Navigation – Plan du site
Repères

L'architecture rurale des deux côtés de la Manche

François Calame
p. 139-145

Entrées d’index

Thème :

habitat

Lieu d'étude :

France, Grande-Bretagne
Haut de page

Texte intégral

1Face à une évolution irréversible de la perception et du rôle économique de l'architecture rurale en Europe occidentale à la fin du xxe siècle, les opinions publiques en France et en Grande-Bretagne ont enregistré, à des degrés divers, une prise de conscience de la valeur des enjeux que représente ce patrimoine d'un point de vue culturel et touristique1. Les modes de représentation relatifs au monde rural et les moyens institutionnels mis en œuvre pour permettre une protection d'un patrimoine menacé sont spécifiques dans chacun des deux pays. Étant moi-même impliqué, au sein de la direction régionale des Affaires culturelles de Picardie, dans une campagne thématique de protection et de valorisation du patrimoine bâti en milieu rural, je souhaite proposer ici un témoignage provisoire correspondant à cette démarche.

2L'opportunité de cette contribution m'a été initialement fournie en novembre 1990 par le symposium de Bucarest « Le village européen aujourd'hui ». Cette manifestation internationale organisée au musée du Village par le ministère roumain de la Culture était la première du genre, depuis la réouverture de ce pays vers le monde occidental. Elle a ainsi constitué pour de nombreux visiteurs européens une occasion privilégiée de découvrir à quel point les notions de patrimoine rural et d'architecture populaire correspondent dans ce pays à des réalités pleines de vie. La connaissance scientifique et documentaire très approfondie des architectures villageoises, ou la transmission des savoirs techniques correspondant à leur entretien et à leur actualisation constituent ainsi des exemples frappants de la vitalité du peuple roumain d'aujourd'hui.

3Dans l'atmosphère exceptionnellement stimulante et confraternelle de ces rencontres, il m'a paru opportun de développer la comparaison entre les expériences et les pratiques dans deux pays européens, en France et en Grande-Bretagne. Pour ce faire, il convenait de replacer ces exemples d'actions au sein d'un ensemble de données caractéristiques de l'apparition et de l'évolution d'une prise de conscience. La constitution du cadre bâti rural en tant qu'objet à préserver constitue effectivement un fait culturel récent, et l'historicité de ce phénomène est propre à chaque contexte national. Aussi, la comparaison des situations équivalentes en France et en Grande-Bretagne m'a-t-elle semblé particulièrement significative. L'évocation de la situation en Grande-Bretagne concerne plus spécifiquement l'histoire et les dispositifs qui prévalent en Angleterre et au pays de Galles (l'Ecosse et l'Irlande du Nord disposent en effet d'autres particularités). On proposera ainsi succinctement une comparaison terme à terme, tout d'abord de l'apparition et de l'évolution du concept de protection de l'architecture rurale dans les deux pays, puis une description de ce que recouvrent les concepts de protection diffuse, puis de protection lourde, appliqués à ces mêmes formes de patrimoine des deux côtés de la Manche.

Les charmes de la vie au grand air

4Les premiers termes de la comparaison entre les situations propres aux deux pays étudiés concernent l'histoire du paysage agraire.

5Les premières manifestations mondiales de la révolution industrielle remontent au tout début du xviiie siècle en Angleterre. On sait que ces mutations eurent pour corollaire une concentration de la population laborieuse dans les villes, alors même qu'une campagne d'embocagement de l'ensemble du pays se déroulait simultanément. Dans la lignée de cette transformation radicale de l'industrie, apparaît dès cette époque une gamme de matériaux de construction (briques et tuiles cuites au charbon, éléments de charpente métallique) qui marque le paysage rural relativement tôt dans la campagne anglaise. A partir de ce moment, bâtisseurs et usagers anglais demeurèrent attachés à des techniques de construction rurales particulièrement imperméables aux changements. On se contentera de citer comme exemple les traditions liées à l'emploi du briquetage, de la tuile plate, de l'ardoise, des menuiseries à châssis coulissant, des bardages-bois, etc.

6Face à la situation anglaise, la position du monde rural français est bien connue : c'est la marque d'une grande stabilité des campagnes qui prévaut largement jusqu'à la guerre de 1914-18. L'appartenance sociale des hommes qui vont partir à la guerre dans les deux pays est caractéristique : si les soldats français, les « poilus », sont des paysans, les combattants anglais, les « tommies », sont plutôt des ouvriers. Très schématiquement, on pourrait constater qu'à cette période charnière, le premier pays a effectué sa révolution industrielle à la campagne de longue date, tandis que le second ne l'a pas encore réalisée. En France, on assiste au maintien tardif d'un système agricole préindustriel dans lequel le poids des pratiques coutumières, par exemple pour les modes de faire-valoir et de transmission du foncier, se manifestera jusque dans l'après-Deuxième Guerre mondiale. Cette permanence pèsera tardivement sur la morphologie de l'habitat rural : les effets de la révolution industrielle sur les matériaux et les techniques employés dans le bâti rural ne se généraliseront qu'après la guerre de 1914-18, et, surtout, après la Deuxième Guerre mondiale. L'arrivée des techniques industrielles sera alors beaucoup plus brutale qu'en Grande-Bretagne, et la rupture dans la transmission des savoir-faire traditionnels du bâtiment sera flagrante en France aux alentours de 1950. A cette époque, l'abandon des liants aériens à base de chaux grasse en pâte, de la maçonnerie de terre crue, des appareils en pierre, de la charpente façonnée à la main devient quasi général.

7A ces situations du monde rural, très différentes entre les deux pays, correspondent une apparition et une évolution significative de la sensibilité de l'opinion publique à la valeur du patrimoine rural. En Grande-Bretagne (Cf. G. Meirion-Jones, op. cit.), les courants de sensibilisation sont anciens. La très respectable Société des Antiquaires de Londres apparaît en 1707, presque la même année que les premières manifestations de la révolution industrielle. Vers 1840, ce que l'on a appelé l'Open Air Movement s'adressera précisément à cette population anglaise fortement urbanisée, déjà fâcheusement impressionnée par les nuisances ressenties du fait des concentrations industrielles. C'est, dès le milieu du xixe siècle, l'engouement en faveur de la marche à pied, de la bicyclette puis du scoutisme. De ce courant de sensibilité naîtra directement le National Trust. Mais parallèlement à cet attachement aux vertus roboratives de la nature, apparaît dès le milieu du xixe siècle le courant Arts and Crafts Movement sous l'égide de William Morris. Cette sensibilité nouvelle qui se manifeste en faveur des formes esthétiques inspirées de la nature et de la redécouverte des arts et des techniques médiévales entraînera la création de la première grande Société de protection pour les édifices anciens. La S.P.A.B. –tel est son nom – fondée en 1877, déploie toujours sa bannière à Londres, à Spitalfields, dans le quartier de Jack l'Éventreur.

8Si nous poursuivons notre évocation parallèle de la situation française, nous observerons que le courant de sensibilisation à la valeur du patrimoine ancien se manifeste dès 1830 par la création de l'Inspection des monuments historiques, dont Prosper Mérimée fut l'un des premiers titulaires. Quatre ans plus tard, apparaît la Société française d'archéologie. Cependant, le patrimoine ainsi pris en compte est exclusivement d'inspiration savante. On n'assiste nullement en France au xixe siècle, à une prise de conscience collective, des vertus liées à l'environnement, à l'architecture rurale, et à leur valorisation. Les phénomènes associatifs en leur faveur sont particulièrement rares jusqu'à une date récente. C'est ainsi qu'il fallut attendre 1901 pour observer la constitution de la première association de sauvegarde du cadre bâti, la Société pour la protection de l'esthétique de la France. En 1909, dans le petit bourg de Gerberoy, dans l'Oise, l'initiative d'un artiste, le peintre Le Sidaner, entraîna la création d'une des premières associations de ce type. Elle milita longuement pour la préservation de ce site en fonction de son caractère pittoresque, au sens étymologique du terme. Quant à l'association des Vieilles Maisons françaises, elle ne regroupe que depuis 1958 les propriétaires et admirateurs de châteaux et manoirs français.

Qui protège ?

9Si l'on envisage à présent les modes de protection diffuse propres aux deux pays, on constatera bien évidemment un déséquilibre notable entre les initiatives propres à la Grande-Bretagne et à la France. Dans le premier pays, on constate, comme conséquence de l'apparition précoce d'une sensibilisation du grand public aux enjeux du patrimoine rural, l'existence d'un militantisme actif. Celui-ci se manifeste par de nombreuses initiatives d'associations en faveur des questions touchant à la sauvegarde de l'environnement et du cadre bâti ancien. Un des phénomènes les plus caractéristiques de la sensibilité anglaise à ces questions est constitué par le célèbre National Trust, dont l'inspiration est peut-être unique au monde. On se souvient en effet que cette institution totalement privée est issue d'une démarche bénévole. Elle détient aujourd'hui un pouvoir de tout premier plan, pour ce qui est de l'intervention, de l'acquisition et de la gestion en matière de patrimoine architectural ancien. Le National Trust constitue aujourd'hui le deuxième propriétaire foncier d'Angleterre et il compte plus de deux millions de membres adhérents.

10On connaît moins le fonctionnement des quatre grandes associations, constituées depuis la fin du xixe siècle dans le but d'étudier, de protéger et de promouvoir une portion spécialisée du patrimoine bâti. La plus ancienne d'entre elles, comme on l'a vu, est la Society for the Protection of Ancient Buildings, qui dès la fin du xixe siècle se fit remarquer par des conceptions fort modernes en matière de doctrine de restauration des édifices anciens. Par différents ouvrages et manifestes, les plus fameux militants de cette association, John Ruskin et William Morris, se prononçaient en faveur d'une restauration la plus fidèle aux états existants anciens de l'édifice à protéger. Ces théories contrastaient alors avec celles d'architectes comme Viollet-Le-Duc ou Gilbert Scott, partisans d'une conception plus imaginative et plus radicale de la restauration.

11Les trois autres associations anglaises (Ancient Monument Society, Georgian Group et Victorian Society) se consacrent à l'étude des édifices construits aux différentes périodes de l'histoire anglaise. Ces associations, en grande partie bénévoles, entendent conserver aujourd'hui une indépendance financière vis-à-vis des pouvoirs publics et des collectivités locales. Elles jouent à la fois un rôle de conseil scientifique et d'instructeurs techniques des dossiers de permis de construire concernant les bâtiments protégés lorsque des travaux doivent avoir lieu. Elles tendent cependant à être quelque peu submergées par l'affluence des demandes. D'autre part, leurs avis techniques ne sont que consultatifs, le pouvoir de décision étant généralement du ressort des collectivités locales en ce qui concerne les interventions sur les édifices « listed ». Ces associations jouent par ailleurs un rôle non négligeable dans la transmission des savoir-faire (stages de formation, publications techniques, encouragements aux praticiens, etc.).

12Pour avoir enfin une idée du dynamisme de l'intervention des associations et du grand public en Angleterre, il faut citer la multitude des sociétés de recherche et de protection locale, efficacement soutenues par le mécénat privé. Il existe par ailleurs de nombreux musées de plein air, à caractère exclusivement régional. Leur création est cependant loin d'être aussi ancienne en Angleterre qu'en Europe centrale, et surtout en Scandinavie. Il est à noter que ces établissements s'autofinancent en général pour plus de la moitié de leurs coûts de fonctionnement. L'intervention de l'État n'occupe qu'une faible place dans le montage financier. Si l'on prend l'exemple de l'un des plus fameux d'entre eux, l'Ironbridge Gorge Museum, qui comporte des éléments d'architecture rurale, on constatera que dans le chiffre colossal de 2,5 millions de £ de recette annuel, 10 % seulement proviennent de subventions diverses, 40 % des billets d'entrée et 40 % du produit des ventes des boutiques.

13Il faut bien reconnaître que les manifestations diffuses de la protection de l'architecture rurale par le grand public et les associations en France font, malgré le militantisme ardent de quelques-uns, beaucoup plus pâle figure. On remarque que les premières initiatives d'intervention pour respecter le caractère local des constructions rurales datent en général de périodes de crise, notamment à la suite des deux guerres mondiales. Il a fallu, en outre, attendre les périodes récentes de crise économique des années 70 pour voir se confirmer par des actions au plan national l'expression d'une sensibilité à ce type de patrimoine. C'est, il faut le constater, plutôt lorsque le contexte politique et économique crée un climat d'inquiétude dans les mentalités, que se focalise en France la sensibilisation du grand public sur la valeur du patrimoine rural. En 1965 se constitue le mouvement associatif Maisons paysannes de France, qui forme actuellement l'une des associations les plus actives pour la sauvegarde de l'architecture rurale en France, mais ne compte pourtant que quelques milliers d'adhérents. Seule l'Alsace, région à l'identité très marquée, se démarque par le soutien et la médiatisation qu'a rencontrés l'association Maisons paysannes d'Alsace. C'est à l'initiative de celle-ci que l'un des rares musées de plein air consacré à l'architecture rurale a vu le jour en France. Il faut toutefois porter au crédit de notre pays l'élaboration du concept original d'écomusée, à l'initiative de Georges-Henri Rivière. Musées de plein air d'un type particulier, les écomusées reconnaissent une charte définissant des objectifs et une méthodologie commune. Ils cherchent, en outre, à respecter un rapport entre le musée et une échelle territoriale relativement réduite. A l'exception notable de l'écomusée d'Alsace, dont le projet rejoint plutôt celui des musées de plein air européens classiques, les écomusées tentent le plus souvent de valoriser un patrimoine bâti en place. Il faut dire que l'architecture rurale française est très souvent constituée à l'aide de murs maçonnés, ce qui ne favorise pas les transferts à distance. Pourtant, le souci de préserver les unités architecturales dans leur rapport avec l'environnement d'origine constitue peut-être une spécificité des pratiques françaises dans ce secteur patrimonial.

Des administrations au secours du patrimoine rural

14Si la protection diffuse se préoccupe d'une prise en compte générale et d'une sensibilisation à l'ensemble du bâti, les deux pays ont également adopté, chacun à leur manière, un processus de protection lourde s'attachant à des édifices soigneusement sélectionnés. Ce mode de protection est, dans les deux cas, du ressort de l'État ; en revanche, l'application pratique de cette protection met en œuvre des techniques diverses. La vieille méfiance britannique à l'égard des appareils de l'État a entraîné le ministère qualifié (Department of the Environment) à déléguer sa compétence à un organisme non gouvernemental, l'English Heritage. Ce dernier se préoccupe à la fois de proposer les édifices choisis en vue d'une protection, et d'autre part de la gestion des édifices sélectionnés. Une opération commencée lors de la période d'inquiétude des bombardements de la Seconde Guerre mondiale, a amené les services d'inventaire à dresser rapidement une sélection de 500 000 édifices à protéger (listed buildings). Une proportion importante de cette sélection concerne les édifices ruraux, appartenant à l'architecture populaire. Il existe par ailleurs le statut de zone de protection, conféré à des secteurs d'une sensibilité particulière. Là encore, ce sont des associations de protection privées qui se sont montrées les plus grands stimulateurs pour la mise en œuvre de ce processus. Dans certains cas, extrêmement limités, l'English Heritage s'est rendu acquéreur d'éléments d'architecture rurale, dans le but de les sauver d'une destruction imminente, et lorsque aucune autre solution n'avait pu être proposée. Bon exemple de ce type d'action, le moulin Stott Park Bobbin Mill, dans le Lake District, est spécialisé dans la production de tournage de pièces en bois. Il est géré et animé directement par le Department of the Environment.

15Quant au dispositif en usage en France, il se caractérise par la place importante accordée au rôle de l'État dans les démarches de protection. On citera pour mémoire, sans les développer, les procédures mises en place en France de protection de secteurs entiers : on se référera à leur sujet à l'analyse qu'en font I. Chiva et F. Dubost (1991). C'est au domaine d'action des monuments historiques qu'appartient plutôt la campagne conduite en Picardie en vue de protéger de manière durable des spécimens d'architecture d'architecture vernaculaire. Par la loi de 1913, l'État confie au ministère chargé de la culture la sélection et le contrôle d'édifices classés ou inscrits parmi les monuments historiques. Tout ce dispositif concerne aujourd'hui 40 000 édifices, dont seulement 300 sont du ressort du patrimoine rural. La protection la plus radicale concerne les édifices classés, dont le choix est effectué à Paris en commission supérieure des Monuments historiques. Une protection plus légère est décidée dans les régions : l'inscription à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques. Les édifices d'architecture vernaculaire classés au titre des Monuments historiques constituent moins d'une dizaine de spécimens. Il faut bien constater que les choix jusqu'à présent en vigueur dans la sélection des bâtiments dignes d'être protégés étaient marqués par un fort élitisme, et tendaient à privilégier uniquement les éléments d'architecture savante. Le poids juridique et administratif de la protection constitue par ailleurs un élément fréquemment jugé dissuasif par les propriétaires de bâtiments. Un dernier obstacle a résidé dans la difficulté à déterminer des critères de choix satisfaisants pour les spécimens à considérer comme des exemples représentatifs.

16Consciente des lacunes existant dans ce domaine, la direction du Patrimoine a très récemment décidé d'instaurer une campagne systématique de protection, dans chacune des grandes régions administratives, en faveur du patrimoine rural vernaculaire. L'action conduite au sein de la Commission régionale du Patrimoine historique, archéologique et ethnologique (COREPHAE) de Picardie, a été, à ce titre, l'une des premières à être systématiquement conduite en région. C'est ainsi qu'une vingtaine de spécimens ont pu être proposés à l'examen de cette commission régionale, selon une logique typologique, et en respectant le cadre juridique des possibilités de protection. Lorsque la campagne viendra à son terme sur les trois départements picards (Oise, Aisne, Somme), auront été proposés pour une protection :

  • en Thiérache : une ancienne ferme d'élevage,

  • dans le Marlois : une ancienne maison de domestique,

  • dans le Laonnois : un vendangeoir,

  • dans le Soissonnais : une grosse ferme céréalière (en activité) et une ancienne maison d'artisan,

  • dans le Clermontois : une ancienne ferme seigneuriale,

  • dans le Beauvaisis : une moyenne exploitation céréalière (en activité) et une maison bourgeoise (ancien presbytère),

  • sur le Plateau picard : une ancienne maison de tisserand,

  • dans le Vimeu : une ancienne petite ferme seigneuriale et une grange,

  • dans le Ponthieu : un réseau d'habitat souterrain (muches) et une petite unité domestique.

17L'année 1991 devrait voir la mise en place de programmes équivalents sur l'ensemble du pays. Si ce projet se concrétise, on peut raisonnablement envisager que le nombre d'édifices pris en compte au titre de la loi de 1913 pourrait être inclus dans une fourchette de 300 à 500 spécimens. Ce chiffre paraît un minimum si l'on souhaite témoigner pour l'avenir de la variété et de la richesse du patrimoine bâti des terroirs français. A l'évidence, une telle extension de la définition actuelle de patrimoine protégé vers l'architecture vernaculaire, apparaît fort modeste au regard des chiffres cités pour l'Angleterre ou encore pour l'Allemagne (10 000 fermes et bâtiments ruraux protégés rien que pour l'ancienne RFA). On peut toutefois exprimer ici deux inquiétudes : la composition actuelle des COREPHAE, très orientées, semble-t-il, vers l'histoire de l'art au sens le plus classique du terme, permettra-t-elle d'intégrer favorablement les aspects moins spectaculaires du patrimoine vernaculaire ? Des expériences vécues dans différentes régions laissent parfois songeur sur cette perspective. On peut alors se demander s'il ne conviendrait pas de créer une nouvelle section spécialisée de la Commission supérieure des Monuments historiques. A tout le moins, il serait souhaitable que cette commission supérieure prenne davantage en compte la spécificité de ce type de patrimoine, afin de rendre plus cohérent l'examen comparatif des propositions région après région. Par ailleurs, la gestion des spécimens d'architecture vernaculaire protégés par une inscription à l'inventaire supplémentaire impliquera une attention toute particulière des services compétents, les Agences des bâtiments de France. Or, l'on sait que ceux-ci sont déjà extrêmement sollicités. On ne peut s'empêcher de penser qu'un système de gestion et de conseil harmonieux en faveur de ce nouveau type de patrimoine pourrait, un peu à la manière britannique, tirer davantage parti des potentialités offertes par les associations. Chargées plus officiellement de responsabilité de conseil et de contrôle de qualité sur certains monuments mineurs d'architecture populaire, les associations de sauvegarde pourraient, toujours sous la surveillance de services de l'État, développer ainsi dynamisme et professionnalisme. Ces partenaires essentiels du jeu culturel dans les régions gagneraient ainsi en maturité dans leur action.

18Si l'appropriation par le plus grand nombre des différentes facettes du patrimoine constitue l'un des grands objectifs du ministère de la Culture, le relais des partenaires privés que sont les associations pourrait se révéler précieux dans les actions touchant au patrimoine rural. Pour favoriser les actions de formation et de sensibilisation, mais aussi pour aider les services publics à la gestion de cette architecture sans architectes, l'étude des pratiques d'outre-Manche nous aide à imaginer l'intérêt que pourrait présenter une collaboration avec le réseau associatif beaucoup plus étroite qu'aujourd'hui.

Haut de page

Bibliographie

Chiva I. et F. Dubost, 1990. « L'architecture sans architecte, une esthétique involontaire », in Etudes rurales, janv.-mars 1990, pp. 9-38.

Historic building and conservation areas – policy and procedures, 1987. Circulaire 8/87 du Department of the Environment, HMSO Books.

Les monuments historiques demain, 1984. Colloque de la Salpêtrière, Paris, nov. 1984, ministère de la Culture.

Parent M., 1982. Rapport sur la protection de l'architecture rurale, Paris, Centre de recherche sur les monuments historiques, nov. 1982, dactylographié.

Stott Park Bobbin Mill, an industrial museum, 1983. Department of the Environment.

Haut de page

Notes

1Les informations concernant l'Angleterre proviennent des sources suivantes : conférence de Gwyn Meirion-Jones (City of London Polytechnic), 1988, dactylographié : « La conservation des bâtiments historiques en Angleterre et au pays de Galles » ; par ailleurs, au cours d'un voyage d'étude en Grande-Bretagne en octobre et novembre 1989, j'ai eu la chance de rencontrer Paula Griffiths (Department of the Environment), David de Haan (Curator of Art, Ironbridge Gorge Museum Trust), Philip Venning (Society for the Protection of Ancient Buildings), Stephen Croad (Royal Commission on the Historical Monuments of England), Antony Streeten (Inspector of Ancient Monuments, English Heritage). Je tiens à remercier pour leur aide Gwyn Meirion-Jones (City of London Polytechnic), Hilary Pollak (Civil Service College, Londres), J.-C. Cappronnier et B. Balas (C.R.M.H. de Picardie).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Calame F., 1991, « L’architecture rurale des deux côtés de la manche », Terrain, n° 17, pp. 139-145.

Référence électronique

François Calame, « L'architecture rurale des deux côtés de la Manche », Terrain [En ligne], 17 | octobre 1991, mis en ligne le 06 juillet 2007, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3024 ; DOI : 10.4000/terrain.3024

Haut de page

Auteur

François Calame

Direction régionale des Affaires culturelles de Picardie

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals