Navigation – Plan du site
En Europe, les nations

Introduction

Texte intégral

1Terrain consacre ce numéro à l’Europe est-il besoin de s’en justifier ? L’ethnologie de la France ne saurait, en effet, s'enfermer dans les frontières de l'Hexagone. Ce serait oublier les enseignements les plus élémentaires de l'histoire et ignorer l'actualité en train de se faire. Pas plus qu'hier, moins que jamais peut-être, la France n'est seule dans la France. A chaque pas, on y rencontre l'Europe, ses réalités et son idée, sous les multiples visages anciens et modernes qu'elles empruntent. L'Europe tend à devenir pour chaque Français un fait d'expérience, une donnée biographique. Ce serait aussi négliger les exigences de la démarche ethnologique elle-même. Comment espérer comprendre une société, la nôtre, et ses formes de culture tant qu'elles n'ont pas été soumises à comparaison et quel meilleur terrain de comparaison, pour les ethnologues du domaine français que celui offert par les diversités européennes ? Que l'Europe dans toute son extension soit encore une idée neuve, ou presque, en anthropologie, qu'à ce jour elle ne soit pas établie de plein droit disciplinaire en cadre de référence pour les recherches, voilà qui ne doit pas constituer un élément de dissuasion, bien au contraire.

2Ce volume de Terrain est donc le premier placé délibérément dans une perspective européaniste. Bien des choix thématiques étaient, à l'évidence, possibles. Pourtant, à cet instant précis de l'histoire européenne, et donc française, où va prendre effet un programme d'unification réduit à une moitié de continent, où s'échafaudent des projets d'une tout autre ampleur et où paraît s'affirmer, dans la plupart des communautés intellectuelles, le souci de penser ensemble les diversités culturelles de l'Europe et sa solidarité de devenir, le thème des nations et du nationalisme a paru s'imposer. D'abord parce que c'est bien, d'une certaine manière, contre les nations que se fera l'Europe. Ont-elles vraiment dit leur dernier mot ? Ensuite parce que le nationalisme, cette invention de l'esprit européen, est l'une des grandes constructions historiques élaborées ici pour organiser et penser le territoire des identités et des différences entre les hommes. Depuis la Révolution française, les représentations de l'altérité puisent, de manière privilégiée, au registre des appartenances nationales. Entre le semblable et l'autre, l'instinct européen de culture fait passer d'abord les frontières entre nations, qu'elles soient dûment inscrites sur la carte mouvante des Etats, tracées seulement en pointillé sur les lignes de fracture entre cultures ou ardemment revendiquées en fonction du principe nationaliste : une culture, une nation, un Etat.

3Comme le rappelle Krzysztof Pomian dans son beau livre, intitulé précisément L'Europe et ses nations (Gallimard), le mouvement actuel vers l'unification européenne est le troisième. Le premier fut d'essence religieuse. Après le divorce entre Rome et Constantinople, il fit se rassembler la chrétienté latine, malgré les divisions politiques et l'état de guerre permanent, à l'intérieur d'un espace homogénéisé d'en haut par la culture cléricale. Ce mouvement sombra avec la Réforme. Le second fut séculier, intellectuel. Il réunit les élites européennes autour d'une vision de l'avenir ancrée sur une conviction universaliste : toute culture vaut pour tous les hommes, dans tous les lieux et de tous les temps. Mais l'idéal cosmopolite des Lumières prendra bientôt les traits d'un rêve en grande partie déchiré dès lors que l'armée française l'embarquera dans ses fourgons. Aussitôt embrasé, le sentiment national va s'employer à transformer le paysage européen en une succession de collines, diversement inspirées, où campent des esprits singuliers organiquement arrimés au sol et au passé. Le Congrès de Vienne sonne l'heure de la nation individualisée comme forme par excellence de la société humaine. La culture européenne des élites cède la place à un système de cultures nationales arc-boutées sur elles-mêmes. La postérité des Lumières s'organise souterrainement.

4Ce volume de Terrain entend jeter un éclairage, certes bien partiel, sur certains aspects de la question des nations en Europe, au terme de près de deux siècles de travail opéré par elles tant à l'extérieur, chacune face aux autres, qu'à l'intérieur, chacune face aux groupes qui entrent dans sa composition. La question des nations y est d'abord envisagée, d'un point de vue ethnologique, telle qu'elle se pose concrètement en particulier en Europe du Centre et de l'Est alors que s'effacent, dans cette partie d'Europe, les derniers vestiges de la situation née avec la Première Guerre mondiale. Là-bas on avait assisté, surtout à partir des années 1880, à une exaspération des idéologies nationales, traditionalistes et particularistes et à leur propension, comme l'écrit Pomian, à « enraciner la nation dans la nature même, la terre, la race, le sang, et avec leur haine de l'autre ». Qu'en est-il aujourd'hui, à la lumière de recherches en cours, alors que les pouvoirs qui s'y sont réclamés de valeurs universelles depuis l'avènement du socialisme sont en train d'y changer de nature ? Mais la question des nations est aussi abordée dans ce numéro du point de vue de la tradition de pensée qui lui est attachée depuis le Romantisme allemand et à laquelle, on le sait, l'ethnologie a largement emprunté. Lorsque notre discipline en vient à traiter de l'idéologie nationale, de ses racines intellectuelles, de ses développements et de son poids sur les œuvres humaines, c'est aussi d'elle-même dont elle parle un peu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Introduction », Terrain [En ligne], 17 | octobre 1991, mis en ligne le 21 juillet 2005, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3005 ; DOI : 10.4000/terrain.3005

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals