Navigation – Plan du site
Repères

Sur le terrain de concours ou l'ethnologue comme acteur social

Bernadette Lizet
p. 145-155

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Bourgogne, France
Haut de page

Texte intégral

1En 1983, le parc naturel régional du Morvan me sollicite pour engager une recherche sur « sa » race chevaline régionale, menacée comme tant d'autres de disparaître : quelques dizaines de sujets répertoriés et présentés en concours. Il faut organiser d'urgence la conservation de ce patrimoine. Le Parc donne l'exemple et annonce ses intentions, en achetant une jument qui mangera l'herbe du domaine de Saint-Brisson, et sera mise à la reproduction.

2Je débarque sur le foirail de Decize, près de Nevers, le 5 septembre de la même année, à l'occasion du grand rassemblement annuel des reproducteurs. Un débarquement très étudié : j'ai choisi cette manifestation publique pour un premier contact, pensant bénéficier d'une vue d'ensemble de l'élevage, avec une concentration exceptionnelle d'hommes et d'animaux habituellement dispersés sur un vaste territoire : 37 femelles et 26 mâles (de tous âges) y seront par exemple présentés en 1984 (Lachat 1985 : 58).

3Femme, citadine et étrangère, prenant notes et photos, discutant avec le représentant officiel du Parc : je suis bien sûr repérée, et j'ai l'impression immédiate de me trouver sous les feux de la rampe, comme le sont les chevaux évoluant devant la tribune du jury, composé de notables régionaux et de représentants de l'Administration des haras. En faisant irruption sur un lieu de concours, j'ai été droit au but, et je me trouve en prise avec le grand mobile de l'élevage de bêtes de race : exhiber les reproducteurs magnifiques, faire vivre le rite du défilé annuel dit des « modèles et allures », où des hommes et des bêtes préalablement soumises à une toilette sophistiquée et spectaculaire exécutent une chorégraphie minutieuse, réglée depuis des lustres1.

4Un tel cérémonial exige des acteurs et des spectateurs, qui participent de l'événement. Ainsi m'assigne-t-on un rôle dans le jeu collectif où ma présence - en dépit de tous mes efforts - ne peut rester discrète. J'affronte un réseau d'« hommes de chevaux » qui m'est déjà familier : à circuler de foires en élevages, depuis dix ans, j'ai fini par acquérir une culture « maquignonne ». La nouveauté vient de l'implication immédiate de mon travail, sur ce terrain nivernais, étroitement liée à une apparition en public que l'on peut dire inaugurale de la recherche : ici, pas question de se faire oublier. L'alliance que j'ai nouée avec le Parc est bel et bien désignée sur la place publique. Je vais devoir me passer de la douillette phase d'enquêtes individuelles, par laquelle on entre habituellement sur un terrain ethnologique.

5L'ensemble du travail mené sur le cheval de trait nivernais (1983-1989) a été marqué par de semblables prises de rôle lors de manifestations officielles, qui m'apparaissent aujourd'hui comme des temps forts particulièrement riches de sens et d'informations, tant sur l'objet de recherche lui-même (le jeu social autour du cheval de race), que sur l'exercice du métier (l'ethnologue comme acteur social). Pour donner un contenu concret à cette expérience, j'entrerai dans le détail de trois événements : le concours de Decize déjà évoqué, avec lequel je commençais la recherche en septembre 1983, l'inauguration d'une exposition dans les locaux du parc, le 4 juin 1988, après la remise du rapport de fin de recherche, et la deuxième fête du cheval et de l'équitation de Nevers, le 24 septembre 1988.

Bar à sandwiches. Decize. 5 septembre 1983

6L'attention dont je me sens l'objet, sur le champ de foire de Decize, n'est que le reflet des tensions qui animent la scène. Une poignée d'éleveurs s'efforce aujourd'hui de perpétuer la pratique ancestrale, mais l'ordonnancement du rite se dérègle. En guise de poil noir - couleur fondatrice et emblématique de la race - c'est tout un nuancier qui s'offre à l'œil, du presque blanc au presque noir, avec toutes les tonalités intermédiaires. Cette dérive de la livrée d'origine, couleur de jais, vers une blancheur approximative et mal contrôlée fait le désespoir des spécialistes : « Regardez, c'est point de couleur, ça ; les poulains naissent noirs, et après on ne sait pas ce qu'ils vont donner, d'une année sur l'autre, ils changent. Avant, noir, c'était noir. Le noir, c'est notre race. »

7Pour l'éleveur de tradition, la gamme des gris instables déballés sur le champ de foire correspond manifestement à une perte de distinction, à une menace sur l'identité. L'image collective de l'animal se dilue avec l'abandon de la règle chromatique, simple et rigoureuse. Noir, c'est noir. Et aujourd'hui, ce n'est plus noir ! Dès le premier jour, plusieurs personnes me parlent avec liberté, mais avec beaucoup d'émotion contenue, d'une difficulté constitutive de leur race : la reconnaissance officielle, qui ne fut jamais complètement acquise. Une stratégie du noir uniforme contrée depuis toujours par les Haras, l'institution de tutelle (Lizet 1989 : 190-199). Et puis trop peu de reproducteurs inscrits au livre des origines, une participation insuffisante aux concours : dernier avatar d'une histoire difficile, le « nivernais noir » perd son autonomie en 1984 ; il redevient un cheval percheron, dont la couleur de référence est... le gris. Je réfléchis à la portée symbolique de la récente prise en charge opérée par le Parc naturel régional du Morvan. La jument noire achetée en 1983 et installée dans le domaine de Saint-Brisson, répond au nom provocateur d'Hermine (Lhermine, plus exactement) !

8L'enquête m'apprend très vite que les « raceurs » nivernais, depuis l'origine, attendent de leur énorme cheval noir qu'il les représente sur la scène régionale, et surtout au Concours central de Paris, objet de tous les désirs. Voilà ce qui se donne à voir dans cette réunion largement couverte par les médias régionaux : des images de soi et une identité collective sans cesse réaffirmées sur le mode militant, un attachement à cet élevage de prestige, d'autant plus manifeste qu'il est anachronique, qu'il appartient à une réalité socio-économique désormais défaite mais que l'on s'efforce de perpétuer, en dehors de toute rationalité matérielle.

9En ces temps de rupture où la question de la reproduction du système d'élevage tout entier se pose avec acuité2, m'appellerait-on en renfort pour penser la situation limite et l'identité incertaine, pour me prendre à témoin du déplacement de l'animal, d'une couleur emblématique à l'autre (le noir nivernais et le blanc percheron), d'une région à l'autre (les collines herbagères de la Nièvre et la montagne morvandelle boisée - voir carte), d'une configuration socio-professionnelle à une autre (les Haras et le réseau d'éleveurs traditionnels d'un côté, et de l'autre, le Parc et sa clientèle de vacanciers citadins) ?

10Le rôle que l'on voudrait m'assigner se précise. J'ai déjà l'habitude de croiser le fer avec la maison des Haras pour faire admettre une lecture sociologique du monde du cheval. Mais me trouver mandatée par un parc régional - dont le territoire est au centre de la vaste circonscription des Haras de Cluny - pour conduire une opération de « sauvetage » de la race chevaline départementale, voilà qui est nouveau. Une belle lutte d'influences institutionnelles (le Parc du Morvan face aux Haras de Cluny) se dessine. Car on connaît le contrôle jaloux que les Haras, gardiens de la tradition équestre aristocratique, exercent depuis trois siècles sur l'espèce chevaline. En ce qui me concerne, aucun doute possible : la recherche sera chaude, et inscrite dans la pratique sociale. Le conflit ne tarde pas à se faire jour. Le directeur des Haras de Cluny a pris connaissance officielle du projet du Parc. Nous n'assistons pas incognito à ce fameux concours, mais en tant que partenaires de la gestion de la race chevaline départementale. Lorsqu'arrive le moment du banquet, qui clôt le rituel du concours dans les fastes alimentaires, la sanction des Haras tombe : nous ne sommes pas invités. Un peu vexés, cassant la croûte au bar et prêtant l'oreille à la rumeur de fête qui vient de la grande salle, nous faisons l'analyse du procédé d'éviction dont nous avons fait les frais. Les hostilités entre les deux institutions régionales sont ouvertes. Quant au repas solennel qui réunit l'élite des éleveurs et le jury de notables, il pourrait bien constituer une pièce maîtresse du rituel de concours.

Salle de banquet. Parc du Morvan. 4 juin 1988

11Quatre ans s'écoulent, marqués par une série de missions dans la Nièvre et dans le Morvan. Arrive alors le laborieux hiver 1987-1988, consacré à la fin de rédaction du rapport destiné au Parc et à la mission du patrimoine ethnologique. Le sujet m'a débordée, la « bête noire » a bousculé mes projets et mon emploi du temps. Philippe Leroy, sous-directeur du Parc et responsable du dossier « cheval », s'est fait pressant, défendant le parti pris initial de recherche appliquée contre l'orientation franchement fondamentale que j'ai prise en cours de route3. Il lui faut à présent rendre compte des crédits engagés dans l'opération. Car cet organisme contractuel, financé par les instances régionales, doit montrer rapidement les résultats obtenus. La livraison du rapport n'est qu'une première étape, nécessaire mais bien loin d'être suffisante : la visibilité sociale de la « littérature grise » est bien faible. La forme d'expression idéale se trouve être logiquement l'exposition, qui draine un public impressionnant (15 000 personnes par an environ), et qui s'affiche par ailleurs dans tous les lieux publics. Il faut donc très vite passer à la deuxième étape que Philippe Leroy nomme la « restitution ». Elle me tient également à cœur, cette fameuse restitution, et pour de multiples raisons.

12L'enquête a été dure. Il a fallu déployer toute la diplomatie et les ruses de l'ethnologie en campagne pour que les portes s'entrouvrent, et qu'on me raconte l'histoire, somme toute pénible, de la race nivernaise. Encore ai-je bénéficié de la présence, au cours de l'enquête, de Jean-Claude Perraguin, maquignon-étalonnier-éleveur berrichon, complice de longue date, qui a fréquenté les foires et les concours de la Nièvre en compagnie de son père marchand.

13Quant à la rédaction, j'y pense aujourd'hui comme à un champ de bataille personnel. Confrontée à la violence des matériaux (quasi-échec de la construction de la race noire, extrême réserve des Haras à l'égard des éleveurs de chevaux de trait, et des Nivernais tout particulièrement, mauvaise image de cet animal pourtant revendiqué comme emblématique du réseau d'éleveurs et de la région tout entière, concurrence précoce avec une autre grande race de trait, le « rouge » ardennais, qui submerge le « noir ») j'ai travaillé ce passé difficile en nourrissant quelque inquiétude sur la manière dont j'allais en rendre compte, afin qu'il puisse être réapproprié. Avec le chantier de préparation de l'exposition, revient le temps de l'action, et la possibilité de donner du jeu à l'histoire bloquée, en plaçant la question du cheval noir dans un contexte géographique et socio-culturel élargi : de la Nièvre au Morvan, de l'éclairage ethno-historique à l'actualité immédiate des nouvelles pratiques liées à l'exploitation forestière et au tourisme hippomobile4.

14Le soleil est au rendez-vous de la cérémonie d'inauguration au Parc du Morvan, le 4 juin 1988. Il apporte la touche finale sur une scène savamment composée pour obtenir le plus bel effet théâtral, en jouant sur la majesté du cadre « naturel ». Le bâtiment abritant l'exposition s'ouvre sur un paysage superbe : en premier plan, le parc de majestueux conifères, écrin végétal de chaque gentilhommière morvandelle du siècle dernier. Dans l'arrière-plan, l'étang et son environnement de prairies et de bois. Paré de tous ses atours, le Parc reçoit. Les bétaillères s'alignent à l'entrée. Un repas fin est servi dans la belle maison de maître. Règles de préséance, degrés de proximité du pouvoir en ces lieux : une subtile distribution des personnes s'effectue entre la salle à manger principale - qui ne peut contenir tous les convives - et la petite pièce attenante. Paul Flandin, président du Parc, me place à sa gauche, au centre de la pièce. Je constate, sans surprise à vrai dire, que je suis la seule femme de l'assemblée5. J'apprends que le directeur des Haras de Cluny s'est excusé pour le repas ; il nous rejoindra pour la présentation des chevaux. Autre absence notoire et significative : celle du « grand homme » actuel de la race noire, étalonnier, marchand et éleveur, membre de tous les jurys dans la Nièvre et le Perche, très lié aux Haras, par ailleurs détenteur de la « marque » nivernaise et à ces divers titres, gestionnaire de la mémoire de la race6.

15Tandis que le service des plats sophistiqués se déploie, avec un digne accompagnement de crus régionaux, une conversation bien particulière s'installe. Le cheval tient évidemment la vedette. Dans une ambiance très solennelle, un clivage se dessine pour l'accès à la parole. La timidité retient les éleveurs de chevaux de trait - des agriculteurs -, qui se sont regroupés de « mon » côté, sur ma gauche. Mais ils suivent les mots qui s'échangent avec une attention extrême. Celui qui lance la conversation est un éleveur de l'Yonne d'une quarantaine d'années, amateur de chevaux de sport, cavalier de concours hippique. Il a pleinement répondu à l'invitation du Parc, en déplaçant deux juments ; l'une prendra part au défilé de l'après-midi, et l'autre séjournera une partie de l'été dans un pré jouxtant le château, offerte avec son poulain à la curiosité du public. Il évoque une question fort désagréable pour les éleveurs de chevaux noirs : la conquête du territoire nivernais, dès l'entre-deux-guerres, par la race « rouge », l'ardennais venu du nord-est (Lizet 1989 : 236). Mais sa version de l'affaire est tout à fait personnelle : il affirme une progression par le sud-ouest. Je rétablis ce qui me paraît être la vérité historique (le sud-ouest de la Nièvre est le « berceau » de la race noire, le foyer de résistance au « rouge » introduit par le nord-est) avec un argumentaire en règle, batterie de sources écrites et orales à l'appui. On entendrait une mouche voler.

16Je fais l'expérience d'une parole singulière, qui crée l'événement. La « restitution » s'opère ici, en situation concrète et sensible, au cours du banquet donné par le Parc, où cette communauté de gens de chevaux m'invite à prendre (assumer) la place d'honneur, celle de l'autorité intellectuelle en matière chevaline7. L'absence du directeur des Haras de Cluny pèse de tout son poids. les gens du terrain qui m'entourent ont tous le statut d'« hommes de chevaux », mais à des titres divers. Les uns représentent la tradition agricole nivernaise (gardiens de la race noire), les autres, le milieu « néorural » (adeptes, pour la randonnée touristique attelée, du petit cheval de trait du Jura, le « comtois ») ; les derniers appartiennent à un courant plus aristocratique, avec un attachement particulier, ici, au modèle anglais rustique (le cheval de selle et de randonnée). Considérant cette « communauté » équestre hétérogène, rassemblée par la volonté du Parc, je réfléchis à la signification d'une telle offensive.

17L'essentiel de mon travail a porté sur l'élevage des chevaux de trait de la Nièvre (avec une brève incursion sur les nouvelles utilisations des gros tractionneurs en Morvan). L'évocation des temps de la décadence de la « race noire », avec le déferlement de la race concurrente sonne comme un reproche d'avoir négligé la question du cheval de selle en Morvan. Un reproche que je ne mérite pas tout à fait : j'ai longuement exploré, dans les textes seulement il est vrai, le thème problématique d'une population de coursiers vagabondant depuis la nuit des temps à travers la forêt morvandelle, prise comme exemple d'isolat dans un vaste ensemble européen8. Une idée récurrente dans la littérature hippique régionale et nationale, mais une réalité biologique et économique impossible à établir. Les archives et les statistiques tout comme les travaux des historiens sont muets sur le sujet. Replaçant ces matériaux dans les théories hippologiques européennes du siècle dernier, j'en ai déduit l'existence d'un véritable mythe des origines, attaché à des élevages rustiques d'Europe occidentale, marginalisés par la modernisation industrielle. Un mythe bien vivant : quelle n'est pas ma surprise, lorsque j'entends le leader du réseau « Connemara Morvan » (association créée en 1974), voisin de table du cavalier de l'Yonne, développer l'histoire d'une filiation celte pour le « petit cheval du Morvan » qui a motivé l'entreprise récente de « réhabilitation » de l'animal légendaire en la personne du poney irlandais dit « connemara9 ».

18Au fil de la conversation, j'essaie de comprendre l'événement et de m'y situer. L'objectif visé - désenclaver la question sensible de la race noire, tout en recentrant l'actualité hippique autour du territoire géographique du Parc - est atteint : les éleveurs des riches herbages du Bazois et des Amognes ont accepté de « remonter » vers le nord, et les voilà confrontés à d'autres pratiques professionnelles, et d'autres manières de voir. Chacun des convives appartient à un milieu fermé sur lui-même, et lié à un espace bien circonscrit (la question complexe de la race domestique animale ne saurait être abordée sans la dimension territoriale). Le décalage s'opère sur plusieurs plans : géographique (collines de la Nièvre, Morvan, Auxois, plaine de l'Yonne), historique (la grande tradition et les innovations actuelles), sociologique (grands domaines agricoles, bricolage néo, loisirs urbains). Le Parc a donc pris le risque de convoquer les principaux acteurs de la grande famille équestre régionale, pour une photographie de la situation. Un acte audacieux, lorsqu'on connaît les difficultés de voisinage d'une « discipline » et d'un réseau socio-professionnel à l'autre.

Tribune d'honneur. Parc du Morvan. 4 juin 1988

19Le repas se termine. Les propriétaires s'en retournent vers leurs bêtes pour une dernière toilette avant la grande parade. Les éleveurs s'attardent dans leurs préparatifs, l'heure prévue pour le début des opérations est largement dépassée. Christian Depuille, le haut responsable des Haras, est arrivé. Il attend sous les grands arbres en compagnie des autres « officiels », à quelques centaines de mètres de là, devant la porte vitrée où se profilent les panneaux brillamment éclairés de l'exposition. Il s'impatiente. Je fais la navette entre le parking où se donnent les derniers coups de brosse et de pinceau, et le parc du château, où la foule des invités s'est mise en place. L'atmosphère est électrique. Je m'interroge une fois de plus sur les enjeux de cette journée d'inauguration.

20Afin d'honorer les éleveurs et dans le but, aussi, de donner plus de vie à la fête, de mettre en correspondance les images collées sur les panneaux avec de vrais animaux, Philippe Leroy a donc eu l'idée d'organiser une présentation de chevaux. Ils sont là, en attente au loin, enfin prêts, robes lustrées et crins enrubannés de vives couleurs, faisant retentir l'espace de leurs hennissements inquiets. Une inquiétude que je partage bien. Paul Flandin ouvre la cérémonie avec un bref historique retraçant les modalités et les étapes de l'engagement du Parc dans la question chevaline, puis il me donne la parole. L'heure est venue d'assumer un rôle de personnage public, de prendre place dans cette ronde de notables qui se passent aimablement le micro. Je raconte à grands traits la « saga du cheval noir », et commente la situation actuelle. Puis vient le tour du directeur des Haras, qui présente les animaux ; car le lent défilé a commencé.

21Et je réalise soudain le caractère transgressif de la manifestation, presque scandaleux au vu de la coutume équestre. Le grand patron départemental des chevaux s'efforce de nier l'événement (exposition et rassemblement des chevaux). Il cache mal sa colère. Et pour cause. Le parc a pris toutes les initiatives. Il crée, dans ses locaux mêmes, et en lançant une vaste invitation, une sorte de pastiche de concours de race (présentation des animaux, banquets et discours, tout y est), apanage historique de l'institution centrale des Haras nationaux. Il a, dans tous les sens du terme, attiré à lui les éleveurs du bas-pays, qui ont traîné leurs gros chevaux, pour la première fois, sur les mauvaises routes du Morvan10. Le malaise évident de l'officier des Haras est bien le signe d'une rupture qui est en train de se produire au sein du monde équestre. Je redouble d'attention.

22Du côté des éleveurs de la race noire, pas de différence notoire entre la prestation qu'ils nous offrent ici, et celle de Decize : c'est la même mise en scène des apparences, avec le savant nattage des crins à l'aide de brins de laine d'un rouge flamboyant. Pour parfaire l'habillage du corps animal, la présentation en licol de parade, rouge et blanc. Et devant les membres du jury improvisé - dont je fais partie - les mimiques habituelles de certains éleveurs, censées déclencher des postures d'alerte chez l'animal.

23C'est avec l'enchaînement des races et des sujets exhibés par leurs propriétaires respectifs, que le défilé fait véritablement date. L'éleveur-cavalier de l'Yonne ouvre la danse, avec une élégante jument de selle, musclée et toilettée comme pour une épreuve d'obstacle ; le spécialiste du connemara lui emboîte le pas, très gentleman farmer dans ses vêtements de tweed et avec sa casquette ; il tient une jolie ponette à silhouette fine, docile comme le poulain qui la suit. Mère et fille bien astiquées, mais laissées au naturel, dans le respect de l'esprit équestre de l'Angleterre rurale. Après les représentants de la catégorie de selle, vient le tour des chevaux de trait. Et d'abord les héros du jour, « bêtes noires » éclatantes et endimanchées, à l'embonpoint majestueux. Puis arrivent d'autres grandes races de trait : un étonnant trio composé d'une femme en tenue de cavalière, promenant une pesante percheronne grise au crin égayé de laines multicolores et de colifichets en plastique, flanquée d'un poulain folâtre au poil « rouge ». Voici le père, justement. Un étalon ardennais, savamment « allumé » par deux hommes au look maquignon (blouse noire, bâton et fouet) surgit comme un fauve sur la piste11. Et pour finir en douceur, un couple que je connais bien, pour l'avoir « enquêté » à la fin de mon périple nivernais : un éleveur « néo » du Morvan, tout de beige vêtu, à l'unisson de sa partenaire de travail, une comtoise couleur de sable. Queue longue, celle-là, au contraire de tous les autres sujets de trait, et dans une curieuse similitude avec l'accompagnateur qui pousse le poulain, un jeune homme arborant une queue de cheval « post baba ».

24Le Parc donne là un spectacle d'une richesse éclectique. Il s'agit d'une véritable mise en scène de bouleversements qui touchent l'ensemble du monde du cheval aujourd'hui, et dont il faut à présent faire l'analyse. Une première grande leçon : les Haras perdent un monopole établi depuis plusieurs siècles. Nul doute que la cérémonie de Saint-Brisson, au cœur du Morvan, le 4 juin 1988, soit une riposte à la fin de non-recevoir administrée six ans plus tôt à Decize, dans la plaine nivernaise. La réponse est d'autant plus vigoureuse que la fête est manifestement couronnée de succès. Les éleveurs de tous bords ont été nombreux à faire le voyage. Leur présence est un acte de désobéissance vis-à-vis de l'administration tutélaire. Une sage désobéissance chez les gens du Nivernais, qui sont simplement venus offrir leur rituel de concours au Parc. La prestation de la cavalière à la jument percheronne « suitée » d'un poulain ardennais apparaît de toute autre nature : elle pervertit, de multiples manières mais sans doute inconsciemment, les règles du jeu rituel. Première transgression - majeure - de l'ordre paysan traditionnel : être femme, et présenter un reproducteur de trait à la revue des autorités. Elle porte une tenue cavalière décontractée, désignant ainsi son appartenance à la catégorie des « nouveaux éleveurs »12. Plusieurs autres faits confirment la position marginale du trio : imitation maladroite du tressage hautement codifié des crins, avec des laines de couleurs criardes de surcroît, et des petits ornements de plastique ; et puis ce choix d'un reproducteur ardennais pour une belle jument de l'élite percheronne, alors que l'administration en appelle à la conservation du patrimoine des grandes races13... Pour comble, le jeune animal s'avère franchement mal élevé. Mais la tradition veille : l'étalonnier menace l'insolent de son fouet.

25Convié à commencer la scène, le directeur des Haras s'applique à considérer la seule jument, dont le modèle ne lui déplaît pas. Mais l'orateur n'est pas au bout de ses peines. Arrive le couple « néo-comtois » du Morvan. Une lente recherche des mots adéquats pour définir ce qui est résolument atypique : très petit gabarit pour un tractionneur... pourtant subventionné par les Haras, au titre de l'inscription au grand livre d'origine des géniteurs reconnus. Le type morphologique est intermédiaire entre les deux grandes catégories chevalines, soigneusement contrôlées par l'administration : le « trait » et le « selle ». D'où l'embarras du spécialiste, car la fonction première du concours de race, ne l'oublions pas, est d'évaluer le degré de conformité au type morphologique fixé par la tradition. Un dernier trait physique souligne le caractère hors norme de l'animal : la longue queue blonde, que le contraste avec le poil caramel rend encore plus spectaculaire. Tous les gros chevaux présents sont écourtés. Une amputation donnée en spectacle, avec le nattage méticuleux des crins du moignon, qui semble faire rejouer la blessure symbolique. Car l'écourtage signe l'appartenance au monde agricole. Paraître en concours avec une « longue queue », c'est déroger à la coutume paysanne. Le commentateur fait d'ailleurs le lien entre la queue « au naturel », et la polyvalence de l'animal de trait dans l'exploitation néo-rurale, qui repose sur l'élevage, combiné au tourisme hippomobile et à l'exploration d'un nouveau débouché forestier (le débardage). J'avais eu l'occasion d'assister à une séance de dressage chez cet éleveur : la première éducation se fait sous la selle, l'expérience du collier et la traction par les épaules venant après. Une véritable bataille juridique de l'écourtage sévit actuellement en Europe. Elle est révélatrice d'une appropriation du cheval de trait par des citadins qui sont en train d'en faire animal de sport et de compagnie, et refusent le rite paysan de l'amputation (Lizet, à paraître, 1.c.).

Show de Nevers. 24 septembre 1988

26Avec son spectacle en patchwork, dans un déploiement de styles et de codes, de combinaisons hétérogènes, d'éléments bricolés de la grande tradition, le Parc a produit l'une de ces fêtes équestres modernes qui ont proliféré au cours de ces dix dernières années, et qui mériteraient une lecture comparative approfondie. Le département de la Nièvre n'a pas été de reste avec la création, en 1986, de la « fête du cheval et de l'équitation », qui attire, chaque année, un public de cinq mille visiteurs. C'est l'œuvre d'une femme, étrangère au milieu équestre, qui s'est jetée dans l'aventure avec la somme de passion, d'obstination et d'innocence nécessaire pour réussir. Elle est présente à l'inauguration de l'exposition du Parc, et m'explique son intérêt pour le cheval de trait : « Je les trouve beaux, ces chevaux noirs, en plus c'est la race nivernaise, ça me fait de la peine de les voir disparaître. » Et ils figurent bien, dès 1986, parmi les vedettes du « show » de Nevers. Les deux premières années, les éleveurs se contentaient de « promener » leurs champions, comme à leur habitude. Mais c'est à fond de train, en 1988, que des chevaux noirs et des chevaux blancs avoisinant la tonne prennent possession de la piste entre le numéro des « cosaques de la Steppe » (une équipe de cascadeurs basée dans le Midi), et l'exhibition d'un groupe local de chasse à courre. Ils prennent part à l'épreuve de maniabilité attelée, puis à une course de galop, et pour finir, à une démonstration de « travail ». En 1989, une épreuve de traction dite « l'homme contre le cheval » met un éleveur traditionnel aux prises avec un « néo ». Le haut responsable des Haras supervise des « présentations d'élevage » qui n'ont qu'un lointain rapport avec les vrais concours de race : classer les candidats de la section « randonnée » relève de la gageure pure et simple. Un grand trotteur dégingandé précède un « double poney » à robe mouchetée à la manière des montures des Indiens d'Amérique, et ainsi de suite. Mais, le même jour, de « vrais » cavaliers de concours hippique en grande tenue ne sont-ils pas venus se prêter à une parodie d'épreuve de puissance14 ?

27La signification de ces spectacles équestres d'aujourd'hui est peut-être là, dans le travestissement des valeurs et des règles en vigueur au sein du milieu hippique traditionnel. Une tendance qui pourrait atteindre un point extrême avec la banalisation du spectacle lui-même. L'animation assurée par les clubs hippiques fut exemplaire à cet égard, les cavaliers et les montures évoluant sur le terrain en tenue de tous les jours, dans ce qu'elle a d'ailleurs de plus diversifié. Mais il y a d'autres enseignements à tirer de la « fête du cheval et de l'équitation de Nevers », sur le plan de la dynamique sociale. Son organisatrice a gagné un pari difficile : décider certains propriétaires de chevaux noirs à relever le défi, sur « son » terrain de jeu, dans la confrontation sportive avec des concurrents d'une tout autre origine sociale15. Mais elle n'a pas gagné ce pari toute seule. L'Administration des haras, gagnée par une contagion de perestroïka - c'est l'expression employée par la responsable de la recherche à la direction centrale du Service - a opéré une remise en question qu'on devine difficile. La circonscription régionale de Cluny a instauré, à l'automne 1987, un concours d'utilisation de chevaux de trait dressés, et est allée jusqu'à mettre le matériel de l'État (voitures et harnais) à la disposition des concurrents. Des chevaux noirs y participent dès 1988.

28Septembre 1986 : première fête du cheval et de l'équitation à Nevers. Novembre 1987 : premier concours d'utilisation du cheval de trait à Cluny. Juin 1989 : inauguration de l'exposition au Parc du Morvan, avec une présentation des races régionales. Trois événements régionaux qui prennent sens dans la configuration générale ainsi dessinée. Ma propre position dans l'échiquier s'en trouve clarifiée. J'ai entrepris, voilà une dizaine d'années, une exploration du monde du cheval à l'époque précise où une crise profonde et durable commençait à l'ébranler16. Le point de vue ethnologique pourrait-il être entendu à la faveur d'un desserrement du contrôle séculaire de l'État sur l'espèce chevaline ?

Haut de page

Bibliographie

Digard J.-P., 1990. L'homme et les animaux domestiques. Anthropologie d'une passion, Paris, Fayard.

Lachat G., 1985. Le cheval de trait du Nivernais. Étude d'une population en voie de disparition. Dijon, mémoire de 3e année de l'ENITA.

Lizet B., 1988. « Le sang sous la masse. Enjeux de l'émergence d'une race chevaline de gros trait dans la Nièvre », Terrain n° 10.

1989. La bête noire. A la recherche du cheval parfait, Paris, MSH/ministère de la Culture et de la Communication.

1990. L'enrobage des chevaux. Couleurs et stratégies sociales, Ethnozootechnie n° 45.

A paraître. Queues de cheval. Fin d'un rituel d'élevage et changements actuels du rapport à l'animal, actes du colloque Maîtres et protecteurs de la nature. Que nous réserve la nature demain ? (éditions Champvallon).

Rossier E., 1988. Évolution récente et tendances de l'élevage du cheval en France, in Digard J.-P. (ss la dir. de), Des chevaux et des hommes, Équitation et société, Paris, Favre/Caracole.

Haut de page

Notes

1Ces manières d'apprêter les animaux ont vraisemblablement été définies au moment de la création, voilà une centaine d'années en France, des races chevalines à standards et à livres généalogiques (Lizet, à paraître).
2Pour enrayer une diminution des effectifs qui atteignaient un seuil critique dans les années 70, l'Administration des haras nationaux a entrepris de moderniser la production de viande, en mettant en place une « filière hippophagique », sur le modèle du secteur bovin. Force est de reconnaître que le bilan est aujourd'hui négatif : la consommation de viande chevaline est de plus en plus marginale, et suscite d'ailleurs, sur le principe, un véritable débat de société.
3Ce changement de cap a été motivé par l'évolution du cadre général de la recherche. Au départ, elle prenait place dans une série de projets résultant d'un appel d'offres national sur les « chevaux, les ânes et les mulets dans les parcs » (Lizet 1988 : 8). Tous les projets s'étant effondrés (y compris, au Parc du Morvan, le volet « démographico-génétique » initialement prévu), il m'est apparu nécessaire de prendre quelque distance et des précautions théoriques pour traiter deux questions difficiles : la « race » animale domestique, et les modalités de réponse à une demande d'assistance conservatoire, formulée par un Parc naturel régional.
4Le contenu de l'affiche diffusée par le Parc en témoigne : c'est une scène de débardage dans une forêt résineuse du Morvan, avec un charretier et un bûcheron « néo », et une jument... ardennaise. L'exposition n'a d'ailleurs pas été créée de toutes pièces dans le cadre du Parc naturel régional du Morvan : avec l'aide du CCRDA (Centre coopératif de recherche et d'animation en anthropologie de la maison des sciences de l'homme), j'avais réalisé en 1985 l'exposition itinérante « Vivre et travailler avec les chevaux ». Je l'ai complétée par des développements régionaux (l'histoire de la race noire, et les pratiques actuelles en Morvan).
5La réputation « macho » du monde du cheval n'est plus à établir. A tous les niveaux de l'échelle sociale - du cavalier aristocratique au maréchal-ferrant -, les grands acteurs traditionnels sont bien des « hommes de chevaux ». Et le processus récent de féminisation (l'un des aspects de la « massification », comme dit J.-P. Digard) des pratiques équestres mériterait une analyse approfondie.
6Un an et demi plus tard (18 septembre 1989), dans des circonstances aussi solennelles, le leader de la race noire me fera face : son regard ne me quittera pas, tout au long de l'exposé que j'aurai l'occasion de faire à Decize, à la fin du congrès annuel des éleveurs de bovins charolais, et à la veille du concours d'automne des chevaux. Le Parc a jugé le moment venu de présenter les résultats de l'étude aux élus (bailleurs de fonds) et aux notables. L'exposition a été installée dans la chapelle du couvent des Minîmes, et c'est dans le cloître que je prononce mon « discours ». L'exposition est donc « descendue » en pays nivernais. Le livre est paru au printemps, et je l'ai bien sûr envoyé à mes principaux interlocuteurs nivernais. Le grand étalonnier était l'un de ces destinataires. Il ne fera qu'un seul commentaire : « il faut être né là-dedans... » (pour comprendre ce milieu ? Pour en être reconnu ?).
7L'attachement au décorum est l'un des traits culturels dominants de la communauté équestre. Les éleveurs de chevaux de trait sont par ailleurs peu familiers de l'écrit ; plusieurs d'entre eux m'ont demandé de les conduire dans l'exposition.
8De nombreux zootechniciens et anthropologues du siècle dernier ont soutenu l'idée que des populations humaines et chevalines auraient persisté dans les massifs montagneux, depuis les vagues de pénétration indo-européennes (Lizet 1989 : 63-98).
9Il écrit dans la revue Connemara : « Des collines mauves de l'ouest de l'Irlande aux noires montagnes du Morvan, il n'y avait qu'un pas. Des contacts amicaux s'établirent de part et d'autre de la Manche. Le Morvan devint très vite un des premiers producteurs de connemaras en France » (n° 2 ; septembre 1989, p. 7). Etonnante convergence : en 1969, s'inspirant de monnaies éduennes découvertes à Bibracte, le Parc du Morvan a choisi un cheval « celte » comme logo (Lizet 1988 : 8).
10Le parc invitait même les éleveurs à séjourner dans ses prés.
11En concours d'élevage, tout étalon digne de ce nom doit se « présenter en père » (comme disent les professionnels). Ce qui signifie qu'il adopte (et qu'on favorise) toutes les attitudes de la parade sexuelle : encolure rouée, relèvement de toutes les allures, hennissements stridents...
12Cette nouvelle génération d'éleveurs est encore mal connue. Les observations sont fragmentaires, mais on voit bien se dessiner un mouvement d'appropriation péri-urbain du cheval de trait, dans les clubs hippiques, ou chez des particuliers.
13Le croisement interdit est depuis longtemps source de passion et de plaisir pour l'éleveur. Dans la catégorie « trait », le jeu consistait à « toucher au sang », avec le pur-sang (difficile d'accès) et ses dérivés (Lizet 1989 : 258-259, 268-2783). Ce qui est nouveau, c'est qu'on affiche ces pratiques en concours.
14Epreuve de forte intensité dramatique, très appréciée du public, la « puissance » repose sur le principe d'un renchérissement de la difficulté pour le candidat victorieux (on remonte les obstacles après le parcours sans faute). A Nevers, les barres tombaient, les cavaliers n'en avaient cure, et continuaient...
15Et G. Rondi condamne l'« écourtage », au micro, et défend le principe d'une queue « libre » et longue pour une nouvelle génération de chevaux de trait.
16E. Rossier écrivait en 1988 : (en France). « Les effectifs de chevaux sont passés de plus de 3 millions de têtes au début du siècle à moins de 300 000 à la fin de ce même siècle. Après des redressements consécutifs aux deux guerres mondiales, depuis 1950, la courbe ne cesse de décroître, avec un recul qui s'est accentué rapidement de 1959 à 1968... On remarquera que l'espèce la plus faiblement représentée en effectifs (9 millions de vaches et 8 millions de brebis), est la seule qui dispose d'un service particulier et autonome au ministère de l'Agriculture : le service des Haras, des courses et de l'équitation... » Le déséquilibre est venu de l'échec de la reconversion vers la viande. L'institution a perdu son assise historique, constituée par la masse des modestes chevaux de ferme.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lizet B., 1990, « Sur le terrain de concours ou l’ethnologue comme acteur social », Terrain, n° 15, pp. 145-155.

Référence électronique

Bernadette Lizet, « Sur le terrain de concours ou l'ethnologue comme acteur social », Terrain [En ligne], 15 | octobre 1990, mis en ligne le 09 juillet 2007, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2991 ; DOI : 10.4000/terrain.2991

Haut de page

Auteur

Bernadette Lizet

APSONAT - CNRS - Museum national d'histoire naturelle

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals