Navigation – Plan du site
Le corps en morceaux

Démembrement et intégrité du corps au XIIIe siècle

Agostino Paravicini Bagliani
p. 26-32

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Italie
Haut de page

Texte intégral

1Pour une histoire des attitudes sociales face au corps, le xiiie siècle constitue un observatoire très intéressant. Pour aucun autre siècle médiéval, les textes ne nous parlent aussi fréquemment de « corps en morceaux » souhaités et désirés (au moment de la mort) ; jamais auparavant, l'opposition au démembrement du corps n'a été aussi forte et déterminée.

2De ces deux attitudes, la division volontaire du corps, permettant de déposer le cœur dans une église, les viscères dans une autre, et les ossements dans une troisième, est certainement la plus connue et la mieux étudiée (Chiffoleau 1976 ; Brown 1981 et 1990). Elle est devenue célèbre, parce qu'elle a été adoptée par les rois de France, dès la deuxième moitié du xiiie siècle (ibid. ; Erlande-Brandenburg 1975 ; Brown 1985). Cet usage royal n'est cependant que la pointe de l'iceberg. La volonté expresse de se faire dépecer volontairement après la mort est attestée chez des couches sociales moins élevées, et figure en bonne place dans les testaments de différentes régions de l'Europe. Le phénomène semble même devenir une mode vers le dernier quart du xiiie siècle.

3Le 6 décembre 1268, Pierre de Vico, podestat de Viterbe, dicte son testament en faveur de l'église de Sainte-Marie-des-Grades, dans cette ville. Il ordonne que son cadavre soit « divisé en sept parties pour racheter les sept vices capitaux contre lesquels il avait péché »1. Le 4 novembre 1284, le chevalier Jacques, vidame d'Anniviers (dans le Valais actuel), après avoir institué sa fille héritière de ses biens, ordonne que s'il devait mourir dans la province ecclésiastique de Tarentaise (dont dépendait le diocèse de Sion au Moyen Age), dans la ville ou dans le diocèse de Lausanne, sa chair, séparée de ses ossements « de la manière la plus adéquate possible », soit inhumée dans l'église Sainte-Euphémie d'Anniviers ; il prescrit ensuite que ses ossements soient ensevelis pour moitié chez les cisterciens d'Hauterive et pour moitié chez les cisterciennes de la Maigrauge (Fribourg) (Gremaud 1876 : 323-326).

4Par cet extraordinaire engouement, le « corps en morceaux » devenait instrument de salut : soit parce que le testateur soumettait sa propre dépouille à un démembrement pénitentiel (Pierre de Vico), soit parce qu'il avait choisi de multiplier, par le démembrement de son corps, les lieux et les possibilités d'intercession spirituelle (chevalier d'Anniviers).

5Démembrer volontairement son corps, ce n'est cependant pas l'anéantir ; c'est, au contraire, désirer le posséder au-delà de la mort ; c'est lui permettre d'avoir une histoire dans l'au-delà. Le démembrement volontaire est donc aussi pouvoir sur le corps et, par là même, amour du corps.

Un démembrement controversé

6Face à la mode du démembrement volontaire, la résistance s'exprime avec force. Selon Geoffroi de Fontaines, le grand savant Robert Grossetête (†1253) aurait ordonné à ses exécuteurs testamentaires d'éviter à tout prix que son corps soit dépecé : « On dit aussi du seigneur évêque de Lincoln, Robert Grossetête, qui fut un grand homme dans la sainteté, d'une sagesse clairvoyante, qu'il interdit clairement et expressément qu'un tel dépècement (divisio) soit opéré sur son corps » (Hoffmans 1924-31 : 94).

7De manière plus implicite, le problème apparaît avec clarté dans les testaments de cardinaux de la fin du xiiie siècle. Deux groupes semblent se comporter de manière apparemment contradictoire : les cardinaux italiens et les cardinaux français. Ces derniers ordonnent tous le dépècement de leur cadavre dans le cas où ils viendraient à mourir dans une localité éloignée du lieu de sépulture choisi en priorité.

8Le 29 octobre 1271, Henri de Suse, cardinal évêque d'Ostie et l'un des plus influents canonistes de son temps, dicte son testament à Viterbe, la petite ville du Latium, résidence temporaire de la Curie romaine (Paravicini Bagliani 1988). La très longue vacance du Siège apostolique qui s'était ouverte le 29 novembre 1268 avec la mort du pape français Clément IV venait tout juste de se terminer par l'élection de Grégoire X. Le cardinal déclare vouloir être enseveli dans l'église métropolitaine de la province ecclésiastique où il viendrait à mourir ; si à cause d'une trop grande distance, son corps ne pouvait y être transporté intégralement (totum corpus), il désire que l'on procède à l'éviscération de la dépouille (exenteretur corpus) : les intestins, c'est-à-dire les parties les plus fragiles du corps, devraient être enterrés dans l'église paroissiale du lieu de sa mort, tandis que le reste (residuum) aurait dû être enseveli dans l'église métropolitaine (Paravicini Bagliani 1980 : 134).

9Les cardinaux italiens, au contraire, semblent vouloir éviter à leur dépouille mortelle les risques d'un démembrement (Artelt 1940).

10Le Romain Jean Boccamazza, qui dicte son testament à Avignon le 30 juin 1309, renonce au transport de sa dépouille et à la sépulture de Rome, dans la basilique vaticane, s'il devait mourir dans une localité « plus éloignée de Rome que Pérouse » (Paravicini Bagliani 1980 : 354). Boccamazza semble donc considérer l'intégrité de son cadavre prioritaire sur le désir, probablement très intense, d'être enseveli dans sa ville natale, dans la principale église de la Chrétienté. Le transport de sa dépouille d'Avignon à Rome aurait exigé qu'elle soit soumise à la décoction et au démembrement. Cette même attitude se retrouve dans le testament du cardinal siennois Richard Pietroni (27 janvier 1314). Pietroni prescrit que son corps soit transporté à Rome pour y être enseveli si le lieu de sa mort n'en est pas plus éloigné que l'espace d'une dietas (un jour de marche). Dans le cas contraire, le cardinal désire être enseveli dans sa ville natale (Sienne).

11Deux autres cardinaux italiens de cette période s'expriment d'une manière identique, mais proposent en plus une solution alternative. Ottobono Fieschi, qui fait son testament à Valence le 28 septembre 1275 (il devint plus tard, le 11 juillet 1276 le pape Adrien V), veut que sa dépouille soit transportée dans tous les cas à Gênes (sa ville natale) pour être enterrée dans la cathédrale ; si le lieu de sa mort est trop distant de cette ville, le cardinal désire être enseveli dans l'église franciscaine la plus proche ; mais dans ce cas, un autel doit y être construit en l'honneur de Saint Adrien. Le cardinal Fieschi semble donc prévoir que la première sépulture de sa dépouille durera le temps nécessaire pour la décomposition naturelle du cadavre (Paravicini Bagliani 1980 : 143, 161). Tout était donc mis en œuvre afin que le démembrement de son corps ne doive pas avoir lieu. De même, le cardinal Stefaneschi prévoit dans son codicille de 1308 que s'il devait mourir à Avignon, son corps soit enseveli ad tempus dans cette cathédrale ou dans une autre église, en attendant d'être transporté à Rome.

12Il est possible qu'une telle divergence de comportement renvoie à des différences d'ordre géographique, qu'il serait intéressant d'approfondir. Il est vrai en tout cas que dans les premières décennies du xiiie siècle, l'un des grands maîtres de la rhétorique médiévale, Boncompagno de Signa, décrit avec une certaine précision les anciennes coutumes liées au démembrement du corps pour des fins de transport, que les sources écrites attestent depuis l'époque carolingienne et ottonienne (Artelt 1940), et les appelle « teutoniques » :

13« Les Romains vidaient autrefois les corps de leurs viscères. Ils enlevaient tous les intestins. Les autres membres étaient ramollis dans l'eau salée ; ainsi ils étaient conservés très longtemps, comme on peut encore aujourd'hui le voir à Rome dans les anciens palais, et près de Naples, dans des cavernes. Les Allemands (Teutonici), au contraire, éviscèrent les corps des hommes de dignité qui meurent dans des provinces étrangères et font bouillir les autres membres pendant longtemps dans des chaudières jusqu'à ce que toute la chair, les nerfs et les cartilages soient séparés des os ; après quoi, les os sont transportés dans leur patrie, conservés dans du vin parfumé, couverts de piments » (Schäfer 1920 : 493).

Sous peine d'excommunication

14Pour nous, ces témoignages sont surtout intéressants parce qu'ils proviennent du même milieu social et culturel, que celui du pape Boniface VIII, l'auteur de la célèbre décrétale – Detestande feritatis–, promulguée le 27 septembre 1299 (Corpus iuris canonici ; Brown 1981 ; Santi 1987). Ce pape s'opposait avec véhémence aux procédures de dépècement de la dépouille mortelle, nécessaires lorsque celle-ci devait être transportée, aussitôt après le décès, à un lieu de sépulture très distant de celui de la mort. Avant que l'on procède au transport des ossements, la dépouille mortelle aurait dû être ensevelie sur le lieu de la mort, ou à un endroit très proche, le temps nécessaire : ad tempus2.

15En voici le texte3 : « Il est un usage d'une férocité abominable que suivent certains chrétiens par une coutume atroce ; c'est justement que nous ordonnons qu'on l'abolisse, nous qui sommes guidés par la pieuse intention d'éviter que cet usage féroce ne fasse plus longtemps dépecer les corps humains, ne frappe plus d'horreur les fidèles ni ne trouble l'esprit.

16« Lorsqu'un des leurs, soit noble, soit haut dignitaire, meurt loin de son pays (c'est le cas le plus fréquent), alors qu'il avait choisi sa sépulture dans son pays ou loin de l'endroit de sa mort, les chrétiens soumis à cette coutume perverse, mus par un soin sacrilège, le vident sauvagement de ses entrailles et, le démembrant horriblement ou le coupant en morceaux, le jettent dans l'eau pour le faire bouillir au feu. Quand enfin l'enveloppe de chair s'est détachée de l'os, ils ramènent les os vers la région choisie pour les inhumer. Voilà qui est parfaitement abominable lorsqu'on prend garde à la majesté divine, mais qui doit horrifier presque encore plus en regard du respect qu'on doit à l'homme.

17« Nous voulons donc, comme c'est le devoir de notre charge, qu'une habitude aussi cruelle, aussi abominable, aussi sacrilège soit entièrement détruite et ne gagne pas d'autres hommes ; nous décrétons et ordonnons de notre autorité apostolique qu'à la mort de tout homme, quelle que soit sa dignité ou sa naissance, en quelque lieu que ce soit où règne le culte catholique, personne ne songe à appliquer au corps du défunt cet usage ou tout autre qui y ressemblerait et que la main des fidèles cesse de se souiller aussi monstrueusement.

18« Mais, pour que les corps des défunts ne soient plus traités si cruellement, il faut les conduire à l'endroit où, vivants, ils avaient choisi leur sépulture ; si ce n'est pas possible, qu'on leur donne une sépulture chrétienne à l'endroit de leur mort ou tout près, et qu'on attende que leur corps soit tombé en poussière pour le transporter là où ils ont choisi de reposer.

19« Si les exécuteurs testamentaires d'un défunt ou ses familiers ou quiconque, quel que soit son rang ou sa naissance, même s'il est revêtu de la dignité épiscopale, osent enfreindre notre édit en traitant inhumainement et cruellement le corps du défunt ou en le faisant traiter ainsi, qu'ils se sachent frappés d'excommunication par leur fait même, excommunication que nous lançons dès maintenant et dont ils n'obtiendront pas l'absolution, si ce n'est du seul Siège apostolique ou à l'article de la mort. Et, tout autant, celui dont le corps aura été traité de façon aussi inhumaine, qu'il soit privé de sépulture ecclésiastique. »

20La Detestande feritatis a été lue de plusieurs manières, généralement comme témoignage privilégié des pratiques de démembrement, ici perçues par la négation et l'interdiction. Il importe de la considérer également comme une intervention officielle et solennelle en faveur de l'intégrité du corps : peut-être même la plus solennelle qui ait été exprimée au Moyen Age. Les contemporains ne s'y étaient du reste pas trompés. Dans son commentaire, le Français Jean Lemoine, qui avait été promu cardinal par Boniface VIII, nous informe que le pape avait promulgué sa décrétale pour deux raisons. Il aurait très mal pris les dispositions testamentaires du cardinal Nicolas de Nonancourt. Ce testament est perdu, mais nous pouvons supposer qu'elles étaient analogues, en ce qui concerne le démembrement, à celles que nous pouvons lire dans le testament du cardinal dominicain français Hugues Aycelin, de deux ans antérieur à la décrétale bonifacienne (Paravicini Bagliani 1980 : 290).

21La deuxième explication est encore plus intéressante. Le pape aurait voulu interdire le démembrement du cadavre, « parce que le corps humain, dont le visage (facies) est "figuré" à la similitude de la beauté céleste, ne peut être ni taché ni défiguré ». Le corps est au centre de l'attention dans son intégrité, dans sa physionomie intégrale.

22La décrétale de Boniface VIII Detestande feritatis est certainement le résultat d'une exacerbation personnelle du pape pour le corps (Brown 1990 : 830). Boniface VIII n'a-t-il pas étonné ses contemporains en se faisant construire un sépulcre, dès son élection, comportant une imago (un gisant) le reproduisant comme s'il était vivant4 ? Boniface VIII n'a-t-il pas ordonné d'ériger systématiquement des statues reproduisant son portrait devant le Latran, le Vatican et dans beaucoup de villes de l'État pontifical (Florence, Bologne, Orvieto, Anagni) (Ladner 1970 : 283 et sq. ; 1983 : 88 ; Boyle 1964 : 329 et sq.) ; Boniface VIII n'a-t-il pas prescrit à l'évêque et au chapitre d'Amiens de faire déposer sur l'autel majeur de la cathédrale un buste en argent reproduisant son imago ? (Schmidt 1986).

23Cet intérêt exacerbé a cependant aussi des sources culturelles, qu'il faut rechercher et analyser avec soin5. L'une d'entre elles pourrait se trouver dans les théories que Roger Bacon a consacrées à la « prolongation de la vie ». Il s'agit d'un thème, auquel le grand franciscain d'Oxford a accordé beaucoup d'intérêt, et sur lequel il est revenu inlassablement, notamment dans les grandes œuvres – Opus Majus, Opus Minus, Opus Tertium – qu'il adressa au pape Clément IV, dès la fin de 1267, époque à laquelle Benedetto Caetani, le futur Boniface VIII exerçait la fonction de notaire apostolique à la chancellerie pontificale.

Contre la corruption

24Bacon affirme sa foi dans le succès d'un véritable programme scientifique. Pour obtenir les derniers termes naturels de la vie fixés par Dieu et la nature, l'homme peut se servir de l'admirable pouvoir de l'astronomie, de l'alchimie, de la perspective ainsi que des autres sciences expérimentales. Bien que l'homme soit tombé dans le péché, il a pu par nature vivre mille ans et plus, comme le montre l'existence des patriarches de longue vie. La corruption qui conduit à la mort est donc contre-nature.

25Autre idée surprenante. La corruption de l'homme vient aussi du fait que l'homme, en quittant le Paradis terrestre, n'a plus observé les règles du régime de santé. Des remèdes existent donc, ajoute Roger Bacon, qui peuvent freiner le vieillissement, et l'homme peut s'en servir. L'alchimie, la perspective et l'astronomie opérative sont capables de réparer les défauts du régime de santé, de ramener l'organisme de l'homme vers l'équilibre harmonieux, base indispensable pour une vraie prolongation de la vie. L'astronomie et la perspective (mot qui servait au xiiie siècle à définir la science de la vision et de la lumière = l'optique) servent à calculer l'action conjuguée des rayons des étoiles et du soleil, aux vertus merveilleuses, sur les pierres précieuses, les herbes, ainsi que sur les aliments et les boissons. L'alchimie doit en outre préparer l'or, afin qu'on puisse l'utiliser dans les aliments et les boissons et qu'il serve, transformé ainsi en nature humaine, de protection contre toute infirmité. L'or sera d'autant plus utile à des fins de rajeunissement s'il a été opportunément préparé sous les rayons du soleil et des étoiles dont il peut capter le pouvoir merveilleux.

26Tout ce système est fondé sur une idée essentielle : la corruption du corps est le résultat d'un déséquilibre de ses éléments. Retrouver l'équilibre des différents éléments constitutifs du corps signifie arrêter sa corruption progressive, et par conséquent freiner, voire arrêter l'inévitable sénescence corporelle. Dans le corps de l'enfant le chaud et le sec dominent ; dans celui du vieillard, le froid et l'humide. Obtenir l'équilibre entre ces quatre éléments : voilà la tâche que Bacon assigne aux sciences expérimentales. Grâce à elles, et surtout à l'alchimie (or potable6), le corps obtient un équilibre parfait que Bacon définit avec les termes d'equalis complexio. Tous les éléments sont égaux, aucun ne domine l'autre. Dans un corps qui aurait trouvé cet équilibre, aucune « corruption » n'est possible. Un tel état incorruptible est identique à celui de l'or, une matière composée au plus haut degré de equalis complexio. Dans l'or aucun élément ne domine l'autre ; dans le feu, l'or augmente même sa perfection. Obtenir l'equalitas, c'est-à-dire l'incorruptio corporelle est non seulement chose possible mais nécessaire, parce que les hommes, au moment de la résurrection ne peuvent jouir d'un état incorruptible et immortel qu'à travers ce même corps. En d'autres termes, il est déjà possible ici-bas d'atteindre l'état de parfaite harmonie corporelle et d'immortalité que l'on aura dans l'au-delà, après la résurrection. L'homme peut tenter de s'approcher de cet état final, parfait, ultime, être comme Adam, qui était « tout près de l'equalis complexio » et aurait pu être immortel.

27Le cercle se referme ici. Rajeunir, prolonger la vie, c'est retrouver un équilibre harmonieux qui puisse contrecarrer la corruption croissante à laquelle est soumis l'homme depuis le péché originel et s'approcher de l'état final, parfait, ultime du corps ressuscité. Il s'agit non seulement d'une œuvre humainement et techniquement possible, mais nécessaire dans une perspective de salut, la seule qui pouvait se justifier aux yeux d'un homme de science du xiiie siècle, qu'il fût clerc ou laïc.

Une histoire après la mort

28Les théories baconiennes sur la prolongation de la vie méritent un examen approfondi, qu'il n'est pas possible de tenter ici (Paravicini Bagliani 1986 et 1991). Il importe en tout cas de remarquer que Bacon oppose à la traditionnelle conception judéo-chrétienne, selon laquelle le péché originel est la cause unique de tous les maux, l'origine de la dégénérescence du corps, de la corruption et du vieillissement l'idée que la corruption du corps humain a aussi des causes naturelles, accidentelles et donc réparables. En d'autres termes, Bacon met la nature au service de l'homme. Le rajeunissement du corps, l'arrêt de sa sénescence, la possibilité de prolonger la vie servent surtout à obtenir une harmonie corporelle la plus proche possible de celle des corps glorieux. Non seulement Bacon ne parle jamais de division du corps, mais toute sa théorie est finalisée de manière à sauvegarder au corps sa plus totale intégrité, ici-bas comme dans l'au-delà.

29Une question s'impose : y a-t-il vraiment contradiction entre la division et l'intégrité corporelle telles qu'elles ont été vécues de manière si aiguë, surtout par les élites du xiiie siècle ?

30Pour ceux qui désirent faire démembrer leur corps comme pour ceux qui insistent sur la continuité corporelle entre la vie et la mort, les implications anthropologiques ne sont finalement pas si divergentes : les uns comme les autres croient que leur corps continue à avoir une histoire après la mort. Dans les deux cas, nous avons affaire à une forme de « production de mémoire » qui signifie également « amour du corps ». Dans un cas (division du corps), l'accent est mis sur l'élimination rapide, imminente, des parties du corps sujettes à la décomposition ; mais la « survie » du cœur et des ossements assume une fonction spirituelle médiatrice : les lieux d'intercession spirituelle se multiplient. Dans l'autre (sauvegarde de l'intégrité corporelle), on insiste sur le renvoi à une date ultérieure de la séparation définitive de l'enveloppe corporelle. Selon les propositions audacieuses de Roger Bacon, il est même possible de préparer le salut sur terre, en rapprochant son corps du corps glorieux, à l'aide d'élixirs qui correspondent à de véritables « instruments de salut ».

Haut de page

Bibliographie

Alston M. N., 1944. « The Attitude of the Church towards Dissection before 1500 », Bulletin of the History of Medecine, n° 16, pp. 221-238.

Artelt W., 1940. Die ältesten Nachrichten über die Sektion menschlicher Leichen im mittelalterlichen Abendland, Berlin.

Bernard Gui, publié par G. Mollat, 1927. « De secta illorum qui se dicunt, esse de ordine Apostolorum Rerum Italicarum Scriptores », Manuel de l'Inquisiteur, Paris.

Boyle L. E., 1964. « An Ambry of 1299 at San Clemente, Rome », Mediaeval Studies, n° 26.

Brown E. A., 1981. « Death and the Human Body in the Later Middle Ages : the Legislation of Boniface VIII on the Division of the Corpse », Viator, n° 12, pp. 221-270.

1985. « Burying and Unburying the Kings of France », in Trexler R. C. (ss. la dir. de), Persons in Groups. Social Behavior as Identity Formation in Medieval and Renaissance Europe, Binghamton, New York, pp. 241-266.

1990. « Authority, the Family, and the Dead in Late Medieval France », French Historical Studies, n° 16, pp. 803-832.

Bussi F. (ed.), 1712. Istoria della città di Viterbo, n° XXII, Rome.

Chiffoleau J., 1976. « Pratiques funéraires et images de la mort à Marseille, en Avignon et dans le Comtat venaissin (vers 1280-vers 1350) », in La religion populaire en Languedoc du xiiie siècle à la moitié du xive siècle, Cahiers de Fanjeaux, XI, Toulouse, pp. 279-280.

Erlande-Brandenburg A., 1975. Le roi est mort. Etude sur les funérailles, les sépultures et les tombeaux des rois de France jusqu'à la fin du xiii siècle. Genève.

Friedberg E. (ed.), Corpus juris canonici, col. 1271-1273, II. (Extravag. commun., livre III, titre VI, De sepulturis, chap. 1).

Gremaud J., 1876. Documents relatifs à l'histoire du Valais, II, n° 928, Lausanne (Mémoires et documents de la Suisse romande, XXXX).

Hoffmans J., 1924-31. Le huitième quodlibet de Godefroid de Fontaines, Louvain.

Ladner G. B., 1970. Die Papstbildnisse des Altertums und des Mittelalters, II, Cité du Vatican.

1983. « Die Anfänge des Kryptoporträts », in Von Angesicht zu Angesicht. Porträtstudien. Festschrift für Michael Stettler, Bern.

Paravicini Bagliani A., 1980. I testamenti dei cardinali del Duecento, Rome.

1983. « Medicina e scienze della natura alla corte di Bonifacio VIII », in Roma anno 1300. Atti del Congresso Internazionale di storia dell'arte medievale. Roma, 19-24 maggio 1980, Rome, pp. 773-789 (ou in Id., 1991, Medicina e scienze della natura alla corte dei papi nel Duecento, Spoleto, pp. 233-266).

1986. « Ruggero Bacone, Bonifacio VIII e la teoria della "prolongatio vitae" », in Aspetti della letteratura latina nel secolo XIII, Perugia-Firenze (ou in Id., 1991, Medicina e scienze della natura alla corte dei papi nel Duecento, Spoleto, p. 335 n. 17).

1988. « La mobilità della Curia romana nel secolo XIII. Riflessi locali », in Società e istituzioni dell'Italia comunale : l'esempio di Perugio, Perugia, pp. 155-278.

1991. « Il mito della prolongatio vitae e la corte pontificia del Duecento. Il "De retardatione accidentium senectutis" », in Id., Medicina e scienze della natura alla corte dei papi nel Duecento, Spoleto, pp. 281-326.

Santi F., 1987. « Il cadavere e Bonifacio VIII, tra Stefano Tempier e Avicenna. Intorno ad un saggio di Elizabeth Brown », Studi Medievali, 3e série, n° 28, pp. 861-878.

Schmidt T., 1986. « Papst Bonifaz VIII und die Idolatrie », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, n° 66, pp. 75-107.

Schäfer D., 1920. « Mittelalterlicher Brauch bei der Überführung von Leichen », Sitzungsberichte der Preussischen Akademie der Wissenschaften.

Haut de page

Notes

1« Cum autem fuerit divino timore perterritus et inspiratione commotus in ecclesia predicta suam elegit humiliter sepulturam mandans ut corpus in septem partes scindatur in detestatione septem criminalium vitiorum in quibus se deliquisse multipliciter... » (Bussi 1712 : 410). Cf. A. Paravicini Bagliani (1986).
2Pour l'ancienne bibliographie, voir M. N. Alston (1944).
3Je remercie M. Jean-Daniel Morerod, de l'université de Lausanne, pour la traduction française de ce texte.
4Bernard Gui : « qui fecit sibi fieri monumentum et ymaginem super petram, sicut esse viva » (Mollat 1924, II : 94).
5A propos d'Avicenne, voir Santi (1987).
6A propos de l'or potable et de son usage dans les milieux de la Curie romaine du xiiie siècle, voir A. Paravicini Bagliani (1983 et 1986).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paravicini Bagliani A., 1992, « Démembrement et intégrité du corps au XIIIe siècle" » Terrain, n° 18, pp. 26-32.

Référence électronique

Agostino Paravicini Bagliani, « Démembrement et intégrité du corps au XIIIe siècle », Terrain [En ligne], 18 | mars 1992, mis en ligne le 02 juillet 2007, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3028 ; DOI : 10.4000/terrain.3028

Haut de page

Auteur

Agostino Paravicini Bagliani

Université de Lausanne

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals