Navigation – Plan du site
Repères

A propos de paysages :compte rendu d'une réflexion collective

Claudie Voisenat
p. 137-141

Entrées d’index

Thème :

environnement

Lieu d'étude :

France
Haut de page

Texte intégral

1« Partie d’un pays que la nature présente à l'observateur », « portion d'espace offert au regard », les textes des appels d'offres lancés par la mission du Patrimoine ethnologique de 1989 à 1991, proposaient de considérer les paysages comme des créations culturelles. Créations culturelles à deux titres : d'une part parce que la réalité objective de ces espaces est le plus souvent marquée de longue date par les activités humaines qui sont venues s'y inscrire. D'autre part, parce que la notion de paysage implique un cadrage par le regard, celui de l'observateur, sujet extérieur à l'espace objet qu'il considère.

2Les appels d'offres se donnaient pour but de montrer les apports d'une approche ethnologique du paysage, au plus près du terrain, en considérant que cette discipline spécialisée dans le travail à la frontière du concret et de ses représentations pouvait permettre de joindre approche matérielle et approche sensible du paysage, souvent dissociées dans les partages disciplinaires.

3Les journées du Creusot, réunissant à l'Écomusée, du 26 au 29 juin 1991, les seize équipes de chercheurs retenues dans le cadre des appels d'offres ont permis de faire le point à mi-parcours de la plupart des travaux. Plus que de résultats à proprement parler, ces journées ont permis de dégager des pistes de recherches, grandes lignes directrices traversant la plupart des terrains, et permettant d'instaurer un dialogue entre chercheurs, au-delà de la spécificité des approches individuelles1.

D'une définition à l'autre

4L'un des premiers écueils rencontré par les chercheurs, et longuement débattu au cours de rencontres précédentes, était la difficulté à cerner la notion même de paysage, terme polysémique ouvert à toutes sortes de dérives sémantiques et de plus en plus largement utilisé par les administrations pour désigner (ou dénoncer) certaines qualités d'environnement.

5L'un des premiers apports de ces journées a été de proposer à la réflexion générale une définition adaptée au champ d'intervention que l'ethnologie peut se proposer d'explorer : « Le paysage est un donné construit par une perception qui est elle-même informée par un système d'idées-valeurs (idée de ce qu'est un paysage et valeur de ce qu'il doit être). La perception d'un paysage est donc une opération socialement et culturellement déterminée » (G. Lenclud).

6Il semble que cette définition, proposant aux chercheurs un cadre global de référence, ait permis à chacune des équipes de mieux cerner son approche individuelle, tout en la resituant dans un projet général, dans une réflexion commune menée dans le cadre de l'appel d'offres. En d'autres termes, chacun a pu préciser la pierre qu'il comptait apporter à l'édifice.

Des approches complémentaires

7Trois grandes approches ont ainsi pu être individualisées, qui se trouvent d'ailleurs plus ou moins combinées dans certaines recherches :

  • La première s'interroge sur l'existence et la définition de modèles culturels, sortes de systèmes de reconnaissance et de classification des paysages. Que l'on s'intéresse aux grands modèles paysagers (le vallon, le clocher, la rivière...) véhiculés dans les manuels scolaires, pour tenter d'en cerner les évolutions sur un siècle d'enseignement public (A. Mazas), ou que l'on tente sur un terrain de définir, à l'aide d'un support d'enquête ou de rendu photographique, les formes paysagères qui font sens pour les habitants ou les utilisateurs d'un lieu (Y. Luginbuhl et P. Lamaison - M. Perrot et I. Magos), la question reste finalement la même : « Qu'est-ce qui fait paysage, pour qui et en fonction de quels critères ? » ;

  • La seconde approche considère plutôt la perception de l'espace en tant que paysage comme une nouvelle pratique sociale, de plus en plus inscrite dans les préoccupations des gestionnaires de l'environnement et dans le développement des régions. La « mise en paysage » (J. Cloarec et M. de La Soudière) a tendance à être perçue comme une réponse possible à la désertification du monde rural ou à la désaffection de secteurs autrefois très industrialisés. Le paysage est alors pensé et construit en un jeu complexe d'interactions voire de conflits entre pouvoirs publics, instances professionnelles, associations locales, habitants du lieu et utilisateurs potentiels..., catégories dont la simple énumération masque l'intrication. Au-delà de l'inévitable constatation que la « mise en paysage » est aussi une « mise en identité », que ce qui se construit est aussi ce que l'on veut donner à voir de soi, ces recherches, qu'elles se situent en milieu industriel ou rural, qu'elles concernent une intervention sur le paysage, comme dans le cadre du verdissement d'une ancienne vallée minière (J. Epstein), ou qu'elles interrogent la façon dont un espace agricole devient un paysage « en crise » (J. Debroux), nous parlent de nouveaux rapports à l'environnement. Nouveaux rapports, mais aussi nouvelles utilisations, qui sont en train de s'inscrire très concrètement dans le territoire, selon des modalités qui tiennent au moins autant à leur fonctionnalité, qu'à des représentations aussi tenaces que peu énoncées de ce que doivent être le paysage, la ruralité, le beau, le typique, le traditionnel, le loisir, le risque... voire le patrimoine et la culture (M. Bergues). C'est donc sans surprise que l'on recoupe ici, au moins pour partie, les recherches sur les modèles paysagers ;

    La troisième approche est aussi la plus représentée2. Elle tente de cerner quelle place tient le rapport au paysage parmi les représentations et les utilisations de l'espace en milieu rural. L'une des premières constatations de tout chercheur sur le terrain est l'absence de référence spontanée au paysage dans le discours des informateurs. Lorsqu'il en est fait mention, c'est comme d'une préoccupation récente, venue de l'extérieur se surimposer à des modes de relations plus anciens et plus globaux à l'espace. Là où le paysage est vu, l'espace, lui, est parcouru, travaillé, au sens concret mais aussi symbolique, ressenti, c'est-à-dire perçu dans sa polysensorialité, réinterprété enfin dans son histoire, histoire familiale et histoire individuelle. Il n'y a pas forcément conflit entre l'interprétation paysagère et l'interprétation spatiale d'un même espace. Mais il y a des décalages, des recentrages, des substitutions et peut-être surtout des silences... dont il faut explorer le contenu et les mécanismes. Il faut alors revisiter le terrain plus familier d'une anthropologie de l'espace en essayant d'y situer ces rapports spécifiques au paysage.

8Entre ces trois approches, les complémentarités sont évidentes, et d'ailleurs souvent illustrées dans les recherches. Qui travaille sur ce qui fonde les actions en matière de gestion du paysage ne peut manquer de s'interroger sur les modèles paysagers (ou schèmes, ou figures) qui vont motiver les décisions des aménageurs. De même s'il est important de comprendre aujourd'hui le rôle du paysage dans les relations à l'espace vécu, c'est parce que les politiques locales lui donnent une place prépondérante, qui vient peu à peu s'intégrer aux modes de gestion ou de représentations traditionnels.

Et des questions à foison

9La meilleure illustration de ces recoupements est sans doute contenue dans ces fils directeurs, traversant l'ensemble des recherches, que les équipes ont mis en évidence à l'issue de ces rencontres. Pistes possibles que chacun testera sur son terrain, elles donneront lieu à des débats ultérieurs dans le cadre de nouvelles réunions. On se contentera donc ici de les évoquer dans le désordre.

  • On n'échappe pas à l'évidence et le rapport entre paysage, extériorité du regard et intériorité du vécu est une constante sans surprise. Mais ici, loin des vues de l'esprit, elle amène à s'interroger sur des pratiques très concrètes : quels sont les paysages que l'on montre au visiteur étranger, quels sont ceux des promenades familiales du dimanche, sortes de hauts-lieux locaux, d'ailleurs souvent perchés, et découvrant une vue sur le pays où l'on identifie les maisons, les parcelles... quels paysages affiche-t-on chez soi, quels sont ceux que l'on choisit pour encadrer les grands événements de la vie (paysages de photos de mariage, de voyages de noces, de fêtes familiales...) ? On est alors amené à interroger les histoires individuelles du paysage : paysages de l'enfance, paysages événementiels, paysages du retour...

  • Autre constante : la nécessité d'élucider dans les recherches sur le paysage, le rapport entre sciences sociales et sciences naturelles. Comment interroger l'aspect concret, morphologique du lieu ? Cette démarche est-elle indispensable dans le cadre d'un travail ethnologique ? Ce questionnement se joue à tous les niveaux. Épistémologique certes, il est d'abord ancré dans la réalité des recherches, devant la simple nécessité dans les équipes pluridisciplinaires de conjuguer des démarches qui ont parfois du mal à se rejoindre. Il se pose aussi aux chercheurs isolés : jusqu'où aller dans un domaine qui ne leur est pas familier, au risque de descriptions hâtives et compilatoires dont la seule vertu serait finalement de se donner bonne conscience ? Cette réflexion d'ordre méthodologique pousse loin ses ramifications : jusqu'où les composantes morphologiques d'un paysage informent-elles les relations que l'on peut avoir avec lui ? Y aurait-il par exemple une sorte de « fatum » des paysages : paysages de la mélancolie, du découragement, du dépassement de soi, du repos, du bien-être... en quelque sorte prédestinés à un public et à des usages spécifiques ? Question délicate et à laquelle on s'est d'ailleurs demandé si l'ethnologie pouvait apporter une réponse, dans la mesure où elle fait plutôt appel à des analyses de type psychologique, voire psychoanalytique.

  • Le problème des rapports qui unissent le paysage et le sauvage traverse aussi la plupart des recherches. Existerait-il une esthétique, et une pratique, des paysages ensauvagés, désertifiés ? Quel est le statut de la friche ? Que signifie cette ambivalence qui amène à valoriser d'un côté des paysages de la vie, de l'animation, du cultivé, et de l'autre des paysages de l'abandon, de la solitude ? Y aurait-il des paysages à vivre et des paysages à traverser ? Pour qui ?

  • Dans ce foisonnement de questions, il faut surtout retenir que les chercheurs en reviennent toujours à questionner les modalités actuelles d'une « construction sociale » des paysages, concrétisée par l'émergence des nouvelles préoccupations paysagères. Les transformations qui en résultent, qu'elles concernent les pratiques, l'espace concret, ou les représentations que l'on en a, constituent le noyau dur des recherches, qui viennent s'y agréger en approches complémentaires.

10Ce qui fonde ces complémentarités, c'est d'abord l'inscription de l'ensemble des travaux dans un terrain, qui oblige à considérer les problématiques dans leur ensemble, même si les angles d'approche ou les spécificités du lieu amènent à privilégier parfois telle ou telle orientation.

11D'autre part, le travail mené dans le cadre du suivi des équipes de cet appel d'offres a pour but essentiel de mettre en relief ces points de croisements. Si l'ethnologie a quelque chose à apporter aux multiples réflexions sur le paysage, c'est, semble-t-il, moins en se posant comme savoir constitué, ce qui risquerait de la laisser désarmée devant un tel objet, qu'en essayant d'initier une approche « constituante », mais toujours basée sur l'observation ethnographique. Il y a donc là un pari de recherche dans la recherche que l'ensemble des équipes, jouant le jeu de la mise en commun des résultats, a choisi de tenter, avec ses inévitables tâtonnements et réajustements successifs.

Haut de page

Notes

1La première journée de ces rencontres a été consacrée à des interventions générales (G. Lenclud, B. Lizet, Y. Luginbuhl, P. Lamaison, J. Cloarec), les deux suivantes à l'exposé par chacune des équipes de l'état de leurs recherches, et la dernière à une synthèse temporaire de l'ensemble des travaux, dont cet article essaie au moins partiellement de rendre compte.
2Nous nous contenterons ici de mentionner les recherches, trop nombreuses pour être détaillées : F. Gestin et B. Barvec (« Un espace déshérité des monts d'Arrée (Finistère) face aux enjeux contemporains »), T. Regazzola (« Transformation du paysage, déprise agricole massive, évolution culturelle... Les acteurs locaux de l'espace à la recherche de nouvelles représentations »), C. Boujot (« Le paysage remembré en Bretagne orientale »), J.-L. Bonniol, J. Benoist et J.-P. Angrand (« Impact paysager du morcellement de plantations sucrières dans l'île de La Réunion »), J.-F. Simon (« Dynamique des paysages : Plouzané, communauté urbaine de Brest, Finistère »), S. Mazel (« La mémoire de l'histoire du marais. Regard sur un paysage en mouvement »), T. Coanus (« Risque naturel et représentations locales des paysages »), M. Streith (« Quotas laitiers et alternances paysagères en Thiérache picarde »), P. Notteghem et A. Fortier (« Le paysage rural à l'épreuve des transports interurbains : réalités et représentations »), N. Gérôme (« Le paysage urbain d'une usine, la SNECMA Gennevilliers »).

Ont été déjà cités, dans les parties précédentes, les travaux de : A. Mazas (« Cinq motifs constitutifs du paysage français à travers les représentations diffusées par l'école »), Y. Luginbuhl et P. Lamaison (« Perceptions et représentations du paysage dans le parc régional de Normandie-Maine »), M. Perrot et I. Magos (« Approche ethnologique de l'appropriation pratique et symbolique de deux paysages de montagne : les Bauges et l'Aubrac »), J. Cloarec et M. de La Soudière (« "Plateau ardéchois", "Vivarais cévenol", étude ethnosociologique d'une mise en paysage de l'Ardèche »), J. Debroux (« La construction sociale des paysages en crise : pour une approche anthropologique »), J. Epstein (« La Grand'Combe, un paysage industriel en crise de représentation »), M. Bergues (« Perception et représentation du paysage du marais »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Voisenat C., 1992, « A propos de paysages », Terrain, n° 18, pp. 137-141.

Référence électronique

Claudie Voisenat, « A propos de paysages :compte rendu d'une réflexion collective », Terrain [En ligne], 18 | mars 1992, mis en ligne le 05 juillet 2007, consulté le 26 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terrain/3040 ; DOI : 10.4000/terrain.3040

Haut de page

Auteur

Claudie Voisenat

Mission du Patrimoine ethnologique

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • OpenEdition Journals