Olivesi 1973) résolvait par avance les problèmes épineux qu'aurait posés toute tentative de reconstitution du rituel antérieur et l'on peut supposer que son refus des Églises, des armées et des partis provoqua la satisfaction des intéressés. Les obsèques de S. Flaissières furent néanmoins légèrement solennisées : le conseil municipal au complet et les chefs des services municipaux suivirent son fourgon dans une vingtaine d'automobiles ; la cérémonie du transport des cendres du four crématoire à la fosse commune donna lieu à travers le cimetière à « un véritable cortège », d'autant que l'Hôtel de Ville avait fait parvenir un communiqué à la presse pour en préciser l'heure. Les cendres du maire furent « jetées dans le fond de la fosse commune en exploitation », selon sa propre expression, à cette nuance près que le directeur des cimetières les fit mettre « en tête de fosse » : lorsque quelques décennies plus tard ce carré fut morcelé en concessions, cet emplacement aisément repérable ne fut pas loti et reçut des plantations florales. Quelques conversations avec des Marseillais âgés suggèrent qu'ils se sentirent moins frustrés de l'absence d'une cérémonie funèbre que d'un tombeau, bien que certains d'entre eux sachent encore repérer au cimetière « l'endroit où est Flaissières ».

L'adieu à Marseille de son maire

21S. Flaissières avait fait admettre que la volonté personnelle et les convictions de l'individu primaient sur les fonctions qu'il exerçait par le refus global du rituel auquel il avait droit. Les obsèques de G. Defferre le 12 mai 1986 achèvent de démontrer la disparition de tout rituel précédemment codifié. Il s'agit en effet, selon le titre d'un quotidien, repris ensuite par la revue municipale d'« une cérémonie comme on n'en avait jamais vu à Marseille »10. De fait, G. Defferre était une des figures historiques de la vie politique française depuis l'époque de la Résistance, et l'auteur des deux « lois Defferre ». La présence à ses obsèques du président de la République, d'un représentant du gouvernement, de plusieurs anciens ministres et de délégations étrangères comme l'importance des comptes rendus parus dans la presse parisienne donnent la mesure de cette carrière nationale qui faisait défaut à tous ses prédécesseurs.

22Les obsèques de G. Defferre sont aussi sans précédent, voire sans équivalent possible, parce que le propos de leur cérémonial n'est plus seulement de rendre hommage au disparu mais aussi de traduire son dernier message, soit sa propre représentation de la ville dont il était maire et de proposer ainsi une image de Marseille, par l'intermédiaire de la télévision qui retransmit sur la chaîne régionale l'intégralité de la cérémonie en direct. L'un des traits les plus nettement soulignés par le commentaire et l'image dans la presse écrite et audiovisuelle fut d'abord la « garde d'honneur » constituée par deux jeunes filles et six adolescents, que Le Monde présentait ainsi : « Huit jeunes socialistes de toutes les communautés de Marseille, arménienne, juive, arabe, noire, asiatique, et bien sûr provençale. J'ai cherché, a confié samedi, Mme Charles-Roux, ce qui pourrait le mieux symboliser le désir de paix de Gaston entre les communautés de la ville. Il l'a tant aimée. Comment priver ses funérailles de ce symbole ?11 »

23Non moins remarquée fut la cérémonie pluricultuelle qui eut lieu dans la cathédrale. « Je crois, disait encore Mme Defferre, que là encore la symbolique sera très claire, cela correspond également à la volonté d'ouverture et de tolérance, en l'occurrence religieuse, de Gaston Defferre (...) L'un après l'autre, l'un derrière l'autre, tout l'Occident et tout l'Orient, toutes les confessions, protestante, orthodoxe, arménienne, maronite, israélite, musulmane, s'exprimèrent ou prièrent.12 »

24Immédiatement avant les obsèques, les murs de la ville s'étaient couverts d'une affiche légendée « Adieu Marseille » et montrant G. Defferre tenant à bout de bras son célèbre chapeau - qu'un adolescent avait porté sur un coussin pendant la cérémonie. Par une inversion totale du rituel ancien des funérailles, c'est donc le maire, « passé sur l'autre rive », qui adressait un ultime adieu à ses concitoyens. La télévision imposait de surcroît une hiérarchie nouvelle aux séquences cérémonielles : discours et prières, précédemment prononcés sans micro au cimetière devant un public relativement réduit, étaient désormais retransmis en direct et constituaient l'essentiel de la cérémonie - aussi les éloges funèbres furent-ils prononcés sur l'esplanade de l'hôtel de ville où des estrades avaient été établies. En revanche, le cortège devenait pour les commentateurs un « temps mort » qu'il convenait de meubler par l'évocation de la biographie du défunt ou l'identification des personnalités sur les plans rapprochés ; au reste, il allait au plus court entre « la mairie et la Major », en présence d'une foule importante sans être considérable, l'essentiel de la population étant devant son récepteur. Enfin la retransmission télévisée cessa au sortir de la cathédrale et l'inhumation au cimetière Saint-Pierre se fit « dans l'intimité familiale ». Grâce à leurs magnétoscopes, nombre de Marseillais pourraient ultérieurement revoir les étapes de cette cérémonie unique qui avait valu à la population scolaire un jour de congé (la « journée du maire »...) et l'historien pourra confronter ces images à celle que la mémoire collective aura retenue.

De la magistrature à l'individualité

25Les obsèques d'un échevin mort en charge étaient sous l'Ancien Régime reprise rare et casuelle d'un rituel pour l'essentiel fixé au xviie siècle. Celles du maire décédé à la fin du xxe siècle sont invention d'un cérémonial en fonction d'une individualité. L'échevin était le représentant d'une élite sociale autorisée à diriger la ville par délégation royale ; son remplacement ne posait point problème puisqu'il suffisait de puiser par cooptation dans un vivier familial après avoir honoré ses funérailles de la pompe correspondant à la fonction. Celle de maire est en revanche à l'époque contemporaine le résultat d'un engagement volontariste dans la vie publique et de la sanction d'un suffrage. Etre échevin relève d'un cursus de notable, être maire d'une carrière politique. Le « peuple » qui assiste à la cérémonie est constitué par les administrés de l'échevin ; mais il s'agit aussi des électeurs du maire, dont une majorité l'a indirectement choisi par son vote, selon son mérite, sa valeur personnelle et ses options partisanes. Ce lien nouveau apparaît d'emblée avec l'instauration par la Constituante du suffrage censitaire lors des obsèques de Pascal en 1791. Ce rôle de président d'une assemblée élue contribue à la personnalisation croissante de la fonction de maire à l'époque contemporaine, dont la mort en exercice est d'autant mieux le révélateur qu'elle constitue la vacance imprévue de ce pouvoir. L'éloge funèbre du maire en exercice ne cesse dès lors de démontrer que ses actes, résultant de ses qualités et ses convictions, correspondaient bien aux virtualités qu'avaient su déceler en lui ses électeurs directs et indirects et justifient leurs regrets et leur gratitude. Le maire qui conçoit, exécute et inaugure les grands travaux d'urbanisme, qui embauche et rémunère le personnel municipal et gère les services publics est aussi le nouvel évergète des temps contemporains, autre fondement de sa popularité. La différence peut donc être considérable d'avec le décès à un âge avancé d'un ancien maire, retiré de la scène politique et parfois politiquement opposé à la majorité municipale en place.

26Les obsèques du premier magistrat sont aussi le reflet grossissant des pratiques funèbres de son temps, qu'elles surenchérissent sur les pompes baroques ou néo-baroques ou qu'elles s'en démarquent lorsque avec celles de B. Napollon l'anachronisme commence à gagner leur rituel ou quand S. Flaissières accentue par un refus global la contestation déjà perceptible d'un apparat hiérarchisé en « classes d'enterrements » - qui seront abolies à Marseille après la Seconde Guerre mondiale. Cette régression des cérémoniaux de mort qui marque la seconde moitié du xxe siècle connaît cependant l'exception - dans laquelle les obsèques de G. Defferre s'insèrent - de la mort soudaine, « avant l'âge » et la retraite, qui suscite par les initiatives émouvantes des proches et des amis la dramatisation de rituels banalisés13. Leur ampleur donne, dans le cas de G. Defferre, la mesure d'une carrière publique et d'une individualité hors du commun.

Haut de page

Bibliographie

Achard C.F., 1789. Tableau historique de Marseille et de ses dépendances..., Lausanne-Marseille.

Agulhon M., 1968. Pénitents et francs-maçons de l'ancienne Provence. Essai sur la sociabilité méridionale, Paris, Fayard.

Baratier E. (ss la dir. de), 1973. Histoire de Marseille, Toulouse, Privat.

Ben Amos A., 1984. Les funérailles de Victor Hugo. Apothéose de l'événement spectacle, in Nora P. (ss la dir. de), Les lieux de mémoire I. La République, Paris, Gallimard : 473-522.

Erlande-Brandenburg A., 1975. Le roi est mort. Etude sur les funérailles, les sépultures et les tombeaux des rois de France jusqu'à la fin du XIIIe siècle, Paris, Arts et métiers graphiques.

Giesey R.E., 1960. The Royal Funeral Ceremony in Renaissance France, Genève, trad. française, 1987, Le roi ne meurt jamais, Paris, Flammarion.

1987. Cérémonial et puissance souveraine. France, XVe-XVIIe siècles, Paris, A. Colin.

Laplane J.-L., 1989. Journal d'un Marseillais, 1789-1793, présenté par Fabre G. et Autheman V., Marseille, Editions Jeanne Laffitte.

Masson P. (ss la dir. de), 1913. Les Bouches-du-Rhône. Encyclopédie départementale, t. XI, Biographies, Marseille, Archives départementales.

Méry L. et M. Guindon, 1847. Histoire de la commune de Marseille, T. 7-8, Marseille, Boy.

Olivesi A., 1973. Siméon Flaissières, 1851-1931 in Marseille n° 93-94 : 62-64.

Ruffi A. de, 1696. Histoire de la ville de Marseille, Marseille.

Thénard J.-F., 1881. Mémoires ou livre de raison d'un bourgeois de Marseille, Paris, Maisonneuve.

Timon-David F., 1876. Notice sur les magistrats municipaux de Marseille morts en exercice de 1535 à 1787 avec leurs funérailles et leurs armoiries, in Revue de Marseille et de Provence : 57-76.

Vovelle M., 1973. Piété baroque et déchristianisation en Provence au XVIIIe siècle. Les attitudes devant la mort d'après les clauses des testaments, Paris, Plon.

1983. La mort et l'Occident de 1300 à nos jours, Paris, Gallimard.

Vovelle M. et R. Bertrand, 1983. La ville des morts. Essai sur l'imaginaire urbain contemporain d'après les cimetières provençaux, Marseille, CNRS.

Haut de page

Notes

1La mort en fonctions est de règle pour les rois de France sous l'Ancien Régime. Signalons pour leur intérêt méthodologique Erlande-Brandenburg 1975 et Giesey 1960-1987 et 1987 et à titre de comparaison Ben Amos 1984.
2J'ai utilisé deux sources narratives : les registres du cérémonial de la ville, tenus entre 1639 et 1791 (Archives communales de Marseille, AA 67 à 70 ; l'inventaire imprimé de la série AA par P. Mabilly, paru en 1907, me permettra de faire l'économie des références de ces textes) et pour l'époque contemporaine les articles parus dans la presse, essentiellement marseillaise. Les obsèques d'Ancien Régime ont fait l'objet de notices dans Méry et Guindon 1847 : passim et Timon-David 1876 avec de nombreux emprunts au cérémonial ; dans les deux cas la transcription paléographique est cependant souvent fautive.
3Les mots suivis d'un astérisque sont expliqués ci-après dans le glossaire.
4Sur les rituels d'Ancien Régime et leur évolution, Vovelle 1973.
5Laplane 1789 : 52-57 et Achard 1789 : 229-230 (article « convois funèbres ») ; ajoutons parmi les témoignages de Marseillais le Ms 1414 de la bibliothèque municipale de Marseille : « Lettre (anonyme) au sujet de la pompe funèbre de feu M. Pierre Devoulx... » : Le « cavalier de saint Victor » parcourait en armure la ville le 21 juillet lors de la procession générale en l'honneur du « martyr marseillais ». J.-L. Laplane observe qu'il ne portait pas le « sabre nu » comme le héraut d'armes mais la lance.
6Cette désertion des chapelles de pénitents par les notables au cours du XVIIIe siècle a naguère été mise en évidence par Agulhon 1968 et vérifiée dans le cas de Marseille par Vovelle 1973.
7J'ai utilisé La Gazette du Midi, Le Sémaphore de Marseille, ainsi que Le Petit Marseillais (créé en 1868) et Le Soleil du Midi (créé en 1885). Les archives communales semblent ne conserver que le dossier de l'enterrement de C.-A. Rabatau (7 K 29) en partie constitué de coupures de presse. Sur ces trois maires, notices biographiques dans Masson 1913.
8Voir sur ce point Vovelle 1983 : 6e partie.
9Les obsèques de ces trois maires enregistrent des mutations plus générales du rituel des funérailles marseillaises : ainsi le port « à visage découvert » est tombé en désuétude et a été interdit en 1838. Le cercueil est désormais fermé. Le luminaire a disparu des cortèges au profit des couronnes florales, accrochées au corbillard (qui a remplacé la bière « à bras » en 1844) ou portées par des assistants. Les poêles se sont enfin multipliés. Sur certains de ces aspects, Vovelle et Bertrand 1983.
10Le Provençal, 13 mai 1986, article de C. Vautravers repris dans Marseille, revue municipale, n° 144, juillet 1986. Le Provençal, fondé par Gaston Defferre, est la meilleure source pour le récit de la cérémonie et les discours. A signaler aussi au Centre de documentation du Provençal, l'important dossier d'archives photographiques retraçant la cérémonie. J'ai aussi utilisé Le Méridional, La Marseillaise et parmi les titres nationaux Le Monde, ainsi qu'un dossier de presse conservé aux Archives communales dans le fonds Defferre. Les obsèques de G. Defferre mériteraient une longue étude et je me bornerai ici à souligner leur originalité par rapport aux cérémonies précédentes.
11Citation, ainsi que la suivante, de l'article de P. Georges dans Le Monde du 14 mai 1986. Aucun journal ne fournit une liste cohérente et complète de ces « communautés ». Je n'ai pu obtenir de l'administration municipale des précisions sur ce point.
12Le journaliste avait précédemment cité une phrase de l'intervention du cardinal Etchegaray : le catholicisme fut également représenté par l'archevêque de Marseille, Mgr Coffy.
13Vovelle 1983 : dernière partie.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand R., 1990, « Des adieux de Marseille à "Adieu Marseille". Les obsèques des échevins et maires de Marseille morts en exercice depuis le XVIIe siècle », Terrain, n° 15, pp. 65-76.

Référence électronique

Régis Bertrand, « Des adieux de Marseille à « Adieu Marseille ! » », Terrain [En ligne], 15 | octobre 1990, mis en ligne le 09 juillet 2007, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2984 ; DOI : 10.4000/terrain.2984

Haut de page

Auteur

Régis Bertrand

Centre méridional d'Histoire - Université de Provence

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals