Navigation – Plan du site
En Europe, les nations

Le nationalisme en apesanteur*

Ernest Gellner
p. 7-16

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Russie
Haut de page

Texte intégral

1Traduit de l'anglais par Jean-Claude Galey

2Surprenante sans doute, la puissance du nationalisme dans le monde moderne est cependant explicable. Le nationalisme tire en effet ses origines du nouveau type de relation introduit par la société industrielle entre l'organisation sociale et les représentations culturelles. Une relation en tout point différente de celle qui prévalait partout ailleurs auparavant. Les univers préindustriels se caractérisent par des morphologies sociales souvent complexes mais de grande régularité. La répartition des rôles et la division du travail s'établissent sur la base d'une transmission généralement héréditaire. L'appartenance à des catégories spécifiques est due à des règles rigides qui assignent notamment aux individus les positions qu'occupaient autrefois leurs ancêtres. On retrouve cette association de complexité et de stabilité dans la culture elle-même, dont les manifestations symboliques signalent la position sociale de chaque individu et contribuent à ce que les comportements soient conformes aux attentes sociales. En indiquant clairement les droits et les obligations de chacun, le système rend tout écart à la fois manifeste et dangereux. Complexité et stratification caractérisent ainsi une organisation sociale et les représentations culturelles qui en sont l'expression et la garantie. Les frontières culturelles répondent à des critères très variés qui se recoupent fréquemment. Les tracés qui délimitent le genre, le statut, la parenté, l'appartenance religieuse, la subordination au pouvoir ne convergent généralement pas. Aucun ne tient une place prépondérante dans la constitution de l'ordre politique. La force du système se mesure précisément à la pluralité des relations qui caractérisent chaque individu. Que l'une vienne à se dérober, les autres lui permettront de tenir son rôle. Le fait que les intersections soient aussi nombreuses et se superposent rarement souligne du même coup l'impossibilité pour aucune de ces différentes formes de délimitation sociale d'espérer devenir une référence exclusive, voire dominante. Dans un pareil maillage, rares sont les crises et les antagonismes qui mettraient le système en péril : l'imbrication des différents paramètres interdit la plupart du temps la prédominance de l'un d'eux.

3Les civilisations préindustrielles se caractérisent également par une distinction entre une grande et de petites traditions, opposant une culture savante à des cultures populaires. Cette distinction ordonnée traverse en général les frontières « nationales ». Les civilisations préindustrielles possèdent, presque par définition, des technologies relativement stables mais ignorent la croissance économique et les progrès intellectuels qui sont, pour ainsi dire, les traits distinctifs de la société industrielle. La technologie dont elles disposent cantonne la majorité de leurs membres à des activités liées à la production alimentaire ; les autres métiers et la classe de loisirs n'y forment qu'une minorité. Il n'y a ni surplus de ressources ni motivation collective pour permettre aux masses paysannes d'accéder à l'alphabétisation.

4La culture savante1 est une culture dont les normes, codifiées par des textes, sont consignées et transmises par des écrivains et des érudits spécialisés au sein d'institutions scolaires officiellement reconnues. Elle s'oppose aux cultures populaires dont la coutume est seule gardienne et dont la transmission orale s'effectue, sans autre pédagogie, par l'expérience et les activités quotidiennes de chacun. Les civilisations agraires sont donc marquées par les disparités qui séparent une élite éduquée d'une majorité illettrée. Que la culture savante apparaisse plus prestigieuse et soit parfois reconnue dépositaire des principes qui commandent à la société tout entière n'implique cependant pas que l'apprentissage et la maîtrise de ces principes soient accessibles à une majorité. L'idée de culture partagée ne se transforme qu'exceptionnellement en règle politique.

5Tout cela va se trouver bouleversé par l'avènement de la société industrielle, voire même avec l'apparition des ombres attractives et menaçantes qu'elle projette à l'horizon social. La nature et la définition du travail dans la société industrielle – acquisition et transmission de l'information, manipulation de machines standardisées, interaction constante d'interlocuteurs anonymes communiquant par des messages décontextualisés – requièrent en toute priorité que la culture se généralise d'une manière uniforme à l'ensemble du corps social et qu'on ne s'en tienne plus comme auparavant à la diversité disparate de savoirs inégalement distribués selon les rangs ou les régions et abandonnés à la puissance arbitraire des coutumes locales. Il s'agit désormais de mettre la culture sous l'égide d'un système éducatif, formel et discipliné, respectueux de normes abstraites, passant par l'écrit et par l'apprentissage de spécialités professionnelles techniquement différenciées. La culture savante devient ainsi le médium opérationnel de toute la société. Les conséquences morales et politiques de l'appartenance à une société industrielle – la citoyenneté – présupposent en effet que ceux qui en sont membres y reçoivent une éducation, acquièrent des techniques sophistiquées et puissent communiquer sans trop d'efforts avec ceux qui, même anonymes ou étrangers, appartiennent à la même culture. Pour ce faire, chaque individu doit maîtriser la langue officiellement utilisée par sa catégorie sociale. Faute de pouvoir remplir ces conditions, l'individu sera réduit à une position humiliante de citoyen de deuxième ordre, position à l'origine de bien des frustrations qui lui vaudront aussi d'être privé, formellement ou non, de ses droits légitimes par une bureaucratie hostile. L'individu devient ainsi particulièrement sensible aux valeurs de sa propre culture par opposition à celles des cultures voisines : il est devenu nationaliste.

6Le principal effet de tout cela tient sans doute à ce que la détention et les investissements les plus précieux pour un individu donné s'identifient désormais au degré de maîtrise qu'il possède de la culture savante, de l'unité politique à laquelle il se trouve associé et dans laquelle il agit ; celle que ses bureaucrates utilisent pour communiquer avec la population et que ses éducateurs insufflent à la jeunesse de manière homogène, normative et centralisée. Aux yeux des sujets qu'il gouverne, le système politique n'est légitime que parce qu'il représente et protège la culture en question. Les symboles et les emblèmes sacrés ne sont plus ceux d'une religion ni d'une dynastie, mais ceux d'une culture « nationale ».

7Mais il y a plus. La maîtrise d'un idiome culturel dominant n'est en effet pas suffisante pour participer pleinement à la vie politique, économique et sociale. Encore faut-il que les traits distinctifs de chacun soient compatibles au portrait et au modèle normatif que cette culture élabore et projette. Qu'ils soient génétiquement transmis ou profondément enracinés, les caractères sociaux rendent cependant cela quelquefois difficile, voire impossible à réunir. Certaines traditions culturelles, leurs littératures mêmes, sont associées à une pigmentation ou à une apparence physique particulières, d'autres s'identifient à des symboles ou à des rites, d'autres encore – mais cela est moins sûr – aux doctrines d'une religion. Tout cela étant, on comprend mieux comment ceux qui n'obtiennent pas l'accueil ni l'insertion qu'ils escomptaient dans une culture donnée développent toutes les raisons d'aller chercher leur identité en opposition à elle. En d'autres termes, ils se trouvent attirés par l'alternative d'un autre nationalisme.

8On sait de plus combien l'expansion de la civilisation industrielle s'est faite inégalement. Parmi les unités politiques les plus importantes aujourd'hui, notamment celles qui dérivent d'un passé préindustriel, bien des tensions subsistent qui mettent aux prises les élites bénéficiaires de l'ancienne prospérité et les majorités méprisées et envieuses des cultures attardées. L'édification de nouvelles frontières, le déploiement de stratégies protectionnistes ne sont pas seulement là pour aider la croissance de nouvelles industries dans les régions sous-développées, même s'il demeure nécessaire de les prémunir contre les compétitions inégales de voisins technologiquement plus avancés. L'enjeu est bien ici celui d'un protectionnisme culturel sachant préserver le développement de ces nouvelles cultures savantes. Mais l'édification d'un mur politique autour de cette configuration nouvellement acquise et de culture irrédentiste est aussi d'un immense bénéfice pour ses initiateurs-propriétaires. Sa mise en place, pour peu qu'ils y parviennent, leur garantit un accès exclusif aux différentes fonctions réservées à l'élite. A défaut de ces frontières définies par le vieux principe nationaliste : « une culture, un État », leur position aurait été beaucoup plus vulnérable.

9Telle est en somme l'histoire du nationalisme. Les phénomènes qui en illustrent le scénario d'ensemble nous sont terriblement familiers, même si les principes qui les gouvernent ne sont généralement pas encore reconnus. Nous en connaissons tous l'histoire. La voici aujourd'hui rejouée à nouveau pour nous dans le contexte original de la pérestroïka2 soviétique. C'est l'un des événements les plus importants du xxe siècle et, à ce titre, il n'est pas inutile d'en rappeler les principaux traits.

La pérestroïka

10Lancée d'abord comme une idée avant de devenir un véritable programme, la pérestroïka reste pour l'essentiel la création des dirigeants et des représentants légitimes de l'Union soviétique. Le projet vise une reconstruction fondamentale de l'ensemble du corps social et souhaite y parvenir en évitant la discontinuité et les désordres qui s'attachent généralement aux grands bouleversements sociaux. Pour la définir en deux mots, la pérestroïka est une révolution venue d'en haut, une révolution radicale dont les transformations chercheraient à s'imposer sans rupture ni violence.

11Les limites assignées à une pareille entreprise ne sont pas évidentes. Cela tient d'abord aux difficultés inhérentes à toute analyse prédictive de situations complexes et de périodes de tension, mais cela tient surtout à la nature très particulière de la pérestroïka dont le trait dominant est précisément de ne pas avoir de théorie et de ne proposer aucune mise en place formelle ou codifiée. Que penser alors de cette Réforme sans Bible, de ces Lumières sans Encyclopédie ?

12Ce n'est pas que la pérestroïka manque de grands orateurs ou de participants volubiles ; elle est en effet le théâtre – certains diraient même qu'elle n'est que cela – d'une impressionnante liberté de parole, d'une médiatisation jusqu'alors inconnue. Si prolifiques, si convaincants qu'apparaissent les écrivains et les défenseurs qui font d'elle une véritable fête d'intellectuels, la pérestroïka n'a pourtant pas de porte-parole officiel. Les gens n'y parlent qu'en leur nom propre. Les déclarations et les écrits de son leader lui-même ne font pas exception. Son pragmatisme lucide, son style incisif s'imposent indépendamment de l'autorité que lui donne sa position politique. Idéologiquement et politiquement, c'est là jouer habilement des équilibres tout en restant attentif à conserver l'espoir et la confiance que des mouvances rivales et des circonscriptions d'opposition continuent de placer en lui. Radicaux et conservateurs se trouvent ainsi encouragés à croire qu'il incarne pour tous le meilleur choix possible, la garantie contre toute dérive, la barrière à tous les excès. Tous tendent à penser qu'il comprend leur point de vue, leur est favorable et que, dans un environnement aussi difficile, il représente pour chacune des parties rivales, la chance que son projet se réalise un jour. Jamais depuis de Gaulle, qui décolonisait l'Algérie après s'être fait porter au pouvoir par ceux-là mêmes qui s'opposaient le plus à son indépendance, on n'avait assisté à des tensions d'arbitrage aussi impressionnantes entre forces opposées. Pourtant, si la pérestroïka possède un jour sa théorie, il y a peu de chances que Gorbatchev en soit l'auteur.

13Tout cela tient à l'essence même de la situation. Le besoin de pérestroïka, cette nécessité fatale de changement qui devient sa première et sa plus importante justification, répond en fait à une prise de conscience. A contrecœur sans doute, mais sans ambiguïté, s'impose ici l'échec d'une « idéocratie ». Sous-jacente à la pérestroïka, il y a cette idée, trop douloureuse encore pour être mise en avant, que la route dans laquelle on s'était engagé depuis soixante-dix ans avec tant de prétention, tant d'auto-célébration, tant de prophétisme s'est finalement révélée catastrophique. A une échelle assez exceptionnelle, peut-être même unique dans toute l'histoire des sociétés, le communisme soviétique se lit aujourd'hui comme l'application d'une théorie soigneusement ouvragée, totalisante, universaliste et profondément messianique. Il y eut une époque où ceux qui imposaient cette théorie à la société la défendaient avec passion, faisant d'elle un objet de croyance. Une sorte de foi, ardente, bien orchestrée, sans la présence de laquelle nous ne pourrions comprendre l'histoire de l'URSS et particulièrement celle de la terreur qui l'engloutit depuis des décennies. Cette foi a aujourd'hui disparu.

14La pérestroïka ne s'y substitue pas. Elle avance sans propositions, sans croyance définie, sans idéologie. Il y a plusieurs explications à cela : un réflexe de défiance à l'encontre de tout système d'interprétation global, l'absence de théoricien ou d'avocat qui par son génie propre et par sa position institutionnelle soit en mesure de la rendre acceptable pour mieux l'imposer. La pérestroïka sait ce qu'elle ne veut plus sans avancer de contre-propositions. Il n'est personne aujourd'hui qui, comme Ivanov, soit intellectuellement et politiquement en mesure de proposer une doctrine comparable au marxisme-léninisme-ivanovisme d'alors. Mais la raison majeure de cette absence de théorie explicite tient une fois de plus à l'idée que l'on peut réussir une transformation radicale du système avec la collaboration des institutions en place sans engendrer la moindre violence. Parmi ces institutions, la plus notable (certains diraient, la seule...) est celle de l'appareil du parti-État. Or, c'est précisément l'appareil dont les traits distinctifs sont, plus directement que ceux de tout autre organisme, l'expression même de la théorie que l'on cherche à renier.

15Le 2 juin 1989, au cours de la seconde semaine des États généraux de la pérestroïka, le commandant « Blimpov » (peu importe son vrai nom) de la énième division de troupes aéroportées, mis aujourd'hui à la retraite à la suite de sévères blessures subies en Afghanistan, faisait remarquer avec une amertume certaine qu'en dépit du fait que les délégués participant aux réunions soient pour 80 % d'entre eux membres du parti communiste, le terme communisme n'avait pas été prononcé pendant plus d'une semaine de débats. Il se proposait alors de corriger pour sa part cet état de choses en faisant sienne la sainte trinité de : Patrie, Empire, Communisme !

16C'était là bien évidemment une manière de tourner en dérision la troïka alors à la mode : Démocratie, Glasnost3, Pérestroïka. On suppose même que, vu son tempérament, notre courageux commandant aurait été encore plus heureux d'invoquer une autre vieille trinité : Absolutisme tsariste, Église orthodoxe, Nation. Les termes n'étant plus disponibles (encore que les références à l'Église soient désormais fréquentes dans les déclarations de ceux qui participent à la pérestroïka comme dans ses éléments constitutifs et législatifs), il lui fallait s'accommoder de symboles contemporains équivalents pour exprimer sa loyauté presque viscérale au système politico-national. Ce n'était pas un grand orateur, mais il avait su néanmoins faire vibrer une corde sensible au sein de cette assez-peu-silencieuse majorité, définie assez judicieusement par le délégué Afanasiev comme un groupe « agressivement obéissant ».

17Que l'on partage ou non les valeurs défendues par notre commandant, il n'en demeure pas moins que ses remarques sur l'utilisation ou l'absence de certains mots lors du Congrès sont justes, révélatrices et tout à fait bien venues. La foi n'est plus là, mais n'en était pas pour autant mise en question. Certes, elle avait donné naissance à un nouvel ordre social qui n'était pas exactement celui qu'elle avait prévu, mais les institutions qu'elle avait engendrées se trouvaient si profondément mêlées aux cultes idéologiques et à la terminologie d'où elle tirait sa signification que personne ne pouvait la désavouer sans entraîner en même temps l'altération des institutions qu'elle portait en elle. Les acteurs de la pérestroïka en sont donc réduits à utiliser ou à neutraliser ces institutions, seuls supports dont ils disposent.

18La croyance d'alors s'engageait à produire un ordre social fondé sur la rigueur morale et l'abondance. Si elle avait pu seulement réussir à produire l'une de ces deux vertus, la foi, même pliée aux routines de l'habitude, en aurait été sauvée. Qu'elle soit seulement parvenue à établir l'opulence, le coût effroyable en vies humaines et en misère morale aurait été acceptable ; c'eût été là le prix réclamé par l'histoire. Qu'elle ait au contraire réussi à susciter une société juste et fraternelle, son incapacité à rivaliser avec les sociétés de consommation à l'occidentale eût été excusable ; faute de devenir riche, on serait resté pur.

19La réalité atteste cependant que le modèle ne sut produire ni l'une ni l'autre, ne faisant au contraire que développer, dans une première phase, une immense flagornerie désorganisée d'hystérie collective et de meurtres, se cantonnant à imposer dans sa seconde version un ordre de stagnation aussi inefficace que cynique et corrompu. Rien dans tout cela qui puisse susciter l'admiration. Pour ajouter l'insulte à la blessure, les Japonais, et plusieurs autres sociétés d'Asie orientale, venaient démontrer comment le capitalisme occidental pouvait être dépassé à condition d'y réintroduire les idées d'Adam Smith, plutôt que d'en rester à son interprétation marxiste.

20Que faire ? La nécessité de préserver l'ordre politique et la paix sociale contraignent ceux qui pratiquent la pérestroïka à utiliser les institutions mises en place par le modèle dont il fallait en même temps s'éloigner puisqu'il avait amené la catastrophe. Cela ne pouvait se faire qu'avec l'aide du parti dont tous savent également qu'il forme avec le marxisme un couple inséparable. Telles sont les raisons qui justifient en somme les réticences et les ambiguïtés à formuler de manière claire et publique ce que des individus se trouvent désormais autorisés à exprimer en leur nom personnel.

21Tout dépend donc à présent d'une situation à la fois étrange et paradoxale : la liberté de parole mise en avant par la glasnost ne survit que par le non-dit et dans des communications officieuses ; la fin du culte de la personnalité repose sur le charisme d'un Gorbatchev, la reconnaissance du pluralisme sur la bonne volonté d'un parti hégémonique. C'est dans ce contexte que le problème du nationalisme resurgit.

La question des nationalisme soviétiques

22Le problème du nationalisme ethnique en Union soviétique est théoriquement insoluble. Cela n'entraîne pas nécessairement qu'il puisse être fatal à la pérestroïka ou à l'Union soviétique. On a souvent rapproché de manière judicieuse l'Empire ottoman de celui des tsars et des Habsbourg qui, tous, faisaient dépendre leur légitimité de la religion plutôt que de l'ethnicité, même si chacun était aussi pourvu d'un groupe ethnique dominant. Les signes de faiblesse éprouvés par l'islam au sein de l'élite militaire ottomane, le déclin du catholicisme de la Contre-Réforme dans l'univers austro-hongrois érodaient sans nul doute les piliers idéologiques de deux d'entre eux sans que cela explique leur effondrement. Les défaites militaires infligées par un ennemi extérieur en furent seules responsables. A la différence des deux autres empires, l'Union soviétique était parvenue à conserver (ou à récupérer en 1945) la plupart des territoires politiquement contrôlés par ses prédécesseurs. Défaite lors de la Première Guerre mondiale, ses voisins se rangeaient aussi dans le camp des vaincus. Elle se dotait alors de nouvelles fondations idéologiques grâce auxquelles elle allait édifier pendant de nombreuses années un impitoyable système de contrôle. Les rivalités ethniques s'y trouvaient subordonnées tandis que la charte proposée par l'ordre nouveau contenait des principes qui pouvaient laisser croire à leur disparition, entretenant l'illusion que les questions ethniques s'y verraient réglées une fois pour toutes.

23Toute une série de mouvements identitaires réapparut pourtant avec la glasnost qui en autorisait à nouveau l'expression. Il existe au moins deux relations entre la glasnost et l'explosion du sentiment ethnique. C'est l'idée même de la glasnost que de rendre publics les sentiments profonds de chacun. Elle autorise aussi le pluralisme et, à ce titre, encourage également le développement de principes, d'idées et de sentiments qui pourraient contribuer à la formation de nouvelles associations indépendantes. Le plus étrange tient cependant à ce que soixante-dix ans de centralisme (un peu moins peut-être dans les régions récupérées après la dernière guerre) semblent n'avoir en rien entamé les bases potentielles de telles associations. Il reste à voir si sa réalisation est encore possible, ou si elle peut s'effectuer suffisamment vite.

24D'un autre côté, ni la naissance ni les manifestations politiques du sentiment ethnique moderne ne montrent qu'il ait besoin d'avoir recours à des institutions originaires. Ce sentiment ne recherche plus ses racines dans l'organisation sociale et repose principalement sur l'importance qu'il reconnaît au partage d'une même culture savante, au sein même d'une masse sociale anonyme et indifférenciée. Son origine vient de valeurs partagées et non de traits morphologiques. Il est capable de se donner rapidement des structures et d'inventer sans effort ses propres modes d'organisation, jaillissant pour les ordonner au milieu de populations atomisées et sans identité marquée. On peut même avancer qu'il n'est pas seulement susceptible d'émerger dans de telles conditions, mais que ce sont précisément celles qui lui sont les plus favorables.

25Lorsqu'il s'agit en somme de rétablir la société civile, on peut avancer que le nationalisme ethnique se propose comme l'une des rares, sinon la seule, solution possible. Héritier naturel de soixante-dix années de jacobinisme et de sa relative décrispation au cours des derniers mois, sa montée s'effectue à la faveur d'un double vide : il n'a plus face à lui d'idéologie qui lui soit délibérément hostile et il ne rencontre sur sa route aucune institution qui lui fasse sérieusement obstacle.

Possibilités d'ajustement

26Ces conditions étant réunies, rien ne s'oppose désormais à la naissance des nationalismes politiques et c'est bien sûr ce qui est train de se produire. Quelles sont alors les chances pour que le régime actuel trouve avec eux les compromis nécessaires à leur survie mutuelle ? L'honnêteté veut que l'on soit pessimiste. Certaines poussées nationalistes pourraient sans doute être apaisées. Il est par contre difficile d'imaginer pouvoir calmer le mouvement général. L'incompatibilité des revendications mises en avant par des nationalismes rivaux fait que on ne peut satisfaire les uns sans mécontenter les autres.

27L'ennui vient aussi de ce que pour déterminer les frontières légitimes entre différentes unités politiques, la nouvelle forme de nationalisme ne se réclame pas d'un, mais de multiples paramètres. Le plus élémentaire d'entre eux est celui que commande le principe de majorité : chaque territoire donné revient au groupe dont la culture est partagée par une majorité des habitants. Que la population d'une province soit de majorité ruritanienne et la province rejoindra la République de Ruritanie dont elle fait inaliénablement partie. Toute autre forme de solution transgresserait le principe le plus élémentaire du respect démocratique. Tout le monde comprend cela. Jusqu'ici pas trop de problèmes. On rencontre malheureusement d'autres principes, accessibles eux aussi aux esprits les plus frustes, pourvu que ces derniers soient favorables au type de nationalisme dont ils se font les défenseurs. Beaucoup dépendent bien sûr des critères qui sont utilisés pour définir les provinces nationales en question. Il faut savoir en outre que la manière de tracer une frontière est tout aussi capable d'inventer une majorité qu'une majorité l'est de dessiner ses frontières.

28Autre principe souvent invoqué : celui de la continuité historique et territoriale. Les nombreux services remplis par le gouvernement moderne et centralisé d'un Etat s'accommodent en effet assez mal de la présence d'enclaves internes et de leurs règles souvent complexes parce que spécifiques. C'était pourtant une réalité parfaitement acceptable à l'époque des communautés rurales à forte autonomie. Nous touchons ici la question des grandes juxtapositions historiques. L'exemple du Kosovo, dont la majorité aujourd'hui albanaise vit assez mal son insertion dans une unité serbe, en est la parfaite illustration. Mais le Kosovo est également la province où s'est produite la plus grande défaite militaire serbe. Est-il alors légitime de vouloir en déposséder les Serbes, leur ôtant ainsi un lieu de mémoire profondément lié à leur identité ?

29Autre principe un peu curieux que celui de cette géo-démographie affective où s'affirment l'importance et la supériorité morale des populations rurales sur les populations industrielles. Pour autant que je sache, ce principe n'a jamais encore été formalisé et serait certainement difficile à plaider sur une base chiffrée. Dira-t-on qu'un paysan est égal à trois ouvriers d'usine ou à cinq employés ? Même implicite, le principe n'en est pas moins respecté et jouit d'une influence et d'une autorité très étendues. L'affectation légitime de tel ou tel territoire se fait moins sur la base de la majorité qui les habite aujourd'hui que sur celle qui les occupait autrefois à la période féodale.

30Le nationalisme appartient à une époque où les hommes fabriquent des voitures, travaillent dans des bureaux et ne cultivent plus guère la pomme de terre. Bien étrangement pourtant, la mise en œuvre des principes nationalitaires porte plus d'attention aux découpages qui s'attachent aux provinces où l'on faisait autrefois pousser des pommes de terre qu'à celles délimitées aujourd'hui par les activités de bureau. C'est le cas pour le nord-est de l'Estonie largement peuplé d'ouvriers et de mineurs russes qui après tout, dans des villes où ils sont en écrasante majorité, pourraient fort bien souhaiter communiquer avec la bureaucratie dans leur propre langue et envoyer leurs enfants dans des écoles russophones. L'hostilité des Estoniens fut à son comble lorsque cette majorité suggéra – non d'être transférée ou rattachée à la Russie comme on aurait pu s'y attendre – mais plus modestement, de se voir attribuer une région autonome à l'intérieur de l'Estonie. C'est qu'en effet, à l'âge de la pomme de terre, la région était en majorité estonienne et que cela valait tous les arguments démographiques de l'âge industriel. Ce sentiment mis en avant ne nie pas cependant qu'à l'époque où régnait le monde de la pomme de terre, les Estoniens ne possédaient pas encore d'ethnonyme et se définissaient comme : « ceux qui vivent de la terre », seule manière pour eux de se distinguer alors des bourgeois et des petites noblesses teutoniques ou suédoises.

31Le principe de la pomme de terre a sa logique. Un délégué de ce même Congrès de juin 89 déclarait en fait que les populations devraient retourner dans les régions où elles ont leurs racines. Les populations industrielles se déplacent relativement bien et se multiplient vite. Elles ont beau être affectées, ici ou là, au gré des politiques gouvernementales, leurs liens avec le sol restent ténus, puisqu'on ne trouve guère que la période des sociétés paysannes pour identifier la culture au terroir. Tels sont du moins les arguments qu'avance ce nationalisme-là.

32A l'âge agraire, l'ethnicité est un peu comme la prose : on la pratique sans en avoir conscience. Les hommes s'identifient à des groupes locaux, à une parenté, un système de rangs, à des croyances plutôt qu'à une large communauté anonyme dont les valeurs se transmettent par l'école. Que s'installent cependant les changements ou les thèmes introduits par la révolution industrielle et que le nationalisme devienne le principe dominant des identités et des stratégies politiques, ses références symboliques cessent alors de puiser dans le fonds indifférencié de la vie paysanne pour s'attacher à la fluidité, l'anonymat et les partages d'une culture normalisée et perpétuée par la scolarisation. La dimension rituelle et les valeurs de ce nationalisme n'en conservent cependant pas moins le langage, les chants, les danses et les costumes des coutumes locales qui sont celles des cultures traditionnellement attachées au sol.

33Le principe de la pomme de terre en recoupe lui-même un autre que l'on pourrait appeler « le principe de la diaspora secondaire », dont l'idée est la suivante : une unité culturelle donnée se doit d'être reconnue sur une base territoriale, même lorsque sa situation actuelle montre qu'elle n'est nulle part majoritaire. De nombreux groupes ethniques dispersés par les hasards de l'histoire sont dans ce cas, que ce soit à la suite de la disparition des royaumes qui les abritaient, ou par l'acquisition de spécialités professionnelles et économiques leur faisant abandonner un ancrage terrien pour n'occuper désormais qu'un rang dans une stratification déterminée par la production. Ce principe, opposé à l'idée selon laquelle il n'est d'identité légitime que pour la majorité, peut être, à raison, invoqué en faveur de ces peuples qui, ne s'étant nullement dispersés, se sont vus recouverts par des vagues d'immigrants. En URSS, et pour ne citer que des exemples démographiquement importants, ce principe s'appliquerait aussi bien aux Latviens qu'aux Kasakhs qui ne sont plus en majorité dans leur propre république. Il permet également de comprendre le conflit qui oppose aujourd'hui les Abkhases aux Géorgiens et explique cette explosion de violence et les tragiques événements du 9 avril 1989 à Tliblis, l'effervescence géorgienne ayant été provoquée par les revendications indépendantistes des Abkhases.

34De ce long inventaire de principes souvent hétérogènes dont la liste est sans doute encore incomplète, retenons d'abord que tous se recoupent. Tous sont également susceptibles d'être sacralisés, imprégnant chacun de leurs partisans d'une passion aveugle et souvent mortifère.

35Il est clair qu'en Irlande, notamment pour tous ceux qui y défendent des sympathies républicaines, l'idée que l'île soit reconnue comme une nation unique est la chose la plus naturelle qui soit, même si cette île abrite dans l'une de ses régions une majorité qui combat ardemment toute éventualité d'intégration.

36La multiplicité de ces principes antagonistes et l'héritage d'un tel patchwork ethnique révèlent combien il serait illusoire d'imaginer une solution générale ou des résolutions particulières qui puissent satisfaire les parties en présence et apaiser les conflits actuels.

37Tant que régnait encore l'époque du centralisme bureaucratique, le système soviétique apportait une réponse partielle avec ce qu'il appelait la hiérarchie des concepts ethniques par laquelle chaque « nation » reconnue avait droit à sa république, tandis que les « nationalités » s'accommodaient pour leur part de régions autonomes.

38La perspective qui consiste à hiérarchiser les catégories ethniques ne marche pas. La mise en place d'un ethnonyme à un échelon plus ou moins élevé d'une échelle préétablie par des autorités extérieures n'est que le reflet d'un choix politique et ne lui donne aucune justification. Il est vrai que la plupart des frontières culturelles qui se multipliaient presque à l'infini durant toute l'époque agraire se sont effacées avec la révolution industrielle et l'on peut grossièrement indiquer les éléments positifs à leur survie : importance démographique, continuité historique, homogénéité, détention d'une base territoriale clairement définie, renforcement d'une frontière culturelle par une frontière religieuse. Il est néanmoins impossible de prétendre fournir a priori une liste de « nations authentiques » et originaires, cette liste ne pouvant se dresser qu'après coup, sur la base de victoires politiques souvent accidentelles.

39C'est ainsi que la glasnost a ouvert la boîte de Pandore des conflits ethniques sans pouvoir les résoudre (usant de références par trop manipulables). Soixante-dix ans de destruction de la société civile ont simplement semé l'efflorescence des nationalismes contemporains. L'équipe des autorités siégeant aujourd'hui au Kremlin est confrontée à des problèmes d'arbitrage qu'on ne lui envie pas et que d'ailleurs son agenda ne cesse de reporter à une date ultérieure. L'adoption des principes tout comme leur réalisation imposent une extrême prudence. Les solutions se trouvent dans le compromis, ménageant les exigences du droit formel et la reconnaissance des réalités politiques. Cela ne se fera qu'au détriment de certaines des parties en présence qui en ressortiront nécessairement blessées.

40Faut-il dire pour autant qu'à se heurter ainsi aux récifs de l'ethnicité, la pérestroïka ou même l'Union soviétique mettent leur existence en péril ? Je ne le crois pas. Il est possible que l'un ou l'autre s'effondre mais ce n'est pas inscrit dans la logique de la situation. Ceux qui tiennent les exemples ottomans et Habsbourg pour des précédents importants se souviendront que ces « prisons de nations » n'éclatèrent pas spontanément mais à la suite de défaites militaires contre des armées extérieures. Jusque-là les élites régionales que renfermaient ces empires s'étaient contentées d'assurer et d'améliorer leurs positions à l'intérieur de la structure d'ensemble et avaient toujours préféré cette stratégie à celle qui, attaquant l'ordre impérial lui-même, les aurait toutes mises en péril. Les positions radicales et largement rhétoriques prises aujourd'hui en Union soviétique ne sont pas si différentes. Certes, les discours extrémistes sont d'abord là pour être entendus. Les États généraux ont vu les occupations soviétiques du Caucase et des Républiques baltes ouvertement défiées, voire même tournées en dérision. Les Baltes prirent un malin plaisir à embarrasser les autorités de tutelle en leur rappelant que la présence de Moscou remontait au pacte germano-soviétique de Ribbentrop-Molotov. Le statu quo balte s'enracinerait donc dans la collaboration furtive de deux régimes passablement douteux. Il est cependant à espérer, qu'à la faveur du rôle historique joué par les extrémistes, se fassent entendre d'autres voix plus modérées, avançant qu'il serait plus avantageux de traiter avec elles.

41Au cours d'une récente visite dans l'une des Républiques ethniques, j'ai eu l'occasion de rencontrer un nationaliste intransigeant, me déclarant que sa position avait toujours été claire : sa République jouissait d'une identité ethnique tout à fait solide et se sentait parfaitement capable de gérer ses propres affaires de manière efficace, si toutefois on le lui permettait. Il me racontait aussi l'amertume qu'il ressentait d'avoir appartenu à une minorité isolée, durant ces années de dictature centraliste, à une époque où ceux de ses compatriotes qui avaient rejoint l'appareil s'étaient désolidarisés de lui. Et pourtant, ajoutait-il, il faisait encore aujourd'hui partie d'une minorité isolée... Les réalistes et les opportunistes d'alors avaient déménagé d'un seul bloc pour rejoindre le camp des nationalistes et les anciennes mafias continuaient d'occuper le terrain politique. Bien des désillusions se rencontrent aussi parmi les dissidents connus pour leurs positions politiques antinationalistes lorsque ceux-ci remarquent parmi les chefs de file de la pérestroïka certains des plus conformistes d'autrefois.

42Je comprends l'amertume de cet homme. Sa critique souligne pourtant le désir de tous ceux qui, en tant que membres d'une représentation et d'une élite politiques, souhaitent davantage rester engagés dans la partie de poker que favorisent les ouvertures et les circonstances actuelles plutôt que de satisfaire leur goût pour des politiques abstraites et hostiles à tout compromis. Leur calcul est sans doute de juger préférable de tirer le maximum d'avantages possible de la situation présente au lieu de faire sombrer la pérestroïka tout entière en provoquant une réaction anti-extrémiste de la part du pouvoir central. Cette position renforcerait aussi l'idée que si la pérestroïka parvenait seulement à instaurer ce double objectif de prospérité et de légalité, la situation qui en résulterait favoriserait alors une étape suivante qui serait celle de la réalisation des espérances nationalitaires.

43Tout cela n'est encore de ma part qu'une série d'hypothèses et ne prétend rien de plus. La mise en équilibre de tous ces paramètres est infiniment compliquée tant les tensions sont graves et les effets des explosions locales imprévisibles.

Haut de page

Notes

* La version originale de cet article (rédigé en juin 1989), intitulée « Nationalism in the vacuum » est publiée dans l'ouvrage Thinking theoretically about soviet nationalities, ed. A. J. Motyl, Columbia University Press, 1991.
1Culture savante : cette expression désigne ici la culture acquise par l'instruction et une éducation scolaire normalisée.
2Pérestroïka : litt, la reconstruction.
3Glasnost : litt, la transparence.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gellner E., 1991, « Le nationalisme en apesanteur », Terrain, n° 17, pp. 7-16.

Référence électronique

Ernest Gellner, « Le nationalisme en apesanteur », Terrain [En ligne], 17 | octobre 1991, mis en ligne le 06 juillet 2007, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3006 ; DOI : 10.4000/terrain.3006

Haut de page

Auteur

Ernest Gellner

Département d'anthropologie sociale, université de Cambridge

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals