Navigation – Plan du site
Paraître en public

Petrograd 1918 : célébrer la Révolution

Boris Chichlo
p. 102-116

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Russie
Haut de page

Texte intégral

Traduit, du russe par Isabelle Longuet

1Au débt de 1918, parut à Pétrograd la traduction du livre de Julien Tiersot (1908) : Fêtes et chansons de la Révolution française, que la presse prolétarienne remarqua d'emblée en le citant abondamment : « Rien ne correspond mieux à l'état d'esprit du moment que l'organisation de fêtes pouvant attirer le peuple, le réunir en un endroit déterminé, puis le faire communier à une seule et même idée, de fixer cette idée au moyen de symboles concrets, de représentations extérieures capables à la fois de charmer son esprit et de toucher son cœur (...). Ces fêtes nationales (...) sont célébrées avant tout par des cortèges et des processions (...), des arcs de triomphe, des chars, des décorations symboliques ; enfin, ce sont des discours, des engagements à défendre la nation ou des serments de fidélité aux lois, le tout sur un fond de musique... »

2A Petrograd, cette année-là, les organisateurs des réjouissances prévues à l'occasion du 1er mai et de l'anniversaire de la Révolution d'Octobre, s'efforcèrent de copier littéralement tout ce qui avait pu se passer un siècle auparavant dans les rues de Paris. Ce qui fait dire à un historien soviétique contemporain : « C'est peut-être en Russie, justement, que l'idée de Robespierre sur l'immense rôle éducatif des fêtes populaires a trouvé son incarnation la plus complète » (Limonov 1989 : 379).

3Et effectivement, l'ampleur de ces premières festivités prolétariennes, qui continue, de nos jours encore, à impressionner les spécialistes soviétiques et étrangers, nous amène à réfléchir sur leur signification véritable. Celles-ci posent le problème du rapport tant entre le pouvoir et la liesse publique, qu'entre l'art et la foule aux moments cruciaux de l'histoire d'une société. Au-delà de la simple admiration que suscite le décor de ces fêtes, reproduit dans les ouvrages d'art, l'analyse de ces mêmes fêtes est riche d'enseignements, si on les replace dans le contexte qui fut le leur, notamment en référence aux idées bolcheviques et à l'esthétique des avant-gardistes.

4Deux réflexions capitales de Lénine, ce Robespierre russe comme on l'a parfois surnommé, nous révèlent que les premières fêtes soviétiques ont été conçues comme parties intégrantes du mouvement révolutionnaire et que rien, dans leur organisation, ne fut le fruit du hasard. Selon Lénine (1934), il n'existait pas dans la société soviétique d'institution ou d'organe capable, « mieux que le théâtre, de se substituer à la religion ». Par ailleurs, depuis qu'il avait lu l'ouvrage de Tomaso Campanella La Cité du Soleil, il était hanté par une idée qu'il exposa le 3 avril de cette même année à Lounatcharski (Fitzpatrick 1970), commissaire pour la Culture du premier gouvernement bolchevique : impressionné par la description des fresques à caractère didactique recouvrant les bâtiments de la célèbre cité utopique, Lénine lui avait fait part de sa conception d'une « propagande monumentale » visant à remplacer toutes les anciennes statues des gloires du tsarisme par de nouvelles, dédiées aux grandes figures révolutionnaires (à la tête desquelles il plaçait Robespierre) ; il lui demanda en outre un mot d'ordre approprié. En définitive, il arrêta son choix sur une pensée d'Ovide : « L'âge d'or viendra, les hommes vivront sans lois, ni châtiments, accomplissant de leur plein gré ce qui est bon et juste » (Heller et Nekhrich 1982 : 43).

5Or, vu le contexte du moment, ce choix peut paraître pour le moins inopportun. Première année d'une nouvelle ère révolutionnaire, 1918 ne présageait, en effet, rien de bon pour la Russie. Même Maxime Gorki, « l'écrivain prolétarien » par excellence, le pressentait. Dans un article plein d'amertume et de dérision qu'il publia le 1er janvier dans La Vie nouvelle, journal d'inspiration socialiste qu'il dirigeait, il constatait : « La révolution va s'approfondissant. La démagogie débridée de ceux qui travaillent à "approfondir" la révolution donne ses fruits, qui sont manifestement désastreux (...). La révolution va s'approfondissant à la gloire de ceux qui font du corps vivant du peuple ouvrier le champ de leurs propres expériences (...). Et c'est un spectacle vraiment affligeant que de voir s'exterminer et périr tragiquement les meilleures forces du pays, cependant qu'à travers les rues, des milliers de gens vont criant comme par dérision "Vive la paix !" » (Gorki 1975 : 115).

6Cette année-là, Petrograd, berceau de la Révolution, offrait, selon des témoignages de l'époque, un tableau des plus sinistres. Les rues obscures étaient dangereuses pour les passants : vols et agressions, dus à la famine et favorisés par l'absence de tout contrôle - l'ancienne justice et l'ancienne police avaient été abolies -, se multipliaient. La foule russe, exaspérée, trouvait un exutoire aux épreuves de la vie quotidienne en pillant les magasins de boissons alcoolisées, en ravageant les appartements luxueux des familles riches, en se vengeant sur le premier venu, avec un déchaînement digne des moments les plus violents de son histoire. « Nulle part on ne cogne aussi souvent et avec autant d'ardeur et de plaisir que chez nous en Russie », écrivait Gorki.

7Peut-on imaginer conjoncture plus défavorable à la célébration triomphale d'une grande fête ? Pourtant, comme on l'a vu, dès cette époque troublée, l'organisation de futures fêtes de masse était déjà à l'ordre du jour chez les bolcheviks. A condition qu'elles viennent remplacer celles déjà existantes. Le 20 janvier 1918, Lénine ratifia un décret du Conseil des commissaires du peuple sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat, en vertu duquel étaient abolis tous les rites accompagnant les actes de la vie publique et gouvernementale. Suivait, quatre jours plus tard, un autre décret annonçant l'instauration d'un nouveau calendrier calqué sur celui des pays de l'Europe de l'Ouest. Cette réforme ne signifiait pas simplement que, désormais, la Russie soviétique « devenait un pays comme tous les autres ». Elle voulait démontrer qu'en prenant treize jours d'avance, le nouvel Etat rompait résolument avec la tradition grégorienne orthodoxe, abolissant les anciennes fêtes religieuses et marquant le point de départ d'une nouvelle ère dans son histoire. Dès la fin de 1918, Lénine pensait à la création de six fêtes officielles1. Une vit le jour dès le printemps, d'inspiration totalement prolétarienne : comme en réaction au chaos de la vie quotidienne, aux appartements glaciaux et aux cuisines désespérément vides, elle déferla dans les rues à l'appel des artistes et des poètes, adhérents inconditionnels de la Révolution et qui, tel Alexandre Blok, exhortaient à en « écouter la musique ». L'avant-garde de tous ces esprits enthousiastes était constituée des futuristes qui, le 15 mars 1918, dans leur Gazette des Futuristes firent paraître leur « Décret n° 1 sur la démocratisation des arts » : « Camarades et citoyens, nous, chefs de file du futurisme russe (de l'art révolutionnaire de jeunesse) déclarons :

81. A partir d'aujourd'hui, avec l'abolition du régime tsariste, est supprimée l'existence de l'art dans les entrepôts et les hangars du génie humain : les palais, les galeries, les salons, les bibliothèques, les théâtres.

92. Au nom de la grande marche vers l'égalité de tous face à la culture, que le mot Libre de la personnalité créatrice soit noté aux carrefours des murs des maisons, des murs des palissades, des toits, des rues de nos villes et de nos villages, au dos des voitures, des équipages, des tramways, et sur les vêtements de tous les citoyens.

103. Que les tableaux (les couleurs) soient tendus de maison en maison, dans les rues et sur les places, en arcs-en-ciel de pierres précieuses, réjouissant, ennoblissant l'œil du passant (...). Que les rues soient une fête de l'art pour tous » (Andersen 1979 : 107).

Le Premier Mai

11La première occasion de « démocratiser l'art » fut donc fournie par le 1er mai qui, dans la nouvelle Russie soviétique, allait définitivement remplacer la fête de Pâques. Pour la circonstance, dès le printemps, les artistes engagés prirent possession des rues et des places de Petrograd - ville de la Révolution -, qui s'apprêtait donc pour la fête2. Les chaussées et trottoirs étaient balayés, des tribunes et des arches construites sur le passage du cortège ; les tombes des héros de la Révolution étaient nettoyées, les façades des immeubles et les entrées des bâtiments des soviets de quartier décorées.

12L'aménagement de la ville montre comment des principes artistiques souvent opposés furent combinés au service d'un même but. Toute la passion et l'audace débridée de l'art nouveau s'étalaient sur d'immenses pièces de tissus presque aussi grandes que les maisons : y oscillaient des formes humaines et des signes alphabétiques composant des appels concis et sonores : « Vive la Commune », « Défendons Petrograd ». Des panneaux cubistes, futuristes, cubo-futuristes, dissimulaient l'architecture impériale. Des lignes abruptes, des taches provocantes rayaient avec force les dignes assemblages de pierres des palais, dans une affirmation de conceptions esthétiques radicales jamais vues. A côté de ces époustouflantes novations, on pouvait rencontrer dans les rues voisines des décorations totalement différentes, travaux d'amateurs empreints d'une authenticité naïve. Dans ces ouvrages collectifs se mêlaient guirlandes de verdure, lampions électriques, drapeaux rouges, calicots couverts de slogans.

13A la différence des audacieuses compositions futuristes, beaucoup de ces naïves décorations murales dénotaient un attachement aux traditions simples du passé. Les slogans révolutionnaires étaient peints avec les mêmes caractères que ceux d'anciennes revues petites-bourgeoises et encadrés de motifs fleuris. Au-dessus de l'entrée des bâtiments officiels, des oriflammes, dont la composition rappelait celle des blasons des grandes familles, portaient l'inscription « le pouvoir aux soviets ». Au centre d'une de ces oriflammes, des motifs d'une symbolique nouvelle - variante inconnue du futur emblème du pays - marteaux, haches, fusils s'entrecroisaient à l'intérieur d'une roue dentée, l'ensemble signifiant bien sûr, pour son auteur, l'union des ouvriers, des paysans et des soldats. Sous le blason avait été rajoutée une toile d'inspiration vieillotte représentant, sur fond de paysage d'usine, une jeune fille aux cheveux bouclés et aux ailes déployées, la Liberté, qui levait une coupe et prononçait ces belles paroles : « Liberté, égalité, fraternité. Vive la Patrie. » Mais ces mots d'ordre d'un autre temps voisinaient avec ceux nés de l'époque nouvelle et acquéraient, par là même, un sens révolutionnaire concret.

14Au matin du 1er mai, les artères principales de la ville furent envahies par les colonnes de manifestants. Au-dessus des rangs serrés flottaient des bannières semblables à celles que l'on exhibait lors des grandes cérémonies religieuses ; mais leur surface écarlate était cette fois couverte de mots sacrés bien différents : « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous », « Vive la paix mondiale et démocratique », « Vive la révolution internationale du travail », « Vive la radieuse fête du 1er mai ».

15Prises au cours de cette matinée ensoleillée, des photographies aujourd'hui uniques nous montrent des manifestants arborant des mines sérieuses et contenues, comme pour mieux souligner leur unité et leur inébranlable détermination à sauvegarder les conquêtes de la Révolution. Peut-être est-ce par leur âge (soixante-dix ans) que ces images d'archives, tirées à partir de plaques de verre, nous impressionnent ? Mais ce n'est sans doute pas sans émotion non plus que le photographe a choisi de cadrer sur la perspective Nevski le magasin des Frères Elisseev, vestige de l'ancien régime, aux vitrines chargées de décors sculptés et aux stores fermés. Sous l'effigie de dieux antiques d'époque 1900 défilent les troupes en longues capotes militaires. Les visages des hommes reflètent calme, détermination et courage. Puis viennent les colonnes motorisées, la cavalerie, l'artillerie, les blindés. Ils portent aussi des banderoles : « Nous mourrons, mais nous ne livrerons pas Petrograd la rouge », « Camarades finlandais, tenez bon ; l'étoile du socialisme brille déjà », « Le spectre rouge du communisme descend dans la rue ». Dans les rangs des manifestants défilent des prisonniers de guerre portant des banderoles « Vive l'Internationale. Vive le pouvoir des soviets ». Des groupes costumés font sensation. Les employés du journal Krasnaia Gazeta, vêtus de costumes populaires russes, parcourent en camion les quartiers de la ville pour distribuer le numéro du 1er mai. Aux côtés des collaborateurs de la Pravda défilent ceux de la revue Krasnyï Diavol (Le diable rouge) que personnifie un homme habillé d'un costume de diable rouge médiéval. Le soir, sur la proposition de A. Lounatcharski, commissaire pour la Culture, fut donné le Requiem de Mozart. C'était au Palais d'hiver, où près de sept mille ouvriers et soldats, debout, tête nue, s'efforcèrent de ne rien perdre de la musique ni du cadre inhabituel. Lounatcharski remarqua « au premier rang, un petit garçon qui, se croyant à l'église, s'était agenouillé et resta ainsi une heure et demie durant ». Il est fort probable, d'ailleurs, que ce soir-là, dans la foule, chacun dut avoir véritablement l'impression d'assister à quelque nouvelle messe communiste.

16Les conditions de misère, de privations, de tension, qu'endurait Petrograd la rouge - cernée par les armées interventionnistes - empêchèrent de réaliser pleinement le rêve d'une célébration grandiose défiant l'imagination. Les journaux de Petrograd avaient annoncé la décision du Soviet d'augmenter la ration de pain, qui passa ainsi à 100 g par jour et par personne à l'occasion du 1er mai. On comprend que, dans ces conditions, le 1er mai 1918 n'ait pu surpasser « tout ce qui avait été fait jusqu'alors ». Cependant, enflammé par les événements d'Octobre, l'enthousiasme des organisateurs aspirait à déborder la réalité. Ces jours de mai 1918 virent la première tentative de faire sortir l'art des salons et des musées à la rencontre d'un nouveau public. Ce fut la première répétition et, d'emblée, la répétition générale de l'anniversaire d'Octobre.

Les fêtes d'Octobre

17A cette époque, la désagrégation du pays ne faisait que s'aggraver. Industrie et commerce connaissaient une totale désorganisation. A la campagne, les bolcheviks en étaient venus à des réquisitions forcées de blé. La guerre civile faisait rage. Le 17 juillet 1918, à Ekaterinbourg (Sverdlovsk), eut lieu le massacre du tsar et de toute sa famille. Le 30 août, à Petrograd, Fanny Kaplan, une socialiste-révolutionnaire, tentait d'assassiner Lénine, à la suite de quoi le Conseil des commissaires du peuple instaurait la « terreur rouge » et décidait d'appliquer le système des otages, répondant à chaque assassinat de bolcheviks par l'exécution en masse de citoyens, le plus souvent innocents. Voici le témoignage de Gorki : « A Petrograd, la faim a surgi et croît avec une force terrible. Presque chaque jour, dans les rues, on ramasse des gens tombés d'inanition : ici, c'est un charretier, là, un général-major ; ailleurs c'est un officier qui vendait des journaux qu'on a ramassé, ou encore une modiste. Mais il y a peut-être pis encore que la mort physique par sous-alimentation : il y a l'inanition spirituelle, que l'on observe de plus en plus (...). Petrograd meurt comme ville et comme centre de la vie spirituelle. Et, dans ce processus de dépérissement, on sent la terrible soumission au destin, l'attitude passive des Russes face à la vie » (Gorki 1975 : 198).

18Un mois plus tard, dès juillet 1918, les bolcheviks interdisaient la diffusion des Pensées intempestives du célèbre écrivain, et décidaient la fermeture de son journal ainsi que celle des autres organes d'opposition, qu'ils soient anarchistes, socialistes, populistes, sans parler des journaux de droite.

19Voici donc dans quelle conjoncture le gouvernement bolchevique s'apprêtait à commémorer le premier anniversaire de la révolution d'Octobre. Pour célébrer cet événement, qu'il considérait comme « sa » fête par excellence, il avait tout mis en œuvre. « Il n'est pas un atelier où les artistes n'aient œuvré pour la grande fête populaire », indiquait Jizn Iskousstva (La Vie de l'art) qui ajoutait : « Que traditionalistes et novateurs trouvent des formes inédites et démontrent que leur art est capable de revêtir dignement des idées et des sentiments gigantesques. » Dès le mois de juin, sur les instructions de Lounatcharski, le théâtre du Proletkult3 s'était attelé à la mise en scène d'un spectacle grandiose sur la prise de la Bastille.

20Le 28 septembre 1918, le bureau central chargé de l'organisation de l'anniversaire d'Octobre tint une grande réunion. De nombreux écrivains, peintres et artistes y participèrent et débattirent du choix d'un style à donner à la décoration de la ville. L'écrasante majorité affirma qu'il n'était nul besoin de proposer un style pour illustrer un moment qui avait lui-même ouvert une époque nouvelle pour la création, en détruisant les conceptions bourgeoises par l'éclat d'une révolution nouvelle.

21Malgré plusieurs publications récentes (Gray 1971, Agitatsionno 1971, German 1980, Tolstoï 1989, Tolstoï et al. 1990), il n'est pas possible, aujourd'hui, de reconstituer visuellement les décors qui furent réalisés dans la ville à cette occasion et mobilisèrent de nombreux artistes de talent. On se souvient seulement de quelques noms, qui donnent une idée de ce que devait être la ville en ce premier anniversaire d'Octobre : B. Koustodiev, M. Doboujinsky, N. Altman, B. Choukhaev, K. Petrov-Vodkine, I. Brodski, I. Pouni, D. Chterenberg, N. Tyrsa, B. Grigoriev, V. Lebedev, V. Mechkov - plus de 170 artistes de toutes tendances participèrent à la décoration. Des esquisses éparses, conservées dans des musées, qui avaient fait l'objet d'une exposition spéciale en 1918, donnent un aperçu de quelques-unes des créations. Leur réalisation ne fut pas toujours aisée et, comme nous l'avoua N.I. Altman en 1969, elle aboutit parfois à des résultats imprévus. Mais ce qui put l'être transfigura la ville automnale. « Aucun habitant n'avait encore vu un tel décor dans la capitale. Petersbourg, surtout le soir, semblait être une colossale exposition internationale, d'une taille et d'une richesse de décors inédites », remarquaient les journalistes.

22Dans les rues principales, flottaient de maison en maison des étendards portant l'emblème de la Révolution et du pouvoir soviétique, et d'immenses toiles ornées d'allégories mi-naïves, mi-romantiques et de représentations d'ouvriers, de paysans, de soldats, de matelots. Les façades des immeubles étaient garnies de forêts de drapeaux, de multitudes de mots d'ordre, de peintures à thèmes contemporains ou tirées de l'histoire russe souvent « encadrées de verdure » et visibles de loin. 335 000 mètres de tissu et plus de 60 000 mètres de guirlandes de verdure avaient été nécessaires pour décorer la ville. Rien que pour la place du Palais, dont on voulait transformer l'aspect bourgeois, N. Altman utilisa presque 15 000 mètres de toile ; 80 compositions et trois calicots furent fabriqués, d'après des projets du peintre Baumgarten, pour garnir le bâtiment du commissariat aux Transports. De quoi émerveiller le prolétariat de Petrograd ; pendant des journées entières des grappes de gens se massaient au pied des fresques pour les regarder et partager leurs impressions. De toutes les initiatives artistiques, la presse ouvrière signalait surtout les scènes de genre d'inspiration contemporaine accompagnées de commentaires ; c'étaient visiblement les plus proches et les plus accessibles aux goûts et aux sentiments de la majorité. Le journal God Proletarskoï Revolioutsii (L'année de la Révolution prolétarienne) écrit : « Une affiche a particulièrement attiré l'attention du public : on y voit un paysan en chemise rouge dansant sur les restes du capitalisme en ruine. Un bourgeois typique, en haut-de-forme, s'efforce d'éteindre l'incendie général à l'aide d'un malheureux arrosoir. Et cette légende, qui provoque des rires de connivence : "Nous attisons l'incendie mondial au grand dam des bourgeois". »

23La façade du musée de l'Agriculture, sur la place Saint-Isaac, était recouverte d'une fresque représentant un arbre fruitier avec cette inscription : « Seuls les travailleurs ont le droit de jouir des biens culturels ; pas les parasites. » Dans le quartier de Vyborg, c'est la gare de Finlande qui concentrait les décors : elle était enveloppée de branches de sapins et entourée de pierres. Quatre panneaux réalisés par le peintre Simakov en couvraient le mur extérieur : l'« Esclavage », la « Lutte », la « Victoire », la « Liberté ». Tout à côté, près de la cantine populaire, était accrochée une immense banderole avec ces mots : « Qui ne travaille pas ne mange pas. »

24Un nombre impressionnant de banderoles, calicots, affiches et autres décorations recouvraient les bâtiments entourant la place Znamenskaia. L'une des fresques, intitulée « Les douze mois de la Révolution », représentait un chariot emporté au galop ; une autre un paysan fraternisant avec un ouvrier et ces mots : « Les trônes chancellent et s'écroulent. » La tour de la gare Nikolaievski, décorée par V. Baranov-Rassiné, était au centre du dispositif et lui donnait son sens. Autour du cadran horaire, on pouvait lire cette inscription fleurie : « Nouvelle ère : An II » ; plus bas, des guirlandes électriques s'allumaient dans la nuit formant ces mots : « Vive la IIe Internationale ! ». Au-dessous, un artiste avait représenté le symbole de cette organisation : deux atlantes rouges serrant une chaîne entre leurs dents et portant un globe terrestre. Près de la gare, des toiles écarlates garnies d'appels révolutionnaires étaient tendues entre les réverbères, et sur la place même avait été érigée une étonnante construction géométrique faite de panneaux légers, sur laquelle on avait peint ces maximes : « Le but de la science est de servir l'homme. L'art est un des moyens d'unir les hommes... L'art peut mourir, mais il ne peut pas vivre en esclave devant la richesse et bafouer la pauvreté », etc. Le monument d'Alexandre III avait ainsi été dissimulé. Toutes les « idoles » tsaristes avaient disparu pendant la célébration. Même le Cavalier de bronze avait été drapé d'une étoffe andrinople rouge et les passants l'appelaient gaiement « Pierre le rouge ».

25Le 6 novembre à minuit, on tira de la forteresse Pierre-et-Paul, une salve de vingt-cinq coups de canon destinée à commémorer le jour de la Révolution selon l'ancien calendrier (25 octobre) et à marquer le début des festivités. Le matin suivant, sept salves rappelèrent que désormais la commémoration se ferait le 7 novembre en vertu du nouveau calendrier. Des messagers quittèrent la place du Travail à bord de camions pour appeler, au son de trompettes, à former des cortèges dans tous les quartiers. Depuis des véhicules étaient diffusés tracts, littérature politique, affiches, numéros spéciaux du Journal rouge, entièrement imprimé en rouge pour la circonstance. Des extraits de journaux étaient placardés sur les murs au milieu d'affiches, en taches écarlates : « D'un coup formidable, le travail a détruit les chaînes honteuses du servage. D'esclave, il est devenu maître. Il a quitté les masures pour un palais magnifique et l'a illuminé de feux multicolores... Le travail, vainqueur, descend dans la rue. »

26Arrivant de toutes les extrémités de la ville sur des parcours déterminés à l'avance, les cortèges convergèrent vers le centre de la ville. Aux détachements de soldats, matelots et aviateurs, succédaient des groupes d'ouvriers, d'enfants, de femmes, et même des pompiers avec leur équipement et leurs casques de métal ; participaient aussi au défilé 15 000 délégués qui venaient de clôturer le « congrès des comités de paysans pauvres ». Les colonnes humaines se faisaient plus serrées et plus graves à l'approche du champ de Mars. On y arrivait par la rue Sadovaia en passant sous un « arc de l'Armée rouge » construit d'après le projet de l'architecte Bikché. Sur le champ de Mars même, l'architecte L. Roudnev avait également érigé un arc en bois, encadré par des « frises » où figurait, composée de silhouettes grossières, « La marche des affligés ». Au milieu de ce monument s'élevait un obélisque provisoire. Les manifestants approchaient de la place au son de la Marche funèbre de Chopin. Chaque quartier déléguait deux personnes qui, portant un étendard, prêtaient serment à la Révolution d'Octobre. Elles montaient sur une tribune où avait été placée une enclume. L'une d'elles la frappait avec un marteau pendant que l'autre accrochait le drapeau du quartier. Un orchestre accompagné d'un chœur jouait L'Internationale.

27Tous les participants n'eurent pas la possibilité d'assister à l'inauguration du monument à la mémoire de Karl Marx. Bien après celle-ci, les colonnes chamarrées continuèrent de défiler et les ouvriers d'exprimer leur respect et leur reconnaissance envers le chef des prolétaires de tous les pays. Voici ce qu'écrivait God Proletarskoï Revolioutsii (L'année de la Révolution prolétarienne) (n° 3, 1918) à propos de ces événements : « Smolny4 était au cœur des cérémonies de ce premier jour. C'est là que convergeaient les larges vagues de manifestants. Les colonnes se succédaient et à tout instant, les rues résonnaient du chant de L'Internationale.

28« Les étendards de certaines organisations étaient particulièrement réussis, notamment celui de l'Arsenal. A la tête du cortège des ouvriers de l'Arsenal, deux grands chevaux tiraient un énorme char romain blanc et or, couvert de fleurs naturelles ; sur le char se trouvait non pas un guerrier en armes, mais une statue de jeune femme vêtue d'une tunique blanche. Dans ses mains, des rameaux de laurier et au-dessus de sa tête, une banderole rouge vif aux lettres d'or : "Paix dans le monde entier". Un autre char suivait, garni de tissu rouge et de ramures de sapin, qui portait l'emblème de l'usine magnifiquement exécuté : une enclume de fonte, un marteau et des pinces. »

29Quelques vers malhabiles d'un poète du Proletkult, nous décrivent ce cortège de manifestants paré d'étonnants décors allégoriques, et défilant sous le regard des héros chers au peuple et dont les portraits couvraient les façades des immeubles : « Invisibles dans les rangs/marchent Stenka Razine et le fier Spartacus,/ le communard français et le Polonais, morts dans des luttes sanglantes/. La liberté les conduit vers le terrible combat final. »

30Le 8 novembre fut inauguré le palais des travailleurs. A nouveau défilèrent des vagues tumultueuses de manifestants, avec banderoles, calicots, étendards et toutes sortes de décorations. Cette fois, les cortèges, constitués par les syndicats, se rejoignirent sur la place du Travail. Lounatcharski, juché sur une tribune improvisée (le toit d'un arrêt de tramway tendu de tissu rouge), prononça un discours. Puis le chœur du Proletkult entonna L'Internationale. Une énorme sculpture de plâtre apparut alors sous un drap rouge ; elle représentait un ouvrier vêtu d'un tablier et portant un marteau. C'était le « Grand Métallo », réalisé par le sculpteur académique M. Blokh. Après l'inauguration du monument et du palais, un cortège se reforma, conduit par des pompiers tenant des flambeaux.

31Le troisième jour des cérémonies d'Octobre fut consacré aux enfants des ouvriers de Petrograd. Près de 50 000 jeunes prolétaires défilèrent jusqu'à la place du Palais d'hiver. En tête marchaient des petites filles portant des coiffes en forme de coquelicots et chargées de chrysanthèmes blancs. Ailleurs, elles étaient coiffées de foulards rouge vif et tenaient des drapeaux multicolores. Les jeunes manifestants étaient attendus près du Palais d'hiver par un orchestre militaire qui les accompagna pour chanter L'Internationale et La Marseillaise. Puis les enfants se réunirent près de la colonne d'Alexandre, dont la verticale majestueuse était « cassée » par les lignes avant-gardistes d'une tribune, conçue par N. Altman. De là, on pouvait voir tous les panneaux et drapeaux portés par les manifestants. Une banderole représentant un petit paysan tenant la main d'un petit citadin proclamait : « Vive l'enseignement gratuit pour tous ! ». De nombreux calicots reproduisaient des phrases telles que « Vive les combattants de la Révolution ! » ; « Semez la raison, le bien, l'éternité » ; « Qui apprend travaille » ; « Nous sommes les messagers de l'"Age d'or" » ; « Ce que vous faites marquera les jeunes générations », etc. Lounatcharski prononça un discours devant les enfants, puis il passa au milieu des manifestants enthousiastes qui l'acclamaient, en leur faisant des signes d'amitié. Au Palais d'hiver, on leur distribua des pommes et des brioches, puis ils assistèrent à un film et à un concert. Précédés d'un groupe costumé, les enfants défilèrent de la place du Palais à la place de l'Insurrection en empruntant la perspective Nevsky ; puis ils regagnèrent écoles, foyers et clubs dans des tramways décorés.

32Ces journées permirent aux ouvriers d'accéder à de nombreuses formes d'art. Petrograd s'était transformée pour un temps en une immense scène. Tous les spectacles présentés les 7 et 8 novembre étaient gratuits ; on pouvait se procurer des billets auprès des députés des soviets. Pour la première fois, les ouvriers purent pénétrer dans les grands théâtres de la ville. Les spectacles produits étaient dans le ton du moment. Le théâtre national Marinski présentait Boris Godounov avec Fedor Chaliapine. Au théâtre national Alexandrinski passait Guillaume Tell de Shakespeare ainsi que la pièce de P. Gneditch Les Serfs. Le théâtre de la Perspective Liteiny donnait Les Bas-Fonds de M. Gorki. Dans les locaux du Drame musical, V. Meyerhold avait mis en scène Misteria-Bouffe de V. Maïakovski, dans des décors de K. Malevitch. Mais le succès le plus grand fut remporté par le drame de Romain Rolland, Le Quatorze-Juillet, mis en scène au théâtre du Proletkult, sous le titre de La Prise de la Bastille. Alexandre Mgebrov, directeur du théâtre, avait trouvé ce titre plus approprié et plus évocateur pour les prolétaires de Petrograd à qui la date du 14 juillet n'évoquait absolument rien. Les 150 acteurs, mi-amateurs, mi-professionnels, jouèrent la pièce avec une telle fougue et surent si bien enflammer le public, qu'à la fin du spectacle, la barrière séparant acteurs et spectateurs s'écroula et que tout le monde se mit à fêter collectivement la Révolution. La représentation tourna au meeting au cours duquel un soldat de l'Armée rouge proposa que le gouvernement de la Russie soviétique « décerne à Romain Rolland une médaille militaire parce que les héros de sa pièce avaient aidé l'Armée rouge à défendre victorieusement la cause de la Révolution en Russie » (Limonov 1989 : 451-452).

33Il n'est pas fortuit que ce témoignage d'une fusion entre la scène et la rue, d'une identification spontanée entre acteurs et spectateurs - conditions sine qua non d'une authentique fête populaire - concerne précisément un spectacle du Proletkult. Que ce soit le thème rappelant à tous les événement récemment vécus, la finale didactique, simple et optimiste, ou la mise en scène de Mgebrov, probablement volontairement épurée pour rendre la pièce plus accessible, tout contribuait à conquérir la foule. De plus, l'œuvre tenait à la fois du meeting et de la manifestation, seules formes rituels propres à la récente culture festive du prolétariat urbain. Enfin, le choix des acteurs, pour la plupart simples ouvriers d'usine, encouragea définitivement la foule à mêler le théâtre et la vie.

34Inversement, la rencontre entre le prolétariat et les formes hautement professionnelles sous lesquelles s'exprima l'art visuel cette année-là, obtint un résultat totalement différent. Et nombreux furent les spécialistes à ressentir ce décalage : « Lorsqu'en 1918, les travailleurs (...) reçurent la possibilité de marquer de leur empreinte l'aspect extérieur de Petrograd, ils choisirent de s'exprimer au moyen d'une manifestation, grandiose mais austère, et au moyen de meetings sévères et rigides (...). Un groupe d'artistes professionnels, enthousiasmé par l'ampleur de la Révolution, essaya de conférer à cette ville un air de fête. Cette tentative, dont le caractère ambitieux reflétait l'exaltation des participants, doit s'inscrire dans le cours de l'histoire, en dépit de tout ce qu'elle put avoir d'étrange et d'incompréhensible. Les manifestants étaient étrangers à tous ces événements, et incapables d'en saisir la portée (...). Dès 1918 s'est produite la scission entre l'art et la vie » (Mazaev 1978 : 284).

35Ce décalage se produisit également à Moscou, comme le remarque un observateur : « Les masses populaires prirent une part directe aux fêtes tant qu'il s'agissait d'organiser le cortège triomphal. En revanche, les soirs des 6 et 7 novembre, la foule parcourant les rues (...) donnait une impression de retenue (...). Les spectateurs restèrent spectateurs, la foule ne chanta ni ne dansa, elle ne joua pas non plus, comme c'est la coutume lors des fêtes. » Il est difficile de suivre Lounatcharski, qui considérait que cette passivité venait de ce que les Russes du début du xxe siècle n'avaient ni les talents, ni le tempérament des révolutionnaires français de la fin du xviiie siècle (ibid. : 290). Lounatcharski aurait voulu assister à de vraies fêtes populaires, sur le modèle des fêtes traditionnelles de campagne ; or, celles de 1918, dédiées à la seule classe prolétaire et organisées par des chefs politiques sur un fond de haine civique, étaient en contradiction totale avec l'idée même de fête populaire.

36De plus, du point de vue anthropologique, le prolétariat russe était un conglomérat hétéroclite de représentants des différents groupes ethniques de l'Empire, paysans hier nourris de tradition orale, mais depuis peu coupés de leurs racines campagnardes et plongés dans le milieu urbain, totalement imprégné par la « raison graphique » (Goody 1979), c'est-à-dire le passage à l'écrit, de l'idéologie révolutionnaire. Les exégètes de cette idéologie, pénétrés de mépris envers ce que Marx, repris par Lénine, appelait l'« idiotie de la vie campagnarde », ne pouvaient bien sûr pas comprendre les problèmes anthropologiques liés aux fêtes populaires.

37A l'inverse, les artistes, principalement les futuristes, enfants de la civilisation urbaine, chantres de la technique, cosmopolites, adversaires du folklore et des traditions, représentaient déjà une sorte d'« ethnie » du futur, désireuse de vivre dans un milieu culturel utopique qu'elle s'efforça de créer, en 1918, exclusivement pour elle-même. Persuadée d'être le centre de l'univers, elle était totalement intolérante vis-à-vis d'autrui. Ses membres ne supportaient pas « les arches de bois, les guirlandes, les lampions électriques ou simplement colorés » qui « leur rappelaient les anciennes fêtes de l'époque tsariste » et tout ce « qui, par le passé, avait été l'œuvre de la classe bourgeoise du monde entier ». Et pourtant, ces décorations étaient peut-être ce qui correspondait le mieux au goût du prolétariat.

38La revue Iskousstvo Kommouny (L'art de la Commune), (n° 1, 1918) proclamait : « Abattre, détruire, faire disparaître de la surface du globe les formes artistiques anciennes - voilà le rêve de tout nouvel artiste, de tout artiste prolétarien, de tout homme nouveau ! » Dans leur volonté destructrice, les futuristes et les bolcheviks se retrouvaient au coude à coude, frères d'armes dans un seul et même combat. Les uns comme les autres souhaitaient ériger sur les ruines du passé la « Grande Utopie ». Mais alors que les artistes, tel Vassili Kandinski, avaient dans l'idée de créer un « édifice universel des arts » (Kandinski 1919 : 122-125) les bolcheviks, eux, prévoyaient d'installer tous les êtres humains ayant survécu à l'embrasement révolutionnaire, dans une « maison commune » semblable à celle imaginée par Campanella. D'autre part, si les futuristes exigeaient une totale « séparation de l'art et de l'Etat » et une complète liberté de création, les bolcheviks, d'entrée de jeu, misèrent sur l'« immense rôle éducatif » de l'art. Sur ce point, précisément, leurs voies respectives n'allaient pas tarder à diverger, mais en 1918, les bolcheviks avaient encore besoin de l'art pour démontrer au prolétariat qu'il était possible de transformer leurs masures misérables en magnifiques palais pour le peuple.

39Il est surprenant de constater de quelle liberté et de quels moyens l'art put bénéficier à cette époque, alors que dans l'ensemble, les citoyens étaient privés de nombreux droits civiques les plus élémentaires. Ce sont cette liberté et ces moyens exceptionnels, octroyés par le nouveau pouvoir, qui permirent de monter de telles festivités qui furent avant tout celles de l'Art et des artistes. Mais ceux-ci étaient loin de réaliser que la « séparation de l'art et de l'Etat » si désirée, était impossible dans le nouveau contexte politique. Lénine, bien décidé à remplacer la religion par l'art, était, au contraire, déterminé à mettre celui-ci au service de l'Etat, et même les artistes les plus désireux d'autonomie s'étaient déjà engagés, sans s'en rendre compte, sur la voie d'une nouvelle servitude. Un an après tous ces événements, le pouvoir devait reléguer au second plan l'art visuel et mettre davantage l'accent sur le théâtre, considéré comme un bien meilleur instrument de propagande idéologique (Rakitina 1988 : 159-177). A l'avenir, toutes les fêtes soviétiques allaient se dérouler selon le scénario défini dès 1918, mais les rôles respectifs du décorateur, du musicien et de la foule seraient strictement fixés à l'avance, pour toutes les villes de l'URSS. Il suffit, pour s'en convaincre, d'observer ces milliers de kilomètres de sourires saluant les personnalités officielles, ou encore les tonnes de dossiers judiciaires condamnant les artistes insuffisamment empressés à servir la « classe progressiste », et ce au péril de leur art ou de leur vie.

40Parmi ces artistes, se dressera dès 1918 la figure d'Ossip Mandelstam, contemplant en visionnaire ces premières manifestations de masse qui lui inspirèrent les vers suivants :

« Célébrons, frères, le crépuscule de la liberté,
La grande année crépusculaire.
Dans les eaux bouillonnantes de la nuit
Est plongée la pesante forêt de pièges.
Tu te lèves sur de ténébreuses années,
Ô soleil, juge, peuple ! »
(Mandelstam 1918 : 98).

41Il faudra attendre le 1er mai 1990 pour que les rapports entre le peuple, l'art, le pouvoir, la religion et la vie apparaissent sous un nouveau jour, et que tous ces éléments redéfinissent leur place respective dans l'ordonnance de la fête. Ce jour-là Gorbatchev et les membres de son gouvernement, du haut du mausolée de Lénine, auront eu la stupéfaction de voir arriver des groupes de manifestants non programmés. Et sur la place Rouge, depuis si longtemps habituée aux seuls portraits des « fils fidèles du marxisme-léninisme » et aux flots de drapeaux et de banderoles écarlates, ils auront vu s'avancer les étendards noirs des anarchistes, voisinant avec les portraits du tsar et un immense crucifix. Ils auront entendu la foule, surexcitée par le sentiment de sa liberté toute nouvelle, mêler ses protestations aux manifestations de liesse. Et en l'absence des gigantesques décorations, habituellement commandées par le gouvernement et exécutées dans les ateliers de l'Union des artistes, l'architecture de la place Rouge, splendide dans sa simplicité, aura souligné encore davantage la rupture avec les mises en scène figées des célébrations qui se sont succédé depuis plus de cinquante ans.

Haut de page

Bibliographie

Agitatsionno-massovoe iskousstvo pervykh let Oktiabria. Materialy i issledovaniia (L'art de propagande de masse, les premières années après la Révolution d'Octobre. Documents et recherches), 1971, Moscou, Iskusstvo.

Andersen T. (ss la dir. de), 1979. Art et poésie russes 1900-1930, Paris, centre Georges-Pompidou.

Fitzpatrick S., 1970. The Commissariat of Enlightenment. Soviet Organisation of Education and the Arts under Lunacharsky. Octobre 1917-1921, Cambridge, University Press.

German M. (ss la dir. de), 1980. Serdtsem slouchaia revolioutsiiou. Iskousstvo pervykh let Oktiabria (En écoutant la Révolution avec le cœur. L'art, les premières années après la Révolution d'Octobre), Leningrad, Avrora.

Gray C., 1971. The russian experiment in art, 1863-1922, Londres, Thames and Hudson.

God Proletarskoï Revolioutsii (L'année de la Révolution prolétarienne), n° 3, 1918, Petrograd.

Goody J., 1979. La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, trad. et présent. de Bazin J. et A. Bensa, Paris, Ed. de Minuit.

Gorki M., 1917-1918, Nesvoevremennye mysli (Pensées intempestives 1917-1918), 1975, Lausanne, L'Age d'homme.

Heller M. et A. Nekhrich, 1982. L'utopie au pouvoir. Histoire de l'URSS de 1917 à nos jours, trad. du russe par Berelowitch W., Paris, Calmann-Lévy.

Iskousstvo Kommouny (L'art de la Commune), n° 1, 1918, Petrograd.

Iounyï Proletariï (Jeune Prolétaire), n° 4, 1918, Petrograd.

Kandinski V., 1919. A propos de la grande utopie, in Khudojestvennaïa jizn, n° 3 (La Vie artistique), cité par Andersen T., 1979.

Lenin i isskousstvo (Lénine et l'art), 1934, Leningrad.

Limonov Y., 1989. Les manifestations populaires de 1789-1793 en France, et les grandioses festivités de 1917-1920 en Russie soviétique, in Narodnitchski N. (ss la dir. de), La Révolution française et la Russie, Paris Moscou, Librairie du Globe, Ed. du Regard.

Mandelstam O., 1918. Le crépuscule de la liberté, in Znamia Truda (Le Drapeau de l'effort), cité par Andersen T., 1979.

Mazaev A.-I., 1978. Prazdnik kak sotsialno-khudojestvennoe iavlenie. Opyt istoriko-teoretitcheskogo issledovania (La fête en tant que phénomène social et artistique. Essai d'étude historique et théorique), Moscou, Ed. Nauka.

Mele G., 1989. Théorie et organisation des pratiques culturelles à l'époque du Proletkult, in Ferro M. et Fitzpatrick S. (ss. la dir. de), Culture et Révolution, Paris, EHESS.

Rakitina E., 1988. Le théâtre après la Révolution : instrument de propagande, in Fauchereau S. (ss la dir. de), Moscou 1900-1930, Paris, Ed. du Seuil.

Scherrer J., 1989. Pour l'hégémonie culturelle du prolétariat : aux origines historiques du concept et de la vision de la culture prolétarienne, in Ferro M. et Fitzpatrick S. (ss la dir. de), Culture et Révolution, Paris, EHESS.

Tiersot J., 1908. Les fêtes et chants de la Révolution française, Paris, Hachette, cité dans Izvestija Petrogradskogo soveta, n° 38, 3 mai 1918.

Tolstoï V., 1989. Art décoratif soviétique 1917-1930, Paris, Ed. du Regard.

Tolstoï V., Bibikova I. et C. Cooke, 1990. Street Art of the Revolution, London, Thames and Hudson.

Haut de page

Notes

1Le décret du Soviet des commissaires du peuple en date du 2 décembre 1918 instituait les nouvelles fêtes suivantes : le 1er janvier : Nouvel An ; le 22 janvier : commémoration du massacre de la manifestation de janvier 1905 ; le 12 mars : jour de la chute de l'autocratie ; le 18 mars : fête de la Commune de Paris ; le 1er mai : jour de l'Internationale ; le 7 novembre : fête de la Révolution prolétarienne.
2Voir la description plus détaillée des fêtes de 1918, avec références à de nombreuses sources de l'époque, faite par l'auteur dans son article « Ulitsy Revolioutsii » (Les rues de la Révolution), publié dans la revue Dekorativnoe Iskousstvo SSSR (L'art décoratif en URSS), n° 3, Moscou, 1970.
3Abréviation de l'expression « culture prolétarienne », le Proletkult est une association créée en 1917 par A. Bogdanov, un social-démocrate qui avait pour objectif d'élaborer une culture (littérature, art, science, etc.) purement prolétarienne en faisant appel aux seuls représentants de la classe ouvrière. Cette association fut dissoute vers la fin des années 1930 (Scherrer 1989 : 11-24, Mele 1989 : 41-70).
4Ce bâtiment, construit entre 1806 et 1808 pour abriter un pensionnat de jeunes filles appartenant à la noblesse russe, devint célèbre après 1917, car c'est de là que Lénine dirigea la Révolution d'Octobre.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chichlo B., 1990, « Pétrograd 1918 : célébrer la Révolution », Terrain, n° 15, pp. 102-116.

Référence électronique

Boris Chichlo, « Petrograd 1918 : célébrer la Révolution », Terrain [En ligne], 15 | octobre 1990, mis en ligne le 09 juillet 2007, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2987 ; DOI : 10.4000/terrain.2987

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals