Navigation – Plan du site
Savoir-faire

Les savoir-faire : une très longue histoire

Jacques Pelegrin
p. 106-113

Entrées d’index

Lieu d'étude :

France
Haut de page

Texte intégral

1L’étude des pratiques techniques théoriques préhistoriques a suivi une allure plutôt discontinue, depuis la reconnaissance vers le milieu du siècle dernier d'une humanité « antédiluvienne ». Dès ce tout début, c'est en référence au domaine des techniques que se forme la trame des toutes premières classifications, comme celle de Thomsen en 1836 (succession des âges de la pierre, du bronze et du fer) et la distinction entre un paléolithique suivi d'un néolithique, termes créés par J. Lubbock en 1865 pour la succession des âges de la pierre taillée puis polie... Très tôt aussi, les meilleurs érudits mêlent heureusement témoignages ethnographiques, observations d'artisans contemporains et parfois leurs propres essais de reproduction.

2Mais les références ethnographiques, souvent de seconde main, sont définitivement imprécises, les métiers contemporains trop anachroniques (les caillouteurs fabricants de pierres à fusil utilisent des outils de fer), et les tentatives de reproduction, approximatives, en restent au « comment » sans analyse des différents facteurs en jeu. Puis les efforts de recherche se concentrent sur la classification chronologique des industries de l'âge de la pierre. Pour cela, on privilégie les outils de pierre et d'os les plus particuliers - les fameux fossiles directeurs -, au détriment d'une approche plus globale des industries et des comportements dont ils sont le résultat. Cette vision des objets caractéristiques marque encore une part de la muséographie.

3C'est à partir de la seconde moitié de ce siècle que, peu à peu, se renouvellent les problématiques et les méthodes d'étude des industries préhistoriques, notamment sous l'impulsion d'A. Leroi-Gourhan, F. Bordes, J. Tixier et leurs collègues. En bref, l'approche technologique forme le trait d'union entre les objets et structures dégagés lors de fouilles minutieuses et les comportements humains dont ils témoignent, dans leurs aspects biologiques, techno-économiques, sociaux et culturels.

4Cette reconstitution des activités techniques peut atteindre un degré de précision surprenant notamment quand, dans un sol d'habitat intact, peuvent être remontés les différents fragments de chaque bloc de silex taillé, de pierres de foyer éclatées au feu, de squelettes d'animaux abattus et consommés... (Cahen et al., 1980 et Le Courrier du CNRS n° 73).

5Mais, pour intéressante qu'elle soit, la reconstitution des comportements n'est pas le but ultime du préhistorien. Il faut encore tenter de dégager de ces comportements ce qu'ils peuvent témoigner de l'organisation sociale des activités - qui fait quoi -, de l'organisation des groupes entre eux - selon les options qu'ils partagent ou qui les différencient - et des mécanismes évolutifs de ces organisations. Face à des questions si délicates, les archéologues européens ont tendu à perfectionner leur démarche inductive alors que la New Archaeology américaine développait une approche hypothético-déductive, les données devant « valider » une hypothèse ou un modèle posé a priori (Perlès 1987 a).

6Cette démarche inductive des continentaux - en particulier francophones -, repose d'abord sur l'étude très soigneuse des données de fouille, puis sur une analyse des divers facteurs des comportements ou systèmes impliqués au plan du comportement technique individuel ou collectif, au plan des relations avec l'environnement, mettant en jeu des notions tirées des domaines de la psychologie, de l'économie, de la biologie-écologie...

7Parmi l'ensemble des activités techniques préhistoriques, la taille des outils de pierre forme un domaine d'étude très privilégié. En effet, en plus de la quasi-impérissabilité des matériaux lithiques, de réemploi très limité (contrairement au métal, au bois...), tout impact (percussion ou pression) y détermine fracture ou fissure. Ainsi tous les gestes techniques y sont lisibles. De plus, la complexité même des contraintes techniques de la fracturation contrôlée, la variété des techniques de taille, des séquences possibles agencées en méthodes, tout cela donne à la fabrication lithique un très riche potentiel d'information pour l'archéologue.

8Dans le même temps, en corrélation avec l'évolution des problématiques et une étude plus approfondie des collections archéologiques, la pratique expérimentale de la taille est devenue plus rigoureuse et a ainsi pu participer à l'analyse des « éléments » psychologiques en jeu dans l'activité de taille.

9C'est une version de cette analyse qui est maintenant présentée, dans l'objectif particulier de discuter ensuite de l'apparition de savoir-faire « élaborés », comparables à ceux mis en jeu dans des activités artisanales contemporaines.

Approche des savoir-faire dans la taille des roches dures

10Plusieurs caractéristiques particulières marquent la taille contrôlée - selon la fracture conchoïdale ou encore rupture fragile des physiciens - des roches dures comme le fameux silex.

11Tout d'abord, sauf à la fin de l'âge de la pierre où interviennent la pression et le polissage, le travail des roches dures est effectué essentiellement par percussion. Le percuteur de pierre, de bois végétal ou de cervidé est donc animé d'un geste rapide - balistique - qui ne peut être contrôlé par la vue pendant son cours. Les gestes doivent donc être ajustés avant d'être effectués. Ils ne sont ainsi jamais parfaits, alors même qu'ils ne peuvent être repris et n'autorisent aucun repentir.

12Ensuite, l'obtention de produits définis à partir de blocs bruts jamais identiques impose des opérations de préparation et de correction avant et pendant les phases strictement productives. Dès lors, pour de telles productions, le tailleur ne peut appliquer « à l'aveugle » un enchaînement immuable de gestes stéréotypés : il lui faut constamment apprécier l'état de la pièce et adapter le ou les quelques gestes de taille à suivre. On comprend donc qu'il doive avoir à l'esprit non seulement le ou les produits désirés, mais aussi une succession de formes géométriques intermédiaires, images mentales ou concepts, qui lui servent de guide mental au cours de sa démarche. C'est pour progresser de l'une à l'autre ou corriger une « déviation » qu'intervient une nécessaire souplesse : imaginant et/ou combinant diverses modalités d'action, le tailleur opte pour la modalité à la fois possible (selon les contraintes) et souhaitable (selon l'objectif).

13Ainsi, cette analyse concordante d'observations archéologiques et expérimentales retrouve les deux « éléments » fondamentaux en jeu dans les activités techniques : des connaissances et des savoir-faire.

14Les connaissances regroupent d'une part les représentations mentales des formes jugées idéales et des matériaux en jeu (concepts), et un registre de modalités d'action (gestes associés à leur résultat pratique). Ces connaissances correspondent à des mémorisations de formes et d'actions élémentaires, et peuvent être acquises pour l'essentiel par simple observation des aînés, en s'inscrivant dans la mémoire des faits.

15Les savoir-faire, eux, reviennent à la capacité d'effectuer des opérations mentales et à des estimations sur les résultats de ces opérations. Le savoir-faire idéatoire correspond à la construction et l'évaluation critique de la situation présente, à l'évocation des suites possibles selon diverses modalités imaginées, suites virtuelles chacune qualifiée selon ses avantages et risques respectifs. Le savoir-faire moteur correspond à la programmation plus ou moins fine des gestes de taille, c'est-à-dire à des opérations intuitives sur les paramètres sensoriels et proprioceptifs en jeu : masse et qualités de l'outil et de l'objet taillé, caractère de l'enlèvement attendu, pour l'adaptation du maintien de l'objet, du dessin et de la puissance du geste.

16A l'opposé des connaissances, les savoir-faire s'affinent au gré de l'expérience pratique de l'individu et ne sont guère transmissibles. Ils sont du ressort de la mémoire procédurale, remarquablement persistante au long de la vie et résistante à diverses formes d'amnésies qui peuvent toucher (l'expression de) la mémoire des faits (Squire 1986).

17La distinction proposée, même si les termes peuvent en être contestés et les définitions adaptées, paraît apte à rendre compte de très nombreuses activités techniques, sportives ou ludiques, qui sont toujours, selon différents équilibres, des activités idéomotrices.

Éléments d'une histoire des savoir-faire

18Bien entendu, une telle analyse est a priori la plus aisée à mener sur les restes d'activités d'Homo sapiens sapiens (depuis 40 000 ans environ en Europe), tant par la meilleure conservation des sites que par la richesse et la « clarté » de ces activités. D'évidence, il s'agit souvent d'activités de taille « élaborée », au sens où :

  • elles comprennent plusieurs étapes, marquées de changements d'opération (par ex. : dégrossissage et mise en forme, débitage productif, réaménagement, poursuite du débitage...) et/ou de technique (changement de percuteur ou de geste technique) ;

  • elles aboutissent à des produits normalisés voire standardisés, de forme très différente de celle du matériau brut ;

  • elles nécessitent une organisation complexe d'enlèvements interdépendants caractérisés pour eux-mêmes (prédéterminés) ou par leur négatif (prédéterminants).

19Connaissances et savoir-faire y sont alors assez facilement repérables. La richesse et la précision des connaissances se dégagent de la richesse et de la stabilité de panoplies d'outils et de pratiques techniques retrouvées à travers de larges régions et sur de longues périodes. Leur nature de mémorisation de faits visibles (observation et imitation des aînés) explique leur inscription dans les traditions, et, selon leurs particularités, leur valeur d'indicateur culturel dès lors qu'elles ne sont pas strictement déterminées par les contraintes de l'environnement et des matériaux.

20La finesse des savoir-faire idéatoire et moteur engagés, déjà perceptible au vu de la complexité des opérations réalisées, est confirmée par la « difficulté » d'exécution que retrouvent les tailleurs modernes. Développée par l'expérience personnelle, cette finesse a pour corollaire d'impliquer un temps relativement long d'acquisition à partir d'un niveau minimal de maturation (préadolescence). Cette prédiction générale semble maintenant renforcée par des travaux récents qui distinguent dans une même unité d'habitation divers « stades » d'apprentissages qui pourraient ainsi marquer des individus d'expérience - et d'âge - différents (Pigeot 1987, Olive 1988, Ploux 1989).

21A un stade avancé du néolithique apparaissent d'ailleurs des productions localisées comme celles de longues lames ou pièces façonnées (haches, « poignards »), qui supposent des connaissances et surtout des savoir-faire nettement supérieurs à ceux des activités domestiques ubiquistes. A l'argument de la diffusion des produits - spécialisation « économique » - s'ajoute ainsi celui d'une spécialisation « technique » en faveur de l'apparition de véritables « spécialistes artisans » au sein de certaines sociétés (Roux 1990).

22Si l'on voit ainsi que, d'une manière ou d'une autre, certaines activités techniques préhistoriques des périodes récentes sont analysables en termes de connaissances et savoir-faire, qu'en est-il des périodes anciennes, du développement même de ces notions au cours de l'hominisation ?

23Répondre à cette question apparaît immédiatement très délicat, dès lors que l'on songe notamment aux nombreux animaux qui se livrent à des activités techniques : insectes, oiseaux et mammifères bâtisseurs, ou utilisant des objets naturels pour accomplir certaines tâches (Beyriès et Joulian, sous presse).

24Non seulement la part de l'inné (comportements génétiquement codés, prédominants chez les espèces animales et primitives), de l'acquis (comportements appris par imitation) n'est pas facile à faire, mais l'acquis lui-même peut engager un « degré de liberté » ou de conceptualisation de l'acte technique très difficile à préciser.

25Au moins notre plus proche cousin, le chimpanzé, est-il capable d'apprendre à fabriquer un tronçon de baguette effeuillée pour pêcher les termites ou les fourmis, et même, pour certaines bandes, d'organiser un « atelier » de cassage de noix qui nécessite une enclume (souche d'arbre) favorable et un percuteur (segment de branche) adapté. Pour cette dernière tâche, les jeunes, après avoir longuement assisté à l'activité de leur mère, mettront plusieurs saisons à devenir efficaces (Boesch et Boesch).

26Cependant, les premiers « hommes », au cerveau plus gros que celui de nos cousins anthropoïdes, de locomotion bipède probablement plus ancienne, dépassent les performances du chimpanzé par un critère qualitatif : la fabrication d'outils à l'aide d'un autre outil. Il s'agit des galets taillés, dont les plus anciens, en Afrique orientale, remontent à près de 2,7 millions d'années (Roche 1980).

27Pour une part, ces pièces portent la trace sur un bord ou à une extrémité de quelques enlèvements qui dégagent une pointe grossière ou un tranchant sinueux. D'autres montrent les cicatrices plus envahissantes de davantage d'éclats (objectifs de l'action ?) et affectent une forme grossièrement polyédrique ou discoïde. Il existe aussi, par exemple dans le « Bed 1 » d'Olduvai daté de 1,9 million d'années, des éclats, gros et petits, aménagés ou ravivés par retouche d'une portion de leur bord (Leakey 1971).

28Nous reprendrons ici la conclusion de H. Roche, après son étude de plusieurs collections (1980), d'une standardisation des gestes plutôt que des formes, comme l'avait vu F. Bordes (1970). Dans ce sens, l'apparente variété des formes ne paraît guère correspondre qu'à quelques « types » de pièces au sens plein du terme, c'est-à-dire de vrais concepts, d'apparence variable selon qu'ils ont été plus ou moins débités ou ravivés.

29Corrélativement, le savoir-faire idéatoire impliqué semble réductible à la simple répétition d'actions élémentaires : percuter pour faire apparaître un tranchant, aménager une forme par simple réduction, obtenir des éclats. Les démarches réalisées apparaissent simples, directes au sens où elles n'impliquent pas de véritables constructions d'enlèvements hiérarchisés. Un certain savoir-faire moteur est discernable, au moins pour l'adaptation de la puissance des percussions.

30C'est plus tard, mais cependant bien longtemps avant l'homme moderne que des pas décisifs sont franchis. En effet, au cours du développement de l'Acheuléen, période vieille de plusieurs centaines de milliers d'années, on assiste à une stabilisation de certaines catégories d'outils en véritables types (Bordes, 1970 ; Truffreau et al. 1982), signant autant d'images mentales précises. Les plus caractéristiques sont les célèbres bifaces. Leur morphologie dominante peut varier selon les séries, participant à la définition de faciès technotypologiques différenciés, qu'il s'agisse de la marque de traditions différentes ou d'activités spécialisées. Les bifaces les mieux taillés manifestent toute la précision du concept sous-jacent : une forme répétée, régulière et symétrique, aux bords rectilignes (Roche et Texier).

31Le savoir-faire idéatoire engagé dépasse largement l'obtention ou l'adaptation d'un tranchant, pour construire une forme définie totalement indépendante de celle du matériau brut, par toute une succession d'enlèvements organisés. La nécessité de tels calculs, confirmée par l'expérimentation, résulte de la complexité d'aboutir aux proportions voulues, avec symétrie de face et de profil, alors que chaque éclat de taille envahissant modifie à la fois l'épaisseur d'une face, la délinéation du bord et le plan de l'arête.

32Il faut, là, faire appel à une expérience non négligeable pour prévoir au cas par cas les conséquences géométriques des multiples options possibles, afin d'en sélectionner les agencements pertinents. Le savoir-faire moteur fait aussi preuve d'une appréciation fine des paramètres en jeu et d'un bon contrôle bimanuel dans les trois dimensions de l'espace.

33Corrélativement, les causes d'erreur ou d'accident deviennent plus nombreuses et complexes, si bien que l'acquisition des savoir-faire suppose très certainement l'élaboration par l'individu d'une compréhension du fait technique lui-même, c'est-à-dire d'une conscience des paramètres en jeu et de leurs relations techniques en termes de cause/conséquence. En effet, comment se corriger devant un « accident » - quand l'obtenu diffère de l'attendu -, sans au moins discerner le genre de la cause ?

34Ainsi, les savoir-faire manifestés au cours du développement de l'Acheuléen, il y a quelques centaines de milliers d'années, nous apparaissent-ils de nature similaire à ceux mis en œuvre lors des périodes récentes, même si leur degré de finesse reste à préciser. Tout se passe comme si, dans ce strict cadre du technique, l'essentiel de l'hominisation était fait.

35Par ailleurs, de la définition donnée ici des savoir-faire, à savoir des opérations mentales et des estimations sur des anticipations, découlent certaines réflexions. Les savoir-faire se prêtent mal, par nature, à une systématisation, ou à une transmission. Ils existent et s'acquièrent essentiellement par la pratique, plus précisément par une pratique attentive, puisqu'ils supposent une capacité d'interprétation intelligente - et non pas seulement une mémorisation de cas de figures - des expériences successives. C'est là, semble-t-il, l'une des facettes de l'intelligence humaine, même si elle résiste à la mise en forme scientifique.

36L'artisan ne dit-il pas, avec la réserve ancestrale de ceux qui savent que communiquer n'est pas toujours transmettre, en « apprendre tous les jours » ?

Haut de page

Bibliographie

Alimen M.H. et M. Gousard, 1962. « Le développement de l'intelligence et les structures paléobiopsychologiques », Bulletin de la Société préhistorique française, 59, 5-6, pp. 386-406.

Beyriès S. et F. Joulian, 1991. « L'utilisation d'outils chez les animaux : chaînes opératoires et complexité technique », sous presse in Paléo, 2 ; Revue d'archéologie préhistorique, SAMRA (Société des amis du Musée national de préhistoire et de la recherche archéologique) éd., Les Eyzies de Tayac.

Boesch C. et H. Boesch, 1988. « Tool use and tool making in wild chimpanzees », communication au Colloque de la fondation Fyssen, Versailles, nov. 1988, à paraître.

Bordes F., 1961. Typologie du paléolithique ancien et moyen, Bordeaux, Delmas, 2 vol. (Publications de l'Institut de préhistoire de l'université de Bordeaux, mémoire 1) rééditions : Paris, CNRS (Cahiers du Quaternaire, 1).

1970. « Réflexions sur l'outil au paléolithique », Bulletin de la Société préhistorique française, 67, 7, pp. 199-202.

1971. « Physical evolution and technological evolution in man : a parallelism », World Archaeology, 3, 1, 5 p.

Cahen D., Karlin C., Keeley L.H. et F. van Noten, 1980. « Méthodes d'analyse technique, spatiale et fonctionnelle d'ensembles lithiques », Helinium, revue consacrée à l'archéologie des Pays-Bas, de la Belgique et du grand-duché du Luxembourg, 20, pp. 209-259.

Gowlett J.A.J., 1984. « Mental abilities of early man : a look at some hard evidence », in Foley R. ed., Hominid Evolution and Community Ecology, London, Academic Press, pp. 167-192.

Holloway R.L., 1969. « Culture : a human domain », Current Anthropology, 10, pp. 395-412.

Leakey M.D., 1971. Olduvai Gorge ; vol. 3 : Excavations in Bed I and II, 1960-1963, Cambridge, University Press.

Leroi-Gourhan A., 1964. Le Geste et la Parole 1. Technique et langage, Paris, Albin Michel, coll. Sciences d'aujourd'hui.

Olive M., 1988. Une habitation magdalénienne d'Etiolles : l'unité P 15, Paris, S.P.F. (mémoires de la Société préhistorique française, 20).

Pelegrin J., 1985. « Réflexions sur le comportement technique », in Otte M. ed., La signification culturelle des industries lithiques, actes du Colloque de Liège, 3-7 octobre 1984, Oxford (B.A.R. S 239, Studia Praehistorica Belgica 4), pp. 72-91.

1988. « A framework for analysing prehistoric stone tools manufacture and a tentative application to some early lithic industries », communication au Colloque de la fondation Fyssen, Versailles, nov. 1988, à paraître.

1990. « Prehistoric lithic technology : some aspects of research », Archeological Review from Cambridge, 9, 1, pp. 116-125.

Pelegrin J., Karlin C. et P. Bodu, 1988. « "Chaînes opératoires" : un outil pour le préhistorien », in Tixier J. ed., Technologie préhistorique (Notes et monographies techniques du CRA, 25), Paris, CNRS, pp. 55-62.

Perlès C., 1987 a. « L'évolution des idées », Le Courrier du CNRS : Images des sciences de l'homme, supplément au n° 67, pp. 73-74.

1987 b. « Bases inférentielles pour l'interprétation de la variabilité des industries lithiques », communication au Colloque de Bloomington, 1987, sous presse.

Pigeot N., 1987. Magdaléniens d'Etiolles : économie du débitage et organisation sociale (l'unité d'habitation U 5), Paris, CNRS.

Ploux S., 1989. Approche archéologique de la variabilité des comportements techniques individuels : l'exemple de quelques tailleurs magdaléniens de Pincevent, thèse de doctorat de l'université de Paris X - Nanterre, 2 vol.

Roche H., 1980. Premiers outils taillés d'Afrique, Paris, Société d'ethnographie (Publications du Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative, Université de Paris X, coll. Afrique ancienne, 1).

Roche H. et P.-J. Texier, 1990. « La notion de complexité dans un ensemble lithique : application aux séries acheuléennes d'Isenya (Kenya) », communication aux Journées archéologiques d'Antibes, oct. 1990, à paraître.

Roux V., 1990. « The psychological analysis of technical activities : a contribution to the study of craft specialisation », Archeological Review from Cambridge, 9, 1, pp. 142-153.

Roux V. et J. Pelegrin, 1989. « Taille des perles et spécialisation artisanale », Techniques et culture, 14, p. 23-49.

Squire L.R., 1986. « Mechanisms of memory », Science, 232, pp. 1612-1619.

Tixier J., Inizan M.-L. et H. Roche, 1990. Préhistoire de la pierre taillée 1 : terminologie et technologie, Paris, CREP.

Tuffreau A., Munaut A.-V., Puissegur J.-J. et J. Somme, 1982. « Stratigraphie et environnement des industries acheuléennes de la moyenne terrasse du bassin de la Somme (région d'Amiens) », Bulletin de l'Association française pour l'étude du Quaternaire, 2-3, pp. 73-82.

Tuffreau A., Bouchet J.-P., Moigne A.-M. et A.-V. Munnaut, 1986. « Les niveaux acheuléens de la moyenne terrasse du bassin de la Somme à Cagny-l'Epinette (Somme) », L'Anthropologie, 90, 1, pp. 9-27.

Wynn T., 1985. « Piaget, stone tools and the evolution of human intelligence », World Archaeology, 17, 1.

Collectif, 1980. Préhistoire et technologie lithique. Journées du 11-13 mai 1979 ; publications URA 28, cahier 1, CNRS.

1984. Préhistoire de la pierre taillée 2 : économie du débitage laminaire, Tixier J. ed., Paris, CREP.

Le Courrier du CNRS, 1989. Archéologie en France métropolitaine (dossiers scientifiques n° 73, sept. 1989).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pelegrin J., 1991, « Les savoir-faire : une très longue histoire », Terrain, n° 16, pp. 106-113.

Référence électronique

Jacques Pelegrin, « Les savoir-faire : une très longue histoire », Terrain [En ligne], 16 | mars 1991, mis en ligne le 06 juillet 2007, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3001 ; DOI : 10.4000/terrain.3001

Haut de page

Auteur

Jacques Pelegrin

ERA 28 du Centre de recherches archéologiques – CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals