Navigation – Plan du site
En Europe, les nations

« Éminemment français »

Nationalisme et musique
Jacques Cheyronnaud
p. 91-104

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

« Sur leur musique, ils étaient tous d'accord. Ces batailleurs intrépides (...) se trouvaient réconciliés en une passion commune : l'ardeur de leur patriotisme musical. La France était pour eux le grand peuple musicien. Ils proclamaient sur tous les tons la déchéance de l'Allemagne (...). Pour mieux glorifier la musique française, ils commençaient par ridiculiser toutes les gloires françaises du siècle dernier, à part celle d'un maître très bon, très pur, qui était belge. Cette exécution faite, on en était plus à l'aise pour admirer les maîtres archaïques, qui tous étaient oubliés (...). Au rebours des écoles laïques de France, qui font dater le monde de la Révolution française, les musiciens regardaient celle-ci comme une chaîne de montagne, qu'il fallait gravir pour contempler, derrière, l'âge d'or de la musique, l'Eldorado de l'art »
(R. Rolland, Jean-Christophe [1907] 1948 : 686).

1Annonçant les programmations de la première biennale de musique française de Lyon, un article du quotidien Le Monde (3 mai 1991) suggérait explicitement un rapprochement de la « profession de foi » de ses promoteurs avec celle, naguère (en 1871), des fondateurs de la Société nationale de musique : les Romain Bussine, César Franck, Vincent d'Indy et quelques autres. L'article empruntait résolument son titre – Ars Gallica – à la devise de la Société et sous-titrait : « La musique française revient en force. Un regain nationaliste. »

2Après avoir notifié ce qui leur paraissait devoir constituer l'un des intérêts certains de l'entreprise – en bref : approvisionner en répertoires – français ? –peu connus ou injustement oubliés des formations orchestrales en France–, les signataires en venaient à formuler une mise en garde, brandissant la menace d'une « résurgence du nationalisme » : le danger, écrivent les auteurs, serait que la mise en avant de nos « racines » musicales, le confusionnisme qui peut s'ensuivre chez quelques échauffés (l'un d'eux nous a sérieusement affirmé : « Vincent d'Indy est un plus grand compositeur que Mahler ») ne débouchent sur une résurgence du nationalisme.

3« Du » nationalisme. S'agirait-il d'une « chose-en-soi », entité indépendante, autonome et bloquée, éventuellement réactivable par gros temps (ce que laisserait entendre l'expression « résurgence du nationalisme ») ? Quelle spécialisation prend ce terme, lorsqu'il est transféré du lexique des conduites d'attachement à des unités politiques, vers le domaine musical ? S'agirait-il d'une doctrine ? d'un courant ou d'un mouvement ? d'une période ?

4On ne prétendra aucunement aborder de front ou traiter expressément ici de telles questions. Plus modestement, on propose de compulser une page d'histoire de la musique à l'articulation de ces deux siècles (soit approximativement : 1870-1930), et d'examiner de manière nécessairement schématique, quelques faits tenant à la question du nationalisme musical en France. Des faits précisément suggérés ou évoqués par l'article précédemment cité. On privilégiera de ceux tenant directement à la promotion d'une « musique française », d'un « art musical français ».

Des « tartes à la crème... »

5« Il s'est tellement dit de sottises, depuis quelques années, de ce problème de la nationalité musicale devenu la tarte à la crème de certains » : le débat semblerait exaspérer Michel-Dimitri Calvocoressi (1877-1944), critique musical international, secrétaire de Serge de Diaghilev (et qui œuvrait notamment pour la reconnaissance de « la musique russe »).

  • 1 Groupe d'artistes (musiciens, poètes, critiques, amateurs de musique « d'avant-garde ») incondition (...)

6Il s'insurge ici, en 1910, dans la récente revue de la Société de Musique Internationale (section de Paris), contre les propos de quelques-uns, tels ceux d'un Claude Debussy qui venait une nouvelle fois de s'en prendre au « sens musical allemand ». Celui-ci n'en était plus à son coup d'essai. Pour l'heure, il était même volontiers considéré comme l'une des voix (plutôt humoristique) d'un nationalisme musical profondément anti-wagnérien, voire anti-allemand. Disons même : « anti-italo-allemand ». Calvocoressi n'avait-il pas contribué à installer et promouvoir le Debussy musicien, membre qu'il était du groupe des Apaches1 ?

  • 2 (1872-1945). De son vrai nom : Camille Faust. Romancier, critique et historien d'art, collaborateur (...)

7Certes, la question des nationalités musicales n'était point nouvelle. Elle constituait même un vieux débat. Les querelles entre musique italienne et musique française ont été virulentes au xviiie siècle, entre partisans et adversaires de Jean-Philippe Rameau (1683-1764), entre les tenants d'une supériorité de la musique – l'opéra – italienne (Rousseau et les encyclopédistes, par exemple) sur la musique française, vieille querelle des Anciens et des Modernes. Mais la question s'est durcie dans la traversée du xixe siècle, en même temps que celle, politique, des frontières, des peuples et des empires, des conquêtes. Des « patries ». Ce qui n'est pas sans faire problème pour quelques auteurs de panoramas rétrospectifs sur la musique en Europe au xixe siècle, lorsqu'ils écrivent durant une période (comme celle choisie ici), où le débat est d'actualité. Faut-il, s'interroge par exemple Camille Mauclair2 classer par nationalités, tandis que la musique, dans l'histoire secrète de ses affinités est européenne, internationale, universelle ? « Sous les désignations des patries politiques, les sensibilités des créateurs opèrent de constants échanges internationaux, et si elles expriment des races, on sait que les races ne s'insèrent pas toujours dans les limites facticement créées par la diplomatie » (1921 : 2).

  • 3 (1862-1918). D'origine bourguignonne et modeste, Prix de Rome (1884), le compositeur du Prélude à l (...)
  • 4 (1851-1931). De famille aristocratique, il sera élève de César Franck (cf. infra, note 13) au conse (...)
  • 5 (1835-1921). Compositeur, pianiste, écrivain, on souligne fréquemment chez ce personnage aux nombre (...)
  • 6 (1866-1944). Homme de lettres, musicologue, critique musical – qui n'avait jamais caché (comme en m (...)
  • 7 (1857-1936). Etonnante personnalité que ce musicologue qui fréquente le milieu Bordes, D'Indy, ente (...)
  • 8 (1878-1960). Musicographe, « anti-d'Indyste », défenseur de Debussy (membre du groupe des Apaches). (...)

8Suggérons pour l'heure de regrouper entre eux quelques éléments de la question du nationalisme musical débattue alors en France vers 1910. Du moins ici, telle qu'en débattent quelques-uns : des musiciens comme Claude Debussy3, Vincent d'Indy4, Camille Saint-Saëns5 par exemple, soit encore des hommes de lettres, des critiques musicaux, comme Romain Rolland6, Julien Tiersot7, Emile Vuillermoz8 notamment.

9Proposons de réunir un premier groupe de problèmes en un pôle (un centre d'attraction thématique) : celui tenant à la promotion hexagonale d'une musique française. Le débat est parfois âpre comme en 1910, on le verra, et fort concret. Débat centré sur des programmations musicales, sur une musique française qui existe mais peu jouée publiquement, étouffée principalement par une musique allemande ou italienne. Il faut, dit-on, privilégier les programmations de musique française.

10Un second ensemble de problèmes regrouperait plus directement ce qui toucherait à des définitions internes voire structurelles d'une « musique française ». Ce pôle pourrait être celui des particularités : il concernerait ce par quoi l'on entend de cette musique – française – qu'elle se démarque d'autres musiques d'autres nations. Mais comment ? Sur quelles bases ? Par un retour à la « tradition musicale de notre race », répondrait, par exemple, Claude Debussy. Par un retour à nos racines musicales, ajouteraient d'autres, préconisant la recherche de ces racines dans un folklore paysan aux configurations des anciennes provinces ou régions de France (régionalisme). Prévaut ici une idéalisation du chant populaire qui s'exprime alors en un recours à des thèmes comme ceux du sol, de l'environnement, de la race. A des caractères topographiques, climatiques, géographiques, physiques, on vient faire correspondre comme chez Julien Tiersot, par exemple, des caractéristiques musicales.

  • 9 Nombre des professeurs de la Schola et des amis de D'Indy se replient peu après sa mort pour fonder (...)

11Ces deux options – retour à un « goût français », retour au chant populaire – seront particulièrement appuyées par Vincent d'Indy et par l'organisation symbolique et matérielle qu'est la Schola Cantorum. Institution musicale privée, fondée en 1894 à l'initiative de Charles Bordes (1863-1909), aidé de Vincent d'Indy et de l'organiste Alexandre Guilmant (1837-1911), celle-ci devient en 1900 une École supérieure de musique dont on loue le dynamisme et l'impulsion. On lui oppose la grisaille, l'inertie du Conservatoire. Dotée depuis 1894 d'une maison d'édition et d'une revue, d'une « édition mutuelle » de musique contemporaine (1902), la Schola est alors dirigée par D'Indy jusqu'à sa mort en 19319. Le poids de cette institution, aux premières années du siècle, est déterminant dans la géographie musicale parisienne.

L'indignation patriotique

  • 10 (1813-1883). Personnalité musicale incontournable notamment dans la deuxième moitié du xixe siècle, (...)

12« Il s'est tellement dit de sottises, depuis quelques années », écrivait M.-D. Calvocoressi. Depuis quelques décennies, en effet, la lutte est âpre autour de la question d'une musique française, voire d'un patriotisme musical. Le débat musical s'aligne sur le débat politique. Les années 1870 sont encore dans les mémoires. Richard Wagner10 les traverse adulé par les uns, honni par d'autres pour qui patriotisme et musique, s'agissant du musicien allemand, ne peuvent pas ne pas aller de pair. Camille Saint-Saëns, l'un des fondateurs de la Société nationale de musique en 1871 devient l'un d'eux, virulent.

  • 11 L'interview sera abondamment rééditée, reprise et développée notamment par Catulle Mendès ; cf. not (...)

13L'on s'enthousiasme ou l'on s'étripe à propos de Wagner, tout à la fois musicien et théoricien d'une « régénération » de la musique, d'un art total comme fusion intime du poème, de la musique, du geste, du décor. Sujets empruntés au vieux fonds d'une littérature germanique, subordination de la musique à la poésie, densité de l'orchestre, abandon des cadres ou des formes, des découpages traditionnels de l'opéra, systématisation du leitmotiv, etc., conduisent les uns, tel Vincent d'Indy, à y voir l'art de l'avenir. Wagner avait dispensé ses conseils paternels aux musiciens français à travers le journaliste Louis de Fourcaud11 en 1879, dénonçant un détournement de la musique française par des œuvres, un opéra « judéo-italien ». Le salut de la musique française, leur disait-il, viendra de l'exploitation, de la mise en valeur des thèmes nationaux légendaires conformes au génie de la nation, que sauront en faire les musiciens français. Vincent d'Indy (qui avait été présenté à Wagner par Franz Liszt en 1882) se souviendra de la leçon du musicien allemand, de ses imprécations contre les étrangers, les juifs, une école « judéo-italienne », de son diagnostic sur la musique française et des remèdes qu'il préconisait. L'intérêt de D'Indy pour le chant populaire, qu'il fera passer à la Schola Cantorum, semble devoir s'inscrire dans ce programme général de régénération de la musique française.

14D'autres, peu satisfaits ou peu friands de Wagner, ne voyaient ou ne voulaient voir dans sa production que de la musique bruyante, une musique allemande, de la musique teutonne grasse et épaisse. Une sorte d'invasion venue du Nord. Tout le contraire d'un esprit français, léger, alerte, enclin au juste milieu.

15Et puis, il y avait eu 1870. Wagner avait célébré les triomphes militaires de l'Allemagne par son Ode A l'armée allemande, par sa Marche impériale. Cela s'ajoutait à certains écrits antérieurs quelque peu agressifs envers la France, estimait-on.

16Mais surtout, il avait eu Une capitulation, Comédie à la manière antique. La scène se passait à Paris en 1870. On y voyait Victor Hugo, exilé, rentrer à Paris par les égouts ; ou encore trois Jules (Favre, Ferry, Simon) et Gambetta, quelque peu « parleurs » ; le chœur de la Garde nationale pouvait chanter en french cancan : République ! blique ! blique ! Répubel ! pubel ! ...pupube, pupube... Publiée en Allemagne en 1873, Victor Tissot avait signalé quelques passages de la Comédie en 1875 dans son Voyage au pays des milliards (54e réédition : 1892).

  • 12 (1859-1935). Anagramme de Morland ; il traduit avec son frère le romancier Jacques Morland, L'Origi (...)

17Satire, parodie « antipatriotique » que cette comédie ? L'enjeu est précisément ici ; autour d'une ambiguïté ménagée par le genre et du soupçon d'intentionnalité inhérent à cette ambiguïté. « Dégoûtante parodie », « bassesse », « faute de goût », « comédie infâme », « stupide pamphlet », etc., « insulte à la France » clame la Ligue des patriotes qui donne efficacement alors dans l'indignation patriotique. La polémique se poursuivra durant la décennie quatre-vingt, violente au moment de la représentation de Lohengrin en 1887. Saint-Saëns n'est pas le dernier à réactiver la polémique, passé dans le camp des ennemis irréductibles de Wagner. Il la relance encore en 1915, dans une série d'articles (« Germanophilie ») dans L'Écho de Paris : « Wagnérophobie » réplique Jean Marnold12.

18Joseph-Gabriel Prod'homme argumente, encore en 1921, pour disculper l'auteur de Une capitulation : calomnie (1921 : 65-75) ; d'ailleurs, plaide-t-il, qui avait lu cette comédie à la manière antique dans une « traduction loyale » ? Il n'y en eut une qu'à partir de 1915, alors que c'est par cela que l'on aurait dû commencer. Au demeurant la comédie ne fut pas écrite après le siège de Paris, mais en octobre 1870 : Wagner, pour se délasser, voulait faire une parodie des parodies d'Offenbach...

19A l'indignation de la Ligue des patriotes, on avait opposé l'argument suivant : « Même en supposant que le libelle de Wagner fût injurieux au-delà de toute expression, est-ce une raison pour siffler sa musique ? (...). Ne prétendez pas siffler un chef-d'œuvre musical, sous prétexte que son auteur a proféré des injures contre les Français ! » (Verdun 1887 : 18). Pourquoi applaudir Mozart, auteur tout autant que Wagner, de chefs-d'œuvre musicaux et d'injures aux Français. Ne traitait-il pas les Français de patauds, de niais ; sans compter les dames de la bonne société française ? Cela enlève-t-il le quart de la grâce de sa musique ? (Ibid.).

20L'argument a son importance et doit être précisé plus globalement. On le retrouve régulièrement dans la question du nationalisme musical, sous la forme de ce que l'on pourrait appeler (du moins provisoirement) la rhétorique du paradoxe : « Si (...), du moins (...) ». Si (Wagner, Debussy, etc.) fut bien ici, du moins composa-t-il cela... Le requisit est celui de l'Art accompli, sans frontières, sans patrie. La Musique est universelle, pacifique, un instrument de rapprochement entre les peuples. Ce requisit appartient aux valeurs qui consacrent la catégorie Musique de nos sociétés : la Musique tend à y apparaître comme une entité idéelle, indépendante, accomplie, majestueuse et vertueuse. Ce sont les musiciens qui sont belliqueux, « patriotes chauvinistes », etc. « Si l'art n'a pas de patrie, du moins les artistes en ont une », aphorisme dont Saint-Saëns réclamait la paternité. Une notion clé permet alors de prévenir tout risque d'incompatibilité : le « non-conformisme » de l'artiste, une sorte d'ébaudissement du génie. Dans ce contexte, quelle place donner alors à la remarque du musicien Paul Dukas (1865-1935) qui, à la mort de Debussy, s'interrogeait sur les exégèses dont sera la « proie » son ami : « Quelque doctrine que l'on édifie sur son œuvre, une chose demeure vraie qui est fondée sur l'expérience de tous les temps : il n'y a pas de musique indépendamment de ceux qui l'écrivent » (Brussel 1926 : 104) ?

Histoires d'influence

  • 13 (1822-1890). Né à Liège, arrivé avec sa famille à Paris en 1835, admis au Conservatoire en 1837. Co (...)

21Retenons, du vocabulaire qui sert à classer, promouvoir ou disqualifier, le terme d'influence. Influence de Richard Wagner, influence de César Franck13 : on ne cesse de débattre d'influences, à propos de quelques noms dont ces deux.

22Le mot sert pour instaurer des rapprochements, des filiations et qualifier ces apparentements : « l'influence » de Wagner ou de Franck permet alors de qualifier favorablement ou défavorablement. En somme, un même terme sert à marquer des empreintes pour promouvoir et disqualifier une production musicale. Plus globalement, pour être retenue par les histoires de la musique, celle-ci doit passer un test de qualification. Elle s'évalue en amont comme en aval à l'aune des « influences », par la proximité ou la distance qu'elle entretient – doit entretenir – avec les références que l'on sollicite. Dans cette perspective, saluer ou dénoncer, suggérer ou réfuter « l'influence-de » (travail de reconnaissance ou de qualification) semblerait devoir parfois s'apparenter à un travail d'imputation.

23Parler du wagnérisme de Franck, écrit E. Vuillermoz, constitue aux yeux de certains de ses élèves – ceux qui veulent « démontrer que son art est purement français et ne doit rien à des influences étrangères » – une « accusation injurieuse et infamante contre laquelle ils ne cessent de protester avec indignation » (1949 : 302). Ce wagnérisme, ajoute-t-il, nous paraît difficilement contestable. Il n'a rien d'une imitation servile et représente plutôt un climat qu'une technique. Ce climat est celui des « provinces germaniques et flamandes auquel un compositeur belge est adapté en naissant. C'est une prédisposition ethnique à une certaine conception de l'art, plus grave, plus digne, plus méditative et plus volontiers solennelle que la nôtre (...). Elle engendre des compositeurs peu accessibles à l'humour, à l'ironie, à la fantaisie et à la légèreté d'esprit, et enclins à se servir d'un vocabulaire plus sérieux et plus austère que celui des musiciens français. »

24Il ne s'agit pas ici, d'interroger le « wagnérisme » comme quelque déterminisme naturel, mais d'évoquer le mécanisme qui sous-tendrait l'utilisation de la notion d'influence. Mécanisme de relations entre quatre instances. En somme, quelqu'un (instance de celui qui profère le mot) dit quelque chose, postule, évalue (et qualifie) l'apparentement d'un individu (instance du renvoi : ici, Franck) avec ou à propos d'un autre individu (instance de « référence » : ici, éventuellement Wagner), devant une autre instance (celle de l'auditeur, du lecteur). Proférer « l'influence-de » pourrait ainsi recouvrir un procès global de sélection (choisir, en référence, Wagner ou un déterminisme germanique), de positionnement (en instruisant un apparentement entre Franck et les références précédemment signalées), d'adresse et de qualification, en programmant la décidabilité d'un interlocuteur (l'auditeur, par exemple) sur l'intention que l'on « veut » avoir en affirmant de tels apparentements : promouvoir ou disqualifier. Il s'agirait donc, comme opération de qualification, tout à la fois d'un mode de classement et d'un mode d'appréciation.

25Dès lors, pour ce qui nous concerne ici, on pourrait imaginer que l'usage du terme « influence » nous placerait en conversation (situation interlocutoire). l'un des locuteurs s'adresserait à un autre, lui livrerait son appréciation sur quelqu'un d'autre, en argumentant à partir d'un autre encore. Ce dernier, qu'il prendrait aux mailles de son argumentation, figeant ou durcissant ainsi sa prise (l'esprit, le style, la grammaire ou la syntaxe de Wagner, de Franck, dira-t-on, par exemple), la réifiant en des traits ou des caractéristiques. Une affaire de point de vue, peut-être.

26Que les élèves de César Franck, à la tête desquels il y a Vincent d'Indy, récusent un « wagnérisme » de leur maître, ce n'est nullement en raison d'une conception dépréciative de Wagner.

27On a rappelé précédemment que Vincent d'Indy était l'un des avocats du musicien allemand ; il lui consacrera un petit ouvrage publié en 1930. Au demeurant, dressant dans cet ouvrage la filiation musicale de Wagner, il le rattache volontiers, à travers Weber, au « sceau de l'éducation latine traditionnelle », qu'avait reçu ce dernier. Non qu'il ne déplore chez Wagner un défaut capital chez de nombreux Allemands – « la prolixité inutile confinant au mépris des proportions »–, mais Wagner n'y céda que parfois, et la décadence de la musique allemande ne commença véritablement qu'à la fin du xixe siècle lorsque « après avoir été vainqueurs des Danois, puis des Autrichiens en 1866 et des Français en 1870, les futurs vaincus de 1918 s'étant décrétés plus grands que les plus grands, décidèrent de prouver cette assertion par les œuvres » (1930 : 23). Ce n'était plus vraiment la génération de Wagner... Mais, avant cette période, si l'on recherche la cause de la bonne construction, de la clarté et de la solidité des œuvres allemandes, on la retrouve, écrit Vincent d'Indy, « dans ce fait que tous les artistes de ce pays (...)étaient, jusqu'alors, restés sous influence de l'esprit latin dont ils avaient, tous, reçu les salutaires enseignements, apprenant ainsi l'ordre et le juste sentiment des proportions, qualités latines dont l'esprit echt deutsch fut toujours presque totalement dépourvu » (ibid.).

  • 14 Franck ne régularise sa situation qu'en 1873 ; en 1870, il est administrativement citoyen belge. Il (...)

28Sans dénier les rapprochements Wagner-Franck, les promoteurs de ce dernier, le considérant l'égal du premier, le font puiser aux mêmes sources que Wagner. Non que Franck n'ait lu et apprécié les partitions du musicien allemand, semble dire D'Indy, mais il sut se porter également en amont « de l'influence ». Il sut s'imprégner des découvertes de l'auteur de Parsifal, mais aussi s'affranchir d'une trop étroite tutelle, ne gardant que ce qui pouvait aider au développement de la qualité française. De plus, aime faire savoir D'Indy, « Franck n'était pas belge, mais français en même temps que son père, en 1836 (il avait alors quatorze ans), (...) sa vie entière se passa en France, dans cette patrie qu'il aimait passionnément : il en donna les preuves en 1870 » (1930 : 60)14. César Franck, l'égal de Wagner pour la France et non quelque émule : c'était là une nécessité pour camper tout à la fois la solidité et la nouveauté, l'originalité d'une jeune école de musique française et son émulation spirituelle par la générosité, l'humilité, la modestie, l'intellectualité que l'on confère, avec le titre d'initiateur ou de fondateur, au « bon père Franck », au Pater Seraphicus. Un être au-dessus des contingences, un amoureux sincère et désintéressé de la musique, « un artiste dont la figure nous apparaît comme nimbée d'une auréole, ainsi que celle des saints dans les fresques du xve siècle » (D'Indy 1930 : 41).

Du rififi à la Nationale

29A l'heure où M.-D. Calvocoressi, comme on l'a vu, se plaint de sottises qui se disent quant aux nationalités musicales, en 1910, une partie du débat met aux prises les élèves de César Franck, Vincent d'Indy en tête (directeur de la Schola Cantorum, institut promoteur d'une « Musique française », nationale) qui ont la haute main sur la Société nationale de musique, et des membres dissidents de cette même Société, dénonçant son exclusivisme français.

« Ce soir, nous avons conçu le projet de fonder une société indépendante, contre la Schola Cantorum, c'est-à-dire une espèce de Nationale puisque celle-ci est envoûtée par D'Indy et ses disciples, dont la musique est si vilaine », écrit Ricardo Vines dans son Journal, au 14 janvier 1909.

30D'Indy venait de refuser de programmer à la Société nationale de musique Maurice Delage (1879-1961), membre de cette « pittoresque tribu d'artistes » – les fameux « Apaches » (dont faisait partie, on l'a vu, M.-D. Calvocoressi)–, chez qui ils se rassemblaient. Nous rendrons coup pour coup, dira Vines. Romain Rolland – bientôt auteur (entre autres écrits) d'un Au-dessus de la mêlée (1915), ou encore du Jean-Christophe cité en exergue – déplorait que la Société nationale de musique soit devenue, sous l'influence de M. d'Indy et de l'école de Franck, « plus exclusivement française que jamais ».

31Plusieurs de ses membres s'en étaient allés. Une fraction importante, dira-t-il. Ils viennent alors de fonder la Société musicale indépendante (S.M.I.). Une anti-Nationale en quelque sorte : « Suppléer à certaines lacunes causées par l'exclusivisme de la Nationale, en encourageant les tendances nouvelles et en révélant au public français, la musique étrangère d'aujourd'hui » (1914 : 234). Cénacle la Nationale se voulait ; cénacle elle était bel et bien désormais, alors menacée par les subtilités décadentes ou le pédantisme scolastique, ajoutera-t-il. Ce n'était plus tellement de la « musique de chambre ». Plutôt de salon, entre initiés.

32Emile Vuillermoz n'est pas plus tendre. Il n'apprécie guère les artisans trop appliqués de la Schola. Et pas davantage Vincent d'Indy. Ne manifestent-ils pas un « esprit d'obstruction » contre les tendances actuelles de la musique ? D'où la S.M.I., face à la S.N.M., ce qui donna lieu « à des polémiques passionnées entre conservateurs et progressistes, entre les partisans de l'écriture "horizontale" et ceux de l'écriture "verticale", entre les appoliniens et les dionysiaques, entre les catholiques et les panthéistes » (1949 : 315). Des tentatives de rabibochage auront lieu vers 1917. D'Indy n'y croyait guère. « Ils continueront à s'envoyer des pétards dans les jambes », dira-t-il. Ce qui fut. Leur inimitié respective appartenait au paysage. Au point que l'on plaisantait, en 1924, les frasques de ces deux sociétés d'avant-garde, vieilles et caduques, sœurs ennemies.

33Comment en était-on arrivé là ? Remontons une quarantaine d'années.

  • 15 C. Mauclair reprochera à la Schola de D'Indy, après avoir été pionnière, d'être devenue inutile et (...)

341871 : Année décisive pour notre école moderne de musique française, dit-on quasiment à l'unanimité, Romain Rolland compris. Acceptons-en l'augure, à la condition de se souvenir que d'avoir été élu pionnier n'empêche point de passer ancêtre. On peut alors en appeler au « modernisme »15.

35Il y aura donc, « avant » et « après » 1871. Et même « depuis », comme pour Julien Tiersot et son Demi-siècle de musique française (1870-1918), qu'il écrit durant la Première Guerre mondiale, « sous des impressions desquelles, évidemment (dira-t-il en 1924) l'auteur n'avait pu s'abstraire ». Le « sursaut national » est du même coup musical. Et réciproquement. « Il fallut attendre la guerre de 70 pour provoquer chez nous le sursaut d'amour-propre qui favorisera (...) la renaissance de l'Ars Gallica » (Vuillermoz 1949 : 242). « Les désastres de la guerre de 1870 régénèrent l'esprit artistique de la nation. La musique en senti les effets immédiats » (Rolland 1914 : 215). Sursaut national – ressaisissement musical ? Ressaisissement national–, sursaut musical ? Ce n'est pas une alliance, c'est un alliage : la Société Nationale de Musique. Vincent d'Indy, dont on a laissé entrevoir que l'emprise progressive sur la S.N.M. n'était pas du goût de tout le monde, a cependant une formule qui – à la condition de ne point trop entrer dans l'exégèse – pourrait en satisfaire plus d'un : « En l'année 1871, au lendemain de nos défaites (...) fut (...) constituée la Société nationale de musique, ayant pour base une renaissance de notre musique nationale, laquelle tendait (...) à s'abâtardir de plus en plus » (1931 : 40).

36Qu'est-ce à dire ?

37Résumons, sous la forme du questionnement suivant, l'instruction que font les auteurs, du panorama musical qu'ils brossent en fond de la S.N.M.

  • 16 D'Indy s'inspire notamment du « Judaïsme dans la musique » de R. Wagner pour camper une « période j (...)

38Qu'en était-il de la « musique française » (jusqu'alors) à moins de faire dans la production dramatique, la musique de livret si l'on veut, opéra ou opéra-comique ? (de la pacotille commerciale ; de la musique « électico-judaïque » pour D'Indy)16. En d'autres termes : qu'en était-il, alors, de la production instrumentale, musique de chambre (Kammer Musik), musique symphonique – de « l'art purement instrumental »–, à moins de s'appeler Beethoven, Haydn, Mendelssohn, Mozart, voire Schumann, des « maîtres allemands » ? Non que les productions françaises n'existassent point. Mais on ne les entendait pas. Ou si peu.

39« C'est alors que deux musiciens, sans l'ombre d'un dédain pour les écoles étrangères, mais français avant tout, virent le danger, se firent part mutuellement de leurs craintes et cherchèrent le moyen de remédier au mal. » Ce récit fondateur de la S.N.M. est dû à Camille Saint-Saëns, en 1885. Précisément, l'un des deux musiciens. Le second était Romain Bussine, professeur de chant au Conservatoire.

40Il ne devrait pas être sacrilège de suggérer que çà et là, dans l'hommage rétrospectif que l'on adresse à l'initiative de la fondation de la S.N.M., les nuances s'imposent quelque peu s'agissant de la personnalité de Camille Saint-Saëns. On lui soupçonne des excès de patriotisme, un certain zèle, une insistance virant au chauvinisme, au protectionnisme.

L'ardeur combative de M. Saint-Saëns

41Chacun salue et respecte M. Camille Saint-Saëns, l'indépendance, la fécondité d'esprit de ce grand artiste, « l'honneur de l'art de son pays et de son temps ». Mais les compliments qu'on lui adresse menacent toujours d'en faire plus. Sa précocité musicale ? La voilà qui vient frôler un côté « fort en thème ». Si ce n'est celui de quelque vieux « jeune prodige ». Ce représentant du classicisme français (netteté, clarté, logique, juste mesure) ? Voilà poindre la mécanique, la froideur. La grande diversité de ses centres d'intérêt (théâtre, peinture antique, poésie, philosophie, occultisme, etc.) ? Une facilité indéniable du personnage. Mais, suggère-t-on, toucha-t-il à tout avec une égale habileté ?

42Un patriote, M. Saint-Saëns ? Une ardeur combative. Qui a lutté par la plume pour l'honneur et la défense de l'art français, pour défendre les intérêts artistiques de son pays. « Patriote jusqu'au chauvinisme, français jusqu'au "gallicanisme", ce Normand à demi Champenois avait fait de la xénophobie l'essentiel de son évangile. Les exagérations ridicules et les mesquineries auxquelles l'entraîna ce parti pris auraient fort bien pu discréditer la noble cause dont il se faisait l'agressif champion, mais la qualité de ses œuvres vint heureusement conjurer ce péril. Saint-Saëns résume en lui quelques-unes des particularités caractéristiques du génie de notre race : le goût de la netteté, de la clarté, de la logique, l'amour de la pureté néoclassique, l'intellectualisme raisonneur et l'intransigeance nationaliste » (Vuillermoz 1949 : 282).

43Non sans quelque perfidie, Romain Rolland salue (en 1908) une figure dont la parenté se trouverait plus facilement en Allemagne qu'en France. Perfidie du compliment adressé à ce détracteur acharné de Wagner et de l'Allemagne. « Bien trop français », dit Rolland. Et de décocher à l'auteur de rapsodies bretonnes, auvergnates, de chants persans, de suites algériennes, de barcarolles portugaises, etc., ce trait d'une « figure spirituelle et mobile de Français en voyage (...) ramenant tout à soi, "francisant" ce qu'il voit, à la façon de Montaigne en Italie, qui compare Vérone à Poitiers et Padoue à Bordeaux » (1914 : 91).

44D'aucuns sembleraient penser que l'initiative du fondateur de la S.N.M. n'était pas nécessairement désintéressée. Sans pour autant la vider de son mérite, bien évidemment. Une ambiguïté plane, salutaire. De toute façon, comment être joué, reconnu ? Le génie n'en est pas moins homme : il faut bien vivre.

45Si l'on en croit Léon Vallas (biographe autorisé de Vincent d'Indy), Saint-Saëns craignait peut-être pour son art. Disons que Wagner se joue à Paris ces temps-ci (vers 1869-70), et laisse peu indifférent. On l'entend même en février 1871. Certes, au milieu d'autres musiciens (Beethoven, Meyerbeer, Rossini). Mais, la plupart étrangers. « Il fallait vraiment, en ce temps-là, un entêtement singulier pour écrire de la musique (...), les concerts semblaient voués au classique et à l'exotique à perpétuité, et on pouvait prévoir, dans un avenir prochain, la mort inévitable de l'école française », dira Saint-Saëns. « Un compositeur qui avait l'audace de s'aventurer sur le terrain de la musique instrumentale, n'avait d'autre moyen de faire exécuter ses œuvres, que de donner lui-même un concert et d'y convier ses amis et les critiques », ajoutera-t-il. On connaît la suite : « C'est alors que deux musiciens... »

46Assurément. Mais reste cette sortie en 1878 tandis que D'Indy lui proposait de programmer à la Nationale un peu d'œuvres « fortes, nées dans d'autres pays ». Histoire de comparer, de stimuler les Français. Saint-Saëns ne renâcle pas devant quelques Norvégiens. Il propose même des Russes. Mais au nom de Wagner, il ne tient plus. « Mais le jour où l'on jouera Wagner à Paris, qu'est-ce que nous serons devenus, nous autres ? » Ainsi donc, Saint-Saëns redoutait Wagner, en faisait un concurrent ? « Saint-Saëns se montrait jaloux de la puissance écrasante d'un grand maître allemand ; il avait le légitime souci de ses propres œuvres ; il était donc intéressé », écrit le biographe de Vincent d'Indy (Vallas 1946 : 241). Pour Jean Marnold, qui prend à partie Saint-Saëns à maintes occasions durant la Grande Guerre (on a vu que dans ses quatre-vingts ans, le fondateur de la S.N.M. réactivait, en 1915, la polémique autour d'« Une capitulation », pour que l'on élimine « le poison germanique » des programmes ainsi que quelques autres Allemands), le patriotisme de Saint-Saëns tient du chauvinisme et du protectionnisme. L'initiative de 1871, chez M. Saint-Saëns ? Saisissant l'affreuse occasion, il « voulut mettre à profit sans vergogne l'aventure terrible où était entraînée sa patrie pour supprimer la concurrence d'un des plus superbes génies de l'art musical » (1918 : 99).

47Ce projet d'inscrire des musiciens étrangers contemporains agaçait Saint-Saëns, d'autant que Wagner constituait pour l'heure, chez les élèves de César Franck qui avaient investi la S.N.M. –tels D'Indy, Charles Bordes, Julien Tiersot, par exemple–, une valeur montante. Inscrire des musiciens étrangers sans au moins, la contrepartie pour les musiciens français de la S.N.M. d'être eux-mêmes joués ailleurs ou à l'étranger, n'était-ce pas rompre avec quelques-uns des principes qui avaient présidé à la fondation de la S.N.M. ?

  • 17 (1858-1930). Critique musical, il sera l'un des défenseurs de Charles Maurras devant Pie X en 1913. (...)

48Saint-Saëns commençait à se désengager devant ce bloc ; un réactionnaire, un rétrograde, disent de lui les élèves de Franck. Les choses allant de mal en pis, il démissionne en 1886. D'Indy, par Franck interposé, régit la S.N.M. et ses programmes. La mainmise n'est pas du goût de tout le monde. Saint-Saëns avait fondé la S.N.M. pour en faire « une église éclairée et non pas une chapelle obscure, pour qu'elle devînt la patronne de tous les fidèles et non la complice de quelques doctrinaires mystérieux et mystificateurs », lance Camille Bellaigue17. La S.N.M. des Franck-d'Indy est en train de devenir, dit-il, « une société de décadents, une sorte de Chat noir à rebours, où l'on ne s'amuserait pas, je le jure ».

49On connaît la suite. A la mort de César Franck, en 1890, D'Indy maîtrisait la S.N.M. Les amis qu'il y avait seront pour la plupart ceux que l'on retrouvera dans l'état-major de la Schola Cantorum quelques années plus tard. De facto, la S.N.M. deviendra l'un des piliers de cette institution musicale. En 1909-1910, la scission s'opère. Les dissidents, contestant le repli des programmes sur une musique française principalement campée par les élèves de la Schola fondent une société musicale... indépendante : la S.M.I.

La dangereuse invasion de la musique étrangère

501910 : Les revoilà tous deux. L'un président (Saint-Saëns), l'autre vice-président (D'Indy) à la Société des auteurs d'une « sous-commission » consacrée aux difficiles problèmes matériels d'une école nationale de musique française, le Groupe des musiciens français. La commission est chargée « de toutes les questions qui peuvent concerner l'existence, l'avenir et les intérêts de la musique française ». Au programme, des questions de décentralisation artistique et « d'intrusion étrangère » – principalement, ici, italienne–, sur les scènes subventionnées par les contribuables français (Auriol 1912).

51Et l'on fait des courbes, des bilans. Combien d'œuvres étrangères jouées sur nos scènes subventionnées, tel l'Opéra-Comique ? De janvier 1899 à janvier 1910 : 833 représentations d'œuvres étrangères, dont 390 du seul Puccini (Vie de Bohême : 243 ; Tosca : 75 ; Madame Butterfly : 72). Les chiffres sont contestés : ce serait, au total, 914 représentations, et donc d'autant plus pour Puccini. Et les Français ? La recette est dans l'air.

52La querelle est vive entre compositeurs et directeurs de théâtre, entre le groupe des musiciens – Xavier Leroux (1863-1919) en tête – et les compositeurs italiens. Debussy, Saint-Saëns, Massenet, Dukas, D'Indy s'en mêlent. Je n'aime pas beaucoup voir des affaires de chiffres intervenir dans les questions d'art, réplique Debussy (Le Gaulois, 10 janvier 1911), « à aucun prix, quand on s'occupe d'art, il ne faut semer sur un terrain aussi louche que celui des recettes. Ce n'est pas la peine d'être un artiste pour se transformer en un négociant farouche ». D'Indy ne désavouerait peut-être pas totalement la formule.

53« Le public adore la musique italienne », dit-on. A quoi l'on rétorque qu'on l'y aide beaucoup, et que « si les œuvres françaises étaient soutenues comme le sont certaines œuvres italiennes (...) elle serait l'objet d'une égale popularité ». En face, on dénonce ce qui s'apparenterait fort, du côté du Groupe des musiciens français de là Société des auteurs, à un appel au boycottage des œuvres italiennes : « Nous demandons seulement, rétorque Xavier Leroux, qu'elles ne prennent pas totalement la place des nôtres sur des scènes subventionnées par le gouvernement français, et seulement sur celles-là. Ces scènes nationales ne semblent pas faites pour favoriser presque exclusivement la popularité des compositeurs étrangers » (ibid. : 186).

54L'imputation de protectionnisme va bon train. A peine lancée dans un camp, elle est réexpédiée dans l'autre : combien d'ouvrages français modernes, à quelque école qu'ils appartinssent, n'ont pas eu à pâtir de votre propre protectionnisme ? Un mot est lâché : « représailles ». Déni de réciprocité pour le premier qui le profère. En somme : votre réplique est inacceptable, vaine et basse ; elle vous disqualifie. Droit quasiment souverain – non obligé – de réaction pour l'autre : « si je veux... ». Deux engagements coexistent sous un même mot, dans le même temps, un peu à la manière de quelque vieux couple : inséparables mais irréductibles.

55« L'invasion italienne est d'autant plus dangereuse qu'elle a pour but de propager en France une musique essentiellement inférieure », proclame D'Indy. La musique italienne tiendrait du complot extérieur ? « Cette musique, poursuit Vincent d'Indy, à proprement parler, n'est pas faite et ne peut que développer le mauvais goût du public. Les Italiens ignorent l'art de composer. J'entends ici le mot dans son sens étymologique : componere. Rien chez eux n'est équilibré, ni ordonné. Tout est livré au hasard de l'improvisation. De telles productions sont grossières et fort éloignées des nôtres » (Auriol : 188). Quant à Puccini, il lui avait amplement réglé son compte dans son enseignement à la Schola. Du tutupampam. Ou tout comme.

56Fort occupé par ailleurs à la tête de « sa » Schola – véritable entreprise de musique (qui passait directement de la fabrication à la publication, voire à la représentation), il vient pontifier. Péremptoire, il se retranche derrière la légitimité d'un ton docte, prévenant ainsi qu'il peut disputer mais qu'il n'y a pas à discuter. A moins que peu satisfait de la tournure du débat, –la frivolité ou l'indécence de préoccupations financières dans la félicité de l'Art–, il ne veuille l'élever ou l'approfondir. La musique étrangère ne serait pas d'abord ou seulement affaire financière. Mais aussi esthétique. Cela posé, reste ce droit (libre mais obligé ; un devoir en quelque sorte) de rendre la monnaie de la pièce : « Si l'on admet que nos voisins sont peu hospitaliers pour nos ouvrages – l'accueil regrettable qu'ils réservèrent récemment à quelques-uns d'entre nous permet de le supposer – avouons qu'il n'y a pas de raison pour faire chez nous la fortune des leurs. Il y en a d'excellents, au contraire, pour ne point favoriser » (ibid.).

Racine et Rameau

57Debussy - D'Indy ? Sous l'apparence de leur respect réciproque, les deux musiciens ne s'appréciaient guère, non plus que les leurs. Les idées esthétiques étaient, sur nombre de points, diamétralement opposées.

  • 18 Pelléas et Mélisande (1902), musique de Debussy, poème de Maeterlinck. La partition constitue un re (...)

58Encore que, précisément, les choses n'apparaissent pas toujours si tranchées. Si D'Indy nous est décrit comme un bloc (non sans contradictions), Debussy change. Le premier se flatte que son Étranger soit apprécié de l'auteur de Pelléas18 (Pelléas dont D'Indy avait cependant jugé que la musique n'y jouait, la plupart du temps, « qu'un rôle secondaire »). Trop de musique peut-être, dira Debussy de L'Étranger (Gil Blas, 12 janvier 1903), mais n'est-ce pas une admirable leçon contre cette « esthétique brutale et d'importation qui consiste à broyer la musique sous des tombereaux de vérisme » ? Il aime à y voir cette humanité que Vincent d'Indy « n'a revêtue de symboles que pour rendre plus profond cet éternel divorce entre la beauté et la vulgarité des foules ». Étonnant contraste tandis que l'heure est à l'urgence d'une initiation à l'art et (notamment avec les Maurice Bouchor, Julien Tiersot) à l'art musical dans les écoles de la République.

59Ils se retrouvaient tous deux, peut-être sous la bannière « ramiste », à coup sûr dans la communion avec Rameau. Dans son idéalisation. « Voilà des années que je ne cesse de le répéter : nous sommes infidèles à la tradition musicale de notre race depuis un siècle et demi », écrit Debussy en 1915. Un siècle et demi ? Il faut remonter à Rameau. Depuis « plus de tradition nettement française ». Depuis ? « Nous avons cessé de cultiver notre jardin, mais par contre, nous avons serré la main des commis voyageurs du monde entier. Nous avons écouté scrupuleusement leurs boniments et acheté leur camelote ». Commis voyageurs, boniments, camelote : des mots qui sembleraient issus du vocabulaire apologétique de V. D'Indy.

60Rameau est une valeur sûre. Celle d'une droite monarchiste (« nationaliste ») dont Pierre Lasserre notamment est l'un des théoriciens. Et D'Indy et plusieurs des siens, des représentants musicaux ? De ceux qui préconisent le retour aux racines (chanson populaire), au gothique musical, au « goût français ». De ces musiciens patriotes dont parlait Jean-Christophe, qui escaladent la Révolution pour contempler, derrière, l'Eldorado de l'art (cf. citation d'exergue).

61Le « Grand Rameau ». La redécouverte et la promotion de Rameau à l'articulation de ces deux siècles devra beaucoup à Charles Bordes et à Vincent d'Indy. Ils n'ont pas découvert ce grand musicien, dit Félix Raugel (1881-1975) ancien élève de la Schola, mais ils ont fait de ses partitions « des êtres vivants et montré quelle fut toujours la vraie grandeur de notre musique nationale ». Maints biographes de Rameau ou auteurs d'importants articles sur ce musicien durant la première moitié du siècle, se recrutent chez les amis, fidèles ou élèves de Vincent d'Indy ou de la Schola (Paul Berthier, Pierre Lalo, Louis Laloy, Georges Migot, par exemple). La Schola Cantorum, dira Romain Rolland, « elle qui avait tant contribué à propager en France les grandes influences étrangères du passé, elle paraissait n'être pas restée tout à fait insensible aux préoccupations nationalistes des dernières années ; elle s'attachait de plus en plus (...) à la musique française du passé ; elle remplissait ses programmes de concerts d'œuvres françaises du xviie et du xviiie siècle : Marc-Antoine Charpentier (...) surtout le grand Rameau, qui, après une période d'oubli, bénéficia soudain d'une réaction excessive » (1914 : 273). Critique à peine voilée d'un nationalisme « scholiste », plus féroce chez Emile Vuillermoz.

62De ceux qui s'étaient agglomérés autour de César Franck, qui constituaient – un peu malgré lui – sa garde d'honneur, Vincent d'Indy, « le gentilhomme ardéchois était le plus lucide, le plus méthodique et le mieux organisé pour le prosélytisme et l'apostolat, écrit Vuillermoz ; à la mort de César Franck, il prit tout naturellement le commandement de l'aile marchante » (1949 : 313). Dans Le Mercure de France (16 sept. 1909), Vuillermoz reprochait à D'Indy d'avoir étroitement lié son art à ses convictions religieuses, morales et politiques : la Schola était alors à l'image de son directeur, un repère nationaliste, antisémite, antidreyfusard.

63Quelques années auparavant, en 1899, Vincent d'Indy ne recrutait-il pas aux côtés de Jules Lemaître, Henri Vaugeois, Maurice Barrès, François Coppée, pour la Ligue de la patrie française ? Maurice Barrès le porte dans ses « Scènes et doctrines du nationalisme » comme membre du Comité. Si l'on retrouve Vincent d'Indy dans le conseil de rédaction de L'Indépendance en 1911 – au côté de Georges Sorel « patriote, nationaliste, antisémite comparant les combats de la France contre les Juifs à la lutte de l'Amérique contre le péril jaune » (Weber 1962 : 94)–, on le voit bien avant dans la revue L'Occident, créée en 1902 par des « artistes vrais – et pas dreyfusards », où il traite des événements musicaux avec certains de ses fidèles collaborateurs à la Schola : René de Castera, Auguste Serieyx, Blanche Selva. Serieyx (1865-1949), lui-même critique musical à L'Action française de 1908 à 1912, écrira dans son livre d'hommage à Vincent d'Indy en 1913 : « Faut-il s'étonner que vers l'année 1899, des événements retentissants mais étrangers à la musique, nous aient, par l'effet d'une extension toute naturelle des doctrines traditionnelles que nous avions l'habitude d'appliquer à notre art, publiquement groupés autour de notre maître ? Les premiers élèves, dont il avait déjà réorganisé la pensée artistique, devaient naturellement s'associer à ce mouvement, alors naissant, de l'organisation de la pensée française » (Serieyx 1913 : 64). Le même auteur rappelle à nouveau la situation dans la brochure du 25e anniversaire de la Schola rue Saint-Jacques, soulignant un parallélisme de destinées entre « une institution intégralement nationale » et cette « institution intégralement musicale ».

64Dans ce cadre politico-musical, l'argumentation qui propulse Rameau est proche de celle qui propulse Racine. Absent de la « tourmente révolutionnaire », bête noire des Diderot, Grimm, du « parti encyclopédique » (Lasserre 1931 : 179), de ce « rhéteur despotique » de Rousseau – la ruine de l'individu (Lasserre 1907 : 9)–, ignoré d'un xixe siècle bourgeois conventionnel et mondain, dominé par une production lyrique abâtardie (que l'on pense à l'école « éclectico-judaïque » de Vincent d'Indy) : Rameau est alors ce représentant de notre véritable tradition musicale. Il est éminemment aristocratique. Il pourrait être populaire. Il n'est pas bourgeois. Et, lorsque Pierre Lasserre (1867-1930) salue en Rameau « notre Racine musical », il renvoie à cette image, pour les lettres, du Racine « traditionaliste, catholique français, monarchiste, artiste pur » célébrée par Jules Lemaître, ainsi antithèse d'un Rousseau « révolutionnaire, protestant genevois, républicain, philosophe et promoteur d'idées ». Bref, un « classique, par excellence » (Lemaître 1908 : 4). Deux stéréotypes iront bon train : « Rameau, le-plus-grand-des-compositeurs-français ». « Le-plus-français-des-musiciens ».

65Une droite monarchiste, volontiers élitiste et antidreyfusarde l'exhibe comme emblème musical, face à Gluck, emblème plutôt républicain. « L'ordre » : un maître mot. S'ensuivent alors quelques autres, comme stabilité, discipline. Autrement dit, refus du désordre, de l'informe. Rameau en est tout le contraire. Il renvoie à ce « goût français » de l'ordre, de la logique, de la clarté. De la mesure. Un juste sentiment de proportion et d'équilibre, souligne D'Indy. « Ne quid nimis... » Rien de trop.

66Romain Rolland peut écrire, de ce mouvement ou de cette résurgence – une « renaissance » ?–, que « le genre de Rameau légitimait tous les enthousiasmes ; mais il n'est pas défendu de croire que ces enthousiasmes s'adressaient – au moins autant qu'au génie de Rameau – au rôle qu'on lui attribuait de champion de la musique française du passé contre l'art étranger, même quand cet art s'adaptait aux lois du théâtre français, comme l'art de Gluck » (1914 : 274). Debussy n'est pas loin (mais va plus loin que Vincent d'Indy). « Vous fûtes un musicien de cour, votre art fut essentiellement d'apparat et de cérémonie », écrit-il dans sa fameuse « Lettre ouverte à Monsieur le Chevalier von C. W. Gluck » (Gil Blas, 23 février 1903) : « De vous avoir connu, la musique française a tiré le bénéfice assez inattendu de tomber dans les bras de Wagner. Je me plais à imaginer que, sans vous, ça ne serait non seulement pas arrivé, mais l'art musical n'aurait pas demandé son chemin à des gens trop intéressés à le lui faire perdre. »

67Debussy va plus loin que D'Indy qui lui reproche son inutile et regrettable anathème au chevalier Gluck (1930 : 78) ; D'Indy pour qui le meilleur de Gluck est nécessairement français : « Bien qu'étranger de naissance, Gluck se rattache absolument par ses chefs-d'œuvre à l'art français » (1950 : 60).

Haut de page

Bibliographie

Auriol H., 1912. Décentralisation musicale. Préface de Gabriel Fauré, Paris, E. Figuière.

Beauvois J.-L., 1990. Prélude, aria et finale avec César Franck. Cinquante ans de musique française (1830-1880), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Bellaigue C., 1917. Propos de musique et de guerre, Paris, Nouvelle Librairie nationale.

Bertrand P., 1947. Le monde de la musique. Souvenirs d'un éditeur, Genève, La Palatine.

Brussel R., 1926. « Claude Debussy et Paul Dukas », in La Revue musicale, VII : 91-109.

Debussy C., 1987. Monsieur Croche et autres écrits, Paris, Gallimard.

Faure M., 1985. Musique et société, du Second Empire aux années vingt, Paris, Flammarion.

Gérard Y., 1990. Saint-Saëns. Regards sur mes contemporains, Arles, B. Coutaz.

Girardet R., 1983. Le nationalisme français, Paris, Seuil.

Goubault C., 1984. La critique musicale dans la presse française de 1870 à 1984, Genève, Slatkine.

D'Indy V., 1930. Richard Wagner, Paris, Delagrave.

1950. Cours de composition musicale. Livre troisième rédigé par Guy de Lioncourt, Paris, Durand.

Landormy P., 1943. La musique française de Franck à Debussy, Paris, Gallimard.

Lasserre P., 1907. le romantisme français. Essais sur la Révolution dans les sentiments et dans les idées au xixe siècle, Paris, Société du Mercure de France.

1922. Philosophie du goût musical. Nouvelle édition suivie de trois études sur Grêtry, Rameau, Wagner, Paris, Calmann-Lévy.

Lemaître J., 1908. Jean Racine, Paris, Calmann-Lévy.

Marnold J., 1918. Le cas Wagner. La musique pendant la guerre, Paris, E. Demets.

Mauclair C., 1921. Histoire de la musique européenne. 1850-1914. Les hommes, les idées, les œuvres, Paris, Fischbacher.

Nordau M., 1901. Paradoxes sociologiques, Paris, P. Alcan.

Paul C.B., 1973. « Rameau, D'Indy et le nationalisme français », in Musique de tous les temps, 18-21.

Pistone D., 1979. La musique en France de la Révolution à 1900, Paris, H. Champion.

1980. « Wagner et Paris (1839-1900) », in Revue internationale de musique française, 1 : 7-84.

Pomian K., 1990. L'Europe et ses nations, Paris, Gallimard.

Pour la musique française. Douze causeries avec une préface de Claude Debussy, Paris, G. Grès, 1917.

Prod'homme J.-G., 1921. Richard Wagner et la France, Paris, M. Senart.

Ravel M., 1928. « Contemporary Music », in The Rice Institute Pamphlets, 15 : 131-145.

Rebatet, L., 1979. Une histoire de la musique, Paris, Robert Laffont.

Rolland R., 1914. Musiciens d'aujourd'hui, Paris, Hachette.

1948. Jean-Christophe, Paris, Albin Michel, édition définitive.

Schaeffner A., 1923. « Richard Wagner et l'opéra français du début du xixe siècle », in La Revue musicale, n° spécial : 111-131.

1989. « Musique savante, musique populaire, musique nationale », texte établi par Denise Paulme et présenté par Jean Jamin. Gradhiva, 6 : 68-88.

Serieyx A., 1913. Vincent d'Indy, Paris, Albert Messein, Société des Trente.

Suarès A., 1916. La nation contre la race, Paris, E.-P. Frères.

Sternbell Z., 1985. Maurice Barrès et le nationalisme français, Paris, éd. Complexe.

Tiersot J., 1924. Un demi-siècle de musique française (1870-1919), Paris, F. Alcan.

Vallas L., 1946-1950. Vincent d'Indy, Paris, Albin Michel (2 vol.).

Verdun P., 1887. Les ennemis de Wagner, Paris, A. Dupret.

Vuillermoz, E., 1949. Histoire de la musique, Paris, Fayard.

Wagner R., s.d. Une capitulation. Comédie à la manière antique, Paris, A. Leduc.

Weber E., 1962. L'Action française, Paris, Stock.

Haut de page

Notes

1 Groupe d'artistes (musiciens, poètes, critiques, amateurs de musique « d'avant-garde ») inconditionnels de la musique de Debussy et de sa nouveauté dans le panorama des productions d'alors, et qui s'intéressaient également aux autres arts (poésie, peinture). Apaches et fidèles ou partisans de la Schola Cantorum (cf. infra) s'opposent, parfois avec virulence, durant la première décennie de ce siècle. Face à la personnalité dominante de Vincent d'Indy à la Schola, s'oppose notamment, avec les Apaches, celle de Maurice Ravel et de ses turbulents amis.

2 (1872-1945). De son vrai nom : Camille Faust. Romancier, critique et historien d'art, collaborateur de Maurice Barrès.

3 (1862-1918). D'origine bourguignonne et modeste, Prix de Rome (1884), le compositeur du Prélude à l'après-midi d'un faune (dirigé en 1894 à la Société nationale), de Pelléas et Mélisande (cf. infra, note 18), de La Mer (1905) parmi tant d'autres œuvres, est étroitement associé aux poètes, aux peintres, aux écrivains de son temps (cf. infra, note 10). Connu pour son ouverture aux « musiques d'ailleurs » (exotiques) et son indépendance d'esprit, il créera le personnage de Monsieur Croche – inspiré de M. Teste de Valéry–, personnage fort critique, alter ego de Debussy. Tandis qu'encore vers la fin du siècle, il affiche une certaine désinvolture à l'égard du chant grégorien, du modalisme du chant populaire, dix ans plus tard, il semble souscrire aux positions de l'Action française (du moins, à la promotion de J.-Ph. Rameau dans cette mouvance). Cf. Faure 1985 : 75.

4 (1851-1931). De famille aristocratique, il sera élève de César Franck (cf. infra, note 13) au conservatoire. Monarchiste, nationaliste, antidreyfusard et antisémite notoire, on connaît mieux D'Indy comme l'auteur d'une symphonie sur un chant montagnard (Symphonie cévenole, 1886) notamment, que comme celui d'une Légende de saint Christophe (tardivement représentée, 1920), inspirée de la légende dorée de J. de Voragine et qui devait être au départ un « nouveau drame antijuif ». Il est bien entendu, dira-t-il en 1903 de son projet, « que les personnages ne se nommeront ni Dreyfus, ni Reinach, ni même Combes... Ce serait leur faire trop d'honneur à ces funestes goujats, mais je voudrais montrer dans ce drame (...) la nauséabonde influence judéo-dreyfusarde » (Vallas 1950 : 326).

5 (1835-1921). Compositeur, pianiste, écrivain, on souligne fréquemment chez ce personnage aux nombreux centres d'intérêt, une « précocité mozartienne ». Sa carrière ne commence réellement qu'au début de la IIIe République. Républicain de combat, nationaliste, il n'apprécie guère le cléricalisme, ni Debussy (cf. Faure 1985 : 67) sur son rôle dans la création de la Société nationale de musique, cf. infra.

6 (1866-1944). Homme de lettres, musicologue, critique musical – qui n'avait jamais caché (comme en musique) son intérêt pour la musique allemande tandis que C. Saint-Saëns faisait une campagne vigoureusement antiwagnérienne au moment de la Grande Guerre. R. Rolland sera violemment attaqué pour attitude pro-allemande. Il se défendra dans Au-dessus de la mêlée (1915) : « On me reproche essentiellement deux choses : 1° mon refus d'englober dans la même réprobation le peuple allemand et ses chefs militaires et intellectuels, 2° l'estime et l'amitié que je conserve pour des hommes de cette nation (...), oui, j'ai des amis allemands, comme j'ai des amis français, italiens, anglais, de toutes races, c'est ma richesse, j'en suis fier et je la garde. »

7 (1857-1936). Etonnante personnalité que ce musicologue qui fréquente le milieu Bordes, D'Indy, entend œuvrer à la constitution d'un espace musical laïc, civique et républicain, une « musique nationale », à l'instar d'une « musique religieuse ». De 1871, il aime retenir, au titre des symboles, outre la création de la S.N.M., la disparition du musicien Auber – « un dernier débris qui s'effrite » – et la réhabilitation de Berlioz, génie « éminemment national », due à « la naissance de l'esprit national au lendemain de la guerre » (1924 : 23).

8 (1878-1960). Musicographe, « anti-d'Indyste », défenseur de Debussy (membre du groupe des Apaches). E. Vuillermoz sera un critique musical fort recherché par quotidiens et périodiques avant la dernière guerre. Durant celle-ci, il se met au service des Allemands comme journaliste radiophonique notamment, « tant et si bien qu'il disparut dans les oubliettes de l'épuration » (P. Bertrand 1947 : 239). Son Histoire de la musique, beaucoup utilisée ici, publiée en 1949, sera rééditée en Livre de poche (1973), complétée par Jacques Longchampt.

9 Nombre des professeurs de la Schola et des amis de D'Indy se replient peu après sa mort pour fonder l'Ecole César Franck (1935).

10 (1813-1883). Personnalité musicale incontournable notamment dans la deuxième moitié du xixe siècle, ce « grand compositeur dramatique », né à Leipzig séjournera plusieurs fois en France. Il développe son projet d'un théâtre spécialement conçu pour sa Tétralogie : Bayreuth est entrepris dès 1872 ; nombre de musiciens français, y compris parmi ceux qui le combattront, feront le « pèlerinage à Bayreuth ». Ses écrits théoriques dénoncent l'Etat capitaliste et militariste, le cléricalisme, le matérialisme, soulignent le danger que serait un mélange de races, célèbrent la pureté des Germains d'où devrait naître la rédemption de l'humanité, thèses exploitées plus tard par le nazisme.

11 L'interview sera abondamment rééditée, reprise et développée notamment par Catulle Mendès ; cf. notre Musique des racines, Meridies, 1991 (sous presse).

12 (1859-1935). Anagramme de Morland ; il traduit avec son frère le romancier Jacques Morland, L'Origine de la tragédie de Nietzsche (1901). Sur ses violentes polémiques avec Saint-Saëns : cf. Marnold, 1918.

13 (1822-1890). Né à Liège, arrivé avec sa famille à Paris en 1835, admis au Conservatoire en 1837. Compositeur, organiste à Paris, successivement à N.-D. de Lorette (1848-53), St-Jean-St-François (1851-58), à Sainte-Clotilde (1859-90). Il sera ce professeur d'orgue au Conservatoire que fréquentera notamment Vincent d'Indy et ceux que l'on appelle « la bande à Franck ». Accaparé par Vincent d'Indy et la Schola Cantorum qui forgent de lui l'image du « bon père Franck », du Pater Seraphicus, il le sera d'autre part par la musicologie du Reich, en 1942, qui entend « restituer au patrimoine spirituel de l'Allemagne un bien qui lui avait été dérobé » ; cf. Beauvois 1990 : 48.

14 Franck ne régularise sa situation qu'en 1873 ; en 1870, il est administrativement citoyen belge. Il met, à cette date, une prose patriotique en musique : L'Ode à Paris (Beauvais 1990 : 258-262).

15 C. Mauclair reprochera à la Schola de D'Indy, après avoir été pionnière, d'être devenue inutile et périmée dès lors que G. Fauré, devenu directeur du Conservatoire en 1905, « ouvre » celui-ci et le dépoussière. Par « modernisme », on pense ici à D'Indy et au « modernisme » comme imputation. Dans ce groupe de musiciens notamment catholiques que l'on considérera bientôt comme « réactionnaires », le terme « modernisme » (qui leur permet de dénoncer le matérialisme des musiciens, la standardisation des procédés techniques, l'abandon des règles, des contraintes, des formes, le goût pour le succès immédiat, etc.) doit être rapporté au sens que lui confère l'Encyclique Pascendi de 1907.

16 D'Indy s'inspire notamment du « Judaïsme dans la musique » de R. Wagner pour camper une « période judaïque (1825-1867) » de la musique française dans son Cours de composition musicale : période caractérisée, dit-il, principalement par des compositeurs presque tous israélites « au moins d'origine », créant « ce qui est plus haïssable en art : l'éclectisme, tendance neutre et sans initiative, qui consiste généralement à ne prendre que des défauts de tous les côtés » (1950 : 105). Pour D'Indy, il ne s'agit pas d'un problème de religion mais de race : « La race hébraïque douée (...) de sérieuses qualités, n'a jamais et en aucun temps été créatrice en art (...) je reconnais sincèrement que le juif possède un don merveilleux d'assimilateur qui lui permet de produire de surprenantes imitations, mais les qualités d'invention, qui, seules, peuvent faire progresser l'art, lui font totalement défaut » (1930 : 13) ; cf. notre Musique des racines, art. cit. (sous presse).

17 (1858-1930). Critique musical, il sera l'un des défenseurs de Charles Maurras devant Pie X en 1913. Il fera partie du Conseil d'administration de la Schola Cantorum (1925).

18 Pelléas et Mélisande (1902), musique de Debussy, poème de Maeterlinck. La partition constitue un repère important au début de ce siècle ; on salue en elle un retour à la simplicité classique et le renouveau possible du drame lyrique, hors de l'influence wagnérienne. Ce qui n'est pas l'avis de tout le monde, de Vincent d'Indy notamment : Debussy « n'hésitera pas à aller chercher dans l'officine des trouvailles wagnériennes, et ce fut le vieux leitmotiv qui, en dépit de ses cinquante ans d'existence, vint généreusement le lui fournir » (1930 : 79).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Cheyronnaud, « « Éminemment français » »,Terrain, 17 | 1991, 91-104.

Référence électronique

Jacques Cheyronnaud, « « Éminemment français » », Terrain [En ligne], 17 | octobre 1991, mis en ligne le 19 août 2014, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3016 ; DOI : 10.4000/terrain.3016

Haut de page

Auteur

Jacques Cheyronnaud

Centre d'ethnologie française

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals