Navigation – Plan du site
Repères

Intégration et naturalisation

L'exemple suisse
Pierre Centlivres
p. 135-144

Entrées d’index

Thème :

identité

Lieu d'étude :

Suisse
Haut de page

Texte intégral

1En 1983, le conseil fédéral, soucieux de s'appuyer sur l'autorité des scientifiques avant de se lancer dans une politique de soutien à l'expression de la diversité des cultures et des langues en Suisse, a donné mandat au Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNRS) d'élaborer un programme national de recherche sur le thème du « pluralisme culturel et de l'identité nationale1 ». Le FNRS est l'instrument principal d'encouragement de la recherche helvétique, et les programmes nationaux de recherche (PNR) financés par le Fonds sont destinés à étudier et à résoudre si possible des problèmes généraux de société (voir encadré). L'énoncé du programme fit d'emblée figure de paradoxe : Comment saisir, voire stimuler, pour reprendre les termes de l'appel d'offres, la nature et l'existence de l'identité nationale alors que l'expression « la nation suisse » est quasi absente du vocabulaire politique (Brühlmeier 1988 : 36) depuis le reflux de la grande vague républicaine et radicale du siècle passé, alors que le système suisse semble fondé justement sur le pluralisme politique et culturel. Considéré dans une perspective historique, rien n'est plus étranger à ce système que l'éphémère République helvétique une et indivisible imposée par le Directoire en 1798.

2L'un peut-il naître du multiple ? C'est peu dire que les caractères sur lesquels on fonde d'habitude les prises de consciences identitaires collectives : langue, culture commune, homogénéité ethnique, sont absentes du territoire helvétique ; c'est la diversité, c'est le pluralisme qui sont au principe même de la Confédération. Bien plus, langues et cultures, si elles diffèrent entre elles et distinguent les diverses parties de la Suisse, les rapprochent des pays voisins : France, Allemagne, Autriche, Italie, pôles d'attraction extérieurs.

3La relation identitaire, ou plutôt le procès d'identification collectif est difficile à saisir, et comme toujours c'est par le détour de l'autre que l'image de soi prend forme. Historiquement, c'est par l'intermédiaire de leurs voisins que les Suisses ont pris conscience de former une collectivité concrète et cohérente parmi d'autres nations. Ces voisins nous ont révélé que les Suisses étaient soldats mercenaires, portiers, horlogers, fromagers, montagnards rustiques, et qu'ils avaient même une façon de rêver sui generis : le Dictionnaire de Trévoux, dans son édition de 1732 ne dit-il pas que « rêver à la Suisse » - comme on dit « s'asseoir à la turque » - « c'est ne penser à rien » ? Aujourd'hui, le Suisse à l'étranger s'aperçoit qu'il fait partie d'une entité globale et unifiée, du moins dans la tête de ses interlocuteurs, entité dont il ne soupçonnait pas qu'elle pût rassembler sur elle tant de stéréotypes.

4La naturalisation des étrangers justement est une bonne voie d'accès aux fondements de l'identité en Suisse ; par ce biais se précise le rapport entre le sentiment d'appartenance régionale et l'adhésion à l'ensemble national. En janvier 1987, une équipe de chercheurs de l'Institut d'ethnologie de l'université de Neuchâtel a entrepris, sous ma responsabilité et dans le cadre du PNR mentionné plus haut, une étude centrée sur la naturalisation considérée comme un révélateur des composants de la nationalité et de l'identité helvétique, ainsi que des représentations qui leur sont liées.

5Loin d'être de simples formalités administratives, les procédures de naturalisation en Suisse sont longues et coûteuses : une vraie course d'obstacles ; elles ne comportent aucun droit acquis ou reconnu au candidat, aucun recours en cas d'échec. Elles supposent réunies un certain nombre de conditions formelles et juridiques (années de séjour, résidence, virginité du casier judiciaire), mais aussi, selon les cantons, culturelles (connaissances linguistiques, historiques, géographiques). Elle est à la fois acte volontaire, rituel civique et drame à acteurs multiples tels que, outre le candidat, fonctionnaires, représentants des législatifs communaux et cantonaux, parrains de candidatures.

6Parce qu'ils doivent prouver qu'ils ont assimilé le mode de vie et les valeurs du pays d'accueil - les us et coutumes pour reprendre l'expression de nombreux règlements cantonaux -, parce qu'ils sont parvenus à les intérioriser tout en étant à même encore de les objectiver, parce qu'ils sont intégrés aux institutions et participent aux associations locales ou nationales, les naturalisés permettent à l'enquêteur de dégager une image de la Suisse et des Suisses. Le long cheminement au travers des enquêtes, auditions, démarches, fait apparaître tout un ensemble de normes explicites ou non dites, dévoilant ce qui, pour l'étranger candidat comme pour les représentants de l'autorité, est conforme à l'« être suisse », et ce qui ne l'est pas.

Un terrain proche des situations complexes

7L'enquête a voulu rester fidèle aux méthodes classiques de l'ethnologie de terrain que sont l'observation participante et l'entretien libre ou structuré par une grille thématique. Un corpus de presse et la documentation officielle à l'usage des préposés à la naturalisation ont fourni des informations relatives à notre thème dans l'ensemble de la Suisse romande. La durée de la recherche, trente mois, a permis de suivre un certain nombre de candidats à la citoyenneté helvétique en quelque sorte en temps réel. Le recueil de récits de vie tant de candidats que de naturalisés a représenté une extension des entretiens individuels et fourni des exemples détaillés d'existences et de situations mettant en lumière les causalités internes et externes, ainsi que les séquences des événements et des décisions, tout en relevant chez l'informateur la charge affective accompagnant les diverses étapes du processus.

8Un terrain « proche », des situations complexes, l'éclatement de l'appartenance culturelle des informateurs ont posé à notre enquête sur la naturalisation de nombreux problèmes. J'en mentionnerai deux :

  • celui de l'absence d'unité et d'homogénéité de la population étudiée, d'où la question toujours posée de la « représentativité » ;

  • celui de la promiscuité entre terrain et chercheur, menant à la possible contamination de l'enquêteur par les théories « naïves » des informateurs.

91. Face aux candidats ou aux naturalisés, le chercheur n'a pas affaire à une collectivité d'interconnaissance, telle une communauté villageoise ou les habitants d'un quartier ; ceux qui se naturalisent ne constituent ni une catégorie homogène ni une classe sociale ou économique ; leur origine est très diverse. La population étudiée est faite, du moins en apparence, de cas particuliers ; elle est constituée de personnes ou de familles engagées dans un processus individuel, suivant un itinéraire singulier. L'individualité de l'adhésion du candidat est même une spécificité de la naturalisation ordinaire en Suisse. L'unité du domaine « naturalisé » ne relève pas de l'homogénéité d'une catégorie, mais d'une communauté de situations.

10L'hétérogénéité des informateurs et de leurs origines oblige l'enquêteur, pour parvenir à une objectivation totalisante des données, à procéder en quelque sorte latéralement, à confronter de nombreux fragments de récits recueillis dans des espaces et des temps différents. La pertinence des données augmente avec le temps, l'intensité des relations et la pluralité des contextes. Bref, l'approche qualitative tient moins sa légitimité d'échantillons réputés représentatifs que d'une prise en compte de l'expérience totale vécue par les informateurs et de la variété des registres par lesquels elle s'exprime.

112. L'appartenance du chercheur à un milieu dont font aussi partie nos interlocuteurs présente l'inconvénient de l'évidence et de la banalité apparente de l'information, et impose l'emploi de méthodes de mise en relief de l'implicite quotidien. Mais le risque réside aussi dans la possibilité qu'ont certains informateurs, proches par leur formation de l'enquêteur, de produire des analyses et des discours de même nature que ceux de ce dernier. Il en résulte un parasitage de l'enquête par des notions d'autant plus familières à l'enquêteur qu'elles sont à la fois « proches de l'expérience » tout en appartenant à la langue commune des sciences sociales.

12La recherche a porté sur trois grandes catégories d'informateurs : naturalisés récents et candidats à la naturalisation tout d'abord, fonctionnaires, magistrats, employés des administrations cantonales et communales ensuite, membres des commissions de naturalisation enfin.

13De même que l'ethnologue travaillant en terrain exotique se voit refuser la présence lors de certains rites ou cérémonies, de même les chercheurs travaillant sur la naturalisation en Suisse se voient interdire l'accès aux auditions des candidats, aux séances des commissions, ainsi que la consultation des procès-verbaux de ces séances. Des parties importantes du processus de naturalisation ne leur sont pas accessibles. Pas étonnant que les entretiens aient pris une place démesurée dans l'enquête. Un bon nombre d'entretiens se sont déroulés au domicile de l'informateur, souvent conscient du fait que ce domicile, la chambre même où se déroule l'interview peuvent constituer pour le chercheur (comme par ailleurs pour l'enquêteur de la police ou de la commission locale des naturalisations) un terrain d'observation susceptible de fournir des informations sur le ou les occupants. Le mobilier, les photographies ou les menus objets ornant les murs, le dessus d'un piano ou les rayons d'une étagère illustrent et prolongent le contenu d'un entretien en même temps qu'ils suscitent d'autres questions. La lecture interprétative du cadre de vie peut être jugée blessante par l'informateur. Ce dernier aborde parfois de lui-même ce thème de manière ironico-critique. Lors de la fixation d'un rendez-vous par téléphone, tel informateur conclut : « Eh bien, venez donc chez nous, comme ça vous pourrez nous observer sur place ! »

Chiffres et procédure

14Sur plus d'un million d'étrangers vivant en Suisse, 750 000 environ sont au bénéfice d'un permis d'établissement et, parmi eux, 250 000 à 300 000 jeunes sont nés ou ont effectué la plus grande partie de leur scolarité en Suisse. Chaque année, entre 10 000 et 15 000 personnes acquièrent la nationalité helvétique par naturalisation, mariage, réintégration ou adoption. Parmi elles, un peu plus de la moitié l'acquièrent par naturalisation ordinaire, 6 863 personnes en 1989. Par rapport aux étrangers résidents, la proportion annuelle des naturalisations est donc faible, moins de 1 %.

15Les statistiques fédérales montrent que parmi les personnes ayant acquis la nationalité suisse en 1988, ce sont les Italiens d'origine qui, de loin, forment le plus gros contingent (23 %), suivis par les Allemands (16 %) et les Français (9 %). C'est l'Europe qui fournit plus des 4/5 des nouveaux Suisses (83,1 %). Rappelons que la Suisse ignore le jus soli et que seuls les enfants dont au moins un des parents est suisse naissent suisses ou le deviennent de droit.

16De deux politiques possibles, l'une, d'inspiration libérale et républicaine, visant à faciliter l'intégration par la naturalisation, l'autre, restrictive, doutant de la capacité d'intégration des étrangers, c'est la seconde qui l'emporte depuis le début du xxe siècle et jusqu'à ces dernières années. Les années de résidence exigées du candidat l'attestent : deux ans en 1876, six ans en 1920, douze ans en 1952. L'accès à la nationalité suisse est donc considéré comme un privilège accordé à de rares élus, « la nationalité suisse se mérite ». Elle ne supporte pas de rivale, l'exigence d'adhésion est exclusive et la renonciation à la nationalité antérieure exigée du candidat2.

17Le système suisse se caractérise par trois traits spécifiques :

  • le triple droit de cité : la nationalité suisse présuppose un indigénat cantonal, lui-même cautionné par l'obtention d'un droit de cité communal. En fait, dans la naturalisation, le niveau fédéral se contente de fixer les conditions minimales et d'accorder, après l'enquête de police, l'autorisation préalable. Aux cantons et communes appartient la décision, elle-même déterminée par la preuve apportée par le candidat de son « aptitude » à la citoyenneté. C'est bien dans cet espace du local ou du régional que se joue le contenu empirique de notions telles que « assimilation », « intégration », « adaptation » et culture locale ;

  • la vérification de l'aptitude à la naturalisation, d'ailleurs variable selon les cantons, porte sur l'intégration aux collectivités indigènes, les connaissances civiques, sur l'accoutumance aux « modes de vie » et aux usages locaux ainsi qu'à la participation à la vie associative. Elle peut porter aussi sur d'autres types de connaissances jugées « typiques » ou « autochtones ». Ce peut être l'occasion, de la part des filtreurs, d'enquêtes, d'auditions, d'examens minutieux. Les échecs ne sont pas rares. Par exemple, l'adhésion profonde à la culture du canton de Vaud, exigée des candidats citoyens, telle qu'elle était évaluée encore tout récemment par les membres de la commission du Grand Conseil, doit aller bien au-delà de la connaissance du nom des conseillers d'État, des affluents de la Venoge et des dates de l'histoire vaudoise ; elle passe par un savoir culinaire régional portant sur des plats typiquement vaudois. Les candidats se font les colporteurs de la rumeur portant sur l'exigence de la recette de tel ou tel plat du terroir et de la connaissance des vins vaudois. L'enquête a montré que les candidats prennent au sérieux l'importance donnée à l'assimilation alimentaire de la culture autochtone ;

  • le rôle des législatifs communaux et cantonaux dans la décision finale, qui ne dépend donc pas d'une simple procédure administrative. Précaire est la situation de l'étranger résident qui est en conflit avec ses voisins, qui travaille hors de la commune et ne participe à aucune de ses activités. Il risque d'être frappé par un vote négatif du Conseil communal ou général.

18La procédure de naturalisation est donc compliquée, longue et ressentie par beaucoup comme opaque et occulte. Il faut compter deux ans en moyenne depuis le dépôt de la demande. Cette période est vécue par beaucoup comme une période traumatisante : période de marge où le candidat a l'impression d'être entre deux mondes, entre deux appartenances, durant laquelle il se sent souvent humilié et infantilisé par les diverses enquêtes dont il est l'objet. La plupart du temps il ignore les critères selon lesquels il sera accepté ou refusé. Des jeunes étrangers en particulier, ceux-là mêmes qui se considèrent intégrés dans leur environnement professionnel ou social au même titre que leurs camarades suisses, ne comprenant pas l'exclusion qui frappe certains d'entre eux, tendent à penser que les « examens » qui jalonnent un parcours proprement initiatique et qui sont censés sanctionner des connaissances, visent en fait à les décourager. Parcours semé d'embûches donc, à l'égard duquel les intéressés font assaut de métaphores, le comparant à un « parcours du combattant », une « course d'obstacles », un « gymkhana administratif ». Et puis, il y a le prix à payer.

Le prix à payer

19La taxe de naturalisation est basée sur le revenu et la fortune ; à l'origine, elle était justifiée par le devoir d'assistance incombant aux communes. Mais aujourd'hui, le « prix » à payer peut atteindre 100 000 francs suisses. Le produit des taxes va parfois à des œuvres caritatives ou à des institutions d'assistance : blanchiment d'une somme trop élevée imposée aux nouveaux citoyens ? Il est vrai que les jeunes candidats bénéficient de réductions pouvant aller jusqu'à la gratuité, il est vrai également qu'une partie du monde politique et bien sûr les candidats trouvent ces prestations excessives, voire choquantes. L'aspect financier de la naturalisation, son évaluation en termes d'espèces suscitent un malaise aujourd'hui. Si certains voient dans le paiement d'un émolument une marque d'adhésion, une sorte de sacrifice que l'on devrait consentir pour l'acquisition d'un bien enviable, si d'autres assurent que c'est l'argent qui donne la valeur à ce qu'on acquiert, la plupart expriment l'embarras de voir l'argent mêlé à l'acquisition d'un bien d'ordre moral (Centlivres et Maillard 1990).

20En réalité, c'est bien en termes d'avantages matériels et sociaux que s'expriment beaucoup de candidats et de préposés à la naturalisation, qui utilisent le langage de l'échange marchand pour parler de l'acquisition de la nationalité suisse : ordre et sécurité, stabilité du franc, contre contribution démographique à une natalité exsangue, apport de force de travail, participation civique et enrichissement culturel. Pourtant, de la part d'un candidat, faire état de la volonté de naturalisation en termes purement utilitaires serait mal vu de l'autorité. Ainsi, dans le processus de l'acquisition de la nationalité, l'argent à débourser, les avantages matériels sont à la fois omniprésents et sans cesse niés dans la mesure où ils pourraient à eux seuls fonder les nouveaux rapports sociaux et civiques créés par la naturalisation.

La naturalisation comme rite de passage

21Long processus comportant des temps forts et des temps d'attentes, ses épreuves, ses cérémonies, ses officiants et ses lieux privilégiés, la naturalisation en Suisse apparaît à beaucoup comme une longue initiation, voire un rite de passage classique (Centlivres-Demont et Ossipow 1990), avec ses subdivisions rituelles ou séquences : séparation, marge, agrégation, telles que les a détaillées Van Gennep. Van Gennep lui-même inclut, tout à fait explicitement, la naturalisation parmi ces rites en compagnie d'autres cérémonies « primitives » ou « exotiques ». « ... Je rappellerai les cérémonies du changement de clan, de caste, de tribu, celles de la naturalisation, etc., dont le mécanisme comporte également des rites de séparation, de marge et d'agrégation » (1981 : 55). A première vue, la naturalisation semble rendre compte de tous les éléments du rite : séparation d'avec le pays d'origine lors de l'émigration, longue marge des années d'insertion dans le pays d'accueil et agrégation progressive aux institutions du pays hôte, puis légale au moment où l'on obtient la nouvelle citoyenneté. Un examen plus précis cependant remet en question l'ordre même des phases dégagées par le grand folkloriste : la naturalisation selon la loi exige que soit réalisée d'abord l'agrégation (accoutumance) ou l'intégration aux collectivités et institutions indigènes pour que le processus même puisse s'engager.

22Ainsi, au lieu d'aller de la séparation à la marge, et de la marge à l'agrégation, l'ordre des séquences imposées aux candidats va d'une exigence d'intégration à la marge des épreuves et de l'attente, et de la marge à la séparation. Cette dernière étape, d'ailleurs exigée sous forme de renonciation à la nationalité d'origine2, renforce l'agrégation à la nouvelle patrie. On a donc affaire ici à un rite de passage inversé, ou mieux circulaire, dans lequel l'agrégation de fait des premières années de l'immigration est légalisée et officialisée par la procédure de la naturalisation. Par contrecoup, l'entrée dans la nouvelle citoyenneté est rendue irréversible par la rupture ultime avec l'ancienne.

23Tout rite de passage implique des seuils. Pour les candidats, il y a ceux, immatériels, des décisions à prendre, et ceux, matériels, des portes des bureaux de l'administration à franchir. Dans l'itinéraire incertain de la procédure, quoi d'étonnant à ce que ce soit la marge qui laisse l'impression la plus ambiguë : opacité des démarches, incertitude et attente. Dans cet état d'existence comme provisoire, le candidat hésite à parler de sa décision à son entourage présent ou à des parents restés au pays ; il se sent observé, et se croit tenu à une vie familiale exemplaire (ce n'est pas le moment de divorcer), à une résidence stable (pas question de déménager et d'entraîner ainsi un nouveau train de démarches). Dans sa vie professionnelle, il n'ose pas changer d'emploi. La période de marge est aussi pour lui le temps d'un dernier examen de conscience, d'un dernier débat sur la nature de son choix. La longueur des démarches représente une sorte d'épaisseur temporelle incompressible et qui joue, pour le candidat comme pour les autorités, le rôle de « marge de sécurité » (Belmont 1986 : 17).

24Parmi les caractères qui permettent de distinguer chacune des 25 lois cantonales sur l'acquisition du droit de cité, il faut mentionner le serment. La plupart des cantons romands et le Tessin exigent le serment du naturalisé, les cantons alémaniques, sauf un, l'ignorent. La prestation de serment est un aspect particulièrement spectaculaire de la visibilité rituelle de la naturalisation, renforcée ou remplacée selon les cas dans les communes par une cérémonie de réception. La prestation symbolise en particulier l'exclusivité de l'allégeance et l'impossibilité - du moins jusqu'à ce jour - de la double nationalité.

25Genève par exemple donne à voir d'une manière spectaculaire, lors du serment, ce passage matériel d'une nationalité à l'autre. La salle prévue pour la circonstance, celle du Grand Conseil, a deux portes ; avant de passer la première, le candidat remet son passeport à un préposé, qui s'assure qu'il porte la tenue décente exigée pour la solennité. Dépouillée de son identité ancienne mais non encore consacré suisse, le candidat pénètre dans la salle par la porte de gauche. Sur la galerie se pressent les témoins, visiteurs, parents et amis, alors que les représentants de l'Autorité font leur entrée par la porte de droite. La phase de marge se termine et le rituel agrégatif proprement dit commence. Voici le texte du serment genevois lu par le Chancelier : « Je jure ou je promets solennellement : d'être fidèle à la République et Canton de Genève comme à la Confédération suisse ; d'en observer scrupuleusement la constitution, les lois ; d'en respecter les traditions ; de justifier par mes actes et mon comportement mon adhésion à la communauté genevoise ; de contribuer de tout mon pouvoir à la maintenir libre et prospère. » (Art. 28 de la loi sur la nationalité genevoise.)

26Pendant la lecture, les candidats se tiennent debout, la main droite levée, puis jurent ou promettent chacun à leur tour, à l'appel de leur nom. A l'issue de la cérémonie, les nouveaux Suisses, munis de leur passeport fédéral et de leur nouvelle identité, quittent la salle par la porte de droite et serrent la main des dignitaires avant de se réunir autour d'un apéritif dans la salle des Pas-Perdus.

27Tout rite de passage au cours de la vie humaine est également, comme l'a rappelé Pierre Bourdieu (1982), un rite d'institution. Le rite de la naturalisation devrait ainsi consacrer une différence, celle qu'il prétend instaurer entre un ex-étranger devenu légalement suisse et un étranger le demeurant, celle entre deux moments, deux versants de l'identité. Il devrait du même coup consacrer une ressemblance, une nouvelle assimilation totale entre Suisses anciens et nouveaux. Or, ni les premiers, ni les derniers ne semblent adhérer totalement à l'idée de cette transformation surnaturelle. Le rite n'instaurerait pas nettement, et surtout pas immédiatement la nouvelle ressemblance et la nouvelle différence. Ces ratés symboliques autant que réels viennent évidemment d'une idéologie de l'autochtonie, renforcée juridiquement par le fait que la Suisse ignore le jus soli et ne reconnaît que le jus sanguinis. Les sujets « institués » de leur côté tout en adhérant à leur nouvelle identité n'abandonnent pas par ailleurs, comme par magie, leurs références antérieures, leur pays d'origine. Beaucoup d'entre eux enfin ne se sentent pas perçus comme des membres à part entière de la communauté d'accueil. Faut-il penser alors que la phase finale du rituel de la naturalisation n'est bien souvent dans les faits que le début du processus bien plus long menant à l'intégration ?

Le local et le global, l'horizontal et le vertical

28La naturalisation à la suisse semble renvoyer à ce qu'on appelle parfois la nation à l'allemande : importance du droit du sang, insistance mise sur le lien organique avec le sol, sur l'histoire des communautés fondatrices, l'enracinement culturel, le génie du lieu et de l'ethnie (Schnapper 1989). Pourtant, dans la Confédération helvétique, point d'unité culturelle ni ethnique, et n'est-il pas frappant que l'un des thèmes fondateurs de la Suisse soit un pacte, le pacte fédéral de 1291, qui nous ramène à la conception de l'État-contrat et de volonté, cher à Renan. Le serment des naturalisés, à Lausanne ou à Genève, serment civique chargé sans doute de réminiscences de la Grande Révolution et de la Grande Nation, lui fait écho.

29Un des pôles de la culture politique suisse, pôle républicain et libéral, semble avoir cédé du terrain, autour de la Première Guerre mondiale, à un autre courant, à une idéologie spécifique puisant ses racines dans une conception préromantique et romantique de la Suisse. Cette idéologie s'oppose à l'universalisme des Lumières et s'appuie sur d'autres mythes, exaltant les mœurs et les valeurs des libres communautés alpestres. Mais ces communautés sont unies par un pacte fondateur : ainsi, dans les représentations de la nationalité et de la confédération dans son ensemble, une conception complexe se fait jour, presque paradoxale ; organiciste et ethnique sur le plan communautaire, elle repose sur l'adhésion, le contrat et la volonté sur le plan fédéral (Centlivres et Schnapper, à paraître). Distincts à la fois des conceptions « allemandes » et de la Grande Nation, les mythes fondateurs suisses réactivés au début du siècle et au cours des deux guerres mondiales s'articulent autour de l'idée de communauté montagnarde au destin unique, porteuse d'une ancienne expérience de la démocratie directe.

30En revanche, chez les candidats à la naturalisation, de qui l'on exige la connaissance de l'histoire et de la géographie de la Suisse, les emblèmes, mythes et symboles de notre histoire sacrée rencontrent peu d'écho ; les étrangers établis en Suisse sont pour la plupart issus d'une population citadine et industrielle et se sentent peu concernés par les rappels archétypiques de notre passé. Dans un livre récent, André Reszler, naturalisé suisse d'origine hongroise, constate l'effritement du modèle et la perte de créance des mythes (1986). Dans la contestation actuelle la plus farouche dénonçant l'individualisme étroit, les menaces sur l'environnement et le blanchiment de l'argent sale apparaissent le reflet souillé - et la nostalgie - des mythes dévalorisés. Nous en percevons, au cours de notre recherche, à la fois l'effondrement et un dernier écho.

31L'imagerie et la rhétorique patriotiques à l'usage des Suisses de souche, véhiculées par les livres d'école et les discours officiels, sont perçues par les immigrés et les candidats à la naturalisation comme des anecdotes sans âge ni lieu précis, comme des séquences de bandes dessinées et non comme un passé à intérioriser. Pas étonnant que, interrogés sur leur appartenance, les naturalisés récents se réfèrent non à l'ensemble de la Suisse, mais à l'environnement immédiat et quotidien. Se sentir ou être reconnu par les autres comme intégré ou assimilé, c'est être en harmonie avec l'entourage social et humain concret, c'est pratiquer les comportements adéquats dans les situations de la vie locale de tous les jours.

32L'intégration et les liens à la région ou à la localité sont donc ressentis plus fortement que le sentiment d'appartenance à la Suisse dans son ensemble, considérée comme une entité abstraite, sans contenu commun réel, si ce n'est quelques données institutionnelles et quelques stéréotypes relatifs par exemple à l'ordre et à la propreté. Dans la double composante du lien fédéral et de l'insertion locale, c'est la seconde qui semble la plus saillante. Elle n'est pas exclusive, pour les Suisses d'origine étrangère, de la résonance profonde, dans la mémoire, du pays d'origine.

33Dans la commune ou le canton, les relations de travail ou de loisir tracent un réseau en quelque sorte horizontal : le graphe synchronique des amitiés, des voisins et des collègues, la relation nouvelle des beaux-frères et des belles-familles dans le cas des mariages mixtes. Reste l'appartenance d'origine - réseau vertical -, l'ancrage premier dans les lieux de l'enfance et dans ceux des parents restés au pays. Ce lien vertical à l'enfance n'appartient pas seulement au passé ; il peut aussi nourrir l'illusion du retour au pays à l'âge de la retraite, voire pour y être enterré. Le pays des parents peut être l'objet d'une adhésion idéelle, surtout chez des adolescents nés en Suisse pour lesquels elle est alors l'expression d'une identité réactivée par rapport à leur environnement présent.

La « deuxième génération »

34Cette catégorie quelque peu factice apparaît dans les textes administratifs au début des années 80, où elle désigne les jeunes nés et/ou scolarisés en Suisse de parents étrangers immigrés. Les jeunes filles ou jeunes hommes bénéficient le plus souvent de procédures moins coûteuses et parfois plus rapides ; les années passées en Suisse entre dix et vingt ans comptent double. Timide apparition du jus soli et prise en compte de la force d'acculturation de l'école ?

35La question de la double appartenance, la référence à l'origine et l'appartenance à l'espace local des pratiques quotidiennes se posent avec acuité pour ces jeunes gens et ces jeunes filles, pour qui la nationalité des parents est soit une référence refuge, soit l'objet d'un rejet temporaire. Les jeunes gens interrogés ont presque toujours vécu en Suisse romande, ils parlent le français mieux que la langue de leurs parents et sont embarrassés lorsque ces derniers les interpellent en public dans leur langue maternelle. Pourtant ils sont les premiers à la reprendre lorsqu'ils en saisissent la signification emblématique. Par ailleurs, ils n'estiment pas qu'une appartenance pleine et entière au pays d'accueil soit incompatible avec une référence extérieure, avec une fidélité à la culture d'origine. On comprend que l'exigence actuelle de renonciation à la nationalité d'origine soit ressentie par les candidats comme un sacrifice d'un patrimoine identitaire aussi bien que, pour ceux qui viennent de l'Europe des Douze, comme la renonciation imposée à un immense espace de formation et de travail.

36Revenons aux Suisses et aux représentations implicites construites autour des notions de culture et d'identité. Nos recherches sur le face à face naturalisés-naturalisateurs nous permettent de distinguer deux pôles de représentation distincts sur la culture en tant que constituant de l'identité nationale.

37Lorsque les représentants des législatifs énoncent les critères de la naturalisation, ces deux pôles sont présents : exiger « une bonne connaissance de la langue et des institutions » n'est pas identique à « il faut que les immigrés soient introduits dans le code des valeurs, des normes, des coutumes et des habitudes de penser de leur nouveau milieu ».

  • D'un côté est mis en avant ce qui est appris, l'acquis, la connaissance des institutions, de l'histoire, de la géographie : culture considérée comme un bagage qui peut faire l'objet d'une vérification lors des auditions auxquelles sont astreints les candidats et dont la densité est liée à la durée, au temps d'apprentissage nécessaire à son incorporation. Ce bagage peut être acquis et augmenté et c'est dans ce sens que l'on conseille aux candidats des manuels dont la lecture sert à parfaire la formation.

  • De l'autre, la culture est comprise comme un héritage inconsciemment assimilé, des dispositions liées à l'enfance, au sol et au sang : « ce qui reste quand on a tout oublié », « ce qu'on a sucé à la mamelle », pour reprendre les termes de nos informateurs.

38A la première conception correspondent chez les candidats les connaissances et les représentations appartenant au niveau objectif et conscient, mais aussi général et abstrait de la relation au milieu et aux institutions ; à la seconde, le domaine plus subjectif de la filiation, de l'origine, de l'affectivité, de l'interprétation du passé collectif, de l'inconscient même.

39Le double registre de la culture se retrouve chez les fonctionnaires et les membres des commissions ad hoc ; il n'est pas sans poser des problèmes dans la mesure où il est à la base d'exigences imposées au candidat, exigences tantôt liées à des savoirs factuels, tantôt ressenties comme arbitraires ou du moins peu explicites.

40Au cœur des notions de culture et d'identité réside une dissonance entre l'apprentissage, la connaissance du milieu, l'adhésion consciente d'une part, et, de l'autre, tout ce qui, dit-on, « ne s'apprend pas » : des convictions, des dispositions et des héritages. Là s'opposent ce qui tient du savoir, de l'acquis et ce qui appartient à l'être. Cette double polarité recoupe, au moins partiellement, celle qui marque les relations au global et au local. On comprend que sur ce double et complexe registre s'articulent et s'opposent deux conceptions de la nationalité.

Haut de page

Bibliographie

Arlettaz G., 1985. Démographie et identité nationale (1850-1914). La Suisse et « La question des étrangers », in Études et Sources (Berne) 11 : 83-177.

Belmont N., 1986. La notion de rite de passage, in Centlivres P. et J. Hainard, Les rites de passage aujourd'hui, Lausanne, L'Age d'homme : 9-19.

Bourdieu P., 1982. Les rites comme actes d'institution, in Actes de la recherche en sciences sociales, n° 43, pp. 58-63.

Brühlmerier D., 1988. Nation und nationale Identität aus Staats-und Verfassungstheoretischer Sicht, St. Gall, Institut für Politikwissenschaft, Hochschule St. Gallen (Beiträge und Berichte, 119.)

Centlivres P. (ss la dir. de), 1990. Devenir suisse. Adhésion et diversité culturelle des étrangers en Suisse, Genève, Georg.

Centlivres P. et M. Centlivres-Demont, 1989-1990. La Suisse des naturalisés : paysage, espace, trajectoire, in Images de la Suisse. Berne, Société suisse d'ethnologie (Ethnologica Helvetica, 13-14), pp. 299-311.

Centlivres P. et N. Maillard, 1990. Devenir suisse n'a pas de prix : échange et argent dans le processus de naturalisation, in Centlivres P., Devenir suisse. Adhésion et diversité culturelle des étrangers en Suisse, Genève, Georg, pp. 151-168.

Centlivres P. et D. Schnapper, 1990. Nation et droit de la nationalité en Suisse, in Pouvoirs (à paraître en automne).

Centlivres-Demont M. et L. Ossipow, 1990. La naturalisation comme rite de passage, in Centlivres P., Devenir suisse. Adhésion et diversité culturelle des étrangers en Suisse, Genève, Georg, pp. 187-209.

Fasel D., La naturalisation des étrangers. Étude de droit fédéral et de droit vaudois, Lausanne, Payot.

Reszler A., 1986. Mythes et identité de la Suisse, Genève, Georg.

Schnapper D., 1989. La nation, les droits de la nationalité et l'Europe, in Revue européenne des migrations internationales, 5/1, pp. 21-32.

Van Gennep A., 1981. Les rites de passage : études systématiques des rites, Paris, A. et J. Picard.

Haut de page

Notes

1Le texte qui suit est une version modifiée d'un exposé fait à Paris le 14 mars 1990 sous les auspices de l'Association pour la recherche de l'Ecole des hautes études en sciences sociales.
2Ce n'est plus le cas depuis le 1er juillet 1990.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Centlivres P., 1990, « Intégration et naturalisation. L’exemple suisse », Terrain, n° 15, pp. 135-144.

Référence électronique

Pierre Centlivres, « Intégration et naturalisation », Terrain [En ligne], 15 | octobre 1990, mis en ligne le 09 juillet 2007, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2990 ; DOI : 10.4000/terrain.2990

Haut de page

Auteur

Pierre Centlivres

Institut d'ethnologie de Neuchâtel

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals