Navigation – Plan du site
Repères

L'homme de verre

Martin Roth
p. 103-115

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Allemagne
Haut de page

Texte intégral

1Traduit de l'allemand par Anne-Marie Thiesse

2Dans les documents que j’ai consultés au cours de mes recherches sur la muséologie et l'histoire des musées, il était fréquemment fait mention d'un « homme de verre ». Ces allusions me paraissaient plutôt amusantes. Mais j'y trouvais de plus en plus d'intérêt, surtout après avoir lu que des expositions présentant cet homme en verre1 avaient dû être fermées suite à une affluence excessive, qu'un pavillon entier lui avait été consacré à l'Exposition internationale de 1937 et qu'il avait été salué à New York sous le nom de X-ray man. Mon intérêt pour cet homme de verre devenait une recherche passionnante sur un sujet réservant bien des surprises. Il s'avéra que l'homme de verre était en fait une sorte d'image signifiante, aujourd'hui oubliée, des années 20-30, un symbole autour duquel on pouvait reconstruire le contexte social et culturel de l'histoire du corps à cette époque.

3Grâce au hasard, grâce aussi à des recherches intensives, j'ai pu établir que trois des hommes de verre existaient toujours, et qu'ils étaient tous trois conservés aux États-Unis. Deux d'entre eux furent offerts au Musée historique allemand de Berlin. Le transport fut difficile, la restauration ne le fut pas moins, car le matériau utilisé pour leur construction, le Cellon, n'existe plus. Rosmarie Beier et moi-même avons organisé un petit colloque à ce sujet, au printemps 1990, en invitant des spécialistes des études culturelles, des sociologues, des historiens de la médecine et de l'art. Nous avons publié les résultats de cette rencontre dans le livre Der Gläserne Mensch - Eine Sensation (Beier et Roth 1990).

4La chute du Mur à l'automne 1989 avait apporté un nouvel élément à nos travaux. Du jour au lendemain nous avions eu des contacts officiels avec le Musée allemand de l'hygiène à Dresde, musée où l'homme de verre avait été construit dans les années 20. Auparavant nous avions essayé, mais en vain, des années durant, de collaborer avec ce musée. Très vite, nous avons décidé qu'il fallait confier la restauration des mannequins de verre aux spécialistes du Musée allemand de l'hygiène et en outre tenter en commun l'aventure d'une exposition. Notre première visite au Musée de l'hygiène de Dresde nous réserva des surprises inattendues. Les caves du musée regorgeaient de trésors oubliés, c'est-à-dire des objets ayant trait à l'histoire de la maison, et plus généralement à l'histoire de l'hygiène. Dans ce Musée de Dresde, qui était une institution de prestige du régime de la RDA, aucune valeur n'avait été accordée à l'histoire, la mission du musée étant l'éducation corporelle de l'homme socialiste.

5L'exposition « Inspection du corps »2, que nous avons conçue avec le scénographe munichois Michaël Hoffer, a eu un très grand succès et la presse lui a fait un large écho. Deux raisons à cela : le thème du corps humain était bien sûr attrayant, mais c'était aussi, depuis la réunification, la première exposition montée conjointement à Dresde par des citoyens des deux Allemagnes.

6La conception inhabituelle de l'exposition, son agencement peu ordinaire et provocateur jouèrent aussi un rôle de taille dans ce succès. L'exposition était divisée en deux salles. Le visiteur se trouvait tout d'abord à l'intérieur d'une sorte de corps humain démesuré, dans lequel il pénétrait par un vagin. Les côtes servaient de vitrines. La tête et le cerveau formaient le centre de l'exposition. Cette première salle était consacrée au regard ancien sur le corps, aux Anatomies, aux représentations de vulgarisation du siècle des Lumières, aux memento mori3, aux instruments servant à ouvrir les corps (outils de trépanation). Etait également mise en scène la relation complexe entre la mort et l'érotisme. L'homme de verre, en fait, est à tête de Janus et c'est en cela qu'il a valeur de témoignage historique. Voilà pourquoi nous avons voulu donner à voir l'être humain détruit, mutilé, estropié par la Première Guerre mondiale. L'homme de verre a été élaboré dans cette atmosphère de destruction et présenté comme modèle du corps intact ; dans le même temps, il a fourni une représentation normative de l'être humain, un prototype de cet homme que le IIIe Reich voulait construire selon des principes eugénistes.

7En parallèle, dans la deuxième salle, on ne représentait pas le corps individuel mais les soins qui lui sont prodigués de l'extérieur, du point de vue social. Cette partie se référait surtout à la notion de « Corps du Peuple » utilisée sous le IIIe Reich : sport, eugénisme, et une politique en matière de population absolument inhumaine. On montrait également les tentatives anciennes pour normer, définir, classer l'être humain au moyen de la science et de la politique. A l'aide de dossiers de la Stasi4, on a voulu expliciter ce qu'était le « citoyen de verre », expression bien allemande pour désigner l'homme mis complètement sous contrôle. La fin de l'exposition montrait ce qu'avait été la notion d'« homme nouveau » dans l'art des années 20. Le Bauhaus, notamment, a travaillé en étroite collaboration avec le Musée allemand d'hygiène de Dresde. Oskar Schlemmer était fasciné par l'homme de verre, sa technique et sa force symbolique.

8Le présent article a précisément pour objet d'expliciter la force symbolique de cet être humain artificiel.

L'économie humaine ou l'être humain, un chef-d'œuvre de l'art et de la technique

Genèse

9Lieu de l'action : Dresde, un hangar de l'usine Siemank et Ringelhahn, spécialisée dans les préparations à base d'amandes et les confitures. Franz Tschackert, collaborateur technique du Musée allemand d'hygiène fait des expériences avec des os, des matières synthétiques, des circuits électriques et des petites ampoules colorées. A l'aide de la grosse chaudière à vapeur de la fabrique de confiture, il essaie de donner à des plaques de Cellon les formes d'un corps humain. Isolde, sa fille, a assisté dans sa jeunesse à cette mystérieuse entreprise. Agée aujourd'hui de quatre-vingts ans, elle raconte ses souvenirs : « Peu à peu ça a formé un squelette qui tenait droit grâce à un tuteur en fer. Ah la la ! ce que ça faisait peur quand Jumbo – c'est comme ça qu'on avait appelé le macchabée – remuait doucement parce qu'on avait ouvert la porte du hangar. Après il a fallu donner forme humaine à ce squelette. Jumbo a été garni de copeaux de bois et entouré de couches de plâtre. Ensuite, on a coulé des moulages du mannequin, en quelque sorte on a fait des négatifs de la peau. Chaque moulage avait un couvercle. Entre le moulage et le couvercle, Franz déposait du Cellon. Par le couvercle, il introduisait de la vapeur et comme ça le Cellon réchauffé se collait contre le moule. Ça a été un travail incroyable de peindre les organes internes, les veines et les artères en bleu et en rouge, les nerfs principaux en vert. » Voilà comment est né le premier mannequin transparent, devenu célèbre sous le nom d'homme de verre.

10La grande première, la présentation publique, a lieu pendant la deuxième Exposition internationale d'hygiène à Dresde en 1930. Cette exposition a été organisée par le Musée allemand de l'hygiène, à l'occasion de l'inauguration des bâtiments du musée. Les spécialistes ne sont pas les seuls à s'étonner et à s'enthousiasmer devant cet homoncule clignotant et parlant. La presse internationale publie des reportages à sensation sur cette extraordinaire invention. Ce symbole du corps intact, du citoyen transparent est présenté à la population berlinoise en 1935 seulement, pendant le grand spectacle de propagande « Les Merveilles de la vie ». Bruno Gebhard, un ancien collaborateur du Musée de Dresde, se rappelle la présentation de l'homme de verre : « Les visiteurs entraient par une sorte d'écluse de lumière à l'intérieur d'une salle plongée dans une demi-pénombre. Ils quittaient le vacarme de la rue pour le silence d'une halle en forme de cathédrale dont le plafond bleu mat était éclairé par des sources de lumière dissimulées sur les côtés. Le visiteur devait descendre quelques marches avant de découvrir sur un socle une représentation en trois dimensions de l'anatomie humaine. Puis la pièce était plongée dans une complète obscurité. Alors les organes internes, à commencer par le cœur, s'allumaient les uns après les autres, tandis qu'une voix mélodieuse enregistrée sur un disque de gramophone donnait des explications précises. Les visiteurs restaient fascinés par cette reconstitution si "intelligente" du corps humain. Après cette démonstration didactique, les projecteurs éclairaient une banderole avec ces mots : "L'Homme s'émerveille devant la mer sans repos, les fleuves, le spectacle des cieux étoilés et il oublie que, de toutes les merveilles, il est lui-même la plus grande." »

11A l'Exposition internationale de 1937 à Paris, l'homme de verre dispose de tout un pavillon. Là aussi il suscite le plus vif intérêt. « Certains jours (...), c'est à peine si le pavillon peut contenir tous les visiteurs. Aussi a-t-il fallu organiser une queue et faire régler la circulation par la police. Pourtant, cette exhibition spéciale est ouverte jusqu'à minuit5. »

12L'homme de verre voyage en Europe et ailleurs. Ses grandes tournées à succès aux Etats-Unis commencent avec les Expositions universelles et les Panamericans, comme l'exposition « Century of Progress » (Chicago, 1932-33) ou le « New York World's Fair » (1939). Ces voyages à travers les États-Unis sont le théâtre d'un rendez-vous exceptionnel : la femme de verre, qui est alors la toute nouvelle production du Musée de Dresde, rencontre l'homme de verre pour une brève exposition commune dans le Cabana Hall of Man du Musée scientifique de Buffalo. La presse locale, d'ordinaire fort prude, se laisse aller pour l'occasion à plus d'un commentaire équivoque.

13Cette représentation en synthétique du corps humain a, comme on l'a dit plus haut, un visage à la Janus : mi-mannequin de vulgarisation scientifique, mi-représentation normative de l'être humain. La manière dont elle est utilisée dans de multiples expositions de propagande le montre bien. Cela concerne d'ailleurs même les États-Unis, où l'on s'intéresse alors non seulement à l'éducation à la santé, mais aussi aux « Eugenics of New Germany ». Le matériel de propagande présentant la « science des races », également fabriqué au Musée d'hygiène de Dresde, a le même usage.

14Pour répondre à une forte demande, on s'est décidé au milieu des années 30 à entreprendre une production accrue d'hommes de verre dans les ateliers du musée. Neuf exemplaires, semble-t-il, ont été fabriqués entre 1928 et 1945 :

  • l'ancêtre de ces hommes de verre est exposé à partir de 1930 dans le Musée d'hygiène de Dresde ;

  • en 1932-33, un homme de verre est fabriqué pour le Museum of Science de Buffalo et montré également à la « New York World's Fair » en 1939. Il se trouve aujourd'hui en possession du Musée historique allemand de Berlin ;

  • en 1935 un homme de verre est construit pour l'exposition « Les Merveilles de la vie », et présenté ensuite dans de nombreuses expositions itinérantes. Son dépôt actuel est inconnu (il est possible qu'il serve encore aujourd'hui d'attraction dans les foires) ;

  • en 1936 un homme de verre est construit pour l'exposition « La Mère et l'Enfant » à Stockholm puis montré à l'Exposition internationale de 1937-38 à Paris. Le dépôt actuel reste inconnu ;

  • en 1936 encore est créée la première femme de verre. Elle a été financée par un industriel en textiles de Jackson (Michigan), S. H. Camp. Elle est dévoilée le 20 août 1936 au New York Museum of Science. Durant des années, elle est en tournée à travers les États-Unis, avant d'être exposée au Saint Louis Science Center. Elle est aujourd'hui au Musée historique allemand de Berlin ;

  • en 1937, un homme de verre est livré à un musée d'hygiène japonais. Le dépôt actuel est inconnu ;

  • en 1937 un homme de verre est fabriqué pour le Trust Oberlaender et la Fondation du souvenir Carl-Schurz. Il est présenté dans des expositions itinérantes. En 1987 j'ai pu établir qu'il avait été vendu au Texas, mais la piste se perd là ;

  • en 1942-45, les travaux de fabrication d'un autre homme de verre étaient en cours mais n'étaient pas achevés à la fin de la guerre. Les différentes parties, ayant survécu aux bombardements aériens du 13 au 14 février 1945, ont formé la base du premier mannequin en verre de l'après-guerre (Stephan 1986).

15Après ce bombardement nocturne, le Musée d'hygiène de Dresde n'est plus que décombres. La reconstruction commence à la fin de la guerre. Dès 1949, le musée peut présenter à la foire de la Saint-Eric à Stockholm son grand succès, l'homme de verre. A nouveau la presse le célèbre comme la huitième merveille du monde. La palette est élargie dans les années 50. On construit même des animaux : un cheval de verre, ainsi qu'une vache de verre présentée pour la première fois en 1959 à Delhi, pendant l'Exposition universelle de l'économie. Dans les années 50, Staline, semble-t-il, entre en possession d'un couple humain en verre, dont le dépôt actuel reste inconnu.

16La liste des villes où ont été exposés les mannequins de verre est particulièrement longue : Moscou, New Delhi, Sofia, Budapest, Helsinki, Stockholm, Mexico-City, Trinidad, Koweït, Pékin, Le Caire, Tripoli, etc.

Un nouveau genre de musées : les musées de vie sociale et d'hygiène

17Dans quel cadre un objet aussi inhabituel que l'homme de verre pouvait-il être produit ? Quelles étaient les conditions lui permettant d'atteindre une telle renommée ? Les musées de vie sociale et d'hygiène apparaissent à la fin du xixe siècle et sont souvent le fruit de mesures politico-sociales prises par l'État. Dans une large mesure, ces initiatives sont dirigées contre les tentatives d'entraide syndicales et les fédérations du mouvement ouvrier. La conception de ces musées est liée à une idée nouvelle qu'il faut souligner : il s'agit d'utiliser la démarche pédagogique du médium musée pour répondre à des attentes de la vie quotidienne et proposer l'apprentissage d'un savoir instrumental. On attribue fréquemment les origines du musée social à l'Anglais Twining qui a suggéré au milieu du xixe siècle la création d'un « musée économique pour les classes laborieuses ». Le projet de Twining sert de modèle pour de nombreux musées, notamment le Musée social fondé à Paris par Le Play, qui existe encore aujourd'hui comme institut de recherches en sciences sociales. Toutefois, en Allemagne, les expositions mondiales consacrées à l'industrie et aux techniques ont, plus que ces exemples isolés de musées, déterminé la création et le développement des musées de vie sociale et d'hygiène. A l'Exposition universelle de Paris en 1867, Le Play ouvre une importante section d'économie sociale, à laquelle participent plus de 600 entreprises. Dans ce genre de sections, on traite longuement des questions de prévention médicale et d'hygiène. Elles font figure de modèle lorsque l'Association allemande pour les soins de santé et l'Association allemande pour la protection de la santé programment la première grande Exposition d'hygiène en 1882.

18La croissance urbaine rapide engendrée par l'industrialisation, la peur devant les épidémies – en particulier le choléra–, le souci surtout de disposer de forces de travail en bonne santé suscitent de nombreux efforts en faveur de l'hygiène. Ils sont soutenus par une population qui formule de manière toujours plus précise des exigences en matière de prévention et de prise en charge de la santé au quotidien. En Allemagne, un appui est apporté sur le plan scientifique par la création en 1865 d'une chaire d'hygiène à Munich, sous la direction de Max von Pettenkofer. Ce dernier est avec Robert Koch et Rudolf Virchow l'un des premiers hygiénistes attirant l'attention sur les dommages provoqués par l'environnement et incitant à développer par des mesures pédagogiques et éducatives la prophylaxie dans les domaines de la santé et de l'hygiène.

19En 1876 se tient à Bruxelles une exposition très remarquée consacrée à l'hygiène et aux dispositifs de secours. La première grande exposition d'hygiène allemande est conçue sur ce modèle. Un comité d'organisation fourni, dont Max von Pettenkoffer, Rudolf Virchow et Robert Koch font partie, projette une exposition générale et, avant tout, la construction d'un bâtiment d'exposition. Berlin est doté d'une construction verre et acier, due à Carl Scharowsky. Elle est, avec le Palais de verre construit en 1854 à Munich, le seul grand hall d'exposition allemand qui, par son architecture filigrane de cathédrale industrielle, ressemble au Palais de Cristal de l'Exposition universelle de Londres en 1851. Dès 1883, l'Exposition allemande générale dans le domaine de l'hygiène et des dispositifs de secours peut être ouverte. Le thème central est la vulgarisation de la recherche en hygiène et en médecine et la diffusion de connaissances importantes : par exemple, le besoin vital pour un individu de disposer d'un minimum d'air, d'eau et de lumière. A l'occasion de cette exposition, Robert Koch présente ses découvertes en bactériologie. Mais on y trouve aussi bien le célèbre bain populaire de Lassar que les nouveaux projets de constructions de cités ouvrières. Le but est en fait de montrer les performances acquises dans l'industrie de l'hygiène et rendre évident que l'Allemagne est devenue en peu de temps un concurrent sérieux sur le marché international. Cela vaut pour la sidérurgie industrielle comme pour les produits de substitution du lait maternel fabriqués par Nestlé. La première exposition allemande d'hygiène a donc une triple fonction : c'est tout à la fois une éducation à la santé, une foire industrielle de l'hygiène et un forum de divulgation des résultats de la recherche scientifique. Ces trois éléments seront également à la base des expositions d'hygiène ultérieures. Le premier musée d'hygiène berlinois, ouvert à la suite de l'exposition de 1883, a eu plus de 900 000 visiteurs. Tous les objets concernant l'éducation à la santé sont transférés à l'institut Robert-Koch, et c'est Robert Koch qui devient directeur du musée.

20Lors des expositions internationales, les Allemands mettent en avant les lois sociales bismarckiennes et le rôle de leader tenu par l'Allemagne dans ce domaine. A l'intérieur du pays lui-même, les expositions sont un moyen de faire connaître le contenu de la législation et avant tout sa traduction dans les institutions.

21La préoccupation mise en œuvre dans ces premiers musées de vie sociale et d'hygiène est claire : développer au maximum les rendements tout en diminuant les accidents de travail et les coûts qu'ils entraînent. L'efficacité du médium « Exposition d'hygiène » est considérable : les expositions itinérantes, en particulier, sont très appréciées. Ces médias de masse atteignent une large cible de destinataires.

L'eau dentifrice Odol et les expositions internationales d'hygiène

22En l'espace de quatre semaines, 221 919 visiteurs fréquentent la première grande exposition organisée par Karl August Lingner dans le cadre de la « Première exposition allemande d'urbanisme ». Elle est intitulée « Les maladies du peuple et les moyens de les combattre ». Devenue célèbre sous le nom d'« Exposition de Lingner », elle est présentée en 1905 à Francfort et en 1906 à Kiel sur un bateau de la marine impériale. Les méthodes de présentation sont efficacement ajustées au public. La tentative de répondre à des préoccupations quotidiennes sur le mode de la vulgarisation des connaissances soulève un grand intérêt : « Des équipes de la police doivent faire usage de violence pour contenir l'affluence populaire », note la presse de l'époque.

23La première Exposition internationale d'hygiène tenue à Dresde en 1911 inaugure une ère nouvelle. La tradition des expositions d'industrie et des techniques forgée au xixe siècle ne survivait plus qu'à elle-même. Une nouvelle forme d'exposition, conjuguant science, industrie, culture, et traitant le visiteur comme un consommateur, marque l'émergence d'un nouveau mass medium.

24L'initiateur et l'organisateur de l'exposition internationale d'hygiène de 1911 est encore Karl August Lingner, qui possède les usines de sérum de Saxe et produit l'eau dentifrice Odol. Lingner avait bénéficié des nouvelles connaissances des modes d'infection issues des travaux de Louis Pasteur et Robert Koch. Comme on supposait que l'espace bucco-pharyngé était un haut lieu d'infection, Lingner avait découvert avec son Odol un véritable créneau commercial. Instruit par les stratégies inégalées de diffusion mondiale de son produit d'hygiène, Lingner sait concevoir des formules d'exposition touchant très efficacement le public. Les campagnes publicitaires pour Odol reposaient sur l'association de l'art et de la réclame. Entre 1892 et 1914, plus de 600 concepts publicitaires différents ont été lancés en Angleterre, France, Italie, Russie, Allemagne et aux États-Unis. Cette publicité faisait des emprunts principalement à Arnold Böcklin et à Franz von Stuck. Ce dernier a réalisé aussi l'affiche de l'exposition internationale d'hygiène de 1911. Au fil des ans, cette affiche s'imposera comme symbole du mouvement hygiéniste. L'œil gigantesque dans une couronne de rayons ressemble à l'œil divin dans une voûte céleste bleu-nuit. Ce n'est pas seulement une référence religieuse, mais aussi l'utilisation d'un procédé de la psychologie publicitaire : le spectateur est pris dans le regard et en quelque sorte intimidé. Lingner usait de ce « truc » publicitaire également pour son eau dentifrice (Väth Hinz 1985).

25L'exposition spectaculaire de 1911 n'est décrite qu'au moyen de superlatifs (Karl Lingner la désigne comme Exposition universelle de l'hygiène). Dans 45 sections réparties sur un vaste complexe architectural, on a tenté de représenter avec une précision encyclopédique tout ce qui peut être mis sous le concept d'« hygiène ». On avait prévu une section spéciale historique et ethnographique ainsi que des laboratoires de sport et de salles de repos pour les visiteurs. Selon la formule des expositions universelles il y avait, le long d'une « rue des nations », des pavillons brésiliens, chinois, anglais, français, japonais, autrichiens, russes, suisses, espagnols et hongrois. On y expliquait les mesures d'hygiène préventive, publiques ou privées, et on y présentait l'industrie de l'hygiène des différents pays.

26On a pu compter 5 209 157 visiteurs de l'exposition qui a laissé un bénéfice net de plus d'un million de marks. Lingner devait résumer les motifs de son engagement en ces termes : « Chaque individu doit acquérir et développer une claire conscience de la valeur de la santé. 2. Chaque individu doit apprendre à connaître son propre corps, savoir comment il est organisé et comment il fonctionne. 3. Chaque individu doit comprendre quelle valeur représente la santé publique. Il doit apprendre : a) ce qui nuit à l'état de santé général d'une communauté humaine (maladies contagieuses, air vicié, mauvaise alimentation en eau) ; b) ce qui lui est utile. 4. Chaque individu doit avoir une confiance inconditionnelle dans la science officiellement reconnue et se convaincre (sous réserve d'erreurs – les médecins sont des êtres humains) qu'elle seule offre une garantie pour la guérison des maladies » (Wolff 1930 : 216).

27La première exposition internationale d'hygiène a formé la base d'une quantité d'autres expositions et fourni un modèle repris surtout après la guerre. Ces entreprises – le plus souvent des expositions itinérantes – ont pour objectif la régénération du potentiel national de forces économiques et le développement de la force de travail individuelle en vue de la reconstruction économique. On trouve dans la population de l'après-guerre un vif intérêt pour les thèmes concernant l'individu et un grand besoin de diffusion des connaissances en tous domaines. Les concepteurs dresdois des expositions itinérantes fournissent des explications sur les maladies sexuellement transmissibles, sur la tuberculose ou sur les soins à donner aux nourrissons. L'institution centrale s'appelle désormais Musée de l'hygiène. On monte des expositions sur les prothèses, sur le combat contre l'alcoolisme ou sur la construction de logements, etc. Au total, entre 1919 et 1937, il y a, en Allemagne et à l'étranger, 1241 expositions qui attirent 29,5 millions de visiteurs.

28Immédiatement après l'exposition internationale d'hygiène de 1911, il est question de fonder un Musée de l'hygiène. Un modèle de conception est fourni par le Musée allemand des chefs-d'œuvre scientifiques et techniques (Deutsches Museum), réalisé par Oskar von Miller et commencé à Munich en 1903. Oskar von Miller s'implique également beaucoup dans la construction d'un Musée d'hygiène « pour la prise en considération des exigences d'hygiène dans l'ensemble du monde civilisé6 ». L'idée reste cependant à l'état de projet, le déclenchement de la guerre et le décès précoce de Lingner, atteint d'un cancer de la langue, interrompant les travaux. Lingner laisse un capital de 16 millions de marks, transféré à une Fondation Lingner. L'inflation réduit la somme à presque rien, avant même que le musée ait pu être réalisé. Cependant, les ateliers du Musée d'hygiène de Dresde produisent, sous le nom « d'Institut central pour la santé publique », des matériaux pédagogiques sur l'hygiène médicale et des supports d'exposition. C'est ainsi qu'est formée la base – y compris financière – d'un véritable musée dont la construction peut finalement être commencée en 1927.

29Les années 20 voient le développement considérable des tentatives engagées au début du siècle : les expositions sont alors un medium de masse très apprécié. Elles deviennent un mélange de foire commerciale et d'exhibition politique : on y montre l'hygiène sociale et raciale à côté du flacon d'Odol, les prothèses sont juxtaposées aux produits Oetker7. La recette à succès de ces grandes expositions est l'association de la vulgarisation scientifique et des attractions divertissantes. Comme l'explique alors Walter Benjamin (1980 : 527), « la vulgarisation » n'est plus un territoire douteux aux frontières de la science, « grâce aux expositions, elle a conquis son autonomie ».

30Pendant ce temps, à Dresde, le directeur du Musée d'hygiène, Georg Seiring, a administré le legs de Lingner dans le sens voulu par le donateur. La construction du Musée d'hygiène commence en 1927 et une grande exposition internationale d'hygiène marque son inauguration en 1930. Elle rencontre un tel succès qu'elle est reprise en 1931. On retrouve dans cette exposition l'habituelle tripartition : Politique, Economie, Culture. Il s'agit de fournir au Peuple, dans tous les domaines, une initiation à la science et de faire percevoir les phénomènes sociaux, techniques et biologiques, en transmettant un savoir pratique dans et sur la vie quotidienne. Des outils du savoir scientifique sont mis à la disposition des individus pour qu'ils puissent comprendre l'univers immédiat de la vie et du travail. Les organisateurs veulent faire œuvre de pédagogie et non d'autoritarisme. « Pas d'interdits, des explications » : la devise de la section « Drogues » pourrait être appliquée à l'ensemble du musée et des expositions. La vulgarisation scientifique dans le domaine de l'hygiène doit mener à une démocratisation du corps à travers un principe de « connais-toi toi-même ». Nombreuses sont dans les années 20 et au début des années 30 les expositions où la vulgarisation scientifique est menée dans un esprit démocratique. Ne pas imposer un savoir, mais faire comprendre, expliquer les connexions des phénomènes, voilà leur propos.

31Il faut mentionner un troisième musée, complémentaire des précédents, le Musée national de science sociale et économique de Düsseldorf, destiné à former avec le Musée allemand de Munich (1925) et le Musée d'hygiène de Dresde (1930) une triple alliance : Georg Seiring les appelle les musées-sœurs. Ces trois institutions démontrent de manière exemplaire que les musées sont à même d'apporter la science « au peuple » et d'effectuer un travail de formation et d'explication pour la vie quotidienne. Le Musée allemand de Munich montre l'histoire des techniques et fait connaître les standards technologiques contemporains à un public de spécialistes ou de simples curieux. Le Musée allemand d'hygiène est consacré à l'hygiène individuelle, sociale et raciale. Le Musée national de science sociale et économique traite la structure économique et sociale de l'Etat et de la société.

32Le Musée allemand d'hygiène se prêtait fort bien à la diffusion de la tristement fameuse « conception du NSDAP8 en matière de politique démographique ». Le musée a été alors complètement transformé, l'hygiène sociale et individuelle étant remplacée par les « Soins de santé pour le peuple ». La section portant sur l'histoire du développement et l'histoire culturelle est supprimée. La section centrale « L'Etre humain » est désormais suivie des thèmes « Sang et sol » et « La Maison, espace vital de la famille ». La science des races faisait partie, depuis 1911, du répertoire habituel des expositions, sous la forme de programmes éducatifs d'hygiène de la race. Elle devient alors un thème central. Dans les expositions internationales d'hygiène de 1930 et 1931, l'eugénisme est largement propagé, dans une perspective vulgarisatrice, avec des prétentions prophylactiques. Comme l'indique le catalogue de la section « Hérédité et eugénisme » : « On présente les résultats scientifiques attestés concernant les lois de l'hérédité, l'interaction entre dispositions héréditaires et environnement, les dispositions héritées et les pathologies, les détériorations du matériau génétique, puis les mesures eugénistes privées et publiques. » Certes, la science de la race était déjà dans les années 20 une partie de l'hygiène sociale et un sujet abondamment traité. Mais, après la restructuration du musée, ce domaine prend une extension considérable. Par exemple, les ateliers pédagogiques du musée élaborent des séries diapositives « Hygiène de la race et politique démographique » qui sont louées ou vendues. De subtils procédés pédagogiques cherchent à faire comprendre au spectateur qu'un mode de vie sain exige l'obéissance aux lois de l'eugénisme, appelé « conception biologique de la vie ». Ces diapositives enseignent également que des mesures contraceptives sont nécessaires afin d'éviter une descendance atteinte de maladies héréditaires. « La reproduction des individus atteints de maladies héréditaires est encore aujourd'hui incontrôlée et supérieure à la moyenne. Pour préserver notre patrimoine racial, nous devons la limiter le plus possible », indique le cahier d'accompagnement d'une de ces séries.

33Le Musée d'hygiène diffuse très largement ses productions. Entre 1927 et 1937, il produit plus de 487 000 panneaux illustrés et 735 000 images à projeter. Dans la seule année 1937, le musée fournit le matériel de 7 expositions itinérantes : « La Vie », « La Vie et la santé », « Le Peuple et la race », « Combattre le cancer », « Le Sang et la race » (deux expositions), « Le Peuple éternel », « La Mère et l'enfant », et avant tout « L'Homme ». S'éloignant beaucoup des intentions humanitaires initiales, le musée soutient après 1933 la politique raciale social-darwiniste de l'État nazi. A propos de la mission du musée, Georg Seiring déclare : « Comme l'a dit le Führer, le droit à la vie cesse là où l'individu n'a plus la force de combattre pour sa propre santé. Pour combattre, il faut avoir des armes. Les expositions du Musée d'hygiène allemand sont de bonnes armes dans le combat pour la santé du peuple. Le musée ne se connaît qu'un but : de tous ses efforts, servir le peuple allemand, qui doit être éternel9. »

La « Human Factory » de Karl August Lingner

34Les deux principes des grandes expositions d'hygiène sont, en résumé, la vulgarisation des connaissances et l'incitation à la consommation. Elles étaient toutes deux d'égale importance pour Karl August Lingner lorsqu'il fit édifier pour la première fois une section « L'Etre humain » dans un grand pavillon central. Comme le note Georg Seiring : « Le bâtiment "L'Etre humain" abritait le manuel en trois dimensions de la santé. Il y avait tellement de monde qu'il fallait souvent fermer l'accès pendant des heures. Les visiteurs attendaient patiemment de pouvoir pénétrer à l'intérieur. Dans la pièce d'entrée se dressait une gigantesque statue humaine, avec l'inscription : "Aucune richesse ne t'égale, ô santé !" Les visiteurs regardaient avec étonnement la représentation, menée pour la première fois au moyen de maquettes et de tableaux qui montraient distinctement le corps et ses organes. Le spectateur devait être pris de respect pour son corps et celui d'autrui. Il suffisait d'écouter les visiteurs pour comprendre que le but était atteint. » Autour de la galerie « L'Etre humain » étaient disposées 45 autres galeries. « C'était agencé de telle sorte que les parties scientifiques étaient toujours au centre, les parties consacrées aux industries correspondantes rayonnant tout autour10. »

35Au point central, spatial et intellectuel de la section « L'Etre humain » se trouve, dès 1911, un corps décomposé selon ses différentes fonctions organiques. Ce sont des représentations des organes, de grandes dimensions, moulées dans du verre. A l'aide de liquides colorés et de jeux d'éclairage, les organes de verre assemblés sont « animés ». Le visiteur peut mettre lui-même les maquettes en mouvement, par exemple, la circulation sanguine. Cette implication du spectateur correspond au choix didactique de Lingner : « Il faut stimuler le visiteur par le changement, pour éviter la lassitude. » Aussi, à l'exposition de 1930, met-on à la disposition du public des microscopes qui doivent permettre de suivre le cheminement des expériences scientifiques. Bruno Gebhard développe cette méthode à l'exposition « Les Merveilles de la vie ». Au moyen de « microvivariums », des phénomènes microscopiques peuvent être projetés sur les murs d'une grande salle : le regard collectif sur l'intérieur du corps.

36Découper le corps, le déconstruire, le démonter selon ses fonctions élémentaires puis le reconstruire dans une perspective fonctionnaliste et mécanique : cette démarche correspond à la philosophie existentielle de Lingner, à sa conception de l'utilité du corps humain et nous éclaire sur les principes qui l'ont guidé dans la réalisation de ses expositions. Comme l'écrit son biographe J. F. Wolff : « Il voulait montrer (dans les expositions d'hygiène) que la santé de chacun est aussi la santé de tous, que la maladie et la dégénérescence d'un individu amoindrissent le précieux patrimoine et les ressources de l'Etat tout entier. Il soulignait que tous doivent tendre à l'économie humaine, l'individu aussi bien que le gouvernement et il désignait les moyens individuels et collectifs pour y parvenir » (Wolff 1930 : 122).

37Le concept « d'économie humaine » attaché au nom de Lingner se réfère à la mise en valeur de la force humaine. Il est aussi lié à une conception de l'organisme comme modèle, comme plan de construction idéal et concret. En 1912, lorsque Lingner est reçu docteur honoris causa à Berne, il tient un discours intitulé « L'être humain, un modèle d'organisation ». Cette idée est au cœur des travaux qu'il mène dans des sphères très diverses mais étroitement reliées : science et recherche, production et marketing de ses usines de sérum et d'eau dentifrice, vulgarisation scientifique et éducation à l'hygiène par les musées et les expositions, mécénat (en étroite interaction avec la publicité pour ses propres produits). Il ne néglige pas l'influence politique que lui permet sa position sociale. Rudolf Neubert, un des anciens collaborateurs du Musée d'hygiène, l'appelle, non sans raison, « le type même de l'exploiteur génial ».

38Les métaphores développées par Lingner sont issues de sa conception du corps comme modèle pour l'organisation de l'État et les systèmes techniques. L'analogie entre l'être humain et l'Etat est légitimée à ses yeux par « l'État cellulaire », c'est-à-dire le fonctionnement unitaire, au niveau du microscosme, d'un grand nombre d'organismes élémentaires. Son image organiciste de « l'État-être humain » repose sur des hiérarchies fixées dans les moindres détails : « Pour diriger l'organisation étatique dans son ensemble, il faut une tête, qui trône à la plus haute place de l'organisme. Elle est le support du pouvoir et de l'intelligence et forme la direction de l'État en liaison avec les instances inférieures de transmission » (Lingner 1914 : 15).

39Pour Lingner, les parties du corps sont des organes qui, dans un système conséquent de division du travail, exécutent les ordres. Sa philosophie de la vie est inspirée par ce système : le pouvoir patriarcal a le devoir de veiller à l'état de ses subordonnés, c'est-à-dire de soigner les organes ou, métaphoriquement, de leur apprendre à se soigner eux-mêmes. Le corps apparaît aussi comme modèle d'organisation pour l'élaboration et la structure d'organisations industrielles, selon un système hiérarchique de division du travail que Lingner, organisateur avisé de multiples entreprises, a bien entendu lui-même appliqué.

40L'analogie entre l'homme et la technique n'est certes pas une idée originale de Lingner. Depuis Léonard de Vinci au moins, l'anatomie humaine a été prise pour un plan de construction dans la conception des machines. Depuis la théorie de l'évolution élaborée par Darwin, l'humanité est objet de classements systématiques. Lingner, de même, voit l'anatomie dans une perspective fonctionnaliste. Il examine les organes dans un processus de division du travail, du point de vue de leurs possibilités de fonctionnalisation, de leur adaptation sociale et anatomique au processus de production. C'est la « human factory », au double sens du terme. D'une certaine manière, Lingner est un précurseur de cette idéologie du travail critiquée vingt ans plus tard par Charlie Chaplin dans Les Temps modernes et par Fritz Lang dans Metropolis : la technique qui réduit l'homme en esclavage. Bien qu'il ne se soit jamais exprimé explicitement en ce sens, Lingner a été l'un des premiers champions du taylorisme en Allemagne.

41La première approche scientifique du travail industriel a été désignée d'après le nom de son inventeur, Frederick Winslow Taylor (Eléments d'une direction scientifique des entreprises, publiée pour la première fois en allemand en 1919). L'enseignement de Taylor atteint son apogée aux Etats-Unis au tournant du siècle. Le « Scientific Management » est jusqu'à aujourd'hui le B.A.BA de l'organisation de l'entreprise. La méthode mise au point par Taylor pour augmenter le rendement s'est très rapidement diffusée dans l'ensemble du monde industrialisé. Certaines firmes allemandes la mettent en application dès avant la Première Guerre mondiale. La société Kaiser-Wilhelm11 organise dès 1912 un Institut de physiologie du travail ; le DINTA, Institut allemand de formation technique au travail est fondé dans les années 20.

42Taylor analyse le processus de travail, les outils et leur maniabilité en relevant les temps utilisés. Son disciple Frank B. Gilberth procède à des études chronométriques qui ont pour conséquence le développement du travail aux pièces, haï des ouvriers. Il les combine à des études sur les modes de déplacement. Henry Ford, élève spirituel de Gilbert, lance le slogan caractéristique de la rage de rationalisation qui sévit au début du siècle : « time is money ». La formule ne vaut pas seulement pour la production industrielle puisqu'en peu de temps elle définit aussi la vie quotidienne. Henry Ford fournit également l'étude complémentaire à l'œuvre de Gilberth : dans une Fatigue Study, il observe les manifestations de la fatigue, afin de les diminuer dans le processus de travail.

43L'introduction de la division du travail – parallèle à la fonctionnalisation du corps chère à Lingner – est un résultat des diverses tentatives de rationalisation. En 1913, à l'époque où Lingner lance son idée du corps humain en tant que modèle d'organisation technique, Henry Ford introduit le travail à la chaîne dans son Highland Parc Factory de Detroit. La chaîne contraint l'homme à s'adapter à la vitesse de la machine, à son rythme, à son uniformité. Frank Gilberth avait fourni les préalables scientifiques. Mais ces activités contraires au comportement naturel face au travail augmentent les risques d'accident et les maladies. L'économie humaine de Lingner prévoit à ce sujet d'accorder assez d'attention aux organes afin qu'un minimum de soins conduise à une performance maximale. « L'utilisateur d'une machine doit en connaître certaines particularités ; cela n'est pas moins nécessaire pour l'être humain qui de lui-même doit veiller à maintenir sa santé et son efficacité pour pouvoir prendre sa place dans la vie », explique un catalogue du Musée pour la protection du travail. Les Musées de vie sociale et d'hygiène présentent les résultats des enquêtes sur la psychologie du travail. Les capacités du corps sont alors exprimées selon des standards techniques. « Le travail fourni par le cœur en 24 heures correspond à celui qui est nécessaire pour hisser simultanément trois hommes sur la tour, haute de 100 mètres, de la mairie de Dresde12. »

44Sont également très appréciées les comparaisons de performance qui font référence à la tour de la radio à Berlin, une attraction technique de l'époque. L'analogie entre l'homme et la machine va jusqu'à la fabrication, dans les années 30, à Dresde, d'un moteur de verre.

45En 1926, à l'occasion de la fondation du Musée des sciences sociales et économiques, Oskar von Miller demande que « l'homme soit le point central de ce musée ». « Je dois, dit-il, mettre en scène les performances humaines, physiques et intellectuelles, car l'économie mondiale en dépend. » Pour que le public le perçoive clairement, il introduit une méthode didactique faisant directement appel à l'esprit de compétitivité et de performance. Chaque visiteur du musée est incité à prendre la mesure de ses capacités et de ses limites. « Faites comprendre aux visiteurs quel degré d'incapacité est souvent le leur, dit von Miller, faites-leur voir ensuite des images d'hommes qui soient autant de modèles de performances physiques. Vous aurez ainsi non seulement des points d'attraction, mais aussi de bons moyens d'instruire le public » (Miller 1926 : 16).

46Dans les sections « science de la race » des expositions, on recourt aussi à cette idée de la performance et à la nécessité de coordonner les seules « bonnes dispositions ». L'exposition berlinoise du Reich, en 1938, intitulée « Vivre sainement – Créer dans la joie » a une section spéciale qui a un gros succès : « Connais-toi toi-même. » Mais dès 1926, le Musée allemand d'hygiène avait averti qu'un « peuple soucieux de sa santé doit avant tout se soucier de son patrimoine héréditaire ». Ces exhortations se font plus précises lors des expositions « Gesolei13 » : « Près de 2 millions d'hommes, qui représentaient pour la plupart un matériau humain d'une très grande valeur sont tombés à la guerre et vont faire défaut pendant des décennies pour la production d'une descendance de qualité » (Krohne 1926 : 141).

Une figure centrale : l'homme de verre

47Au centre de l'exposition internationale d'hygiène, en 1930 et en 1931, se dresse – sous un arc gothique – l'homme de verre. Le catalogue en fait le « modèle de l'être humain » qui réaliserait les préoccupations antérieurement exprimées par Lingner, c'est-à-dire « montrer que l'homme est un chef-d'œuvre technique et artistique ». La statue de verre fait sensation : des dizaines de milliers de visiteurs se pressent chaque jour dans la galerie d'exposition. La technique utilisée est déjà un événement : l'enveloppe est en Cellon, une matière synthétique translucide. La combinaison de ce matériau et d'un système de signaux optiques et acoustiques a dû produire une véritable fascination des spectateurs (ce qui vérifie l'hypothèse de Walter Benjamin, selon laquelle la connaissance ne peut être appréhendée qu'à travers un « petit choc »). Cet objet de haute technicité s'inspire, à ce qu'on suppose, d'une statue classique, « L'enfant en prière », sculptée en 300 av. J.-C. par Boedas de Byzance.

48L'école du Bauhaus elle-même est influencée par cette représentation technico-anatomique de verre. Oskar Schlemmer, entre autres, a consigné par écrit ses impressions. C'est surtout dans les travaux de Herbert Bayer qu'apparaît le motif récurrent des statues transparentes. Dans son projet de catalogue pour l'exposition « Les Merveilles de la vie », Bayer projette devant un gigantesque ovule (symbole de la vie, qui était le thème de cette exposition) un corps de verre. Cette fois, le modèle était le Doryphère de Polyclète.

49A travers l'homme de verre s'exprime une nouvelle conscience du corps ; il symbolise le corps que le « nouvel homme » d'un Etat démocratique possède comme bien propre, non aliéné. En même temps, l'homme de verre manifeste l'étroite connexion entre la vulgarisation biologico-médicale, l'eugénisme et la propagande raciale. Cela se vérifie dans la manière dont il est utilisé pendant l'exposition « Les Merveilles de la vie » pour attirer le public.

50Cette manière de voir fait du corps individuel une composante, un organe du « Corps du Peuple ». Les invocations à l'hygiène s'adressent désormais à la communauté du Peuple, à l'ensemble formé par les Allemands du Reich nazi. Parallèlement, l'élément central n'est plus l'individu, mais la représentation de la masse, également dans le sens de l'économie humaine. Le Musée d'hygiène fabrique à la fin des années 30, dans cette idée de la « human factory », une autre maquette fonctionnaliste : l'Usine de verre.

Haut de page

Bibliographie

Beier R. et M. Roth (ss la dir. de), 1990. Der Gläserne Mensch. Eine Sensation, Berlin/Stuttgart, Deutsches Historisches Museum/Verlag Gerd Hatje.

Benjamin W., 1980. Gesammelte Schriften, Bd. IV, 2, Frankfurt/M.

Krohne O., 1926. « Über die Bedeutung der Rassenhygiene für die Volksgesundheit », Gesolei13, Zeitschrift der grossen Ausstellung, n° 8.

Lingner K. A., 1914. « Der Mensch als Organisationsvorbild », Berner Universitätsschriften, n° 4.

Miller O. (von), 1926. Reichsmuseum für Gesellschaftsund Wirtschaftskunde, Düsseldorf.

Schröter A., 1936. « Das Naturkundemuseum als Stätte der biologischen Erzichung des Volkes », Der Biologe, n° 5.

Stephan L., 1986. Das Dresdner Hygiene Museum in der Zeit des deutschen Faschismus (1933-1945), Dresden, thèse.

Väth-Hinz H., 1985. Odol. Reklame-Kunst um 1900, Giessen.

Wolff J. F., 1930. Lingner und sein Vermächtnis, Hellerau.

Haut de page

Notes

1En français dans le texte (N.d.T.).
2L'intitulé exact repose sur un jeu de mots intraduisible en français : le titre allemand Leibesvisitation désigne la fouille corporelle pratiquée dans les commissariats de police et les prisons (N.d.T.).
3Memento mori (souviens-toi que tu es mortel) désigne ici les représentations religieuses de la mort (danses macabres, statues ouvertes découvrant un corps en décomposition, etc.) (N.d.T.).
4Appellation usuelle et abrégée de la Staatssicherheit (sécurité d'Etat), police politique de la R.D.A. (N.d.T.).
5Cité par Ludwig Stephan (1986).
6Lettre de Oskar von Miller au comité directeur du Musée d'hygiène de Dresde, 9 novembre 1926 (Archives fédérales R431/833, p. 6).
7Oekter est une marque célèbre de produits alimentaires industriels (N.d.T.).
8Sigle du parti national-socialiste (N.d.T.).
9Préface du catalogue de l'exposition « Das Leben », Essen, 1936.
10Cité d'après les notes biographiques inédites de G. Seiring.
11Organisme public créant et finançant des instituts de recherche, ancêtre de l'actuelle Société Max-Planck (N.d.T.).
12Catalogue de l'exposition « Der Mensch in gesunden und kranken Lagen mit der Sondergruppe "Der durchsichtige Mensch" » (« L'homme dans la santé et la maladie avec la partie spéciale "L'homme transparent" »), Dresde, 1926, p. 19.
13Gesolei : GEsundheit, SOziales, LEibesarznei : trois grandes expositions en 1926 à Düsseldorf.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roth M., 1992, « L’homme de verre », Terrain, n° 18, pp. 103-115.

Référence électronique

Martin Roth, « L'homme de verre », Terrain [En ligne], 18 | mars 1992, mis en ligne le 05 juillet 2007, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3037 ; DOI : 10.4000/terrain.3037

Haut de page

Auteur

Martin Roth

Deutsches Hygiene-Museum, Dresden

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals