Navigation – Plan du site
Savoir-faire

Travailler le vison

Les fourreurs « français » et « grecs »
Jean-François Gorre
p. 78-87

Texte intégral

1Dans notre société, la fourrure est porteuse de valeurs symboliques. D'autres travaux ont montré comment elle est l'expression du jeu entre nature et culture : investissement de la force de l'animal, expression du sauvage, marque de la domestication de la nature (Delort 1973, Pouchelle 1981). Notre propos sera différent. Nous étudierons1 dans le cadre du métier de fourreur, à travers une technique particulière, l'« allonge », la teneur de l'affrontement entre deux groupes socio-professionnels. Notre étude s'appuie sur une enquête faite entre 1987 et 1990 à Paris. Ce choix a été motivé par la concentration de l'activité ayant trait à la filière technique et économique de la fourrure et à la présence de l'ensemble des métiers s'y rapportant. Une trentaine d'entreprises d'effectif moyen (inférieur à dix salariés) ont été l'objet d'observations. Le temps d'enquête a varié de la simple interview à la répétition des visites sur les trois ans. D'autre part, nous avons décidé de réduire le champ de cette analyse au seul vison2.

2L'origine du vison joue sur la qualité de la peau. Pour l'élevage, qui fournit à l'heure actuelle 99 % de la matière première, il existe deux souches génétiques, l'une américaine qui présente un jarre3 court et l'autre européenne qui présente des individus avec un jarre long. Selon le fourreur, l'une ou l'autre est jugée de meilleure qualité. L'élevage a permis de contrôler les naissances et ainsi de favoriser les mutations génétiques entraînant l'apparition de nouvelles couleurs ; à l'origine brun foncé, le vison est devenu noir, blanc, gris...

3Cette fourrure est travaillée dans la plupart des cas en « allonge ». C'est une technique qui s'applique aux pelleteries ayant un poil de taille moyenne, c'est-à-dire 15 à 25 mm, catégorie à laquelle appartient le vison. La peau est découpée en lamelles de 5 mm à 1 cm de largeur en forme de V (la coupe) dont la pointe est au milieu de la peau. Puis l'ensemble des V sont décalés les uns par rapport aux autres d'une distance qui peut varier (le décalage). Lors de la couture, l'intérieur de la pointe du V est recousue sur elle-même ce qui a pour effet de faire glisser chaque V le long des branches du V suivant, et ainsi de suite. Cela permet la transformation de la forme de la peau pour lui donner, le plus souvent, celle d'une bande. Deux opérations mécaniques sont nécessaires pour l'exécution du travail : découper le cuir puis le coudre.

4A Paris on distingue deux traditions de travail. La première tradition que l'on nommera « française » peut se caractériser ainsi : l'intervention de l'ouvrier qui consiste à couper et coudre le cuir doit au maximum être invisible du côté du poil. « C'est dans la coupe des peaux que réside tout son art (le fourreur). Il faut essentiellement que son raisonnement intervienne à chaque instant dans son travail pour lui dire s'il faut couper, où et comment il doit couper pour obtenir le résultat désiré. C'est surtout avant de couper qu'il est nécessaire d'apporter toute son attention à son travail, car il faut que cette coupe ne soit pas inutile et que, spécialement pour chaque genre de fourrure, toute coupe recousue ne soit pas visible pour les yeux profanes » (Kretzschmar 1918 : 380).

5La deuxième tradition est dite « grecque ». S'il est vrai que la majorité de ceux qui la pratiquent sont de nationalité grecque, l'appartenance juridique à un pays n'est pas l'élément discriminant. Dans cette tradition de travail, la rapidité est le plus souvent privilégiée. Adapté pour réduire le temps d'exécution, le résultat final présente la particularité de laisser voir la forme des coutures du côté du poil.

6Après la Deuxième Guerre mondiale, le vison est sauvage, c'est une pelleterie rare et qui est travaillée seulement par quelques ouvriers qui apportent une forte valeur ajoutée à la matière première. Ils disent faire du travail de « fin ». Ce groupe s'est maintenu jusqu'à aujourd'hui.

7L'augmentation de quantité de vison (développement de l'élevage) va entraîner la demande d'une main-d'œuvre numériquement plus importante et une diminution de la part du façonnage sur le produit. Ils font du travail de « gros ».

8Au premier abord, appartenir au groupe français veut dire faire du « fin » et être « grec » revient à faire du gros.

9Pour comprendre ces diverses qualifications de travail, il convient de les situer à travers le processus technique : l'allonge, mais aussi à travers la commercialisation de la fourrure.

L'allonge

10Il est difficile de savoir exactement quand cette technique est apparue. En effet, elle se présente comme le prolongement d'autres techniques de travail et comme le résultat logique d'une nouvelle demande venue de l'extérieur. Elle n'apparaît donc pas comme une invention au sens strict du mot. Cependant différents éléments permettent de dater son emploi du début du siècle approximativement. Un manuel en langue allemande édité en France (Larish et Schmid 1902) explique la méthode utilisée pour réaliser des manchons. La technique proposée s'apparente à l'allonge telle que les fourreurs « français » la pratiquent à l'heure actuelle. Le fait que le manuel soit en langue allemande n'est pas dû au hasard, en effet une grande partie des ouvriers qualifiés vient d'Allemagne4. On retrouve seize ans plus tard, la technique de l'allonge décrite dans un manuel de langue française (Kretzschmar 1918 : 339). L'auteur évoque une autre technique également pratiquée à l'époque : « la coupe de rentrée par échelle » qui est abandonnée et inconnue à l'heure actuelle. L'auteur mentionne sa description dans Le dictionnaire des sciences (1751-1780 : 262, tome 7) de Diderot. La peau est découpée en petits carrés, qui sont décalés les uns par rapport aux autres. Il est fort possible que l'allonge soit une adaptation de cette technique plus ancienne. L'histoire de l'allonge est liée aussi à l'introduction au début du siècle de la machine à coudre pour la fourrure, la surjeteuse5, à l'amélioration des qualités des apprêts qui rend le cuir plus souple et moins épais et aux contraintes nouvelles apportées par les techniques de modélisme venant de la couture, qui demandent d'adapter la forme de la peau à un modèle de vêtement.

11Par ailleurs, le développement des expéditions vers l'hémisphère Nord va avoir pour effet d'augmenter les stocks de fourrures disponibles. Jusqu'à la Première Guerre mondiale, la fourrure se porte en garniture, ou manchon, ce qui explique que le livre allemand du début du siècle s'intéresse exclusivement aux manchons et non aux manteaux. Ce n'est que progressivement que la fourrure devient un vêtement complet.

12Pour étudier l'allonge et illustrer notre propos, nous allons effectuer une comparaison des deux traditions. Nous observerons dans un cas un ouvrier grec et dans l'autre un ouvrier français qui coupe et une ouvrière qui coud6.

13Il existe en effet une différence notable entre les deux formes du tracé de la découpe du cuir. Dans un cas la découpe est dite « galbée », dans le second cas elle est « droite ».

14Le fourreur perçoit sur une peau des variations dans l'implantation et la structure du poil. Deux lignes partagent la peau, l'une dans le sens de la largeur au niveau des pattes avant (la croix), une autre coupe la peau dans sa longueur au niveau de la colonne vertébrale (l'arête). Le fourreur distingue en dessous de la croix et en partant de l'arête, l'entre-flanc ou le gras, puis le flanc. Chaque surface se caractérise par une différence de densité, de couleur et d'élévation du poil.

15Dans le cas français, l'ouvrier tient compte pour son travail des variations de poil sur la peau. La coupe passe en travers de zones de poils différents. Le décalage des coupes entre elles, c'est-à-dire le glissement des branches des V l'une par rapport à l'autre a pour conséquence de mettre face à face des zones de poils différents. « Quand tu fais ton V, tu vas le faire galbé. Les hauteurs de poils ne sont pas identiques, il faut éviter de mélanger différentes hauteurs de poil car sinon cela se voit par effet de contraste, alors tu fais varier l'angle de ta coupe. Dans les flancs et l'arête, le poil est moins fourni, alors il faut mélanger le moins possible, alors ta coupe doit être presque parallèle à l'arête, comme cela les deux parties glissent rapidement l'une par rapport à l'autre. Dans le gras, le poil est plus fourni, alors tu peux mélanger plus, ta coupe doit se rapprocher de la perpendiculaire à l'arête » (ouvrier fourreur « français » 40 ans).

16La technique du galbé n'est pas toujours appliquée ; en effet pour aller plus vite certains ouvriers coupent droit tout le long de la coupe ne tenant pas compte ainsi des différences d'implantation du poil.

17La coupe galbée est le plus souvent exécutée par l'ouvrier « français » alors que l'ouvrier « grec » aura tendance à couper droit. Mais il existe un certain nombre de variantes. Les fourreurs « français », artisans de 50 ans, dans leur majorité, voient à travers le galbé une possibilité de se différencier. Ils aiment mieux prendre plus de temps pour faire ce travail que de privilégier la rentabilité. Les fourreurs « français » de moins de 40 ans ont tendance à atténuer la forme galbée de la coupe. Ils se seraient rendu compte que la couture « serrée » suffisait pour donner une bande convenable.

18Un autre élément entre en ligne de compte dans le fait d'appliquer ou non la forme galbée, c'est la machine à couper. En 1958, L'Artisan Fourreur mentionne l'invention par les Allemands d'une machine à couper. La peau est d'abord coupée par son milieu, puis chaque partie est passée sous un rouleau qui la découpe en fines bandes droites de 5 mm à 1 cm. Il n'est pas possible de donner à la coupe une forme galbée avec cette méthode. Cette machine est d'abord diffusée dans la confection de moyenne et basse qualité. Maintenant son emploi se généralise chez les confectionneurs de bonne qualité, mais il existe une forte réticence à utiliser la machine à couper dans les ateliers français, même si l'on passe progressivement à la coupe droite. Le métier en France présente une division sexuelle du travail qui implique que l'homme coupe et que la femme couse. La coupe est survalorisée par rapport à la couture. Dans le groupe des « grecs », ce sont les hommes qui cousent à la machine. Parce qu'elle remplacerait le coupeur dans l'atelier français, la machine à couper est perçue comme la remise en question d'un statut social et aussi d'un poste de travail.

19Il faut ajouter, d'un point de vue plus pragmatique, que la machine à couper représente souvent un investissement prohibitif variant de 15 à 25 000 francs : il faudrait faire de très nombreuses coupes d'allonge pour la rendre rentable.

20Comme la coupe, la couture présente selon la méthode de travail utilisée un certain nombre de variations. La posture de travail à la machine à coudre, la surjeteuse, constitue un premier élément de différenciation. L'ouvrière « française » est face à sa machine, elle tient une pince de brucelle munie d'un manche à l'extrémité pointue qui permet de rentrer le poil entre les deux morceaux de cuir à coudre. L'ouvrier « grec » lui, se tient de côté. Il utilise ses deux pouces pour rentrer le poil. La pince permet, selon l'ouvrier « français », d'éviter que du poil se trouve pris dans la couture, les pouces n'étant pas aussi efficaces.

21Par ailleurs, deux éléments sont susceptibles de varier dans le point, ils sont induits par la mécanique de la surjeteuse : la tension du fil (ce qui fait que les deux morceaux de cuir sont plus ou moins serrés) et l'espacement des points. Du point de vue de la qualité d'une « bande », la tension du fil et le serrement du point permettent selon les fourreurs « français » d'éviter que la couture ne « casse » (lorsque la bande roule sur elle-même, le poil s'écarte au niveau de la couture et la rend visible). Cela permet aussi d'obtenir une « bande ronde » (dont la forme bombée sur sa largeur fait relever le poil). Pour l'ouvrier « grec », le fait de diminuer la tension et écarter le point répond au désir de gagner du temps dans l'exécution du travail. « Ils sont payés à la peau. Quand le fil est serré, il a tendance à casser plus souvent, c'est quelques minutes perdues à chaque fois. Puis l'espacement entre les points, c'est par habitude, ça va plus vite. En fait tout un ensemble de choses qui à la fin de la journée font que l'ouvrier peut faire deux ou trois peaux en plus. D'ailleurs certains vont si vite qu'ils sont obligés d'huiler leur machine deux fois par jour tellement elle chauffe. Une machine, avec un « grec », elle est morte au bout de cinq ans » (fourreur grec faisant travailler des ouvriers grecs spécialisés dans la couture d'allonge.)

22A l'inverse, les ouvrières « françaises » huilent seulement en fin de semaine des surjeteuses qui peuvent durer plus de trente ans. Les caractéristiques du produit obtenu permettent de revendiquer l'appartenance à tel ou tel groupe : « Je suis artisan parce que je travaille comme ça et j'ai pour résultat un travail correspondant aux valeurs "françaises". »

Les rapports de production, de vente et de commercialisation du produit

Le fin et le gros

23Si le « grec » fait dans la majorité des cas de la sous-traitance de gros, le fourreur « français » est généralement un artisan qui a sa propre clientèle. Il fait du sur-mesure et donc doit maîtriser tous les aspects de la technique. La plupart du temps il n'est pas spécialisé. Notons que parfois il travaille pour un confectionneur mais dans ce cas il exécute un travail dit de qualité, le « fin », qui est payé plus cher. En général, on n'a plus affaire à du vison mais à de la zibeline ou d'autres peaux plus rares et onéreuses ; si c'est du vison, il s'agit d'un modèle qui présente une complication technique ou de collections de haute fourrure.

24Le fourreur français ne recherche pas la rentabilité à tout prix : « Moi je ne fais pas un travail d'usine. Je ne pourrais pas vivre dans ce style de vie (travail rapide pour la confection), moi je suis du style, je pose et je repose l'ouvrage, j'ai vu des soirs où le manteau était déjà sur le mannequin, il y avait un problème, mon mari le matin corrigeait » (femme de fourreur travaillant avec lui, 75 ans).

25A l'opposé, on trouve le travail de confection de « gros ». Il s'agit d'un travail répétitif. Les ouvriers grecs rencontrés sont pour la plupart immigrés depuis peu, cela implique pour eux de travailler pour la fabrication de « gros ». Le nouvel arrivant ne trouve du travail que dans la mesure où il accepte d'être peu payé et de travailler pour des compatriotes. D'ailleurs, ne parlant que le grec, il ne peut négocier avec des fourreurs français. De son habileté et de la rapidité au travail dépend la réussite de son immigration saisonnière (de septembre à mars). Dans un premier temps, l'ouvrier reste avec ses compatriotes, ils fréquentent les mêmes cafés dans le quartier de la confection en fourrure. Dans un second temps, ils peuvent décider de s'installer. L'obstacle de la langue dépassé, ils s'associent à plusieurs : frères, cousins et beaux-frères. Nous avons observé 4 cas d'installation correspondant à ce schéma.

26Si le désir de l'ouvrier grec d'accéder à un marché où le travail soit mieux payé est légitime, il n'en rencontre pas moins un certain nombre d'obstacles : il lui faut intégrer un réseau de sous-traitance autre que « grec » et avoir accès au savoir technique « français ». L'ouvrier grec arrive en France avec sa propre technique de travail, qui se limite le plus souvent à des pelleteries (vison, renard) travaillées dans son pays selon des techniques spécifiques. Il peut arriver qu'il connaisse les critères de qualité « française » pour avoir travaillé dans l'atelier d'un artisan français qui lui avait imposé de serrer le point. Mais il se trouve prisonnier de contraintes qui ne sont pas seulement techniques. Les maisons de fourrure qui demandent son travail, veulent le payer le moins cher possible, alors il continue de travailler comme il l'a toujours fait. De plus, même à son compte, il pourrait proposer un produit fait à la méthode « française » mais il ne le fait pas parce que le produit qu'il propose dans sa boutique trouve acquéreur.

Sur-mesure et prêt-à-porter

27C'est vers les années 18307, qu'apparaît en France et dans d'autres pays le système des tailles normalisées. On passe ainsi d'une perception du corps unique à un corps normé et codé pour tous. Le système des tailles permet l'apparition tout d'abord pour le tissu, au début du siècle du prêt-à-porter qui se généralisera à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Vers 1850, avec l'avènement des grands magasins tels que le Bon Marché, on crée des rayons fourrures où l'on vend à des prix moyens des garnitures et des manchons. Il faut attendre les années 1970-80 pour que le phénomène du prêt-à-porter se généralise dans la fourrure. Il s'accompagne de l'arrivée sur le marché de confectionneurs-détaillants proposant un produit fait à l'étranger. Cette concurrence est très mal ressentie par le « petit fourreur » qui devra lui aussi devenir détaillant pour satisfaire le désir des clientes d'emporter leur manteau sur-le-champ. Il va chez un confectionneur qui propose des produits à prix suffisamment bas pour qu'il puisse à la vente, prendre sa marge de bénéfice. Le vison à bas prix est fabriqué à l'étranger, il présente une allonge dont les coutures sont visibles. Cet artisan qui revendiquait un travail de qualité française, c'est-à-dire à coutures non visibles se voit obligé de proposer un produit à coutures visibles.

28L'abaissement progressif du prix de la fabrication du vison se fait à partir des années 70. Des confectionneurs vendant au détail, qui jusqu'ici faisaient fabriquer à Paris, s'adressent aux ateliers à l'étranger. La façon de « gros » ne se fait plus sur place, comme cela avait pu se faire jusqu'ici. Il s'agit d'accéder à une main-d'œuvre à bon marché dans des pays où les salaires sont minimes. La confection étrangère est d'abord faite à Kastoria en Grèce. Puis, à l'entrée de la Grèce dans le marché commun, c'est en Corée, pour 1,10 $ l'heure8, que va être exécuté le travail. Le changement de pays ne va pas modifier la forme de l'allonge, les coutures restent visibles. Dans les années 80, des boutiques de détail particulières s'ouvrent, au dire de certains fourreurs, leur stock avoisine les 3 à 4000 pièces. Elles sont tenues par des personnes extérieures au métier. Leur participation est financière. Elles apportent avec elles un ensemble de nouvelles méthodes de vente pour la fourrure.

29Les frais engagés ne portent plus sur la fabrication, mais sur la promotion publicitaire : périodes de soldes en hiver, promotions, rabais (–20 à –80 %), prix barrés, fausses liquidations, reprises des vieux manteaux, il faut donner à la cliente l'impression qu'elle fait une affaire. Ces campagnes de vente sont faites en période de saison, c'est-à-dire de pleine activité.

30La rencontre sur un même marché de deux manières de coudre permet de comprendre l'opposition entre les divers milieux socio-professionnels de la fourrure. Derrière une simple différenciation technique apparaissent les éléments de revendication d'une identité et d'une concurrence économique. Autour de la technique se polarisent les affrontements pour le contrôle d'un marché. D'un côté les artisans qui font un travail le plus compliqué possible pour donner de l'extérieur l'impression que cela est facile à réaliser, « si la cliente savait comment on coupe la peau ». De l'autre côté un groupe pris dans des rapports de production qui exigent d'aller le plus vite possible à l'inverse de la tradition artisanale.

31A l'heure actuelle, l'antagonisme entre les « grecs » et les « français » perd de sa vigueur. Certains membres du groupe des immigrés se sont installés à Paris. Un syndicat d'artisans parisiens a donné des cours de couture grecque. Cette dernière était adaptée et le résultat esthétique était identique au travail dit « français ».

32Dans le cadre institutionnel, l'Education nationale continue à faire passer une vingtaine de CAP (Certificat d'aptitude professionnelle), examens sanctionnant trois ans d'apprentissage. Mais seuls deux ou trois diplômés trouveront du travail dans la profession. A terme, ce sont les effectifs qui vont se réduire, les grecs présents fourniront la nouvelle main-d'œuvre. Ils ont commencé à le faire pour le travail à la machine. Ils sont cinq ou six à ma connaissance à travailler pour des façonniers français de « fin ». Cependant, il reste pour ceux qui ont fait leur apprentissage à Kastoria à apprendre les méthodes de travail « françaises » de coupe. C'est-à-dire élargir leur savoir technique.

33Conjointement, la cliente entre 25 et 40 ans se lasse du vison tel qu'il a été vu jusqu'ici. Les producteurs de vison proposent de plus en plus des visons sous une autre forme en faisant subir aux poils lors de l'apprêt des traitements tel que des rasages, épilations ou colorations (jaune, vert, orange...). Mais cette génération de 25 à 40 ans pourrait éprouver un plus vif attrait pour l'astrakan perçu comme un produit nouveau. L'ouverture des pays de l'Est va permettre l'arrivée sur le marché de Hongrois, Polonais, Tchécoslovaques qui sont restés les spécialistes du travail de l'astrakan. Ils apporteront certainement leurs techniques de travail qui se distingueront par l'adaptation à une rapidité d'exécution et leur mode de représentation du produit et de la matière.

34La possible reprise du même phénomène de contact, montre combien la fourrure est exemplaire dans la mise en évidence d'un système d'identité, construit à partir de la maîtrise de procédés techniques et du mode de représentation mis en jeu entre différents groupes.

Haut de page

Bibliographie

L'Artisan Fourreur, depuis 1948. Revue de la Fédération nationale des maîtres-artisans de la fourrure.

Basnyau P., Feyte P. et J. Savary, 1978. Technique de la fourrure, Paris, Fédération nationale de la fourrure.

Constant G., s. d. Le guide de la fourrure, Paris, Groupe Fastral.

Delort R., 1973. « Le commerce de la fourrure à la fin du Moyen Age vers 1300-1450 », thèse d'histoire, université de Paris IV.

Diderot D. et al., 1966 (1751-1780). Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, fac-similé, Stuttgart, Friedrich Framman Verlag.

Histoire de l'industrie et du commerce en France. L'effort économique français contemporain, s. d. Paris, Editions d'art et d'histoire, vol. II, pp. 142-143.

Gallon R., s. d. La fourrure, ouvrage technique moderne illustré sur le travail des pelleteries, Paris, éd. par l'auteur.

Hercovici A., 1986. Le droit des animaux ? Remise en question, Montréal, FIDES.

Kretzschmar Ch., 1918. Les animaux à fourrure. Particularités, provenances, valeurs, emplois. Le commerce du pelletier. Le travail du fourreur, Chalon-sur-Saône, Emile Bertrand.

Larish P. et J. Schmid, 1902. Das Kürschner-Handwerk. Eine gewerbliche Monographie, Paris, Drück von J. Mesch.

Le Boucher Fr., 1965. Histoire du costume en Occident de l'Antiquité à nos jours, Paris, Flammarion.

Pouchelle M.-Chr., 1981. « Des peaux de bêtes et des fourrures », Le temps de la réflexion, n° 2.

Thévenin R., 1949. Les fourrures, paris, PUF, Que sais-je ? n° 384.

Zarca B., 1986. L'artisanat français du métier traditionnel au groupe social, Paris, Economica.

Haut de page

Notes

1Cet article expose les premiers résultats d'une recherche effectuée par la mission du Patrimoine ethnologique.
2Vison d'Europe Mustela lutreola (Linnaeus 1761) ; vison d'Amérique Mustela vison (Schreber 1777). L'origine du terme est inconnue. L'animal est présent en Europe « mais suffisamment rare pour être ignoré des fourreurs jusqu'à la moitié du xixe siècle (Thévenin 1949 : 34), avant son arrivée sous forme de peau du Canada par l'intermédiaire de la Compagnie de la baie d'Hudson. Il est d'abord chassé puis élevé en U.R.S.S., dans les pays scandinaves, aux U.S.A., au Canada, aux Pays-Bas et en France. Soit 30 millions d'unités par an, dont la presque totalité va être transformée en vêtement.
3La fourrure est formée de deux sortes de poil, le plus long, le jarre, le plus court, le duvet ou la bourre (Constant sd : 89).
4« A l'époque les fourreurs ne travaillaient guère que de septembre à décembre, et le reste de l'année n'occupaient point leurs ouvriers. Ceux-ci étaient en grande partie des étrangers – surtout des Allemands–, qui retournaient dans leur pays, où ils passaient sept à huit mois. Leurs principales occasions d'affaires étaient les mariages. » (Histoire de l'industrie et du commerce en France, sd : 142 et 143, vol. II.)
5Exposition universelle de 1878, groupe VI, classe 58. Rapport sur le matériel et les procédés de la couture et de la confection des vêtements par E. Bariquand.

Suit une description qui correspond en tout point à la machine du fourreur, ainsi par le biais du gant, il est possible de dater l'invention de la surjeteuse du fourreur, non pas avec précision mais approximativement vers 1867, 1868.

6Il s'agit pour l'artisanat français, d'un des rares cas où une même personne ne maîtrise pas l'ensemble de la chaîne opératoire pour un métier mais où il est besoin d'une association de deux personnes (Zarca 1986).

L'invention de la machine à coudre les gants est due à M. Henriksen, ouvrier horloger, à Copenhague. Sa première machine était à navette, elle cousait le surjet, et fut exposée en 1867. Le brevet français fut acheté par Brosser, puis revendu à Jugla, à Paris. Au début l'aiguille est à la verticale, puis « elle est placée horizontalement et avance sur l'opérateur ».

7Les étapes de l'introduction du système de taille :

- 1834. Traité encyclopédique de l'art du tailleur de F. Barde,

- 1849. Lavigne, professeur de coupe met au point un « buste mannequin »,

a forti- 1852. Elisa Le Monnier ouvre à Paris une école professionnelle de 50 élèves et enseigne lingerie et couture (Le Boucher 1965 : 360).

8« Une seule de ces usines en Corée produit des vêtements pour une valeur de 130 millions de dollars par année et emploie 600 opérateurs de machine à coudre ; aucune exploitation canadienne - et ori française - ne peut rivaliser avec ce genre d'opération. Les travailleurs sont payés l'équivalent de 1,10 $ l'heure, bien en dessous du salaire d'un ouvrier canadien » (Hercovici 1986 : 239 et 240 note 99).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gorre J.-F., 1991, « Travailler le vison. Les fourreurs "français" et "grecs" », Terrain, n° 16, pp. 78-87.

Référence électronique

Jean-François Gorre, « Travailler le vison », Terrain [En ligne], 16 | mars 1991, mis en ligne le 24 juillet 2007, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/2999 ; DOI : 10.4000/terrain.2999

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals