Navigation – Plan du site
Repères

Ethnologie et muséologie dans un milieu insulaire

Entretien avec Rui de Sousa Martins*
François Hubert et Rui de Sousa Martins
p. 135-138

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Portugal
Haut de page

Texte intégral

1Propos recueillis par François Hubert

2Au cœur de l’Atlantique et de l’ Europe et Amérique, neuf îles volcaniques composent l'archipel des Açores, découvert et colonisé par les Portugais à partir de 1427.

3Après la Révolution des œillets (1974), les îles, aujourd'hui peuplées d'environ 250 000 habitants, bénéficièrent du statut de région autonome qui se traduisit, entre autres, par la création d'une université installée à Ponta Delgada dans l'île de São Miguel.

4Rui de Sousa Martins est le seul enseignant chercheur en ethnologie de l'université. Après avoir évoqué son itinéraire, il définit ici les missions qu'il assigne à l'ethnologie dans l'archipel et les liens qui l'unissent à la muséologie.

5Quel a été votre parcours ?

6Rui de Sousa Martins :
Cela peut sembler incroyable, mais quand j'étais au lycée, j'avais un cours sur l'ethnologie africaine, sur les systèmes familiaux. A l'époque le gouvernement portugais essayait de donner aux jeunes de l'intérêt pour l'Afrique, parce qu'il y avait en jeu le développement des colonies.

7Pendant les vacances, je suis allé dans les îles du Cap-Vert, lieu d'une étonnante culture créole. Je me suis intéressé surtout au broyage des céréales parce que dans ce travail le moulin à bras côtoie le pilon.

8Puis je suis parti en Angola et j'ai rencontré l'ethnologue José Redinha. Il a fait un travail gigantesque sur l'Angola, d'ailleurs très influencé par un Allemand, Hermann Baumann. L'ethnologie y était liée au musée puisque Redinha a conçu le musée de Dundo, à cette époque l'un des plus grands d'Afrique ; celui-ci concernait surtout l'ethnie des Cokwe. J'ai travaillé avec lui, en particulier sur les Ndembu et j'ai collecté des objets pour le musée de l'Angola, à Luanda.

9Ensuite j'ai choisi, en accord avec Redinha, de travailler sur les structures politiques et le droit chez les peuples angolais. Mais on n'avait pas de spécialité anthropologique pour étudier ces domaines. Nous avons donc décidé que je retournerai au Portugal pour suivre un cours de droit et sciences politiques et qu'ensuite je reviendrai en Angola pour l'adapter à l'anthropologie. Je suis ainsi revenu à l'université de Coîmbra pour étudier le droit. Alors survint le 25 avril 1974. Tout le processus de décolonisation étant engagé, et la guerre en Angola se généralisant, je ne pouvais plus y retourner. A ce moment-là, Coutinho Gouveia, sous-directeur du musée de l'Angola, est revenu travailler au musée de l'université de Coimbra. Il a réuni un groupe qui a commencé à travailler sur l'ethnologie portugaise. Avec la Révolution des œillets, les Açores sont devenues une région autonome : une université y a été créée ainsi qu'une chaire d'anthropologie culturelle. J'y suis parti enseigner.

10Vous enseignez alors à l'université des Açores, où vous êtes le seul ethnologue, puis vous devenez le responsable du Centre d'études ethnologiques des Açores. Comment se met en place votre programme ?

11Rui de Sousa Martins :
Il faut d'abord préciser qu'il y avait déjà une tradition ethnologique aux Açores. Il y avait depuis longtemps des intellectuels qui travaillaient sur les richesses culturelles traditionnelles. Le savant Aruda Furtado (1854-1887) qui entretint une correspondance avec Darwin utilisait déjà le mot ethnologie en 1884 pour désigner l'étude de la culture populaire des îles. Dans cette première phase de l'ethnologie açoréenne, les chercheurs se passionnaient pour la recherche des origines anthropologiques et ethniques des colonisateurs en prétendant expliquer, par ce biais, les caractéristiques de la société et de la culture de l'archipel. L'ethnologie de notre siècle a été dominée par l'œuvre de Luis da Silva Ribeiro (1882-1955) et Carreiro da Costa (1913-1981). L'activité de ces deux chercheurs se limite surtout à leur île de naissance et est liée à de forts mouvements d'affirmation régionaliste. Je pense que l'ethnologie à l'université doit prendre en compte ce fonds considérable de travaux.

12J'ai commencé l'enseignement puis j'ai mis en place une bibliothèque spécialisée. Et nous avons eu l'occasion d'acquérir le patrimoine scientifique de l'un de ces chercheurs, Carreiro da Costa, faisant la liaison entre le travail passé et le futur. Il avait beaucoup de correspondance avec des ethnologues du monde entier et surtout des Brésiliens, des Vénézuéliens, et cela nous a permis d'organiser un bon fonds bibliographique et documentaire.

13Avec les étudiants, nous avons organisé des enquêtes systématiques. En premier lieu sur l'artisanat : nous avons réalisé une base de données sur ce thème au niveau de l'archipel. Puis nous avons continué avec un travail sur les moulins à eau, un inventaire du patrimoine industriel et l'étude de la pêche artisanale. Nous avons aussi commencé à créer un musée, le musée de l'Université, installé à Vila Franca do Campo, grâce à l'appui de cette commune. C'est donc une ethnologie liée à la recherche sur le terrain, à la collecte d'objets pour essayer de les présenter sous une forme systématisée.

14Les objets sont collectés par les étudiants ?

15Rui de Sousa Martins :
Non, parce que, en matière de collecte, il faut faire du travail à long terme. Le problème n'est pas d'acheter un objet ici et là mais d'acquérir des ensembles, surtout « des unités écologiques ». Nous avons par exemple acheté tout l'atelier d'un ferblantier, celui d'un luthier, fait des collectes organisées sur la céramique. Tout un travail a été fait sur les ustensiles de la vie domestique et les objets liés à la mer. Maintenant, le musée-laboratoire de Vila Franca est constitué par une section centrale qui abrite les expositions permanentes, les services auxiliaires et trois antennes : un atelier de potier, une section navale et une centrale hydroélectrique construite en 1911. La population participe directement à la gestion des antennes. Nous rapportons à Vila Franca uniquement le produit des collectes de proximité. Ce que nous rassemblons dans les autres îles est destiné aux petits musées de ces îles.

16Vous participez également à une réflexion sur une organisation cohérente des musées dans l'archipel.

17Rui de Sousa Martins :
Je pense qu'il est urgent de créer des réseaux municipaux de biens culturels muséalisés. Ces réseaux devraient s'articuler entre eux dans le contexte insulaire spécifique et former, sur l'ensemble de l'archipel, un système muséographique structuré.

18C'est un travail qui se rapproche de celui des écomusées en France ?

19Rui de Sousa Martins :
Nous ne pouvons pas réaliser des écomusées comme vous faites en France pour des raisons de moyens, mais nous ne pouvons pas faire une ethno-muséologie conséquente dans l'archipel sans prendre en compte les solutions proposées par Rivière et les écomusées. Car nous ne devons pas considérer le musée comme une récolte d'objets dispersés dans un édifice, mais envisager d'abord chaque île comme une totalité et essayer d'organiser des musées qui les prennent en compte globalement en présentant également les dimensions géologiques, historiques... La leçon des écomusées français est très importante parce que dans une île, nous n'avons pas seulement des objets mais aussi des bâtiments, des sites, etc. Nous devons donc faire appel à la problématique de la muséalisation des sites et des espaces et à l'établissement de circuits culturels.

20D'une certaine manière, votre enseignement rejoint cette préoccupation. En effet, vous ne donnez pas seulement des cours à des étudiants.

21Rui de Sousa Martins :
Oui, je fais également des cours de sensibilisation à l'ethnologie pour les futurs instituteurs et professeurs. C'est essentiel, lorsqu'ils travailleront dans les villages, qu'ils aient cette sensibilisation parce qu'ils seront en contact direct avec les gens, ils développeront un travail communautaire autour de l'animation du patrimoine ethnologique.

22Mais l'autre aspect, peut-être le plus important pour moi, pour que tout cela réussisse, c'est que cet archipel, situé au milieu de l'Atlantique, ne soit pas fermé. Il faut des contacts avec les chercheurs extérieurs. Les îles ont une vocation pour cet échange. Du fait de leur isolement, elles sont un laboratoire, on peut voir là beaucoup de structures, beaucoup d'institutions qui ont disparu ailleurs. Il faut du monde pour y travailler et favoriser leur développement. Il faut qu'elles participent à l'échange, au débat d'idées.

23C'est pour cette raison que vous avez participé à l'organisation des « Semaines d'ethnologie des îles de l'Atlantique » ?

24Rui de Sousa Martins :
A l'origine, il y avait une organisation qui s'occupait d'un festival international de folklore, avec des débats sur ce sujet. Des gens pensaient qu'il fallait faire quelque chose de plus sérieux au niveau de l'ethnologie. C'est ainsi qu'est née la semaine d'ethnologie, au sein de la semaine de folklore. Elle a lieu tous les deux ans en août, et réunit des personnes originaires de cet espace appelé Macaronésie qui regroupe les archipels des Açores, de Madère, des Canaries et du Cap-Vert. Nous avons fait un programme en commençant par des thématiques générales au niveau de l'ethnologie puis nous avons traité de patrimoine et muséologie, ensuite nous ferons des rencontres sur des thèmes des différents domaines de l'ethnologie.

25Vous venez parfois en France suivre des cours à l'université ; pourtant, l'ethnologie française n'est pas l'une des plus axées sur la culture matérielle.

26Rui de Sousa Martins :
Il y a une tradition culturelle forte entre le Portugal et la France. Et puis l'école française a produit des choses très importantes au niveau de la culture matérielle, comme ce qui se fait au musée national des Arts et Traditions populaires au niveau des objets domestiques ou agricoles, le travail qu'ils ont publié sur les coutumes, les systèmes descriptifs, le corpus d'architecture. Au Portugal, nous sommes très intéressé par l'école de Rivière qui a plusieurs partisans.

27Pour résumer et conclure, quels objectifs assignez-vous à l'ethnologie aux Açores ?

28Rui de Sousa Martins :
Au niveau scientifique, c'est d'abord l'étude systématique de la culture matérielle dans son contexte, ce avec un souci de muséalisation. Il ne s'agit pas seulement des objets comme dans l'école diffusionniste allemande, mais de toutes les dimensions qu'ils révèlent. Voilà le premier objectif scientifique. Mon deuxième souci, c'est de promouvoir différentes approches de ces îles. L'université n'a pas beaucoup de moyens, il n'y a pas beaucoup d'ethnologues qui travaillent sur les Açores, mais nous devons aider les gens qui envisagent des recherches, promouvoir leurs travaux.

29A côté de la dimension scientifique, il y a la dimension sociale. Il faut s'engager dans le développement et le changement en permettant à la culture traditionnelle d'exprimer ses valeurs dans ce processus. Pour cela nous ne pouvons pas séparer ethnologie et muséologie. La sauvegarde de la mémoire des communautés insulaires est un outil indispensable au développement équilibré des neuf îles.

Haut de page

Notes

* Directeur du Centre d'études ethnologiques de l'université des Açores
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hubert F., 1991, « Ethnologie et muséologie dans un milieu insulaire, les Canaries. Entretien avec Rui de Sousa martins », Terrain, n° 17, pp. 135-138.

Référence électronique

François Hubert et Rui de Sousa Martins, « Ethnologie et muséologie dans un milieu insulaire », Terrain [En ligne], 17 | octobre 1991, mis en ligne le 06 juillet 2007, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3020 ; DOI : 10.4000/terrain.3020

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals